Archives de catégorie : Non classé

Vient de paraître : Genealogies of Emotions, Intimacies, and Desire (Ann Brooks)

Source : Routledge

Présentation de l’éditeur:

Ann Brooks, Genealogies of Emotions, Intimacies, and Desire. Theories of Changes in Emotional Regimes from Medieval Society to Late Modernity, Routledge, 2017

 

Genealogies of Emotions, Intimacies and Desire excavates epistemologies which attempt to explain changes in emotional regimes from medieval society to late modernity. Key in this debate is the concept of intimacy. The book shows that different historical periods are characterized by emotional regimes where intimacy in the form of desire, sex, passion, and sex largely exist outside marriage, and that marriage and traditional normative values and structures are fundamentally incompatible with the expression of intimacy in the history of emotional regimes.

The book draws on the work of a number of theorists who assess change in emotional regimes by drawing on intimacy including Michel Foucault, Eva Illouz, Lauren Berlant, Anthony Giddens, Laura Ann Stoler, Anne McClintock, Niklas Luhmann and David Shumway. Some of the areas covered by the book include: Foucault, sex and sexuality; romantic and courtly love; intimacy in late modernity; Imperial power, gender and intimacy, intimacy and feminist interventions; and the commercialization of intimacy.

Sommaire:

Foreword. Foucault’s History of Sexuality – the Production of Sexual Discourses in Classical Antiquity and Beyond. David Konstan

Introduction – What’s Love Got to do with it?

1. Genealogies of Emotions, Intimacy and Desire: Theories of Changes in Emotional Regimes from Medieval Society to Late Modernity.

2. Foucault’s Genealogy of Sexuality –Foucault, Sex and Power.

3. Narratives of Romantic Love – The History of Courtly Love.

4. « Mapping Intimacy Through Sex in Twentieth Century Colonial Cultures » – Laura Ann Stoler and Anne McClintock.

5. Love and Intimacy in Late Modernity –The Transformation of Intimacy.

6. « The Intelligence of Emotions »: Intimacy, Emotions and the « Turn to Affect » – Feminist Interventions.

7. Intimacy, Emotions and the Public Sphere: From Sentimental Ideology to « The Queen of America »- the Public and the Private in the Work of Lauren Berlant.

8. Conclusion

Compte rendu accessible en ligne ici

Vient de paraître : Emotions, Medicine and Penance in the Late Medieval Mediterranean

Source : Brill

Naama Cohen-Hanegbi, Caring for the Living Soul. Emotions, Medicine and Penance in the Late Medieval Mediterranean, Brill, Leiden, 2017

Naama Cohen-Hanegbi, Tel Aviv University

Colloque : « Emotions in the Middle Ages. A historiographical appraisal »

VIII INTERNATIONAL MEDIEVAL MEETING LLEIDA
25th-28th June 2018
Emotions in the Middle Ages. A historiographical appraisal

Confirmed speakers

plañideras

  • Barbara H. Rosenwein (Loyola University Chicago), The Bodily Turn: New Directions in the History of Emotions
  • William Marx (University of Wales Trinity Saint David), Emotions and Orthodoxy in Medieval Latin Devotional Writing
  • Vincent Debiais (Université de Poitiers), title to be confirmed
  • Rob Meens (Universiteit Utrecht), Strong feelings in Flanders in 1127: murdering a count and its consequences
  • Anna Caiozzo (Université Bordeauz-Montaigne), title to be confirmed
  • Mauricio Molina (Universitat de Girona), ‘Sed solus ego caleo’: Composition, Performance, and the Projection of Emotions in the Medieval Latin Song 
  • Francesca Español (Universitat de Barcelona), title to be confirmed
  • Iñaki Bazán (Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibertsitatea), title to be confirmed

Exposition : Gouverner avec la peur : la Terreur (1793-1794)

 Source : L’Histoire

Peur, Terreur et Revolution : une politique des affects ?

 Une exposition des étudiants de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Du 4 décembre au 13 janvier

 Galerie Soufflot, escalier M, 1e étage, 12 place du Panthéon, Paris 5e

Comment la Ire République (1792-1804) s’est-elle construite au milieu des peurs collectives ?

L’exposition est originale par ses auteurs, des étudiants et étudiantes en dernière année de licence d’histoire de l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, qui ont travaillé, sous la houlette de deux enseignants, Jeanne-Laure Le Quang et Guillaume Mazeau, avec le musée Carnavalet et la Parisienne de photographie. Cette dernière est elle-même une agence particulière puisqu’elle gère un fonds historique remarquable, notamment des archives Roger-Viollet, images évoquant le Paris historique et des événements tels la Commune, le Front populaire, les Expositions universelles.

L’exposition montre comment la Ire République, née en 1792 et officiellement dissoute avec le sacre napoléonien de 1804, s’est construite au milieu des peurs collectives – un sujet qui peut, à certains égards, résonner dans l’opinion publique du XXIe siècle. Le musée Carnavalet, qui abrite la plus importante collection sur la Révolution française, a prêté des tableaux, des dessins, des gravures.

Un site www.gouvernerpeur.fr est également accessible, avec des contenus et des documents complémentaires.

Huguette Meunier

————————-

Gouverner par la peur, jusqu’au 13 janvier 2018 dans la galerie Soufflot de la Sorbonne et du 26 janvier au 14 février 2018 à la Conciergerie.

CFP : Histoire d’émotions : saisir les perceptions, penser les subjectivités (Montréal)

Source : Fabula

Histoire d’émotions : saisir les perceptions, penser les subjectivités (Montréal)

XVe Colloque International Interdisciplinaire de l’Association des Étudiant.e.s Dipômé.e.s du Département d’Histoire de l’Université de Montréal (AÉDDHUM)

Histoire d’émotions : saisir les perceptions, penser les subjectivités
14-15-16 mars 2018

Dans les dernières années, l’émergence de l’histoire des émotions a pu suscité un grand intérêt de la part des chercheur.e.s en sciences humaines. Puisant dans des notions liées aux domaines de la sociologie, de la psychologie, de l’anthropologie et des neurosciences, ce courant observe et qualifie les fluctuations émotionnelles et les espaces dans lesquelles celles-ci sont exprimées. Au fil du temps, les émotions s’inventent, se diversifient, se réinventent, s’expriment avec plus ou moins d’intensité, de liberté. Plusieurs les appréhendent comme tributaires d’une multitude de « régimes émotionnels »[1]. En outre, d’un point de vue méthodologique et épistémologique, l’historien.ne lui-même doit faire preuve d’humilité et admettre l’influence de ses propres émotions face à son objet d’étude. Pour ces diverses raisons, il apparait nécessaire aux chercheur.e.s de tous les champs disciplinaires (philosophie, science politique, arts visuels, arts plastiques, anthropologie, sociologie, etc.) d’affiner leur compréhension des émotions du passé et de critiquer les classifications émotionnelles contemporaines.

Le comité organisateur souhaite faire de l’analyse du phénomène émotionnel le centre d’un espace de discussion, de réflexion et de critique. Comment est-ce que la foi, l’idéologie, la « race », la classe et le genre influencent l’expression des émotions ? Les repères émotionnels varient-ils d’une société à l’autre (dans l’espace et le temps) ? Les émotions ont-elles un impact conscient ou inconscient sur l’action humaine en société ? Faut-il s’inquiéter de certaines formes de manipulation émotionnelle ? Comment percevoir les émotions à travers l’infinie multitude de nos sources (qu’elles soient écrites, orales, filmées, enregistrées, dessinées, etc.) ? Les chercheur.e.s, parfois témoins, doivent-ils taire leurs émotions pour en parler ? Quel est l’engagement affectif des chercheur.e.s envers leurs témoins ? Nos perceptions et nos subjectivités altèrent-elles nos travaux ?

Les propositions de communication pourraient s’inscrire dans les thèmes suivants :

  • Explorer les émotions et leurs perceptions à travers le temps et l’espace.
  • Observer la manifestation des émotions dans les sources et dans l’art.
  • Penser la/le chercheur.e et ses émotions : rétrospection et subjectivité. Le lien émotionnel entre la/le chercheur.e et ses sources.

 

Évidemment, les thèmes proposés ci-dessus ne sont pas exhaustifs ; ce colloque est ouvert à toutes propositions en lien avec l’étude des émotions.

Nous invitons les jeunes chercheur.e.s de cycles supérieurs et de toute discipline dont les travaux portent sur ces thématiques à contribuer au XXVe Colloque International Interdisciplinaire des Cycles Supérieurs de l’Université de Montréal. Participer à ce colloque est une occasion de présenter vos recherches, d’échanger avec d’autres collègues et professeur.e.s, et par la suite de publier vos résultats.

Merci d’envoyer vos propositions de communication et de session en anglais ou en français (250 mots maximum) avant le 22 janvier 2018 à minuit, à l’adresse qui suit : xxv.colloque.aeddhum@gmail.com avec une copie à jacques.dehouck@gmail.com. Prière d’indiquer votre nom et prénom et affiliation institutionnelle ainsi qu’une demande de subvention avec le coût du voyage estimé, si nécessaire.

 

[1] Reddy, William M. The Navigation of Feeling: A Framework for the History of Emotions, New York, Cambridge University Press, 2001, 380 p.

Vient de paraître : M. de Saint-Chéron, Réflexions sur la honte. De Rousseau à Levinas

Source : Fabula

M. de Saint-Chéron, Réflexions sur la honte. De Rousseau à Levinas, Hermann, 2017

Depuis la Bible hébraïque, qui lui donna un relief particulier, la honte fut pensée d’abord par Platon et Aristote comme concept, puis traversa la littérature mondiale. Relisant Rousseau à la lumière de Levinas, Kafka à celle de Benjamin ou George Steiner, Celan à celle de Blanchot, ou le génocide khmer à l’aune de Rithy Panh et Paul Ricoeur, Michaël de Saint-Cheron propose une réflexion sur l’histoire universelle de la honte.

Si dans la mémoire de la Shoah, l’auréole du martyre s’est substituée à celle de la honte vécue par 6 millions de victimes et par tant de survivants, ce n’est pas le cas dans le génocide khmer. Dans sa conclusion, l’auteur évoque Geneviève de Gaulle Anthonioz, qui a combattu la honte.

Vient de paraître : R. Borderie, Fiction et diction de la peur dans les récits du XIXème siècle

Source : Fabula

Régine Borderie, Fiction et diction de la peur dans les récits du XIXème siècle, Editions La Baconnière, 2017

 

Dans les récits du XIXème siècle, on a peur de la nature et du surnaturel, mais aussi de la guerre, du peuple, du criminel, de soi-même… Passion du récit, présente dans les divers genres romanesques ainsi que dans les contes et nouvelles, la peur émerge sur fond de Terreur, de conflits militaires et politiques, de transformations sociales et artistiques profondes. Elle se dresse également sur un arrière-plan scientifique en partie renouvelé.

Quelles formes prend-elle selon les personnages mis en scène ? Quelle représentation de l’espace induit-elle ? Comment nourrit-elle la composition et la matière dramatique du récit ? Quel regard les écrivains portent-ils et nous amènent-ils à porter sur ceux qui l’éprouvent ?

L’ouvrage s’interroge sur la fécondité de la peur pour la fiction narrative, y compris dans le détail de son style ; il déplace donc l’intérêt de l’action à la passion. Il met de plus en perspective sa configuration littéraire en mobilisant les représentations non littéraires de ce temps ou du nôtre. Ce faisant, il cherche comment fiction et diction contribuent à modeler la pensée de la peur, autrement nommée crainte, angoisse, panique collective.

 

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure, agrégée des lettres classiques, maître de conférences, Régine Borderie enseigne la littérature française du XIXème siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Principaux ouvrages : Balzac, peintre de corps. La Comédie humaine ou le sens des détails (Paris, SEDES, 2002) et « Bizarre », « Bizarrerie », de Constant à Proust (Grenoble, ELLUG, 2011).