Archives de catégorie : Appels à contribution

LOVE AND EMOTIONS IN OLD NORSE LITERATURE : PATTERNS, FORMULAE, REALITY — CFP

Love and Emotions in Old Norse Literature

Patterns, Formulae, Reality  

2nd Symposium of the Project “Formulae in Icelandic Saga Literature”

Tartu, 28-29 January 2022

Call for papers: Cfp1_Love_and_Emotions_Tartu

Love and emotions did for a long time belong to the periphery of Old Norse scholarship. During the last decades this has changed. Since the 1990s several monographs and articles have been published within this field of research, concerning all Old Norse genres. Today, emotions, and particularly love, in Old Norse literature constitutes an active field of research. Old prejudices concerning dating, taste, and originality have been abandoned. New perspectives are used, and new conclusions have been reached.

The present symposium is devoted to the theme of love and the depiction of emotions in Old Norse literature in all its genres, the courtly translations as well as the native sagas and poems. Both the role and meaning of love and the description of it will be in focus. At the symposium, we will share our knowledge, present and discuss our ongoing research, test new perspectives, develop new methods, and make new contacts for future collaboration.

Keynote speakers:

Alison Finlay, University of London

Sif Ríkharðsdóttir, University of Iceland

Klaus Johan Myrvoll, University of Stavanger

Brynja Þorgeirsdóttir, University of Cambridge

All researchers (including PhD students) who are interested in presenting their ideas or research results connected to these or similar topics are encouraged submit proposals for 20-minute paper presentations (followed by 10 minutes of discussion). The venue of the symposium will be University of Tartu, Department of Scandinavian Studies.

Please send short abstracts by November 1st, 2021, to daniel.savborg@ut.ee. Further information about the symposium and its sub-topics can be found on the symposium website: https://www.maailmakeeled.ut.ee/en/departments/formulae-icelandic-saga-literature  

The organizers strongly believe in scholarly meetings in-person. Coffee breaks and free time at conferences usually offer the most important occasions for exchange of ideas, constructive debates, establishing of new contacts and planning of cooperation. We therefore plan to hold the symposium in-person. If, however, the corona situation makes it necessary, we will hold the symposium online.

You are of course welcome to forward this announcement to anyone whom you think might be interested.

Welcome to Tartu in January!

A la découverte du sens : histoire orale, pouvoir et émotionsColloque international – appel à communications

Scroll down for English version

Le site de l’appel est ici

L’histoire des émotions constitue une des avancées les plus significatives dans le domaine de l’histoire au cours des dernières décennies, comme en témoigne le nombre croissant d’articles et d’ouvrages dédiés à ce sujet. Lors de ce “tournant émotionnel” (Boddice, 2018 : 72), les historiens ont démontré que les émotions changent en fonction des périodes, pour devenir un sujet d’étude à proprement parler. De plus, la place centrale qu’elles occupent dans l’expérience humaine leur confère un statut important au sein de l’analyse historique : “les émotions humaines ne sont ni hors du temps, ni universelles, elles sont a contrario assujetties aux circonstances historiques et culturelles” (Thomson, 2019 : 1). Elles sont parfois suscitées par un fait historique, mais elles peuvent également en être à l’origine. De plus, Boddice avance l’argument selon lequel l’analyse des émotions permet “de réhabiliter ce qui n’a pas été formulé dans les récits historiques traditionnels : le geste, l’affectif et l’expérientiel” (Boddice, 2019 : 10). Il suggère même d’y référer par des dénominations variées telles que “les sentiments” et “l’expérience affective” afin de laisser le champ le plus libre possible à l’expression et à l’interprétation des émotions (14).

De surcroît, les spécialistes en histoire orale se sont intéressés aux sentiments bien avant le tournant pris par la discipline. Ils ont non seulement pris en compte les événements relatés par les personnes interrogées, mais ils se sont aussi focalisés sur “la signification et les sentiments” entourant les faits. Le pionnier de cette approche, Alessandro Portelli, soulignait en 1981 que la contribution essentielle de l’histoire orale à l’histoire résidait dans la subjectivité des témoignages. Celle-ci permet en effet d’étudier les modalités selon lesquelles la personne interrogée donne sens à son expérience personnelle. Cette construction du sens apporte à son tour une indication quant à la construction collective du sens (Portelli, 1981 : 96-107). Ainsi, l’objectif premier de ce colloque consiste à s’interroger sur la pertinence de la « découverte du sens », et sur les possibilités offertes par cette approche lors de l’analyse des entretiens menés en histoire orale dans les Amériques, au Royaume-Uni et en Irlande, mais aussi dans une perspective géographique et culturelle large.

Le récit est essentiel à l’interprétation de ces significations, qui ne peuvent pas être révélées par d’autres sources. L’intrigue, le choix de l’organisation du récit, les changements de rythme dans la narration, par exemple lorsque seuls quelques mots épars sont mobilisés pour raconter une expérience longue dans le temps, ou e procédé inverse, sont autant d’éléments qui peuvent donner à connaître la subjectivité de l’expérience. Le chercheur peut aussi observer le langage, en particulier celui utilisé pour exprimer des sentiments et des émotions, et s’affranchir ainsi des contraintes issues des interprétations culturelles internalisées, qui façonnent la mémoire (Anderson and Jack, 1991 : 11-26). Les sentiments et les émotions peuvent donner une signification aux actions de chacun et aux événements. C’est le cas par exemple lorsque certaines émotions sont passées sous silence, le narrateur estimant qu’elles ne cadrent pas avec le récit collectif dominant qui est fait d’un événement.

Ce colloque a pour ambition de donner un rôle central au champ de l’histoire orale dans l’étude des émotions, mais aussi de favoriser l’analyse de l’expérience affective dans l’histoire et l’histoire orale. En réalité, l’histoire orale offre la possibilité exceptionnelle de pouvoir analyser la façon dont l’orateur se remémore son expérience historique et, par extension, les liens entre la mémoire individuelle et collective. « Le souvenir individuel est influencé par les récits culturels du passé » (Thomson, 2019 : 2) et les émotions jouent un rôle clé dans ce processus, dans la mesure où elles sont « impactées par les relations sociales et par les attentes culturelles » (2). Dans un article fondateur publié en 2003, Joanna Bourke s’est intéressée à la peur et à l’anxiété (Bourke, 2003: 111-133). Elle démontre que les humains parlent des émotions tout en cherchant à se conformer à des structures narratives préétablies. Elle met en lumière la nature dialogique de la relation entre l’émotion personnelle et l’environnement émotionnel collectif dans lequel évolue la personne. Cette analyse ouvre des perspectives de recherche prometteuses sur les changements opérés dans les récits des émotions et les façons dont ces changements peuvent à leur tour impacter l’expérience subjective de l’individu.

À propos de l’étude des émotions, les organisatrices souhaitent également se pencher sur la question de la relation au pouvoir qui, malgré sa complexité, n’a pas été entièrement problématisée. Bourke écrit que : « les émotions telles que la peur appartiennent non seulement à l’individu mais aussi au groupe social : elles agissent comme un médiateur entre l’individu et le social. Elles concernent les relations de pouvoir » (Bourke, 2003 : 124). La peur et, de façon plus générale, les émotions, sont le produit d’une société et de « relations de pouvoir » spécifiques, mais elles contribuent également à les transformer, comme l’indique l’histoire du statut mouvant des femmes ou des minorités dans la société. À ce sujet, les expériences affectives changent-elles en fonction du genre et/ou de l’identité des personnes, comme le suggère Boddice (2018 : 100-122) ?

Il est également possible d’avancer l’argument selon lequel les émotions permettent d’accroître les capacités d’action et d’émancipation, ce que les anglophones désignent par le terme empowerment. Par exemple, dans le contexte des guerres et des conflits, les témoignages oraux indiquent de fortes corrélations entre l’expérience affective et le fait de devenir sujet agent. Les organisatrices souhaitent également déterminer si l’histoire orale en tant que méthodologie permet effectivement d’accroître ces capacités d’action et d’émancipation en octroyant le rôle de sujet agent aux participants qui ont pu se trouver exclus des processus de recherche historique plus traditionnels. Paradoxalement, les émotions peuvent aussi révéler des situations de domination et de subordination, et ainsi l’impuissance d’une personne.

D’un point de vue méthodologique, comment l’analyse historique pourrait-elle valoriser les récits exprimant des sentiments et des émotions ? Alistair Thomson donne des indications à ce sujet dans son récent travail sur les émotions et l’histoire orale (Thomson, 2019 : 1-11). L’écoute du témoignage peut améliorer notre compréhension des émotions et de leur signification historique et culturelle. Il est possible de trouver la signification des émotions en écoutant la bande son d’un entretien ou en regardant son enregistrement vidéo. La transcription du texte peut s’avérer insuffisante. Les histoires sont véhiculées par des mots et par la voix également. Le son de la narration véhicule du sens autant que les choix lexicaux de l’orateur. Ce dernier peut insister en augmentant l’intensité de sa voix, ou en ajoutant des pauses à sa convenance ; l’excitation et l’émotion peuvent transparaître à travers un changement dans le rythme du discours, alors qu’un ralentissement peut signifier que l’expérience vécue était difficile. Les silences sont un champ d’étude fécond en histoire orale car ils peuvent être un indicateur de souffrance, d’embarras ou de honte, mais ils peuvent également intervenir lorsque l’orateur tente de se remémorer quelque chose. Thomson précise que « la voix peut exprimer la chaleur et le plaisir, la colère et la déception, le sarcasme ou la désapprobation » (4), comment pourrait-on alors interpréter la signification du rire, des sanglots ou des larmes ?

Enfin, les organisatrices de ce colloque s’intéressent à la fois aux entretiens menés et étudiés par un même chercheur, mais aussi à « l’analyse secondaire », consistant à étudier des entretiens pré-enregistrés qui ont été déposés par un tiers dans des archives sonores, ou qui sont sur le point de l’être. Cette pratique de la réutilisation d’anciens entretiens peut être controversée, parfois même reprouvée, en raison du fait qu’en histoire orale l’entretien ne peut pas être considéré comme une banque de données permettant d’accéder à des sources empiriques neutres qui peuvent être exploitées par toute personne à tout moment.

Cette attitude du chercheur a été qualifiée de « réalisme naïf » en raison de l’argument suivant : les données issues de l’entretien sont « élaborées socialement » et ne sont pas, aux dires de Joanna Bornat, « de simples faits affranchis de présuppositions théoriques » (Bornat, 2010 : 43-52). Néanmoins, en s’inspirant du propos de Bornat qui se positionne en réalité en faveur de la pratique de la réutilisation d’entretiens menés par un tiers, les organisatrices souhaitent explorer les possibilités pour la recherche historique que représente l’exploitation des centaines d’heures d’entretiens enregistrés et conservés dans les archives sonores, archives dont une partie est accessible en ligne. L’ambition est d’arriver à identifier le cadre scientifique au sein duquel cette méthode de recherche pourrait devenir une (res)source intéressante et ouvrir, in fine, de nouveaux champs de recherche.

 

À titre indicatif, les participants pourront aborder les thèmes suivants :

  • Les relations entre les émotions, l’histoire et l’histoire orale :

L’émotion en tant que construct culturel, social, politique et/ou historique

Le rôle de l’émotion dans la construction de la mémoire, la notion de « composition de la mémoire »

Le sens et le sentiment dans l’expérience humaine

L’émotion et l’expérience historique

  • L’historicisation des émotions
  • L’émotion et la causalité
  • L’émotion, l’empowerment et le militantisme ; l’émotion et les relations de pouvoir (domination, subordination)
  • L’émotion dans les situations de guerre et de conflit
  • L’émotion et le genre
  • L’émotion et les questions raciales et ethniques

 

Nous nous intéresserons également aux thématiques liées à la méthodologie, par exemple :

  • L’utilisation d’entretiens effectués par le passé ou par un tiers : quels avantages et quels inconvénients ? L’analyse secondaire et ses approches méthodologiques
  • Les méthodes permettant de rechercher et d’interpréter les émotions ; comment interpréter le silence, ce qui n’est pas formulé par la parole

 

Ce colloque interdisciplinaire s’adresse à des spécialistes en Histoire, Histoire orale, Géographie, Civilisation, Sciences sociales, Sciences politiques, Droit et Justice transitionnelle. Le champ géographique est large ; il inclut les Amériques, le Royaume-Uni et l’Irlande, mais ne s’y limite pas. Les propositions adoptant une approche comparative et interdisciplinaire seront appréciées.

La période historique des XXe et XXIe siècles sera privilégiée. Les langues de communication de ce colloque international seront le français et l’anglais. Les propositions de communication comporteront un titre, un résumé d’environ 300 mots, une bibliographie succincte ainsi qu’une courte notice biographique.

Elles sont à envoyer à Joana Etchart et à Simona Tobia aux deux adresses suivantes : joana.etchart@univ-pau.fr et stobia@univ-pau.fr avant le 6 septembre 2021.

Les réponses seront communiquées en octobre 2021.

 

Les organisatrices : Joana Etchart et Simona Tobia (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire ALTER)

 

Les conférenciers invités :

Anna Bryson (Queen’s University Belfast, UK)

Lindsey Dodd (University of Huddersfield, UK)

Alistair Thomson (Monash University, Melbourne, AUS)

 

Le comité scientifique :

Anna Bryson (Queen’s University Belfast, UK)

Françoise Buisson (Université de Pau et des Pays de l’Adour, FR)

Lindsey Dodd (University of Huddersfield, UK)

Laurent Dornel (Université de Pau et des Pays de l’Adour, FR)

Florence Descamps (EPHE, FR)

Christophe Gillissen (Université de Caen, FR)

Patricia Heiniger-Casteret (Université de Pau et des Pays de l’Adour, FR)

Franck Miroux (Toulouse Jean Jaurès, FR )

Fabrice Mourlon (Université Sorbonne Nouvelle, FR)

Tracey Simpson (Université de Pau et des Pays de l’Adour, FR)

Anne Stefani (Toulouse Jean Jaurès, FR)

Alistair Thomson (Monash University, Melbourne, AUS)

 

Bibliographie

Anderson, K. and D. Jack “Learning to Listen. Interview techniques and analyses” in Berger Gluck, S. and D. Patai, Women’s Words: The Feminist Practice of Oral History, London: Routledge, 1991, pp. 11-26.

Boddice, R. A History of Feelings, London, Reaktion Books, 2019.

Boddice, R., The History of Emotions, Manchester: Manchester University Press, 2018.

Bornat, J. “Remembering and Reworking Emotions. The Reanalysis of Emotions in an Interview”, Oral History, vol. 38, no. 2, 2010, pp. 43–52.

Bourke, J. Fear, a Cultural History, London: Virago, 2005.

Bourke, J., “Fear and Anxiety: Writing About Emotion in Modern History” in History Workshop Journal, n. 55, 2003, pp. 111-133.

Bryson Anna, “Victims, Violence and Voice: Transitional Justice, Oral History and Dealing with the Past”, Hastings International and Comparative Law Review, 39(2), 2016, pp. 299-353.

Boyd, D.A. and Larson, M.A. (eds), Oral History and Digital Humanities: Voice, Access and Engagement, New York: Palgrave Macmillan, 2014.

Charlton, T.L., Myers, L.E., and Sharpless, R., History of oral history: foundations and methodology. Rowman & Littlefield, Lanham, 2007.

Clegg, S.K. and M. Haugaard (eds), Power, London: Sage, 2009.

Cosslett, T., Lurie C,. and Summerfield, P.(eds), Feminism and Autobiography: Texts, Theories, Methods, London: Routledge, 2000.

Cubitt, G.  History and Memory. Manchester University Press, Manchester, 2007.

Descamps, F. Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine immatériel, Paris: Éditions de l’EHESS, 2019

Dixon, T. From Passions to Emotions: The Creation of a Secular Psychological Category. Cambridge: Cambridge University Press, 2003.

Frevert, U. Emotions in History: Lost and Found. Budapest: Central European University Press. Frevert, U. et al., Emotional Lexicons. Continuity and Change in the Vocabulary of Feeling 1700-2000, Oxford: Oxford University Press, 2014.

Frisch, M.  A Shared Authority: Essays on the Craft and Meaning of Oral and Public History, State University of New York Press, Albany, 1990.

Gray, D. E.  Doing Research in the Real World. Sage Publications, London, 2004.

Griffith, K. and O’Grady, T.  Ireland’s Unfinished Revolution: An Oral History. Roberts Rinehart, 1999.

Gross, D.M. The Secret History of Emotion: From Aristotle’s Rhetoric to Modern Brain Science. Chicago: University of Chicago Press, 2006.

Hamilton, P. and Shopes, L. eds), Oral History and Public Memories, Philadelphia, PA: Temple University Press, 2008.

Passerini, L. Fascism and Popular Memory. Cambridge University Press, Cambridge, 1987.

Plamper, J.  History of Emotions, an Introduction, Oxford : Oxford University Press, 2017

Pollock, D. (ed.), Remembering: Oral History Performance, New York: Palgrave Macmillan, 2005. Portelli, A. The Order Has Been Carried Out, History, Memory, and Meaning of a Nazi Massacre in Rome, New York: Palgrave Macmillan, 2003.

Portelli, A., “What Makes Oral History Different” in History Workshop Journal, n. 12, 1981, pp.96-107.

Portelli, Alessandro, The Battle of Valle Giulia: Oral History and the Art of Dialogue. University of Wisconsin Press, Wisconsin, 1997.

Puri, A. and Thomson, A. Australian Lives. An Intimate History, Clayton: Monash University Publishing, 2017.

Radstone, S. and Schwarz, B. Memory Fordham University Press, 2010.

Ritchie, D.A. (ed.), The Oxford Handbook of Oral History, Oxford and New York: Oxford University Press, 2011.

Thompson, P. The Voice of the Past. Oral History, Oxford: Oxford University Press, 2000.

Thomson, A. Anzac Memories: Living With the Legend, Clayton: Monash University Publishing, 2013.

Thomson, A., “Indexing Emotion: Joy and Shame in Oral History”, in Oral History Australia Journal, No. 41, 2019, pp. 1-11

 

ENGLISH VERSION

The history of emotions is one of the most notable progressions in the field of history in the last few decades, and in recent years an astonishing number of articles and books has focused specifically on emotions in history. With this “emotional turn” (Boddice, 2018: 72), historians have determined that emotions change over time, and are thus a subject deserving of historical inquiry. Perhaps more importantly, emotions are at the center of human experience and therefore at the center of our history: “human emotions are neither timeless nor universal, but rather shaped by historical and cultural circumstances” (Thomson, 2019: 1). Emotions are both the effect and active cause of historical events. In addition, as argued by Boddice, focusing on emotions enables “to rehabilitate the unsaid – the gestural, affective and experiential – of traditional historical narratives” (Boddice, 2019: 10). He even proposes to refer to various labels – such as “feelings” and “affective experiences” – so as to open possibilities for the expression and interpretation of emotions (14).

Feelings have also been the focus of oral historians for many decades before this historical turn towards emotions. The key findings of oral historians are not so much the events that narrators recall, but the “meanings and feelings” relating to those events, in line with Alessandro Portelli’s argument that it is the subjectivity of oral history interviews that constitutes an invaluable contribution to the field, as it allows the researcher to analyze how the interviewee gives meaning to personal experience; this, in turn, is indicative of the collective construction of meaning (Portelli, 1981: 96-107). Accordingly, the primary aim of this conference is to explore the relevance and possibilities of finding meaning in oral history interviews. The conference organizers wish to explore oral history’s potential to record, interpret and make sense of emotions in historical experiences in the Americas, the United Kingdom and Ireland, but also across global geographical and cultural areas. The narrative element becomes key to the understanding of these meanings, which cannot be revealed by any other type of source. The plot, the way narrators choose to organize their story, and shifts in the pace of the narration, as, for example, when only a few words are devoted to talking about experiences which lasted a long time, or the exact opposite, can unveil the subjectivity of human experience. Paying careful attention to language, particularly language used to express feelings and emotions can also help researchers to go beyond the constraints of internalized cultural boundaries, which shape memory (Anderson and Jack, 1991: 11-26). Feelings and emotions can give meaning to activities and events, as for example when certain emotions are silenced because they do not sit nicely with the prevailing collective narrative of a certain event.

The purpose of this conference is to re-center the role of oral history in the history of emotions on the one hand, as well as the role of emotions in history and oral history on the other. Indeed, oral history offers the unique possibility to study the way in which experiences are remembered as well as the relationship between individual and collective memory. “Individual remembering is affected by cultural narratives about the past” (Thomson, 2019: 2) and emotions are essential in this process because they are “impacted by social relations and cultural expectations” (Thomson, 2019: 2). Joanna Bourke focused on fear and anxiety in an article published in 2003 (Bourke, 2003: 111-133), in which she argued that humans narrate their emotions by conforming to certain narrative structures. Bourke shed light on the dialogical nature of the link between the personal emotion and the collective emotional environment of a society. This paves the way for further studies on the shifts in the way people narrate certain emotions and the subsequent ways in which these shifts may also alter their subjective experience.

The other facet of the study of emotions that the conference organizers wish to explore is its relationship with power which, despite its complexity, has yet to be fully problematized. Bourke writes: “emotions such as fear do not only belong to individuals or social groups: they mediate between the individual and the social. They are about power relations” (Bourke, 2003: 124). Fear – and emotions more generally – are the product of a society and of given “power relations”, but they may also contribute to reforming them, as shown by the history of the evolving status of women or minorities in society. More precisely, are emotions experienced differently because of one’s gender and/or one’s identity, as suggested by Boddice (2018: 100-122)?

It may also be argued that emotions can be empowering: in the context of war and conflict for example, oral testimonies indicate strong interrelations between affective experiences and agency. The organizers of the conference also wish to assess the extent to which oral history as a methodology is empowering when it gives agency to participants who have traditionally been excluded from more classic approaches to historical research. Paradoxically, emotions may also be indicative of situations of domination and subordination, and of a person’s powerlessness.

From a methodological perspective, how could historical analysis enhance the narratives which include expressions of feelings and emotions? Alistair Thomson offers some insight into this in his most recent work on emotions in oral history (Thomson, 2019: 1-11). The sound of personal testimony can further our understanding of the emotions and their historical and cultural meanings. Speakers can add emphasis by increasing volume, or adding well-timed pauses; excitement and emotion can be shown by a change in the speed of the speech, whereas slowing down might express difficult moments. Silences are widely studied by oral historians, as they often mean painful moments, a struggle with the narrator’s own memory, or even embarrassment or shame. Thomson writes: “the voice can suggest warmth and pleasure, anger and disappointment, sarcasm or disapproval” (4), and how would one interpret the meanings of laughter, sobs or tears?

Furthermore, the organizers propose to include both the interviewing process and analysis carried out by the same researcher as well as the so-called “secondary analysis”, or the analysis of pre-recorded interviews which have been (or are about to be) deposited in sound archives around the world by someone else. This practice of reusing past interviews is somewhat controversial and frowned upon on the basis that an oral history interview is not a “data-bank”, offering empirically neutral material that anyone at any moment in time can draw upon. This attitude has been referred to as the “naive realism” of the researcher, with the argument that interview data are “socially constructed”, and are not “simply facts that are free of theoretical presuppositions” (Bornat, 2010: 43-52). Yet, following Joanna Bornat’s argument in favor of the practice of revisiting past interviews, the organizers of the conference would also like to explore the possibilities for historical research offered by the exploitation of the many hundreds of hours of recorded interviews held in sound archives, some of which are even available on line. The underlying ambition will be to identify a scientific framework in which such a research method could become an interesting (re)source and could eventually open up new research prospects.

 

The themes to be investigated include (but are not limited to) the following:

  • The relations between emotions, history and oral history

Emotions as cultural, social, political and/or historical constructs

The role of emotions in the construction of memory; “memory composure”

The meanings and feelings of human experience

Emotions and historical experience

  • Historicizing emotions
  • Emotions and causation
  • Emotions, empowerment and activism; emotions and power relations (domination, subordination)
  • Emotions in the context of war and conflict
  • Emotions and gender
  • Emotions, racial and ethnic issues

 

Proposals seeking to explore methodological issues will be welcome, such as:

  • The advantages and drawbacks of reusing past interviews / interviews conducted by someone else; Methodological approaches to secondary analysis
  • Methods for finding and interpreting emotions; Interpreting silence / what is not said

The organizers will welcome proposals from specialists in History, Oral History, Geography, Civilisation Studies, Social Sciences, Political Sciences, Law and Transitional Justice. The geographical scope will include – but will not be limited to – the Americas, the United Kingdom and Ireland, and proposals taking a comparative and interdisciplinary approach will be particularly welcome. The proposals should preferably focus on the 20th and 21st centuries.

This international, cross-disciplinary conference will be held in English and French.

Please send a 300-word abstract in English or in French to Joana Etchart and Simona Tobia : joana.etchart@univ-pau.fr and stobia@univ-pau.fr by September 6th 2021

The acceptance or rejection of proposals will be announced in October 2021

Émotions et gestion des épidémies dans les villes-centre de l’Europe moderne et contemporaine (Écosse, France, Espagne, 1500-1900)

Source : Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord

Appel à communication pour une journée d’étude en novembre 2021.

 

La pandémie Covid-19 actuelle et la crise sanitaire qui en découle ne sont en rien une nouveauté au regard de l’histoire. Le monde a connu maintes épidémies (pestes, choléra…) qui ont décimé les populations. À chaque fois, il a fallu prendre en charge les victimes, gérer les problèmes d’inhumation et reconstruire physiquement et moralement la Cité. À chaque fois, l’émotion des populations citadines et de leurs édiles a été grande face aux pertes humaines et à la souffrance. Toute épidémie comporte néanmoins un caractère inédit, notamment dans sa gestion par les gouvernements nationaux et locaux ainsi que dans la manière dont la population fait face au fléau.
L’évolution de la médecine à travers les siècles a contribué, avec des succès divers, à mieux comprendre les risques et à expérimenter des remèdes adaptés, aussi les individus et les communautés ont-ils été obligés d’aborder la question de l’amélioration des conditions d’hygiène et de salubrité au sein des foyers mais également des villes et villages. Par intermittence, l’Église et l’État ont été à la fois des moteurs et des freins dans l’évolution de ces expériences de « santé publique ». Pour autant, malgré le degré d’émotion des populations et la forte mobilisation des instances de pouvoir et de savoir, ces progrès n’ont pas toujours été possibles immédiatement ou, s’ils l’ont été, c’est surtout une minorité privilégiée qui en aurait été bénéficiaire. Entre peur, déni, frustration ou morgue, la palette des émotions observables face à une épidémie majeure est vaste. Elle interroge autant les représentations du Mal en matière de santé qu’elle révèle, souvent en négatif, les contradictions sociales : la mortalité, la morbidité et l’accès aux soins en sont le reflet. La crise est un moment de vérité, et elle concerne régulièrement les rapports sociaux, ceci à toutes les échelles.
Afin de mieux comprendre ces évolutions et leurs influences ainsi que la connaissance du corps, de la médecine et les politiques de préventions mises en place depuis par les sociétés, ce projet propose d’aborder les thèmes de la santé et de sa gestion par les politiques des différents états et villes européennes du XVe siècle jusqu’au siècle des Lumières à travers les émotions nées des crises sanitaires et leur impact sur la gestion de l’hygiène des villes d’influence, en Europe, entre 1480 et 1790. Cette période charnière, à partir de la Renaissance et des bouleversements religieux de la Réforme, a permis l’émergence de nouveaux regards sur le corps et sa santé, stimulant par là-même les progrès de la science et de la médecine en faveur des citadins : mais, hommes et femmes, enfants et vieillards, riches et pauvres, firent-ils l’objet d’une attention égale ?
Ce projet souhaite consacrer une étude originale à l’histoire de la santé grâce à des regards croisés sur son évolution en France, en Écosse et en Espagne, entre autres, en ciblant des villes de taille et de statut équivalents telles que Versailles, Paris, Marseille, Édimbourg, Glasgow, Madrid et Séville, qui ont connu un développement démographique et économique fulgurant durant cette période. L’Écosse et les innovations impulsées par ses écoles de médecine de renommée mondiale servira de point de départ à notre approche comparative. Les métamorphoses sociales de ces villes ont obligé les gouvernements locaux à s’adapter, dans l’urgence tout d’abord, pour garantir la sécurité, la prospérité et l’hygiène communes. Ce fut pour elles l’occasion d’investir et d’innover pour réduire, quand cela était possible, l’impact des épidémies et y opposer une nouvelle perception de la ville : une cité contrôlée, saine et propice au négoce. Bien entendu, cette « communication » officielle autour de l’image d’un organisme urbain à l’abri des grandes pestilences joue sur tous les terrains à la fois : il s’agit régulièrement de rassurer pour mieux soigner et pour mieux contrôler.
Cette journée d’études transdisciplinaire et internationale s’attachera à mettre en évidence l’évolution de la perception de la santé publique, celle des puissants et celle des faibles, ainsi que sa « gouvernance » par les autorités locales et nationales.

 

Trois axes seront privilégiés :

 

  1. les émotions face à l’épidémie (peur.s, violence.s, mobilités, formes de mobilisation, désocialisations)
  2. les émotions en tant qu’instruments et/ou arguments du pouvoir édilitaire (prévention, justification, encadrement)
  3. les émotions dans la construction d’une mémoire plurielle des épidémies (dire/écrire le Mal, lieux de mémoire, fictions).

 

De multiples questions émergeront :

 

  • Comment étaient organisées les quarantaines ?
  • Les mesures prises, sur le court ou le moyen terme, ont-elles participé à l’accroissement des tensions au sein des populations ?
  • Le cas échéant, ces phénomènes étaient-ils volontaires, voire instrumentalisés ?
  • Quelle était la teneur des débats médicaux ?
  • Existait-il des résistances (en vertu de traditions, d’intérêts privés ou d’un certain déni) de la part de ces gouvernements et/ou des populations ?
  • Quel degré d’irrationalité peut-on observer dans les archives, les textes et les images ? Tout autant de questions que nous nous posons encore aujourd’hui dans le contexte de la pandémie de la Covid-19.

 

Les propositions sont à envoyer avant le 15 avril 2021 sous forme d’un abstract de 200 mots maximum, accompagnés d’une courte biographie aux adresses suivantes :
sabrina.juillet-garzon@sorbonne-paris-nord.fr 
sarah.pelletier@univ-paris13.fr
stanis.perez@mshparisnord.fr

 

Les actes de cette journée d’études feront l’objet d’une publication.

APPEL A COMMUNICATION – COLLOQUE PHILOSOPHIE ET ÉCONOMIE DES ÉMOTIONS

Source : Centre Gilles Gaston Granger

Colloque – Philosophie et économie des émotions

En partenariat avec l’Association Charles Gide pour l’Etude de la Pensée Economique
Centre Gille Gaston Granger, Aix-Marseille Université, CNRS

Aix-en-Provence 23-25 septembre 2021

L’histoire de la philosophie est traversée par une opposition longtemps restée structurante entre le corps et l’esprit, les passions et la raison. La terminologie a changé – on parle aujourd’hui d’émotions plutôt que de passions et de rationalité plutôt que de raison – et bien que les grandes lignes de cette fracture historique restent encore apparentes, de nombreuses recherches se sont développées sur leurs interactions respectives. L’influence des émotions sur la délibération a, bien sûr, toujours été connue, mais elle a longtemps été considérée comme strictement négative. Les travaux du neuroscientifique Antonio Damasio ont démontré que tel n’était pas nécessairement le cas. Il a, par ailleurs, été montré que les émotions pouvaient également jouer un rôle positif non négligeable en amont de la délibération, dans la recherche et le traitement des informations par exemple, ou en aval de celle-ci, dans la mise à exécution de l’action.

L’idée selon laquelle les émotions joueraient un rôle important dans la rationalité de nos actions a naturellement interpellé les économistes, ou au moins, une partie d’entre eux. A l’instar de la philosophie, la (re)découverte de ce potentiel cognitif a suscité à la fois une vague de nouvelles recherches théoriques ou empiriques ainsi qu’une de nombreuses réinterprétations d’auteurs classiques. Les économistes ayant, par ailleurs, élargi leur expertise scientifique aux délibérations extra-prudentielles, notamment l’action morale, on a pu assister ces dernières décennies au développement concomitant de deux perspectives de recherche portant sur le même objet : l’interaction entre émotion et cognition.
L’objet de ce colloque est de réunir ces deux perspectives et de faire dialoguer philosophes et économistes sur le rôle des émotions dans la collecte d’information (grâce à la curiosité ou au courage, par exemple), dans l’évaluation des états du monde (rôle de l’empathie), dans la motivation (on peut notamment penser au rôle joué par le regret et la honte dans le respect des règles ou des engagements pris envers soi-même) et la prise de décision prudentielle et non-prudentielle. Mais au-delà la prise de décision elle-même, ce colloque sera également l’occasion de s’interroger sur ce que les émotions nous apprennent de la nature même de l’action prudentielle (on peut penser au rôle joué par la peur ou par le dégoût, par exemple) ou de l’action morale (pensons, par exemple, au rôle joué par les émotions dans le développement de l’éthique animale ou du rôle qu’elles seront peut-être appelées à jouer dans l’éthique environnementale). Toutes les approches sont bienvenues : l’histoire de la pensée (économique et/ou philosophique), les études de cas, les études expérimentales, les études théoriques, les travaux multidisciplinaires etc.

Les propositions de communications doivent être déposées avec un résumé de 1000 mots environ avant le 15 mars 2021 sur le site du colloque : https://gide2021.sciencesconf.org/
Notification du comité scientifique : 15 avril 2021.
Date-limite d’inscription et de dépôt des communications :15 septembre 2021.
Vous serez notifié de la décision du comité scientifique le 15 avril 2021.
Pour tout contact et renseignements : christophe.salvat@univ-amu.fr

Comité d’Organisation :
Christophe Salvat (CNRS, AMU)
Michel Le Du (AMU)
Sylvie Rivot (Présidente de l’Association Gide, Université de Haute-Alsace)
Pierre Léger (doctorant, AMU)
Izem Lanterno, (doctorant, AMU)

Comité scientifique :
Laurie Bréban, Université Paris 1
Laura Candiotto, Université de Munich, Allemagne
Cyril Hédoin, Université de Reims
Alexandra Hyard, Université de Lille
Herrade Igersheim, Université de Strasbourg
Laurent Jaffro, Université Paris 1
Franck Jovanovic, Université Téluq, Québec
Pierre Livet, Université Aix-Marseille
Harro Maas, Université de Lausanne, Suisse
Sébastien Motta, Université Aix-Marseille
Isabelle Pariente-Butterlin, Université Aix-Marseille
Emmanuel Picavet, Université Paris 1
David Romand, Université Aix-Marseille
Yann Schmitt, Université Paris 1
Céline Spector, Université Montaigne, Bordeaux
Miriam Teschl, EHESS Université Aix-Marseille

Le pouvoir des émotions

Source : Lien politique et social

Appel à contribution (date limite : 15 décembre 2019)

Sous la direction de : Anne Perriard (Haute école de travail social et de la santé, Lausanne) et Cécile Van de Velde (Université de Montréal)

 

Les émotions sont au cœur de l’actualité : la colère se manifeste dans des affrontements à Hong Kong et par le rejet de l’Union européenne au Royaume-Uni. Au niveau mondial, l’inquiétude face aux changements climatiques et à la pollution favorise de nouveaux discours et l’émergence de mouvements sociaux transnationaux. En Algérie, l’indignation face à la réélection du président conduit la jeunesse à se réapproprier le politique. Avec le mouvement #MeToo, la prise de parole de quelques femmes a transformé des expériences individuelles et passées sous silence en mouvement collectif. Dans ce numéro de Lien social et Politiques, nous cherchons à mieux saisir cette dynamique des émotions et les processus par lesquels elles peuvent se transformer en pouvoir social et politique.

Émotions et politique : un champ émergent

Si l’histoire de la sociologie des émotions a montré que Max Weber ou Émile Durkheim avaient déjà fourni une théorisation des affects, les sciences sociales contemporaines ont produit peu d’outils pour prendre en compte cette dimension des pratiques humaines jusque dans les années 1990 (Woodward, 1996) malgré leur caractère central et transversal (Turner, 2009). Cette lacune peut s’expliquer par deux oppositions.

La première, issue de la pensée des Lumières, a produit une dichotomie entre les émotions et la raison, laquelle oppose également le corps de l’esprit (Quijano, 2007 ; Stoetzler et Yuval-Davis, 2002). Cette construction binaire opère une hiérarchie entre ces deux notions et participe à dévaloriser l’émotion, perçue comme une perturbation de l’âme et du corps (Deluermoz, Fureix, Mazurel et Oualdi, 2013).

La deuxième dichotomie, découlant de la précédente, est celle opérée entre les sciences sociales et les sciences naturelles (Brennan, 2004). Cette division entre la nature et le social, qui a pour effet de renvoyer l’étude du corps à la biologie, rend particulièrement difficile l’étude des dynamiques sociales reliées aux émotions (Ahmed, 2004).

Malgré ces difficultés, de nombreuses recherches en sciences sociales se sont emparées des émotions depuis les années 90 et constituent ce qui a été nommé le « tournant affectif » (Clough, 2008 ; Woodward, 1996). Elles prennent notamment appui sur les travaux pionniers de Arlie Hochschild et de David Heise, qui ont posé les bases d’une approche sociologique des émotions et des affects, attentive à leurs modes de structuration sociale et à leurs implications politiques (Heise, 1979, Hochschild, 1979). La question des émotions et des affects se voit de plus en plus investie au sein de champs de recherche dont elle était usuellement absente, tels que la santé, l’éducation, le travail, etc. Dans ce contexte, la dimension politique des émotions a fait l’objet d’un intérêt particulier depuis une dizaine d’années, et ce en lien direct avec l’histoire politique de la décennie, marquée par des mouvements sociaux massifs et par la montée des populismes.

Tout d’abord, dans le sillage des mouvements d’« indignation » post-2011, un front de recherche s’est ouvert sur la question du rôle et de la place des émotions dans les mouvements sociaux. Des travaux éclairent alors l’essor de nouveaux modes de diffusion des émotions et le rôle accru des médias sociaux dans la globalisation des protestations : ils soulignent par exemple la diffusion de « réseaux de la colère et de l’espoir » (Castells, 2015), ou l’émergence d’un « âge de la colère » au niveau planétaire (Mishra, 2017). Ils invitent parallèlement à mieux saisir la multiplicité des émotions morales et politiques présentes dans l’espace-temps même des protestations et leurs liens avec l’indignation (Jasper, 2014 ; Bericat, 2016 ; Pickard, Bessant, 2018).

Plus récemment, suite aux dynamiques électorales de ces dernières années, l’attention s’est portée sur les liens entre émotions et populismes : de nombreux travaux se penchent sur les mécanismes de mobilisation de multiples émotions — notamment la peur et la colère — au sein de discours politiques à caractère populiste (Ballet, 2012 ; Lamont, Park, Ayala-Hurtado 2017). L’accent est prioritairement mis sur le « ressentiment » pensé comme un ensemble d’affects mobilisés par le populisme de droite : sur ces problématiques, on doit à Arlie Hoshchild un travail ethnographique très remarqué sur des adhérents du Tea Party, mettant en valeur leurs sentiments croissants de colère et de nostalgie de ces militants plutôt âgés, enclins à se sentir « étrangers dans leurs propres pays » (Hoshchild, 2018).

Le pouvoir des émotions : genèse, agrégation, politisation

Or, ces recherches sur le lien entre émotions et politique ont deux points communs : premièrement, elles se centrent sur leurs formes collectives et déjà politisées, telles qu’elles se manifestent dans les comportements militants, le vote, les contestations ou les discours politiques. Autrement dit, les émotions sont prioritairement saisies ex post, une fois transformées en acte politique institué. Deuxièmement, elles ne traitent que des émotions perçues négativement, comme la peur, la colère ou la haine et laissent le champ des émotions « positives » largement inexploré.

Ce numéro sur le « pouvoir des émotions » propose de renverser cette perspective pour saisir en amont la trajectoire sociale de ces émotions, depuis leur genèse dans les parcours de vie, jusqu’à la façon dont celles-ci vont modeler en retour le rapport au politique. Sans postuler de leur rôle positif ou négatif, ni de leur destinée politique, il vise à éclairer les canaux par lesquels les émotions vont se muer en pouvoir de transformation ou de conservation sociale et politique. Nous voulons ainsi donner une place aux travaux qui éclairent les processus de production sociale, de collectivisation et de politisation de ces émotions, afin de remettre, selon les mots du philosophe Spinoza, « les émotions, les désirs et les affects au centre de la vie politique ». De plus, nous cherchons à susciter des études qui se saisissent du pouvoir des émotions construites comme positives. La joie, l’amour ou l’empathie sont-ils des leviers de mobilisation collective ? Existent-ils des liens entre ces émotions et l’engagement politique ?

Dans cette perspective, les articles sont invités à contribuer à l’un de ces trois axes de recherche. En raison de la diversité des définitions mobilisées dans le champ des émotions, nous encourageons les autrices et auteurs à clarifier les concepts utilisés.

  • Genèse et production sociale des émotions : les émotions dans les rapports sociaux de pouvoir

Un premier axe s’intéresse à la genèse sociale et politique des émotions : il vise à saisir la façon dont les émotions peuvent s’ancrer dans les rapports sociaux de pouvoir, et prendre leur source dans des expériences ou des épreuves sociales ou politiques telles que la discrimination, la domination, ou certaines inégalités. Une telle question fait l’objet d’un intérêt croissant en sciences humaines et sociales : plusieurs travaux de ces dernières années envisagent les émotions comme des expériences individuelles inscrites dans des rapports sociaux inégalitaires ou des relations d’offense inter-groupes (Crossley, 2009 ; Mackie, Smith, 2016). Cette perspective se développe particulièrement au sein des approches féministes, à l’image d’Elizabeth Spelman qui envisage la colère comme une réaction à la « subordination » (Spelman, 1989). On la retrouve également dans les approches des émotions sociales liées aux discriminations raciales, qui les appréhendent comme autant de réponses au sentiment d’injustice (Dover, Major, Kunstman, 2015). Gayatri Chakravorty Spivak souligne quant à elle le pouvoir de l’empathie pour transformer les relations discriminantes (Spivak, 1988). Nous invitons ici les contributions à prolonger et faire dialoguer ces perspectives, afin de mieux saisir la place et le rôle de certaines épreuves sociales dans la production des émotions.

  • Du « je » au « nous » : diffusion et collectivisation des émotions

Un second axe s’intéresse plus directement aux processus de diffusion et d’agrégation des émotions, en identifiant les conditions de passage d’émotions individuelles à des émotions collectives : il s’agit à partir d’analyser à quels moments, dans quels contextes et sous quelles conditions une émotion est vécue non plus de façon isolée, mais devient une émotion partagée. Dans cette perspective, nous chercherons à saisir par quels processus les émotions contribuent — ou non — à la formation d’un « nous » politisé. Nous nous intéressons par exemple aux processus de mises en résonnance transnationale des émotions : en particulier, les articles pourront contribuer à documenter le rôle supposé des médias et des réseaux sociaux dans la création de nouveaux circuits et modes d’expression des émotions, comme dans le mouvement #MeToo par exemple. De plus, les articles pourront éclairer le rôle des émotions dans la création de collectifs sociaux ou politiques, et ce pour des émotions codées comme positives ou négatives. À titre d’exemple, si l’indignation a amené les « Gilets jaunes » dans la rue, la joie collective semble être un des éléments qui peut également expliquer la force du mouvement. Inversement, les articles pourront s’intéresser aux freins et aux difficultés pesant sur cette diffusion des émotions, et éclairer des cas où les émotions individuelles ne se collectivisent pas, et peuvent conduire au contraire à un retrait du politique.

  • Politisation des émotions et changement social

Ce dernier axe s’intéresse plus directement aux effets politiques de ces émotions, que ce soit comme ressort de changement social ou, au contraire, comme force de maintien de l’ordre. Il vise à explorer la mise en actes de ce pouvoir des émotions dans la sphère sociale ou l’arène politique. Les articles pourront éclairer la façon dont elles vont être légitimées, mobilisées, transformées dans l’espace public, que ce soit dans les campagnes politiques, les discours partisans ou certains débats sociaux par exemple. A ce jour, les travaux de recherche ont surtout insisté sur les liens entre certaines émotions — telles que la colère et le ressentiment — et les populismes de droite (Fassin, 2017, Bonikowski, 2017), mais d’autres formes de mobilisation et de politisation des émotions pourraient être explorées : nous invitons à ouvrir la réflexion à différentes institutions ou acteurs publics et sociaux — potentiellement hors des institutions représentatives — et à d’autres échelles, locales ou transnationales. Par ailleurs, nous encourageons les autrices et auteurs à explorer la multiplicité et la diversité des émotions mobilisées respectivement dans la formulation d’alternatives sociales ou de conservatismes politiques.

Les autrices et auteurs sont invité·es à envoyer une proposition de contribution (1 à 2 pages, ou environ 6000 signes) à l’intention des responsables du numéro (cecile.vandevelde@umontreal.ca, anneperriard@gmx.net) avant le 15 décembre 2019, en précisant leur affiliation universitaire.

Les autrices et auteurs dont la proposition aura été retenue par le comité de rédaction seront invité·e·s à soumettre un article complet pour le 30 mars 2020.

 

Bibliographie

Ahmed, Sara. 2004. The Cultural Politics of Emotions. Abingdon, Oxon.

Ballet, Marion. 2012. Peur, espoir, compassion, indignation : l’appel aux émotions dans les campagnes présidentielles (1981-2007). Paris, Dalloz.

Bericat, Eduardo. 2016. « The Sociology of Emotions: Four Decades of Progress », Current Sociology, 64, 3 : 491-513.

Boquet, Damien et Dider Lett. 2018. ‪‪« Les émotions à l’épreuve du genre »‪‪, Clio. Femmes, Genre, Histoire, 47, 1 : 7-22.

Bonikowski, Bart. 2017. « Ethno‐nationalist populism and the mobilization of collective resentment », The British journal of sociology, 68 : 181-213.

Brennan, Teresa. 2004. The Transmission of Affect. New York, Cornell University Press.

Castells, Manuel. 2015. Networks of Outrage and Hope: Social movements in the Internet age. New York, John Wiley et Sons.

Clough, Patricia. 2008. « The Affective Turn: Political Economy, Biomedia and Bodies », Theory, Culture et Society, 25, 1 : 1-22.

Crossley, Craig D. 2009. « Emotional and behavioral reactions to social undermining: A closer look at perceived offender motives », Organizational Behavior and Human Decision Processes, 108, 1 : 14-24.

Deluermoz, Quentin, Emmanuel Fureix, Hervé Mazurel et M’hamed Oualdi. 2013. « Écrire l’histoire des émotions : de l’objet à la catégorie d’analyse ». Revue d’histoire du XIXe siècle, 47 : 155-189.

Dover, Tessa L., Brenda Major, Jonathan W. Kunstman et coll. 2015. « Does unfairness feel different if it can be linked to group membership? Cognitive, affective, behavioral and physiological implications of discrimination and unfairness », Journal of Experimental Social Psychology, 56 : 96-103.

Fassin, Éric. 2017. Populisme : le grand ressentiment. Paris, Éditions Textuel.

Fernandez, Fabrice, Samuel Lézé et Hélène Marche. 2008. Le langage social des émotions. Paris, Economica-Anthropos.

Gunew, Sneja. 2009. « Subaltern Empathy: Beyond European Categories in Affect Theory », Concentric: Literary and Cultural Studies, 35, 1 : 11-30.

Heise, David R. 1979. Understanding events: Affect and the construction of social action. Cambridge, CUP Archive.

Hochschild, Arlie Russell. 2018. Strangers in their own land: Anger and mourning on the American right. New York, The New Press.

Hoschschild, Arlie Russell. 1979. « Emotion work, feeling rules, and social structure », American journal of sociology, 85, 3 : 551-575.

Illouz, Eva. 2007. Cold intimacies: The making of emotional capitalism. Cambridge, Polity.

Jasper, James M. 2014. « Constructing indignation: Anger dynamics in protest movements », Emotion Review, 6. 3 : 208-213.

Kim, Hosu et Jamie Bianco. 2007. The affective turn: Theorizing the social. Durham, Duke University Press.

Lamont, Michèle, Park, Yun Bo et Elena Ayala‐Hurtado. 2017. « Trump’s electoral speeches and his appeal to the American white working class », The British journal of sociology, 68 : 153-180.

Mackie, Diane M. et Eliot R. Smith. 2016. From prejudice to intergroup emotions: Differentiated reactions to social groups. Hove, Psychology Press.

Mishra, Pankaj. 2017. Age of anger: A history of the present. New York, Farrar, Straus and Giroux.

Pickard, Sarah et Judith Bessant. 2018. « France’s# Nuit Debout Social Movement : Young People Rising Up and Moral Emotions », Societies, 8, 4 : 100.

Plamper, Jan. 2015. The history of emotions: An introduction. Oxford, Oxford University Press.

Quijano, Aníbal. 2007. «  »Race » et colonialité du pouvoir », Mouvements, 51, 3 : 111-118.

Spelman, Elizabeth V. 1989. « Anger and insubordination » dans Ann Garry et Marilyn Pearsall (dir). Women, Knowledge, and Reality. Winchester, Unwin Hyman : 263-273.

Spivak, Gayatri. 1988. « Can the Subaltern Speak? » dans Cary Nelson et Lawrence Grossberg (dir.). Marxism and the Interpretation of Culture. Champaign, University of Illinois Press : 271-313.

Stets, Jan E. et Jonathan H. Turner. 2014. Handbook of the Sociology of Emotions. New York, Springer.

Stoetzler, Marcel et Nira Yuval-Davis. 2002. « Standpoint theory, situated knowledge and the situated imagination », Feminist Theory, 33, 3 : 315-333.

Woodward, Kathleen. 1996. « Anger…and Anger: From Freud to Feminism », dans John O’Neill (dir.). Freud and the Passions. University Park, Pennsylvania State University Press : 73-95.

Turner, Jonathan H. 1999. « Toward a general sociological theory of emotions ». Journal for the Theory of Social Behaviour, 29, 2 : 133-161.

Moyen Âge en émoi (appel à contributions)

Source : RMBLF.be

Neuvièmes journées internationales d’études médiévales des Jeunes Chercheurs Médiévistes de l’Université de Genève & de la Conférence universitaire de Suisse occidentale
4-5 mars 2019

Loin d’être un sujet d’enquête des seuls médiévistes contemporains, la composante émotionnelle était déjà au cœur des préoccupations de l’homme médiéval. Que l’on considère le domaine de la théologie, celui de la littérature religieuse ou profane, les sources relatant la vie politique ou encore la production artistique, l’implication des émotions n’est étrangère à aucun de ces secteurs de la médiévistique.

Depuis une vingtaine d’années, l’intérêt porté à ce champ d’études a également suscité une littérature conséquente pour la période médiévale. Rappelons la parution de plusieurs ouvrages d’importance en 2015, du fait notamment de Barbara Rosenwein ou encore de Damien Boquet et de Piroska Nagy.

Les angles d’approche des émotions sont aussi variés que les études fournies à leur propos. La lexicographie permet d’aborder l’émotion médiévale de manière tout à fait pertinente: la variété terminologique convoquée par les auctoritates antiques et chrétiennes est représentative de la difficulté toute actuelle à définir ce concept. Toujours dans une perspective définitoire, la question de l’orientation morale de l’émotion constitue un passage obligé pour l’appréhender, aussi bien à sa naissance – la notion d’intention la présidant s’avère en ce sens essentielle – que dans ses manifestations – qu’elles soient corporelles ou verbales. Sous l’influence des philosophes de l’Antiquité ou des Pères de l’Église s’élabore en effet un véritable code de savoir-vivre émotionnel dicté par un important souci de gestion de soi, indispensable à la valorisation de l’affect. À cette réflexion se superpose d’emblée celle qu’induit la perception des mouvements de l’âme, directement associée à leurs signes visibles, seule voie d’accès possible à l’intériorité.

En outre, l’étude des manifestations conduit à considérer les multiples enjeux de la maîtrise des émotions, la frontière entre contrôle de soi et performance en soi s’avérant parfois bien mince. Le Moyen Âge fut en ce sens riche en rituels et mises en scène émotionnels, particulièrement dans des contextes politiques ou religieux. La prédication constitue à elle seule un champ d’analyse propice à la dynamique performative. Dans les textes, cette volonté s’exprime à travers différentes stratégies discursives mobilisées, qui visent à exacerber ou au contraire à atténuer la sensibilité du public. L’image religieuse revêt également une importance particulière puisqu’elle se doit de toucher le fidèle, suscitant notamment en lui de la componction. La dimension affective de la piété médiévale amène donc à considérer l’image de dévotion en tant que déclencheur d’émotion. Enfin, les procédures judiciaires constituent une piste de réflexion intéressante pour saisir les stratégies permettant de moduler la vérité. Dans la continuité, l’émotion orientée offre également une ouverture contemporaine vers son recours dans le discours scientifique actuel, en ce qu’elle peut servir de levier au débat.

Le caractère immatériel de l’émotion constitue un défi pour les médiévistes : cette rencontre propose aux jeunes chercheurs venus de différents horizons disciplinaires de le relever, en explorant les outils et les ressources de ce champ de la recherche en pleine efflorescence.

Les propositions de contribution, d’une demi-page environ, accompagnées de renseignements pratiques (statut, institution de rattachement, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF avant le 1er décembre 2018 à l’adresse suivante : journeesetudesjcm@gmail.com. Un comité scientifique procédera à la sélection des communications.

Appel à articles thématiques : Méthodologie, dans l’étude des émotions (histoire, culture, société)

La nouvelle revue Emotions: History, Culture, Society attend des propositions sur la question de la méthodologie pour décembre 2017.

Les propositions seront discutées jusqu’en mars 2018.

Pour tous les détails, voir : http://www.historyofemotions.org.au/media/259168/call_for_thematic_papers-1.pdf

Emotions: History, Culture, Society calls for proposals for thematic issues for its 2019 second issue. Issues can be on any topic that falls within the journal’s remit to enhance our understanding of emotions as temporally and geographically situated phenomena. Issues should be theoretically informed and bring a range of methodological perspectives to the topic. ‘Methodology’ here is construed broadly to incorporate different disciplinary, theoretical and methodological approaches.
Issues are a maximum of 64,000 words. They will typically consist of around eight articles, including a scholarly introduction. Essays should be original and not published elsewhere. The guest editor/s will be responsible for providing copy ready for peer review before December 2018. All copy should conform to the EHCS
Style Guide. The journal editors will be responsible for arranging reviews; any final decision over publication will lie with them.
PROPO SALS SHOULD CONSIST OF:
• Title
• Description of the theme and its contribution to the field of emotions scholarship (500–1000 words)
• 300-word biography for each editor, indicating their expertise on the topic
• List of confirmed contributors (including short biographies), article titles and 300-word abstracts
Proposals are due by 15 December 2017 and should be emailed
to editemotions@gmail.com.
All correspondence and queries should be addressed to Katie Barclay and Andrew Lynch at editemotions@gmail.com
PROPOSALS WILL BE ASSESSED ON THE FOLLOWING BASIS:
• Suitability for the journal
• Originality of the contribution to the field
• Significance of the theme/ ability to advance
scholarship in exciting ways
• Range of perspectives brought to the theme by
the individual contributions
• Range and quality of authors

Appel à candidatures : conférence sur l’Histoire des émotions à Washington

CFP: History of Emotion Conference at George Mason University

Type:
Call for Papers
Date:
June 1, 2018 to June 2, 2018
Location:
Virginia, United States
Subject Fields:
Sociology, Teaching and Learning, Intellectual History

A Conference on the History of Emotion will take place at George Mason University, in Fairfax, VA, on June 1-2 2018. The conference organizers are Susan Matt, Weber State University, and Peter Stearns, George Mason; the Conference is co-sponsored with the Society on the History of Emotion (SHE).

The Conference seeks to address major issues in the field: periodization, relevant theory and interdisciplinarity, comparative approaches, teaching and public outreach. There will also be discussion of the formation of a virtual organization for scholars working on the history of emotion in North America, in coordination with the SHE.

The conference invites paper proposals that fall within the parameters suggested above. Relevant Prospectuses must be received no later than Sept. 30, 2017, addressed to pstearns@gmu.edu (feel free to address any questions to this same address). Decisions will be made by the end of October. It must be emphasized that this conference is self-funded, so no subsidies or stipends are available.

Contact Info:

Peter Stearns, George Mason University

Contact Email:

Call for Papers : Emotions of Cultures / Cultures of Emotions: Comparative Perspective, 11-13 December 2017, Perth (Western Australia)

Dates: 11‒13 December 2017
Venue: The University of Western Australia, Perth
Convenors: Jacqueline Van Gent
Submission deadline: Monday 31 July 2017
Submissions and enquiries: societyhistoryemotions@gmail.com

Download the amended Call for Papers

Please note the conference dates are now 11–13 December 2017.

The Society for the History of Emotions (SHE) is an international and interdisciplinary professional organisation. SHE promotes a deeper understanding of the changing meanings and consequences of emotional concepts, expressions and regulation over time and space and across cultures. The Society is committed to fostering interdisciplinary international dialogue on all aspects of humanities-based emotions research.

The historical and cultural conditioning of emotions – including their expression, regulation and performance, and their gendered, ethnic, class-based and contingent nature – is a methodologically rich field. This conference encourages discussion across disciplines, cultures and historical periods, with a particular focus on broadening emotions history beyond its hitherto largely Western context. For the inaugural conference of SHE we now invite papers that address one or more of the following questions:

 Emotions of Cultures – Comparative Perspectives

How can we extend the cultural and geographical scope of current emotions research? In what ways can we develop our methodologies, especially with regard to comparative studies? How can postcolonial perspectives, indigenous positions and North-South dialogues be better integrated into historical emotions research?

Cultures of Emotions – History of Emotions and Contemporary Issues

How can comparative studies in the history of emotions further our understanding of contemporary issues and problems? How can such comparative perspectives contribute to public debates about cross-cultural and cross-religious issues? What problems do we encounter when teaching the history of emotions, and how can we ensure our teaching is cross-disciplinary?

Keynote Speakers

Jakelin Troy, The University of Sydney

Professor Jakelin Troy is a Ngarigu woman from the Snowy Mountains of New South Wales, and Director of Aboriginal and Torres Strait Islander Research at The University of Sydney. Jakelin’s research and academic interests focus on languages, particularly endangered Aboriginal and ‘contact languages’, language education, linguistics, anthropology and visual arts. She has extensive experience developing curriculum for Australian schools, focusing on Australian language programs. She studied in Mexico and Japan, developing her interest those countries’ art, culture and languages.  Professor Troy is Editor in Chief of ab-Original: Journal of Indigenous Studies and First Nations’ and First Peoples’ Cultures.

Kathryn Prince, University of Ottawa

Dr Kathryn Prince is a theatre historian with a particular interest in early modern drama. Her current work focuses on the intersections of space, bodies, objects and emotions in early modern performance, as well as ‘performance’ in a broader sense relating to early modern accounts of cross-cultural contact. Her recent publications include the edited collections Performing Early Modern Drama Today (Cambridge University Press, 2013) and History, Memory, Performance (Palgrave Macmillan, 2014), as well as several book chapters on emotions and drama.

Possible paper and panel topics for the conference may include:

  • reading emotional understandings and practices in different temporal, cultural or regional locations
  • reading emotional understandings and practices within cross-cultural contact and conflict
  • translations of emotion across geographical, cultural and religious boundaries
  • emotions and the migration of images
  • emotions in the literary, historiographical and cultural creation and reception of Otherness
  • emotions and tolerance/intolerance in culture, race and religion
  • imperial and anti-imperial emotions
  • history of emotions and indigenous research methodologies

 

Individual papers and themed panels are invited. For individual papers, please send a title, abstract (c.250 words) and a short bio (max. 150 words) to societyhistoryemotions@gmail.com. For panels, please send a panel title, brief description and outline of panel format, and titles, abstracts and short biographical statements for each presenter,  to societyhistoryemotions@gmail.com.

Submission deadline: Monday 31 July 2017.

Mapping the Emotional Cityscape : Call for Papers

Mapping the Emotional Cityscape CfP

SYMPOSIUM
The ARC Centre of Excellence for the History of Emotions, Europe 1100 – 1800 presents:
CALL FOR PAPERS
Date: Monday 18 September 2017
Venue: TBA at The University of Adelaide
Enquiries: Jade Riddle, email: jade.riddle@adelaide.edu.au
Since Henri Lefebvre suggested that space is socially
constructed and constituted, cities have been
reclassified from static ‘maps’ for human activities to
performed spaces that draw together human
behaviour, meaning, discourse, and material
conditions in their production. Cities are not simply a
background for movement, but a function of cultural
and emotional practice. That cities are named, given
boundaries and called home – and in turn that cities
name, define and give identity to their inhabitants –
has equally implicated emotion in their production, as
a recent turn to emotional geographies and urban
emotions reminds us. This symposium seeks to
contribute to this burgeoning scholarship through
exploring the productive relationships between
emotions and cityscapes across time and space.
We are particularly interested in the relationship
between urban geographies, architectures, buildings,
and materialities and emotion. How are neighbourhood
boundaries produced through and with emotion? How
do emotional communities form and define themselves
through urban space? How does architecture and the
physical environment inform social relationships and
behaviours and vice versa? And how do the emotional
imaginings of urban environments impact on their
histories, identities and communities? Moreover, what
are the implications of such emotional productions of
the cityscape for relationships of power, identity and
more within them?
We seek proposals for 20 minute papers, or panels of
three papers, from any disciplines dealing with the city
and emotion. Interdisciplinary perspectives and ECR/
PhD students are particularly welcome. Papers may
wish to explore, but are not limited to:
• Defining and locating emotional boundaries within the
city
• Producing urban emotions in/through city texts, maps
and art
• Performing the emotional ‘other’ in urban spaces
• Emotions and street life
• Emotional investment in urban space
• Emotion and urban ideologies
• Emotional urban communities
• Mapping emotions on urban space
Convened by Dr Katie Barclay and Jade Riddle, The
University of Adelaide.
We aim to submit a proposal for an edited collection
from proceedings.
Deadlines
• Call for papers: Thursday 1 June 2017
• Notification of acceptance: Thursday 15 June 2017
• Long abstracts for circulation: Friday 1 September 2017
Abstracts of no more than 300 words, and a short bio, should
be emailed to Jade Riddle, jade.riddle@adelaide.edu.au.
Mapping the Emotional Cityscape:
Spaces , Performances and Emotion in Urban Life
Arundel House, London ,1646.
Wenceslaus Hollar
British Museum, Wiki Commons