Archives de catégorie : Appels à contribution

Le pouvoir des émotions

Source : Lien politique et social

Appel à contribution (date limite : 15 décembre 2019)

Sous la direction de : Anne Perriard (Haute école de travail social et de la santé, Lausanne) et Cécile Van de Velde (Université de Montréal)

 

Les émotions sont au cœur de l’actualité : la colère se manifeste dans des affrontements à Hong Kong et par le rejet de l’Union européenne au Royaume-Uni. Au niveau mondial, l’inquiétude face aux changements climatiques et à la pollution favorise de nouveaux discours et l’émergence de mouvements sociaux transnationaux. En Algérie, l’indignation face à la réélection du président conduit la jeunesse à se réapproprier le politique. Avec le mouvement #MeToo, la prise de parole de quelques femmes a transformé des expériences individuelles et passées sous silence en mouvement collectif. Dans ce numéro de Lien social et Politiques, nous cherchons à mieux saisir cette dynamique des émotions et les processus par lesquels elles peuvent se transformer en pouvoir social et politique.

Émotions et politique : un champ émergent

Si l’histoire de la sociologie des émotions a montré que Max Weber ou Émile Durkheim avaient déjà fourni une théorisation des affects, les sciences sociales contemporaines ont produit peu d’outils pour prendre en compte cette dimension des pratiques humaines jusque dans les années 1990 (Woodward, 1996) malgré leur caractère central et transversal (Turner, 2009). Cette lacune peut s’expliquer par deux oppositions.

La première, issue de la pensée des Lumières, a produit une dichotomie entre les émotions et la raison, laquelle oppose également le corps de l’esprit (Quijano, 2007 ; Stoetzler et Yuval-Davis, 2002). Cette construction binaire opère une hiérarchie entre ces deux notions et participe à dévaloriser l’émotion, perçue comme une perturbation de l’âme et du corps (Deluermoz, Fureix, Mazurel et Oualdi, 2013).

La deuxième dichotomie, découlant de la précédente, est celle opérée entre les sciences sociales et les sciences naturelles (Brennan, 2004). Cette division entre la nature et le social, qui a pour effet de renvoyer l’étude du corps à la biologie, rend particulièrement difficile l’étude des dynamiques sociales reliées aux émotions (Ahmed, 2004).

Malgré ces difficultés, de nombreuses recherches en sciences sociales se sont emparées des émotions depuis les années 90 et constituent ce qui a été nommé le « tournant affectif » (Clough, 2008 ; Woodward, 1996). Elles prennent notamment appui sur les travaux pionniers de Arlie Hochschild et de David Heise, qui ont posé les bases d’une approche sociologique des émotions et des affects, attentive à leurs modes de structuration sociale et à leurs implications politiques (Heise, 1979, Hochschild, 1979). La question des émotions et des affects se voit de plus en plus investie au sein de champs de recherche dont elle était usuellement absente, tels que la santé, l’éducation, le travail, etc. Dans ce contexte, la dimension politique des émotions a fait l’objet d’un intérêt particulier depuis une dizaine d’années, et ce en lien direct avec l’histoire politique de la décennie, marquée par des mouvements sociaux massifs et par la montée des populismes.

Tout d’abord, dans le sillage des mouvements d’« indignation » post-2011, un front de recherche s’est ouvert sur la question du rôle et de la place des émotions dans les mouvements sociaux. Des travaux éclairent alors l’essor de nouveaux modes de diffusion des émotions et le rôle accru des médias sociaux dans la globalisation des protestations : ils soulignent par exemple la diffusion de « réseaux de la colère et de l’espoir » (Castells, 2015), ou l’émergence d’un « âge de la colère » au niveau planétaire (Mishra, 2017). Ils invitent parallèlement à mieux saisir la multiplicité des émotions morales et politiques présentes dans l’espace-temps même des protestations et leurs liens avec l’indignation (Jasper, 2014 ; Bericat, 2016 ; Pickard, Bessant, 2018).

Plus récemment, suite aux dynamiques électorales de ces dernières années, l’attention s’est portée sur les liens entre émotions et populismes : de nombreux travaux se penchent sur les mécanismes de mobilisation de multiples émotions — notamment la peur et la colère — au sein de discours politiques à caractère populiste (Ballet, 2012 ; Lamont, Park, Ayala-Hurtado 2017). L’accent est prioritairement mis sur le « ressentiment » pensé comme un ensemble d’affects mobilisés par le populisme de droite : sur ces problématiques, on doit à Arlie Hoshchild un travail ethnographique très remarqué sur des adhérents du Tea Party, mettant en valeur leurs sentiments croissants de colère et de nostalgie de ces militants plutôt âgés, enclins à se sentir « étrangers dans leurs propres pays » (Hoshchild, 2018).

Le pouvoir des émotions : genèse, agrégation, politisation

Or, ces recherches sur le lien entre émotions et politique ont deux points communs : premièrement, elles se centrent sur leurs formes collectives et déjà politisées, telles qu’elles se manifestent dans les comportements militants, le vote, les contestations ou les discours politiques. Autrement dit, les émotions sont prioritairement saisies ex post, une fois transformées en acte politique institué. Deuxièmement, elles ne traitent que des émotions perçues négativement, comme la peur, la colère ou la haine et laissent le champ des émotions « positives » largement inexploré.

Ce numéro sur le « pouvoir des émotions » propose de renverser cette perspective pour saisir en amont la trajectoire sociale de ces émotions, depuis leur genèse dans les parcours de vie, jusqu’à la façon dont celles-ci vont modeler en retour le rapport au politique. Sans postuler de leur rôle positif ou négatif, ni de leur destinée politique, il vise à éclairer les canaux par lesquels les émotions vont se muer en pouvoir de transformation ou de conservation sociale et politique. Nous voulons ainsi donner une place aux travaux qui éclairent les processus de production sociale, de collectivisation et de politisation de ces émotions, afin de remettre, selon les mots du philosophe Spinoza, « les émotions, les désirs et les affects au centre de la vie politique ». De plus, nous cherchons à susciter des études qui se saisissent du pouvoir des émotions construites comme positives. La joie, l’amour ou l’empathie sont-ils des leviers de mobilisation collective ? Existent-ils des liens entre ces émotions et l’engagement politique ?

Dans cette perspective, les articles sont invités à contribuer à l’un de ces trois axes de recherche. En raison de la diversité des définitions mobilisées dans le champ des émotions, nous encourageons les autrices et auteurs à clarifier les concepts utilisés.

  • Genèse et production sociale des émotions : les émotions dans les rapports sociaux de pouvoir

Un premier axe s’intéresse à la genèse sociale et politique des émotions : il vise à saisir la façon dont les émotions peuvent s’ancrer dans les rapports sociaux de pouvoir, et prendre leur source dans des expériences ou des épreuves sociales ou politiques telles que la discrimination, la domination, ou certaines inégalités. Une telle question fait l’objet d’un intérêt croissant en sciences humaines et sociales : plusieurs travaux de ces dernières années envisagent les émotions comme des expériences individuelles inscrites dans des rapports sociaux inégalitaires ou des relations d’offense inter-groupes (Crossley, 2009 ; Mackie, Smith, 2016). Cette perspective se développe particulièrement au sein des approches féministes, à l’image d’Elizabeth Spelman qui envisage la colère comme une réaction à la « subordination » (Spelman, 1989). On la retrouve également dans les approches des émotions sociales liées aux discriminations raciales, qui les appréhendent comme autant de réponses au sentiment d’injustice (Dover, Major, Kunstman, 2015). Gayatri Chakravorty Spivak souligne quant à elle le pouvoir de l’empathie pour transformer les relations discriminantes (Spivak, 1988). Nous invitons ici les contributions à prolonger et faire dialoguer ces perspectives, afin de mieux saisir la place et le rôle de certaines épreuves sociales dans la production des émotions.

  • Du « je » au « nous » : diffusion et collectivisation des émotions

Un second axe s’intéresse plus directement aux processus de diffusion et d’agrégation des émotions, en identifiant les conditions de passage d’émotions individuelles à des émotions collectives : il s’agit à partir d’analyser à quels moments, dans quels contextes et sous quelles conditions une émotion est vécue non plus de façon isolée, mais devient une émotion partagée. Dans cette perspective, nous chercherons à saisir par quels processus les émotions contribuent — ou non — à la formation d’un « nous » politisé. Nous nous intéressons par exemple aux processus de mises en résonnance transnationale des émotions : en particulier, les articles pourront contribuer à documenter le rôle supposé des médias et des réseaux sociaux dans la création de nouveaux circuits et modes d’expression des émotions, comme dans le mouvement #MeToo par exemple. De plus, les articles pourront éclairer le rôle des émotions dans la création de collectifs sociaux ou politiques, et ce pour des émotions codées comme positives ou négatives. À titre d’exemple, si l’indignation a amené les « Gilets jaunes » dans la rue, la joie collective semble être un des éléments qui peut également expliquer la force du mouvement. Inversement, les articles pourront s’intéresser aux freins et aux difficultés pesant sur cette diffusion des émotions, et éclairer des cas où les émotions individuelles ne se collectivisent pas, et peuvent conduire au contraire à un retrait du politique.

  • Politisation des émotions et changement social

Ce dernier axe s’intéresse plus directement aux effets politiques de ces émotions, que ce soit comme ressort de changement social ou, au contraire, comme force de maintien de l’ordre. Il vise à explorer la mise en actes de ce pouvoir des émotions dans la sphère sociale ou l’arène politique. Les articles pourront éclairer la façon dont elles vont être légitimées, mobilisées, transformées dans l’espace public, que ce soit dans les campagnes politiques, les discours partisans ou certains débats sociaux par exemple. A ce jour, les travaux de recherche ont surtout insisté sur les liens entre certaines émotions — telles que la colère et le ressentiment — et les populismes de droite (Fassin, 2017, Bonikowski, 2017), mais d’autres formes de mobilisation et de politisation des émotions pourraient être explorées : nous invitons à ouvrir la réflexion à différentes institutions ou acteurs publics et sociaux — potentiellement hors des institutions représentatives — et à d’autres échelles, locales ou transnationales. Par ailleurs, nous encourageons les autrices et auteurs à explorer la multiplicité et la diversité des émotions mobilisées respectivement dans la formulation d’alternatives sociales ou de conservatismes politiques.

Les autrices et auteurs sont invité·es à envoyer une proposition de contribution (1 à 2 pages, ou environ 6000 signes) à l’intention des responsables du numéro (cecile.vandevelde@umontreal.ca, anneperriard@gmx.net) avant le 15 décembre 2019, en précisant leur affiliation universitaire.

Les autrices et auteurs dont la proposition aura été retenue par le comité de rédaction seront invité·e·s à soumettre un article complet pour le 30 mars 2020.

 

Bibliographie

Ahmed, Sara. 2004. The Cultural Politics of Emotions. Abingdon, Oxon.

Ballet, Marion. 2012. Peur, espoir, compassion, indignation : l’appel aux émotions dans les campagnes présidentielles (1981-2007). Paris, Dalloz.

Bericat, Eduardo. 2016. « The Sociology of Emotions: Four Decades of Progress », Current Sociology, 64, 3 : 491-513.

Boquet, Damien et Dider Lett. 2018. ‪‪« Les émotions à l’épreuve du genre »‪‪, Clio. Femmes, Genre, Histoire, 47, 1 : 7-22.

Bonikowski, Bart. 2017. « Ethno‐nationalist populism and the mobilization of collective resentment », The British journal of sociology, 68 : 181-213.

Brennan, Teresa. 2004. The Transmission of Affect. New York, Cornell University Press.

Castells, Manuel. 2015. Networks of Outrage and Hope: Social movements in the Internet age. New York, John Wiley et Sons.

Clough, Patricia. 2008. « The Affective Turn: Political Economy, Biomedia and Bodies », Theory, Culture et Society, 25, 1 : 1-22.

Crossley, Craig D. 2009. « Emotional and behavioral reactions to social undermining: A closer look at perceived offender motives », Organizational Behavior and Human Decision Processes, 108, 1 : 14-24.

Deluermoz, Quentin, Emmanuel Fureix, Hervé Mazurel et M’hamed Oualdi. 2013. « Écrire l’histoire des émotions : de l’objet à la catégorie d’analyse ». Revue d’histoire du XIXe siècle, 47 : 155-189.

Dover, Tessa L., Brenda Major, Jonathan W. Kunstman et coll. 2015. « Does unfairness feel different if it can be linked to group membership? Cognitive, affective, behavioral and physiological implications of discrimination and unfairness », Journal of Experimental Social Psychology, 56 : 96-103.

Fassin, Éric. 2017. Populisme : le grand ressentiment. Paris, Éditions Textuel.

Fernandez, Fabrice, Samuel Lézé et Hélène Marche. 2008. Le langage social des émotions. Paris, Economica-Anthropos.

Gunew, Sneja. 2009. « Subaltern Empathy: Beyond European Categories in Affect Theory », Concentric: Literary and Cultural Studies, 35, 1 : 11-30.

Heise, David R. 1979. Understanding events: Affect and the construction of social action. Cambridge, CUP Archive.

Hochschild, Arlie Russell. 2018. Strangers in their own land: Anger and mourning on the American right. New York, The New Press.

Hoschschild, Arlie Russell. 1979. « Emotion work, feeling rules, and social structure », American journal of sociology, 85, 3 : 551-575.

Illouz, Eva. 2007. Cold intimacies: The making of emotional capitalism. Cambridge, Polity.

Jasper, James M. 2014. « Constructing indignation: Anger dynamics in protest movements », Emotion Review, 6. 3 : 208-213.

Kim, Hosu et Jamie Bianco. 2007. The affective turn: Theorizing the social. Durham, Duke University Press.

Lamont, Michèle, Park, Yun Bo et Elena Ayala‐Hurtado. 2017. « Trump’s electoral speeches and his appeal to the American white working class », The British journal of sociology, 68 : 153-180.

Mackie, Diane M. et Eliot R. Smith. 2016. From prejudice to intergroup emotions: Differentiated reactions to social groups. Hove, Psychology Press.

Mishra, Pankaj. 2017. Age of anger: A history of the present. New York, Farrar, Straus and Giroux.

Pickard, Sarah et Judith Bessant. 2018. « France’s# Nuit Debout Social Movement : Young People Rising Up and Moral Emotions », Societies, 8, 4 : 100.

Plamper, Jan. 2015. The history of emotions: An introduction. Oxford, Oxford University Press.

Quijano, Aníbal. 2007. «  »Race » et colonialité du pouvoir », Mouvements, 51, 3 : 111-118.

Spelman, Elizabeth V. 1989. « Anger and insubordination » dans Ann Garry et Marilyn Pearsall (dir). Women, Knowledge, and Reality. Winchester, Unwin Hyman : 263-273.

Spivak, Gayatri. 1988. « Can the Subaltern Speak? » dans Cary Nelson et Lawrence Grossberg (dir.). Marxism and the Interpretation of Culture. Champaign, University of Illinois Press : 271-313.

Stets, Jan E. et Jonathan H. Turner. 2014. Handbook of the Sociology of Emotions. New York, Springer.

Stoetzler, Marcel et Nira Yuval-Davis. 2002. « Standpoint theory, situated knowledge and the situated imagination », Feminist Theory, 33, 3 : 315-333.

Woodward, Kathleen. 1996. « Anger…and Anger: From Freud to Feminism », dans John O’Neill (dir.). Freud and the Passions. University Park, Pennsylvania State University Press : 73-95.

Turner, Jonathan H. 1999. « Toward a general sociological theory of emotions ». Journal for the Theory of Social Behaviour, 29, 2 : 133-161.

Moyen Âge en émoi (appel à contributions)

Source : RMBLF.be

Neuvièmes journées internationales d’études médiévales des Jeunes Chercheurs Médiévistes de l’Université de Genève & de la Conférence universitaire de Suisse occidentale
4-5 mars 2019

Loin d’être un sujet d’enquête des seuls médiévistes contemporains, la composante émotionnelle était déjà au cœur des préoccupations de l’homme médiéval. Que l’on considère le domaine de la théologie, celui de la littérature religieuse ou profane, les sources relatant la vie politique ou encore la production artistique, l’implication des émotions n’est étrangère à aucun de ces secteurs de la médiévistique.

Depuis une vingtaine d’années, l’intérêt porté à ce champ d’études a également suscité une littérature conséquente pour la période médiévale. Rappelons la parution de plusieurs ouvrages d’importance en 2015, du fait notamment de Barbara Rosenwein ou encore de Damien Boquet et de Piroska Nagy.

Les angles d’approche des émotions sont aussi variés que les études fournies à leur propos. La lexicographie permet d’aborder l’émotion médiévale de manière tout à fait pertinente: la variété terminologique convoquée par les auctoritates antiques et chrétiennes est représentative de la difficulté toute actuelle à définir ce concept. Toujours dans une perspective définitoire, la question de l’orientation morale de l’émotion constitue un passage obligé pour l’appréhender, aussi bien à sa naissance – la notion d’intention la présidant s’avère en ce sens essentielle – que dans ses manifestations – qu’elles soient corporelles ou verbales. Sous l’influence des philosophes de l’Antiquité ou des Pères de l’Église s’élabore en effet un véritable code de savoir-vivre émotionnel dicté par un important souci de gestion de soi, indispensable à la valorisation de l’affect. À cette réflexion se superpose d’emblée celle qu’induit la perception des mouvements de l’âme, directement associée à leurs signes visibles, seule voie d’accès possible à l’intériorité.

En outre, l’étude des manifestations conduit à considérer les multiples enjeux de la maîtrise des émotions, la frontière entre contrôle de soi et performance en soi s’avérant parfois bien mince. Le Moyen Âge fut en ce sens riche en rituels et mises en scène émotionnels, particulièrement dans des contextes politiques ou religieux. La prédication constitue à elle seule un champ d’analyse propice à la dynamique performative. Dans les textes, cette volonté s’exprime à travers différentes stratégies discursives mobilisées, qui visent à exacerber ou au contraire à atténuer la sensibilité du public. L’image religieuse revêt également une importance particulière puisqu’elle se doit de toucher le fidèle, suscitant notamment en lui de la componction. La dimension affective de la piété médiévale amène donc à considérer l’image de dévotion en tant que déclencheur d’émotion. Enfin, les procédures judiciaires constituent une piste de réflexion intéressante pour saisir les stratégies permettant de moduler la vérité. Dans la continuité, l’émotion orientée offre également une ouverture contemporaine vers son recours dans le discours scientifique actuel, en ce qu’elle peut servir de levier au débat.

Le caractère immatériel de l’émotion constitue un défi pour les médiévistes : cette rencontre propose aux jeunes chercheurs venus de différents horizons disciplinaires de le relever, en explorant les outils et les ressources de ce champ de la recherche en pleine efflorescence.

Les propositions de contribution, d’une demi-page environ, accompagnées de renseignements pratiques (statut, institution de rattachement, domaine de recherche) sont à envoyer au format PDF avant le 1er décembre 2018 à l’adresse suivante : journeesetudesjcm@gmail.com. Un comité scientifique procédera à la sélection des communications.

Appel à articles thématiques : Méthodologie, dans l’étude des émotions (histoire, culture, société)

La nouvelle revue Emotions: History, Culture, Society attend des propositions sur la question de la méthodologie pour décembre 2017.

Les propositions seront discutées jusqu’en mars 2018.

Pour tous les détails, voir : http://www.historyofemotions.org.au/media/259168/call_for_thematic_papers-1.pdf

Emotions: History, Culture, Society calls for proposals for thematic issues for its 2019 second issue. Issues can be on any topic that falls within the journal’s remit to enhance our understanding of emotions as temporally and geographically situated phenomena. Issues should be theoretically informed and bring a range of methodological perspectives to the topic. ‘Methodology’ here is construed broadly to incorporate different disciplinary, theoretical and methodological approaches.
Issues are a maximum of 64,000 words. They will typically consist of around eight articles, including a scholarly introduction. Essays should be original and not published elsewhere. The guest editor/s will be responsible for providing copy ready for peer review before December 2018. All copy should conform to the EHCS
Style Guide. The journal editors will be responsible for arranging reviews; any final decision over publication will lie with them.
PROPO SALS SHOULD CONSIST OF:
• Title
• Description of the theme and its contribution to the field of emotions scholarship (500–1000 words)
• 300-word biography for each editor, indicating their expertise on the topic
• List of confirmed contributors (including short biographies), article titles and 300-word abstracts
Proposals are due by 15 December 2017 and should be emailed
to editemotions@gmail.com.
All correspondence and queries should be addressed to Katie Barclay and Andrew Lynch at editemotions@gmail.com
PROPOSALS WILL BE ASSESSED ON THE FOLLOWING BASIS:
• Suitability for the journal
• Originality of the contribution to the field
• Significance of the theme/ ability to advance
scholarship in exciting ways
• Range of perspectives brought to the theme by
the individual contributions
• Range and quality of authors

Appel à candidatures : conférence sur l’Histoire des émotions à Washington

CFP: History of Emotion Conference at George Mason University

Type:
Call for Papers
Date:
June 1, 2018 to June 2, 2018
Location:
Virginia, United States
Subject Fields:
Sociology, Teaching and Learning, Intellectual History

A Conference on the History of Emotion will take place at George Mason University, in Fairfax, VA, on June 1-2 2018. The conference organizers are Susan Matt, Weber State University, and Peter Stearns, George Mason; the Conference is co-sponsored with the Society on the History of Emotion (SHE).

The Conference seeks to address major issues in the field: periodization, relevant theory and interdisciplinarity, comparative approaches, teaching and public outreach. There will also be discussion of the formation of a virtual organization for scholars working on the history of emotion in North America, in coordination with the SHE.

The conference invites paper proposals that fall within the parameters suggested above. Relevant Prospectuses must be received no later than Sept. 30, 2017, addressed to pstearns@gmu.edu (feel free to address any questions to this same address). Decisions will be made by the end of October. It must be emphasized that this conference is self-funded, so no subsidies or stipends are available.

Contact Info:

Peter Stearns, George Mason University

Contact Email:

Call for Papers : Emotions of Cultures / Cultures of Emotions: Comparative Perspective, 11-13 December 2017, Perth (Western Australia)

Dates: 11‒13 December 2017
Venue: The University of Western Australia, Perth
Convenors: Jacqueline Van Gent
Submission deadline: Monday 31 July 2017
Submissions and enquiries: societyhistoryemotions@gmail.com

Download the amended Call for Papers

Please note the conference dates are now 11–13 December 2017.

The Society for the History of Emotions (SHE) is an international and interdisciplinary professional organisation. SHE promotes a deeper understanding of the changing meanings and consequences of emotional concepts, expressions and regulation over time and space and across cultures. The Society is committed to fostering interdisciplinary international dialogue on all aspects of humanities-based emotions research.

The historical and cultural conditioning of emotions – including their expression, regulation and performance, and their gendered, ethnic, class-based and contingent nature – is a methodologically rich field. This conference encourages discussion across disciplines, cultures and historical periods, with a particular focus on broadening emotions history beyond its hitherto largely Western context. For the inaugural conference of SHE we now invite papers that address one or more of the following questions:

 Emotions of Cultures – Comparative Perspectives

How can we extend the cultural and geographical scope of current emotions research? In what ways can we develop our methodologies, especially with regard to comparative studies? How can postcolonial perspectives, indigenous positions and North-South dialogues be better integrated into historical emotions research?

Cultures of Emotions – History of Emotions and Contemporary Issues

How can comparative studies in the history of emotions further our understanding of contemporary issues and problems? How can such comparative perspectives contribute to public debates about cross-cultural and cross-religious issues? What problems do we encounter when teaching the history of emotions, and how can we ensure our teaching is cross-disciplinary?

Keynote Speakers

Jakelin Troy, The University of Sydney

Professor Jakelin Troy is a Ngarigu woman from the Snowy Mountains of New South Wales, and Director of Aboriginal and Torres Strait Islander Research at The University of Sydney. Jakelin’s research and academic interests focus on languages, particularly endangered Aboriginal and ‘contact languages’, language education, linguistics, anthropology and visual arts. She has extensive experience developing curriculum for Australian schools, focusing on Australian language programs. She studied in Mexico and Japan, developing her interest those countries’ art, culture and languages.  Professor Troy is Editor in Chief of ab-Original: Journal of Indigenous Studies and First Nations’ and First Peoples’ Cultures.

Kathryn Prince, University of Ottawa

Dr Kathryn Prince is a theatre historian with a particular interest in early modern drama. Her current work focuses on the intersections of space, bodies, objects and emotions in early modern performance, as well as ‘performance’ in a broader sense relating to early modern accounts of cross-cultural contact. Her recent publications include the edited collections Performing Early Modern Drama Today (Cambridge University Press, 2013) and History, Memory, Performance (Palgrave Macmillan, 2014), as well as several book chapters on emotions and drama.

Possible paper and panel topics for the conference may include:

  • reading emotional understandings and practices in different temporal, cultural or regional locations
  • reading emotional understandings and practices within cross-cultural contact and conflict
  • translations of emotion across geographical, cultural and religious boundaries
  • emotions and the migration of images
  • emotions in the literary, historiographical and cultural creation and reception of Otherness
  • emotions and tolerance/intolerance in culture, race and religion
  • imperial and anti-imperial emotions
  • history of emotions and indigenous research methodologies

 

Individual papers and themed panels are invited. For individual papers, please send a title, abstract (c.250 words) and a short bio (max. 150 words) to societyhistoryemotions@gmail.com. For panels, please send a panel title, brief description and outline of panel format, and titles, abstracts and short biographical statements for each presenter,  to societyhistoryemotions@gmail.com.

Submission deadline: Monday 31 July 2017.

Mapping the Emotional Cityscape : Call for Papers

Mapping the Emotional Cityscape CfP

SYMPOSIUM
The ARC Centre of Excellence for the History of Emotions, Europe 1100 – 1800 presents:
CALL FOR PAPERS
Date: Monday 18 September 2017
Venue: TBA at The University of Adelaide
Enquiries: Jade Riddle, email: jade.riddle@adelaide.edu.au
Since Henri Lefebvre suggested that space is socially
constructed and constituted, cities have been
reclassified from static ‘maps’ for human activities to
performed spaces that draw together human
behaviour, meaning, discourse, and material
conditions in their production. Cities are not simply a
background for movement, but a function of cultural
and emotional practice. That cities are named, given
boundaries and called home – and in turn that cities
name, define and give identity to their inhabitants –
has equally implicated emotion in their production, as
a recent turn to emotional geographies and urban
emotions reminds us. This symposium seeks to
contribute to this burgeoning scholarship through
exploring the productive relationships between
emotions and cityscapes across time and space.
We are particularly interested in the relationship
between urban geographies, architectures, buildings,
and materialities and emotion. How are neighbourhood
boundaries produced through and with emotion? How
do emotional communities form and define themselves
through urban space? How does architecture and the
physical environment inform social relationships and
behaviours and vice versa? And how do the emotional
imaginings of urban environments impact on their
histories, identities and communities? Moreover, what
are the implications of such emotional productions of
the cityscape for relationships of power, identity and
more within them?
We seek proposals for 20 minute papers, or panels of
three papers, from any disciplines dealing with the city
and emotion. Interdisciplinary perspectives and ECR/
PhD students are particularly welcome. Papers may
wish to explore, but are not limited to:
• Defining and locating emotional boundaries within the
city
• Producing urban emotions in/through city texts, maps
and art
• Performing the emotional ‘other’ in urban spaces
• Emotions and street life
• Emotional investment in urban space
• Emotion and urban ideologies
• Emotional urban communities
• Mapping emotions on urban space
Convened by Dr Katie Barclay and Jade Riddle, The
University of Adelaide.
We aim to submit a proposal for an edited collection
from proceedings.
Deadlines
• Call for papers: Thursday 1 June 2017
• Notification of acceptance: Thursday 15 June 2017
• Long abstracts for circulation: Friday 1 September 2017
Abstracts of no more than 300 words, and a short bio, should
be emailed to Jade Riddle, jade.riddle@adelaide.edu.au.
Mapping the Emotional Cityscape:
Spaces , Performances and Emotion in Urban Life
Arundel House, London ,1646.
Wenceslaus Hollar
British Museum, Wiki Commons

 

Colloque : La nostalgie dans tous ses états – Nancy, 30 novembre – 1e décembre 2017

La nostalgie dans tous ses etats : appel à communication

« La nostalgie est, elle aussi [comme Ulysse],
rusée et polytrope, aux milles tours. » (B. Cassin)
Bien que le mot lui-même soit assez tardif (1688), il semble bien que le sentiment nostalgique ait déjà imprégné sociétés et cultures depuis l’Antiquité. Ainsi la nostalgie, « virtualité anthropologique
fondamentale » (J. Starobinski), est-elle une attitude humaine abondamment exploitée par la littérature avant d’être qualifiée par un nom savant, passé ensuite dans la langue commune.
La nostalgie dans tous ses états
Colloque international
30 novembre, 1er et 2 décembre 2017
Université de Lorraine – Nancy
LIS (EA 7305)
Littératures, Imaginaire Sociétés 2
Origine de la nostalgie entre médecine et littérature
La diachronie nostalgique fait apparaître deux moments, deux orientations liées à deux champs
sémantiques. D’une part, quelques grands textes épiques qui, en fondant une poétique de la nostalgie
dont se nourrissent très vite la mémoire littéraire et la tradition intellectuelle occidentales, délimitent et
organisent un usage littéraire et connotatif de la nostalgie. D’autre part, avec la naissance du mot par le
médecin mulhousien Johannes Hofer (1688), le sentiment nostalgique devient une attitude pathologique, une maladie de l’imagination naissant d’un « dérèglement de l’imagination » (Hofer) —
la douleur dont souffraient les soldats suisses lorsqu’ils avaient « perdu la douceur de leur patrie […]
depuis longtemps dénommée Heimweh dans leur langue » (Hofer), et que les Français appelaient le
« mal du pays » — et étudiée de façon descriptive.
La tradition médicale a entretenu un temps cette démarche descriptive fondée sur la recherche des
causes morales d’un mal physique — à l’origine d’une abondante biographie — avant que la
psychiatrie ne s’en empare pour décrire, après 1945, les conditions des réfugiés et des exilés.
La tradition artistique, une fois que l’état affectif a été nommé, s’est enrichie de certaines
correspondances, superpositions que la phénoménologie médicale avait suggérées. Aussi le mot
nouveau devient-il concept réévaluant les contours définitoires et drainant avec lui tout ce qui était
resté diffus dans un « surcroît de définition » (Starobinski) et entre dans le champ des sentiments pour
devenir un terme de la littérature et de moins en moins un terme scientifique. L’accélération de sa
diffusion littéraire, nous le savons, eut lieu à l’époque romantique. Soumise au traitement des poètes et
des écrivains, « la nostalgie s’ouvre dans un éventail de sentiments […] se contamine avec toutes les
formes d’une sensibilité qui connaît l’abandon à la rêverie et la blanche torpeur du spleen, elle devient
en somme le rivage sensible, dentelé et irrésolu de la mémoire » (A. Prete).
Une affection de l’ailleurs et du jadis
La nostalgie est étymologiquement et littérairement évoquée comme une émotion du retour, de la
remontée vers les origines.
Kant — dans son Anthropologie du point de vue pragmatique (1798) — fut parmi les premiers à
souligner que le désir nostalgique ne veut pas retourner à un lieu mais à un temps où il y a de la place
pour la reconstruction d’un passé personnel. Le « mal du pays », la « douleur du retour » s’imposent
comme le regret du pays perdu se combinant avec l’idée d’un retour possible vers ce pays et donc
aussi d’un retour dans le temps. Associant patrie, retour, avenir, l’arc temporel se dialectise entre le
passé-éden, la complainte du présent et le chant de l’avenir.
La dimension spatiale s’enrichit d’une dimension temporelle : la nostalgie est donc une maladie de
l’espace et du temps qui concerne le jadis et l’ailleurs. Il y aurait la nostalgie du temps, d’un temps
révolu, irréversible, qui plus jamais ne sera celui qui a été vécu, et celle du lieu qui serait a priori un
mal plus curable, une nostalgie plus guérissable dès lors que le retour est un horizon (V. Jankélévitch).
On passe alors d’une pathologie objective (mal du pays – affection du corps) à une métaphore qui
densifie et alourdit le présent du regret de ce qu’il n’est pas, ce qu’il n’est plus ou ce qu’il ne sera
jamais.
Ainsi trois dimensions temporelles alimentent-elles la nostalgie : le regret du passé, l’insatisfaction du
présent, et le désespoir de l’avenir. La nostalgie se situe à la croisée entre passé et futur, entre regret du
pays et du temps perdus et désespoir d’être dans un autre pays et un autre temps (P. Dandrey). C’est en
cela et pour cela que la nostalgie est décentrement, spatial et temporel.
Nostalgie, imagination et mémoire
Dans la représentation nostalgique de la vie antérieure, la conscience imageante prend toute sa place et
se projette vers le lieu et surtout le moment du passé pour se les présentifier dans une déformation
rétrospective du présent disparu qui participe amplement de la souffrance nostalgique.
L’imagination créatrice est fille de la mémoire ; aussi parler de la nostalgie est-ce parler de mémoire,
de temps et de narration (C. Mirabelli).
3
Nostalgie et exil, souffrance et bonheur
Le travail de construction mémorielle fantasmée se heurte irrémédiablement et irrévocablement à la
marque du temps : il y a une souffrance inconsolable de prendre conscience que le paradis, l’éden
reconstruits par le souvenir recèlent en eux la promesse de leur évolution, de s’apercevoir que, comme
tout a changé, le pays n’est pas aussi beau qu’on l’imaginait dans sa mémoire et que la tristesse de la
perte était inutile. Au centre de la nostalgie point l’idée métaphysique que le retour ne préservera pas
du fait que, même dans les lieux qui sont les lieux du passé et figés par la mémoire, le temps a
continué d’exister.
Le nostalgique est un étranger, un exilé, « [il] est en même temps ici et là-bas, ni ici ni là-bas, présent
et absent, deux fois présent et deux fois absent » (V. Jankélévitch), distrait au monde, « envoûté par
l’alibi du passé », dans une espèce d’ubiquité construite, absente et présente.
Se pose donc la question de l’état du retour qui est une confrontation avec l’espace et l’écoulement du
temps : comment retourner là-bas après avoir été ici ? Comment vivre ici après avoir été là-bas ? Si les
exilés qui retournent dans leur pays souvent le perdent deux fois, pour certains — exilés politiques,
particulièrement — l’exil est libérateur.
Nostalgie héroïque/ les héros nostalgiques
La tradition littéraire a consacré Ulysse comme le héros du nostos et l’Odyssée comme « l’épopée
fondatrice de la nostalgie » (M. Kundera). Chez Ulysse, se concentrent à la fois le regret d’Ithaque,
l’insatisfaction de ne pas pouvoir y revenir et le désespoir de ne jamais y parvenir. Mais le retour n’est
pas sans mal ; c’est pourquoi Jankélévitch considère que Ulysse a certes eu la nostalgie d’Ithaque mais
aussi peut-être la nostalgie de la nostalgie une fois revenu à Ithaque, la nostalgie du voyage, de
l’aventure, de « l’exploration passionnée de l’inconnu » (M. Kundera). Et Barbara Cassin, repérant
« les deux faces » de la nostalgie, celle de l’« enracinement » et celle de « l’errance », reconnait en
Ulysse « l’aventurier, le nomade, citoyen du monde jusqu’en ses confins, chez lui partout et nulle
part ». Que reste-t-il de la nostalgie une fois que l’on a retrouvé l’endroit dont on avait la nostalgie ?
Par ailleurs, le mythe d’Orphée et celui d’Aristophane dans le Banquet renvoyant tous deux à la
séparation, à la déchirure et à une souffrance ontologique (surtout pour le mythe d’Aristophane) ne
seraient-ils pas par excellence le mythe de la nostalgie ?
Axes de recherche
Il importera tout d’abord de mieux cerner l’ontologie nostalgique qui ne trouve de réalité et
d’existence linguistique qu’avec la construction néologique de Johannes Hofer (1688).
Cette question philosophique — savoir si l’on peut dire qu’un sentiment existe dans sa nuance tant
qu’il n’est pas nommé — permettra, d’une part, de préciser les proximités et les différences entre le
nostos, et d’autres notions et d’autres sentiments auxquels il est associé.
D’autre part, il sera opportun de s’attacher à préciser les liens thématiques et conceptuels qui associent
la nostalgie à la mélancolie, à l’exil, à la déchirure et au décentrement, au voyage et à la migration.
Enfin, il restera à prendre en considération les modalités de la rhétorique et de l’esthétique
nostalgiques qui témoignent du passage de la pathologie objective à la métaphore de celle-ci.
Liens thématiques
Nostalgie, déchirure, douleur, exil, imagination, langue, mémoire, mélancolie, origine, original,
ostalgie, retour, trace, vestige(s).
4
Le colloque se tiendra en français et il est ouvert à toutes les aires linguistiques et culturelles. Les
objets d’étude seront pluridisciplinaires (textes littéraires ou non, cinéma, théâtre, beaux-arts, musique,
philosophie, phénomènes sociaux, médicaux) et les approches pourront être théoriques ou analytiques.
Le type d’approche choisi, le corpus d’étude ainsi que les notions utilisées devront cependant être
clairement indiqués et définis dans les résumés comme dans les présentations.
Responsables scientifiques : Estelle Zunino et Patrizia Gasparini
Équipe de Recherche : LIS (EA 7305) — Littératures, Imaginaire, Sociétés
Modalités de soumission des propositions de communication :
Date limite de réception des propositions : 30/04/2017
Notification d’acceptation aux auteurs après examen par le comité scientifique : 31/05/2017
Fiche d’inscription : voir le formulaire à la page 5
Format des propositions :
· 1 page isolée comportant le nom, l’appartenance institutionnelle, le grade, le titre de la
communication et les coordonnées de l’auteur (adresse professionnelle, adresse personnelle,
adresse électronique et téléphone)
· Sur 1 autre page : un résumé de 15 à 20 lignes en français ou en anglais (Word, Times 12,
interligne 1,5) présentant le corpus étudié, les idées principales, le raisonnement et les
conclusions générales, et précisant le cadre et les notions. 3 mots-clés devront également être
mentionnés.
Langue du colloque : français. Les communications seront de 20 minutes, suivies de 10 minutes de
questions. Les actes du colloque (avec comité de lecture) seront publiés à l’issue de la manifestation.
Les consignes éditoriales seront envoyées avec la réponse. Les propositions de communication
seront adressées à : colloque.nostalgie.nancy.2017@gmail.com
Frais d’inscription pour les intervenants : 20 €. Les versements seront à effectuer sur place.
Les frais de déplacement et d’hébergement ne sont pas pris en charge.
Les déjeuners seront offerts aux intervenants.

Loi, science et émotions dans l’Europe moderne (appel à contributions)

Evidence of Feeling: Law, Science and Emotions in Modern Europe

 

Call for Papers

 

Date:  April 10, 2017 to April 11, 2017
Location:  Germany
Organizer: Daphne Rozenblatt
The power to prove or disprove a feeling is nowhere more strongly exhibited than in the courts of law, where emotions can determine the motives (and therefore culpability) of a defendant accused of a crime; affirm, discredit, or cast doubt upon the validity of a witness’s testimony; or determine the damages and compensation owed to the offended party. But what constitutes evidence of feeling? As a legal concept, evidence is both mutable and case specific. A court can reject and deny the admittance of evidence, can produce evidence through testimony and interrogation, and can rely upon extra-legal systems of knowledge, often times including scientific expertise. The challenges of legal evidence are further complicated by the emotions both implicit and explicit to juridical processes. Despite these ambiguities, emotions are often crucial to detecting and determining motive, intent, mens rea, etc. and affecting not only the verdict of a trial, but its broader social and political meaning.
This workshop aims to bring together research on the history of emotions in law and science in order to examine emotions together with the relationship between systems of knowledge and social practices in the scientific-legal setting. It builds on recent research on law and emotions that has examined both the way that emotions are addressed, arbitrated, defended, and prohibited by legal code as well as the emotional practices of various persons within the court, included judges, jurors, lawyers, and spectators. Furthermore, it builds on research into the history of science and the emotions, which has explored emotions as scientific objects and as part of scientific practice. By focusing on evidence as a crux between theory and practice, it not only aims to contribute to the legal and scientific history of emotions, but emotional epistemology through historical examine.
The workshop will be held on 10th and 11th April 2017 at the Max Planck Institute for Human Development in Berlin. Travel and accomodation costs will be covered. The organizers welcome contributions with a strong historical impetus from all social and cultural sciences. Please send proposals (a short CV and sketch of max. 500 words) by 19th February 2017 to: cfp-emotions@mpib-berlin.mpg.de.
Contact Info: 
Max Planck Institute for Human Development
Center for the History of Emotions
Daphne Rozenblatt
Lentzeallee 94
14195 Berlin
Germany
Contact Email:
URL:

CFP : Communities, Imaginations and Emotions in the Medieval Mediterranean

Source :  Universiteit Gent

Society for the Medieval Mediterranean – Conference 2017

The fifth biennial conference of the Society for the Medieval Mediterranean will take place at Ghent University from Monday 10th July to Wednesday 12th July 2017.

The theme of the conference is “Communities, Imaginations and Emotions in the Medieval Mediterranean”. We welcome papers from all disciplines that study emotions, imaginations and communities in, of and across the Medieval Mediterranean. This theme invites a variety of lines of inquiry, a number of which are suggested below. How were emotions produced, expressed and communicated? To what end were imaginations used and abused? In what ways were communities perceived and understood? What communalities and particularities are there? Which challenges do the literary, historical, archaeological and other sources pose in this respect?

The keynotes will be delivered by Professor Marina Rustow (Princeton) and Professor Nikolas Jaspert (Heidelberg).

Topics of the Conference

Topics of the conference include, but are by no means limited to:

  • Emotional and imagined communities
  • Selfing and othering
  • Identity and alterity, senses of belonging, ties that bond
  • Memory, nostalgia and the imagined or idealized past
  • Mirabilia, wonders and magic
  • Worldviews and other social schemata
  • Mobility across borders
  • Emotional and communal dimensions to identity
  • Honour and shame, social codes and values
  • Emotions bodily felt, orally expressed
  • Reading and sharing emotions
  • Methodological problems when inquiring emotions and imaginations

 

Call for papers and panels

We invite 200-300 word abstracts for individual 20-minute papers relating to the conference theme. Participants are encouraged to submit proposals for panels of 3 papers – in this case, the panel proposer should collate the three abstracts and submit them together, indicating clearly the rationale behind the planned panel. A pdf version of the call for papers and panels is accessible here.

 

First deadline:

Abstracts for individual papers and proposals for panels should be emailed to the conference email address (smm2017@ugent.be) by Monday 31st October 2016. Applicants will be notified regarding the acceptance of their paper or panel by January 2017.

Des émotions immorales, inconfortables et laides ?

The Danish historical journal temp is planning a special issue:

Uncomfortable, immoral, and ugly feelings
In recent decades the discipline of history has witnessed a tremendous increase the interest in emotions. Among other things, scholars have examined how cultures of emotions have emerged and changed. They have also looked at how historical actors have adopted and adapted the emotional repertoires that were socially acceptable in various historical contexts. In this temp issue we wish to explore a new and different strand within this field, that is, the affective moments and experiences that break with prevailing emotional norms. Through a focused attention on emotional disruptions as historical indicators of cultural shifts, we seek to shed light on the negative, morally reprehensible, uncomfortable or pathological feelings – as well as the titillating dangerous feelings.
Focusing on emotional practices deemed ignoble, raw, bad or ugly, essays will examine the historically variable relationship between morality, power, and affective practices. What role has feelings such as greed, envy, thirst for revenge, shame, apathy, or misplaced desire played in different contexts? How have historical actors handled unpleasant emotions? In what ways have negative feelings been used as a means of social regulation or contestation? When are feelings deemed inappropriate and how does that affect the social contexts within which they are practiced? How do “good” emotions turn “bad”?

We welcome contributions in English or Danish exploring any historical period and context.
Deadlines Deadline for Abstracts (min. ½ page): September 15th 2016
Article Deadline: September 15th 2017
Author Seminar: April 2017 (Deadline for Papers: One month before Author Seminar)
Please send contributions and possible questions to: temphist@hum.au.dk The special issue is edited by an editorial group chaired by Karen Vallgårda and Nils Arne Sørensen.