Archives de catégorie : Appels à contribution

Appel à contribution – Histories of Disability & Emotion

Source : RMBLF.be

An International Online Conference
Hosted by KU Leuven and the University of Liège, Belgium, 13-15 June 2023

The history of disability and the history of emotions are now well-established elds of research. They have experienced relatively similar debates and methodological developments, and they have strong, if complicated, ties to the history of medicine. But despite their similarities, these two elds have only recently started to intersect. In his 2016 article “Disability History and the History of Emotions: Re ections on Eighteenth-Century Britain”, David M. Turner explored “ways in which history’s ‘emotional turn’ can shed light on disability in the past,” and suggested that we steer away from focusing on “sympathy” and “pity.” Yet, to date there is still relatively little historical research on the connections between disability and emotions.

We welcome proposals for 20-minutes presentations that analyze the emotions experienced by disabled people and/or communal emotions evoked by disabilities in di erent societies and cultures worldwide throughout history. We expect that the concepts of “disability” and “emotions” themselves may have di erent meanings than today. Proposals may address, but need not be limited to, the following broad topics:

1) Emotional lives of disabled people, including expressions of joy, pride, satisfaction, pain, shame, fear, sadness, etc.; the interaction of disability with emotional norms; the use of empathy as a social weapon;

2) Emotional reactions to disability by others (love, trust, compassion, fear, disgust, derision, etc.)

3) Analyses of the educational trajectories (formal as well as informal) leading to the constitution of particular emotions/emotional subjectivities;

4) disability and emotions in art history.

Abstracts of no more than 300 words should be submitted to the conference organizers, Ninon Dubourg (ninon.dubourg@gmail.com), Sara Scalenghe (sscalenghe@loyola.edu), and Pieter Verstraete (pieter.verstraete@kuleuven.be) by February 1, 2023
Accepted contributors will be noti ed by February 15. Drafts of papers will be due on May 15. The conference will take place entirely online. After the conference, contributors will be invited to apply to participate in a smaller hybrid workshop in Leuven and Liège in the fall of 2023 that will result in a peer-reviewed edited volume and/or special journal issue.

 

Le ridicule en question à l’époque médiévale

Source : RMBLF.be

Journée d’étude internationale
Le ridicule en question à l’époque médiévale
27 mars 2023, Bordeaux
Université Bordeaux Montaigne, UR 24142 Plurielles

Cette manifestation scientifique propose d’aborder la question du ridicule dans l’art et la littérature du Moyen Âge, en se fondant sur différents types de récits et d’œuvres, afin d’explorer sa fabrication, ses mises en scène, ses objets, ses visées, ses rejets et ses effets. Il s’agira aussi d’analyser le rapport que ces œuvres ou passages ridiculisants entretiennent, d’une part, avec le monde, d’autre part, avec l’art lui-même. Si les notions voisines de comique et de grotesque ont été étudiées de longue date dans l’art médiéval, notamment par le biais du rire – grâce à l’historien Jacques le Goff, par exemple – ou du comique, en relation étroite avec le tragique et le sérieux – ainsi que l’ont montré les travaux d’Élisabeth Lalou[1] –, la question du ridicule quant à elle demeure peu travaillée.

La plupart des travaux sur le sujet ne touchent pas la sphère francophone. En outre, les études parues à ce jour s’inscrivent avant tout dans les domaines sociologique, politique, philosophique et ont trait à des époques antérieures ou postérieures au Moyen Âge. Par exemple, Michael Billig, dans Laughter and Ridicule. Towards a Social Critique of Humour (2005)[2], étudie en diachronie le rapport de la notion de ridicule avec la norme sociale. Un peu plus tard, dans Rhetoric of ridicule[3], Greg Grewell reprend la distinction établie par Renate Lachmann entre force centripète et force centrifuge dans l’humour carnavalesque[4]. Il différencie dans sa théorie deux manières de construire le ridicule : un discours monologique et un discours dialogique. Le premier discours, de type centripète, tend à conformer l’individu à une norme sociale et le second, de type centrifuge, dans un mouvement inverse, amène ce même individu à faire voler en éclat les représentations normées de l’objet ou du sujet ridiculisé. Ce dernier modèle de discours permet alors l’invention de nouveaux codes et donc un décentrement par rapport aux normes préétablies, voire une désacralisation de ces dernières. Nous pouvons sans doute envisager le ridicule dans les œuvres littéraires et artistiques selon cette double dynamique. Au niveau littéraire, les études ont été plutôt ponctuelles, elles concernent des auteurs en particulier, comme Molière ou Scarron[5], ou encore des genres spécifiques comme la comédie[6]. Toutefois, la notion de ridicule dépasse le simple cadre des genres comiques, nombreux et identifiés au Moyen Âge (farce, fabliau, fatrasie, sottie, théâtre) et relie des genres d’aspect très divers si bien qu’elle conduit à les mettre en perspective.

Aussi, dans une approche interdisciplinaire et transgénérique, nous souhaiterions confronter et comparer, dans leurs différences, les genres, les supports et les approches scientifiques afin d’enrichir une réflexion autour d’une notion très présente dans la production médiévale. Ridiculiser vise avant tout à faire rire, mais tourner en ridicule c’est aussi déprécier, porter un jugement de valeur, c’est enfin faire ressortir l’absurdité, le non-sens d’un être, d’une chose ou d’une situation et se placer ainsi sur le terrain du sens, en particulier du bon sens. Ridiculiser permet autant d’écarter que de souligner, de faire rire que de susciter de la compassion. Semblent se nouer des rapports aux normes, au pouvoir, au sens, à un ordre et à des effets variés, qui, tous, contribuent à installer la richesse registrale et interprétative de l’art médiéval, quel qu’il soit. Le ridicule semble être ainsi le lieu de l’évidence autant que de l’ambiguïté.

Axes de recherche

           Fabliaux, récits de voyage, chansons de geste, poésies, nouvelles, enluminures, statues, etc. : nombreux sont les supports qui accueillent et fabriquent le ridicule au Moyen Âge. Le corpus est immense. Nous souhaitons travailler selon différents axes afin de cerner progressivement la notion et ses fonctions tout autant que la variété de ses apparitions.

  • Axe 1. Les différents sujets et objets de ridicule

Il s’agira d’observer les thèmes et les sujets du ridicule afin d’installer l’étude : quelles sont les récurrences et les irrégularités en la matière ? La ridiculisation du clergé et de la scolastique est fréquente dans l’art profane et les genres comiques ; en est-il de même dans d’autres domaines ? Quelles sont les figures ridiculisées et de quoi sont-elles la cible ? L’homme, l’étranger, la femme, le vilain, le chevalier sont autant de personnages typiques fréquemment caricaturés, moqués. Quelle est ainsi la visée de ces peintures grotesques, qui tournent en ridicule leur objet ?

  • Axe 2. Ridiculiser : mode d’emploi et style(s)

L’examen des différentes manières de ridiculiser, des plus évidentes aux plus subtiles, retiendra l’attention. Le ridicule se limite-il à la parodie ? Quels effets ou quelles figures sont mobilisées pour construire le ridicule ? Les procédés de grossissement, de rétrécissement, de déplacement, d’ironie sont-ils préférentiellement employés dans un genre ou chez un auteur ? Produisent-ils des effets identiques ?

  • Axe 3. La déconstruction ou le renforcement d’une norme

Interroger le rapport à la norme de manière plus générale en explorant les visées des auteurs permettra de voir s’il s’agit de ridiculiser pour dénoncer, rire, défaire ou refaire un modèle, de manière à comprendre quelles postures sont adoptées et quelles valeurs sont déconstruites. Qu’en est-il par ailleurs du rapport aux genres et aux normes génériques ?

  • Axe 4. Non-sens ou bon sens ?

La question du langage, littéraire ou artistique, pourrait aussi nourrir la réflexion autour du sens. Si le ridiculum dictum chez Plaute peut renvoyer à l’idée de bon mot, peut-on envisager le recours au ridicule comme simple jeu sur le sens ? Le jeu de pouvoir se nouant autour du ridicule amène-t-il à la construction d’un bon sens, autant qu’il permet de révéler les absurdités d’un code ou d’une norme ?

D’autres réflexions pourront bien sûr venir étayer cette étude.

Modalités de participation

Les propositions de communication accompagnées d’un argumentaire d’une dizaine de lignes et d’un bref curriculum vitae sont à envoyer aux organisatrices avant le 20 février 2023.

Raphaëlle LABARRIÈRE, r.labarriere@hotmail.fr

Priscilla MOURGUES, priscilla.mourgues@gmail.com

Le logement et le repas du midi seront financés par l’organisation, les frais de transport seront laissés à la charge des équipes de recherche des participant.e.s.


[1] E. Lalou, « Le théâtre médiéval, le tragique et le comique : réflexions sur la définition des genres », dans Tragique et comique liés, dans le théâtre, de l’Antiquité à nos jours (du texte à la mise en scène), Rouen, Publications numériques du CÉRÉdl, 2012, disponible en ligne, URL : <http://ceredi.labos.univ-rouen.fr/public/?le-theatre-medieval-le-tragique-et.html&gt;.

[2] M. Billig, Laughter and Ridicule : Towards a Social Critique of Humour, Londres, Thousand Oaks, New Dehli, SAGE, 2005.

[3] G. Grewell, Rhetoric of ridicule, ProQuest Dissertations Publishing, 2013, disponible en ligne, URL : <https://www.proquest.com/docview/1500846086?parentSessionId=safon260V7ZDX4wQheTQckcsZWknSQf5LZdtVH3L5Z8%3D&pq-origsite=primo&accountid=9671>.

[4] R. Lachmann, Bakhtin and Carnival : Culture as Counter-culture, Center for Humanistic Studies, College of Liberal Arts, University of Minnesota, 1987.

[5] P. Dandrey, Molière Ou L’esthétique Du Ridicule, Paris, Klincksieck, 1992.

[6] On peut par exemple citer P. Lerat, Le ridicule et son expression dans les comédies françaises de Scarron à Molière (thèse dir. R. Lathuillère, Lille, ANRT, 1980, URL : https://excerpts.numilog.com/books/9782307481843.pdf) et E. Pinon, « Perdican et « la fleur nommée héliotrope » : ridicule et sacré du classicisme au romantisme » (Toulouse, Littératures, 2009, p. 75-86, URL : https://doi.org/10.4000/litteratures.2030)

Émotions révolutionnaires (1789-1816), appel à contributions

 

Source : Société des études robespierristes

Emotions révolutionnaires (1789-1816) / Revolutionary Emotions (1789-1816)

Appel à contributions / Call for Proposals

Numéro spécial des Annales Historique de la Révolution Française

Éditrices : Karine Rance, Denise Davidson, Valérie Sottocasa

 

 

« La Sensibilité et l’Histoire : sujet neuf » écrivait Lucien Febvre en 1941[1], neuf ans après la publication du livre de Georges Lefebvre sur la Grande Peur (1932). De nouveau, vingt ans après l’édition anglaise originale de l’ouvrage de William Reddy (la Traversée des sentiments)[2], les historiennes et les historiens s’interrogent sur le poids des émotions dans l’histoire. Certes les progrès des neurosciences ont permis des avancées, mais la difficulté d’accès aux sensibilités du passé reste la même. Comment accéder à une expérience émotionnelle qui est médiatisée si ce n’est instrumentalisée par l’individu qui la ressent et qui la partage ? Comment désintriquer émotion et raison dans le choix individuel, sans retomber dans le cliché des foules populaires mues par les émotions et d’une élite guidée par la raison ? Comment historiciser les affects et les inscrire dans un régime émotionnel spécifique ?

Les affects sont au cœur de la Révolution française. Enthousiasme, haine, passion, désir de vengeance, peur, colère, autant de sentiments qui sont à la fois les moteurs de l’action révolutionnaire (individuelle ou collective) et les produits de celle-ci. Les émotions des foules révolutionnaires ou contre-révolutionnaires telles qu’elles sont perçues par les députés sont un levier central des débats aux assemblées nationales et donc des orientations politiques. Mais en retour la désignation des rebelles sous le terme de « brigands » a pour fonction de susciter des émotions – peur, rejet, dégoût – justifiant une politique répressive sévère. Massacres et répressions, fêtes et mobilisations suscitent ainsi des émotions structurantes pour la vie politique qui participent de l’engagement politique et de la radicalisation, du basculement dans la violence et de la « conversion existentielle »[3].

Quelles sources mobiliser ? Il faut en passer souvent par le truchement des voies administratives, médicales, judiciaires, policières ou pétitionnaires. Comment les interpréter ? On sait par exemple que l’expression de la peur était, au moment de la Terreur, potentiellement interprétée comme le signe d’une culpabilité puisque le citoyen vertueux ne devait pas connaître l’effroi[4] (Biard/Linton/Tackett). En fonction des périodes et du genre des acteurs, quels registres émotionnels sont jugés légitimes dans la sphère publique et dans la sphère privée ou au contraire disqualifiant pour celui ou celle qui les expriment ? Les élites produisent souvent des ego-documents, mais si l’on se place du point de vue des acteurs populaires, il faut constater que les sources sont rares et indirectes. La sensibilité de chaque acteur est révélée, mais souvent distordue, lorsqu’il entre dans l’histoire par son engagement, lorsqu’il compose une foule, lorsqu’il devient un « protagoniste » des événements (Haïm Burstin). Interroger la place des émotions, c’est aussi s’interroger sur ce qui décide les acteurs à rompre avec le confort d’une situation familière pour s’engager dans l’action, prendre les armes, risquer sa vie, tuer des voisins, des élus…Où se situe le point de rupture, le seuil du supportable et l’intolérable ? Comment s’articulent les expériences émotionnelles individuelles et collectives ? Comment les émotions médiatisent l’expérience révolutionnaire ?

Ce sont là quelques-unes des pistes que nous souhaiterions explorer dans ce numéro des Annales historiques de la Révolution française. Les propositions d’articles (sous forme d’un résumé d’une vingtaine de lignes) sont à envoyer avant le 30 octobre 2022. Les articles seront à envoyer pour le 31 mars 2023.

Merci d’envoyer vos propositions à karine.rance@uca.fr ; ddavidson2@gsu.edu ; valerie.sottocasa@wanadoo.fr

 

Revolutionary Emotions (1789-1816)

In 1941, nine years after the publication of Georges Lefebvre’s, The Great Fear of 1789, Lucien Febvre described “feeling and history” as a “new subject.”[5] Today, twenty years after the publication of William Reddy’s The Navigation of Feeling,[6] historians continue to debate the role of emotions in history. Progress in neuroscience has led to many methodological innovations, but the difficulty of accessing feelings from the past remains. How can we analyze an emotional experience that is publicized, if not instrumentalized, by the person who feels and shares it? How can we separate emotion and reason in people’s choices without falling into the cliché of the masses who are driven by emotions versus elites guided by reason? How can we historicize emotions and situate them in specific emotional regimes?

Emotions are at the heart of the French Revolution. Sentiments such as enthusiasm, hate, passion, the desire for vengeance, fear, and anger were at once motors of revolutionary action and responses to it. The emotions of revolutionary or counterrevolutionary crowds as they were perceived by deputies were central to legislative debates and thus also to the formation of political alignments. But designating rebels as “brigands” also functioned as a means to incite emotions—fear, rejection, disgust—justifying severe political repression. Massacres and repression, festivals and mobilization, elicited emotions that in turn shaped political life and encouraged political engagement and radicalization, from the turn toward violence to “existential conversions.”[7]

What sources should be mobilized? It is often necessary to rely upon official documents, be they administrative, medical, judicial, police records, or requests from petitioners. But how to interpret them? We know for example that the during “the Terror” expressions of fear could be interpreted as a sign of guilt because virtuous citizens should not feel frightened.[8] Varying by period and by gender and other distinctions, what emotional registers were judged legitimate in the public and the private spheres and which appeared unacceptable? While elites often produce life-writings, sources that provide access to more popular points of view are rare and indirect. In such sources, people’s emotions may be revealed, but they are often distorted by the actors’ entry into history through political engagement, when people form a crowd, or become protagonists in events. To interrogate the role of emotions is also to interrogate what makes people decide to leave their comfort zones to engage in actions, take up arms, risk their lives, or kill their neighbors or elected officials. Where is the point of rupture, the threshold between what is bearable and what is intolerable? How are individual and collective emotional experiences articulated? How do emotions shape revolutionary experiences?

These are some of the paths that we hope to explore in this special issue of the Annales historiques de la Révolution française. Proposals for articles (in the form of a summary of about twenty lines) must be submitted before 30 October 2022. The selected articles will be due by 31 March 2023.

Please submit your proposals to karine.rance@uca.fr ; ddavidson2@gsu.edu ; valerie.sottocasa@wanadoo.fr

 

[1] Annales d’histoire sociale, t. 3, janvier-juin 1941, p. 5-20.

[2] Reddy, William. La traversée des sentiments. Un cadre pour l’histoire des émotions (1700-1850). Dijon, 2019 (éd. originale angl. 2001).

[3] Ludivine Bantigny, Deborah Cohen, Boris Gobille, Sensibilités. Histoire, critique et sciences sociales, n°7/2020 : la chair du politique.

[4] Linton, Marisa. Choosing Terror : Virtue, Friendship, and Authenticity in the French Revolution. Oxford, 2013. Tackett, Timothy. Anatomie de la Terreur. Paris, 2018 (éd. originale angl. 2015). Michel Biard, La liberté ou la mort, 2015.

[5] Annales d’histoire sociale, t. 3, janvier-juin 1941, p. 5-20.

[6] William Reddy, The Navigation of Feeling: A Framework for the History of Emotions (Cambridge, 2001).

[7] Ludivine Bantigny, Deborah Cohen, Boris Gobille, Sensibilités. Histoire, critique et sciences sociales, n°7/2020 : la chair du politique.

[8] Marisa Linton, Choosing Terror: Virtue, Friendship, and Authenticity in the French Revolution (Oxford, 2013); Timothy Tackett, The Coming of the Terror in the French Revolution (Cambridge, MA, 2015); Michel Biard, La liberté ou la mort. Mourir en député, 1792-1795 (Paris, 2015).

Passions and the Mystical between Affecting and Being Affected (CFP)

source : Titus Brandsma Institute

International Conference Passions and the Mystical between Affecting and Being Affected

 

Call for Papers
Nijmegen, Titus Brandsma Institute, 1-2 December 2022

It is a pleasure to invite you to Passions and the Mystical: between Affecting and Being Affected. The conference is jointly organized by the Mystical Theology Network (MTN) and the Titus Brandsma Institute of the Radboud University (TBI) and will take place in Nijmegen on 1-2 December, 2022.

The aim of this conference is to bring together theologians, religious studies scholars, philosophers, literary scholars, historians and scholars working in related fields to discuss and map out the wider semantic field of the ‘passion(s)’ across mystical traditions.

The conference aims to address questions such as:

  • How do the mystics across different traditions view their own passions and emotions?
  • What role do the passions of others play in accounts of the mystical?
  • How is gender factored into the mystical use of passions?
  • How do mystics understand their passions in relation to key events within their tradition (e.g. the Passion of Christ within the Christian tradition)?
  • How is erotic language ‘translated’ into passionate mystic literature?
  • To what extent can mystical experiences be considered passions in their own right?
  • How do mystical passions relate to emotions and what can they contribute to the history of emotions?
  • Can mystical passions contribute to social engagement and political resistance (e.g. D. Sölle, M. de Certeau), including issue of race and gender?
  • How does modern artistic engagement deal with this passionate mystical heritage?

Topics for proposals include, but are not limited to:

  • Relationship between passions and emotions in mystical texts.
  • Mystical passions and the history of emotions.
  • Critical close-readings of mystical texts from various traditions focusing on ‘passions’.
  • Comparative studies of passions across mystical traditions
  • Mysticism, Gender and Passions
  • Conceptualization of the notions of passivity/agency, consent, effort and grace and their interrelations in the mystical tradition
  • The influence of philosophical discourses on the passions on mystical authors and, vice versa, the influence of mystical discourses on philosophical passion theories (Descartes, Pascal…).
  • Reception and critique of mystical discourses on the Passion and the passions in recent non-mystical (theological, philosophical, literary, historical etc.) authors.
  • Passions and intimacy in the mystical reception of the Song of Songs, Kabbalah, etc.
  • Influence of mystical passions on modern artistic practices and theories.
  • Persistence of mystical passions within political and social engagements, including issues of race and gender.

Guide for authors
The deadline to submit abstracts is February 1st, 2022
Proposals are accepted in English, Dutch, French and German.

Please send your abstract to stefaan.neirynck@titusbrandsmainstituut.nl

All proposals should include:

  1. Full name
  2. E-mail
  3. Current institution and/or academic affiliation
  4. Title of the paper of Project
  5. Proposal (up to 350 words)

We invite the following proposals:

  • Paper proposal — A proposal for presenting a short (20 minute) original paper
  • Session proposal — A proposal for a session or roundtable where different papers are presented on a common theme and emphasis is placed on shared discourse. Session proposals should include abstract, name of presider, list of panelists or respondents.

Important Dates
Deadline for submission: February 1st, 2022
Notification of acceptance: April 15, 2022

Organising committee:
Marc De Kesel
Lieven De Maeyer
Stefaan Neirynck
Edwin van der Zande

For any enquiries, please contact: Lieven De Maeyer (lieven.demaeyer@titusbrandsmainstituut.nl) or Stefaan Neirynck (stefaan.neirynck@titusbrandsmainstituut.nl )

 

LOVE AND EMOTIONS IN OLD NORSE LITERATURE : PATTERNS, FORMULAE, REALITY — CFP

Love and Emotions in Old Norse Literature

Patterns, Formulae, Reality  

2nd Symposium of the Project “Formulae in Icelandic Saga Literature”

Tartu, 28-29 January 2022

Call for papers: Cfp1_Love_and_Emotions_Tartu

Love and emotions did for a long time belong to the periphery of Old Norse scholarship. During the last decades this has changed. Since the 1990s several monographs and articles have been published within this field of research, concerning all Old Norse genres. Today, emotions, and particularly love, in Old Norse literature constitutes an active field of research. Old prejudices concerning dating, taste, and originality have been abandoned. New perspectives are used, and new conclusions have been reached.

The present symposium is devoted to the theme of love and the depiction of emotions in Old Norse literature in all its genres, the courtly translations as well as the native sagas and poems. Both the role and meaning of love and the description of it will be in focus. At the symposium, we will share our knowledge, present and discuss our ongoing research, test new perspectives, develop new methods, and make new contacts for future collaboration.

Keynote speakers:

Alison Finlay, University of London

Sif Ríkharðsdóttir, University of Iceland

Klaus Johan Myrvoll, University of Stavanger

Brynja Þorgeirsdóttir, University of Cambridge

All researchers (including PhD students) who are interested in presenting their ideas or research results connected to these or similar topics are encouraged submit proposals for 20-minute paper presentations (followed by 10 minutes of discussion). The venue of the symposium will be University of Tartu, Department of Scandinavian Studies.

Please send short abstracts by November 1st, 2021, to daniel.savborg@ut.ee. Further information about the symposium and its sub-topics can be found on the symposium website: https://www.maailmakeeled.ut.ee/en/departments/formulae-icelandic-saga-literature  

The organizers strongly believe in scholarly meetings in-person. Coffee breaks and free time at conferences usually offer the most important occasions for exchange of ideas, constructive debates, establishing of new contacts and planning of cooperation. We therefore plan to hold the symposium in-person. If, however, the corona situation makes it necessary, we will hold the symposium online.

You are of course welcome to forward this announcement to anyone whom you think might be interested.

Welcome to Tartu in January!

A la découverte du sens : histoire orale, pouvoir et émotionsColloque international – appel à communications

Scroll down for English version

Le site de l’appel est ici

L’histoire des émotions constitue une des avancées les plus significatives dans le domaine de l’histoire au cours des dernières décennies, comme en témoigne le nombre croissant d’articles et d’ouvrages dédiés à ce sujet. Lors de ce “tournant émotionnel” (Boddice, 2018 : 72), les historiens ont démontré que les émotions changent en fonction des périodes, pour devenir un sujet d’étude à proprement parler. De plus, la place centrale qu’elles occupent dans l’expérience humaine leur confère un statut important au sein de l’analyse historique : “les émotions humaines ne sont ni hors du temps, ni universelles, elles sont a contrario assujetties aux circonstances historiques et culturelles” (Thomson, 2019 : 1). Elles sont parfois suscitées par un fait historique, mais elles peuvent également en être à l’origine. De plus, Boddice avance l’argument selon lequel l’analyse des émotions permet “de réhabiliter ce qui n’a pas été formulé dans les récits historiques traditionnels : le geste, l’affectif et l’expérientiel” (Boddice, 2019 : 10). Il suggère même d’y référer par des dénominations variées telles que “les sentiments” et “l’expérience affective” afin de laisser le champ le plus libre possible à l’expression et à l’interprétation des émotions (14).

De surcroît, les spécialistes en histoire orale se sont intéressés aux sentiments bien avant le tournant pris par la discipline. Ils ont non seulement pris en compte les événements relatés par les personnes interrogées, mais ils se sont aussi focalisés sur “la signification et les sentiments” entourant les faits. Le pionnier de cette approche, Alessandro Portelli, soulignait en 1981 que la contribution essentielle de l’histoire orale à l’histoire résidait dans la subjectivité des témoignages. Celle-ci permet en effet d’étudier les modalités selon lesquelles la personne interrogée donne sens à son expérience personnelle. Cette construction du sens apporte à son tour une indication quant à la construction collective du sens (Portelli, 1981 : 96-107). Ainsi, l’objectif premier de ce colloque consiste à s’interroger sur la pertinence de la « découverte du sens », et sur les possibilités offertes par cette approche lors de l’analyse des entretiens menés en histoire orale dans les Amériques, au Royaume-Uni et en Irlande, mais aussi dans une perspective géographique et culturelle large.

Le récit est essentiel à l’interprétation de ces significations, qui ne peuvent pas être révélées par d’autres sources. L’intrigue, le choix de l’organisation du récit, les changements de rythme dans la narration, par exemple lorsque seuls quelques mots épars sont mobilisés pour raconter une expérience longue dans le temps, ou e procédé inverse, sont autant d’éléments qui peuvent donner à connaître la subjectivité de l’expérience. Le chercheur peut aussi observer le langage, en particulier celui utilisé pour exprimer des sentiments et des émotions, et s’affranchir ainsi des contraintes issues des interprétations culturelles internalisées, qui façonnent la mémoire (Anderson and Jack, 1991 : 11-26). Les sentiments et les émotions peuvent donner une signification aux actions de chacun et aux événements. C’est le cas par exemple lorsque certaines émotions sont passées sous silence, le narrateur estimant qu’elles ne cadrent pas avec le récit collectif dominant qui est fait d’un événement.

Ce colloque a pour ambition de donner un rôle central au champ de l’histoire orale dans l’étude des émotions, mais aussi de favoriser l’analyse de l’expérience affective dans l’histoire et l’histoire orale. En réalité, l’histoire orale offre la possibilité exceptionnelle de pouvoir analyser la façon dont l’orateur se remémore son expérience historique et, par extension, les liens entre la mémoire individuelle et collective. « Le souvenir individuel est influencé par les récits culturels du passé » (Thomson, 2019 : 2) et les émotions jouent un rôle clé dans ce processus, dans la mesure où elles sont « impactées par les relations sociales et par les attentes culturelles » (2). Dans un article fondateur publié en 2003, Joanna Bourke s’est intéressée à la peur et à l’anxiété (Bourke, 2003: 111-133). Elle démontre que les humains parlent des émotions tout en cherchant à se conformer à des structures narratives préétablies. Elle met en lumière la nature dialogique de la relation entre l’émotion personnelle et l’environnement émotionnel collectif dans lequel évolue la personne. Cette analyse ouvre des perspectives de recherche prometteuses sur les changements opérés dans les récits des émotions et les façons dont ces changements peuvent à leur tour impacter l’expérience subjective de l’individu.

À propos de l’étude des émotions, les organisatrices souhaitent également se pencher sur la question de la relation au pouvoir qui, malgré sa complexité, n’a pas été entièrement problématisée. Bourke écrit que : « les émotions telles que la peur appartiennent non seulement à l’individu mais aussi au groupe social : elles agissent comme un médiateur entre l’individu et le social. Elles concernent les relations de pouvoir » (Bourke, 2003 : 124). La peur et, de façon plus générale, les émotions, sont le produit d’une société et de « relations de pouvoir » spécifiques, mais elles contribuent également à les transformer, comme l’indique l’histoire du statut mouvant des femmes ou des minorités dans la société. À ce sujet, les expériences affectives changent-elles en fonction du genre et/ou de l’identité des personnes, comme le suggère Boddice (2018 : 100-122) ?

Il est également possible d’avancer l’argument selon lequel les émotions permettent d’accroître les capacités d’action et d’émancipation, ce que les anglophones désignent par le terme empowerment. Par exemple, dans le contexte des guerres et des conflits, les témoignages oraux indiquent de fortes corrélations entre l’expérience affective et le fait de devenir sujet agent. Les organisatrices souhaitent également déterminer si l’histoire orale en tant que méthodologie permet effectivement d’accroître ces capacités d’action et d’émancipation en octroyant le rôle de sujet agent aux participants qui ont pu se trouver exclus des processus de recherche historique plus traditionnels. Paradoxalement, les émotions peuvent aussi révéler des situations de domination et de subordination, et ainsi l’impuissance d’une personne.

D’un point de vue méthodologique, comment l’analyse historique pourrait-elle valoriser les récits exprimant des sentiments et des émotions ? Alistair Thomson donne des indications à ce sujet dans son récent travail sur les émotions et l’histoire orale (Thomson, 2019 : 1-11). L’écoute du témoignage peut améliorer notre compréhension des émotions et de leur signification historique et culturelle. Il est possible de trouver la signification des émotions en écoutant la bande son d’un entretien ou en regardant son enregistrement vidéo. La transcription du texte peut s’avérer insuffisante. Les histoires sont véhiculées par des mots et par la voix également. Le son de la narration véhicule du sens autant que les choix lexicaux de l’orateur. Ce dernier peut insister en augmentant l’intensité de sa voix, ou en ajoutant des pauses à sa convenance ; l’excitation et l’émotion peuvent transparaître à travers un changement dans le rythme du discours, alors qu’un ralentissement peut signifier que l’expérience vécue était difficile. Les silences sont un champ d’étude fécond en histoire orale car ils peuvent être un indicateur de souffrance, d’embarras ou de honte, mais ils peuvent également intervenir lorsque l’orateur tente de se remémorer quelque chose. Thomson précise que « la voix peut exprimer la chaleur et le plaisir, la colère et la déception, le sarcasme ou la désapprobation » (4), comment pourrait-on alors interpréter la signification du rire, des sanglots ou des larmes ?

Enfin, les organisatrices de ce colloque s’intéressent à la fois aux entretiens menés et étudiés par un même chercheur, mais aussi à « l’analyse secondaire », consistant à étudier des entretiens pré-enregistrés qui ont été déposés par un tiers dans des archives sonores, ou qui sont sur le point de l’être. Cette pratique de la réutilisation d’anciens entretiens peut être controversée, parfois même reprouvée, en raison du fait qu’en histoire orale l’entretien ne peut pas être considéré comme une banque de données permettant d’accéder à des sources empiriques neutres qui peuvent être exploitées par toute personne à tout moment.

Cette attitude du chercheur a été qualifiée de « réalisme naïf » en raison de l’argument suivant : les données issues de l’entretien sont « élaborées socialement » et ne sont pas, aux dires de Joanna Bornat, « de simples faits affranchis de présuppositions théoriques » (Bornat, 2010 : 43-52). Néanmoins, en s’inspirant du propos de Bornat qui se positionne en réalité en faveur de la pratique de la réutilisation d’entretiens menés par un tiers, les organisatrices souhaitent explorer les possibilités pour la recherche historique que représente l’exploitation des centaines d’heures d’entretiens enregistrés et conservés dans les archives sonores, archives dont une partie est accessible en ligne. L’ambition est d’arriver à identifier le cadre scientifique au sein duquel cette méthode de recherche pourrait devenir une (res)source intéressante et ouvrir, in fine, de nouveaux champs de recherche.

 

À titre indicatif, les participants pourront aborder les thèmes suivants :

  • Les relations entre les émotions, l’histoire et l’histoire orale :

L’émotion en tant que construct culturel, social, politique et/ou historique

Le rôle de l’émotion dans la construction de la mémoire, la notion de « composition de la mémoire »

Le sens et le sentiment dans l’expérience humaine

L’émotion et l’expérience historique

  • L’historicisation des émotions
  • L’émotion et la causalité
  • L’émotion, l’empowerment et le militantisme ; l’émotion et les relations de pouvoir (domination, subordination)
  • L’émotion dans les situations de guerre et de conflit
  • L’émotion et le genre
  • L’émotion et les questions raciales et ethniques

 

Nous nous intéresserons également aux thématiques liées à la méthodologie, par exemple :

  • L’utilisation d’entretiens effectués par le passé ou par un tiers : quels avantages et quels inconvénients ? L’analyse secondaire et ses approches méthodologiques
  • Les méthodes permettant de rechercher et d’interpréter les émotions ; comment interpréter le silence, ce qui n’est pas formulé par la parole

 

Ce colloque interdisciplinaire s’adresse à des spécialistes en Histoire, Histoire orale, Géographie, Civilisation, Sciences sociales, Sciences politiques, Droit et Justice transitionnelle. Le champ géographique est large ; il inclut les Amériques, le Royaume-Uni et l’Irlande, mais ne s’y limite pas. Les propositions adoptant une approche comparative et interdisciplinaire seront appréciées.

La période historique des XXe et XXIe siècles sera privilégiée. Les langues de communication de ce colloque international seront le français et l’anglais. Les propositions de communication comporteront un titre, un résumé d’environ 300 mots, une bibliographie succincte ainsi qu’une courte notice biographique.

Elles sont à envoyer à Joana Etchart et à Simona Tobia aux deux adresses suivantes : joana.etchart@univ-pau.fr et stobia@univ-pau.fr avant le 6 septembre 2021.

Les réponses seront communiquées en octobre 2021.

 

Les organisatrices : Joana Etchart et Simona Tobia (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire ALTER)

 

Les conférenciers invités :

Anna Bryson (Queen’s University Belfast, UK)

Lindsey Dodd (University of Huddersfield, UK)

Alistair Thomson (Monash University, Melbourne, AUS)

 

Le comité scientifique :

Anna Bryson (Queen’s University Belfast, UK)

Françoise Buisson (Université de Pau et des Pays de l’Adour, FR)

Lindsey Dodd (University of Huddersfield, UK)

Laurent Dornel (Université de Pau et des Pays de l’Adour, FR)

Florence Descamps (EPHE, FR)

Christophe Gillissen (Université de Caen, FR)

Patricia Heiniger-Casteret (Université de Pau et des Pays de l’Adour, FR)

Franck Miroux (Toulouse Jean Jaurès, FR )

Fabrice Mourlon (Université Sorbonne Nouvelle, FR)

Tracey Simpson (Université de Pau et des Pays de l’Adour, FR)

Anne Stefani (Toulouse Jean Jaurès, FR)

Alistair Thomson (Monash University, Melbourne, AUS)

 

Bibliographie

Anderson, K. and D. Jack “Learning to Listen. Interview techniques and analyses” in Berger Gluck, S. and D. Patai, Women’s Words: The Feminist Practice of Oral History, London: Routledge, 1991, pp. 11-26.

Boddice, R. A History of Feelings, London, Reaktion Books, 2019.

Boddice, R., The History of Emotions, Manchester: Manchester University Press, 2018.

Bornat, J. “Remembering and Reworking Emotions. The Reanalysis of Emotions in an Interview”, Oral History, vol. 38, no. 2, 2010, pp. 43–52.

Bourke, J. Fear, a Cultural History, London: Virago, 2005.

Bourke, J., “Fear and Anxiety: Writing About Emotion in Modern History” in History Workshop Journal, n. 55, 2003, pp. 111-133.

Bryson Anna, “Victims, Violence and Voice: Transitional Justice, Oral History and Dealing with the Past”, Hastings International and Comparative Law Review, 39(2), 2016, pp. 299-353.

Boyd, D.A. and Larson, M.A. (eds), Oral History and Digital Humanities: Voice, Access and Engagement, New York: Palgrave Macmillan, 2014.

Charlton, T.L., Myers, L.E., and Sharpless, R., History of oral history: foundations and methodology. Rowman & Littlefield, Lanham, 2007.

Clegg, S.K. and M. Haugaard (eds), Power, London: Sage, 2009.

Cosslett, T., Lurie C,. and Summerfield, P.(eds), Feminism and Autobiography: Texts, Theories, Methods, London: Routledge, 2000.

Cubitt, G.  History and Memory. Manchester University Press, Manchester, 2007.

Descamps, F. Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel, Paris: Éditions de l’EHESS, 2019

Dixon, T. From Passions to Emotions: The Creation of a Secular Psychological Category. Cambridge: Cambridge University Press, 2003.

Frevert, U. Emotions in History: Lost and Found. Budapest: Central European University Press. Frevert, U. et al., Emotional Lexicons. Continuity and Change in the Vocabulary of Feeling 1700-2000, Oxford: Oxford University Press, 2014.

Frisch, M.  A Shared Authority: Essays on the Craft and Meaning of Oral and Public History, State University of New York Press, Albany, 1990.

Gray, D. E.  Doing Research in the Real World. Sage Publications, London, 2004.

Griffith, K. and O’Grady, T.  Ireland’s Unfinished Revolution: An Oral History. Roberts Rinehart, 1999.

Gross, D.M. The Secret History of Emotion: From Aristotle’s Rhetoric to Modern Brain Science. Chicago: University of Chicago Press, 2006.

Hamilton, P. and Shopes, L. eds), Oral History and Public Memories, Philadelphia, PA: Temple University Press, 2008.

Passerini, L. Fascism and Popular Memory. Cambridge University Press, Cambridge, 1987.

Plamper, J.  History of Emotions, an Introduction, Oxford : Oxford University Press, 2017

Pollock, D. (ed.), Remembering: Oral History Performance, New York: Palgrave Macmillan, 2005. Portelli, A. The Order Has Been Carried Out, History, Memory, and Meaning of a Nazi Massacre in Rome, New York: Palgrave Macmillan, 2003.

Portelli, A., “What Makes Oral History Different” in History Workshop Journal, n. 12, 1981, pp.96-107.

Portelli, Alessandro, The Battle of Valle Giulia: Oral History and the Art of Dialogue. University of Wisconsin Press, Wisconsin, 1997.

Puri, A. and Thomson, A. Australian Lives. An Intimate History, Clayton: Monash University Publishing, 2017.

Radstone, S. and Schwarz, B. Memory Fordham University Press, 2010.

Ritchie, D.A. (ed.), The Oxford Handbook of Oral History, Oxford and New York: Oxford University Press, 2011.

Thompson, P. The Voice of the Past. Oral History, Oxford: Oxford University Press, 2000.

Thomson, A. Anzac Memories: Living With the Legend, Clayton: Monash University Publishing, 2013.

Thomson, A., “Indexing Emotion: Joy and Shame in Oral History”, in Oral History Australia Journal, No. 41, 2019, pp. 1-11

 

ENGLISH VERSION

The history of emotions is one of the most notable progressions in the field of history in the last few decades, and in recent years an astonishing number of articles and books has focused specifically on emotions in history. With this “emotional turn” (Boddice, 2018: 72), historians have determined that emotions change over time, and are thus a subject deserving of historical inquiry. Perhaps more importantly, emotions are at the center of human experience and therefore at the center of our history: “human emotions are neither timeless nor universal, but rather shaped by historical and cultural circumstances” (Thomson, 2019: 1). Emotions are both the effect and active cause of historical events. In addition, as argued by Boddice, focusing on emotions enables “to rehabilitate the unsaid – the gestural, affective and experiential – of traditional historical narratives” (Boddice, 2019: 10). He even proposes to refer to various labels – such as “feelings” and “affective experiences” – so as to open possibilities for the expression and interpretation of emotions (14).

Feelings have also been the focus of oral historians for many decades before this historical turn towards emotions. The key findings of oral historians are not so much the events that narrators recall, but the “meanings and feelings” relating to those events, in line with Alessandro Portelli’s argument that it is the subjectivity of oral history interviews that constitutes an invaluable contribution to the field, as it allows the researcher to analyze how the interviewee gives meaning to personal experience; this, in turn, is indicative of the collective construction of meaning (Portelli, 1981: 96-107). Accordingly, the primary aim of this conference is to explore the relevance and possibilities of finding meaning in oral history interviews. The conference organizers wish to explore oral history’s potential to record, interpret and make sense of emotions in historical experiences in the Americas, the United Kingdom and Ireland, but also across global geographical and cultural areas. The narrative element becomes key to the understanding of these meanings, which cannot be revealed by any other type of source. The plot, the way narrators choose to organize their story, and shifts in the pace of the narration, as, for example, when only a few words are devoted to talking about experiences which lasted a long time, or the exact opposite, can unveil the subjectivity of human experience. Paying careful attention to language, particularly language used to express feelings and emotions can also help researchers to go beyond the constraints of internalized cultural boundaries, which shape memory (Anderson and Jack, 1991: 11-26). Feelings and emotions can give meaning to activities and events, as for example when certain emotions are silenced because they do not sit nicely with the prevailing collective narrative of a certain event.

The purpose of this conference is to re-center the role of oral history in the history of emotions on the one hand, as well as the role of emotions in history and oral history on the other. Indeed, oral history offers the unique possibility to study the way in which experiences are remembered as well as the relationship between individual and collective memory. “Individual remembering is affected by cultural narratives about the past” (Thomson, 2019: 2) and emotions are essential in this process because they are “impacted by social relations and cultural expectations” (Thomson, 2019: 2). Joanna Bourke focused on fear and anxiety in an article published in 2003 (Bourke, 2003: 111-133), in which she argued that humans narrate their emotions by conforming to certain narrative structures. Bourke shed light on the dialogical nature of the link between the personal emotion and the collective emotional environment of a society. This paves the way for further studies on the shifts in the way people narrate certain emotions and the subsequent ways in which these shifts may also alter their subjective experience.

The other facet of the study of emotions that the conference organizers wish to explore is its relationship with power which, despite its complexity, has yet to be fully problematized. Bourke writes: “emotions such as fear do not only belong to individuals or social groups: they mediate between the individual and the social. They are about power relations” (Bourke, 2003: 124). Fear – and emotions more generally – are the product of a society and of given “power relations”, but they may also contribute to reforming them, as shown by the history of the evolving status of women or minorities in society. More precisely, are emotions experienced differently because of one’s gender and/or one’s identity, as suggested by Boddice (2018: 100-122)?

It may also be argued that emotions can be empowering: in the context of war and conflict for example, oral testimonies indicate strong interrelations between affective experiences and agency. The organizers of the conference also wish to assess the extent to which oral history as a methodology is empowering when it gives agency to participants who have traditionally been excluded from more classic approaches to historical research. Paradoxically, emotions may also be indicative of situations of domination and subordination, and of a person’s powerlessness.

From a methodological perspective, how could historical analysis enhance the narratives which include expressions of feelings and emotions? Alistair Thomson offers some insight into this in his most recent work on emotions in oral history (Thomson, 2019: 1-11). The sound of personal testimony can further our understanding of the emotions and their historical and cultural meanings. Speakers can add emphasis by increasing volume, or adding well-timed pauses; excitement and emotion can be shown by a change in the speed of the speech, whereas slowing down might express difficult moments. Silences are widely studied by oral historians, as they often mean painful moments, a struggle with the narrator’s own memory, or even embarrassment or shame. Thomson writes: “the voice can suggest warmth and pleasure, anger and disappointment, sarcasm or disapproval” (4), and how would one interpret the meanings of laughter, sobs or tears?

Furthermore, the organizers propose to include both the interviewing process and analysis carried out by the same researcher as well as the so-called “secondary analysis”, or the analysis of pre-recorded interviews which have been (or are about to be) deposited in sound archives around the world by someone else. This practice of reusing past interviews is somewhat controversial and frowned upon on the basis that an oral history interview is not a “data-bank”, offering empirically neutral material that anyone at any moment in time can draw upon. This attitude has been referred to as the “naive realism” of the researcher, with the argument that interview data are “socially constructed”, and are not “simply facts that are free of theoretical presuppositions” (Bornat, 2010: 43-52). Yet, following Joanna Bornat’s argument in favor of the practice of revisiting past interviews, the organizers of the conference would also like to explore the possibilities for historical research offered by the exploitation of the many hundreds of hours of recorded interviews held in sound archives, some of which are even available on line. The underlying ambition will be to identify a scientific framework in which such a research method could become an interesting (re)source and could eventually open up new research prospects.

 

The themes to be investigated include (but are not limited to) the following:

  • The relations between emotions, history and oral history

Emotions as cultural, social, political and/or historical constructs

The role of emotions in the construction of memory; “memory composure”

The meanings and feelings of human experience

Emotions and historical experience

  • Historicizing emotions
  • Emotions and causation
  • Emotions, empowerment and activism; emotions and power relations (domination, subordination)
  • Emotions in the context of war and conflict
  • Emotions and gender
  • Emotions, racial and ethnic issues

 

Proposals seeking to explore methodological issues will be welcome, such as:

  • The advantages and drawbacks of reusing past interviews / interviews conducted by someone else; Methodological approaches to secondary analysis
  • Methods for finding and interpreting emotions; Interpreting silence / what is not said

The organizers will welcome proposals from specialists in History, Oral History, Geography, Civilisation Studies, Social Sciences, Political Sciences, Law and Transitional Justice. The geographical scope will include – but will not be limited to – the Americas, the United Kingdom and Ireland, and proposals taking a comparative and interdisciplinary approach will be particularly welcome. The proposals should preferably focus on the 20th and 21st centuries.

This international, cross-disciplinary conference will be held in English and French.

Please send a 300-word abstract in English or in French to Joana Etchart and Simona Tobia : joana.etchart@univ-pau.fr and stobia@univ-pau.fr by September 6th 2021

The acceptance or rejection of proposals will be announced in October 2021

Émotions et gestion des épidémies dans les villes-centre de l’Europe moderne et contemporaine (Écosse, France, Espagne, 1500-1900)

Source : Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord

Appel à communication pour une journée d’étude en novembre 2021.

 

La pandémie Covid-19 actuelle et la crise sanitaire qui en découle ne sont en rien une nouveauté au regard de l’histoire. Le monde a connu maintes épidémies (pestes, choléra…) qui ont décimé les populations. À chaque fois, il a fallu prendre en charge les victimes, gérer les problèmes d’inhumation et reconstruire physiquement et moralement la Cité. À chaque fois, l’émotion des populations citadines et de leurs édiles a été grande face aux pertes humaines et à la souffrance. Toute épidémie comporte néanmoins un caractère inédit, notamment dans sa gestion par les gouvernements nationaux et locaux ainsi que dans la manière dont la population fait face au fléau.
L’évolution de la médecine à travers les siècles a contribué, avec des succès divers, à mieux comprendre les risques et à expérimenter des remèdes adaptés, aussi les individus et les communautés ont-ils été obligés d’aborder la question de l’amélioration des conditions d’hygiène et de salubrité au sein des foyers mais également des villes et villages. Par intermittence, l’Église et l’État ont été à la fois des moteurs et des freins dans l’évolution de ces expériences de « santé publique ». Pour autant, malgré le degré d’émotion des populations et la forte mobilisation des instances de pouvoir et de savoir, ces progrès n’ont pas toujours été possibles immédiatement ou, s’ils l’ont été, c’est surtout une minorité privilégiée qui en aurait été bénéficiaire. Entre peur, déni, frustration ou morgue, la palette des émotions observables face à une épidémie majeure est vaste. Elle interroge autant les représentations du Mal en matière de santé qu’elle révèle, souvent en négatif, les contradictions sociales : la mortalité, la morbidité et l’accès aux soins en sont le reflet. La crise est un moment de vérité, et elle concerne régulièrement les rapports sociaux, ceci à toutes les échelles.
Afin de mieux comprendre ces évolutions et leurs influences ainsi que la connaissance du corps, de la médecine et les politiques de préventions mises en place depuis par les sociétés, ce projet propose d’aborder les thèmes de la santé et de sa gestion par les politiques des différents états et villes européennes du XVe siècle jusqu’au siècle des Lumières à travers les émotions nées des crises sanitaires et leur impact sur la gestion de l’hygiène des villes d’influence, en Europe, entre 1480 et 1790. Cette période charnière, à partir de la Renaissance et des bouleversements religieux de la Réforme, a permis l’émergence de nouveaux regards sur le corps et sa santé, stimulant par là-même les progrès de la science et de la médecine en faveur des citadins : mais, hommes et femmes, enfants et vieillards, riches et pauvres, firent-ils l’objet d’une attention égale ?
Ce projet souhaite consacrer une étude originale à l’histoire de la santé grâce à des regards croisés sur son évolution en France, en Écosse et en Espagne, entre autres, en ciblant des villes de taille et de statut équivalents telles que Versailles, Paris, Marseille, Édimbourg, Glasgow, Madrid et Séville, qui ont connu un développement démographique et économique fulgurant durant cette période. L’Écosse et les innovations impulsées par ses écoles de médecine de renommée mondiale servira de point de départ à notre approche comparative. Les métamorphoses sociales de ces villes ont obligé les gouvernements locaux à s’adapter, dans l’urgence tout d’abord, pour garantir la sécurité, la prospérité et l’hygiène communes. Ce fut pour elles l’occasion d’investir et d’innover pour réduire, quand cela était possible, l’impact des épidémies et y opposer une nouvelle perception de la ville : une cité contrôlée, saine et propice au négoce. Bien entendu, cette « communication » officielle autour de l’image d’un organisme urbain à l’abri des grandes pestilences joue sur tous les terrains à la fois : il s’agit régulièrement de rassurer pour mieux soigner et pour mieux contrôler.
Cette journée d’études transdisciplinaire et internationale s’attachera à mettre en évidence l’évolution de la perception de la santé publique, celle des puissants et celle des faibles, ainsi que sa « gouvernance » par les autorités locales et nationales.

 

Trois axes seront privilégiés :

 

  1. les émotions face à l’épidémie (peur.s, violence.s, mobilités, formes de mobilisation, désocialisations)
  2. les émotions en tant qu’instruments et/ou arguments du pouvoir édilitaire (prévention, justification, encadrement)
  3. les émotions dans la construction d’une mémoire plurielle des épidémies (dire/écrire le Mal, lieux de mémoire, fictions).

 

De multiples questions émergeront :

 

  • Comment étaient organisées les quarantaines ?
  • Les mesures prises, sur le court ou le moyen terme, ont-elles participé à l’accroissement des tensions au sein des populations ?
  • Le cas échéant, ces phénomènes étaient-ils volontaires, voire instrumentalisés ?
  • Quelle était la teneur des débats médicaux ?
  • Existait-il des résistances (en vertu de traditions, d’intérêts privés ou d’un certain déni) de la part de ces gouvernements et/ou des populations ?
  • Quel degré d’irrationalité peut-on observer dans les archives, les textes et les images ? Tout autant de questions que nous nous posons encore aujourd’hui dans le contexte de la pandémie de la Covid-19.

 

Les propositions sont à envoyer avant le 15 avril 2021 sous forme d’un abstract de 200 mots maximum, accompagnés d’une courte biographie aux adresses suivantes :
sabrina.juillet-garzon@sorbonne-paris-nord.fr 
sarah.pelletier@univ-paris13.fr
stanis.perez@mshparisnord.fr

 

Les actes de cette journée d’études feront l’objet d’une publication.

APPEL A COMMUNICATION – COLLOQUE PHILOSOPHIE ET ÉCONOMIE DES ÉMOTIONS

Source : Centre Gilles Gaston Granger

Colloque – Philosophie et économie des émotions

En partenariat avec l’Association Charles Gide pour l’Etude de la Pensée Economique
Centre Gille Gaston Granger, Aix-Marseille Université, CNRS

Aix-en-Provence 23-25 septembre 2021

L’histoire de la philosophie est traversée par une opposition longtemps restée structurante entre le corps et l’esprit, les passions et la raison. La terminologie a changé – on parle aujourd’hui d’émotions plutôt que de passions et de rationalité plutôt que de raison – et bien que les grandes lignes de cette fracture historique restent encore apparentes, de nombreuses recherches se sont développées sur leurs interactions respectives. L’influence des émotions sur la délibération a, bien sûr, toujours été connue, mais elle a longtemps été considérée comme strictement négative. Les travaux du neuroscientifique Antonio Damasio ont démontré que tel n’était pas nécessairement le cas. Il a, par ailleurs, été montré que les émotions pouvaient également jouer un rôle positif non négligeable en amont de la délibération, dans la recherche et le traitement des informations par exemple, ou en aval de celle-ci, dans la mise à exécution de l’action.

L’idée selon laquelle les émotions joueraient un rôle important dans la rationalité de nos actions a naturellement interpellé les économistes, ou au moins, une partie d’entre eux. A l’instar de la philosophie, la (re)découverte de ce potentiel cognitif a suscité à la fois une vague de nouvelles recherches théoriques ou empiriques ainsi qu’une de nombreuses réinterprétations d’auteurs classiques. Les économistes ayant, par ailleurs, élargi leur expertise scientifique aux délibérations extra-prudentielles, notamment l’action morale, on a pu assister ces dernières décennies au développement concomitant de deux perspectives de recherche portant sur le même objet : l’interaction entre émotion et cognition.
L’objet de ce colloque est de réunir ces deux perspectives et de faire dialoguer philosophes et économistes sur le rôle des émotions dans la collecte d’information (grâce à la curiosité ou au courage, par exemple), dans l’évaluation des états du monde (rôle de l’empathie), dans la motivation (on peut notamment penser au rôle joué par le regret et la honte dans le respect des règles ou des engagements pris envers soi-même) et la prise de décision prudentielle et non-prudentielle. Mais au-delà la prise de décision elle-même, ce colloque sera également l’occasion de s’interroger sur ce que les émotions nous apprennent de la nature même de l’action prudentielle (on peut penser au rôle joué par la peur ou par le dégoût, par exemple) ou de l’action morale (pensons, par exemple, au rôle joué par les émotions dans le développement de l’éthique animale ou du rôle qu’elles seront peut-être appelées à jouer dans l’éthique environnementale). Toutes les approches sont bienvenues : l’histoire de la pensée (économique et/ou philosophique), les études de cas, les études expérimentales, les études théoriques, les travaux multidisciplinaires etc.

Les propositions de communications doivent être déposées avec un résumé de 1000 mots environ avant le 15 mars 2021 sur le site du colloque : https://gide2021.sciencesconf.org/
Notification du comité scientifique : 15 avril 2021.
Date-limite d’inscription et de dépôt des communications :15 septembre 2021.
Vous serez notifié de la décision du comité scientifique le 15 avril 2021.
Pour tout contact et renseignements : christophe.salvat@univ-amu.fr

Comité d’Organisation :
Christophe Salvat (CNRS, AMU)
Michel Le Du (AMU)
Sylvie Rivot (Présidente de l’Association Gide, Université de Haute-Alsace)
Pierre Léger (doctorant, AMU)
Izem Lanterno, (doctorant, AMU)

Comité scientifique :
Laurie Bréban, Université Paris 1
Laura Candiotto, Université de Munich, Allemagne
Cyril Hédoin, Université de Reims
Alexandra Hyard, Université de Lille
Herrade Igersheim, Université de Strasbourg
Laurent Jaffro, Université Paris 1
Franck Jovanovic, Université Téluq, Québec
Pierre Livet, Université Aix-Marseille
Harro Maas, Université de Lausanne, Suisse
Sébastien Motta, Université Aix-Marseille
Isabelle Pariente-Butterlin, Université Aix-Marseille
Emmanuel Picavet, Université Paris 1
David Romand, Université Aix-Marseille
Yann Schmitt, Université Paris 1
Céline Spector, Université Montaigne, Bordeaux
Miriam Teschl, EHESS Université Aix-Marseille

Le pouvoir des émotions

Source : Lien politique et social

Appel à contribution (date limite : 15 décembre 2019)

Sous la direction de : Anne Perriard (Haute école de travail social et de la santé, Lausanne) et Cécile Van de Velde (Université de Montréal)

 

Les émotions sont au cœur de l’actualité : la colère se manifeste dans des affrontements à Hong Kong et par le rejet de l’Union européenne au Royaume-Uni. Au niveau mondial, l’inquiétude face aux changements climatiques et à la pollution favorise de nouveaux discours et l’émergence de mouvements sociaux transnationaux. En Algérie, l’indignation face à la réélection du président conduit la jeunesse à se réapproprier le politique. Avec le mouvement #MeToo, la prise de parole de quelques femmes a transformé des expériences individuelles et passées sous silence en mouvement collectif. Dans ce numéro de Lien social et Politiques, nous cherchons à mieux saisir cette dynamique des émotions et les processus par lesquels elles peuvent se transformer en pouvoir social et politique.

Émotions et politique : un champ émergent

Si l’histoire de la sociologie des émotions a montré que Max Weber ou Émile Durkheim avaient déjà fourni une théorisation des affects, les sciences sociales contemporaines ont produit peu d’outils pour prendre en compte cette dimension des pratiques humaines jusque dans les années 1990 (Woodward, 1996) malgré leur caractère central et transversal (Turner, 2009). Cette lacune peut s’expliquer par deux oppositions.

La première, issue de la pensée des Lumières, a produit une dichotomie entre les émotions et la raison, laquelle oppose également le corps de l’esprit (Quijano, 2007 ; Stoetzler et Yuval-Davis, 2002). Cette construction binaire opère une hiérarchie entre ces deux notions et participe à dévaloriser l’émotion, perçue comme une perturbation de l’âme et du corps (Deluermoz, Fureix, Mazurel et Oualdi, 2013).

La deuxième dichotomie, découlant de la précédente, est celle opérée entre les sciences sociales et les sciences naturelles (Brennan, 2004). Cette division entre la nature et le social, qui a pour effet de renvoyer l’étude du corps à la biologie, rend particulièrement difficile l’étude des dynamiques sociales reliées aux émotions (Ahmed, 2004).

Malgré ces difficultés, de nombreuses recherches en sciences sociales se sont emparées des émotions depuis les années 90 et constituent ce qui a été nommé le « tournant affectif » (Clough, 2008 ; Woodward, 1996). Elles prennent notamment appui sur les travaux pionniers de Arlie Hochschild et de David Heise, qui ont posé les bases d’une approche sociologique des émotions et des affects, attentive à leurs modes de structuration sociale et à leurs implications politiques (Heise, 1979, Hochschild, 1979). La question des émotions et des affects se voit de plus en plus investie au sein de champs de recherche dont elle était usuellement absente, tels que la santé, l’éducation, le travail, etc. Dans ce contexte, la dimension politique des émotions a fait l’objet d’un intérêt particulier depuis une dizaine d’années, et ce en lien direct avec l’histoire politique de la décennie, marquée par des mouvements sociaux massifs et par la montée des populismes.

Tout d’abord, dans le sillage des mouvements d’« indignation » post-2011, un front de recherche s’est ouvert sur la question du rôle et de la place des émotions dans les mouvements sociaux. Des travaux éclairent alors l’essor de nouveaux modes de diffusion des émotions et le rôle accru des médias sociaux dans la globalisation des protestations : ils soulignent par exemple la diffusion de « réseaux de la colère et de l’espoir » (Castells, 2015), ou l’émergence d’un « âge de la colère » au niveau planétaire (Mishra, 2017). Ils invitent parallèlement à mieux saisir la multiplicité des émotions morales et politiques présentes dans l’espace-temps même des protestations et leurs liens avec l’indignation (Jasper, 2014 ; Bericat, 2016 ; Pickard, Bessant, 2018).

Plus récemment, suite aux dynamiques électorales de ces dernières années, l’attention s’est portée sur les liens entre émotions et populismes : de nombreux travaux se penchent sur les mécanismes de mobilisation de multiples émotions — notamment la peur et la colère — au sein de discours politiques à caractère populiste (Ballet, 2012 ; Lamont, Park, Ayala-Hurtado 2017). L’accent est prioritairement mis sur le « ressentiment » pensé comme un ensemble d’affects mobilisés par le populisme de droite : sur ces problématiques, on doit à Arlie Hoshchild un travail ethnographique très remarqué sur des adhérents du Tea Party, mettant en valeur leurs sentiments croissants de colère et de nostalgie de ces militants plutôt âgés, enclins à se sentir « étrangers dans leurs propres pays » (Hoshchild, 2018).

Le pouvoir des émotions : genèse, agrégation, politisation

Or, ces recherches sur le lien entre émotions et politique ont deux points communs : premièrement, elles se centrent sur leurs formes collectives et déjà politisées, telles qu’elles se manifestent dans les comportements militants, le vote, les contestations ou les discours politiques. Autrement dit, les émotions sont prioritairement saisies ex post, une fois transformées en acte politique institué. Deuxièmement, elles ne traitent que des émotions perçues négativement, comme la peur, la colère ou la haine et laissent le champ des émotions « positives » largement inexploré.

Ce numéro sur le « pouvoir des émotions » propose de renverser cette perspective pour saisir en amont la trajectoire sociale de ces émotions, depuis leur genèse dans les parcours de vie, jusqu’à la façon dont celles-ci vont modeler en retour le rapport au politique. Sans postuler de leur rôle positif ou négatif, ni de leur destinée politique, il vise à éclairer les canaux par lesquels les émotions vont se muer en pouvoir de transformation ou de conservation sociale et politique. Nous voulons ainsi donner une place aux travaux qui éclairent les processus de production sociale, de collectivisation et de politisation de ces émotions, afin de remettre, selon les mots du philosophe Spinoza, « les émotions, les désirs et les affects au centre de la vie politique ». De plus, nous cherchons à susciter des études qui se saisissent du pouvoir des émotions construites comme positives. La joie, l’amour ou l’empathie sont-ils des leviers de mobilisation collective ? Existent-ils des liens entre ces émotions et l’engagement politique ?

Dans cette perspective, les articles sont invités à contribuer à l’un de ces trois axes de recherche. En raison de la diversité des définitions mobilisées dans le champ des émotions, nous encourageons les autrices et auteurs à clarifier les concepts utilisés.

  • Genèse et production sociale des émotions : les émotions dans les rapports sociaux de pouvoir

Un premier axe s’intéresse à la genèse sociale et politique des émotions : il vise à saisir la façon dont les émotions peuvent s’ancrer dans les rapports sociaux de pouvoir, et prendre leur source dans des expériences ou des épreuves sociales ou politiques telles que la discrimination, la domination, ou certaines inégalités. Une telle question fait l’objet d’un intérêt croissant en sciences humaines et sociales : plusieurs travaux de ces dernières années envisagent les émotions comme des expériences individuelles inscrites dans des rapports sociaux inégalitaires ou des relations d’offense inter-groupes (Crossley, 2009 ; Mackie, Smith, 2016). Cette perspective se développe particulièrement au sein des approches féministes, à l’image d’Elizabeth Spelman qui envisage la colère comme une réaction à la « subordination » (Spelman, 1989). On la retrouve également dans les approches des émotions sociales liées aux discriminations raciales, qui les appréhendent comme autant de réponses au sentiment d’injustice (Dover, Major, Kunstman, 2015). Gayatri Chakravorty Spivak souligne quant à elle le pouvoir de l’empathie pour transformer les relations discriminantes (Spivak, 1988). Nous invitons ici les contributions à prolonger et faire dialoguer ces perspectives, afin de mieux saisir la place et le rôle de certaines épreuves sociales dans la production des émotions.

  • Du « je » au « nous » : diffusion et collectivisation des émotions

Un second axe s’intéresse plus directement aux processus de diffusion et d’agrégation des émotions, en identifiant les conditions de passage d’émotions individuelles à des émotions collectives : il s’agit à partir d’analyser à quels moments, dans quels contextes et sous quelles conditions une émotion est vécue non plus de façon isolée, mais devient une émotion partagée. Dans cette perspective, nous chercherons à saisir par quels processus les émotions contribuent — ou non — à la formation d’un « nous » politisé. Nous nous intéressons par exemple aux processus de mises en résonnance transnationale des émotions : en particulier, les articles pourront contribuer à documenter le rôle supposé des médias et des réseaux sociaux dans la création de nouveaux circuits et modes d’expression des émotions, comme dans le mouvement #MeToo par exemple. De plus, les articles pourront éclairer le rôle des émotions dans la création de collectifs sociaux ou politiques, et ce pour des émotions codées comme positives ou négatives. À titre d’exemple, si l’indignation a amené les « Gilets jaunes » dans la rue, la joie collective semble être un des éléments qui peut également expliquer la force du mouvement. Inversement, les articles pourront s’intéresser aux freins et aux difficultés pesant sur cette diffusion des émotions, et éclairer des cas où les émotions individuelles ne se collectivisent pas, et peuvent conduire au contraire à un retrait du politique.

  • Politisation des émotions et changement social

Ce dernier axe s’intéresse plus directement aux effets politiques de ces émotions, que ce soit comme ressort de changement social ou, au contraire, comme force de maintien de l’ordre. Il vise à explorer la mise en actes de ce pouvoir des émotions dans la sphère sociale ou l’arène politique. Les articles pourront éclairer la façon dont elles vont être légitimées, mobilisées, transformées dans l’espace public, que ce soit dans les campagnes politiques, les discours partisans ou certains débats sociaux par exemple. A ce jour, les travaux de recherche ont surtout insisté sur les liens entre certaines émotions — telles que la colère et le ressentiment — et les populismes de droite (Fassin, 2017, Bonikowski, 2017), mais d’autres formes de mobilisation et de politisation des émotions pourraient être explorées : nous invitons à ouvrir la réflexion à différentes institutions ou acteurs publics et sociaux — potentiellement hors des institutions représentatives — et à d’autres échelles, locales ou transnationales. Par ailleurs, nous encourageons les autrices et auteurs à explorer la multiplicité et la diversité des émotions mobilisées respectivement dans la formulation d’alternatives sociales ou de conservatismes politiques.

Les autrices et auteurs sont invité·es à envoyer une proposition de contribution (1 à 2 pages, ou environ 6000 signes) à l’intention des responsables du numéro (cecile.vandevelde@umontreal.ca, anneperriard@gmx.net) avant le 15 décembre 2019, en précisant leur affiliation universitaire.

Les autrices et auteurs dont la proposition aura été retenue par le comité de rédaction seront invité·e·s à soumettre un article complet pour le 30 mars 2020.

 

Bibliographie

Ahmed, Sara. 2004. The Cultural Politics of Emotions. Abingdon, Oxon.

Ballet, Marion. 2012. Peur, espoir, compassion, indignation : l’appel aux émotions dans les campagnes présidentielles (1981-2007). Paris, Dalloz.

Bericat, Eduardo. 2016. « The Sociology of Emotions: Four Decades of Progress », Current Sociology, 64, 3 : 491-513.

Boquet, Damien et Dider Lett. 2018. ‪‪« Les émotions à l’épreuve du genre »‪‪, Clio. Femmes, Genre, Histoire, 47, 1 : 7-22.

Bonikowski, Bart. 2017. « Ethno‐nationalist populism and the mobilization of collective resentment », The British journal of sociology, 68 : 181-213.

Brennan, Teresa. 2004. The Transmission of Affect. New York, Cornell University Press.

Castells, Manuel. 2015. Networks of Outrage and Hope: Social movements in the Internet age. New York, John Wiley et Sons.

Clough, Patricia. 2008. « The Affective Turn: Political Economy, Biomedia and Bodies », Theory, Culture et Society, 25, 1 : 1-22.

Crossley, Craig D. 2009. « Emotional and behavioral reactions to social undermining: A closer look at perceived offender motives », Organizational Behavior and Human Decision Processes, 108, 1 : 14-24.

Deluermoz, Quentin, Emmanuel Fureix, Hervé Mazurel et M’hamed Oualdi. 2013. « Écrire l’histoire des émotions : de l’objet à la catégorie d’analyse ». Revue d’histoire du XIXe siècle, 47 : 155-189.

Dover, Tessa L., Brenda Major, Jonathan W. Kunstman et coll. 2015. « Does unfairness feel different if it can be linked to group membership? Cognitive, affective, behavioral and physiological implications of discrimination and unfairness », Journal of Experimental Social Psychology, 56 : 96-103.

Fassin, Éric. 2017. Populisme : le grand ressentiment. Paris, Éditions Textuel.

Fernandez, Fabrice, Samuel Lézé et Hélène Marche. 2008. Le langage social des émotions. Paris, Economica-Anthropos.

Gunew, Sneja. 2009. « Subaltern Empathy: Beyond European Categories in Affect Theory », Concentric: Literary and Cultural Studies, 35, 1 : 11-30.

Heise, David R. 1979. Understanding events: Affect and the construction of social action. Cambridge, CUP Archive.

Hochschild, Arlie Russell. 2018. Strangers in their own land: Anger and mourning on the American right. New York, The New Press.

Hoschschild, Arlie Russell. 1979. « Emotion work, feeling rules, and social structure », American journal of sociology, 85, 3 : 551-575.

Illouz, Eva. 2007. Cold intimacies: The making of emotional capitalism. Cambridge, Polity.

Jasper, James M. 2014. « Constructing indignation: Anger dynamics in protest movements », Emotion Review, 6. 3 : 208-213.

Kim, Hosu et Jamie Bianco. 2007. The affective turn: Theorizing the social. Durham, Duke University Press.

Lamont, Michèle, Park, Yun Bo et Elena Ayala‐Hurtado. 2017. « Trump’s electoral speeches and his appeal to the American white working class », The British journal of sociology, 68 : 153-180.

Mackie, Diane M. et Eliot R. Smith. 2016. From prejudice to intergroup emotions: Differentiated reactions to social groups. Hove, Psychology Press.

Mishra, Pankaj. 2017. Age of anger: A history of the present. New York, Farrar, Straus and Giroux.

Pickard, Sarah et Judith Bessant. 2018. « France’s# Nuit Debout Social Movement : Young People Rising Up and Moral Emotions », Societies, 8, 4 : 100.

Plamper, Jan. 2015. The history of emotions: An introduction. Oxford, Oxford University Press.

Quijano, Aníbal. 2007. «  »Race » et colonialité du pouvoir », Mouvements, 51, 3 : 111-118.

Spelman, Elizabeth V. 1989. « Anger and insubordination » dans Ann Garry et Marilyn Pearsall (dir). Women, Knowledge, and Reality. Winchester, Unwin Hyman : 263-273.

Spivak, Gayatri. 1988. « Can the Subaltern Speak? » dans Cary Nelson et Lawrence Grossberg (dir.). Marxism and the Interpretation of Culture. Champaign, University of Illinois Press : 271-313.

Stets, Jan E. et Jonathan H. Turner. 2014. Handbook of the Sociology of Emotions. New York, Springer.

Stoetzler, Marcel et Nira Yuval-Davis. 2002. « Standpoint theory, situated knowledge and the situated imagination », Feminist Theory, 33, 3 : 315-333.

Woodward, Kathleen. 1996. « Anger…and Anger: From Freud to Feminism », dans John O’Neill (dir.). Freud and the Passions. University Park, Pennsylvania State University Press : 73-95.

Turner, Jonathan H. 1999. « Toward a general sociological theory of emotions ». Journal for the Theory of Social Behaviour, 29, 2 : 133-161.

Moyen Âge en émoi (appel à contributions)

Source : RMBLF.be

Neuvièmes journées internationales d’études médiévales des Jeunes Chercheurs Médiévistes de l’Université de Genève & de la Conférence universitaire de Suisse occidentale
4-5 mars 2019

Loin d’être un sujet d’enquête des seuls médiévistes contemporains, la composante émotionnelle était déjà au cœur des préoccupations de l’homme médiéval. Que l’on considère le domaine de la théologie, celui de la littérature religieuse ou profane, les sources relatant la vie politique ou encore la production artistique, l’implication des émotions n’est étrangère à aucun de ces secteurs de la médiévistique.

Depuis une vingtaine d’années, l’intérêt porté à ce champ d’études a également suscité une littérature conséquente pour la période médiévale. Rappelons la parution de plusieurs ouvrages d’importance en 2015, du fait notamment de Barbara Rosenwein ou encore de Damien Boquet et de Piroska Nagy.

Les angles d’approche des émotions sont aussi variés que les études fournies à leur propos. La lexicographie permet d’aborder l’émotion médiévale de manière tout à fait pertinente: la variété terminologique convoquée par les auctoritates antiques et chrétiennes est représentative de la difficulté toute actuelle à définir ce concept. Toujours dans une perspective définitoire, la question de l’orientation morale de l’émotion constitue un passage obligé pour l’appréhender, aussi bien à sa naissance – la notion d’intention la présidant s’avère en ce sens essentielle – que dans ses manifestations – qu’elles soient corporelles ou verbales. Sous l’influence des philosophes de l’Antiquité ou des Pères de l’Église s’élabore en effet un véritable code de savoir-vivre émotionnel dicté par un important souci de gestion de soi, indispensable à la valorisation de l’affect. À cette réflexion se superpose d’emblée celle qu’induit la perception des mouvements de l’âme, directement associée à leurs signes visibles, seule voie d’accès possible à l’intériorité.

En outre, l’étude des manifestations conduit à considérer les multiples enjeux de la maîtrise des émotions, la frontière entre contrôle de soi et performance en soi s’avérant parfois bien mince. Le Moyen Âge fut en ce sens riche en rituels et mises en scène émotionnels, particulièrement dans des contextes politiques ou religieux. La prédication constitue à elle seule un champ d’analyse propice à la dynamique performative. Dans les textes, cette volonté s’exprime à travers différentes stratégies discursives mobilisées, qui visent à exacerber ou au contraire à atténuer la sensibilité du public. L’image religieuse revêt également une importance particulière puisqu’elle se doit de toucher le fidèle, suscitant notamment en lui de la componction. La dimension affective de la piété médiévale amène donc à considérer l’image de dévotion en tant que déclencheur d’émotion. Enfin, les procédures judiciaires constituent une piste de réflexion intéressante pour saisir les stratégies permettant de moduler la vérité. Dans la continuité, l’émotion orientée offre également une ouverture contemporaine vers son recours dans le discours scientifique actuel, en ce qu’elle peut servir de levier au débat.

Le caractère immatériel de l’émotion constitue un défi pour les médiévistes : cette rencontre propose aux jeunes chercheurs venus de différents horizons disciplinaires de le relever, en explorant les outils et les ressources de ce champ de la recherche en pleine efflorescence.

Les propositions de contribution, d’une demi-page environ, accompagnées de renseignements pratiques (statut, institution de rattachement, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF avant le 1er décembre 2018 à l’adresse suivante : journeesetudesjcm@gmail.com. Un comité scientifique procédera à la sélection des communications.