Tous les articles par Damien Boquet

Les spectateurs des jeux du cirque à Rome

Source : Ausonius éditions

Les spectateurs des jeux du cirque à Rome (Ier s. a.C. au VIe s. p.C.) : passion, émotions et manifestations
Sylvain Forichon
Collection Scripta antiqua (133)
Bordeaux, 2021 – 370 p.   25 €

La passion des Romains de l’Antiquité pour les jeux du cirque, en particulier pour les courses de chars, semble n’être, à première vue, qu’un poncif propre à la littérature ancienne. Néanmoins, ce phénomène est confirmé par de nombreux objets et vestiges archéologiques. Après une présentation des sources dont nous disposons sur les spectateurs des cirques romains, cette étude essaye de comprendre leurs réactions dans les gradins en s’appuyant notamment sur des recherches récentes en psychologie des émotions et en sociologie du sport. Enfin, la dernière partie de ce livre est consacrée à l’empereur et elle met en évidence les nombreux intérêts, mais aussi les dangers, que représentaient ces divertissements de masse pour le pouvoir impérial.

Émotions et gestion des épidémies dans les villes-centre de l’Europe moderne et contemporaine (Écosse, France, Espagne, 1500-1900)

Source : Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord

Appel à communication pour une journée d’étude en novembre 2021.

 

La pandémie Covid-19 actuelle et la crise sanitaire qui en découle ne sont en rien une nouveauté au regard de l’histoire. Le monde a connu maintes épidémies (pestes, choléra…) qui ont décimé les populations. À chaque fois, il a fallu prendre en charge les victimes, gérer les problèmes d’inhumation et reconstruire physiquement et moralement la Cité. À chaque fois, l’émotion des populations citadines et de leurs édiles a été grande face aux pertes humaines et à la souffrance. Toute épidémie comporte néanmoins un caractère inédit, notamment dans sa gestion par les gouvernements nationaux et locaux ainsi que dans la manière dont la population fait face au fléau.
L’évolution de la médecine à travers les siècles a contribué, avec des succès divers, à mieux comprendre les risques et à expérimenter des remèdes adaptés, aussi les individus et les communautés ont-ils été obligés d’aborder la question de l’amélioration des conditions d’hygiène et de salubrité au sein des foyers mais également des villes et villages. Par intermittence, l’Église et l’État ont été à la fois des moteurs et des freins dans l’évolution de ces expériences de « santé publique ». Pour autant, malgré le degré d’émotion des populations et la forte mobilisation des instances de pouvoir et de savoir, ces progrès n’ont pas toujours été possibles immédiatement ou, s’ils l’ont été, c’est surtout une minorité privilégiée qui en aurait été bénéficiaire. Entre peur, déni, frustration ou morgue, la palette des émotions observables face à une épidémie majeure est vaste. Elle interroge autant les représentations du Mal en matière de santé qu’elle révèle, souvent en négatif, les contradictions sociales : la mortalité, la morbidité et l’accès aux soins en sont le reflet. La crise est un moment de vérité, et elle concerne régulièrement les rapports sociaux, ceci à toutes les échelles.
Afin de mieux comprendre ces évolutions et leurs influences ainsi que la connaissance du corps, de la médecine et les politiques de préventions mises en place depuis par les sociétés, ce projet propose d’aborder les thèmes de la santé et de sa gestion par les politiques des différents états et villes européennes du XVe siècle jusqu’au siècle des Lumières à travers les émotions nées des crises sanitaires et leur impact sur la gestion de l’hygiène des villes d’influence, en Europe, entre 1480 et 1790. Cette période charnière, à partir de la Renaissance et des bouleversements religieux de la Réforme, a permis l’émergence de nouveaux regards sur le corps et sa santé, stimulant par là-même les progrès de la science et de la médecine en faveur des citadins : mais, hommes et femmes, enfants et vieillards, riches et pauvres, firent-ils l’objet d’une attention égale ?
Ce projet souhaite consacrer une étude originale à l’histoire de la santé grâce à des regards croisés sur son évolution en France, en Écosse et en Espagne, entre autres, en ciblant des villes de taille et de statut équivalents telles que Versailles, Paris, Marseille, Édimbourg, Glasgow, Madrid et Séville, qui ont connu un développement démographique et économique fulgurant durant cette période. L’Écosse et les innovations impulsées par ses écoles de médecine de renommée mondiale servira de point de départ à notre approche comparative. Les métamorphoses sociales de ces villes ont obligé les gouvernements locaux à s’adapter, dans l’urgence tout d’abord, pour garantir la sécurité, la prospérité et l’hygiène communes. Ce fut pour elles l’occasion d’investir et d’innover pour réduire, quand cela était possible, l’impact des épidémies et y opposer une nouvelle perception de la ville : une cité contrôlée, saine et propice au négoce. Bien entendu, cette « communication » officielle autour de l’image d’un organisme urbain à l’abri des grandes pestilences joue sur tous les terrains à la fois : il s’agit régulièrement de rassurer pour mieux soigner et pour mieux contrôler.
Cette journée d’études transdisciplinaire et internationale s’attachera à mettre en évidence l’évolution de la perception de la santé publique, celle des puissants et celle des faibles, ainsi que sa « gouvernance » par les autorités locales et nationales.

 

Trois axes seront privilégiés :

 

  1. les émotions face à l’épidémie (peur.s, violence.s, mobilités, formes de mobilisation, désocialisations)
  2. les émotions en tant qu’instruments et/ou arguments du pouvoir édilitaire (prévention, justification, encadrement)
  3. les émotions dans la construction d’une mémoire plurielle des épidémies (dire/écrire le Mal, lieux de mémoire, fictions).

 

De multiples questions émergeront :

 

  • Comment étaient organisées les quarantaines ?
  • Les mesures prises, sur le court ou le moyen terme, ont-elles participé à l’accroissement des tensions au sein des populations ?
  • Le cas échéant, ces phénomènes étaient-ils volontaires, voire instrumentalisés ?
  • Quelle était la teneur des débats médicaux ?
  • Existait-il des résistances (en vertu de traditions, d’intérêts privés ou d’un certain déni) de la part de ces gouvernements et/ou des populations ?
  • Quel degré d’irrationalité peut-on observer dans les archives, les textes et les images ? Tout autant de questions que nous nous posons encore aujourd’hui dans le contexte de la pandémie de la Covid-19.

 

Les propositions sont à envoyer avant le 15 avril 2021 sous forme d’un abstract de 200 mots maximum, accompagnés d’une courte biographie aux adresses suivantes :
sabrina.juillet-garzon@sorbonne-paris-nord.fr 
sarah.pelletier@univ-paris13.fr
stanis.perez@mshparisnord.fr

 

Les actes de cette journée d’études feront l’objet d’une publication.

APPEL A COMMUNICATION – COLLOQUE PHILOSOPHIE ET ÉCONOMIE DES ÉMOTIONS

Source : Centre Gilles Gaston Granger

Colloque – Philosophie et économie des émotions

En partenariat avec l’Association Charles Gide pour l’Etude de la Pensée Economique
Centre Gille Gaston Granger, Aix-Marseille Université, CNRS

Aix-en-Provence 23-25 septembre 2021

L’histoire de la philosophie est traversée par une opposition longtemps restée structurante entre le corps et l’esprit, les passions et la raison. La terminologie a changé – on parle aujourd’hui d’émotions plutôt que de passions et de rationalité plutôt que de raison – et bien que les grandes lignes de cette fracture historique restent encore apparentes, de nombreuses recherches se sont développées sur leurs interactions respectives. L’influence des émotions sur la délibération a, bien sûr, toujours été connue, mais elle a longtemps été considérée comme strictement négative. Les travaux du neuroscientifique Antonio Damasio ont démontré que tel n’était pas nécessairement le cas. Il a, par ailleurs, été montré que les émotions pouvaient également jouer un rôle positif non négligeable en amont de la délibération, dans la recherche et le traitement des informations par exemple, ou en aval de celle-ci, dans la mise à exécution de l’action.

L’idée selon laquelle les émotions joueraient un rôle important dans la rationalité de nos actions a naturellement interpellé les économistes, ou au moins, une partie d’entre eux. A l’instar de la philosophie, la (re)découverte de ce potentiel cognitif a suscité à la fois une vague de nouvelles recherches théoriques ou empiriques ainsi qu’une de nombreuses réinterprétations d’auteurs classiques. Les économistes ayant, par ailleurs, élargi leur expertise scientifique aux délibérations extra-prudentielles, notamment l’action morale, on a pu assister ces dernières décennies au développement concomitant de deux perspectives de recherche portant sur le même objet : l’interaction entre émotion et cognition.
L’objet de ce colloque est de réunir ces deux perspectives et de faire dialoguer philosophes et économistes sur le rôle des émotions dans la collecte d’information (grâce à la curiosité ou au courage, par exemple), dans l’évaluation des états du monde (rôle de l’empathie), dans la motivation (on peut notamment penser au rôle joué par le regret et la honte dans le respect des règles ou des engagements pris envers soi-même) et la prise de décision prudentielle et non-prudentielle. Mais au-delà la prise de décision elle-même, ce colloque sera également l’occasion de s’interroger sur ce que les émotions nous apprennent de la nature même de l’action prudentielle (on peut penser au rôle joué par la peur ou par le dégoût, par exemple) ou de l’action morale (pensons, par exemple, au rôle joué par les émotions dans le développement de l’éthique animale ou du rôle qu’elles seront peut-être appelées à jouer dans l’éthique environnementale). Toutes les approches sont bienvenues : l’histoire de la pensée (économique et/ou philosophique), les études de cas, les études expérimentales, les études théoriques, les travaux multidisciplinaires etc.

Les propositions de communications doivent être déposées avec un résumé de 1000 mots environ avant le 15 mars 2021 sur le site du colloque : https://gide2021.sciencesconf.org/
Notification du comité scientifique : 15 avril 2021.
Date-limite d’inscription et de dépôt des communications :15 septembre 2021.
Vous serez notifié de la décision du comité scientifique le 15 avril 2021.
Pour tout contact et renseignements : christophe.salvat@univ-amu.fr

Comité d’Organisation :
Christophe Salvat (CNRS, AMU)
Michel Le Du (AMU)
Sylvie Rivot (Présidente de l’Association Gide, Université de Haute-Alsace)
Pierre Léger (doctorant, AMU)
Izem Lanterno, (doctorant, AMU)

Comité scientifique :
Laurie Bréban, Université Paris 1
Laura Candiotto, Université de Munich, Allemagne
Cyril Hédoin, Université de Reims
Alexandra Hyard, Université de Lille
Herrade Igersheim, Université de Strasbourg
Laurent Jaffro, Université Paris 1
Franck Jovanovic, Université Téluq, Québec
Pierre Livet, Université Aix-Marseille
Harro Maas, Université de Lausanne, Suisse
Sébastien Motta, Université Aix-Marseille
Isabelle Pariente-Butterlin, Université Aix-Marseille
Emmanuel Picavet, Université Paris 1
David Romand, Université Aix-Marseille
Yann Schmitt, Université Paris 1
Céline Spector, Université Montaigne, Bordeaux
Miriam Teschl, EHESS Université Aix-Marseille

Anatomie de la colère (vient de paraître)

Source : Classiques Garnier

Bruno Méniel, Anatomie de la colère Une passion à la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, 2020.

Ce livre étudie les représentations de la colère que donne à la Renaissance le discours des savants et des écrivains. L’enquête permet de mieux comprendre l’imaginaire scientifique, les catégories mentales, les mythes, les valeurs de l’époque, et bien sûr l’éthique des genres littéraires.

 

Table des matières

Lapproche anatomique   7

PREMIÈRE PARTIE

SAVOIRS

Le cercle des savoirs   15

Expliquer la colère

Le discours médical   17

Le galénisme   17

La physiognomonie   26

Analyser la colère

Le legs des philosophies antiques   39

Marsile Ficin et Platon   40

Lefèvre dÉtaples, Ange Politien et Aristote   42

Francesco Patrizi, Paul Manuce et Cicéron   47

Juste Lipse, Jean Benedicti et Sénèque   50

Les lecteurs de Plutarque   53

Maîtriser la colère

Le discours moral de lhumanisme   63

Lhomme au miroir   63

Pontano : lamabilité et lesprit contre la colère   65

Érasme : la cigogne et lhippopotame   67

Jean-Louis Vivès : colère et mépris   80

580

Sublimer la colère

Le discours théologique    85

Lhéritage des Pères et de la scolastique    86

Basile de Césarée    86

Lactance et la valeur des passions    89

Augustin et Vivès : passion et péché    95

Thomas dAquin et Cajetan : passion et péché    99

Tolet et Benedicti : les sommes de péchés   105

La promotion du zèle   109

Les passions remarquables des Protestants   114

Calvin : le Décalogue et les colères extraordinaires   114

Melanchthon : les émotions héroïques   120

Condamner la colère

Le discours juridique   125

La colère du criminel   125

La vengeance et la loi   130

La colère du juge   137

Légitimer la colère

Le discours politique   145

Les traités sur la tyrannie   145

Miroirs du Prince et Institutions du Prince   150

Dire la colère

Le discours rhétorique   161

Colère et éloquence   161

La faveur du style véhément   167

Le sublime de léloquence sacrée   173

Un objet sans lieu   183

581

DEUXIÈME PARTIE

TYPES ET CAS

TYPES

la taxinomie des appartenances   189

Le masculin et le féminin   191

La diversité des conditions   199

Colères royales   200

Endurances courtisanes   215

Tumultes populaires   231

La mosaïque des vocations   243

La bigarrure des peuples   257

CAS

La casuistique de lhistoire et du mythe   269

Deux colères bibliques   273

Le zèle de Moïse   273

La rage de Saül   282

Courroux homériques   297

Le silence dAjax   297

La fureur dAchille et celle dHécube   303

Passions de femmes   311

Lire de Junon   311

Le dépit de Didon   315

582

Un cas historique

Alexandre le Grand   329

Une colère évangélique

Le zèle du Christ   341

Une passion multiple et ambivalente   349

TROISIÈME PARTIE

GENRES LITTÉRAIRES
ET ATTITUDES ENONCIATIVES

Léthique des genres littéraires   353

Lépopée   357

Lire épique : un envers de lhéroïsme ?   357

Lhéroïque et le romanesque.

Roland, Renaud, Clymène   369

Récit long, récit bref   383

La fiction longue. Le Gargantua de Rabelais   383

La facétie : Bonaventure Des Périers   393

Les histoires tragiques   403

La dignité de la colère
chez Pierre Boaistuau   403

Le tragique augustinien de la colère
chez François de Belleforest   411

La colère sur les planches   419

Lexaspération de la farce   419

Les fureurs de la tragédie humaniste   425

La poésie religieuse   445

La colère du poète et lire de Dieu dans Les Tragiques   445

Lemportement contre Dieu du poète doux-coulant   452

583

Les textes de la circonstance historique   461

Les Discours de Ronsard, entre éthique et rhétorique   462

La Saint-Barthélemy de Pibrac   477

Lire royale dans la poésie de Malherbe   484

Lindignation satirique   493

Lindignation satirique dans la théorie poétique   493

Lindignation discrète de Mathurin Régnier   499

Lécriture de lexpérience personnelle   505

Le dépit de Monluc   505

Montaigne : la dispute et la conférence   514

Le lieu de la « littérature »   525

Bibliographie   531

Index nominum   565

Un manuel universitaire consacré à l’histoire des émotions

Source : Macmillan

Katie Barclay, The History of Emotions. A Student Guide to Methods and Sources, Macmillan, 2020.

This student guide introduces the key concepts, theories and approaches to the history of emotions while teaching readers how to apply these ideas to historical source material. Covering the main emotions approaches and providing a range of global case studies and historical sources with which to apply learning, this textbook provides a ‘how to’ guide for those new to the field and for those learning how historians apply methods to source material. 
Written in clear and accessible language, each chapter is accompanied by further reading, while surveying many of the main areas of current research and providing ideas for personal research projects and further learning. This methodological guide is ideal for students taking modules on the History of Emotions, or for students on general Historical Skills modules. 

Actualités de l’histoire des émotions chez Cambridge University press

Source : Cambridge University Press

Andrew Mellas, Liturgy and the Emotions in Byzantium. Compunction and Hymnody, Cambridge, UP, 2020.

This book explores the liturgical experience of emotions in Byzantium through the hymns of Romanos the Melodist, Andrew of Crete and Kassia. It reimagines the performance of their hymns during Great Lent and Holy Week in Constantinople. In doing so, it understands compunction as a liturgical emotion, intertwined with paradisal nostalgia, a desire for repentance and a wellspring of tears. For the faithful, liturgical emotions were embodied experiences that were enacted through sacred song and mystagogy. The three hymnographers chosen for this study span a period of nearly four centuries and had an important connection to Constantinople, which forms the topographical and liturgical nexus of the study. Their work also covers three distinct genres of hymnography: kontakion, kanon and sticheron idiomelon. Through these lenses of period, place and genre this study examines the affective performativity hymns and the Byzantine experience of compunction.

 

Clare Monagle, Scholastic Affect. Maternity and the History of Emotions, Cambridge UP, 2020.

Scholastic theologians made the Virgin Mary increasingly perfect over the Middle Ages in Europe. Mary became stainless, offering an impossible but ideologically useful vision of womanhood. This work offers an implicit theory of the utility and feelings of women in a Christian salvationary economy. The Virgin was put to use as a shaming technology, one that silenced and effaced women’s affective lives. The shame still stands to this day, although in secularised mutated forms. This Element deploys the intellectual history of medieval thought to map the moves made in codifying Mary’s perfection. It then uses contemporary gender and affect theory to consider the implications of Mary’s perfection within modernity, mapping the emotional regimes of the medieval past upon the present.

 

Robert Phiddian, Satire and the Public Emotions, Cambridge UP, 2020.

The dream of political satire – to fearlessly speak truth to power – is not matched by its actual effects. This study explores the role of satirical communication in licensing public expression of harsh emotions defined in neuroscience as the CAD (contempt, anger, disgust) triad. The mobilisation of these emotions is a fundamental distinction between satirical and comic laughter. Phiddian pursues this argument particularly through an account of Jonathan Swift and his contemporaries. They played a crucial role in the early eighteenth century to make space in the public sphere for intemperate dissent, an essential condition of free political expression.

Dernières parutions dans la collection « History of Emotions » (Oxford University Press)

Source : Oxford University Press

Frank Biess, German Angst. Fear and Democracy in the Federal Republic of Germany, OUP, 2020

German Angst analyses the relationship between fear and democracy in postwar West Germany. While fear and anxiety have historically been associated with authoritarian regimes, Frank Biess demonstrates the ambivalent role of these emotions in a democratizing society: in West Germany, fear and anxiety both undermined democracy and stabilized it. By taking seriously postwar Germans’ uncertainties about the future, this study challenges dominant linear and teleological narratives of postwar West German ‘success’, highlighting the prospective function of memories of war, National Socialism, and the Holocaust. Postwar Germans projected fears and anxieties that they derived from memories of a catastrophic past into the future.

Based on case studies from the 1940s to the present, German Angst provides a new interpretive synthesis of the Federal Republic. It tells the history of the Federal Republic as a series of cyclical crises in which specific fears and anxieties emerged, served a variety of political functions, and then again abated. Drawing on recent interdisciplinary insights generated by the field of emotion studies, Biess’s study transcends the dichotomy of ‘reason’ and ’emotion’. Fear and anxiety were not exclusively irrational and dysfunctional, but served important roles in postwar democracy. These emotions sensitized postwar Germans to the dangers of an authoritarian transformation, and they also served as emotional engines of new social movements, including the environmental and peace movements. German Angst also provides an original analysis of the emotional basis of right-wing populism in Germany today, and it explores the possibilities of a democratic politics of emotion.

 

Mark Seymour, Emotional Arenas. Life, Love, and Death in 1870s Italy, OUP, 2020.

Based on the records of a murder trial that transfixed all of Italy in the late 1870s, this study makes use of a dramatic court case to develop a new paradigm for the history of emotions – the ’emotional arena’. Set in the decade following Italian unification, the context was one of notable cultural variety. An as-yet unexplored aspect of this was that the experience and expression of emotions were as variable as the regions making up the new nation. Through a close examination of the spaces in which daily lives, loves, and deaths unfolded – from marital homes to places of socializing and entertainment, to a Roman court room – Mark Seymour explores the way social ‘arenas’ are crucial to the historical development of emotional cultural rules.

The narrative is driven by the failed marriage of a decorated but allegedly impotent Risorgimento soldier, his wife’s scandalous affair with a virile circus artiste (who had a string of previous lovers), and the illicit new couple’s murder of the hapless husband. Hundreds of witnesses – from local professionals to servants and even circus clowns – interviewed across the length and breadth of the peninsula, left their personal views on marriage, sexuality, and infidelity. These provide an extraordinary series of peepholes into little-known areas of the new nation’s social fabric. A careful yet imaginative reading of the prosecution records, as well as contemporary newspaper coverage, allows reconstruction of the highly emotional experiences of all those touched by this extraordinary story. The result is a classic Italian micro-history with relevance for today’s emotionally volatile times.

 

Anna Toropova, Feeling Revolution. Cinema, Genre, and the Politics of Affect under Stalin, OUP, 2020.

Stalin-era cinema was designed to promote emotional and affective education. The filmmakers of the period were called to help forge the emotions and affects that befitted the New Soviet Person – ranging from happiness and victorious laughter, to hatred for enemies. Feeling Revolution shows how the Soviet film industry’s efforts to find an emotionally resonant language that could speak to a mass audience came to centre on the development of a distinctively ‘Soviet’ cinema. Its case studies of specific film genres, including production films, comedies, thrillers, and melodramas, explore how the genre rules established by Western and prerevolutionary Russian cinema were reoriented to new emotional settings.

‘Sovietising’ audience emotions did not prove to be an easy feat. The tensions, frustrations, and missteps of this process are outlined in Feeling Revolution, with reference to a wide variety of primary sources, including the artistic council discussions of the Mosfil’m and Lenfil’m studios and the Ministry of Cinematography. Bringing the limitations of the Stalinist ideological project to light, Anna Toropova reveals cinema’s capacity to contest the very emotional norms that it was entrusted with crafting.

 

Monique Scheer, Enthusiasm. Emotional Practices of Conviction in Modern Germany, OUP, 2020.

Enthusiasm seeks to contribute to a culturally and historically nuanced understanding of how emotions secure and ratify the truth of convictions. More than just pure affective intensity, enthusiasm is about something: a certainty, clarity, or truth. Neither as clearly negative as fanaticism nor as general as passion, enthusiasm specifically entails belief. For this reason, the book takes its starting point in religion, the social arena in which the concept was first debated and to which the term still gestures. Empirically based in modern German Protestantism, where religious emotion is intensely cultivated but also subject to vigorous scrutiny, it combines historical and ethnographic methods to show how enthusiasm has been negotiated and honed as a practice in Protestant denominations ranging from liberal to charismatic. The nexus of religion and emotion and how it relates to central concepts of modernity such as rationality, knowledge, interiority, and sincerity are key to understanding why moderns are so ambivalent about enthusiasm. Grounded in practice theory, Enthusiasm assumes that emotions are not an affective state we ‘have’ but mind-body activations we ‘do’, having learned to perform them in culturally specific ways. When understood as an emotional practice, enthusiasm has different styles, inflected by historical traditions, social milieus, and knowledge (even ideologies) about emotions and how they work. Enthusiasm also provides insight into how this feeling works in secular humanism as well as in politics, and why it is so contested as a practice in any context.

 

Yaara Benger Alaluf, The Emotional Economy of Holidaymaking. Health, Pleasure, and Class in Britain, 1870-1918, 0UP, 2021.

It is often taken for granted that holiday resorts sell intangible commodities such as freedom, enjoyment, pleasure, and relaxation. But how did the desire for a ‘happy holiday’ emerge, how was ‘the right to rest’ legitimized, and how are emotions produced by commercial enterprises? To answer these questions, The Emotional Economy of Holidaymaking explores the rise of popular holidaymaking in late-nineteenth-century Britain, which is generally considered to be the birthplace of mass tourism. Drawing on a wide range of texts, including medical literature, parliamentary debates, advertisements, travel guides, popular stories, and personal accounts, the book unravels the role emotions played in British spa and seaside holiday cultures.

Introducing the concept of an ’emotional economy’, Yaara Benger Alaluf traces the overlapping impact that psychological and economic thought had on moral ideals and performative practices of work and leisure. Through a vivid account of changing attitudes toward health, pleasure, social class, and gender in late-Victorian and Edwardian Britain, she explains why the democratization of holidaymaking went hand in hand with its emotionalization.

Combining the history of emotions with the sociology of commodification, the book offers an innovative approach to the study of the leisure and entertainment industries and a better understanding of how medicalized conceptions of emotions influenced people’s dispositions, desires, consumption habits, and civil rights. Looking ahead to the central place of tourism in twenty-first century societies and its relation to stress and burnout, The Emotional Economy of Holidaymaking calls on future research of past and present leisure cultures to take emotions seriously and to rethink notions of rationality, authenticity, and agency.

 

 

 

 

 

 

Une nouvelle revue consacrée à l’histoire des émotions

source : archivi delle emozioni

Archivi delle emozioni. Ricerche sulle componenti emotive nella litteratura, nell’arte, nella cultura materiale

Scopo e ambito della rivista

Il titolo ‘Archivi delle emozioni’ vuole esprimere la dimensione storica della componente affettiva della vita umana, che in questa rivista si intende esaminare nelle sue espressioni artistiche, letterarie e culturali in senso lato, in tutte le epoche, dalla più remota antichità al presente.

Il titolo della rivista sottintende, al contempo, un’idea aperta, cioè in continuo aggiornamento e non statica, di ‘archivio’: da una parte, infatti, le emozioni si trovano ‘archiviate’ nelle espressioni artistiche e negli oggetti, come fossili del percorso umano, delle modalità cognitive dell’uomo, delle sue pratiche sociali. Ma dall’altra, le emozioni sono anche ri-vissute e ri-provate ogni volta che si entra in rapporto con i prodotti dell’arte e della cultura materiale e si comunica e si interagisce con essi. Questa rivista si interessa a tutti gli aspetti e a tutti i significati della interazione emotiva tra arte, letteratura, oggetti della cultura materiale e archeologica, e chi si è trovato o si trova coinvolto nelle loro atmosfere emotive, compresi gli stessi studiosi.

Si intende dunque da una parte ricostruire le emozioni e i loro contesti attraverso le analisi delle loro rappresentazioni artistiche, verbali e non verbali; ma ci si interroga anche sui meccanismi fisiologici delle reazioni emotive che sono sollecitate dall’arte, dalla letteratura, dal linguaggio, da ogni prodotto della cultura umana. Alla base delle nostre ricerche c’è dunque l’acquisizione, propria del XX sec., che l’ermeneutica non può più considerarsi scissa dalla vita e dalle scienze della vita, né la conoscenza, anche di noi stessi, essere considerata come scissa dal corpo e dai suoi modi di sentire.

Sainte vergogne (vient de paraître)

D. Boquet, Sainte vergogne. Les privilèges de la honte dans l’hagiographie féminine au XIIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2020.

Table des matières : ici

 

 

 

 

« Mon père disait que lorsque les temps changent – lui faisait allusion à la Première Guerre mondiale –, en plus du langage, changent les sensations, les sentiments, etc., et il avait raison… »

Goliarda Sapienza, Rendez-vous à Positano, traduction N. Castagné, Paris, Le Tripode, 2017, p. 205.

 

Peut-on imaginer meilleure façon d’éprouver la nouvelle « histoire des émotions », ses propositions et ses méthodes, qu’en questionnant une émotion aujourd’hui éteinte, une émotion historique au sens fort du terme, la vergogne ? Tel est le projet à l’origine de cette étude, qui se veut une contribution à une anthropologie historique de la honte au Moyen Âge, partant du constat que si la honte est à juste titre évoquée dès qu’il est question d’honneur, de réputation, de peine ou de pénitence, elle est rarement historicisée pour elle-même. Or, pour la raison même que les émotions ne sont pas des invariants d’une supposée nature humaine, leur histoire ne peut qu’être enracinée dans des contextes spécifiques – culturels, sociaux, discursifs –, lesquels n’en déterminent pas seulement les usages mais aussi les conceptions. Dès lors, l’objectif de cette étude est de montrer que l’altérité historique de la honte permet d’éclairer sous un nouveau jour la « condition émotionnelle » des saintes femmes au XIIIe siècle ainsi que les modalités de leurs relations avec les clercs.

Contact : damien.boquet@gmail.com

 

Les Débats du CAK saison 13 : Qu’est-ce que l’émotion d’un savant ? (enregistrement)

 

Source : Le Carnet du Centre Alexandre-Koyré

Débat avec Françoise Waquet (CNRS, CELLF) autour de son ouvrage Une histoire émotionnelle du savoir, XVIIe-XXIe siècle (Paris, CNRS Éditions, 2019).

Discutants : Damien Boquet (Aix-Marseille Université, TELEMME) et Serge Reubi (MNHN, CAK).

Modération : Wolf Feuerhahn (CNRS, CAK).

Enregistré le 17 juin 2020, en ligne.

 

Les Débats du CAK

Depuis 2014, le Centre Alexandre-Koyré invite l’auteur.e – parfois les auteur.e.s – d’un ouvrage, personnel ou collectif, récent, à en présenter en une trentaine de minutes la problématique, en insistant plus particulièrement sur les questions historiographiques qu’il met en exergue. L’ouvrage s’inscrit dans le champ de l’histoire des sciences, des techniques ou des savoirs, entendu dans son sens le plus large possible, c’est-à-dire allant de l’histoire proprement dite à l’anthropologie des savoirs, en passant par l’épistémologie ou les études sur les sciences et les technologies. Pour chaque séance, deux discutant.e.s privilégié.e.s sont également choisi.e.s pour exposer, en une dizaine de minutes chacun, leur lecture critique de l’ouvrage et pour proposer des pistes de discussion destinées à être explorées par l’ensemble de l’auditoire.

Sainte Vergogne (à paraître)

D. Boquet, Sainte vergogne. Les privilèges de la honte dans l’hagiographie féminine au XIIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, à paraître le 16 septembre 2020.

Table des matières : ici

Bon de commande : ici

 

 

Peut-on imaginer meilleure façon d’éprouver la nouvelle « histoire des émotions », ses propositions et ses méthodes, qu’en questionnant une émotion aujourd’hui éteinte, une émotion historique au sens fort du terme, la vergogne ? Tel est le projet à l’origine de cette étude, qui se veut une contribution à une anthropologie historique de la honte au Moyen Âge, partant du constat que si la honte est à juste titre évoquée dès qu’il est question d’honneur, de réputation, de peine ou de pénitence, elle est rarement historicisée pour elle-même. Or, pour la raison même que les émotions ne sont pas des invariants d’une supposée nature humaine, leur histoire ne peut qu’être enracinée dans des contextes spécifiques – culturels, sociaux, discursifs –, lesquels n’en déterminent pas seulement les usages mais aussi les conceptions. Dès lors, l’objectif de cette étude est de montrer que l’altérité historique de la honte permet d’éclairer sous un nouveau jour la « condition émotionnelle » des saintes femmes au XIIIe siècle ainsi que les modalités de leurs relations avec les clercs.

Contact : damien.boquet@gmail.com