Archives de catégorie : Colloques

L’histoire des émotions avant « l’histoire des émotions »

Résultat de recherche d'images pour "lhomme devant la mort ariès"

Vendredi 23 juin, dans le cadre du colloque « Transitions funéraires en Occident de l’Antiquité à nos jours » (Université de Paris-Est Créteil, 22-23 juin 2017), je présenterai une communication sur le thème : L’histoire des émotions avant « l’histoire des émotions » : Philippe Ariès et l’histoire des attitudes devant la mort.

En voici le résumé :

« L’histoire des émotions » qui se développe rapidement depuis une décennie revendique souvent la nouveauté historiographique de son objet et l’originalité de ses méthodes, en rupture avec les conceptions irrationnelles des émotions. Néanmoins, il convient aujourd’hui de rappeler que « l’histoire des émotions », qui n’est pas un champ unifié, s’inscrit dans plusieurs traditions historiographiques, en particulier, pour ce qui concerne le programme EMMA que j’anime depuis une dizaine d’années avec Piroska Nagy, dans une histoire culturelle des sensibilités engagée dès les années 1930 par les premiers historiens des Annales. En ce sens, l’histoire des attitudes devant la mort a constitué, à partir des années 1960-1970, un chantier expérimental de première importance pour une histoire des émotions et des sensibilités. Les livres de Philippe Ariès, Essais sur l’histoire de la mort (1975) puis L’Homme devant la mort (1977) ont été une étape majeure dans l’émergence d’un champ historiographique en devenir, et ont positionné plus largement l’histoire de la mort, du deuil et des pratiques funéraires aux avant-postes. Alors que depuis quelques années, l’histoire de la mort et du deuil a pleinement (ré)intégré la question de l’émotion dans ses questionnements (A. Carol, G. Cuchet, E. Fureix, C. Lansing, R. Marcoux, B. H. Rosenwein, etc), je voudrais reprendre la lecture de L’Homme devant la mort dans le cadre d’une réflexion sur la généalogie de « l’histoire des émotions », afin de mesurer la singularité des propositions de Philippe Ariès et la complexité des ramifications historiographiques. Pour cela, je souhaite proposer une réflexion en trois moments :

1) Je m’intéresserai tout d’abord au rôle du vocabulaire et des catégories des affects dans la démarche d’« histoire psychologique » que défend Ariès, à partir des 4 termes qu’il utilise le plus fréquemment et qui constituent sous sa plume les principaux opérateurs des transformations psychiques face à la mort : émotion, sentiment, sensibilité et mentalité. Chez Ariès, c’est bien sous l’angle psychologique que les émotions sont considérées, tout comme le psychisme lui-même, quand il s’agit des attitudes de l’homme face à la mort, est façonné en priorité par l’affect.

2) Dans un second temps, je reprendrai le célèbre schéma des 5 grandes phases des attitudes devant la mort (la mort apprivoisée, la mort de soi, la mort longue et proche, la mort de toi, la mort inversée) en questionnant l’existence d’un régime émotionnel propre à chacune de ces phases, en lien également avec les deux grands moments de « changement de coutumes funéraires » qu’Ariès identifie (aux XII-XIIIe s. et au XIXe s.). Cette partie sera l’occasion de revenir sur les principes de « rupture », de « tournant » ou de « transition » en matière d’histoire psychologique des attitudes devant la mort où il apparaît que les émotions sont à la fois un facteur de changement et un symptôme des transformations en cours.

3) Enfin, j’engagerai une comparaison, toujours sous l’angle des rapports entre histoire des émotions et histoire de l’homme devant la mort, entre les thèses d’Ariès et celles de Norbert Elias, à partir notamment de son opuscule La Solitude des mourants (1982). En effet, l’histoire psychologique a souvent été associée à la théorie du processus de civilisation d’Elias, qui représente aujourd’hui encore, malgré une analyse critique, un modèle historiographique influent dans le champ de l’histoire des sensibilités. Sans aller sur le terrain de l’évaluation de ces thèses – auxquelles je n’adhère pas –, je voudrais montrer dans quelle mesure l’approche d’Ariès, au delà de toute influence directe, recoupe pour une part la théorie du processus de civilisation. Mais, il me semble important aussi de souligner les divergences, voire les incompatibilités, entre ces deux modèles de « psychohistoire affective ».

Revenir sur le rôle pionnier des historiens de la mort dans l’histoire des émotions et des phénomènes affectifs permet ainsi de mieux mesurer, en les contextualisant, la complexité de ce champ et l’originalité de ses propositions actuelles.

Nostalgia in the Later Middle Ages – Oxford, 21-22 June 2017

Voici un beau petit colloque sur la nostalgie à la fin du Moyen Âge !

Et vous pouvez télécharger le poster ici : nostalgia poster

ainsi que le programme : nostalgia programme

Wednesday 21stof June
9:00-9:30 Welcome and introduction with Hannah Skoda and Fabrizio Titone
9:30-11:00 Approaches to Nostalgia
•Monika Palmberger (University of Vienna), Nostalgia and Anthropology: Past and Future at Stake
•Tim Wildschut(University of Southampton), The Psychology of Nostalgia
•Tobias Becker (German Historical Institute), Nostalgia Gets a Name: a Genealogy of the Nostalgia Discourse since the 1970s
11:00-11:30 Coffee
11:30-13:00 Historiography, Memory and the Semantics of Change
•Matthew Kempshall(University of Oxford), Writing Nostalgia in the Middle Ages
•José Ramón Diaz de Durana(Universidad del País Vásco), The Role of the Past in Late Medieval Hidalgo,Historiography and Memory
13:00-14:00 Lunch
14:00-15:30 Social Consciousness
•Elisabeth Gruber (UniversitätSalzburg), Memory and Nostalgia in Late Medieval Vienna
•Jan Geert Van Gelder(University of Oxford),Good Times, Bad Times: Opinions on the « Corruption of Time » in pre-Modern Arabic Literature
•John Sabapathy(UCL), Nostalgia and the Franciscans in the Early Fourteenth Century
15:30-16:00 Coffee
16:00-17:30 Protests and Social Change
•Vincent Challet(UniversitéPaul Valéry),Popular Politics and the Sense of Nostalgia at the End of the Middle Ages
•Hannah Skoda (University of Oxford), Petitioners and Protestors, and the Evocation of the ‘good old days’
•Sam Cohn (Glasgow University),Nostalgia and Popular Revolt in the Late Middle Ages

Thursday 22ndof June
9:00-10:30 Changing Dynasties and Political Legitimization
•Malcolm Vale (University of Oxford), Past Glories and Present Discontents: Political Nostalgia in Fifteenth-century England
•Larissa Tracy (Longwood University), Creating Literary Heroes: Nostalgia, National Identity and the Idea of Justice
•Len Scales (Durham University), 1250: The Fall of the Roman Empire?
10:30-13:00 Free time
13:00-14:00 Lunch
14:00-15:30 Nostalgia and Emotion
•Fabrizio Titone(Universidad del País Vasco),A Past that Never Sets: Expressions of Nostalgia in Sicily from the Twelfth to the Sixteenth Centuries
•Naama Cohen-Hanegbi(Tel Aviv University), Melancholic Memory in Late Medieval Medicine
•PiroskaNagy (Université du Québec à Montréal), as discussant
15:30-16:30 Closing discussion with coffee

 

Programme provisoire du colloque Powerful Emotions / Emotions and Power 400-1850, York, 28-29 Juin

The Australian Research Council Centre of Excellence for the History of Emotions and the University of York an international collaborative conference on the theme of Powerful Emotions / Emotions and Power c.400-1850, to be held in the Humanities Research Centre at York from 28 to 29 June 2017.

The plenary speakers will be Professor Rita Copeland (University of Pennsylvania) and Professor David Lemmings (University of Adelaide)

Voici le programme provisoire de la conférence: Draft_Programme_v3[1]

Et pour le plus important, si le colloque vous intéresse, n’oubliez pas de vous enregistrer ici !

Mapping the Emotional Cityscape : Call for Papers

Mapping the Emotional Cityscape CfP

SYMPOSIUM
The ARC Centre of Excellence for the History of Emotions, Europe 1100 – 1800 presents:
CALL FOR PAPERS
Date: Monday 18 September 2017
Venue: TBA at The University of Adelaide
Enquiries: Jade Riddle, email: jade.riddle@adelaide.edu.au
Since Henri Lefebvre suggested that space is socially
constructed and constituted, cities have been
reclassified from static ‘maps’ for human activities to
performed spaces that draw together human
behaviour, meaning, discourse, and material
conditions in their production. Cities are not simply a
background for movement, but a function of cultural
and emotional practice. That cities are named, given
boundaries and called home – and in turn that cities
name, define and give identity to their inhabitants –
has equally implicated emotion in their production, as
a recent turn to emotional geographies and urban
emotions reminds us. This symposium seeks to
contribute to this burgeoning scholarship through
exploring the productive relationships between
emotions and cityscapes across time and space.
We are particularly interested in the relationship
between urban geographies, architectures, buildings,
and materialities and emotion. How are neighbourhood
boundaries produced through and with emotion? How
do emotional communities form and define themselves
through urban space? How does architecture and the
physical environment inform social relationships and
behaviours and vice versa? And how do the emotional
imaginings of urban environments impact on their
histories, identities and communities? Moreover, what
are the implications of such emotional productions of
the cityscape for relationships of power, identity and
more within them?
We seek proposals for 20 minute papers, or panels of
three papers, from any disciplines dealing with the city
and emotion. Interdisciplinary perspectives and ECR/
PhD students are particularly welcome. Papers may
wish to explore, but are not limited to:
• Defining and locating emotional boundaries within the
city
• Producing urban emotions in/through city texts, maps
and art
• Performing the emotional ‘other’ in urban spaces
• Emotions and street life
• Emotional investment in urban space
• Emotion and urban ideologies
• Emotional urban communities
• Mapping emotions on urban space
Convened by Dr Katie Barclay and Jade Riddle, The
University of Adelaide.
We aim to submit a proposal for an edited collection
from proceedings.
Deadlines
• Call for papers: Thursday 1 June 2017
• Notification of acceptance: Thursday 15 June 2017
• Long abstracts for circulation: Friday 1 September 2017
Abstracts of no more than 300 words, and a short bio, should
be emailed to Jade Riddle, jade.riddle@adelaide.edu.au.
Mapping the Emotional Cityscape:
Spaces , Performances and Emotion in Urban Life
Arundel House, London ,1646.
Wenceslaus Hollar
British Museum, Wiki Commons

 

L’ouïe dans la pensée européenne au XVIIIe siècle (Amiens)

Du 9 mars 2017 au 11 mars 2017
Pôle Universitaire Cathédrale, Salle de réunion 313, 10 placette Lafleur, Amiens

Colloque international

L’ouïe dans la pensée européenne au XVIIIe siècle

Amiens, 9-11 mars 2017

Le siècle des Lumières apparaît à bien des égards comme celui de la vue. Le colloque «L’ouïe dans la pensée européenne au XVIIIe siècle» propose d’apporter un éclairage différent sur cette période. Comme celle sur la vue, la réflexion sur l’audition s’inscrit dans l’exploration systématique de la perception humaine à laquelle se livrent différentes disciplines telles que la médecine, la philosophie et la théorie des arts, alors que s’opère le tourant anthropologique, qui place l’homme dans ses dimensions physique et psychique, au centre des préoccupations. Dans le cas particulier de l’ouïe, l’étude de la perception rencontre celle du langage. Le colloque permettra de confronter différentes approches de l’expérience auditive développées en Europe au XVIIIe siècle.

Programme

Jeudi 9 mars

9h15 : Accueil des participants et ouverture du colloque

Session 1 – Théoriciens français et allemands jusqu’à Diderot. Modératrice : Marie-Françoise Montaubin

10h : Camille Guyon-Lecoq (CERCLL – Amiens) : Le « Maître de musique intérieur » : ouïe et connaissance de l’Ordre, ou les limites du rationalisme du Père André dans l’Essai sur le Beau

10h30 : Boris Previšić (Projet « Accord et polyphonie : paradigmes musicaux dans la littérature et la culture » financé par le Fonds National Suisse de la recherche scientifique – Lucerne) : Du goût à l’ouïe: La discussion sur la métaphoricité des sens chez König, Gottsched et Bodmer

Discussion

11h30 : Sylviane Albertan-Coppola (CERCLL – Amiens) : L’ouïe dans Le Neveu de Rameau

12h : Nadège Langbour (CÉRÉdI – Rouen) : Les synesthésies diderotiennes : l’étrange discours sur l’ouïe dans la critique picturale de Diderot

Discussion

13h : Déjeuner

Session 2 – Théorie et fiction. Modératrice : Catherine Grall

14h30 : Philippe Robichaud (UQTR / Paris-Sorbonne) : Le Neveu de Boerhaave

15h00 : Laure Spaltenstein (Projet « Accord et polyphonie » – Lucerne) : Du modèle épistémologique à l’expérience esthétique: La musique dans les Träume de Johann Gottlob Krüger

Discussion

16h : Emmanuelle Sempère (CELAR – Strasbourg) : Expérience auditive et scène imaginaire : le rôle de l’ouïe dans les effets de présence pour les romanciers et penseurs du 18e siècle

16h30 : Hélène Cussac (PLH-ELH – Toulouse) : L’ouïe à l’épreuve du goût dans la culture européenne du 18e siècle

Discussion

18h30 : Concert-lecture au Logis du Roi (organisation : Camille Guyon-Lecoq, en partenariat avec le Service des Affaires Culturelles de l’UPJV)

Vendredi 10 mars 2017

Session 3 – La surdité : handicap ou expérience ? Modératrice : Sylviane Albertan-Coppola

9h30 : Marion Chottin (IHRIM – Lyon) : Ce que la surdité donne à penser. L’histoire du sourd de Chartres et l’empirisme des Lumières

10h : Yuji Sakakura (Université Waseda – Tokyo) : Le sens philosophique du discours sur l’éducabilité des «sourds-muets» au siècle des Lumières en France

Discussion

11h : Sabine Arnaud (Centre Alexandre-Koyré – Paris) : Écrire avec la bouche, entendre avec les yeux. Vicariance et transmutation au 18e siècle français

11h30 : Yann Cantin (LSG – Paris 8) : Pierre Desloges, le regard sourd du 18e siècle, une analyse de ses écrits (1779-1780)

12h : Charline Lambert (doctorante Université catholique de Louvain) : L’expérience de la surdité : faire naître une sensibilité dans le sens de l’ouïe

Discussion

13h : Déjeuner

Session 4 – Autour de J. G. Herder. Modératrice : Herta-Luise Ott

14h30 : Lina Vidauskytė (Université technologique de Kaunas / Lituanie) : Verba volant, scripta manent: Immanuel Kant and Johann Gottfried Herder

15h : Tanvi Solanki (post-doctorante Cornell University – Ithaca / New York) : « Der Ton soll ewig bleiben! » : Enculturating the Congregation in 18th Century Germany

Discussion

16h30 : Alexandre Chèvremont (IHRIM – Lyon) : Entendre la langue : l’otocentrisme de Herder et l’unité de l’homme

17h00 : Clémence Couturier-Heinrich (CERCLL – Amiens) : Le rôle de l’ouïe dans la naissance du langage selon J. G. Herder

Discussion

 

Samedi 11 mars 2017

Session 5 – Esthétique et linguistique allemandes autour de 1800. Modérateur : Ludolf Pelizaeus

9h30 : Sylvie Le Moël (CAECE – UPEC) : « Une jouissance revigorante qui pénètre toutes nos fibres ». Les enjeux esthétiques de la valorisation de l’ouïe chez W. Heinse

10h : Friederike Spitzl-Dupic (LRL – Université Clermont Auvergne) : L’importance de l’ouïe pour la grammaticographie allemande (2e moitié du 18e siècle – début du 19e siècle)

Discussion

Session 6 – Horizons lointains : entendre l’altérité. Modérateur : Ludolf Pelizaeus

11h : Constance Naji (Montpellier) : L’oreille sauvage : les remarques sur l’ouïe dans les relations de voyage des 17e et 18e siècles

11h30 : Erik Stout (étudiant en master – Université de Montréal) : Transmission des concerts polynésiens lors du deuxième voyage de Cook

Discussion et clôture du colloque

 

Ce colloque est est rendu possible grâce à la participation de l’Université de Picardie Jules-Verne, du CERCLL, d’Amiens Métropole et de la Société française d’études du dix-huitième siècle (SFEDS).

adresse

Pôle Universitaire Cathédrale, Salle de réunion 313, 10 placette Lafleur, Amiens

Colloque : La nostalgie dans tous ses états – Nancy, 30 novembre – 1e décembre 2017

La nostalgie dans tous ses etats : appel à communication

« La nostalgie est, elle aussi [comme Ulysse],
rusée et polytrope, aux milles tours. » (B. Cassin)
Bien que le mot lui-même soit assez tardif (1688), il semble bien que le sentiment nostalgique ait déjà imprégné sociétés et cultures depuis l’Antiquité. Ainsi la nostalgie, « virtualité anthropologique
fondamentale » (J. Starobinski), est-elle une attitude humaine abondamment exploitée par la littérature avant d’être qualifiée par un nom savant, passé ensuite dans la langue commune.
La nostalgie dans tous ses états
Colloque international
30 novembre, 1er et 2 décembre 2017
Université de Lorraine – Nancy
LIS (EA 7305)
Littératures, Imaginaire Sociétés 2
Origine de la nostalgie entre médecine et littérature
La diachronie nostalgique fait apparaître deux moments, deux orientations liées à deux champs
sémantiques. D’une part, quelques grands textes épiques qui, en fondant une poétique de la nostalgie
dont se nourrissent très vite la mémoire littéraire et la tradition intellectuelle occidentales, délimitent et
organisent un usage littéraire et connotatif de la nostalgie. D’autre part, avec la naissance du mot par le
médecin mulhousien Johannes Hofer (1688), le sentiment nostalgique devient une attitude pathologique, une maladie de l’imagination naissant d’un « dérèglement de l’imagination » (Hofer) —
la douleur dont souffraient les soldats suisses lorsqu’ils avaient « perdu la douceur de leur patrie […]
depuis longtemps dénommée Heimweh dans leur langue » (Hofer), et que les Français appelaient le
« mal du pays » — et étudiée de façon descriptive.
La tradition médicale a entretenu un temps cette démarche descriptive fondée sur la recherche des
causes morales d’un mal physique — à l’origine d’une abondante biographie — avant que la
psychiatrie ne s’en empare pour décrire, après 1945, les conditions des réfugiés et des exilés.
La tradition artistique, une fois que l’état affectif a été nommé, s’est enrichie de certaines
correspondances, superpositions que la phénoménologie médicale avait suggérées. Aussi le mot
nouveau devient-il concept réévaluant les contours définitoires et drainant avec lui tout ce qui était
resté diffus dans un « surcroît de définition » (Starobinski) et entre dans le champ des sentiments pour
devenir un terme de la littérature et de moins en moins un terme scientifique. L’accélération de sa
diffusion littéraire, nous le savons, eut lieu à l’époque romantique. Soumise au traitement des poètes et
des écrivains, « la nostalgie s’ouvre dans un éventail de sentiments […] se contamine avec toutes les
formes d’une sensibilité qui connaît l’abandon à la rêverie et la blanche torpeur du spleen, elle devient
en somme le rivage sensible, dentelé et irrésolu de la mémoire » (A. Prete).
Une affection de l’ailleurs et du jadis
La nostalgie est étymologiquement et littérairement évoquée comme une émotion du retour, de la
remontée vers les origines.
Kant — dans son Anthropologie du point de vue pragmatique (1798) — fut parmi les premiers à
souligner que le désir nostalgique ne veut pas retourner à un lieu mais à un temps où il y a de la place
pour la reconstruction d’un passé personnel. Le « mal du pays », la « douleur du retour » s’imposent
comme le regret du pays perdu se combinant avec l’idée d’un retour possible vers ce pays et donc
aussi d’un retour dans le temps. Associant patrie, retour, avenir, l’arc temporel se dialectise entre le
passé-éden, la complainte du présent et le chant de l’avenir.
La dimension spatiale s’enrichit d’une dimension temporelle : la nostalgie est donc une maladie de
l’espace et du temps qui concerne le jadis et l’ailleurs. Il y aurait la nostalgie du temps, d’un temps
révolu, irréversible, qui plus jamais ne sera celui qui a été vécu, et celle du lieu qui serait a priori un
mal plus curable, une nostalgie plus guérissable dès lors que le retour est un horizon (V. Jankélévitch).
On passe alors d’une pathologie objective (mal du pays – affection du corps) à une métaphore qui
densifie et alourdit le présent du regret de ce qu’il n’est pas, ce qu’il n’est plus ou ce qu’il ne sera
jamais.
Ainsi trois dimensions temporelles alimentent-elles la nostalgie : le regret du passé, l’insatisfaction du
présent, et le désespoir de l’avenir. La nostalgie se situe à la croisée entre passé et futur, entre regret du
pays et du temps perdus et désespoir d’être dans un autre pays et un autre temps (P. Dandrey). C’est en
cela et pour cela que la nostalgie est décentrement, spatial et temporel.
Nostalgie, imagination et mémoire
Dans la représentation nostalgique de la vie antérieure, la conscience imageante prend toute sa place et
se projette vers le lieu et surtout le moment du passé pour se les présentifier dans une déformation
rétrospective du présent disparu qui participe amplement de la souffrance nostalgique.
L’imagination créatrice est fille de la mémoire ; aussi parler de la nostalgie est-ce parler de mémoire,
de temps et de narration (C. Mirabelli).
3
Nostalgie et exil, souffrance et bonheur
Le travail de construction mémorielle fantasmée se heurte irrémédiablement et irrévocablement à la
marque du temps : il y a une souffrance inconsolable de prendre conscience que le paradis, l’éden
reconstruits par le souvenir recèlent en eux la promesse de leur évolution, de s’apercevoir que, comme
tout a changé, le pays n’est pas aussi beau qu’on l’imaginait dans sa mémoire et que la tristesse de la
perte était inutile. Au centre de la nostalgie point l’idée métaphysique que le retour ne préservera pas
du fait que, même dans les lieux qui sont les lieux du passé et figés par la mémoire, le temps a
continué d’exister.
Le nostalgique est un étranger, un exilé, « [il] est en même temps ici et là-bas, ni ici ni là-bas, présent
et absent, deux fois présent et deux fois absent » (V. Jankélévitch), distrait au monde, « envoûté par
l’alibi du passé », dans une espèce d’ubiquité construite, absente et présente.
Se pose donc la question de l’état du retour qui est une confrontation avec l’espace et l’écoulement du
temps : comment retourner là-bas après avoir été ici ? Comment vivre ici après avoir été là-bas ? Si les
exilés qui retournent dans leur pays souvent le perdent deux fois, pour certains — exilés politiques,
particulièrement — l’exil est libérateur.
Nostalgie héroïque/ les héros nostalgiques
La tradition littéraire a consacré Ulysse comme le héros du nostos et l’Odyssée comme « l’épopée
fondatrice de la nostalgie » (M. Kundera). Chez Ulysse, se concentrent à la fois le regret d’Ithaque,
l’insatisfaction de ne pas pouvoir y revenir et le désespoir de ne jamais y parvenir. Mais le retour n’est
pas sans mal ; c’est pourquoi Jankélévitch considère que Ulysse a certes eu la nostalgie d’Ithaque mais
aussi peut-être la nostalgie de la nostalgie une fois revenu à Ithaque, la nostalgie du voyage, de
l’aventure, de « l’exploration passionnée de l’inconnu » (M. Kundera). Et Barbara Cassin, repérant
« les deux faces » de la nostalgie, celle de l’« enracinement » et celle de « l’errance », reconnait en
Ulysse « l’aventurier, le nomade, citoyen du monde jusqu’en ses confins, chez lui partout et nulle
part ». Que reste-t-il de la nostalgie une fois que l’on a retrouvé l’endroit dont on avait la nostalgie ?
Par ailleurs, le mythe d’Orphée et celui d’Aristophane dans le Banquet renvoyant tous deux à la
séparation, à la déchirure et à une souffrance ontologique (surtout pour le mythe d’Aristophane) ne
seraient-ils pas par excellence le mythe de la nostalgie ?
Axes de recherche
Il importera tout d’abord de mieux cerner l’ontologie nostalgique qui ne trouve de réalité et
d’existence linguistique qu’avec la construction néologique de Johannes Hofer (1688).
Cette question philosophique — savoir si l’on peut dire qu’un sentiment existe dans sa nuance tant
qu’il n’est pas nommé — permettra, d’une part, de préciser les proximités et les différences entre le
nostos, et d’autres notions et d’autres sentiments auxquels il est associé.
D’autre part, il sera opportun de s’attacher à préciser les liens thématiques et conceptuels qui associent
la nostalgie à la mélancolie, à l’exil, à la déchirure et au décentrement, au voyage et à la migration.
Enfin, il restera à prendre en considération les modalités de la rhétorique et de l’esthétique
nostalgiques qui témoignent du passage de la pathologie objective à la métaphore de celle-ci.
Liens thématiques
Nostalgie, déchirure, douleur, exil, imagination, langue, mémoire, mélancolie, origine, original,
ostalgie, retour, trace, vestige(s).
4
Le colloque se tiendra en français et il est ouvert à toutes les aires linguistiques et culturelles. Les
objets d’étude seront pluridisciplinaires (textes littéraires ou non, cinéma, théâtre, beaux-arts, musique,
philosophie, phénomènes sociaux, médicaux) et les approches pourront être théoriques ou analytiques.
Le type d’approche choisi, le corpus d’étude ainsi que les notions utilisées devront cependant être
clairement indiqués et définis dans les résumés comme dans les présentations.
Responsables scientifiques : Estelle Zunino et Patrizia Gasparini
Équipe de Recherche : LIS (EA 7305) — Littératures, Imaginaire, Sociétés
Modalités de soumission des propositions de communication :
Date limite de réception des propositions : 30/04/2017
Notification d’acceptation aux auteurs après examen par le comité scientifique : 31/05/2017
Fiche d’inscription : voir le formulaire à la page 5
Format des propositions :
· 1 page isolée comportant le nom, l’appartenance institutionnelle, le grade, le titre de la
communication et les coordonnées de l’auteur (adresse professionnelle, adresse personnelle,
adresse électronique et téléphone)
· Sur 1 autre page : un résumé de 15 à 20 lignes en français ou en anglais (Word, Times 12,
interligne 1,5) présentant le corpus étudié, les idées principales, le raisonnement et les
conclusions générales, et précisant le cadre et les notions. 3 mots-clés devront également être
mentionnés.
Langue du colloque : français. Les communications seront de 20 minutes, suivies de 10 minutes de
questions. Les actes du colloque (avec comité de lecture) seront publiés à l’issue de la manifestation.
Les consignes éditoriales seront envoyées avec la réponse. Les propositions de communication
seront adressées à : colloque.nostalgie.nancy.2017@gmail.com
Frais d’inscription pour les intervenants : 20 €. Les versements seront à effectuer sur place.
Les frais de déplacement et d’hébergement ne sont pas pris en charge.
Les déjeuners seront offerts aux intervenants.

VII INTERNATIONAL MEDIEVAL MEETING LLEIDA 26th-28th June 2017 SPECIAL STRAND 2017 « FEELINGS IN THE MIDDLE AGES »

VII INTERNATIONAL MEDIEVAL MEETING LLEIDA

26th-28th June 2017
SPECIAL STRAND 2017 « FEELINGS IN THE MIDDLE AGES »
pour le programme, cliquez ici
Autrement dit, l’historien.ne de l’émotion a l’embarras du choix: les mêmes jours, trois colloques internationaux se tiennent autour des émotions en Europe : Umea, York, Lleida !

Powerful Emotions / Emotions & Power c. 400-1850

L’Université de York (GB) et l’ARC Centre of Excellence for the History of Emotions organise un colloque sur ce sujet les 28-29 juin 2017 à York.

capture-decran-2017-02-03-a-08-59-20

‘Emotional control is the real site of the exercise of power’ (William Reddy, 1997)

Scholars across the humanities and social sciences are increasingly turning their attention to the affective dimension of power, and the way in which emotions are implicit in the exercise of power in all its forms. The language of power has long been used to calibrate the impact of emotions – feelings ‘shake’ and ‘grip’ us; we read of and recall moments when passions convulsed communities and animated violent actions. Strategic displays of emotion have regularly been used for the exercise and negotiation of power.

This conference will draw on a broad range of disciplinary and cross-disciplinary expertise to address the relationships between two fundamental concepts in social and historical inquiry: power and emotion. How are historical forms of cultural, social, religious, political and soft power linked with the expression, performance and control of emotions? How has power been negotiated and resisted through expressions of emotions? How have emotional cultures sustained or been produced by particular structures of power? How have understandings and expressions of emotion played out within cross-cultural encounters and conflicts? What has been the relationship between intimate, personal feeling and its public, collective manifestations?

Literary and artistic works as well as objects of diverse kinds are often said to produce or to have elicited powerful emotions. Yet how has this varied across time, space, cultures and gender? What visual, verbal and gestural rhetorics have been considered to act most potently upon the emotions in different periods? How have these conventions related to ideas of the inexpressibility of powerful or traumatic emotional experience, its resistance to aesthetic articulation? What are the implications of this for the recoverability of past emotional experience? And how does the study of the power of feeling relate to more traditionally social conceptions of hierarchy, society, and power? What new understandings of the workings of power do we gain through the perspective of a history of emotions?

This interdisciplinary conference is jointly organized by the Australian Research Council Centre of Excellence for the History of Emotions and the Centres for Medieval Studies, Renaissance and Early Modern Studies and Eighteenth Century Studies at the University of York. It invites papers that address the above issues from disciplines including, but not restricted to: history, religion, literature, art, music, politics, archaeology, philosophy and anthropology.

Papers and panels might focus on the following questions and themes:

  • Emotion and political and social action: How have emotions been used by various political, religious and other groups to reinforce or to undermine social and political hierarchies? What role did gender play in these processes?
  • Dynasty, rule and emotional display.
  • The affective dimensions of war, protest, revolution and nation building
  • Diplomacy and the negotiation of cross-cultural emotions
  • Religious change, power and emotions
  • How has the relationship between emotions / passions and power been understood and theorized across time?
  • The micro-politics of intimate relationships and gendered power
  • The role of ritual, object and liturgy in managing, intensifying, or disciplining political, religious or other emotions
  • What techniques and venues have been used to construct and amplify collective emotions? Papers might consider mass meetings, crowds, congregations, theatres, assemblies and clubs.

The organisers welcome proposals for individual 20-minute papers, for panels (which may adopt a more innovative format, including round-tables, a larger number of short presentations), or for postgraduate poster presentations.

Proposals should be sent to Pam Bond, Administrative Officer at the Centre for the History of Emotions, University of Western Australia. Email: emotions@uwa.edu.au by Friday 27 January 2017.

 

Colloque « Les émotions au Moyen Âge : un objet littéraire » – 12 et 13 janvier 2017

Source: Cérédi

arton417Colloque « Les émotions au Moyen Âge : un objet littéraire »
le 12 janvier 2017, salle des Sociétés savantes, 198 rue Beauvoisine, Rouen
et
le 13 janvier 2017, Maison de l’Université, Mont-Saint-Aignan

Organisateurs
Laurence Mathey-Maille (Université du Havre),
Didier Lechat (Université de Caen),
Michèle Guéret-Laferté et l’équipe de littérature et langue médiévales (Université de Rouen)

PROGRAMME

Jeudi 12 janvier

Matin

9 h 30 : Accueil des participants et ouverture du colloque

Présidence : Elisabeth Lalou

10 h : Damien BOQUET (Université d’Aix-Marseille), « L’histoire des émotions ou le Moyen Âge mis en récit (chapitre 1) »

10 h 30 : Christiane VEYRARD-COSME (Université Paris 3-Sorbonne nouvelle), « Émotions et écriture de la sainteté : le cas de la Vita beati Alcuini (IXe siècle) »

11 h : Pause

Présidence : Jean Maurice

11 h 15 : Beate LANGENBRUCH (ENS Lyon), « La recherche sur les émotions épiques médiévales : premiers jalons »

11 h 45 : Lisa SANCHO (Université de Bourgogne), « La honte est-elle l’émotion d’un genre spécifique ? »

12 h 15 : Gabrielle GRANDCAMP (Université du Havre), « Créer, mettre en scène et susciter l’émotion : la dramaturgie des Miracles de Nostre Dame par personnages »

12 h 45 : Pause déjeuner

Après-midi

Présidence : Florence Bouchet

14 h 15 : Gioia PARADISI (Université de la Sapienza, Rome), « Remarques sur les émotions et l’affectivité dans le Breviari d’amor de Matfre Ermengaud. Le discours anti-érotique »

14 h 45 : Guillaume ORIOL (Université Bordeaux Montaigne), « Écrire l’inintelligibilité de l’amour : analyse stylistique des métaphores “émotionnelles” chez les troubadours du trobar clus »

15 h 15 : Marjolaine RAGUIN (Université de Liège), « Chansons de croisades lyriques françaises et occitanes : postures de l’amant, postures du combattant »

16 h-18 h : Visite conférence du Musée des Antiquités et de l’exposition sur le Moyen Âge « Trésors enluminés de Normandie »


Vendredi 13 janvier

Matin

Présidence : Patrick Moran

9 h : Anna LOBA (Université de Poznan, Pologne), « “Extreme doleur et lyesse ne se peuent celer”. Les émotions au service de la politique et de la morale dans l’œuvre de Philippe de Mézières »

9 h 30 : Camille CARNAILLE (Université de Genève, Suisse), « Semblant et émotion : Réflexions autour de la mise en scène émotionnelle »

10 h : Anatole-Pierre FUKSAS (Université de Cassino, Italie), « Amor et crieme dans Cligès de Chrétien de Troyes, le recueil de sentences de Publilius Sirus et une épitre ad Lucilium »

10 h 30 : Pause

Présidence : Élisabeth Mathieu

11 h : Gérard GROS (Université de Picardie), « La joie d’être guéri. L’expression de l’émotion chez les miraculés de Soissons (Gautier de Coinci, Miracles de Nostre Dame) »

11 h 30 : Claire DONNAT-ARACIL (Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle), « “Trop a le cuer vain qui ne te sert par grant deduit. La joie et la douceur dans l’écriture de Gautier de Coinci »

12 h : Hélène DUPRAZ-ROCHAS (Université de Paris-Sorbonne), « Le plaisir littéraire en question dans les Miracles de Nostre Dame de Gautier de Coinci »

12 h 30 : Pause déjeuner

Après-midi

Présidence : Marie-Madeleine Castellani

14 h : Sandrine LEGRAND (Université de Lille), « Pleurer la mort du héros : la mort d’Hector dans le Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure »

14 h 30 : Magaly DEL VECCHIO (Université de Lorraine), « “Grans fut li deuls, li bruis et la rançons”, la tristesse comme objet littéraire dans La Prise de Cordres et de Sebille »

15h : Flore VERDON (Université de Reims), « Nouvelle approche générique des lais bretons : étude de l’interrelation des émotions et de l’espace arthurien »

15 h 30 : Pause

Présidence : Véronique Dominguez

16 h : Mireille DEMAULES (Université d’Artois), « Entre plaisir et déplaisir : le récit de rêve et ses émotions »

16 h 30 : Sébastien DOUCHET (Université d’Aix-Marseille) « “Ha Ha lets laffe at this lye”. Émotion de lecture et note marginale dans l’exemplaire BnF Res. Ye 851 des Loups ravissants (Antoine Vérard, 1503) »

17 h -17 h 30 : Discussion / Conclusion

Colloque : Owning Our Emotions — Emotion, Authenticity and the Self

Source : Philosophy. News, events and more from the Open University’s Philosophy Department

International Research Conference

21–22 September 2016
Senate House, London

Registration for this conference is now open
(closing date 8 September 2016)

To register, please visit the conference registration website here and follow the links and instructions. If you have any questions, please address any inquires to arts-philosophy-events@open.ac.uk

Download the full Conference Programme

Our keynote speakers

  • Professor Monika Betzler, Ludwig-Maximilians Universität, Munich
  • Professor Kristján Kristjánsson, University of Birmingham
  • Professor Denis McManus, University of Southampton
  • Dr Carolyn Price, The Open University
  • Professor Fabrice Teroni, University of Geneva
  • Dr Jonathan Webber, University of Cardiff
  • Professor Christine Straehle, University of Ottowa*
  • Professor Justin White, Brigham Young University*
  • Mr Daniel Vanello, University of Warwick*

*selected by blind peer review

Conference themes

How do emotions relate to the self?  On one possible view, emotions stand outside the self: they reflect biological drives or cultural demands independent of – perhaps even inimical to – the subject’s own interests or values; when we act out of emotion, we are driven to act by psychological forces external to ourselves. But on another view, our emotional dispositions help to constitute who we are; words and deeds that come ‘from the heart’ are judged to have a special kind of worth, arising from their authenticity. In everyday contexts, people seem to think about emotion in both these ways, depending on the situation. But can these two views be reconciled? And if not, which view comes closer to the truth?
The purpose of this conference is to throw light on these questions, capitalising on the progress that has been made in the philosophy of emotion in recent years, as well as drawing on studies in the history of philosophy and on a range of philosophical traditions.

Directions for conference delegates

For a printable map of Senate House and nearest London underground and railway stations, please click on How to get to Senate House. Senate House is part of the University of London and helpful advice on different options for travel and transport are available here.

The conference is organized by the Philosophy Department of the Open University in conjunction with Department’s Reasons and Norms research group. It is supported by the Mind Association and by the Institute of Philosophy. For questions about the conference, please contact our conference administrator Ms Yvonne Bartley at arts-philosophy-events@open.ac.uk