Archives de catégorie : Annonces

Appel à communication urgent : « Saisir le rapport affectif aux lieux » – Cerisy-la-Salle, 15–22 juin 2018

Les propositions sont attendus pour le 15 octobre 2017 !!!

Appel à communications Colloque « Saisir le rapport affectif aux lieux »
Cerisy-la-Salle – 15-22 juin 2018
Un tournant affectif (ou emotional turn) nourrit depuis environ une dizaine d’années le monde de la recherche, mobilise les professionnels de tous ordres, caractérise les comportements individuels et collectifs. La référence au sensible et, plus spécifiquement, à la sensibilité des habitants, des usagers est parfois prise en considération dans les processus de conception et de réalisation urbaines. On voit ici et là des diagnostics sensibles (à Nantes par exemple). Sur un plan plus théorique, certaines disciplines, certains chercheurs traitent ce sujet depuis fort longtemps, la thématique des affects draine dorénavant la grande majorité des champs de recherche notamment en sciences humaines et sociales (histoire, géographie, sociologie, psychologie, anthropologie, philosophie, littérature…) et en neurosciences. Cependant, ce tournant n’est pas négocié de façon similaire du fait même de la temporalité de son investissement et de son rôle constitutif pour les disciplines elles-mêmes. Alors que les sciences de l’espace s’en sont emparé somme toute assez récemment dans la lignée de travaux précurseurs des années 19501, d’autres mettent déjà en avant les limites d’une Affect Theory2. Au-delà, les approches, les méthodes et les présupposés diffèrent selon les disciplines, voire au sein des courants qui les composent. En parallèle, les acteurs de la ville et des territoires se saisissent peu à peu de cette dimension de la fabrique urbaine. Comment procèdent-ils ? Comment est perçu leur travail ? Les expériences menées à bien sont-elles transposables en d’autres lieux ? Comment cela favorise-t-il ou non la participation, l’appropriation du lieu ou du projet à venir ?
Evolution de la société dans toutes ses dimensions et évolution de la recherche qu’il s’agisse de ses méthodes, de ses thèmes et/ou de ses finalités, conjointement, suscitent un plaidoyer pour la revalorisation des affects et des émotions. Dans une tonalité assez partagée, ce plaidoyer laisse entendre qu’il faut nécessairement redonner leur place aux émotions et aux affects pour compenser l’injustice de leur mise à l’écart découlant d’une part de la partition, héritée des Lumières, entre Raisons et Passions, d’autre part de l’organisation bureaucratique des sociétés urbaines et industrielles3. Cette partition serait l’oeuvre – entre autres – d’économistes cherchant à fonder l’action rationnelle ou d’une lecture mal comprise de philosophes tels Descartes, Hume ou encore Rousseau qui, s’ils ont, par souci de clarté, cherché à distinguer les deux n’en ont pas moins mis en évidence leur très forte relation, voire leur consubstantialité. De même, on ne peut plus limiter les émotions à une subjectivité détachée du monde social et des rapports sociaux4.
On ne peut donc plus ni confondre ni séparer raison, émotion et cognition5, plus encore lorsque l’intention porte sur le relationnel au sens où l’entend Simon Laflamme (1995), à savoir une approche certes attentive aux deux éléments en relation — ici l’individu, la société et la ville, l’urbain — mais surtout à la relation elle-même, en tant que telle6. On ne peut donc faire l’impasse de l’examen de cette relation lorsqu’il s’agit d’agir dans l’espace des sociétés.
Dans les sciences concernées par l’espace des sociétés, on peut faire l’hypothèse suivante : c’est face à une inquiétude grandissante et protéiforme quant aux évolutions d’un monde urbanisé7, tant dans sa production, sa gestion, son organisation qu’en ce qui concerne les modes d’habiter qui s’y déploient8 que chercheurs et professionnels de l’urbain ont mobilisé l’imaginaire9, la dimension symbolique, les approches sensibles10, le rapport affectif à l’espace11 et ont ainsi réinvesti l’expérience12 pour, littéralement, voir, écouter et saisir l’urbain actuel. Par exemple, de nombreux travaux, dans la lignée de ceux de Ledrut13 montrent que le rapport à la ville des classes favorisées est plus centré sur sa dimension esthétique, symbolique et affective que les classes défavorisées qui, elles, ont un rapport plus fonctionnel à l’espace urbain. Mais on peut y voir aussi le réel souci d’une harmonie entre vie et milieu de vie.
L’urbanisme, l’aménagement du territoire, le paysagisme, l’architecture, le design, tant comme pratiques que comme champs de savoir, relèvent de perspectives orientées autant vers la conception et l’action que vers la description, la compréhension et l’explication. La place des affects dans l’analyse de l’action dans et sur les lieux, suppose de porter une attention à la normativité qu’ils contiennent, à leur légitimité dans le contexte socio-spatial au sein duquel ils se déploient, à l’expérience subjective qui est restituée au chercheur, aux jugements de valeur qui, eux aussi, peuvent être analysés, etc.
D’une façon générale, les discours, les recherches et les actions sur l’aménagement urbain ou sur les lieux aménagés considèrent peu les affects, ni le sensible14 ou estiment qu’ils permettent de toute façon de modeler ces affects, ce sensible, par la supposée qualité architecturale ou urbaine. Plus encore, le partage des affects sur et dans l’espace, la manière dont ce partage se construit est un véritable angle mort de la recherche. En revanche, les différences accordées aux émotions selon les milieux sociaux ont très tôt été abordés par Max Weber15, bien que cette perspective n’apparaisse pas avec autant de force dans ses travaux ultérieurs sur la ville16. On note cependant de sérieuses réflexions théoriques et de solides apports empiriques traitant d’un urbanisme que l’on pourrait qualifier de sensoriel17, ce qui pose la question des liens possibles entre affects et sensations. Plus encore, les travaux de Feildel18 pointent du doigt à la fois l’existence des affects dans l’élaboration des projets et l’idée qu’en faire fi serait contre-productif, ce que confirment les sciences politiques19.
Les neurosciences, de leur côté, mènent leurs travaux visant à décrire les phénomènes émotionnels (plutôt qu’affectifs) en fonction du contexte et de son évolution, par des méthodes de mesure des modifications qu’ils impliquent (sur les plans neuronal, psychologique et physiologique et, par ailleurs, pathologique). Il semble que les méthodes employées, nécessitant des appareillages spécifiques, de laboratoire, n’aient pas permis d’aborder la ville comme environnement particulier intervenant sur les émotions. De même, en retour, l’interprétation analytique du rôle des émotions dans la perception et dans la représentation des lieux urbains est difficilement appréhendable car elle convoque des méthodes plutôt qualitatives et des jeux d’échelles qui débordent de loin les possibilités de réplication des expérimentations et donc leur montée en généralité.
Il en ressort, selon nous, 5 enjeux majeurs, au carrefour de la recherche et de l’action sur les espaces habités qui mobilisent séparément ou conjointement chercheurs et professionnels :
– Saisir le rapport affectif aux lieux : questions de recherche, de méthode, de croisements interdisciplinaires.
– Exprimer le rapport affectif aux lieux : raconter/restituer/dire/faire dire/taire/masquer.
– Concevoir des lieux en prenant en compte sa dimension affective.
Décider sans nier la part d’affect qui s’exprime inévitablement dans la décision – individuelle ou collective – en prenant en compte les affects des habitants destinataires de ces décisions.
– Susciter des émotions, changer le regard porté sur les lieux, faire aimer la ville et les territoires par ce qu’on en fait et par ce qu’on en dit.
Ce colloque vise à traiter ces cinq enjeux et les liens qu’ils peuvent entretenir et ainsi faire le point sur les différentes dimensions du rapport affectif aux lieux, sur les différentes méthodes mises en oeuvre ou à inventer pour appréhender ces différentes dimensions. Toutefois, l’objectif central est surtout opérationnel : Comment faire en sorte que les lieux habités soient aimés ? Comment faire en sorte que les habitants aiment les lieux ? Dans quelle mesure et comment cet objectif reste socialement et cognitivement différencié ?

Partant, ce colloque ouvre 3 champs de réflexion :
A- Les liens entre emotional/affective turn et société. Il s’agit d’examiner en quoi ce tournant dans les champs de la recherche et de la transformation des espaces habités correspond ou non aux évolutions actuelles des sociétés, de certains groupes sociaux (et lesquels). Qu’en est-il de ce virage dans les différentes disciplines (véritable tournant ou effet de mode ? Virage achevé ou en cours ? Est-il abordé de la même façon par les différentes disciplines ? Par les différents acteurs professionnels et institutionnels ? Quels liens entre ce tournant dans la recherche et l’évolution des rapports sociaux et des rapports à l’espace. Est-ce plutôt le fait des sciences de la connaissance ou des sciences de l’action, des acteurs de la conception, de la décision, de la pratique quotidienne ? Quelles sont les spécificités de ce tournant affectif ou émotionnel dans son application à l’espace (lieu, ville, territoire…), que cet espace soit réel, fantasmé, projeté, remémoré ?
B- Quelles méthodes mettre en oeuvre pour atteindre au mieux ce rapport affectif à l’espace et ses déclinaisons ? Que peut apporter chacune des disciplines concernées directement ou indirectement par le rapport affectif à l’espace ou, plus largement, par la construction des différentes modalités du rapport affectif ? Quels sont les soubassements de la transposition du vocabulaire de la psychologie, de la sociologie, de la philosophie et des neurosciences vers les disciplines spatiales : glissement, torsion, trahison, simple application, analogie ou métaphore ? Que permet ou quelles sont les promesses d’une interdisciplinarité autour de la question affective appliquée à l’espace ?
C- Comment faire ? Parallèlement aux méthodes pour saisir le rapport affectif aux lieux, quelles sont celles, quelles sont les pratiques et les manières de faire en oeuvre dans la fabrique des lieux ? En amont, comment dépasser le discours du sens commun et le discours savant sur les lieux aimables ? Comment faire des va-et-vient entre la connaissance et l’action ? Comment passer du savoir au faire ? Du faire au savoir-faire ? Comment faire pour atteindre l’amabilité des lieux ? Que font et qu’en disent les concepteurs et les décideurs ? Quelles sont les limites des modalités de conception, d’action, de décision ? Quels sont les conséquences et les risques associés à la conception, l’action, la décision lorsqu’elles touchent aux affects ?

Modalités de soumission
Les propositions de communication sont à envoyer à denis.martouzet@univ-tours.fr et ghlaffont@gmail.com pour le 15 octobre 2017 au plus tard, sous forme d’un titre, d’un résumé et de cinq mots clef, d’un total n’excédant pas une page environ. De plus, le ou les auteurs préciseront le ou lesquels des trois champs présentés (A : Les liens entre emotional/affective turn et société ; B : Quelles méthodes mettre en oeuvre ? ; C : Comment faire ?) ils situent leur proposition, ainsi que leur nom, prénom et institution(s) de rattachement.
Dans la mesure où ce colloque se veut être un moment à la fois d’équilibre entre monde scientifique et mode professionnel, mais surtout trajectoire de la connaissance vers l’action, différentes modalités de présentations seront proposées.
– Du côté des propositions émanant de chercheurs, enseignants-chercheurs- doctorants, TOUTES les disciplines sont les bienvenues. Les propositions relevant de l’interdisciplinarité sont attendues.
– Du côté des propositions émanant des mondes professionnel (urbanisme, aménagement du territoire, architecture, paysagisme, marketing, finance…), politique (élus locaux, nationaux) et de la société civile (habitants, usagers, associations…), il est souhaité des approches relevant des processus en oeuvre visant à atteindre cette ville aimable, ces lieux aimables, à partir d’exemples et de contre-exemples (de lieux, de projets, de processus…) en tentant de faire le lien avec les approches plus théoriques.
Enfin, les propositions émanant conjointement de chercheurs et praticiens sont très attendues.
Afin d’atteindre nos objectifs et au regard de l’organisation même du colloque où des ateliers thématiques (méthodologiques, disciplinaires et professionnels) seront proposés, les organisateurs attirent l’attention de celles et ceux intéressés par cette manifestation sur différents points organisationnels.
– Les organisateurs visant un équilibre entre les différents mondes (académique, sociopolitique, habitant) de façon à faire émerger un dialogue producteur de sens pratique, ils se réservent la possibilité de demander aux personnes proposant une communication de faire celle-ci de façon classique (temps imparti de présentation suivi d’un moment d’échanges) ou lors d’une table ronde en lien avec leur propos.
– La durée totale du colloque est de 7 jours et il est vivement attendu une présence sur toute la durée de l’événement.
Plus d’informations sur www.ccic-cerisy.asso.fr

Calendrier
15 octobre 2017 : date limite d’envoi des propositions.
15 novembre 2017 : Réponse du comité scientifique du colloque : refus/acceptation ; communication classique/participation à une table ronde.
30 avril 2018 : envoi des textes complets.
15-22 juin 2018 : colloque Lieu : Château de Cerisy-la-Salle

Composition du comité scientifique du colloque
Audas Nathalie, Urbanisme, Université de Grenoble, UMR PACTE
Beck Robert, Histoire, Université de Tours, EA CETHIS
Favory Michel, Géographie, Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux, UMR ADESS
Feildel Benoît, Urbanisme, Université Rennes 2, UMR ESO
Gaussier Nathalie, Economie, Université Bordeaux 4, UMR GRETHA
Glowinski Jacques, Neurosciences, Collège de France
Hoyaux André-Frédéric, Géographie, Université Bordeaux 3, UMR ADESS
Lacour Claude, Economie, Université Bordeaux 4, UMR GRETHA
Laffont Georges-Henry, Urbanisme, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Saint-Etienne
Lolive Jacques, Science politique, Université de Grenoble, UMR PACTE
Manning Nicholas, Littérature, Université Paris 4, EA VALE
Martouzet Denis, Urbanisme, Université de Tours, UMR CITERES
Ramadier Thierry, Psychologie environnementale, CNRS, UMR SAGE
Weiss Karine, Psychologie environnementale, Université de Nîmes, EA CHROME

Notes
1 Dardel E., L’homme et la terre, Paris, Colin, 1952.
2 Martin E., The Potentiality of Ethnography and the Limits of Affect Theory, Current Anthropology, Vol. 54, No. 7, 2013), p. 149-S158
3 Weber M., Economie et société, Paris, Plon, 1921
4 Mauss M., L’expression obligatoire des sentiments, Essais de sociologie, Paris, Minuit, 1968 ; Gordon S.L., «The sociology of sentiments and emotions », Rosenberg M., Turner R.H. (eds), Social Psychology. Sociological perspectives, New York, Basic Books, 1981 ; Harre R., The social construction of emotions, Oxford, Basil Blackwell, 1989.
5 Piaget J., Les relations entre l’ intelligence et l’affectivité dans le développement de l’enfant, in B. Rimé, K. Scherer (eds), Les émotions, Neuchâtel, Delachaux-Niestlé, 1988.
6 Laflamme S., Communication et émotion. Essai de microsociologie relationnelle, Logiques sociales, Paris, L’Harmattan, 1995.

7 Choay F., “Le règne de la ville, la mort de l’urbain”, in La ville, art et architecture en Europe: 1870-1993, centre George Pompidou, Paris.
8 Mathieu N., 2007, L’évolution des modes d’habiter : un révélateur des mutations des sociétés urbaines et rurales. Introduction, in Luginbühl, Y., (dir.), Nouvelles ruralités, nouvelles ruralités en Europe, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, Peter Lang, pp. 25-45
9 Bachelard G., 1957, La poétique de l’espace, Paris, PUF ; Castoriadis C., L’Institution imaginaire de la société, Paris, Seuil, 1975 ; Durand G., Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, PUF, 1960 ; Laffont G.-H., L’imaginaire urbain dans « les cités obscures » ou l’uchronie désenchantée de l’idéal moderniste européen, Inter-lignes, N°7, 2011
10 Manola T., « Rapports multisensoriels des habitants à leurs territoires de vie. Comment saisir l’insaisissable ? Méthodologie du paysage multisensoriel », Norois, N°227, 2013, p. 2542.
11 Martouzet D., Ville aimable, Tours, PUFR, 2014.
12 Tuan Y.-F., Space and Place: The Perspective of Experience, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1977.
13 Ledrut, R., Les images de la ville. Paris, Anthropos, 1973.
14 Zardini M. (dir.), Sensations urbaines : une approche différente à l’urbanisme. Montréal et Baden, Centre Canadien d’Architecture et Lars Müller Publishers, 2005.
15 Weber M., L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 2003 [1905].
16 Weber M., La ville, Paris, Aubier, 1982 [1921].
17 Howes D, Marcoux J.-S, Introduction à la culture sensible, Anthropologie et Sociétés, Vol. 30, N° 3, p. 7-17, 2006 ; Lucas R., Mair G. (ed.), Sensory Urbanism Proceedings 2008, University of Strathclyde (Glasgow), Edinburgh, Flâneur Press, 2008. ; Paquot T, L’Urbanisme, c’est notre affaire !, Nantes, L’Atalante, 2010.
18 Feildel B., Espaces et projets à l’épreuve des affects : pour une reconnaissance du rapport affectif à l’espace dans les pratiques d’aménagement et d’urbanisme, doctorat, Tours, université de Tours, 2010.
19 Tricot A., Lolive J., « Pannes, conflits et pratiques urbaines autour de Nice », Les Annales de la Recherche Urbaine, Plan Urbanisme Construction Architecture, 1999, p. 185-195.

 

 

Anne Carol, Au pied de l’échafaud. Une histoire sensible de l’exécution (vient de paraître)

Sources : Belin

Anne Carol, Au pied de l’échafaud. Une histoire sensible de l’exécution, Paris, Belin, 2017.

Depuis 1981, la peine de mort est abolie en France ; la dernière exécution a eu lieu en 1977. En outre, depuis 1939, les exécutions n’étaient plus publiques et se déroulaient dans l’enceinte des prisons devant quelques témoins. Il nous est donc difficile d’imaginer aujourd’hui ce que ces exécutions ont été. Au mieux, l’image que l’on en a renvoie aux exécutions parisiennes du début du XXe siècle et de leur rituel bien rodé, que les journaux rappellent inlassablement : le réveil, la toilette, le verre de rhum, les quelques pas dans la lumière de l’aube.
L’objectif de ce livre est d’abord d’effacer cette distance ; de replacer l’exécution à hauteur d’homme, dans le flot tumultueux du temps vécu, des sensations du corps ; de donner à sentir sa violence, de lui restituer, en somme, sa dimension sensible. Ce livre est en second lieu une tentative pour replacer le condamné au centre du récit et lui restituer une place d’acteur à part entière dans le déroulement de son châtiment.
Il s’agit enfin de comprendre comment les dispositifs qui ont rendu l’exécution possible pour des hommes ordinaires a fonctionné, puis évolué. Peut-être faut-il penser que c’est le caractère insupportable de la mise en oeuvre de l’exécution, autant que son spectacle, qui a conduit à la réformer, puis à l’abolir.

Compte rendu de « Sensible Moyen Âge »

Source : Questions de communication, 31 (2017)

Natalia Núñez Bargueño, « Piroska NAGY, Damien BOQUET, Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval », Questions de communication, 31 | 2017, 526-527.

L’ensemble des sciences sociales manifeste un intérêt croissant pour l’étude des émotions. Cet intérêt fait écho à la recherche conduite au sein des sciences cognitives depuis une vingtaine d’années, notamment sur le rôle des émotions dans la prise de décisions. En démontrant que les émotions sont bien au cœur des processus cognitifs, ces études ont problématisé l’opposition émotion/raison. C’est le vaste domaine des émotions dans l’histoire que Piroska Nagy et Damien Boquet, historiens déjà connus pour leurs excellents travaux au sein du programme de recherche « Les Émotions au Moyen Âge » étudient dans Sensible Moyen Âge. Pour illustrer leur thèse principale, « l’émotion est au cœur de l’anthropologie du Moyen Âge occidental » (p. 17), ils proposent une captivante histoire culturelle de l’affectivité médiévale et essaient de démontrer que les émotions ont, elles aussi, toute une historicité. L’ouvrage montre que, loin d’être figées, les émotions du Moyen Âge varient selon les groupes sociaux – la colère est un affect des puissants, la honte des femmes et des jeunes gens –, l’espace et le temps. Cette enquête présente aussi une version alternative au grand récit – théorisé par le sociologue Norbert Elias (La Civilisation des mœurs, Paris, Agora, 2002) – sur le « processus de civilisation des mœurs », une lecture téléologique selon laquelle le Moyen Âge, caractérisé par une émotivité débridée, serait une époque « infantile », marquée par un excès affectif qui sera progressivement maîtrisé, voir discipliné, dans l’époque moderne.

Sensible Moyen Âge est divisé en neuf chapitres, organisés de façon thématique et chronologique. Avec ce choix du récit historique non strictement linéaire Piroska Nagy et Damien Boquet soulignent l’existence de certains mouvements, comme celui concernant l’amitié masculine, qui progressent à travers toute la période médiévale (p. 349). En conséquence, les neuf chapitres peuvent être regroupées en trois parties. La première, comprenant les trois premiers chapitres (pp. 21-50 ; pp. 51-74 ; pp. 75-102), propose une esquisse sur les origines chrétiennes – dans l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge – de ce que les auteurs n’hésitent pas à qualifier de « révolution affective » (p. 24). C’est dans la confrontation créative entre sources païennes de la théologie chrétienne et contenu des textes sacrés du christianisme, dans la rencontre entre la conception de l’« apatheia divine » appartenant à l’Antiquité et le portrait de la divinité sensible selon l’Ancien et le Nouveau Testament – d’un Père et d’un Fils capables de faire preuve de miséricorde mais aussi d’avoir des accès de colère – que de nouveaux contours anthropologiques et religieux seront définis. Les Pères de l’Église entreprirent un projet de légitimation de l’émotivité divine qui, dans le long terme, « aboutit à une remise en cause radicale de la nature perturbatrice de la passion » et, en conséquence, acheva l’élaboration d’un nouveau modèle d’affectivité fortement lié à l’anthropologie de l’Incarnation-Passion, un modèle dont l’influence peut être observée tout au long du Moyen Âge (pp. 22-26).

Les trois chapitres suivants (pp. 103-150 ; pp. 151-186 ; pp.187-224) abordent la réception et la propagation de ce nouveau paradigme d’affectivité chrétienne dans les milieux de la haute société féodale française. Entre le ixe et le xiie siècle, la nouvelle conception du salut fondée sur l’importance radicale des affects émerge du microcosme monastique qui l’a vu naître, pour partir à la conquête de la société laïque. Ce faisant, le modèle « rencontre d’autres logiques sociales et discursives », notamment « celle de la pensée scientifique de l’homme, mais aussi celles de la culture aristocratique » (p. 149). Enfin, les trois derniers chapitres (pp. 225-256 ; pp. 257-302 ; pp. 303-346) traitent de différents aspects concernant la façon dont les émotions irriguent les relations sociales à la fin du Moyen Âge. Les chapitres vii et ix intitulés respectivement « Politiques des émotions princières » et « Émotion commune », soulignent les différences dans le jugement des émotions dans les cours princières et des émotions du peuple. L’un des chapitres les plus captivants est le huitième, dont le titre est « La conquête mystique de l’émotion » : la dévotion mystique engage « un nouveau mode de communication du sacré », une piété affective d’une ferveur insolite, dans laquelle « l’émotion incarnée occupe le devant de la scène » (p. 268).

L’une des particularités de ce livre foisonnant est de traiter l’émotion dans sa dimension culturelle et relationnelle, c’est-à-dire de considérer l’ensemble des façons de vivre et d’user de l’affect en société. En ce sens, Sensible Moyen Âge octroie une grande attention à la perspective de genre. Entre autres aspects, les auteurs considèrent la manière dont la culture des groupes hégémoniques s’appuie sur l’émotion pour fonder des rapports homme/homme et homme/femme ainsi que la façon dont ces rapports sont assumés – activement – par des groupes subalternes. Par exemple, les auteurs traitent : des particularités de l’homoaffectivité dans la solidarité amicale, l’amicitia, une relation circonscrite dans les liens monacaux et féodo-vassaliques (p. 171) ; de la dévotion au Christ incarnée, laquelle, en mobilisant les affects, et en particulier celui de l’amour maternel, effectue une féminisation de la déité (p. 138) ; des pleurs et de la colère publique des rois – et parfois des reines – qui gouvernent ; de la mystique affective et corporelle pratiquée par les femmes, résultant « à la fois d’une assignation et d’une appropriation » du rôle qui leur est assigné par la société de l’époque (p. 289). Comme le montrent ces exemples, un aspect remarquable de l’étude est de souligner le rôle social des affects. En conséquence, l’ouvrage aborde la manière dont, en créant ou en réaffirmant l’identité émotionnelle du groupe, les affects contribuent au projet d’ordonner la société (p. 306), car l’émotion peut servir de langage politique sur lequel un régime peut s’appuyer pour créer une identité en résistance ou en opposition à un autre régime (ibid.). C’est ainsi que Piroska Nagy et Damien Boquet démontrent non seulement que les affects sont au cœur du lien social, mais également que les émotions agissent dans l’histoire.

Une autre question très intéressante qui apparaît dès le début de l’ouvrage, est celle du lexique. Piroska Nagy et Damien Boquet invitent à se méfier d’une histoire des émotions qui serait exclusivement armée des concepts médiévaux, car nous éprouverions de grandes difficultés à trouver une notion médiévale analogue à celle de l’émotion moderne. C’est pourquoi, l’ouvrage illustre le fait qu’il existe une pluralité de vocabulaires, et que, souvent, un groupe de termes peut former une partie d’une imbrication sémantique particulière, comme les termes affectio, amicitia, dilectio et caritas. Le travail de l’historien concerne donc l’inscription du vocabulaire et de la rhétorique des émotions dans des scénarios discursifs, ainsi que leur mise en relation avec les caractéristiques du groupe auquel ils sont associés. À ce sujet, même si la plupart des sources se trouvent « encodées » dans des catégories chrétiennes – a priori en latin – et en dépit du fait que les auteurs aient opté pour l’analyse de l’espace francophone, leur étude pourrait s’enrichir d’une comparaison de la palette du vocabulaire émotionnel entre le français et d’autre langues vernaculaires voisines. De plus, on trouve une difficulté d’ordre méthodologique, car leur œuvre se nourrit de plusieurs concepts des études émotionnelles anglo-saxonnes, comme celui de communauté émotionnelle développé par Barbara H. Rosenwein (« Émotions en politique. Perspectives de médiéviste », Hypothèses, 1, 5, 2001, pp. 315-324), ou celui d’émotif de William M. Reddy (« Against Constructionism: The Historical Ethnography of Emotions », Current Anthropology, 38, 1997, pp. 327-351), sans pourtant élucider en profondeur leur choix entre la multiplicité des modèles disponibles. Toutefois, le livre est déjà imposant et il aurait été difficile de le prolonger sans l’alourdir. Cela explique peut-être le fait que certaines parties peuvent paraître trop courtes (à l’instar de l’analyse des images, qui ne sont convoquées qu’à titre d’exemples).

Appel à articles thématiques : Méthodologie, dans l’étude des émotions (histoire, culture, société)

La nouvelle revue Emotions: History, Culture, Society attend des propositions sur la question de la méthodologie pour décembre 2017.

Les propositions seront discutées jusqu’en mars 2018.

Pour tous les détails, voir : http://www.historyofemotions.org.au/media/259168/call_for_thematic_papers-1.pdf

Emotions: History, Culture, Society calls for proposals for thematic issues for its 2019 second issue. Issues can be on any topic that falls within the journal’s remit to enhance our understanding of emotions as temporally and geographically situated phenomena. Issues should be theoretically informed and bring a range of methodological perspectives to the topic. ‘Methodology’ here is construed broadly to incorporate different disciplinary, theoretical and methodological approaches.
Issues are a maximum of 64,000 words. They will typically consist of around eight articles, including a scholarly introduction. Essays should be original and not published elsewhere. The guest editor/s will be responsible for providing copy ready for peer review before December 2018. All copy should conform to the EHCS
Style Guide. The journal editors will be responsible for arranging reviews; any final decision over publication will lie with them.
PROPO SALS SHOULD CONSIST OF:
• Title
• Description of the theme and its contribution to the field of emotions scholarship (500–1000 words)
• 300-word biography for each editor, indicating their expertise on the topic
• List of confirmed contributors (including short biographies), article titles and 300-word abstracts
Proposals are due by 15 December 2017 and should be emailed
to editemotions@gmail.com.
All correspondence and queries should be addressed to Katie Barclay and Andrew Lynch at editemotions@gmail.com
PROPOSALS WILL BE ASSESSED ON THE FOLLOWING BASIS:
• Suitability for the journal
• Originality of the contribution to the field
• Significance of the theme/ ability to advance
scholarship in exciting ways
• Range of perspectives brought to the theme by
the individual contributions
• Range and quality of authors

Appel à candidatures : conférence sur l’Histoire des émotions à Washington

CFP: History of Emotion Conference at George Mason University

Type:
Call for Papers
Date:
June 1, 2018 to June 2, 2018
Location:
Virginia, United States
Subject Fields:
Sociology, Teaching and Learning, Intellectual History

A Conference on the History of Emotion will take place at George Mason University, in Fairfax, VA, on June 1-2 2018. The conference organizers are Susan Matt, Weber State University, and Peter Stearns, George Mason; the Conference is co-sponsored with the Society on the History of Emotion (SHE).

The Conference seeks to address major issues in the field: periodization, relevant theory and interdisciplinarity, comparative approaches, teaching and public outreach. There will also be discussion of the formation of a virtual organization for scholars working on the history of emotion in North America, in coordination with the SHE.

The conference invites paper proposals that fall within the parameters suggested above. Relevant Prospectuses must be received no later than Sept. 30, 2017, addressed to pstearns@gmu.edu (feel free to address any questions to this same address). Decisions will be made by the end of October. It must be emphasized that this conference is self-funded, so no subsidies or stipends are available.

Contact Info:

Peter Stearns, George Mason University

Contact Email:

Naissance d’un groupe de lecture virtuel en Histoire des émotions

L’ARC Centre of Excellence for the History of Emotions lance un groupe de lecture internationale en histoire des émotions. Tous les mois, un article / essai sera lu et discuté par les membres du groupe. Bien sûr, nous pourrons aussi proposer des lectures à cet effet.  La discussion se déroulera en anglais.

Voici le descriptif du groupe et le lien pour s’y joindre:

Description du groupe

A forum for the discussion of essays, articles and ideas about the History of Emotions, sponsored by the Society for the History of Emotions (SHE). Each month this interdisciplinary, global group will discuss a selected essay. For the first few months (August – December, 2017), the ARC Centre of Excellence for the History of Emotions at the University of Melbourne will take responsibility for selecting essays and getting the ball rolling (and moderating discussion where necessary): we hope to hand over to other groups or individuals for periods of, say, four to six months at a time. Other reading groups or individuals around the world are invited to post responses to the selected essay in this forum (let’s aim to keep one thread per essay, starting a new thread each month). We aim to be inclusive, civil, tolerant of different approaches and levels of expertise and experience in this field, bearing in mind that many readers will be new to the study of emotions, or students or independent scholars, as well as established academics. The Melbourne reading group meets in the first week of the month, and we will aim to post something, either collectively, or as individuals, by the middle of the month at the latest. We also encourage everyone to introduce themselves. We look forward to seeing you all online!

The first essay will be ‘New Materialism and the New History of Emotions’ by Katie Barclay, from the inaugural issue of the journal Emotions: History, Culture, Society 1.1 (2017): 161‒83,  and will be accessible when you join the group. 

Society for the History of Emotions: http://www.historyofemotions.org.au/society-for-the-history-of-emotions/about-she/

ARC Centre of Excellence for the History of Emotions: http://www.historyofemotions.org.au/

 

 

Le premier numéro de la revue Emotions: History, Culture, Society (EHCS) est sorti !

La revue consacrée à l’histoire des émotions, lancée par l’équipe australienne et plus largement par la nouvelle Société pour l’Histoire des Émotions (Society for the History of Emotions , SHE ) est parue, sous format papier ET électronique : c’est le moment de s’abonner, en devenant membre de la SHE !

first issue of Emotions: History, Culture, Society

Table of Contents

Editors’ Foreword and Notes on Contributors
ix‒xv

Articles

The Emotional Economy of Early Modern Pilgrimage Shrines: The Case of Mariazell
Charles Zika 1‒27

Introducing a Psycho-Historical Approach to the Study of Emotions in Music: The Case of Monteverdi’s Il Combattimento di Tancredi e Clorinda
Jane W. Davidson, Frederic Kiernan and Sandra Garrido
29‒58

Emotions, Power and Popular Opinion about the Administration of Justice: The English Experience, from Coke’s ‘Artificial Reason’ to the Sensibility of ‘True Crime Stories’
David Lemmings 59‒90

‘A good hater’: Writing about the Emotions with George Eliot and A. S. Byatt
Stephanie Trigg 91‒111

Mourning and Glory: Toward Affective Histories of Violence in Africa over la Longue Durée
Richard Reid  113‒36

‘Somewhere in the North of England’: A Recollective Ecology
Mick Smith 137‒60

New Materialism and the New History of Emotions
Katie Barclay 161‒83

Afterword
W. Gerrod Parrott 185‒93

Book Reviews
(Click here to download all book reviews)

Borgeaud, P., Exercices d’histoire des religions: Comparaison, rites, mythes et émotions, ed. D. Barbu and P. Matthey (Leiden: Brill, 2016)
Eduard Iricinschi 195‒97

Broomhall, S., ed., Ordering Emotions in Europe, 1100–1800 (Leiden/Boston: Brill, 2015); and Broomhall, S., ed., Early Modern Emotions: An Introduction (London/New York: Routledge, 2017)
Guido van Meersbergen 198‒200

Carrera, E., ed., Emotions and Health, 1200–1700 (Leiden/Boston: Brill, 2013)
Bronwyn Reddan 200‒02

Champion, M. and A. Lynch, eds, Understanding Emotions in Early Modern Europe (Turnhout: Brepols, 2015)
Eva Del Soldato 203‒04

Chaniotis, A., ed., Unveiling Emotions: Sources and Methods for the Study of Emotions in the Greek World (Stuttgart: Franz Steiner Verlag, 2012); and Sanders, E. and M. Johncock, eds, Emotion and Persuasion in Classical Antiquity (Stuttgart: Franz Steiner Verlag, 2016)
Constanze Güthenke 204‒08

Enenkel, K. A. E. and A. Traninger, eds, Discourses of Anger in the Early Modern Period (Leiden: Brill, 2015)
Kirk Essary 208‒10

Lamb, J., Scurvy: The Disease of Discovery, with a coda written by J. May and F. Harrison (Princeton and Oxford: Princeton University Press, 2017)
Marie-Christine Skuncke 210‒12

Rosenwein, B. H., Generations of Feeling: A History of Emotions, 600–1700 (Cambridge: Cambridge University Press, 2015)
Paul Megna 212‒14

Shoshan, N., The Management of Hate: Nation, Affect, and the Governance of Right-Wing Extremism in Germany (Princeton: Princeton University Press, 2016)
Dani Kranz 214‒16

Download full issue here

(for Society Members only)

Full access to the journal is available through subscription to the Society for the History of Emotions.

Call for Papers : Emotions of Cultures / Cultures of Emotions: Comparative Perspective, 11-13 December 2017, Perth (Western Australia)

Dates: 11‒13 December 2017
Venue: The University of Western Australia, Perth
Convenors: Jacqueline Van Gent
Submission deadline: Monday 31 July 2017
Submissions and enquiries: societyhistoryemotions@gmail.com

Download the amended Call for Papers

Please note the conference dates are now 11–13 December 2017.

The Society for the History of Emotions (SHE) is an international and interdisciplinary professional organisation. SHE promotes a deeper understanding of the changing meanings and consequences of emotional concepts, expressions and regulation over time and space and across cultures. The Society is committed to fostering interdisciplinary international dialogue on all aspects of humanities-based emotions research.

The historical and cultural conditioning of emotions – including their expression, regulation and performance, and their gendered, ethnic, class-based and contingent nature – is a methodologically rich field. This conference encourages discussion across disciplines, cultures and historical periods, with a particular focus on broadening emotions history beyond its hitherto largely Western context. For the inaugural conference of SHE we now invite papers that address one or more of the following questions:

 Emotions of Cultures – Comparative Perspectives

How can we extend the cultural and geographical scope of current emotions research? In what ways can we develop our methodologies, especially with regard to comparative studies? How can postcolonial perspectives, indigenous positions and North-South dialogues be better integrated into historical emotions research?

Cultures of Emotions – History of Emotions and Contemporary Issues

How can comparative studies in the history of emotions further our understanding of contemporary issues and problems? How can such comparative perspectives contribute to public debates about cross-cultural and cross-religious issues? What problems do we encounter when teaching the history of emotions, and how can we ensure our teaching is cross-disciplinary?

Keynote Speakers

Jakelin Troy, The University of Sydney

Professor Jakelin Troy is a Ngarigu woman from the Snowy Mountains of New South Wales, and Director of Aboriginal and Torres Strait Islander Research at The University of Sydney. Jakelin’s research and academic interests focus on languages, particularly endangered Aboriginal and ‘contact languages’, language education, linguistics, anthropology and visual arts. She has extensive experience developing curriculum for Australian schools, focusing on Australian language programs. She studied in Mexico and Japan, developing her interest those countries’ art, culture and languages.  Professor Troy is Editor in Chief of ab-Original: Journal of Indigenous Studies and First Nations’ and First Peoples’ Cultures.

Kathryn Prince, University of Ottawa

Dr Kathryn Prince is a theatre historian with a particular interest in early modern drama. Her current work focuses on the intersections of space, bodies, objects and emotions in early modern performance, as well as ‘performance’ in a broader sense relating to early modern accounts of cross-cultural contact. Her recent publications include the edited collections Performing Early Modern Drama Today (Cambridge University Press, 2013) and History, Memory, Performance (Palgrave Macmillan, 2014), as well as several book chapters on emotions and drama.

Possible paper and panel topics for the conference may include:

  • reading emotional understandings and practices in different temporal, cultural or regional locations
  • reading emotional understandings and practices within cross-cultural contact and conflict
  • translations of emotion across geographical, cultural and religious boundaries
  • emotions and the migration of images
  • emotions in the literary, historiographical and cultural creation and reception of Otherness
  • emotions and tolerance/intolerance in culture, race and religion
  • imperial and anti-imperial emotions
  • history of emotions and indigenous research methodologies

 

Individual papers and themed panels are invited. For individual papers, please send a title, abstract (c.250 words) and a short bio (max. 150 words) to societyhistoryemotions@gmail.com. For panels, please send a panel title, brief description and outline of panel format, and titles, abstracts and short biographical statements for each presenter,  to societyhistoryemotions@gmail.com.

Submission deadline: Monday 31 July 2017.

L’histoire des émotions avant « l’histoire des émotions »

Résultat de recherche d'images pour "lhomme devant la mort ariès"

Vendredi 23 juin, dans le cadre du colloque « Transitions funéraires en Occident de l’Antiquité à nos jours » (Université de Paris-Est Créteil, 22-23 juin 2017), je présenterai une communication sur le thème : L’histoire des émotions avant « l’histoire des émotions » : Philippe Ariès et l’histoire des attitudes devant la mort.

En voici le résumé :

« L’histoire des émotions » qui se développe rapidement depuis une décennie revendique souvent la nouveauté historiographique de son objet et l’originalité de ses méthodes, en rupture avec les conceptions irrationnelles des émotions. Néanmoins, il convient aujourd’hui de rappeler que « l’histoire des émotions », qui n’est pas un champ unifié, s’inscrit dans plusieurs traditions historiographiques, en particulier, pour ce qui concerne le programme EMMA que j’anime depuis une dizaine d’années avec Piroska Nagy, dans une histoire culturelle des sensibilités engagée dès les années 1930 par les premiers historiens des Annales. En ce sens, l’histoire des attitudes devant la mort a constitué, à partir des années 1960-1970, un chantier expérimental de première importance pour une histoire des émotions et des sensibilités. Les livres de Philippe Ariès, Essais sur l’histoire de la mort (1975) puis L’Homme devant la mort (1977) ont été une étape majeure dans l’émergence d’un champ historiographique en devenir, et ont positionné plus largement l’histoire de la mort, du deuil et des pratiques funéraires aux avant-postes. Alors que depuis quelques années, l’histoire de la mort et du deuil a pleinement (ré)intégré la question de l’émotion dans ses questionnements (A. Carol, G. Cuchet, E. Fureix, C. Lansing, R. Marcoux, B. H. Rosenwein, etc), je voudrais reprendre la lecture de L’Homme devant la mort dans le cadre d’une réflexion sur la généalogie de « l’histoire des émotions », afin de mesurer la singularité des propositions de Philippe Ariès et la complexité des ramifications historiographiques. Pour cela, je souhaite proposer une réflexion en trois moments :

1) Je m’intéresserai tout d’abord au rôle du vocabulaire et des catégories des affects dans la démarche d’« histoire psychologique » que défend Ariès, à partir des 4 termes qu’il utilise le plus fréquemment et qui constituent sous sa plume les principaux opérateurs des transformations psychiques face à la mort : émotion, sentiment, sensibilité et mentalité. Chez Ariès, c’est bien sous l’angle psychologique que les émotions sont considérées, tout comme le psychisme lui-même, quand il s’agit des attitudes de l’homme face à la mort, est façonné en priorité par l’affect.

2) Dans un second temps, je reprendrai le célèbre schéma des 5 grandes phases des attitudes devant la mort (la mort apprivoisée, la mort de soi, la mort longue et proche, la mort de toi, la mort inversée) en questionnant l’existence d’un régime émotionnel propre à chacune de ces phases, en lien également avec les deux grands moments de « changement de coutumes funéraires » qu’Ariès identifie (aux XII-XIIIe s. et au XIXe s.). Cette partie sera l’occasion de revenir sur les principes de « rupture », de « tournant » ou de « transition » en matière d’histoire psychologique des attitudes devant la mort où il apparaît que les émotions sont à la fois un facteur de changement et un symptôme des transformations en cours.

3) Enfin, j’engagerai une comparaison, toujours sous l’angle des rapports entre histoire des émotions et histoire de l’homme devant la mort, entre les thèses d’Ariès et celles de Norbert Elias, à partir notamment de son opuscule La Solitude des mourants (1982). En effet, l’histoire psychologique a souvent été associée à la théorie du processus de civilisation d’Elias, qui représente aujourd’hui encore, malgré une analyse critique, un modèle historiographique influent dans le champ de l’histoire des sensibilités. Sans aller sur le terrain de l’évaluation de ces thèses – auxquelles je n’adhère pas –, je voudrais montrer dans quelle mesure l’approche d’Ariès, au delà de toute influence directe, recoupe pour une part la théorie du processus de civilisation. Mais, il me semble important aussi de souligner les divergences, voire les incompatibilités, entre ces deux modèles de « psychohistoire affective ».

Revenir sur le rôle pionnier des historiens de la mort dans l’histoire des émotions et des phénomènes affectifs permet ainsi de mieux mesurer, en les contextualisant, la complexité de ce champ et l’originalité de ses propositions actuelles.

Nostalgia in the Later Middle Ages – Oxford, 21-22 June 2017

Voici un beau petit colloque sur la nostalgie à la fin du Moyen Âge !

Et vous pouvez télécharger le poster ici : nostalgia poster

ainsi que le programme : nostalgia programme

Wednesday 21stof June
9:00-9:30 Welcome and introduction with Hannah Skoda and Fabrizio Titone
9:30-11:00 Approaches to Nostalgia
•Monika Palmberger (University of Vienna), Nostalgia and Anthropology: Past and Future at Stake
•Tim Wildschut(University of Southampton), The Psychology of Nostalgia
•Tobias Becker (German Historical Institute), Nostalgia Gets a Name: a Genealogy of the Nostalgia Discourse since the 1970s
11:00-11:30 Coffee
11:30-13:00 Historiography, Memory and the Semantics of Change
•Matthew Kempshall(University of Oxford), Writing Nostalgia in the Middle Ages
•José Ramón Diaz de Durana(Universidad del País Vásco), The Role of the Past in Late Medieval Hidalgo,Historiography and Memory
13:00-14:00 Lunch
14:00-15:30 Social Consciousness
•Elisabeth Gruber (UniversitätSalzburg), Memory and Nostalgia in Late Medieval Vienna
•Jan Geert Van Gelder(University of Oxford),Good Times, Bad Times: Opinions on the « Corruption of Time » in pre-Modern Arabic Literature
•John Sabapathy(UCL), Nostalgia and the Franciscans in the Early Fourteenth Century
15:30-16:00 Coffee
16:00-17:30 Protests and Social Change
•Vincent Challet(UniversitéPaul Valéry),Popular Politics and the Sense of Nostalgia at the End of the Middle Ages
•Hannah Skoda (University of Oxford), Petitioners and Protestors, and the Evocation of the ‘good old days’
•Sam Cohn (Glasgow University),Nostalgia and Popular Revolt in the Late Middle Ages

Thursday 22ndof June
9:00-10:30 Changing Dynasties and Political Legitimization
•Malcolm Vale (University of Oxford), Past Glories and Present Discontents: Political Nostalgia in Fifteenth-century England
•Larissa Tracy (Longwood University), Creating Literary Heroes: Nostalgia, National Identity and the Idea of Justice
•Len Scales (Durham University), 1250: The Fall of the Roman Empire?
10:30-13:00 Free time
13:00-14:00 Lunch
14:00-15:30 Nostalgia and Emotion
•Fabrizio Titone(Universidad del País Vasco),A Past that Never Sets: Expressions of Nostalgia in Sicily from the Twelfth to the Sixteenth Centuries
•Naama Cohen-Hanegbi(Tel Aviv University), Melancholic Memory in Late Medieval Medicine
•PiroskaNagy (Université du Québec à Montréal), as discussant
15:30-16:30 Closing discussion with coffee