Archives de catégorie : Non classé

Las emociones en la historia (vient de paraître)

LAS EMOCIONES EN LA HISTORIA

Source : unebook

ouvrage disponible en accès libre

Las emociones se hallan en la base del ser humano en sus afectos y en sus ambiciones políticas, en sus decisiones económicas, en sus opciones religiosas y culturales. Las emociones constituyen uno de los elementos sociopolíticos de atracción/reacción fundamentales para la construcción del ser humano en comunidad. ¿En toda comunidad, en todo tiempo? ¿Funcionan las emociones de manera similar en diferentes períodos históricos, en diferentes culturas y sociedades? A partir del trabajo de investigación de un grupo de profesores y jóvenes investigadoras e investigadores de la Facultad de Ciencias de la Educación y Humanidades (Campus de Cuenca) de la Universidad de Castila-La Mancha, se persigue dar a conocer lo que las emociones han representado en la historia, enfatizando la explicación accesible a todos y, con ello, una perspectiva divulgativa fundamental para iniciar al gran público en estos estudios y animarlo a profundizar en ellos.

Les spectateurs des jeux du cirque à Rome

Source : Ausonius éditions

Les spectateurs des jeux du cirque à Rome (Ier s. a.C. au VIe s. p.C.) : passion, émotions et manifestations
Sylvain Forichon
Collection Scripta antiqua (133)
Bordeaux, 2021 – 370 p.   25 €

La passion des Romains de l’Antiquité pour les jeux du cirque, en particulier pour les courses de chars, semble n’être, à première vue, qu’un poncif propre à la littérature ancienne. Néanmoins, ce phénomène est confirmé par de nombreux objets et vestiges archéologiques. Après une présentation des sources dont nous disposons sur les spectateurs des cirques romains, cette étude essaye de comprendre leurs réactions dans les gradins en s’appuyant notamment sur des recherches récentes en psychologie des émotions et en sociologie du sport. Enfin, la dernière partie de ce livre est consacrée à l’empereur et elle met en évidence les nombreux intérêts, mais aussi les dangers, que représentaient ces divertissements de masse pour le pouvoir impérial.

Émotions et gestion des épidémies dans les villes-centre de l’Europe moderne et contemporaine (Écosse, France, Espagne, 1500-1900)

Source : Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord

Appel à communication pour une journée d’étude en novembre 2021.

 

La pandémie Covid-19 actuelle et la crise sanitaire qui en découle ne sont en rien une nouveauté au regard de l’histoire. Le monde a connu maintes épidémies (pestes, choléra…) qui ont décimé les populations. À chaque fois, il a fallu prendre en charge les victimes, gérer les problèmes d’inhumation et reconstruire physiquement et moralement la Cité. À chaque fois, l’émotion des populations citadines et de leurs édiles a été grande face aux pertes humaines et à la souffrance. Toute épidémie comporte néanmoins un caractère inédit, notamment dans sa gestion par les gouvernements nationaux et locaux ainsi que dans la manière dont la population fait face au fléau.
L’évolution de la médecine à travers les siècles a contribué, avec des succès divers, à mieux comprendre les risques et à expérimenter des remèdes adaptés, aussi les individus et les communautés ont-ils été obligés d’aborder la question de l’amélioration des conditions d’hygiène et de salubrité au sein des foyers mais également des villes et villages. Par intermittence, l’Église et l’État ont été à la fois des moteurs et des freins dans l’évolution de ces expériences de « santé publique ». Pour autant, malgré le degré d’émotion des populations et la forte mobilisation des instances de pouvoir et de savoir, ces progrès n’ont pas toujours été possibles immédiatement ou, s’ils l’ont été, c’est surtout une minorité privilégiée qui en aurait été bénéficiaire. Entre peur, déni, frustration ou morgue, la palette des émotions observables face à une épidémie majeure est vaste. Elle interroge autant les représentations du Mal en matière de santé qu’elle révèle, souvent en négatif, les contradictions sociales : la mortalité, la morbidité et l’accès aux soins en sont le reflet. La crise est un moment de vérité, et elle concerne régulièrement les rapports sociaux, ceci à toutes les échelles.
Afin de mieux comprendre ces évolutions et leurs influences ainsi que la connaissance du corps, de la médecine et les politiques de préventions mises en place depuis par les sociétés, ce projet propose d’aborder les thèmes de la santé et de sa gestion par les politiques des différents états et villes européennes du XVe siècle jusqu’au siècle des Lumières à travers les émotions nées des crises sanitaires et leur impact sur la gestion de l’hygiène des villes d’influence, en Europe, entre 1480 et 1790. Cette période charnière, à partir de la Renaissance et des bouleversements religieux de la Réforme, a permis l’émergence de nouveaux regards sur le corps et sa santé, stimulant par là-même les progrès de la science et de la médecine en faveur des citadins : mais, hommes et femmes, enfants et vieillards, riches et pauvres, firent-ils l’objet d’une attention égale ?
Ce projet souhaite consacrer une étude originale à l’histoire de la santé grâce à des regards croisés sur son évolution en France, en Écosse et en Espagne, entre autres, en ciblant des villes de taille et de statut équivalents telles que Versailles, Paris, Marseille, Édimbourg, Glasgow, Madrid et Séville, qui ont connu un développement démographique et économique fulgurant durant cette période. L’Écosse et les innovations impulsées par ses écoles de médecine de renommée mondiale servira de point de départ à notre approche comparative. Les métamorphoses sociales de ces villes ont obligé les gouvernements locaux à s’adapter, dans l’urgence tout d’abord, pour garantir la sécurité, la prospérité et l’hygiène communes. Ce fut pour elles l’occasion d’investir et d’innover pour réduire, quand cela était possible, l’impact des épidémies et y opposer une nouvelle perception de la ville : une cité contrôlée, saine et propice au négoce. Bien entendu, cette « communication » officielle autour de l’image d’un organisme urbain à l’abri des grandes pestilences joue sur tous les terrains à la fois : il s’agit régulièrement de rassurer pour mieux soigner et pour mieux contrôler.
Cette journée d’études transdisciplinaire et internationale s’attachera à mettre en évidence l’évolution de la perception de la santé publique, celle des puissants et celle des faibles, ainsi que sa « gouvernance » par les autorités locales et nationales.

 

Trois axes seront privilégiés :

 

  1. les émotions face à l’épidémie (peur.s, violence.s, mobilités, formes de mobilisation, désocialisations)
  2. les émotions en tant qu’instruments et/ou arguments du pouvoir édilitaire (prévention, justification, encadrement)
  3. les émotions dans la construction d’une mémoire plurielle des épidémies (dire/écrire le Mal, lieux de mémoire, fictions).

 

De multiples questions émergeront :

 

  • Comment étaient organisées les quarantaines ?
  • Les mesures prises, sur le court ou le moyen terme, ont-elles participé à l’accroissement des tensions au sein des populations ?
  • Le cas échéant, ces phénomènes étaient-ils volontaires, voire instrumentalisés ?
  • Quelle était la teneur des débats médicaux ?
  • Existait-il des résistances (en vertu de traditions, d’intérêts privés ou d’un certain déni) de la part de ces gouvernements et/ou des populations ?
  • Quel degré d’irrationalité peut-on observer dans les archives, les textes et les images ? Tout autant de questions que nous nous posons encore aujourd’hui dans le contexte de la pandémie de la Covid-19.

 

Les propositions sont à envoyer avant le 15 avril 2021 sous forme d’un abstract de 200 mots maximum, accompagnés d’une courte biographie aux adresses suivantes :
sabrina.juillet-garzon@sorbonne-paris-nord.fr 
sarah.pelletier@univ-paris13.fr
stanis.perez@mshparisnord.fr

 

Les actes de cette journée d’études feront l’objet d’une publication.

APPEL A COMMUNICATION – COLLOQUE PHILOSOPHIE ET ÉCONOMIE DES ÉMOTIONS

Source : Centre Gilles Gaston Granger

Colloque – Philosophie et économie des émotions

En partenariat avec l’Association Charles Gide pour l’Etude de la Pensée Economique
Centre Gille Gaston Granger, Aix-Marseille Université, CNRS

Aix-en-Provence 23-25 septembre 2021

L’histoire de la philosophie est traversée par une opposition longtemps restée structurante entre le corps et l’esprit, les passions et la raison. La terminologie a changé – on parle aujourd’hui d’émotions plutôt que de passions et de rationalité plutôt que de raison – et bien que les grandes lignes de cette fracture historique restent encore apparentes, de nombreuses recherches se sont développées sur leurs interactions respectives. L’influence des émotions sur la délibération a, bien sûr, toujours été connue, mais elle a longtemps été considérée comme strictement négative. Les travaux du neuroscientifique Antonio Damasio ont démontré que tel n’était pas nécessairement le cas. Il a, par ailleurs, été montré que les émotions pouvaient également jouer un rôle positif non négligeable en amont de la délibération, dans la recherche et le traitement des informations par exemple, ou en aval de celle-ci, dans la mise à exécution de l’action.

L’idée selon laquelle les émotions joueraient un rôle important dans la rationalité de nos actions a naturellement interpellé les économistes, ou au moins, une partie d’entre eux. A l’instar de la philosophie, la (re)découverte de ce potentiel cognitif a suscité à la fois une vague de nouvelles recherches théoriques ou empiriques ainsi qu’une de nombreuses réinterprétations d’auteurs classiques. Les économistes ayant, par ailleurs, élargi leur expertise scientifique aux délibérations extra-prudentielles, notamment l’action morale, on a pu assister ces dernières décennies au développement concomitant de deux perspectives de recherche portant sur le même objet : l’interaction entre émotion et cognition.
L’objet de ce colloque est de réunir ces deux perspectives et de faire dialoguer philosophes et économistes sur le rôle des émotions dans la collecte d’information (grâce à la curiosité ou au courage, par exemple), dans l’évaluation des états du monde (rôle de l’empathie), dans la motivation (on peut notamment penser au rôle joué par le regret et la honte dans le respect des règles ou des engagements pris envers soi-même) et la prise de décision prudentielle et non-prudentielle. Mais au-delà la prise de décision elle-même, ce colloque sera également l’occasion de s’interroger sur ce que les émotions nous apprennent de la nature même de l’action prudentielle (on peut penser au rôle joué par la peur ou par le dégoût, par exemple) ou de l’action morale (pensons, par exemple, au rôle joué par les émotions dans le développement de l’éthique animale ou du rôle qu’elles seront peut-être appelées à jouer dans l’éthique environnementale). Toutes les approches sont bienvenues : l’histoire de la pensée (économique et/ou philosophique), les études de cas, les études expérimentales, les études théoriques, les travaux multidisciplinaires etc.

Les propositions de communications doivent être déposées avec un résumé de 1000 mots environ avant le 15 mars 2021 sur le site du colloque : https://gide2021.sciencesconf.org/
Notification du comité scientifique : 15 avril 2021.
Date-limite d’inscription et de dépôt des communications :15 septembre 2021.
Vous serez notifié de la décision du comité scientifique le 15 avril 2021.
Pour tout contact et renseignements : christophe.salvat@univ-amu.fr

Comité d’Organisation :
Christophe Salvat (CNRS, AMU)
Michel Le Du (AMU)
Sylvie Rivot (Présidente de l’Association Gide, Université de Haute-Alsace)
Pierre Léger (doctorant, AMU)
Izem Lanterno, (doctorant, AMU)

Comité scientifique :
Laurie Bréban, Université Paris 1
Laura Candiotto, Université de Munich, Allemagne
Cyril Hédoin, Université de Reims
Alexandra Hyard, Université de Lille
Herrade Igersheim, Université de Strasbourg
Laurent Jaffro, Université Paris 1
Franck Jovanovic, Université Téluq, Québec
Pierre Livet, Université Aix-Marseille
Harro Maas, Université de Lausanne, Suisse
Sébastien Motta, Université Aix-Marseille
Isabelle Pariente-Butterlin, Université Aix-Marseille
Emmanuel Picavet, Université Paris 1
David Romand, Université Aix-Marseille
Yann Schmitt, Université Paris 1
Céline Spector, Université Montaigne, Bordeaux
Miriam Teschl, EHESS Université Aix-Marseille

Dernières parutions dans la collection « History of Emotions » (Oxford University Press)

Source : Oxford University Press

Frank Biess, German Angst. Fear and Democracy in the Federal Republic of Germany, OUP, 2020

German Angst analyses the relationship between fear and democracy in postwar West Germany. While fear and anxiety have historically been associated with authoritarian regimes, Frank Biess demonstrates the ambivalent role of these emotions in a democratizing society: in West Germany, fear and anxiety both undermined democracy and stabilized it. By taking seriously postwar Germans’ uncertainties about the future, this study challenges dominant linear and teleological narratives of postwar West German ‘success’, highlighting the prospective function of memories of war, National Socialism, and the Holocaust. Postwar Germans projected fears and anxieties that they derived from memories of a catastrophic past into the future.

Based on case studies from the 1940s to the present, German Angst provides a new interpretive synthesis of the Federal Republic. It tells the history of the Federal Republic as a series of cyclical crises in which specific fears and anxieties emerged, served a variety of political functions, and then again abated. Drawing on recent interdisciplinary insights generated by the field of emotion studies, Biess’s study transcends the dichotomy of ‘reason’ and ’emotion’. Fear and anxiety were not exclusively irrational and dysfunctional, but served important roles in postwar democracy. These emotions sensitized postwar Germans to the dangers of an authoritarian transformation, and they also served as emotional engines of new social movements, including the environmental and peace movements. German Angst also provides an original analysis of the emotional basis of right-wing populism in Germany today, and it explores the possibilities of a democratic politics of emotion.

 

Mark Seymour, Emotional Arenas. Life, Love, and Death in 1870s Italy, OUP, 2020.

Based on the records of a murder trial that transfixed all of Italy in the late 1870s, this study makes use of a dramatic court case to develop a new paradigm for the history of emotions – the ’emotional arena’. Set in the decade following Italian unification, the context was one of notable cultural variety. An as-yet unexplored aspect of this was that the experience and expression of emotions were as variable as the regions making up the new nation. Through a close examination of the spaces in which daily lives, loves, and deaths unfolded – from marital homes to places of socializing and entertainment, to a Roman court room – Mark Seymour explores the way social ‘arenas’ are crucial to the historical development of emotional cultural rules.

The narrative is driven by the failed marriage of a decorated but allegedly impotent Risorgimento soldier, his wife’s scandalous affair with a virile circus artiste (who had a string of previous lovers), and the illicit new couple’s murder of the hapless husband. Hundreds of witnesses – from local professionals to servants and even circus clowns – interviewed across the length and breadth of the peninsula, left their personal views on marriage, sexuality, and infidelity. These provide an extraordinary series of peepholes into little-known areas of the new nation’s social fabric. A careful yet imaginative reading of the prosecution records, as well as contemporary newspaper coverage, allows reconstruction of the highly emotional experiences of all those touched by this extraordinary story. The result is a classic Italian micro-history with relevance for today’s emotionally volatile times.

 

Anna Toropova, Feeling Revolution. Cinema, Genre, and the Politics of Affect under Stalin, OUP, 2020.

Stalin-era cinema was designed to promote emotional and affective education. The filmmakers of the period were called to help forge the emotions and affects that befitted the New Soviet Person – ranging from happiness and victorious laughter, to hatred for enemies. Feeling Revolution shows how the Soviet film industry’s efforts to find an emotionally resonant language that could speak to a mass audience came to centre on the development of a distinctively ‘Soviet’ cinema. Its case studies of specific film genres, including production films, comedies, thrillers, and melodramas, explore how the genre rules established by Western and prerevolutionary Russian cinema were reoriented to new emotional settings.

‘Sovietising’ audience emotions did not prove to be an easy feat. The tensions, frustrations, and missteps of this process are outlined in Feeling Revolution, with reference to a wide variety of primary sources, including the artistic council discussions of the Mosfil’m and Lenfil’m studios and the Ministry of Cinematography. Bringing the limitations of the Stalinist ideological project to light, Anna Toropova reveals cinema’s capacity to contest the very emotional norms that it was entrusted with crafting.

 

Monique Scheer, Enthusiasm. Emotional Practices of Conviction in Modern Germany, OUP, 2020.

Enthusiasm seeks to contribute to a culturally and historically nuanced understanding of how emotions secure and ratify the truth of convictions. More than just pure affective intensity, enthusiasm is about something: a certainty, clarity, or truth. Neither as clearly negative as fanaticism nor as general as passion, enthusiasm specifically entails belief. For this reason, the book takes its starting point in religion, the social arena in which the concept was first debated and to which the term still gestures. Empirically based in modern German Protestantism, where religious emotion is intensely cultivated but also subject to vigorous scrutiny, it combines historical and ethnographic methods to show how enthusiasm has been negotiated and honed as a practice in Protestant denominations ranging from liberal to charismatic. The nexus of religion and emotion and how it relates to central concepts of modernity such as rationality, knowledge, interiority, and sincerity are key to understanding why moderns are so ambivalent about enthusiasm. Grounded in practice theory, Enthusiasm assumes that emotions are not an affective state we ‘have’ but mind-body activations we ‘do’, having learned to perform them in culturally specific ways. When understood as an emotional practice, enthusiasm has different styles, inflected by historical traditions, social milieus, and knowledge (even ideologies) about emotions and how they work. Enthusiasm also provides insight into how this feeling works in secular humanism as well as in politics, and why it is so contested as a practice in any context.

 

Yaara Benger Alaluf, The Emotional Economy of Holidaymaking. Health, Pleasure, and Class in Britain, 1870-1918, 0UP, 2021.

It is often taken for granted that holiday resorts sell intangible commodities such as freedom, enjoyment, pleasure, and relaxation. But how did the desire for a ‘happy holiday’ emerge, how was ‘the right to rest’ legitimized, and how are emotions produced by commercial enterprises? To answer these questions, The Emotional Economy of Holidaymaking explores the rise of popular holidaymaking in late-nineteenth-century Britain, which is generally considered to be the birthplace of mass tourism. Drawing on a wide range of texts, including medical literature, parliamentary debates, advertisements, travel guides, popular stories, and personal accounts, the book unravels the role emotions played in British spa and seaside holiday cultures.

Introducing the concept of an ’emotional economy’, Yaara Benger Alaluf traces the overlapping impact that psychological and economic thought had on moral ideals and performative practices of work and leisure. Through a vivid account of changing attitudes toward health, pleasure, social class, and gender in late-Victorian and Edwardian Britain, she explains why the democratization of holidaymaking went hand in hand with its emotionalization.

Combining the history of emotions with the sociology of commodification, the book offers an innovative approach to the study of the leisure and entertainment industries and a better understanding of how medicalized conceptions of emotions influenced people’s dispositions, desires, consumption habits, and civil rights. Looking ahead to the central place of tourism in twenty-first century societies and its relation to stress and burnout, The Emotional Economy of Holidaymaking calls on future research of past and present leisure cultures to take emotions seriously and to rethink notions of rationality, authenticity, and agency.

 

 

 

 

 

 

Sainte vergogne (vient de paraître)

D. Boquet, Sainte vergogne. Les privilèges de la honte dans l’hagiographie féminine au XIIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2020.

Table des matières : ici

 

 

 

 

« Mon père disait que lorsque les temps changent – lui faisait allusion à la Première Guerre mondiale –, en plus du langage, changent les sensations, les sentiments, etc., et il avait raison… »

Goliarda Sapienza, Rendez-vous à Positano, traduction N. Castagné, Paris, Le Tripode, 2017, p. 205.

 

Peut-on imaginer meilleure façon d’éprouver la nouvelle « histoire des émotions », ses propositions et ses méthodes, qu’en questionnant une émotion aujourd’hui éteinte, une émotion historique au sens fort du terme, la vergogne ? Tel est le projet à l’origine de cette étude, qui se veut une contribution à une anthropologie historique de la honte au Moyen Âge, partant du constat que si la honte est à juste titre évoquée dès qu’il est question d’honneur, de réputation, de peine ou de pénitence, elle est rarement historicisée pour elle-même. Or, pour la raison même que les émotions ne sont pas des invariants d’une supposée nature humaine, leur histoire ne peut qu’être enracinée dans des contextes spécifiques – culturels, sociaux, discursifs –, lesquels n’en déterminent pas seulement les usages mais aussi les conceptions. Dès lors, l’objectif de cette étude est de montrer que l’altérité historique de la honte permet d’éclairer sous un nouveau jour la « condition émotionnelle » des saintes femmes au XIIIe siècle ainsi que les modalités de leurs relations avec les clercs.

Contact : damien.boquet@gmail.com

 

Les Débats du CAK saison 13 : Qu’est-ce que l’émotion d’un savant ? (enregistrement)

 

Source : Le Carnet du Centre Alexandre-Koyré

Débat avec Françoise Waquet (CNRS, CELLF) autour de son ouvrage Une histoire émotionnelle du savoir, XVIIe-XXIe siècle (Paris, CNRS Éditions, 2019).

Discutants : Damien Boquet (Aix-Marseille Université, TELEMME) et Serge Reubi (MNHN, CAK).

Modération : Wolf Feuerhahn (CNRS, CAK).

Enregistré le 17 juin 2020, en ligne.

 

Les Débats du CAK

Depuis 2014, le Centre Alexandre-Koyré invite l’auteur.e – parfois les auteur.e.s – d’un ouvrage, personnel ou collectif, récent, à en présenter en une trentaine de minutes la problématique, en insistant plus particulièrement sur les questions historiographiques qu’il met en exergue. L’ouvrage s’inscrit dans le champ de l’histoire des sciences, des techniques ou des savoirs, entendu dans son sens le plus large possible, c’est-à-dire allant de l’histoire proprement dite à l’anthropologie des savoirs, en passant par l’épistémologie ou les études sur les sciences et les technologies. Pour chaque séance, deux discutant.e.s privilégié.e.s sont également choisi.e.s pour exposer, en une dizaine de minutes chacun, leur lecture critique de l’ouvrage et pour proposer des pistes de discussion destinées à être explorées par l’ensemble de l’auditoire.

Sainte Vergogne (à paraître)

D. Boquet, Sainte vergogne. Les privilèges de la honte dans l’hagiographie féminine au XIIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, à paraître le 16 septembre 2020.

Table des matières : ici

Bon de commande : ici

 

 

Peut-on imaginer meilleure façon d’éprouver la nouvelle « histoire des émotions », ses propositions et ses méthodes, qu’en questionnant une émotion aujourd’hui éteinte, une émotion historique au sens fort du terme, la vergogne ? Tel est le projet à l’origine de cette étude, qui se veut une contribution à une anthropologie historique de la honte au Moyen Âge, partant du constat que si la honte est à juste titre évoquée dès qu’il est question d’honneur, de réputation, de peine ou de pénitence, elle est rarement historicisée pour elle-même. Or, pour la raison même que les émotions ne sont pas des invariants d’une supposée nature humaine, leur histoire ne peut qu’être enracinée dans des contextes spécifiques – culturels, sociaux, discursifs –, lesquels n’en déterminent pas seulement les usages mais aussi les conceptions. Dès lors, l’objectif de cette étude est de montrer que l’altérité historique de la honte permet d’éclairer sous un nouveau jour la « condition émotionnelle » des saintes femmes au XIIIe siècle ainsi que les modalités de leurs relations avec les clercs.

Contact : damien.boquet@gmail.com

 

« Qu’est-ce que l’émotion d’un savant ? »

Source : Centre Alexandre-Koyré

Les Débats du CAK, saison 13 – « Qu’est-ce que l’émotion d’un savant ? »

Mercredi 17 juin 2020, 10h-12h / En ligne

Les Débats du CAK, saison 13 - « Qu'est-ce que l'émotion d'un savant ? »

Débat avec Françoise Waquet (CNRS, CELLF) autour de son ouvrage :

Une histoire émotionnelle du savoir, XVIIe-XXIe siècle
Paris, CNRS Éditions, 2019

Discutants : Damien Boquet (Aix-Marseille Université, TELEMME) et Serge Reubi (MNHN, CAK).

 

► En raison de la situation sanitaire, cette sera organisée en ligne.

Vous pourrez vous connecter le mercredi 20 mai à partir de 9h45 à la salle virtuelle des Débats du CAK en vous rendant à cette adresse.

Nous vous conseillons d’arriver avant le début réel de la séance (10h) afin de vous familiariser avec l’interface de l’outil (BigBlueButton).

Pour que cette visioconférence se réalise dans de bonnes conditions, merci de suivre les indications et conseils ci-dessous :

I/ Avant de vous connecter à la salle :

– Utiliser les navigateurs web Chrome ou Safari en priorité. Firefox est accepté mais peut fonctionner moins bien sur certains outils. Microsoft Edge et Internet Explorer ne sont pas supportés ;

– Activer le son de l’ordinateur ;

– Se munir si possible d’écouteurs ou d’un casque pour éviter les bruits parasites.

 

II/ Pour vous connecter à la salle :

Cliquer sur ce lien ou le copier dans votre barre d’adresse (https://webinaire.ehess.fr/b/apr-p2k-fge) ;

– Entrer son nom puis cliquer sur « Démarrer » ;

– À la question « Voulez-vous rejoindre l’audio ? », choisir entre le mode « Microphone » (si équipement disponible et souhait d’intervenir oralement durant les échanges avec le public) ou « Écoute seule » (uniquement en écoute, sans possibilité d’intervenir oralement).

Rejoindre une session en mode « Écoute seule » ne permettra pas d’activer son micro ultérieurement. Pour cela, il faudra quitter la session et la relancer, puis sélectionner « Microphone ».

► Si le mode « Micropohone » est sélectionné :

– Autoriser l’application à utiliser votre microphone et votre caméra ;

– L’application lance par la suite une « Connexion au test d’écho ». Celle-ci peut prendre quelques secondes. Faire le test en parlant dans votre micro puis répondre « Oui » ;

– La connexion s’établit.

 

III/ Une fois dans la salle :

– Votre micro sera automatiquement désactivé à votre arrivée dans la salle virtuelle. Pour l’activer si nécessaire uniquement durant les échanges avec le public, cliquer sur le premier bouton bleu en partant de la gauche en bas de l’écran de présentation.

– Votre webcam sera également automatiquement désactivée à votre entrée dans la salle. Pour l’activer si nécessaire uniquement durant les échanges avec le public, cliquer sur le troisième bouton bleu en partant de la gauche en bas de l’écran de présentation.

Nous vous remercions par avance pour le respect de ces conseils dans l’optique d’une séance qui, nous l’espérons, se déroulera dans les meilleures conditions !

 

L’ensemble des recommandations de l’EHESS pour une visioconférence optimale est à retrouver en ligne à cette adresse.

Le poids des émotions, la charge des femmes Par Camille Froidevaux-Metterie

Article repris d’AOC, publié ici
 
22.04.20

Le poids des émotions, la charge des femmes

Philosophe

L’épidémie de Covid-19 est l’occasion de mettre en évidence le « travail émotionnel » effectué au quotidien par les femmes, que ce soit professionnellement ou dans la sphère privée. C’est à elles qu’incombe presque exclusivement la gestion de ces émotions qui ont été marchandisées et standardisées à mesure que les métiers du care se sont développés. Les conséquences de la crise sanitaire sur la santé mentale de toutes celles qui supportent le poids des émotions risquent d’être incommensurables.

Dans nos débats du moment, il est question de malades et de soignants, de traitements et de souffrances, d’urgence et de mortalité, de confinement et de solitude, de courbes et de statistiques, sans que jamais ou presque ne soit évoqué ce qui forme comme la charpente paradoxale de ce drame : les émotions. Nous sommes tou·te·s plus ou moins ébranlé·e·s émotionnellement mais certain·e·s le sont plus que les autres, véritablement submergé·e·s. Il s’agit des personnes qui exercent les métiers dont nous ne pouvons pas nous passer, dans la santé ou le soin, l’entretien ou la distribution.

Il s’agit aussi de celles qui n’ont pas pour profession mais bien comme fonction assignée de s’occuper de leurs proches, sur le plan pratique de la vie domestique comme sur le plan moins immédiatement repérable des besoins émotionnels. Or il se trouve que ces personnes sont, dans leur immense majorité, des femmes.

Il va falloir y réfléchir et s’y préparer, les conséquences de la crise sanitaire sur la santé mentale de toutes celles qui supportent le poids des émotions risquent d’être incommensurables. Dans une approche de science sociale féministe, je voudrais essayer de saisir la nature de ce postulat en forme d’évidence selon lequel les femmes seraient naturellement responsables du bien-être émotionnel de leur entourage. Je le ferai en partant des travaux d’Arlie R. Hochschild, pionnière de la sociologie des émotions qui, dans The Managed Heart. Commercialization of Human Feeling (Le prix des sentiments), a défini ce qu’elle appelle le « travail émotionnel » en l’envisageant sous ses deux aspects.

Il y a d’abord celui qui se déploie dans la sphère privée (emotion work) et qui consiste à déclencher ou à refouler une émotion de façon à présenter un état d’esprit adéquat à une situation donnée : être heureuse à un mariage, pleurer à un enterrement, se réjouir d’une bonne nouvelle annoncée par un·e ami·e. Ce travail sur soi pour obéir aux « règles de sentiments » se fait sur le mode d’un « jeu en profondeur » fondé sur la mémoire qui vise à faire advenir l’émotion attendue. Tous ces efforts ont pour objectif de « rendre hommage » aux personnes qui nous entourent, dans un système de don et de contre-don par lequel chacun·e ressent ou fait semblant de ressentir ce qu’il doit à l’autre et qui lui permet de tenir sa place dans le groupe.

On retrouve ce « travail émotionnel » dans la sphère sociale à la différence notable qu’il s’effectue en échange d’une rémunération (emotional labor). À partir d’une étude sur les hôtesses de l’air et les agents de recouvrement – les unes devant impérativement paraître aimables et attentives, les autres autoritaires et inflexibles – Arlie R. Hochschild interroge le passage d’un usage privé des émotions à un usage marchand. Elle repère ses conséquences en termes de « dissonance émotive », soit la tension induite par l’écart entre l’affichage d’une émotion adéquate et le fait de l’éprouver réellement qui impose à celles et ceux qui la subissent de s’obliger à devenir sincères. C’est ainsi, souligne-t-elle, que les émotions ont été marchandisées et standardisées à mesure que les métiers du service à la personne et du care se développaient.

Le fardeau des émotions est lourd à porter pour les femmes, en période de confinement, il peut devenir proprement insupportable.

La sociologue prolonge l’analyse en insistant sur la dimension genrée de la capacité à développer des ressources émotionnelles. À partir de l’exemple des domestiques et des femmes, elle montre que les personnes dont le statut social est moins élevé doivent plus que les autres souscrire aux attentes en termes d’émotions affichées (sourires encourageants, écoute attentive, commentaires approbateurs). De cela, il découle que l’on en vient à considérer ces postures émotionnelles comme naturelles.

Nous le savons depuis Simone de Beauvoir, et plus encore avec les études de genre, les mécanismes par lesquels on enferme les filles dans des aptitudes et dispositions associées à la gentillesse, au souci de l’autre et à la disponibilité, sont nombreux et pérennes. Ils perpétuent les représentations séculaires qui, au nom de leur capacité maternelle, enferment les femmes dans l’espace du foyer et les activités du soin (aux enfants, aux malades, aux personnes âgées). Voilà pourquoi elles sont considérées comme les « gestionnaires de l’émotion », selon les termes de Arlie R. Hochschild, c’est-à-dire que l’on attend d’elles qu’elles prennent en charge et assurent le bien-être émotionnel des membres de leur famille comme des personnes qu’elles côtoient professionnellement.

Dans son ouvrage Les couilles sur la table, Victoire Tuaillon développe l’hypothèse intéressante selon laquelle les hommes exploiteraient cette disposition : « La masculinité va souvent de pair avec la rétention des émotions, le refus de la vulnérabilité, une réticence aux conversations profondes et intimes. (…) Toute la manœuvre [consiste donc] pour eux à dissimuler ces demandes émotionnelles et à faire en sorte que les femmes y répondent d’elles-mêmes ». Sans que la chose soit nécessairement consciente ni volontaire, les hommes considéreraient le « travail émotionnel » comme étant inhérent à l’existence féminine, quelque chose qui leur serait en quelque sorte dû.

Ce qui est certain, c’est que le fardeau des émotions est lourd à porter pour les femmes. En période de confinement, il peut devenir proprement insupportable, s’ajoutant à la charge domestique (assumer l’essentiel de l’entretien de la maison, du linge et des repas), à la charge parentale (augmentée de la nécessité d’occuper et d’éduquer les enfants) et à la charge mentale (prévoir les besoins de tous et organiser leur satisfaction). L’autrice Emma décrit, dans le tome trois de sa série Un autre regard, cette responsabilité que les femmes s’imposent de devoir assurer le confort émotionnel de leur entourage : se priver d’une sortie pour ne pas laisser son conjoint s’occuper seul des enfants, acheter ce que les uns et les autres apprécient et y ajouter quelques surprises, accepter de n’avoir pas eu d’orgasme lors d’une relation sexuelle et qu’elle s’arrête avec celui de son partenaire, se soucier de la santé de tous les membres de la famille et veiller à maintenir le lien entre les générations… En un mot, être en permanence attentive aux besoins d’autrui, généralement sans obtenir ni aide ni remerciement.

On imagine de quel poids cet « effort émotionnel » pèse au quotidien en contexte confiné. En plus de se trouver réassignées à domicile, enjointes d’assurer la gestion pratique de cette situation, les femmes doivent affronter l’angoisse de leurs proches et s’efforcer de l’atténuer alors même qu’elles n’y échappent pas. Ce sont elles qui soutiennent, qui rassurent, qui consolent et qui caressent. Il ne s’agit pas d’essentialiser, car il va de soi que les hommes sont tout autant capables de sollicitude et de tendresse mais, pour des raisons qui ont trait à des siècles de construction sociale des stéréotypes de genre, c’est bien aux femmes que l’on demande en priorité (et en urgence) d’appliquer la « règle des sentiments » au sein de leur foyer. Ce sont donc elles plus que les autres qui risquent de subir un véritable épuisement moral et psychique.

Que dire alors de celles qui exercent les métiers de la santé, du soin et de l’aide à la personne ? Si les femmes y sont si nombreuses, on l’aura compris, c’est que l’on considère comme allant de soi qu’elles mettent leurs capacités émotionnelles aux service des autres. Dans le milieu professionnel plus encore que dans la vie privée, cette supposée aptitude innée dans le domaine de la gestion des émotions n’est ni reconnue ni valorisée.

Les auxiliaires de vie, infirmières et aides-soignantes portent déjà en temps ordinaire la charge du bien-être émotionnel des patient·e·s et de leur entourage. Quand on pardonnera aux médecins de vouloir se protéger en limitant tout investissement personnel dans la vie des malades, on attendra d’elles qu’elles fournissent les gestes et les mots qui réconfortent et qui accompagnent. Il en va d’une exigence de conformité à leur rôle professionnel. Bien évidemment, ce partage n’est pas étanche, les attitudes des unes et des autres pouvant être inverses. Reste que, du fait de leur écrasante majorité dans les métiers du care, ce sont bien les femmes qui assument, de façon invisible, l’essentiel de ce travail émotionnel.

S’il est un des aspects du drame que nous ne devrons pas oblitérer, c’est bien celui-ci : nous tenons par la force des sentiments qui nous lient.

Dans un beau texte issu d’un livre collectif, La philosophie du soin, Claire Marin fait de « l’attention à l’autre comme disponibilité sensible » la condition non seulement décisive mais préalable du soin. Cette disposition, observe-t-elle, implique une tension entre le geste souvent rude visant à traiter le mal et les mots bienveillants destinés à rassurer. Parce que la maladie produit une douloureuse dissociation intérieure entre le sujet et son corps, parce qu’elle prive le malade de celui qu’il était, les soignant·e·s s’efforcent d’atténuer ce « malheur » par « une attention personnalisée et humaine à la souffrance ». En situation d’urgence, la chose relève du défi permanent. En plus du contexte médical proprement effarant dans lequel elles/ils travaillent, s’ajoute aujourd’hui la détresse morale inouïe des patient·e·s et de leurs familles.

« La difficulté du soin, en médecine comme dans toute autre relation, tient à la peine que chacun éprouve à se vider de soi pour accueillir dans sa pleine mesure la demande d’autrui », écrit Claire Marin, ajoutant que « cet élan vers l’autre sans intentionnalité est une ascèse éreintante, puisqu’elle exige de se mettre entre parenthèses, se retirer de soi pour se laisser envahir par la douleur de l’autre ». Voilà précisément ce à quoi sont confrontées toutes celles et ceux qui accueillent les malades du Covid-19, à cet épuisant travail émotionnel visant à remettre le/la malade dans son corps humain (et non objet) et donc dans son être.

Il semblerait que nous en ayons pris conscience, même si confusément, comme l’exprime ce besoin que nous avons de les remercier chaque jour. Mais les applaudissements aux balcons ne suffiront pas. Il faudra veiller, une fois que nous serons sortis de cette séquence confinée, à ne pas oublier que les personnes hospitalisées ont non seulement reçus tous les soins qu’il était possible de leur dispenser mais qu’elles ont aussi été accueillies et soignées avec sollicitude. Les primes annoncées ne doivent pas rester ponctuelles, c’est toute la chaîne des métiers du care qu’il convient de revaloriser pour qu’enfin soit reconnue l’importance de l’implication émotionnelle de celles (et ceux) qui les assument. S’il est un des aspects du drame que nous ne devrons pas oblitérer, c’est bien celui-ci : nous tenons par la force des sentiments qui nous lient.

Il faudra donc aussi prendre au sérieux l’épuisement de celles qui auront supporté, en plus de tout le reste, la charge des émotions au sein de leurs familles. Là, c’est une véritable révolution des mentalités qui doit être initiée. Elle passera par un processus de déconstruction des stéréotypes de genre relatifs aux sentiments. L’attention à l’autre et la tendresse ne sont pas des exclusivités féminines, il n’y a pas de honte à exprimer ce que l’on ressent, y compris ce qui fait de nous des êtres vulnérables, lorsque l’on est un homme. Les émotions n’ont pas de genre, elles sont le propre de notre condition humaine. Quand nous nous retrouverons, faisons en sorte de nous débarrasser de ce mythe qui pose que nous n’avons besoin que de mobilité et d’adaptabilité pour restaurer notre sens de la proximité et de l’altérité. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons alors à nouveau nous laisser toucher, dans tous les sens que revêt ce mot.

Camille Froidevaux-Metterie

Philosophe, Professeure de science politique et chargée de mission égalité à l’Université de Reims Champagne-Ardenne

Conférence : Sainte Vergogne. Les privilèges de la honte dans l’hagiographie féminine au XIIIe siècle

En ces temps de confinement, vivons la diffusion de la recherche autrement. Voici l’enregistrement d’une conférence que j’ai donnée le 12 mars 2020 au séminaire GeFeM (Genre, Femmes, Méditerranée) à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence : ICI

Les émotions ont-elles une histoire ?

 

RENCONTRES DE L’ÉCOLE DOCTORALE D’HISTOIRE DE L’UNIVERSITÉ PARIS1 PANTHÉON-SORBONNE

Les émotions ont-elles une histoire?

Samedi 29 février 2020, Salle Marc Bloch (17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris) de 14h00 à 17h00

Coordinatrice: Sahra RAUSCH

Introduction de Laure CICCIONE, Marie GAUSSERON, Vincent LETHUMIER, Sahra RAUSCH et Emmanuelle REIMBOLD

Laure CICCIONE, Les émotions et l’automobile à la Belle Époque, un nouvel imaginaire de l’action

Dans l’introduction du troisième volume de l’Histoire des Émotions, Jean-Jacques Courtine dénombre trois types d’orientations paradigmatiques agissant à partir des années 1880: le trauma, le contrôle et l’autonomisation de l’individu. L’objectif de cette étude est de comprendre –à partir de la presse, de la littérature, des correspondances et des témoignages écrits de l’époque–comment les discours sur l’automobile à la Belle Époque orientent ou fabriquent des émotions, pour mettre en rapport contrôle et phénomènes d’autonomisation de l’individu.  Comment les émotions interviennent-elles dans la construction d’un imaginaire de l’action? L’étude, même partielle, des émotions et de l’automobile entre 1875 et 1907 permet de montrer que l’automobile, mobilisant un lourd effort en termes d’innovation technique et capitalistique, apparut au moment où se produisait un renouvellement de l’imaginaire de l’action –auquel elle participa–incluant dans l’espace industriel une série de forces culturelles, sociales et politiques.

Marie GAUSSERON, Ennui et histoire

Les récits historiques n’ont pas toujours considéré l’ennui comme objet d’étude pertinent voire même comme sujet existant. Longtemps absent des récits, il est,à partir du XVIIIe siècle, raconté par la littérature, la poésie et plus tard par la médecine. La permanence de son existence –les hommes s’ennuient à toutes les époques–contraste avec la singularité de l’expérience –l’ennui est intrinsèquement personnel et ne peut être raconté que par le «je». Le sujet ennuyé s’inscrit toujours dans un espace, un lieu, une époque et contextualise ainsi son ennui. Ce dernier peut être le symptôme d’un mal-être social ou, au contraire,en être la cause. Distinguer ce qui relève de l’expérience individuelle de ce qui relève de la pathologie sociale est sans doute impossible. En revanche, il est possible de s’extraire du caractère purement métaphysique de l’ennui pour le traiter comme objet socialement construit. Les discours d’ennui à travers l’histoire révèlent,en outre,les questions psychosociales sous-jacentes de l’ennui. La philosophie, ainsi appuyée par les récits d’histoire,peut faire le pari d’une définition des formes modernes d’ennui.

Vincent LETHUMIER, Les émotions épistolaires des princes ligueurs de la Guerre folle(1485-1488): les stratégies discursives d’une dissidence

La Guerre Folle (1485-1488) oppose les époux Beaujeu, chargés de la garde du jeune Charles VIII, et les partisans du duc d’Orléans cherchant à retrouver une proximité avec le corps du roi dont ils se disent éloignés. Ce conflit motive l’écriture de missives dans les deux camps. Nous étudierons ici les lettres des Orléanistes qui entonnent une mélodieuse rhétorique de l’émotion pour légitimer leur engagement. L’expression de l’affect sert à inverser le rapport traditionnellement dépréciatif à la sédition politique comme vectrice de désordre. Mieux, son exaltation façonne une identité collective parmi les dissidents reconstituant une unité émotionnelle symbolique ne coïncidant pas toujours avec l’exacte réalité de leur association. Les lettres parviennent, néanmoins, à contractualiser deux sentiments qui répondent aux attentes socio-politiques du temps: l’amour dû au roi comme manière de dépouiller la dissidence de sa charge subversive et l’amitié censée régner entre les princes et les villes que les Orléanistes cherchent à enjôler. Un cas particulier se dégage du registre émotionnel: la peur. Les rebelles en font le stimulus qui les pousse à agir. Ce metus principis ne serait-il qu’un expédient rhétorique propice à la victimisation?

Sahra RAUSCH, L’«amnésie coloniale» comme unordre émotionnel?

Penser l’émotion dans les débats sur les rapatriements de restes humains en France et en Allemagne. En 2017, Emmanuel Macron s’est dit «prêt» à rapatrier les crânes des Algériens qui ont été tués lors de la bataille de Zaatchaen1849. En Allemagne, le premier rapatriement de restes humains a eu lieu en 2011. Avec le débat sur les restitutions à partir de 2018, l’attention a été attirée à nouveau sur les innombrables restes humains qui sont conservés dans les musées et les universités. Alors que les rapatriements ont fait la une dans les médias en Allemagne et mis en question la relation de la société au passé colonial, la France se distingue par son silence, notamment à l’égard de l’Algérie. Je postule que le concept d’amnésie coloniale, auquel on recourt fréquemment des deux côtés du Rhin, renvoie à un ordre émotionnel transnational, négociant ainsi la place du souvenir ou de l’oubli. Tandis qu’en France les crânes d’Algériens sont séparés de la recherche sur la «race» et donc émotionnellement placés «en dehors»de l’histoire coloniale, en Allemagne la référence à l’amnésie est un moyen pour engager la réflexion de manière volontairement provocante de la politique mémorielle actuelle. Les processus de mémorisation et d’oubli dépendent de l’attribution des émotions et des affects pour créer ou défaire leur importance dans le présent.Bien qu’elle maintienne les sociétés occidentales dans une culture affective de l’oubli, la dénomination de l’amnésie coloniale comme énonciation performative permet aussi la remise en cause de cet oubli.

 

Emmanuelle REIMBOLD, Les émotions: éléments du discours revendicatif des anciens combattants, 1919-1925

Le retour des soldats et leur réintégration dans la société, après l’armistice du 11novembre 1918, s’avèrent délicats. Tandis que les combattants pensionnés bénéficient de la reconnaissance de la nation, les autres redeviennent des civils anonymes et attendent, de la part d’une société qui leur semble amnésique, des marques de reconnaissance pour ces années passées au front. Pour justifier leurs attentes et rendre compréhensible leur frustration, les anciens combattants non pensionnés et les prisonniers de guerre développent, dans les journaux combattants, un discours revendicatif appuyé sur leurs émotions connues au cours de la guerre. Au-delà des résultats contrastés, l’expression de ces émotions constitue une démarche fédératrice assurant l’unité de leur groupe social mais également revendicative,en les rendant visibles aux yeux de la société.

Conclusion de Damien BOQUET, Maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille