Archives de catégorie : Colloques

Rire et sourire dans la littérature latine au Moyen Age et à la Renaissance

Source : Centre Michel de Boüard – CRAHAM

Ve Congrès SEMEN-L 2018

Rire et sourire dans la littérature latine au Moyen Age et à la Renaissance

Université de Caen Normandie, 30 mai-1er juin 2018,
MRSH (Campus 1), Salle des Actes (SH027)

La littérature latine du Moyen Âge et de la Renaissance, dans sa richesse et sa variété, a souvent fait la part belle au divertissement, qu’il s’agisse d’amuser purement et simplement le lecteur ou de lui transmettre un enseignement sérieux par le biais d’une œuvre plaisante. Des Facéties du Pogge aux dialogues satiriques de l’époque de la Réforme en passant par les ysopets et les éloges paradoxaux, nombre d’œuvres médiévales et renaissantes fournissent l’occasion de se divertir en langue latine. Autour de ce motif, nos réflexions pourront prendre bien des chemins au cœur desquels le thème de la transmission jouera inévitablement un rôle central. On sera ainsi amené à s’intéresser à l’influence qu’ont eue certains auteurs antiques sur la littérature médiévale et renaissante ainsi qu’à leur réception. Plus largement, le congrès sera aussi l’occasion d’aborder le sujet du rire par le biais des genres littéraires ou les auteurs qui se sont intéressés au rire sous un angle théorique. On pourra enfin s’interroger sur les modalités, les fonctions et les sens du rire dans les œuvres du Moyen Âge et de la Renaissance : qui rit ? De quoi ou de qui rit-on ? Et comment ?

Renseignements : Brigitte Gauvin et Catherine Jacquemard

Programme

Mercredi 30 mai

13h30 Accueil des participants (hall MRSH)
14h début du congrès

Mot de bienvenue de C. Delaplace, directrice du CRAHAM.
Mot de bienvenue de P. Buléon, Directeur de la MRSH.
Mot de L. Boulègue (UPJV, EA 4284 TrAme), Présidente de la Semen-L.

Rire et polémique

14h15 Aline Smeesters (Université Catholique de Louvain)
La scolastique comme objet de moquerie de la Renaissance aux Lumières
14h45 Nicolas Casellato (Sorbonne Université Lettres)
O qualis facies, quae mutatio Romae : quelques aspects de la satire anticléricale dans les Amores de Conrad Celtis (1502)

Discussion
Pause
15h45 Sylvie Laigneau-Fontaine (Université de Bourgogne)
Le rire du sodalitium : entre grossièreté et culture littéraire
Discussion
Pause
16h15 M-G Grossel (Université de Valenciennes)
Nugae curialium, humour et dérision dans l’œuvre de Gautier Map
16h45 P. Bourgain (Ecole Nationale des Chartes)
Rire d’inversion, rire de subversion dans la poésie lyrique médiévale
Discussion

Jeudi 31 mai
Rire et éduquer

9h15 Luca Core (Université de Padoue)
Les ambitions du rire de l’âne Brunellus
9h45 Julien Maudoux (Université Bordeaux Montaigne, EA 4593 CLARE)
Le rire dans la veine satirique animalière latine du XIIe siècle
Discussion
Pause
10h45 Samuel Molin (Université Bordeaux Montaigne, EA 4593 CLARE)
Ovide travesti. Stylistique de la materia iocosa dans la branche de l’Ysengrimus : lecture des comparaisons et des métaphores
11h15 Lucilla Spetia (Université dell’Aquila (Italie))
La pastourelle médiolatine : parodie ou ironie ?
Discussion
Déjeuner
14h15 Alice Lamy (EA 4081 Rome et ses renaissances)
Homo risibilis, Les affres du rire dans le Roman de la Rose, de la joie au désespoir amoureux

Rire au théâtre

14h45 Mathieu Ferrand (Université Grenoble Alpes, UMR 5316 Litt&Arts)
La comédie néo-latine à Paris : un comique de la connivence
Discussion
Pause
15h45 Christiane Louette (Université de Grenoble-Alpes, UMR 5316 Litt&Arts)
Térence fait-il rire Mélanchton ? Faceta et ridicula dans les commentaires aux comédies de Térence
16h15 Thomas Penguilly (EA 7289 CECJI)
Huiusmodi, hercle, Aristophanes si cerneret… : La première traduction latine des Nuées d’Aristophane par André Alciat
Discussion

1er juin (matin) : Rire et poésie

9h00 Deborah Boijoux (Université de Nantes, EA 4276 L’AMo)
« Ahahe ! »1 ou l’éclat de rire miroitant et diffracté d’Antonio Urceo Codro, poète philologue à la cour des Bentivoglio (Bologne, fin du XVe siècle)
9h 30 Emilie Séris (Sorbonne Université Lettres)
Mi ioca, mi risus, placuit mihi uterque Cupido : les épigrammes latines d’Ange Politien, entre rire et sourire
Discussion et pause

Théoriser le rire

10h30 Lucie Claire (UPJV, EA 4284 TrAme)
« À propos de quelques commentaires humanistes au chapitre De risu de Quintilien : de Lorenzo Valla à Adrien Turnèbe ».
11h00 Virginie Leroux (EPHE)
Poétiques du rire et du sourire dans les traités néo-latins de la Renaissance
Conclusion du colloque
Déjeuner

Colloque : « Emotions in the Middle Ages. A historiographical appraisal »

VIII INTERNATIONAL MEDIEVAL MEETING LLEIDA
25th-28th June 2018
Emotions in the Middle Ages. A historiographical appraisal

Confirmed speakers

plañideras

  • Barbara H. Rosenwein (Loyola University Chicago), The Bodily Turn: New Directions in the History of Emotions
  • William Marx (University of Wales Trinity Saint David), Emotions and Orthodoxy in Medieval Latin Devotional Writing
  • Vincent Debiais (Université de Poitiers), title to be confirmed
  • Rob Meens (Universiteit Utrecht), Strong feelings in Flanders in 1127: murdering a count and its consequences
  • Anna Caiozzo (Université Bordeauz-Montaigne), title to be confirmed
  • Mauricio Molina (Universitat de Girona), ‘Sed solus ego caleo’: Composition, Performance, and the Projection of Emotions in the Medieval Latin Song 
  • Francesca Español (Universitat de Barcelona), title to be confirmed
  • Iñaki Bazán (Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibertsitatea), title to be confirmed

CFP : Histoire d’émotions : saisir les perceptions, penser les subjectivités (Montréal)

Source : Fabula

Histoire d’émotions : saisir les perceptions, penser les subjectivités (Montréal)

XVe Colloque International Interdisciplinaire de l’Association des Étudiant.e.s Dipômé.e.s du Département d’Histoire de l’Université de Montréal (AÉDDHUM)

Histoire d’émotions : saisir les perceptions, penser les subjectivités
14-15-16 mars 2018

Dans les dernières années, l’émergence de l’histoire des émotions a pu suscité un grand intérêt de la part des chercheur.e.s en sciences humaines. Puisant dans des notions liées aux domaines de la sociologie, de la psychologie, de l’anthropologie et des neurosciences, ce courant observe et qualifie les fluctuations émotionnelles et les espaces dans lesquelles celles-ci sont exprimées. Au fil du temps, les émotions s’inventent, se diversifient, se réinventent, s’expriment avec plus ou moins d’intensité, de liberté. Plusieurs les appréhendent comme tributaires d’une multitude de « régimes émotionnels »[1]. En outre, d’un point de vue méthodologique et épistémologique, l’historien.ne lui-même doit faire preuve d’humilité et admettre l’influence de ses propres émotions face à son objet d’étude. Pour ces diverses raisons, il apparait nécessaire aux chercheur.e.s de tous les champs disciplinaires (philosophie, science politique, arts visuels, arts plastiques, anthropologie, sociologie, etc.) d’affiner leur compréhension des émotions du passé et de critiquer les classifications émotionnelles contemporaines.

Le comité organisateur souhaite faire de l’analyse du phénomène émotionnel le centre d’un espace de discussion, de réflexion et de critique. Comment est-ce que la foi, l’idéologie, la « race », la classe et le genre influencent l’expression des émotions ? Les repères émotionnels varient-ils d’une société à l’autre (dans l’espace et le temps) ? Les émotions ont-elles un impact conscient ou inconscient sur l’action humaine en société ? Faut-il s’inquiéter de certaines formes de manipulation émotionnelle ? Comment percevoir les émotions à travers l’infinie multitude de nos sources (qu’elles soient écrites, orales, filmées, enregistrées, dessinées, etc.) ? Les chercheur.e.s, parfois témoins, doivent-ils taire leurs émotions pour en parler ? Quel est l’engagement affectif des chercheur.e.s envers leurs témoins ? Nos perceptions et nos subjectivités altèrent-elles nos travaux ?

Les propositions de communication pourraient s’inscrire dans les thèmes suivants :

  • Explorer les émotions et leurs perceptions à travers le temps et l’espace.
  • Observer la manifestation des émotions dans les sources et dans l’art.
  • Penser la/le chercheur.e et ses émotions : rétrospection et subjectivité. Le lien émotionnel entre la/le chercheur.e et ses sources.

 

Évidemment, les thèmes proposés ci-dessus ne sont pas exhaustifs ; ce colloque est ouvert à toutes propositions en lien avec l’étude des émotions.

Nous invitons les jeunes chercheur.e.s de cycles supérieurs et de toute discipline dont les travaux portent sur ces thématiques à contribuer au XXVe Colloque International Interdisciplinaire des Cycles Supérieurs de l’Université de Montréal. Participer à ce colloque est une occasion de présenter vos recherches, d’échanger avec d’autres collègues et professeur.e.s, et par la suite de publier vos résultats.

Merci d’envoyer vos propositions de communication et de session en anglais ou en français (250 mots maximum) avant le 22 janvier 2018 à minuit, à l’adresse qui suit : xxv.colloque.aeddhum@gmail.com avec une copie à jacques.dehouck@gmail.com. Prière d’indiquer votre nom et prénom et affiliation institutionnelle ainsi qu’une demande de subvention avec le coût du voyage estimé, si nécessaire.

 

[1] Reddy, William M. The Navigation of Feeling: A Framework for the History of Emotions, New York, Cambridge University Press, 2001, 380 p.

Appel à candidatures : conférence sur l’Histoire des émotions à Washington

CFP: History of Emotion Conference at George Mason University

Type:
Call for Papers
Date:
June 1, 2018 to June 2, 2018
Location:
Virginia, United States
Subject Fields:
Sociology, Teaching and Learning, Intellectual History

A Conference on the History of Emotion will take place at George Mason University, in Fairfax, VA, on June 1-2 2018. The conference organizers are Susan Matt, Weber State University, and Peter Stearns, George Mason; the Conference is co-sponsored with the Society on the History of Emotion (SHE).

The Conference seeks to address major issues in the field: periodization, relevant theory and interdisciplinarity, comparative approaches, teaching and public outreach. There will also be discussion of the formation of a virtual organization for scholars working on the history of emotion in North America, in coordination with the SHE.

The conference invites paper proposals that fall within the parameters suggested above. Relevant Prospectuses must be received no later than Sept. 30, 2017, addressed to pstearns@gmu.edu (feel free to address any questions to this same address). Decisions will be made by the end of October. It must be emphasized that this conference is self-funded, so no subsidies or stipends are available.

Contact Info:

Peter Stearns, George Mason University

Contact Email:

Call for Papers : Emotions of Cultures / Cultures of Emotions: Comparative Perspective, 11-13 December 2017, Perth (Western Australia)

Dates: 11‒13 December 2017
Venue: The University of Western Australia, Perth
Convenors: Jacqueline Van Gent
Submission deadline: Monday 31 July 2017
Submissions and enquiries: societyhistoryemotions@gmail.com

Download the amended Call for Papers

Please note the conference dates are now 11–13 December 2017.

The Society for the History of Emotions (SHE) is an international and interdisciplinary professional organisation. SHE promotes a deeper understanding of the changing meanings and consequences of emotional concepts, expressions and regulation over time and space and across cultures. The Society is committed to fostering interdisciplinary international dialogue on all aspects of humanities-based emotions research.

The historical and cultural conditioning of emotions – including their expression, regulation and performance, and their gendered, ethnic, class-based and contingent nature – is a methodologically rich field. This conference encourages discussion across disciplines, cultures and historical periods, with a particular focus on broadening emotions history beyond its hitherto largely Western context. For the inaugural conference of SHE we now invite papers that address one or more of the following questions:

 Emotions of Cultures – Comparative Perspectives

How can we extend the cultural and geographical scope of current emotions research? In what ways can we develop our methodologies, especially with regard to comparative studies? How can postcolonial perspectives, indigenous positions and North-South dialogues be better integrated into historical emotions research?

Cultures of Emotions – History of Emotions and Contemporary Issues

How can comparative studies in the history of emotions further our understanding of contemporary issues and problems? How can such comparative perspectives contribute to public debates about cross-cultural and cross-religious issues? What problems do we encounter when teaching the history of emotions, and how can we ensure our teaching is cross-disciplinary?

Keynote Speakers

Jakelin Troy, The University of Sydney

Professor Jakelin Troy is a Ngarigu woman from the Snowy Mountains of New South Wales, and Director of Aboriginal and Torres Strait Islander Research at The University of Sydney. Jakelin’s research and academic interests focus on languages, particularly endangered Aboriginal and ‘contact languages’, language education, linguistics, anthropology and visual arts. She has extensive experience developing curriculum for Australian schools, focusing on Australian language programs. She studied in Mexico and Japan, developing her interest those countries’ art, culture and languages.  Professor Troy is Editor in Chief of ab-Original: Journal of Indigenous Studies and First Nations’ and First Peoples’ Cultures.

Kathryn Prince, University of Ottawa

Dr Kathryn Prince is a theatre historian with a particular interest in early modern drama. Her current work focuses on the intersections of space, bodies, objects and emotions in early modern performance, as well as ‘performance’ in a broader sense relating to early modern accounts of cross-cultural contact. Her recent publications include the edited collections Performing Early Modern Drama Today (Cambridge University Press, 2013) and History, Memory, Performance (Palgrave Macmillan, 2014), as well as several book chapters on emotions and drama.

Possible paper and panel topics for the conference may include:

  • reading emotional understandings and practices in different temporal, cultural or regional locations
  • reading emotional understandings and practices within cross-cultural contact and conflict
  • translations of emotion across geographical, cultural and religious boundaries
  • emotions and the migration of images
  • emotions in the literary, historiographical and cultural creation and reception of Otherness
  • emotions and tolerance/intolerance in culture, race and religion
  • imperial and anti-imperial emotions
  • history of emotions and indigenous research methodologies

 

Individual papers and themed panels are invited. For individual papers, please send a title, abstract (c.250 words) and a short bio (max. 150 words) to societyhistoryemotions@gmail.com. For panels, please send a panel title, brief description and outline of panel format, and titles, abstracts and short biographical statements for each presenter,  to societyhistoryemotions@gmail.com.

Submission deadline: Monday 31 July 2017.

L’histoire des émotions avant « l’histoire des émotions »

Résultat de recherche d'images pour "lhomme devant la mort ariès"

Vendredi 23 juin, dans le cadre du colloque « Transitions funéraires en Occident de l’Antiquité à nos jours » (Université de Paris-Est Créteil, 22-23 juin 2017), je présenterai une communication sur le thème : L’histoire des émotions avant « l’histoire des émotions » : Philippe Ariès et l’histoire des attitudes devant la mort.

En voici le résumé :

« L’histoire des émotions » qui se développe rapidement depuis une décennie revendique souvent la nouveauté historiographique de son objet et l’originalité de ses méthodes, en rupture avec les conceptions irrationnelles des émotions. Néanmoins, il convient aujourd’hui de rappeler que « l’histoire des émotions », qui n’est pas un champ unifié, s’inscrit dans plusieurs traditions historiographiques, en particulier, pour ce qui concerne le programme EMMA que j’anime depuis une dizaine d’années avec Piroska Nagy, dans une histoire culturelle des sensibilités engagée dès les années 1930 par les premiers historiens des Annales. En ce sens, l’histoire des attitudes devant la mort a constitué, à partir des années 1960-1970, un chantier expérimental de première importance pour une histoire des émotions et des sensibilités. Les livres de Philippe Ariès, Essais sur l’histoire de la mort (1975) puis L’Homme devant la mort (1977) ont été une étape majeure dans l’émergence d’un champ historiographique en devenir, et ont positionné plus largement l’histoire de la mort, du deuil et des pratiques funéraires aux avant-postes. Alors que depuis quelques années, l’histoire de la mort et du deuil a pleinement (ré)intégré la question de l’émotion dans ses questionnements (A. Carol, G. Cuchet, E. Fureix, C. Lansing, R. Marcoux, B. H. Rosenwein, etc), je voudrais reprendre la lecture de L’Homme devant la mort dans le cadre d’une réflexion sur la généalogie de « l’histoire des émotions », afin de mesurer la singularité des propositions de Philippe Ariès et la complexité des ramifications historiographiques. Pour cela, je souhaite proposer une réflexion en trois moments :

1) Je m’intéresserai tout d’abord au rôle du vocabulaire et des catégories des affects dans la démarche d’« histoire psychologique » que défend Ariès, à partir des 4 termes qu’il utilise le plus fréquemment et qui constituent sous sa plume les principaux opérateurs des transformations psychiques face à la mort : émotion, sentiment, sensibilité et mentalité. Chez Ariès, c’est bien sous l’angle psychologique que les émotions sont considérées, tout comme le psychisme lui-même, quand il s’agit des attitudes de l’homme face à la mort, est façonné en priorité par l’affect.

2) Dans un second temps, je reprendrai le célèbre schéma des 5 grandes phases des attitudes devant la mort (la mort apprivoisée, la mort de soi, la mort longue et proche, la mort de toi, la mort inversée) en questionnant l’existence d’un régime émotionnel propre à chacune de ces phases, en lien également avec les deux grands moments de « changement de coutumes funéraires » qu’Ariès identifie (aux XII-XIIIe s. et au XIXe s.). Cette partie sera l’occasion de revenir sur les principes de « rupture », de « tournant » ou de « transition » en matière d’histoire psychologique des attitudes devant la mort où il apparaît que les émotions sont à la fois un facteur de changement et un symptôme des transformations en cours.

3) Enfin, j’engagerai une comparaison, toujours sous l’angle des rapports entre histoire des émotions et histoire de l’homme devant la mort, entre les thèses d’Ariès et celles de Norbert Elias, à partir notamment de son opuscule La Solitude des mourants (1982). En effet, l’histoire psychologique a souvent été associée à la théorie du processus de civilisation d’Elias, qui représente aujourd’hui encore, malgré une analyse critique, un modèle historiographique influent dans le champ de l’histoire des sensibilités. Sans aller sur le terrain de l’évaluation de ces thèses – auxquelles je n’adhère pas –, je voudrais montrer dans quelle mesure l’approche d’Ariès, au delà de toute influence directe, recoupe pour une part la théorie du processus de civilisation. Mais, il me semble important aussi de souligner les divergences, voire les incompatibilités, entre ces deux modèles de « psychohistoire affective ».

Revenir sur le rôle pionnier des historiens de la mort dans l’histoire des émotions et des phénomènes affectifs permet ainsi de mieux mesurer, en les contextualisant, la complexité de ce champ et l’originalité de ses propositions actuelles.