Archives de catégorie : Colloques

Programme de la conférence de NACSHE, Chapitre nord-américain de la Société d’Histoire des émotions (7-8 juin, Vancouver, Univ. de la Colombie Britannique)

NACHE Conference 2024

Program – NACHE Conference on the History of Emotion – University of British Columbia June 7th & 8th

Notes: the actual order of presentations within each session will be determined later. There may be other adjustments in the program closer to the event. Times are Pacific Zone.

Friday June 7

Registration: 8- 8.30. AM:  Opening Remarks: 8.30 – 8.50 AM

Session 1:  9-10:30

  1. History of Experiences: Four Approaches

Rob Boddice, Chair and organizer

Rob Boddice, “Lived Experience, or the View from the Cave”

Ville Kivimaki, “Communities of Experience”

Stephanie Olsen, “Voices and Sources”

Raisa Maria Toivo, “Time, Period and the History of Experience”

  1. Emociones y pasiones de la modernidad en el cruce entre Imperio, Género y Nación / Emotions and Passions of Modernity at the Crossroads of Empire, Gender and Nation (16th-19th centuries) (Nuria Soriano Muñoz, organizer) (presented primarily in Spanish)

Ben Bryce, Chair

Nuria Soriano Muñoz, “Unbridled Greed and Ambition: passions as a vehicle of American discourse in the Spanish Enlightenment”

Bakarne Altonaga Begona, “Tetricos pesimistas del presente orden de cosas: pessimism and gender in Spanish antiliberalism”

Josep San Ruperto Albert, “Fear and Desire Facing Femininity: gender representations in Ordoñez de Ceballos ‘Viaje del mundo’ (1572-1603)

Nuria Verdet Martínez, “Catalonia in 1640, a disorder of political passions? Pain, anger and love in the literature of the Catalan revolution”

  1. Emotions in Early Modern/Modern Chinese History

Camilla Di Biase-Dyson, Chair

Haoyue Li, “Contemplating Scents and Apprehending World: Odour, Trauma and Cultural Memory in Late Ming Loyalists’ Writings”

Jerry Yang, “A Manchu’s ‘Way’ and China’s Southwest: sense and emotions of materiality and identity in late 17th-century warfare”

Maram Epstein, “Women Writing Emotions in Late-Imperial Chinese Tanci Novels”

Yue Gu, “Re-examining Jealous Wives: women’s emotional experience in Ming-Qing China”

Session 2: 11-12:30: Keynote speech: Peter Stearns, “Individualism in recent American emotional history: connections and problems“

Lunch following

Session 3:  2-3.30

  1. Emotions in Jewish Culture(s)

Bruce Rusk, Chair

Matan Boord, “Parents’ Guides and the Creation of ‘New” Domestic Emotions for Jewish Migrants in Mandate Palestine”

Ofer Idels, “The Hebrew Experience: language and emotion in interwar Palestine”

Hizky Shoham, “Emotional Scripts as Class Differentiation in Domestic Ceremonies of Jewish Urban Middle-Class Families in Mandatory Palestine”

Sarah Wobick-Segev, “Mourning and Consolation in Nineteenth-Century Jewish Prayerbooks”

  1. Working with Emotions in Early and Medieval China

Raisa Maria Toivo, Chair

Kay Duffy, “A History of (or in?) Emotions in Chinese Classical Poetry”

Heng Du, “’Fifty Shades of Joy and Sorrow’: intersections between early Chinese writings and  social constructive models of emotions”

Antje Richter, “Responding with Awe in Medieval Chinese Literary and Art Criticism: a contribution to the history of emotions in China”

Yongshan He, “Conceiving Compassionate Father: emotions and the popularization of Buddhism in early medieval China”

  1. Shame, Anxiety, and Mourning in Nineteenth-Century Settler Societies

Kristine Alexander, Chair

Cecilia Morgan, “’It is no joke with a wife and four children to be without money’: money, emotions and the middle-class family in the mid-nineteenth-century Transatlantic world”

Coll Thrush, “All Lost: shipwreck, settlerhood and belonging in the Graveyard of the Pacific”

Jane Nicholas, “Shame and Infanticide in Canada, 1795-1892”

Session 4:  4-6:00

A. Lived Experiences, Constructed Discourses: female sensibilities, affective horizons and sensitive identities on both sides of the 18th-century Spanish Atlantic

Estela Roselló Soberón, Organizer and Chair

            María Tausiet “Lived Experiences, Constructed Discourses: female sensibilities, affective           horizons and sensitive identities on both sides of the 18th-century Spanish Atlantic: sensitivities         in children’s literature.”

Estela Roselló Soberón, “Enslaved Mothers and Their Children in Spanish New Orleans”

            Ester García Moscardó, “Lived Experiences, Constructed Discourses: female sensibilities,          affective horizons and sensitive identities on both sides of the 18th-century Spanish Atlantic:     representations of the Black man on the Spanish stage.”

Blanca Llanes Parra, “Narratives and Legal Discourses on Violence Against Women in Eighteenth-Century Spain and the Americas”

Mónica Bolufer, ““Lived Experiences, Constructed Identities: female sensibilities, affective horizons and affective identities on both sides of the 18th-century Spanish Atlantic:  What women’s letters reveal”

B. Emotions in Ancient History

Aleksandra Restifo, Chair

Samani Pragya and Samani Punya Pragya, “Emotions and Karma Theory: a Jain perspective

Tara Prakash, “Feelings and Kingship in Ancient Egypt”

Camilla Di Biase-Dyson, {“Could the Ancient Egyptians See Red: Approaching colour and emotion in ancient languages”
Madeleine Jenkins, “Exploring Ancient Egyptian Emotions: a case study of the ‘sadness’ semantic field”

Caroline Richard, “Do Emotions Have Voices? Study of ancient emotions and vocal manifestations in Latin literature”

C. Crises and Opportunities: East Asian Emotions, Past and Present

Chiung-yun Evelyn Liu, Chair

Zhaokun Xin, “Patience and Transcendence: anger in deliverance plays of late imperial China’

Xiaoqiao Ling and Young Kyun Oh, “Capturing the Emotion-Reality in Nineteenth-Century Seoul: Yi Ok’s (1760-1815) exploration of literary Sinitic”

Aoife Cantrill, “A Heart on the Sleeve: dress and ceremonial distress in Taiwan’s colonial fiction”

Yuqing Liu, “Lament in Translation: rendering the female body and Hong Kong’s cityscape in Sai Sai’s Mourning for the Breast”

Dinner tbc.

Saturday June 8

Session 5: 9-10:30

  1. Flirting, Marrying, Consuming and Working: emotion in Japanese history

Mark Jones, Organizer and Chair

Kurtis Hanlon, “Gamifying Romantic Emotions: how Japanese courtiers conceptualized flirting and pining in the Love Exchange Match of 1102”

David Humphrey, “Learning Emotion: emotion recognition and the mediated training of the expressive face”

Mark Jones, “A Romantic Arranged Marriage: introducing emotion in marital practice in interwar Japan”

Diane Wei Lewis, “Labor of Love: neoliberal work subjectivities in 1980s Japan”

  1.  Gestures

Imogen Knox, Chair

Paul Johnson, “turning Red: rouge, race and the politics of blushing in early modern Europe”

Javier Moscoso, “Gestures and Experiences”

Josefa Ros Velasco, “The Gestures that Reveal Boredom: an artistic-historical review”

Thomas Macsotay, “When Emotions Unfold in Space: gestures in the Wagnerian-Art-Life-Continuum”

  1. New Avenues in Emotions History

Johanna Lozoya, Chair

Oğuzhan Dursun, “Framing Fear: mapping Turkish societal transformation via movies (1950-1999)

Fransisco Pinheiro, “Football and Emotion: another way of (re)working the history of Portuguese Contemporaneity”

Beth Wilson, “Analyzing Emotion in Enslaved People’s Testimony about the Institution of Slavery in the Antebellum United States”

Iris van der Zande, “The Power of the Prisoner: analyzing emotions in nineteenth-century Dutch prisons”

Jay Cavanagh, “Imagens do Inconsciente: Nise, Art and Sensing Mad Worlds in the Twentieth-Century Brazilian Clinic”

Session 6: 11-12:30

  1. Emotions in the History of Music and Popular Print

Ryan Burns, Chair

Marie Louise Herzfeld-Schild, “Musicking the Plague Away: emotional practices of music during the bubonic plague in early modern Vienna”

Darija Andelic-Andzakovic, “Unity and Unisono: Sympathy and Resonance in Eighteenth-Century European Music”

Janet Bourne, “A Woman’s Way of Knowing: emotion and lullabies as heard by early nineteenth-century German mothers”

Imogen Knox, “Representing Male Emotional Pain in Early Modern English Love Ballads”

Tabea Hochstrasser, “Ephemeral Print, Ephemeral Emotions: early modern broadsides and a medium of emotional sociability”

  1. Issues in Chinese Emotions History

Tara Prakash, Chair

Lingheng He, “Crafting ‘Cries’ over Death: the study of literary women’s grief over bereavement in late Imperial China (17th-early 20th centuries)”

      Shu Yang, “An Emotional Illness? The Freudian Hysteria Discourse in Republican China”

Lehyla Heward, “Intermixture of Gender, Emotion and Ethnicity in the Songs of the Northeast Anti-Japanese Army”

  1. Emotions and Issues in Political Theory and Experience

Nikita Arora, Chair

Thiseas Stefanatos, “’My heart and nous tremor’: Entangled emotional regimes in the British Ionian Islands Protectorate, 1815-1865, examined through the Greek Language Question”

Han Hsien Liew, “’I Put My Fear for You Above My Fear of You’: Ibn al-Jawzi and the role of emotions in Islamic political thought”

Session 7: 2-3:30

  1. Emotions and Violence/Pain

Thiseas Stefanatos, Chair

Sabine Ameer, “Decoding the Interlinkage between Deliberate Urban Built Heritage and Human Emotion: the deliberate destruction of Nebi Yunis in Mosul”

Sharon Halevi, “’Vengeance is Mine’: the ‘emotional economy’ of post-revolutionary violence in the early United States”

Johanna Lozoya, “Pain and Architecture: Placing the Punished Body in Cold War Science Fiction (1960-1970)”

J. Branden Little, “Anticipation, Exhilaration, and Alienation: Emotional Odysseys of Volunteers in the First World War”

  1. Early Modern Cultures and Experiences

Marie Louise Herzfeld-Schild, Chair

William M. Reddy, “Disenchantment and Emotion Regulation in the Letters of Elisabeth of Bohemia and Rene Descartes, 1643-1649”

Ryan Burns, “Performing Shame in Early Modern Scotland”

Anna Pravdica “A Social and Emotional History of Sincerity in Early Modern Britain”

 Brendan Tam, “Being the ‘King’s Friend’ during the Reign of George III”

  1. Issues in Recent Emotions History

Susan Matt, Chair

Leanne Downing, “Contemporary Grief Practices and Online Spiritual Mediumship”

Josephine Selander, “The Therapeutic Language of Emotions: mindfulness in mass media in the 2010s”

Barbara Sain, “Lost or Transformed? Wonder and awe in American Catholicism (1960-1980)”

Whitney Wood, “The Emotional Labor of Pelvic Teaching Work in Canadian Medical Schools, 1970-1990”

Session 8: 4-5:30

  1. Love, Gender and Childhood

Stephanie Olsen, Chair

Nikita Arora, “Proscribing and Presenting Love in Punjabi Advice Literature, c., 1900-1940: history of emotions meets history of medicine”

Katie Barclay, “Kissing Children: an emotional history”

Tania Vahtikari, “An Emotional Box; the Finnish ‘baby box’ and the mundane materiality of the welfare society from the 1940s to the present”

  1. Emotions and politics )

Kaitlin Pontzer, Chair

Aylon Cohen, “Fraternal Love, Sodomitical Angst and the Rise of Modern Democracy in Eighteenth-century England”

Jared Kazik Asser, “I have bottled my wrath and intend to keep my powder dry:” Charles Kennen and the Emotional Contests of Reconstruction’s New Departures”

Sara Hidalgo Garcia de Orelhan, “Emotional suffering and resistance. ETA terrorism and Basque Socialism, 1995-2011”

Session 8: 5:45 – 7 Keynote Address:  Dorothy (Dory) Nason, “An Intergenerational Love: Revisiting a Grandmother’s Boarding School Archive.”

 and Business Meeting

7-9 Reception

A Matter of Feeling? Recent Perspectives in the Study of Emotions

 

source : Einstein Forum

A Matter of Feeling? Recent Perspectives in the Study of Emotions

International Conference
Donnerstag, 1.2. – Samstag, 3.2.2024

Also streamed Live via Zoom. Please register here for

Day 1: Thursday, Feb. 1
Day 2: Friday, Feb. 2
Day 3: Saturday, Feb. 3

 

Conception: Rüdiger Zill, Potsdam
with Rob Boddice, Tampere; Fritz Breithaupt, Bloomington; Josef Früchtl, Amsterdam; Valentin Groebner, Luzern; David Konstan, New York; Eva Menasse, Berlin; Glenn Most, Pisa/Chicago; Catherine Newmark, Berlin; Barbara Rosenwein, Chicago; Christian von Scheve, Berlin; Philipp Stoellger, Heidelberg; Christiane Voss, Weimar; Tiffany Watt Smith, London

Twenty years ago, when we started our series Passions in Cultures, emotions were at best one topic among many for researchers. Today it is ubiquitous in academia, having received increasing amounts of attention in both the sciences and the humanities. What is the current state of research on the theory of emotions? Can we identify key developments, discoveries, and syntheses that have emerged in the last two decades? Are there feelings that have received special attention? Did the methods used for studying the history and theory of emotions change? Has the field borne out the expectation that it is particularly well-suited for – or in need of – interdisciplinary approaches? Are there specific studies considered paradigmatic? Did the kinds of questions raised over the years change? Have recent developments in politics and society influenced the subjects that researchers have chosen to pursue? Are there signs that researchers are becoming exhausted with the subject? Which questions need considering now?


Program


Thursday, Feb. 1, 2024

19:00 Eröffnung / Opening
Eva Menasse, Berlin
Das eitle Ich. Lesung aus »Alles und nichts sagen«

 
Friday, Feb. 2, 2024
10:00
Rüdiger Zill, Potsdam
Once More with Feeling. Introductory Remarks

11:00
David Konstan, New York
Emotions across Times and Cultures

12:30
Catherine Newmark, Berlin
»Things got emotional…« On Historical Cycles of Interest in Feelings and Passions

13:30 Lunch break / Mittagspause

15:00
Valentin Groebner, Luzern
Nostalgie als historischer Bastelbogen

16:00
Barbara Rosenwein, Chicago
Theories and Methods. How Medievalists (and Others) Write the History of Emotions

17:30
Tiffany Watt Smith, London
Stolen Feelings in an Age of Consent. Projection, Intimacy and Historical Trespass

18:30
Philipp Stoellger, Heidelberg
Gewalt der Gefühle und gefühlte Gewalt. Zur Verschränkung und ihren Eskalationen

 
Saturday, Feb. 3., 2024
10:00
Rob Boddice, Tampere
Transdisciplinary Implications of a Biocultural Consensus in Emotion Research

11:00
Christian von Scheve, Berlin
Gefühle auf dem Prüfstand. Zur Streitbarkeit von Emotionen in gesellschaftlichen Konflikten

12:30
Josef Früchtl, Amsterdam
It Needs an Art of Translation. Critical Theory and Feelings

13:30 Lunch break / Mittagspause

15:00
Christiane Voss, Weimar
Gastlichkeit als Szene der Affektpolitik. Eine medienphilosophische Perspektive

16:30
Fritz Breithaupt, Bloomington
Narrative Emotions in the Age of ChatGPT

17:30
Glenn Most, Pisa/Chicago
Final Commentary

 
 

Veranstaltung in deutscher und englischer Sprache

Les émotions musicales dans la culture médiévale

Source : fabula

Colloque : Les émotions musicales dans la culture médiévale : effets de la musique sur les corps et les âmes (Univ. Paris Cité)

Du au
 
 
 
Les émotions musicales dans la culture médiévale : effets de la musique sur les corps et les âmes (Univ. Paris Cité)

 

Programme du colloque en pdf : Ici
 

Quels effets la musique produisait-elle au Moyen Âge ? Comment parlait-on de ces émotions et comment les représentait-on ? La vitalité du champ de l’histoire des émotions invite à s’intéresser aux différents affects produits par la musique et aux discours élaborés à leurs sujets : ce colloque propose d’examiner les théories, les représentations et les usages des émotions musicales à l’époque médiévale. Interdisciplinaire, l’événement propose de faire dialoguer spécialistes de littérature, d’histoire, de musique, d’images et de philosophie. 

Informations pratiques : 

Les journées du 14 et du 16 décembre se dérouleront à l’Université Paris Cité, bâtiment des Grands Moulins, aile C, 6e étage, salle Pierre Albouy, 5 rue Thomas Mann 75013 Paris (Métro : Bibliothèque François Mitterrand, ligne 14). 

La journée du 15 décembre se déroulera à l’Institut d’Études Avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris (Métro : Sully-Morland ou Pont-Marie, ligne 7; Saint-Paul, ligne 1) 

Inscriptions : 

Pour assister aux communications du 15 décembre et/ou au concert donné par l’ensemble Alla Francesca (15 décembre à 18h), il est obligatoire de s’inscrire avant le 13 décembre auprès de colloque.emotions.musicales@gmail.com 

Programme : 

Jeudi 14 décembre (Université Paris Cité, Salle Pierre Albouy)

       14h : Accueil des participants 

14h30 : Introduction (Claire Donnat-Aracil et Amandine Mussou)

Session 1 : Savoirs des émotions – Présidence : Damien Boquet

15h : Violaine Anger (Université d’Évry Val d’Essonne-École Polytechnique), « Les effets de la musique selon la légende d’Orphée rapportée par la Musica enchiriadis »

15h30 : Jean-Marie Fritz (Université de Bourgogne), « Le facteur instrumental : vents, cordes, percussions, à chaque instrument son effet ? »   

       16h : Discussion

       16h30 : Pause 

17h : Florence Mouchet (Université Toulouse-Jean Jaurès), « Ethos modal et émotion musicale dans la littérature théorique du Moyen Âge : réalité et chimère »

17h30 : Brenno Boccadoro (Université de Genève), « Aristote et la musique déviante (parekbasis). Lectures scolastiques »

       18h : Discussion

 

Vendredi 15 décembre (Institut d’Études Avancées de Paris, Hôtel de Lauzun)

 

Session 2 : Effets du chant, effets des images – Présidence : Jean-François Cottier

10h : Christopher Lucken (Université Paris 8), « Du cor de Roland à la mort de Taillefer. À quoi nous entraîne le chant épique ? »

10h30 : Martine Clouzot (Université de Bourgogne), « Au risque des émotions : les effets des images de la musique sur les corps et les âmes autour de 1300 » 

        11h : Discussion et pause

11h30 : Hélène Dérieux (Université Paris Sorbonne), « Iconographie des mouvements de l’âme sous l’effet du chant liturgique »

12h : Dominique Demartini (Université Sorbonne Nouvelle), « Faut-il croire au chant du cygne ? Le lai mortel, du Tristan en prose à Christine de Pizan »

        12h30 : Discussion

 

Session 3 : Émotions en chansons – Présidence : Jacqueline Cerquiglini-Toulet

14h30 : Guillaume Oriol (Université Bordeaux Montaigne), « La musicalité du vers et l’expression des émotions. Les règles de composition poétique dans un corpus de troubadours et de trouvères » 

15h : Emmanuelle Dantan (Université de Strasbourg), « Effets du chant féminin dans les pièces lyriques d’oïl des XIIe et XIIIe siècles »

        15h30 :  Discussion et pause 

16h : Mathias Sieffert (Université Paul Valéry-Montpellier 3), « Guillaume de Machaut et la consolation musicale »

16h30 : Agathe Sultan (Université de Lausanne), « La sourde image. Pierres, ivoires et statues »        

        17h : Discussion

 

18h : Concert de l’ensemble Alla Francesca

 

Samedi 16 décembre (Université Paris Cité, Salle Pierre Albouy)

Session 4 : Suspensions – Présidence : Laurence Moulinier Brogi

9h : Laurence Wuidar (Studio filosofico domenicano, Bologne), « Le corps mystique : musique, extases et ravissements »

9h30 : Anne Ibos-Augé, « Musique et transfiguration des âmes dans la mystique féminine médiévale »

        10h : Discussion et pause café

10h30 : Marie-Emmanuelle Torres (Aix-Marseille Université), « Musique et politique des émotions au monastère byzantin (IXe-XVe siècle) »

11h : Vincent Debiais (CNRS), « La stupeur comme émotion de silence au Moyen Âge central »

        11h30 : Discussion

12h : Damien Boquet (Aix-Marseille Université) : Conclusions

Émotions animales : un malentendu ? XIIe-XVIIIe s. (Nantes)

Source : fabula.org

Émotions animales : un malentendu ? XIIe-XVIIIe s. (Nantes)

N.B : Pour obtenir le mot de passe du lien zoom et suivre le colloque à distance, merci d’écrire à cette adresse : 

Louise.Millon-Hazo@univ-nantes.fr

Jeudi 7 septembre

 9h30 Accueil 

10h Introduction (P.-O. Dittmar, J. Le Floc’h, L. Millon-Hazo) 20 min

10h20-11h00 Karl Steel, Conférence d’ouverture :  “The ‘rage of wild beasts’ and the ‘reasonings of men’ (Wisdom 7 : 20): Animal anger in the Middle Ages”

Pause 11h00-11h20

Session 1 : Débats 

Présidence Damien Boquet

11h20-11h40 Nicolas Correard : « L’origine animale des émotions : Marin Cureau de la Chambre »

11h40-12h Benedetta Piazzesi : « Connaître les émotions animales pour les gouverner (XVIIe-XVIIIe siècles) »

12h-13h Discussion

13h-14h30 Déjeuner

Session 2 : Rencontres

Présidence Justine Le Floc’h

14h30-14h50 Louis-Patrick Bergot : « L’empathie animale dans plusieurs récits chevaleresques du Moyen Âge »

14h50-15h10 Aude Volpilhac : « Il vint à m’aimer, à me connaître, à entendre son nom, et à distinguer ma voix ».  Malentendu scientifique et poétique galante des émotions animales dans l’Histoire de deux caméléons (1688) de Madeleine de Scudéry » 

15h10-15h30 Lucie Schneller Lorenzoni : « Les chiens et les Toulousains aux XVIIe et XVIIIe siècles : des histoires d’amour »

15h30-17h00 Discussion

20h Dîner de colloque 

 —

Vendredi 8 septembre

9h00 Accueil

Session 3 : Poursuites 

Présidence Louise Millon-Hazo

9h30-9h50 Myriam White : « Les émotions des chevaux dans quelques textes littéraires médiévaux »

9h50-10h10 Irène Salas : « “Pourquoi me chasses-tu ?” Les merveilleux effets des larmes du cerf (MA-XVIIe siècle) »

10h10-10h30 Margot Constans : « Enseignement pragmatique et discours sensible dans un traité de fauconnerie occitan (XIIIe siècle) »

10h30-11h00 Pause

11h00-12h30 Discussion

12h30-14h00 Déjeuner

Session 4 : Portraits 

Présidence Pierre-Olivier Dittmar

14h00-14h20 Loreline Pelletier « La Rage du loup ou la critique de Salon du XVIIIe siècle face à l’émotion animale »

14h20-14h40 Guillaume Cassegrain « Nom d’un chien. Le pathétique animal dans la peinture de Titien »

14h40-15h40 Discussion

15h40-16h00 Pause 

Table ronde conclusive : philosophie animale et éco-poétique

16h-17h30 Florence Burgat, Pauline Goul, Jan Miernowski et Pierre Schoentjes.

 

Colloque CIERA “Emotions politiques XIXe, XXe, XXIe siècles” – 8 & 9 juin 2023 – Sorbonne Université (Paris, Maison de la Recherche)

Source : Ciera

Ce colloque souhaite interroger le rôle, les significations et conséquences des émotions politiques sur la formation de groupes sociaux et dans l’établissement, par des groupes existants, de règles et valeurs aux fondements de leur vie commune aux XIXe, XXe et XXIe siècles. Il s’agit de mesurer comment différents degrés d’appropriation des émotions produites font l’histoire sociale du Politique. Si les émotions forment un axe fructueux et déjà institué de la recherche germanophone en histoire contemporaine, en France, l’attention portée aux sensibilités ou, moins souvent, aux émotions collectives, semble surtout enrichir les différentes approches d’histoire médiévale et moderne, moins celle des périodes les plus récentes. En sciences politiques, sociologie, ethnologie et anthropologie, cet objet a pourtant suscité de nombreux travaux français sur l’époque contemporaine. Ce colloque souhaite donc se consacrer à ce champ historique propre en établissant des passerelles entre les recherches francophone et germanophone portant sur l’histoire contemporaine, notamment en comparant – grâce aux différentes interventions – les divergences de traitement observables dans ces deux pays.

Programme

Jeudi 8 juin 2023 (Salle D223)

10:00 – 11:00: Conférence inaugurale: Alain Faure (Sciences Po Grenoble).

11:10 – 12:30 Émotions et cultures politiques
Modération : Charlotte Soria.

Haris Mrkaljevic (doctorant, ENS de Lyon) : « Heiterkeit und Gelächter : les réactions amusées au Reichstag entre 1871 et 1879. »
Bryan Muller (docteur et ATER en Histoire, UPJV) : « Haine, mépris et peur de l’Autre. La place des émotions dans le discours du gaullisme d’ordre (1968-1981). »

Discussion : Pierre-Marie Delpu (Université Libre de Bruxelles), Alain Faure (Sciences Po Grenoble).

12:30 – 14:00 Pause déjeuner

14:00 – 15:20 Émotions et mobilisation politique
Modération : Julien Corbel.

Thomas Caubet (masterant, Université Paris Cité) : « Quand la Commune exhume les crimes de l’église. Susciter l’émoi pour recharger l’engagement révolutionnaire. »
Charlotte Soria (docteure en histoire, SIRICE, Sorbonne Université) : « Émotions politiques et fêtes du 1er mai sous le Troisième Reich. »
Léa Silberzahn (doctorante, Sciences Po Paris) : « L’émergence d’une communauté de peur émancipatrice : retour sur la naissance de l’écoféminisme étasunien. »
Arthur Delacquis (doctorant contractuel, SIRICE, Sorbonne Université) : « Répandre une morale de l’environnement : émotion des politiques et politique par l’émotion dans les débuts de l’action publique environnementale française. »

Discussion : Quentin Deluermoz (Université Paris Cité), Alain Faure (Sciences Po Grenoble).

17 :15 – 18 :15    Table ronde : Alain Faure (Sciences Po Grenoble), Pierre-Marie Delpu (Université Libre de Bruxelles), Quentin Deluermoz (Université Paris Cité).

Vendredi 9 juin 2023 (Salle D040)

09:00 – 11:00 La musique, mobilisatrice d’émotions politiques
Modération: Charlotte Soria.

Julien Corbel (doctorant contractuel, CEREG, ED MAGIIE, Sorbonne Nouvelle) : « Jubilation ou souffrance ? Les émotions du Horst-Wessel-Lied. »
Maria Teresa Betancor Abbud (doctorante contractuelle, EHESS) : « Un répertoire à soi : la construction identitaire du mouvement féministe italien dans les années 70 à travers la pratique musicale. »
Clara Lucas (doctorante, Sciences Po Bordeaux) : « « Nou tyembo nou larg pa »/ « On lache rien » : analyser la discographie des Gilets Jaunes pour appréhender leurs registres émotionnels. »

Discussion: Esteban Buch (EHESS).

11 :20 – 12:00 Émotions politiques et changement social
Modération : Julien Corbel, Charlotte Soria.

Daniel Benedikt Stienen (docteur en histoire, Bayerische Akademie der Wissenschaften): « Der ‚Vaterlandsverräter‘ als emotionale Integrationsfigur. Die Fiktion ethnischer und normativer Homogenität in diskursiven Nationsbildungsprozessen. »

12 :00 – 13:30 Pause déjeuner

13:30 – 14:50 Weronika Adamska (doctorante contractuelle, EHESS/ Centre Marc Bloch) : « Les affects de l’état d’urgence. Une étude croisée Allemagne (1958-1968)/ France (2015-2022). »
Laura Moisi (post-doctorante, Technische Universität Dresden) : « Gefühlsstrukturen und gesellschaftlicher Wandel : Eine Fallstudie anhand von Diskursen zu Macht und Intimität in der Gegenwart. »

Discussion: Axel Dröber (IHA/ DHIP).

16:00 – 17:00        Conclusion.

Organisation

Julien Corbel (doctorant contractuel, CEREG – EA 4223, ED 625 MAGIIE, Université Sorbonne
Nouvelle), Charlotte Soria (docteure en histoire, UMR Sirice, Sorbonne Université)

Comité scientifique

Pierre-Marie DELPU, chargé de recherche FNRS, Université Libre de Bruxelles.
Alain FAURE, directeur de recherche CNRS en sciences politiques, Sciences Po Grenoble.
Sven Oliver MÜLLER, professeur en histoire contemporaine.
Armin OWZAR, professeur d’histoire moderne et contemporaine des pays de langue allemande, Université Sorbonne Nouvelle, Paris.

Colloque – Online Conference on Histories of Disability and Emotions

Source : RMBLF

The history of disability and the history of emotions are now two well established fields. Historians of disabilities have often referred to and included emotions in their historical narratives. Examples of these are the existing histories related to the instrumental place occupied by pity in telethons, the tangible presence of rage and anger in histories of disability activism or the reference to (un)happiness in histories dealing with the emergence of special education. Despite the seemingly overall presence of emotions in disabilities histories, however, a more detailed examination of the role played by emotions in the history of disability is lacking. On the basis of a wide range of historical case studies the organizers of the conference Histories of Disability and Emotions aim at moving forward our knowledge and insights with regard to the methodological and theoretical approaches towards emotional histories of disabilities. 

Programme :

Tuesday, 13 June 2023

All time indications are CET. Paper presentations are limited to 15 minutes.

9.30 AM: Welcoming remarks and introduction by Sara Scalenghe (Loyola University Maryland), Ninon Dubourg (University of Liège) & Pieter Verstraete (KU Leuven)

10 AM: PANEL 1 – Emotional normativities through time (Chair: Pieter Verstraete)

  • Corinne Doria (Chinese University of Hong Kong): From Pride to Embarrassment: Perception of Myopia in the 19th Century and Early 20th Century
  • Beck Chamberlain Heslop (University of Manchester): Feeling the Way: Emotional entanglements of white canes in Britain, c. 1960-1980
  • Simonetta Polenghi & Anna Debè (Catholic University of the Sacred Heart): From Christian commiseration to patriotic pride. Eliciting emotions in readers of Italian children’s literature, magazines and school textbooks (1870-1930)

11.15 AM: Coffee break

11.30 AM: PANEL 2 – Biographical and archeological approaches to emotions (Chair: TBD)

  • Gregory Carrier (University of Toronto): Sorrowful Parents and Joyful Brothers: Emotions in Two Biographies of Hermannus Contractus
  • Mari Eyice (Stockholm University): Feeling dis/ability in 17th century Sweden
  • June-Ann Greeley (Sacred Heart University): Reading “The Lament of the Old Woman of Beare”: Gendered Old Age as Disability

12.45 PM: Lunch break 

2 PM: PANEL 3 – Disability, emotions and experience (Chair: Ninon Dubourg)

  • Michael Rembis (University at Buffalo): Madness, Affect, and Asylums in the 19th-century United States
  • Wendy Turner (Augusta University): Emotion, Mental Health, and Intellectual Disabilities in the Legal and Administrative Records of Medieval England
  • Silvia Carraro (University of Padua): Odi et amo? Daily Emotions towards Disabled People in Medieval Venice (14th-15th century)
  • Maja Bondestam (Uppsala University): Disability and hot nature: How emotional, not physical, traits disqualified people from work and good manners according to late 18th century Swedish medicine

3.30 PM: Coffee break

4 PM: Keynote 1 by David Turner

Wednesday, 14 June 2023

10 AM: PANEL 4 – Emotional approaches to illness and disability (Chair: TBD)

  • Saghar Bozorgi (University of Texas at Austin): Be Fearful and/but Heal Yourself : Analyzing Emotions about Disability and Healing in mid-20th Century Iran
  • Emanuele Piazza (Università degli Studi di Catania): Healing Disabilities in the Diaologi of Gregory the Great
  • Mia Edwards (University of Warwick): Physical Disability, Physicality, and Masculinity within the Plantation Labour System, 1800-1861
  • Nicole Reibe (Loyola University Maryland): Silent Solidarity: Deafness, Anger, and Action in the Work of Teresa de Cartagena

11.30 AM: Coffee break

11.45 AM: PANEL 5 – The body and emotional politics (Chair: TBD)

  • Bianca Frohne (Kiel University): Disability, Emotions, and Pain in Medieval and Early Modern Miracle Accounts
  • Jack Litchfield (Independent scholar): Maimed, Wounded, Febled, and Debrused: Feeling Hurts in Late Medieval English Martial Culture
  • Wei Yu Wayne Tan (Hope College): Disability and Illness in Quarantine: Hōjō Tamio and the Experience of Leprosy (Hansen’s Disease) in Modern Japan 

1 PM: Lunch break

2 PM: PANEL 6 – Disability, narrativity and emotional prosthesis (Chair: TBD)

  • Marla Carlson (University of Georgia): Blindness and Disgust in Medieval French Farce
  • Magdalena Matczak (Nicolaus Copernicus University): Osteobiographies of Disability and Emotions in Medieval Culmen, Poland
  • Marit Ronen (Independent scholar): Disgust and Disability, Gatekeeping in Early Medieval England
  • Abigail Greaves (University of Nottingham): Impairment, Sadness, and Hagiography in Early Medieval England 

3.30 PM: Coffee break

3.45 PM: Panel 7 – Agency, the disabled self and emotions (Chair: TBD)

  • Chayyim Holtkamp (The Citadel): Resistance in a Mental Institution: The South Carolina Lunatic Asylum as a Site of Patient Agency
  • Paul Van Trigt (Leiden University): Disabling suffering. Dutch self-advocates and pain (relief) during the 1990s
  • Timo Houtekamer (European University Institute): Symptoms or Self-Expressions? The Role of Emotions in Patient Files of People Diagnosed with Schizophrenia in Zurich, 1908-1950

5 PM: Coffee break

5.15 PM: Keynote 2 by Barbara Rosenwein

Thursday, 15 June 2023

10 AM: PANEL 8 – Performing emotions and disability (Chair: TBD)

  • Kalina Hadzhikova (Johns Hopkins University): Folly, Performance, and Emotional Regulation in Medieval England.”
  • Kirstie Stage (Christ’s College, University of Cambridge): ‘Piss on Pity’: Disabled Activists Challenging Narratives
  • Flora Amann (University of Jean Monnet): A Language of Emotions in the Age of Reason. Sign Language, Rationalism and Sensualism in Eighteenth-Century France
  • Esme Cleall (University of Sheffield): Dancing for Joy’: Disability and the Affective Connection in British Missionary Writing

11.30 AM: Coffee break

11.45 AM: PANEL 9 – Educational regimes of emotions and disability (Chair: TBD)

  • Shilpaa Anand (BITS Pilani, Hyderabad Campus): Being Sentimental, Being Enraged: Historicizing the Symbolism of Ekalavya’s Amputation
  • Gábor Bradács (Independent scholar): Claudi quoque et muti, surdique et paralitici a suis sunt infirmitatibus liberati. The perception of the disability in the medieval Hungarian hagiography between abhorrence and compassion
  • Léo Delaune (University of Strasbourg): Fear of humiliation, desire for humility: shame and physical disability in medieval exempla

1 PM: Lunch break

2 PM: PANEL 10 – Emotional knowledge and disablement (Chair: Sara Scalenghe)

  • Hilary Buxton (Kenyon College): Pride and Pity: Performing Emotion in Interwar South Asian Disability Petitions
  • Marco Di Giulio (Franklin & Marshall College): Contesting the Politics of British Prosthetic Care: Pain, Nativeness, and the Plight of Palestinian Jewish Amputees in WWII
  • Nathanje Dijkstra (Utrecht University): Navigating pain, fatique and misery. A practice-focused analysis of emotional expressions in workers’ disability benefit claims in the Netherlands (1901-1967)
  • Elif Küskü (Istanbul Technical University): Feelings of the Orthopedically Disabled: Arm and Leg Prosthesis Petitions in the Ottoman Empire 

3.30 PM: Concluding remarks 

Informations pratiques :

13 Jun 2023 09:30 AM to 15 Jun 2023 04:00 PM
Online via Zoom (Register below to get the Zoom-link)

Colloque – Amusement, Joy, and Having a Good Time in Mystical Texts

source : RMBLF

Mystics who suffered, through illness, asceticism, the withdrawal of divine grace, the ruthlessness of their critics, or just from the harshness of life, often dominate our readings of the texts of and about mystics. While these are crucial aspects of their experience, what is often overlooked are the moments of happiness and contentment that also exist in these works. The M&LEN 2023 Annual Conference will answer Amy Hollywood’s call to not only speak of suffering and pain in relation to female mystical lives, but also of joy. We will be exploring the “lighter” moments, looking at how mystical texts discuss happiness, joy, amusement, playfulness, and the enjoyment of life, as well as how pain and suffering are transformed into joy in some works.

Inscription : ici

Programme :

Wednesday, June 14th , 16:00-17:15 BST

Einat Klafter & AJ Langley – Welcome and Opening Remarks

Keynote Speaker: Peter Jones (Complutense University of Madrid): “When and When Not to Laugh: A Cistercian Guide “

Thursday, June 15th, 14:00-15:30 BST

Lauren Cole (Northwestern University): The Acoustics of Joy: Hildegard of Bingen’s Chants for St Rupert

Tatiana Barkovskiy (University of Warsaw): “Marguerite Porete’s Metaphysics of Love and Epistemology of Joy”

Hannah Victoria (Sorbonne Université): Be Gay: Theorising the Joyous Queer in Mystical Texts

Friday, June 16th, 14:00-15:00 BST

Lieke Smits (University of Antwerp): Who wants to play? The infant Jesus having a good time in mystical and devotional Practice

Philip Liston-Kraft (Harvard University): Hide and Seek: Christina von Hane and the Infant Jesus at Play

Friday, June 16th, 16:30-17:30 BST

Ngo Hin Cheng (KU Leuven): The Joy of the Bride and the Maidens in Bernard of Clairvaux’s Sermones super Cantica canticorum

Erin Risch Zoutendam (Duke University): Readers and Lovers: The Song of Songs as Hermeneutic in Hugh of Balma’s The Roads to Zion Mourn

[16 mai 2023] Journée d’études : Dévotion et émotions. Pour une approche croisée des images et des textes

Source : CESCM

• Mardi 16 mai 2023 – 9h / 17h

• En présentiel à Poitiers et en visioconférence (voir fin du billet)

Hôtel Berthelot – salle Crozet – 24 rue de la chaîne – Bât. E13

Ouvert à toutes et tous

Programme :

9h / 12h20 – Session du matin

Présidence : Damien Boquet (Université d’Aix-en-Provence)

9h – Accueil
9h10 – Marcello ANGHEBEN (Université de Poitiers, CESCM) : Présentation de la journée.
10h – Nicolas BALZAMO (Université de Neuchâtel) : Condamner, justifier ou expliquer : les théologiens et la question des émotions suscitées par les images cultuelles.

10h40 – Pause

11h – Marielle LAMY (Sorbonne Université Lettres) : La dimension émotive et imaginative dans les méditations d’Étienne de Salwey, O. Cist. (début XIIIe siècle).
11h40 – Mathieu BEAUD (Université de Lille) : Impression visuelle et émotions : remarques sur l’enluminure de psautiers du XIIe siècle.

14h / 17h – Session de l’après-midi

14h – Catherine NICOLAS (Université Paul-Valéry Montpellier III) :
Compassion, componction, conversion : thématisation de la réception des semblances graaliennes par le texte et par l’image dans le Lancelot-Graal.
14h40 – Julia Maria GARCIA MORALES (Universidad de Murcia) : La Compassio Mariae dans la Péninsule ibérique.

15h20 – Pause

15h30 – Bertrand COSNET (Université de Lille, IRHiS) : L’iconographie de la tristesse aux XIIIe et XIVe siècles : entre acédie et componction.
16h10 – Anne-Laure IMBERT (Université Paris I Panthéon-Sorbonne) : Dévotion et émotion dans la peinture siennoise (Trecento, Quattrocento)
16h10 – Conclusion

Informations complémentaires

Contact :   marcello.angheben@univ-poitiers.fr

Visioconférence

• Inscription préalable requise, par mail auprès de : marcello.angheben@univ-poitiers.fr

• Lien de connexion : https://univ-poitiers.webex.com/meet/marcello.angheben

Nobles Dames et Histoire des Émotions. Atelier et études

Source : RMBLF

 

Longtemps assimilée à l’histoire des mentalités, la question de l’étude des émotions commence depuis quelques années à connaître sa propre évolution. Elle se concentre sur l’articulation entre codes socioculturels, conjonctures et individualités. Pouvant souvent mener à la spéculation, l’histoire des émotions est à écrire avec prudence, nonobstant, elle permet d’apporter un éclairage nouveau sur les actions des acteurs du passé. Les émotions mises en scènes dans les textes, tels que les traités, les chroniques ainsi que dans les romans et dans l’iconographie, sont autant de témoins des préoccupations du temps. Cependant, il s’agit bien là de textes et d’images travaillés. Même les correspondances, associées à une forme d’intimité, sont souvent codifiées, destinées à être reçues et lues dans des contextes bien particuliers qu’il ne faut pas négliger. Mais, cela signifie-t-il qu’il est impossible de déceler l’émotion dans une source historique ? La mise en relation de différents facteurs offre des clefs de compréhension, au- delà de ce que les individus veulent bien laisser entendre. De plus, la prise en compte des réseaux, de l’agentivité, de la corporalité, de la gestuelle, des espaces ou de l’iconographie permettent de déceler le sentiment dissimulé sous les normes des sources qui nous sont parvenues.

Dans cet atelier sur l’histoire des émotions, nous nous intéresserons, sur différentes périodes historiques, à la question des sources produites par les femmes occupant des rangs sociaux élevés, afin de comprendre les enjeux de méthode qui existent quand on travaille sur les femmes nobles et leurs émotions.

Accès libre selon les capacités d’accueil. Atelier ouvert aux masterisant·e·s, doctorant·e·s et chercheur·se·s

Programme :

Jeudi 6 avril IRHiS, Univ. Lille

13h – Introduction : Clara Kalogérakis (IRHiS, Univ. Lille, Univ. Castilla-La Mancha) Julie Özcan (CRH, EHESS)

Matthieu Mensch (ARCHE, Univ. Strasbourg)

14h – Histoire médiévale : discutant, Christopher Fletcher (CNRS, IRHiS, Univ. Lille)

  • Camille Paccou (IRHiS, Univ. Lille, Univ. Gand), « Isabelle de Luxembourg et Gui de Dampierre : une famille soudée face à la menace française (1298) »
  • Camille Rutsaert (CRHiDI, Univ. Saint-Louis-Bruxelles, LaRHiS, CEMR, UCLouvain), « De l’amour, de l’affection, de la sollicitude ou juste de l’attention, la construction des émotions en dialogue entre un discours trop construit et l’absence d’information. Jeanne de Brabant (1322-1406), une amoureuse malaimée ? »

    15h – Pause

    15h30 – Histoire moderne : discutante Julie Özcan

  • Jules Dejonckheere (LaRHis, UCLouvain), «Marie de Hongrie face aux tribulations des guerres d’Italie : expressions et usages de la peur dans sa correspondance (1531-1555) »
  • Isabelle Paresys (IRHiS, Univ. Lille), « Habits de cour de nobles dames au prisme des émotions à la Renaissance »
    16h30 – Pause

    17h – Histoire moderne/contemporaine :

  • Jean de Saint Blanquat (IREL, EPHE), « “Triste et contrariée” Émotions mises en avant ou de côté dans l’autobiographie de Kata Bethlen »
  • Matthieu Mensch (ARCHE, Univ. Strasbourg), « Le sentiment de culpabilité d’une reine. L’alcoolisme chez Marie-Joséphine de Savoie. »

Vendredi 7 avril CRH, EHESS

13h – Introduction : Clara Kalogérakis (IRHiS, Univ. Lille, Univ. Castilla-La Mancha) Julie Özcan (CRH, EHESS), Matthieu Mensch (ARCHE, Univ. Strasbourg)

14h – Histoire médiévale/moderne : discutante, Clara Kalogérakis
• Annabelle Marin (Centre Roland Mousnier, Sorbonne Université), « Caractériser le pouvoir relationnel de l’aristocrate : Quelles sources pour une archéologie des sentiments des nobles dames ? »
• Lucie Jardot (LAMOP, Paris I Panthéon-Sorbonne), L’affectio conjugalis dans les lettres d’Isabel de Portugal et de Charles Quint : amour ou émotions stéréotypées ? »

15h – Pause

15h30 – Histoire moderne : discutante Julie Özcan
• Clara Kalogérakis (IRHiS, Univ. Lille, Univ. Castilla-La Mancha), « Argent, maison et émotions : relire les mariages des infantes d’Espagne par leurs sources de revenus (1496-1530) »
• Pascale Mormiche (DYPAC, Univ. Cergy-Pontoise), « Pas d’émotions chez les princesses ? »

16h30 – Pause

17h Histoire moderne/contemporaine :

• Jean de Saint Blanquat (IREL, EPHE), « “Triste et contrariée” Émotions mises en avant ou de côté dans l’autobiographie de Kata Bethlen »

• Matthieu Mensch (ARCHE, Univ. Strasbourg), « Des larmes au rire, les sentiments de la duchesse de Berry dans sa correspondance familiale (1820- 1822) »

Informations pratiques :

IRHiS 6 avril –
Campus Pont de Bois, Villeneuve d’Ascq – Bâtiment A – A1.230

EHESS 7 avril –
54bd Raspail, Paris – AS1_08

Comité d’organisation :

Julie Özcan (CRH, EHESS)
Matthieu Mensch (ARCHE, Univ. Strasbourg)
Clara Kalogérakis (IRHiS, Univ. Lille, Univ. Castilla-La Mancha)

La haine en héritage dans l’Antiquité gréco-romaine

La haine en héritage dans l’Antiquité gréco-romaine
Colloque international

Jeudi 23 mars de 8h30 à 18h30 et vendredi 24 mars de 8h30 à 12h30
Maison de la Recherche
Faculté de Lettres, Langues, Sciences humaines et sociales
56321 LORIENT

ORGANISATION
Laboratoires TEMOS (CNRS, Université Bretagne Sud), TDMAM (AMU, CNRS) et ANHIMA (CNRS, Université Paris I Panthéon-Sorbonne)

– Emmanuèle Caire, Aix-Marseille Université, CNRS, TDMAM

– Cyrielle Landrea, Université Bretagne Sud, TEMOS
– Sylvie Pittia, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, ANHIMA

Consultez le programme

https://www.cpaf.cnrs.fr/IMG/pdf/colloque-haine-antiquite-greco-romaine-temos-tdmam-anhima.pdf

La haine a certes fait l’objet d’un certain nombre d’études en sciences humaines et sur le temps long. Cependant, ce colloque international souhaite aborder la haine sous un angle inédit pour l’Antiquité, celui de l’héritage de la haine politique, y compris dans sa dimension familiale. Il s’agira d’analyser les discours de haine, les modalités de transmission de l’aversion en termes de postures, de pratiques et de stratégies. En outre, les représentations associées à la haine valent d’être étudiées dans une perspective de critérisation. La perspective de ce colloque est de faire dialoguer les disciplines (Histoire et Lettres classiques) et de mettre l’accent sur la dimension diachronique. Les mondes grec et romain de l’Antiquité classique sont privilégiés.

L’héritage de la haine pourra être abordé à travers de nombreuses thématiques et à plusieurs niveaux (niveau personnel, niveau infra-familial, mais aussi celui d’un groupe social ou de la communauté civique). L’étude des alliances au sein des aristocraties gouvernantes (mariage, adoption, divorce…) permettra également de considérer la transmission de la haine et ses implications politiques. Peut-on renoncer à la haine héritée de sa famille, doit-on adopter les haines des groupes que l’on intègre, les haines multiples sont-elles compatibles ? Comment les haines, au fil des générations, nourrissent-elles la compétition politique, mais aussi la vie judiciaire, tout particulièrement les procès intentés aux dirigeants de la cité ? La réaction et relation des hommes et des femmes face aux phénomènes de haine politique sont-elles comparables dans un univers civique très largement masculin ?

Le ridicule en question à l’époque médiévale

Source : RMBLF.be

Journée d’étude internationale
Le ridicule en question à l’époque médiévale
27 mars 2023, Bordeaux
Université Bordeaux Montaigne, UR 24142 Plurielles

Cette manifestation scientifique propose d’aborder la question du ridicule dans l’art et la littérature du Moyen Âge, en se fondant sur différents types de récits et d’œuvres, afin d’explorer sa fabrication, ses mises en scène, ses objets, ses visées, ses rejets et ses effets. Il s’agira aussi d’analyser le rapport que ces œuvres ou passages ridiculisants entretiennent, d’une part, avec le monde, d’autre part, avec l’art lui-même. Si les notions voisines de comique et de grotesque ont été étudiées de longue date dans l’art médiéval, notamment par le biais du rire – grâce à l’historien Jacques le Goff, par exemple – ou du comique, en relation étroite avec le tragique et le sérieux – ainsi que l’ont montré les travaux d’Élisabeth Lalou[1] –, la question du ridicule quant à elle demeure peu travaillée.

La plupart des travaux sur le sujet ne touchent pas la sphère francophone. En outre, les études parues à ce jour s’inscrivent avant tout dans les domaines sociologique, politique, philosophique et ont trait à des époques antérieures ou postérieures au Moyen Âge. Par exemple, Michael Billig, dans Laughter and Ridicule. Towards a Social Critique of Humour (2005)[2], étudie en diachronie le rapport de la notion de ridicule avec la norme sociale. Un peu plus tard, dans Rhetoric of ridicule[3], Greg Grewell reprend la distinction établie par Renate Lachmann entre force centripète et force centrifuge dans l’humour carnavalesque[4]. Il différencie dans sa théorie deux manières de construire le ridicule : un discours monologique et un discours dialogique. Le premier discours, de type centripète, tend à conformer l’individu à une norme sociale et le second, de type centrifuge, dans un mouvement inverse, amène ce même individu à faire voler en éclat les représentations normées de l’objet ou du sujet ridiculisé. Ce dernier modèle de discours permet alors l’invention de nouveaux codes et donc un décentrement par rapport aux normes préétablies, voire une désacralisation de ces dernières. Nous pouvons sans doute envisager le ridicule dans les œuvres littéraires et artistiques selon cette double dynamique. Au niveau littéraire, les études ont été plutôt ponctuelles, elles concernent des auteurs en particulier, comme Molière ou Scarron[5], ou encore des genres spécifiques comme la comédie[6]. Toutefois, la notion de ridicule dépasse le simple cadre des genres comiques, nombreux et identifiés au Moyen Âge (farce, fabliau, fatrasie, sottie, théâtre) et relie des genres d’aspect très divers si bien qu’elle conduit à les mettre en perspective.

Aussi, dans une approche interdisciplinaire et transgénérique, nous souhaiterions confronter et comparer, dans leurs différences, les genres, les supports et les approches scientifiques afin d’enrichir une réflexion autour d’une notion très présente dans la production médiévale. Ridiculiser vise avant tout à faire rire, mais tourner en ridicule c’est aussi déprécier, porter un jugement de valeur, c’est enfin faire ressortir l’absurdité, le non-sens d’un être, d’une chose ou d’une situation et se placer ainsi sur le terrain du sens, en particulier du bon sens. Ridiculiser permet autant d’écarter que de souligner, de faire rire que de susciter de la compassion. Semblent se nouer des rapports aux normes, au pouvoir, au sens, à un ordre et à des effets variés, qui, tous, contribuent à installer la richesse registrale et interprétative de l’art médiéval, quel qu’il soit. Le ridicule semble être ainsi le lieu de l’évidence autant que de l’ambiguïté.

Axes de recherche

           Fabliaux, récits de voyage, chansons de geste, poésies, nouvelles, enluminures, statues, etc. : nombreux sont les supports qui accueillent et fabriquent le ridicule au Moyen Âge. Le corpus est immense. Nous souhaitons travailler selon différents axes afin de cerner progressivement la notion et ses fonctions tout autant que la variété de ses apparitions.

  • Axe 1. Les différents sujets et objets de ridicule

Il s’agira d’observer les thèmes et les sujets du ridicule afin d’installer l’étude : quelles sont les récurrences et les irrégularités en la matière ? La ridiculisation du clergé et de la scolastique est fréquente dans l’art profane et les genres comiques ; en est-il de même dans d’autres domaines ? Quelles sont les figures ridiculisées et de quoi sont-elles la cible ? L’homme, l’étranger, la femme, le vilain, le chevalier sont autant de personnages typiques fréquemment caricaturés, moqués. Quelle est ainsi la visée de ces peintures grotesques, qui tournent en ridicule leur objet ?

  • Axe 2. Ridiculiser : mode d’emploi et style(s)

L’examen des différentes manières de ridiculiser, des plus évidentes aux plus subtiles, retiendra l’attention. Le ridicule se limite-il à la parodie ? Quels effets ou quelles figures sont mobilisées pour construire le ridicule ? Les procédés de grossissement, de rétrécissement, de déplacement, d’ironie sont-ils préférentiellement employés dans un genre ou chez un auteur ? Produisent-ils des effets identiques ?

  • Axe 3. La déconstruction ou le renforcement d’une norme

Interroger le rapport à la norme de manière plus générale en explorant les visées des auteurs permettra de voir s’il s’agit de ridiculiser pour dénoncer, rire, défaire ou refaire un modèle, de manière à comprendre quelles postures sont adoptées et quelles valeurs sont déconstruites. Qu’en est-il par ailleurs du rapport aux genres et aux normes génériques ?

  • Axe 4. Non-sens ou bon sens ?

La question du langage, littéraire ou artistique, pourrait aussi nourrir la réflexion autour du sens. Si le ridiculum dictum chez Plaute peut renvoyer à l’idée de bon mot, peut-on envisager le recours au ridicule comme simple jeu sur le sens ? Le jeu de pouvoir se nouant autour du ridicule amène-t-il à la construction d’un bon sens, autant qu’il permet de révéler les absurdités d’un code ou d’une norme ?

D’autres réflexions pourront bien sûr venir étayer cette étude.

Modalités de participation

Les propositions de communication accompagnées d’un argumentaire d’une dizaine de lignes et d’un bref curriculum vitae sont à envoyer aux organisatrices avant le 20 février 2023.

Raphaëlle LABARRIÈRE, r.labarriere@hotmail.fr

Priscilla MOURGUES, priscilla.mourgues@gmail.com

Le logement et le repas du midi seront financés par l’organisation, les frais de transport seront laissés à la charge des équipes de recherche des participant.e.s.


[1] E. Lalou, « Le théâtre médiéval, le tragique et le comique : réflexions sur la définition des genres », dans Tragique et comique liés, dans le théâtre, de l’Antiquité à nos jours (du texte à la mise en scène), Rouen, Publications numériques du CÉRÉdl, 2012, disponible en ligne, URL : <http://ceredi.labos.univ-rouen.fr/public/?le-theatre-medieval-le-tragique-et.html&gt;.

[2] M. Billig, Laughter and Ridicule : Towards a Social Critique of Humour, Londres, Thousand Oaks, New Dehli, SAGE, 2005.

[3] G. Grewell, Rhetoric of ridicule, ProQuest Dissertations Publishing, 2013, disponible en ligne, URL : <https://www.proquest.com/docview/1500846086?parentSessionId=safon260V7ZDX4wQheTQckcsZWknSQf5LZdtVH3L5Z8%3D&pq-origsite=primo&accountid=9671>.

[4] R. Lachmann, Bakhtin and Carnival : Culture as Counter-culture, Center for Humanistic Studies, College of Liberal Arts, University of Minnesota, 1987.

[5] P. Dandrey, Molière Ou L’esthétique Du Ridicule, Paris, Klincksieck, 1992.

[6] On peut par exemple citer P. Lerat, Le ridicule et son expression dans les comédies françaises de Scarron à Molière (thèse dir. R. Lathuillère, Lille, ANRT, 1980, URL : https://excerpts.numilog.com/books/9782307481843.pdf) et E. Pinon, « Perdican et « la fleur nommée héliotrope » : ridicule et sacré du classicisme au romantisme » (Toulouse, Littératures, 2009, p. 75-86, URL : https://doi.org/10.4000/litteratures.2030)

Aimer

Source : Cité des Sciences et de l’Industrie

Le Collège international de philosophie et la Cité des sciences et de l’industrie invitent les classes préparatoires scientifiques et aux grandes écoles de commerce et d’économie, à deux séances spécialement conçues sur les thématiques au programme. C’est l’occasion de croiser différents regards sur ces notions. Ces séances sont néanmoins ouvertes à toutes et tous.

Aimer

samedi 11 décembre 2021 à 14h30

Sur un tel thème, la tradition philosophique hellénique nous propose de distinguer l’éros (l’amour passionnel), l’agapè (l’amour spirituel) et la philia (l’amour amical).
Cependant le verbe « aimer » nous invite à explorer l’acte d’aimer. À la manière des troubadours, nous pouvons opposer « aimer » comme amar, amour bestial « qui
affole le sot », à « aimer » comme amor, « amour pur », ou fin’amor, « amour courtois », inséparable de l’exercice inquiet de la poésie.
C’est donc d’une pratique, ou, pour citer le philosophe Michel Foucault, « d’un souci qu’aimer se doit méditer » : souci de soi qui est aussi souci de l’autre, et en appelle
à l’effort conjoint d’un « faire » et d’un « dire », en vue d’une intensité lucide.

Avec

Marie Bergström, sociologue à l’Institut national d’études démographiques (INED) ; Damien Boquet, historien, professeur d’histoire médiévale à l’université d’Aix- Marseille ; Pierre Zaoui, philosophe, professeur à l’université de Paris.

Rencontre animée par Victorine de Oliveira, journaliste à Philosophie Magazine