Archives de catégorie : Annonces

L’envie, une passion tourmentée

Source : Champ Vallon

André Rauch, L’Envie, une passion tourmentée, Champ Vallon, 2021.

Ce livre explore une passion tourmentée : l’envie. Quelle est son histoire ?
Selon les Écritures, cette passion du Diable est dévastatrice. Elle attaque l’ordre divin, mais sème aussi le schisme et la discorde entre les hommes, mine les relations sociales, pervertit l’exercice de la justice et corrompt la quête de la vérité.
Au XIXe siècle, romanciers et poètes s’en servent pour illustrer les désirs qui animent le ressentiment et sont à la source de toutes sortes de haines, raciales ou antisémites. Aujourd’hui arbitre de la société de consommation, la jalouse envie explose sur les plates-formes d’Internet qui « hébergent » le cyber-harcèlement, semant la terreur chez les adolescents et l’indignation des pédagogues.
C’est un éclairage inédit qui est ici jeté sur une passion tourmentée.

Sommaire, ici.

SEXUALITÉ « DÉVIANTE », SEXUALITÉ VIOLENTE AU MOYEN ÂGE

Sexualité « déviante », sexualité violente au Moyen Âge

Mercredi 10 novembre 2021 de 9h30 à 12h00

Salle PAF, MMSH – Aix-en-Provence

Organisée par le groupe
Façons d’être : corps, émotions, récits de soi –
TELEMMe (AMU-CNRS)

Gustave Courbet, Autoportrait, vers 1840,
The Metropolitan Museum, Domaine public.

 

Cette séance, centrée sur l’actualité éditoriale, aborde la question de la sexualité « déviante » ou violente au Moyen Âge dans deux contextes bien différents qui mettent à l’index la figure du « sodomite » : celui de la dénonciation des pratiques « contre nature » dans l’Église au XIe siècle et celui de la répression du crime pédophile par la justice pénale à Bologne à la fin du Moyen Âge

Programme

Introduction Damien Boquet (AMU – TELEMMe)

Église et sexualité au XIe siècle. Le Livre de Gomorrhe de Pierre Damien – Jean-François Cottier (Université de Paris)

Viols d’enfants au Moyen Âge. Genre et pédocriminalité à Bologne (XIVe-XVe siècle) – Didier Lett (Université de Paris)

Fluidités de genre au Moyen âge

Séances Médiévales d’Aix-Marseille

Aix-en-Provence

MMSH – vendredi 5 novembre 2021

salle 101 (Temime)

14h-17h

 

Sébastien Douchet (AMU, CIELAM)

Initier les jeunes chercheurs aux questions de genre dans les littératures «anciennes» : un retour d’expérience

Clovis Maillet (ESAD’Angers)

Les genres fluides au Moyen Âge

 

Séance animée par Damien Boquet (AMU, TELEMMe)

Colloque international “Honte et vertu dans l’Antiquité” / “Shame and virtue in Antiquity”

Source : TDMAM – Centre Paul-Albert Février

8, 9 et 10 novembre 2021, Aix-en-Provence
Salle de colloque 2, Bâtiment multimédia T1, Campus Schuman, 29 Av. Robert Schuman, 13100 Aix-en-Provence.


Colloque co-organisé par le Centre Gilles Gaston Granger et le laboratoire TDMAM, Aix-Marseille Université, CNRS.
Pass sanitaire requis

Contact :
Anne Balansard / anne.balansard@univ-amu.fr
Isabelle Koch / isabelle.koch@univ-amu.fr


PROGRAMME
**********************************************************
LUNDI 8 NOVEMBRE | APRÈS-MIDI
>>> SESSION PLÉNIÈRE


13h30 | Accueil, vérification des pass sanitaires

14h | Allocutions d’ouverture

14h30 | Charlotte Murgier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
L’aidôs, entre courage et tempérance, chez Platon

15h15 | Discussion

15h30 | Olivier Renaut (Université Paris Ouest Nanterre)
Honte au regard de la convention, honte au regard de la vérité : Aristote, Rhét. II 4-6

16h15 | Discussion

16h30 | Pause café

17h | Marta Jimenez (Emory University, Atlanta)
Shame as the Proto-Virtue of the Learner in Aristotle’s Ethics

17h45 | Discussion



**********************************************************


MARDI 9 NOVEMBRE | MATIN
>>> SESSION PLÉNIÈRE


9h | Accueil, vérification des pass sanitaires

9h15 | Christopher Gill (University of Exeter, GB)
Shame and Virtue – how does Stoicism fit in ?

10h | Discussion

10h15 | Pause café

10h30 | Antje Junghanß (Technische Universität Dresden, Deutschland)
“…adeo illi ex alto suffusus est rubor ” (epist. 11. 1) : la honte chez Sénèque

11h15 | Discussion

11h30 | Carlos Lévy (Université Paris 4 Paris-Sorbonne)
Immanence et transcendance chez Philon d’Alexandrie : le problème de la honte

12h15 | Discussion

12h30 | Déjeuner



**********************************************************



MARDI 9 NOVEMBRE | APRÈS-MIDI
>>> 2 SESSIONS PARALLÈLES



Salles 1 et 2 du bâtiment T1


14h15 | Accueil, vérification des pass sanitaires


>>>>>Salle de colloque 1


14h30 | Rodrigo Illarraga (University of Buenos Aires & CONICET, Argentina)
Xenophon’s Psychology of Shamelessness and Shame

14h55 | Bernhard Kaiser (Technische Universität Dresden, Deutschland)
The function of shame in Plato’s Gorgias

15h20 | Discussion

15h45 | Pause-café

16h | Julia Pfefferkorn (Universität Tübingen/ Universität Mainz, Deutschland)
Shame, moderation, and moral education in Plato’s Laws

16h25 | Giulio Di Basilio (Irish Research Council, Trinity College Dublin, GB)
Aristotle on Shame and Natural Virtue in the Eudemian Ethics

16h50-17h15 | Discussion

**************


>>>>>Salle de colloque 2


14h30 | Julien Decker (Université de Rouen, laboratoire SPH, Bordeaux)
Ἀναίδεια et ἀναισχυντία dans le Cynisme antique : la vertu naît-elle de l’absence de honte ?

14h55 | Tomohiko Kondo (Hokkaido University, Japan)
Why Do We Have Sex in Secret ? Sexual Shame in Later Stoics

15h20 | Discussion

15h45 | Pause-café

16h | Francesca Scrofani (professeure certifiée, Aix-en-Provence)
Mauvaise honte et entraînement à la vertu dans le Περὶ δυσωπίας de Plutarque

16h25 | Joachim Haddad (Aix-Marseille Université)
Devant qui avoir honte ? La place de la honte chez saint Augustin

16h50-17h15 | Discussion


**********************************************************


MERCREDI 10 NOVEMBRE | MATINÉE
>>>SESSION PLÉNIÈRE


9h15 | Accueil, vérification des pass sanitaires

9h30 | Alexandrine Schniewind (Université de Lausane, CH)
Vertu et honte dans les Ennéades de Plotin

10h15 | Discussion

10h30 | Louis-André Dorion (Université de Montréal, Canada)
Faire honte au péché : l’elenchos chez Clément d’Alexandrie

11h15 | Discussion

11h30 | Pause café

12h | Jérôme Lagouanère (Université Paul-Valéry – Montpellier 3)
“Non sit honestior philosophia Gentium, quam nostra Christiana” (c. Iul. , IV, 14, 71). Quand Augustin discute avec Cicéron des notions de pudor et de concupiscentia au livre IV du Contra Iulianum

12h45 | Discussion

13h | Conclusions et clôture du colloque

Emotion in Old Norse Literature

Source : Cambridge University Press

Une publication qui avait échappé à notre vigilance. Mieux vaut tard que jamais…

Sif Rikhardsdottir, Emotion in Old Norse Literature. Translations, Voices, Contexts, Boydell & Brewer, 2017.
 
 
 

Book description

 

Authors throughout history have relied on the emotional make-up of their readers and audiences to make sense of the behaviours and actions of fictive characters. But how can a narrative voice contained in a text evoke feelings that are ultimately never real or actual, but a figment of a text, a fictive reality created out of words? How does one reconcile interiority – a presumed modern conceptualisation – with medieval emotionality? The volume seeks to address these questions. It positions itself within the larger context of the history of emotion, offering a novel approach to the study of literary representations of emotionality and its staging through voice, performativity and narrative manipulation, probing how emotions are encoded in texts. The author argues that the deceptively laconic portrayal of emotion in the Icelandic sagas and other literature reveals an “emotive script” that favours reticence over expressivity and exposes a narrative convention of emotional subterfuge through narrative silences and the masking of emotion. Focusing on the ambivalent borders between prose and poetic language, she suggests that poetic vocalisation may provide a literary space within which emotive interiority can be expressed. The volume considers a wide range of Old Norse materials – from translated romances through Eddic poetry and Íslendingasögur (sagas of Icelanders) to indigenous romance.

Sif Rikhardsdottir is Professor of Comparative Literature at the University of Iceland and Vice-Chair of the Institute of Research in Literature and Visual Arts.

Le rire des femmes

Source : PUF

Sabine Melchior-Bonnet, Le Rire des femmes. Une histoire de pouvoir, Paris, PUF, 2021.

Résumé

Faire rire est une prérogative des hommes. Subversif et incontrôlable, le rire a longtemps été interdit aux femmes. Au nom de la bienséance, de la beauté et de la discrétion, il convenait d’opposer rire et féminité. 

Sabine Melchior-Bonnet s’attache à décrypter les raisons historiques de cet interdit et montre comment les femmes se sont peu à peu emparées du pouvoir de faire rire. 

Récit d’une conquête et analyse d’un tabou, ce livre part des règles de savoir-vivre dans l’Antiquité jusqu’aux one-women-show de nos jours, qui s’autorisent à être drôles, jolies, bêtes ou méchantes. Au risque, peut-être, de banaliser ce qui avait longtemps été défendu.

“Histoire des émotions collectives” : Le compte à rebours est lancé !

Pieter Brugel, La danse de la mariée, v. 1566, Detroit Institute of Arts

Chères amies et chers amis de l’histoire des émotions,

Vous qui suivez de longue date les aventures d’EMMA, nous avons le plaisir de vous annoncer que notre prochain “bébé” est fin prêt à être confié à l’éditeur, pour une parution prévue d’ici quelques mois. Ce livre collectif sera le premier livre d’historiens et d’historiennes entièrement consacré aux émotions collectives. Il est le fruit de 4 années de rencontres, de débats et de maturation, vécus alternativement dans le tumulte joyeux des colloques transatlantiques, à Aix-en-Provence et à Montréal, et dans la solitude monacale des confinements imposés par la crise sanitaire.

En avant première, nous vous en dévoilons la table des matières. Dans les bras d’EMMA, laissez-vous emporter par la foule…

Histoire des émotions collectives. Épistémologie, émergences, expériences

  

 Damien Boquet – Piroska Nagy – Lidia Zanetti Domingues (dir.),

avec la collaboration de Jean-Félix Aubé-Pronce

 

Table des matières

 

  1. Histoire intellectuelle de la notion d’émotion collective depuis le XIXe siècle
  • Piroska Nagy (UQAM, Telemme), Histoire des émotions collectives : éléments pour la trajectoire d’un phénomène et d’un concept
  • Damien Boquet (AMU, Telemme), Un désir de foule. Du collectif de l’émotion à l’émotion collective dans la psychologie scientifique (XIXe-début XXe s.)
  • Jean-Jacques Courtine, La voix du peuple. Les émotions, le langage et la foule à l’aube de l’ère des masses
  1. Fabrique de la foule émue
  • Sylvain Forichon (Univ. Bordeaux Montaigne), L’émotivité des foules lors des spectacles dans le monde romain : analyse d’un topos dans la littérature ancienne
  • Piroska Nagy, L’événement comme émotion : le mouvement flagellant de 1260
  • Gábor Klaniczay (CEU), Les moments du miracle comme émotions historiques autour des sanctuaires (Hongrie, XIIIe-XVe s.)
  • Vincent Challet (Univ. Montpellier III), De quo…fuerunt dolentes et turbati : de la voix des dominés au discours des dominants à la fin du Moyen Âge 
  • Sarah Brazil (Univ. de Genève), Cultivating Emotions in the Audiences of Early English Drama
  • Giulia Morosini (Univ. de Vérone), From Fearful to Brave: the Shaping of Collective Emotions through Bodily Practices by the Italian Renaissance Condottieri
  1. La foule animée par l’émotion
  • Nathan Murray (Univ. Laval), Les tumultes de la multitude: cris, images et mouvements de la foule émue chez Cicéron
  • Anne-Gaëlle Weber (UQAM), La colère de la foule au service de la construction de l’altérité entre chrétiens et païens : l’exemple de l’hagiographie missionnaire carolingienne
  • Lidia Zanetti Domingues (Univ. Londres – UQAM) Foules émues aux pieds de l’échafaud dans les chroniques italiennes des XIIIe et XIVe siècles
  • Nicolas Vidoni (AMU, Telemme), L’émotion collective au défi de la foule. Les débuts de la Révolution à Montpellier
  • Sophie Wahnich (EHESS), Les émotions collectives comme émotions souveraines et sacrées pendant la Révolution française
  • Ludivine Bantigny (Univ. Rouen), « Gilets jaunes, colère noire »: Affects politiques d’un mouvement historique

 

Archéologies des transidentités : mondes médiévaux (Colloque, 24-26 novembre 2021)

Source : Philomel

24-26 novembre 2021

Colloque international co-organisé par Sophie Albert (Sorbonne Université, EA4349)
et Clovis Maillet (ESAD Angers/EHESS)

Lieu : Sorbonne Université, Paris

 

Partenariat entre Sorbonne Université (Philomel et mission Egalité), la MSH Ange Guépin (projet
TRANS) avec le soutien du laboratoire TEMOS (UMR CNRS 9016) et l’ESAD TALM avec le
soutien du Ministère de la Culture (DGCA) et la fondation Khôra-Institut de France

 

Argumentaire

 

Nous connaissons une trentaine de textes hagiographiques de l’Antiquité tardive au XVe siècle évoquant des saint·es ayant passé partie ou totalité de leur vie sous une apparence et une identité qui n’était pas congruente avec leur genre assigné à la naissance. Les sources judiciaires révèlent plusieurs cas de personnages ayant passé une partie de leur vie sous une identité masculine, et une autre féminine. Dans les textes en ancien français, ces fluctuations de genre se disent dans une plasticité du genre (grammatical) qui n’a pas d’équivalent en français moderne. Est-ce à dire que le monde médiéval était ouvert à ce que nous appelons aujourd’hui transidentités ? Est-ce jouer des anachronismes que d’importer des concepts issus de la théorie et de l’activisme contemporain pour envisager les fluidités de genre à l’époque médiévale ?
Ce projet de colloque s’inscrit dans une vision critique et historicisée des questions et des régimes de genre. Depuis les années 1990 et l’émergence de la théorie queer, sous l’impulsion de Teresa de Lauretis, des penseur·ses et des activistes se sont tourné·es vers l’histoire, et ont remis en cause de la binarité de genre exclusive dans les siècles passés (Leslie Feinberg). Mais alors que les études queer, les études trans et l’histoire du mouvement LGBTQI+ se développent, il semble nécessaire de mobiliser davantage les sources anciennes. Sam Bourcier proposait déjà en 1999 de passer au prisme queer le terme utilisé par les historien·nes de « travestissement », issu d’une terminologie pénale et psychiatrique, et de lui substituer l’expression « pratiques transgenres ». Son article fut publié au sein du numéro Femmes travesties : un mauvais genre de la revue Clio, dirigé par Christine Bard et Nicole Pellegrin, en même temps qu’un article de Frédérique Villemur sur les « saintes travesties ». Ce numéro a marqué les études francophones sur la question : nous souhaiterions lui faire écho vingt ans plus tard.
Le titre du colloque, « Archéologies des transidentités », invite à resituer le genre ou les genres (on préfèrera le pluriel, si l’on considère que le terme au singulier renvoie à un binarisme qu’il s’agit précisément de contester ou de remettre en cause) au sein d’un spectre plus large de critères définissant la personne : ordre ou classe sociale, confession, règne humain, animal, végétal. Dans une perspective inspirée par l’approche intersectionnelle, on interrogera les formes de fluidité qui remettent en question non seulement les frontières des genres, mais aussi leurs rapports avec ces autres critères. En effet, il est rare que la question du genre se pose indépendamment d’autres variables et que les transitions de genre ne s’accompagnent pas d’autres modes de dépassements.
Dans les conceptualisations modernes du genre, la distinction sexe/genre dépend de la différence nature/culture. Or à l’époque médiévale, les concepts de « nature » et de « naturel » sont polysémiques, et non superposables avec leurs équivalents actuels. La différence entre nature et culture (plutôt exprimée par le terme « norreture ») n’a pas le même sens qu’à partir des XVIIe-XVIIIe siècle, période de la « naturalisation » du monde (Donna Haraway, Bruno Latour et Philippe Descola). On pourrait défendre qu’il n’y a que du genre au Moyen âge, et pas un sexe biologique d’un côté et un genre social de l’autre.
Corollairement, avant le XVIe siècle, la plupart des langues vernaculaires ne font pas l’objet de codifications grammaticales ; la littérature ne relève pas des classifications génériques que l’époque moderne s’attachera à définir ; sauf circonstances particulières, l’image n’est pas régulée par les autorités ecclésiastiques. De ce fait, on observe une grande labilité dans l’expression et la représentation des genres.
Enfin, dans la pensée chrétienne, la répartition du masculin et du féminin n’est pas nécessairement soumise aux caractéristiques que l’on assigne aujourd’hui à chaque sexe. En effet, l’appréhension morale du sujet infléchit la pensée du genre : le masculin et le féminin sont hiérarchisés d’un point de vue axiologique, ce qui est masculin étant considéré comme plus parfait que ce qui est féminin ; mais tout individu peut performer des qualités de genre diverses. En outre, des concepts comme l’engendrement ou l’allaitement, envisagés en termes spirituels, peuvent se déplacer entre le masculin et le féminin, mais aussi entre l’humanité et l’animalité ou le terrestre et le divin.
Ce colloque vise à faire dialoguer des recherches sur des champs de la médiévistique qui ne communiquent pas suffisamment. Les pistes et hypothèses présentées dans cet appel pourront être confrontées à l’étude de textes mystiques, hagiographiques, médicaux, judiciaires, littéraires… des mondes judaïques, chrétiens et islamiques. L’examen de formulations de la transidentité dans d’autres aires culturelles sera le bienvenu. Priorité sera donnée à des dossiers inédits ainsi qu’à des approches interdisciplinaires, croisant littérature médiévale, linguistique, philosophie, histoire et histoire de l’art. Il s’agira d’échanger, de partager et de discuter sur des questions du passé qui invitent à repenser les enjeux du présent.

 

Programme provisoire

 

Comité scientifique :


Pauline Boivineau (UCO Angers)
Didier Lett (Université de Paris)
Hyacinthe Ravet (Sorbonne Université)
Jean-Claude Schmitt (EHESS)
Anne Tomiche (Sorbonne Université)
Jean-René Valette (Sorbonne Université)
Maaike van der Lugt (Université Versailles-Saint-Quentin)
Sylvain Villaret (Le Mans Université)

Comité d’organisation :

Sophie Albert & Clovis Maillet
Lee Rozada (Museum d’histoire naturelle)
Hannah Johnson (Sorbonne Université)
Sarah Mariez (Sorbonne Université)
Sarah Waroquet (Sorbonne Université)

 

Mercredi 24 Novembre

 

Salle des Actes – Sorbonne, 1 rue Victor Cousin, Paris 5e

14h

Allocutions d’ouverture par Hyacinthe Ravet (Mission Egalité – lutte contre les discriminations de Sorbonne Université), Anne Tomiche et Frédéric Regard (groupe PHILOMEL de Sorbonne Université), Sylvain Villaret (Le Mans Université)

14h30

Introduction au colloque par Sophie Albert et Clovis Maillet

Conférence introductive de Maud-Yeuse Thomas (Observatoire des Transidentités), « Qu’est-ce qu’un corps ? »

Interlude

Lecture performance de textes produits par les participant·es de l’atelier d’écriture du 3 mars 2020 : « L’un·e et l’autre en soi·e », avec la participation des étudiant·es de l’ESAD Angers.

15h30


Session 1 – Le sujet en question

Blake Gutt (University of Michigan) et Alicia Spencer Hall (Institute of Advanced Studies), « Trans and genderqueer saints : holy subjects, medieval and modern »
Sarah Waroquet (Sorbonne Université), « L’orgasme comme expérience de transidentité dans Erec et Enide et Floire et Blanchefleur »

17h30-21h

Atelier d’écriture créative, animé par Sophie Albert, Maud-Yeuse Thomas, Clovis Maillet
Sur réservation

 

Jeudi 25 Novembre

 

Amphi Georges Molinié – Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e

9h

Session 2 – Hagiographies byzantines

Georges Sideris (Sorbonne Université – INSPE), « La Vie de Matrôna de Pergé et le monde des eunuques à Byzance : pour une reconsidération épistémologique historique Queer »
Nathalie Delierneux (UMR Orient et Méditerranée), « Le travestissement féminin au Xe siècle, quelques remarques sur les réécritures de Syméon Metaphraste »

Héctor González Palacios (Université de Málaga/EHESS), « “Saintes travesties” byzantines et “vierges jurées” albanaises : une étude comparative sur les changements de genre au
Méditerranée Orientale »

11h

Pause

11h15

Session 3 – Voir et reconnaître 1

Robert Mills (University College London), « Recognising Wilgefortis »
Diane Château Alaberdina (Sorbonne Université), « La femme guerrière dans l’archéologie et l’iconographie Viking »

14h30

Interlude

Lecture performance de textes produits par les participant·es de l’atelier d’écriture du 3 mars 2020 : « L’un·e et l’autre en soi·e », avec la participation des étudiant·es de l’ESAD Angers.


15h

Session 4 – Genre et parenté


Yasmina Foehr-Janssens (Université de Genève), « Erémitisme et sainteté : un réservoir d’identités mouvantes dans les continuations du Roman des Sept Sages de Rome »
Virginie Picot (Université Littoral Côte d’Opale), « Le lys en virginité : la transfiguration de Galaad dans la Queste del Saint Graal (XIIIe siècle) »

Sophie Albert (Sorbonne Université), « Dire la parenté divine par les frontières du genre. Le Roman de saint Fanuel (fin du XIIIe siècle) »

17h

Pause

18h

Performance de l’atelier théâtre coordonné par Emanuele Arioli à partir des Miracles de Nostre Dame par personnages (XIVe siècle)

 

Vendredi 26 Novembre

 

Amphi Georges Molinié – Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e

9h

Session 5 – Mondes islamisés

Anna Caiozzo (Université Bordeaux Montaigne), « Culture visuelle et indétermination du genre du XIIe au XVIe siècle dans les mondes islamisés d’Orient ».

Nina Soleymani (Université de Grenoble-Alpes), « Travestissement et représentation des transidentités dans l’épopée byzantine et persane : la Digénide et le Livre des Rois de Ferdowsi »

10h30

Pause

10h45

Interlude

Lecture performance de textes produits par les participant·es de l’atelier d’écriture du 3 mars 2020 : « L’un·e et l’autre en soi·e », avec la participation des étudiant·es de l’ESAD Angers.


Session 6 – Voir et reconnaître 2

Emanuele Arioli (Université de Valenciennes), « Transgenres par miracles : les Miracles de Nostre Dame par personnages du ms. BnF, fr. 819-820 (XIVe siècle) »
Jessy Simonini (Université de Nantes, Laboratoire L’Amo), « Venise, 1354 : le procès à Rolandin.e ou le récit d’un corps »

14h

Session 7 – Voix et voies poétiques

Frédérique Le Nan (Université d’Angers), « Voix singulières, voix plurielles et porosité
identitaire dans un fragment attribué à Na Tibors en Occitanie médiévale, XIIIe s. »
Hannah Johnson (Sorbonne Université), « Dieu est (dame) amor : la transidentité de Dieu dans la mystique de Hadewijch von Antwerp »

Fabienne Pomel (Université Rennes 2), « Les jeux et brouillages de genre dans les textes
allégoriques des XIIIe-XVe siècles »

 

Eric H. Reiter, Wounded Feelings: Litigating Emotions in Quebec, 1870–1950

Book Details

 is the first legal history of emotions in Canada. Through detailed histories of how people litigated emotional injuries like dishonour, humiliation, grief, and betrayal before the Quebec civil courts from 1870 to 1950, Eric H. Reiter explores the confrontation between people’s lived experience of emotion and the legal categories and terminology of lawyers, judges, and courts. Drawing on archival case files, newspapers, and contemporary legal writings, he examines how individuals narrated their claims of injured feelings and how the courts assessed those claims using legal rules, social norms, and the judges’ own feelings to validate certain emotional injuries and reject others.

The cases reveal both contemporary views of emotion as well as the family, gender, class, linguistic, and racial dynamics that shaped those understandings and their adjudication. Examples include a family’s grief over their infant son’s death due to a physician’s prescription error, a wealthy woman’s mortification at being harassed by a conductor aboard a train, and a Black man’s indignation at being denied seats at a Montreal cinema. The book also traces an important legal change in how moral injury was conceptualized in Quebec civil law over the period as it came to be linked to the developing idea of personality rights. By 1950 the subjective richness of stories of wounded feelings was increasingly put into the language of violated rights, a development with implications for both social understandings of emotion and how individuals presented their emotional injuries in court.

Illustrations
Foreword
Acknowledgments
Introduction

1. Feelings and the Law in Nineteenth-Century Quebec
2. Shame, Mortification, Disgrace, Dishonour
3. Family Dishonour
4. Bodily Intrusion
5. Betrayal
6. Grief and Mourning
7. Indignation, Anger, Fear
8. Conclusion: From Wounded Feelings to Violated Rights

Abbreviations
Case Citations
Notes
Bibliography
Index

Contextes littéraires, émotions judiciaires

Source : Classiques Garnier

Christine Baron, Contextes littéraires, émotions judiciaires, Paris, Classiques Garnier, 2020, 298 p.

Résumé : Au centre du processus judiciaire, les émotions. La littérature, en représentant et en cultivant celles-ci, développerait empathie et pratique compréhensive du jugement. C’est à partir de la nature même du droit, verbe et non émotions brutes, que cette thèse du mouvement « Droit et littérature » est débattue.

LOVE AND EMOTIONS IN OLD NORSE LITERATURE : PATTERNS, FORMULAE, REALITY — CFP

Love and Emotions in Old Norse Literature

Patterns, Formulae, Reality  

2nd Symposium of the Project “Formulae in Icelandic Saga Literature”

Tartu, 28-29 January 2022

Call for papers: Cfp1_Love_and_Emotions_Tartu

Love and emotions did for a long time belong to the periphery of Old Norse scholarship. During the last decades this has changed. Since the 1990s several monographs and articles have been published within this field of research, concerning all Old Norse genres. Today, emotions, and particularly love, in Old Norse literature constitutes an active field of research. Old prejudices concerning dating, taste, and originality have been abandoned. New perspectives are used, and new conclusions have been reached.

The present symposium is devoted to the theme of love and the depiction of emotions in Old Norse literature in all its genres, the courtly translations as well as the native sagas and poems. Both the role and meaning of love and the description of it will be in focus. At the symposium, we will share our knowledge, present and discuss our ongoing research, test new perspectives, develop new methods, and make new contacts for future collaboration.

Keynote speakers:

Alison Finlay, University of London

Sif Ríkharðsdóttir, University of Iceland

Klaus Johan Myrvoll, University of Stavanger

Brynja Þorgeirsdóttir, University of Cambridge

All researchers (including PhD students) who are interested in presenting their ideas or research results connected to these or similar topics are encouraged submit proposals for 20-minute paper presentations (followed by 10 minutes of discussion). The venue of the symposium will be University of Tartu, Department of Scandinavian Studies.

Please send short abstracts by November 1st, 2021, to daniel.savborg@ut.ee. Further information about the symposium and its sub-topics can be found on the symposium website: https://www.maailmakeeled.ut.ee/en/departments/formulae-icelandic-saga-literature  

The organizers strongly believe in scholarly meetings in-person. Coffee breaks and free time at conferences usually offer the most important occasions for exchange of ideas, constructive debates, establishing of new contacts and planning of cooperation. We therefore plan to hold the symposium in-person. If, however, the corona situation makes it necessary, we will hold the symposium online.

You are of course welcome to forward this announcement to anyone whom you think might be interested.

Welcome to Tartu in January!

Face aux crises: les émotions collectives comme sources historiques

Durante i mesi di lockdown parziale o totale, probabilmente, ciascuno di noi è stato toccato dalle immagini che, a livello globale, mostravano gli aspetti più drammatici dell’emergenza pandemica: i morti, i malati, gli ospedali, le proteste. La crisi evoca emozioni contrastanti, tra le quali si possono annoverare certamente quelle che gli psicologi sperimentali definiscono “emozioni universali di base”: paura, tristezza, sorpresa, ira. Tra queste se ne possono annoverare anche altre che una crisi può suscitare e che possiamo categorizzare come “emozioni positive”. Sono note a tutti le immagini, diventate famose in tutto il mondo, della gente che dai balconi di molte città italiane cantava: un’espressione di emozioni collettive volte a sostenere una speranza per il futuro.

Ma cosa significa per uno storico indagare le emozioni individuali e collettive? È possibile fare una storia delle emozioni? Come le emozioni e la loro comprensione possono diventare una chiave di lettura delle società del passato? Quali fonti storiche permettono di indagare questo aspetto così importante dell’esperienza umana? Quali problemi metodologici sono implicati nell’analisi delle emozioni di persone vissute in epoche lontane?