Archives de catégorie : Non classé

Démythifier la raison économique (S. Piron, L’Occupation du Monde, Zones Sensibles, 2018)

NB: Depuis cette année, les médiévistes de l’université d’Aix-Marseille ont mis en place un séminaire ouvert à toutes les spécialités et aires géographiques médiévales autour de sujets transversaux. Le 14 mars dernier, ces Séances Médiévales d’Aix-Marseille (SMAM) accueillaient Aline Durand (Université du Maine) pour y parler de l’occupation de l’incultum dans les paysages méridionaux et Sylvain Piron (EHESS) pour son dernier livre L’Occupation du monde (Bruxelles, Zones Sensibles, 2018). Le petit texte que je dépose ci-dessous, sans prétention, n’est pas un compte-rendu de lecture mais une évocation de la démarche de l’auteur qui avait pour objectif d’ouvrir le débat. Sans aborder frontalement la question de l’émotion, S. Piron dans ce livre interroge sous un angle original la rationalité économique si prégnante dans le gouvernement de nos vies aujourd’hui. Le texte ci-dessous – qui ne prend pas en compte la richesse du dialogue que l’auteur engage avec une multiplicité de penseurs – n’a d’autre ambition que de donner envie de se plonger dans un livre singulier et son projet d’une critique de la modernité par l’exercice d’une pensée historienne.

           L’occupation du monde n’est pas seulement un livre étonnant, c’est un drôle d’animal. Ce n’est pas moi qui le dis, mais Sylvain Piron lui-même qui compare son livre à un ornithorynque, animal étrange et attachant qui défie toute tentative de classification mais qui, une fois que l’on accepte son incongruité, s’avère parfaitement adapté à son milieu. L’ornithorynque n’est pas une bizarrerie de la nature, c’est une bizarrerie pour l’esprit trop rigide de la science naturelle.

            L’occupation du monde est en effet un livre déroutant à plus d’un titre, et d’abord par le défi qu’il lance à nos habitudes académiques qui cloisonnent les domaines du savoir. Ce n’est pas pour autant un livre qui joue de l’interdisciplinarité comme on l’entend aujourd’hui, c’est un livre pluriel (au sens où S. Piron revendique un pluralisme des questionnements) qui met le monde actuel à l’épreuve de l’histoire.

            Le livre est construit autour de trois objectifs qui sont traités de conserve tout au long des chapitres : un diagnostic sur le rapport culturel de l’Occident au monde naturel ; une thèse qui en situe les racines dans la pensée théologique de la fin du Moyen Âge ; des propositions pour une conversion des consciences afin de sortir du « mythe » de la raison économique.

            Une précision d’importance : L’occupation du monde est le premier volume d’un ouvrage qui doit en comporter deux. S. Piron parle même de « préambule ». Son objectif est d’abord de poser les cadres du diagnostic et de la démonstration, sachant que le cœur à proprement parlé de l’enquête historique viendra dans le second volet, que l’on attend donc avec impatience.

           Le livre se découpe en huit chapitres qui peuvent se répartir en deux ensembles. Les quatre premiers chapitres proposent ce que S. Piron qualifie de « tour d’horizon de la situation contemporaine », c’est-à-dire donnent des clés pour comprendre l’enfermement de la raison économique dans une logique d’artificialisation et de prédation du milieu naturel. Quelques premiers éléments d’élucidation historique sont également proposés dans cette première partie tandis que le quatrième chapitre ouvre vers des solutions possibles. En ce sens, on peut dire que ces quatre chapitres posent déjà l’ensemble de la réflexion qui est ensuite reprise et précisée dans les quatre chapitres suivants, et qui le sera encore, on le comprend, de façon plus fine, notamment pour ce qui est de la généalogie historique, dans le second volume. On a ainsi une pensée qui progresse « en colimaçon » (et là on imagine l’ornithorynque cheminant en colimaçon…), ce qui est à la fois d’un grand secours pour le lecteur mais demande aussi un certain effort car les mêmes éléments (je veux dire la trilogie diagnostic-thèse-solution) sont repris et approfondis de chapitre en chapitre.

Un diagnostic :

            La culture occidentale a développé un rapport au monde qui s’établit sur le mode de l’occupation, c’est-à-dire qu’elle se fonde sur le présupposé d’une altérité fondamentale entre l’homme et son milieu, une disjonction entre le monde de l’homme et de ses artifices et le monde naturel.

            Cette altérité génère la dynamique de l’occupation que S. Piron fait jouer dans tous ses sens. Elle est aussi bien militaire et étatique par l’occupation physique et administrée de l’espace,  juridique par la capture du monde dans des catégories qui servent à sa prise de contrôle par l’économie mais elle est aussi mentale au sens où l’homme se réalise en étant « occupé », c’est-à-dire en construisant un monde artificiel comme un prolongement de lui-même qui vient buter contre l’extériorité du monde naturel.

Une thèse :

           S. Piron entreprend de redonner sa profondeur historique à la notion d’anthropocène, donc de dégager les racines de la crise écologique actuelle. L’occupation du monde comme raison économique de l’Occident repose sur un impensé théologique : ses racines sont chrétiennes et plus précisément renvoient à la scolastique et à une série de cristallisations de sa pensée économique dans la seconde moitié du XIIIe siècle.

            Cela signifie en premier lieu que cette domestication du monde par la technique, que ce soit dans ses conditions matérielles et surtout dans ses conditions mentales, doit être rapportée bien plus loin que la révolution industrielle, ou même l’esprit de la réforme protestante.

            Intellectuellement, le moment le plus lointain n’est autre que la Genèse, du moins telle qu’elle est pensée par les théologiens. Il faut le rechercher dans l’acte d’un Dieu qui crée le monde par la seule force de la volonté, un monde qui est hors de lui-même ; tout comme l’homme par le libre arbitre est créé pour se penser hors du monde. D’un côté la volonté libre ; de l’autre le monde naturel comme prolongement et terrain d’appropriation de cette volonté. La rationalité de l’homme et son altérité au monde sont le fruit d’un même geste de la création, liant indéfectiblement l’exploration rationnelle et l’exploitation intensive du monde naturel.

           Historiquement, S. Piron perçoit les prémices d’une mise en oeuvre économique de cette configuration à l’orée du second millénaire, puis une maturité dans l’inventivité technique des XII-XIIIe s. jusqu’à ce que le tournant soit complètement engagé dans la seconde moitié du XIIIe s., par une génération de théologiens qui entreprend de penser ensemble les deux ordres, divin et humain, comme relevant d’un même dispositif, lequel autorise dès lors à opérer une série de transferts où l’homme se voit élevé en législateur du monde.

            Ainsi, le christianisme, à partir du second millénaire, aurait renforcé une orientation déjà très ancienne, celle d’une altérité entre l’homme et le monde naturel, comme si finalement l’altérité fondamentale entre Dieu et l’homme du haut Moyen Âge s’était déplacée, ou plutôt renforcée, vers l’altérité entre l’homme et le monde naturel, mais c’est une altérité orientée, qui contient en elle-même une dynamique de l’appropriation.

            Plutôt que de relier cette rupture à la « révolution féodale » (notion très française…), S. Piron évoque la soustraction à l’empire et l’affirmation d’un Occident polycentrique. Par l’affirmation conjointe de l’institution ecclésiale et des monarchies administrées, on voit se mettre en place des structures de gouvernement qui revendiquent une emprise sur la totalité du corps social. Ce phénomène se manifeste dans les formes juridiques nouvelles ou encore dans des formes originales d’occupation de l’espace, au sens où les communautés se définissent par le lieu qu’elles occupent, travaillent, transforment. Les corps politiques se dotent d’une souveraineté sur eux-mêmes qui accentue l’altérité avec le monde naturel, lequel ne devient familier qu’en étant « occupé ». L’homme occidental se réalise ainsi en s’occupant – par le travail – à occuper le monde naturel, à le soumettre à sa volonté en l’artificialisant.

            La pensée économique de l’époque moderne et contemporaine, loin de conduire à une sortie progressive de ce cadre théologique, n’aurait fait qu’en rigidifier les énoncés en l’enfermant dans une mathématisation de la raison économique, incapable dès lors de penser hors d’elle-même et donc incapable de penser la crise environnementale. Il y aurait donc une incapacité constitutive de la « raison économique » à penser la catastrophe qu’elle produit, tel est le drame du mythe dans lequel nous sommes enfermés.

Une proposition :

            D’où la « solution » que propose S. Piron qui prend la forme d’un appel à sortir du moule chrétien mais qui est proposé comme une révolution spirituelle, parce que l’enfermement est lui-même de nature morale. La révolution à venir ne relève pas de l’opposition frontale, modèle contre modèle, mais d’un véritable travail de conversion des esprits, un travail de démythification de la raison économique qui nous gouverne.

           Quant au chemin proposé, il ne réside pas dans un rejet de la scolastique qui serait la cause de tous nos maux mais dans un retour aux principes mêmes qui animaient les scolastiques. S. Piron se tourne alors vers ce qu’il nomme la « révolution franciscaine ». Le franciscanisme a constitué une étape supplémentaire dans l’opération d’unité des deux sphères du divin et de l’humain, en en faisant non pas seulement un objet de dévotion et un principe de gouvernement mais un chemin de vie. En cela il consolide d’un côté la possibilité d’une artificialisation du monde, donc son occupation. Mais, d’un autre côté, parce que la révolution franciscaine reposait sur une remise en cause de la hiérarchie ecclésiale, c’est à l’intérieur de cette pensée qu’on peut puiser des outils critiques pour s’extraire de la malédiction. Et cette disposition critique, S. Piron la perçoit au cœur même de la pensée économique franciscaine, incarnée dans la personne de Pierre de Jean Olivi (1248-1298) et son Traité des contrats, écrit à la toute fin du XIIIe siècle. S. Piron approfondit alors la teneur du traité qui conceptualise un certain nombre de notions qui vont devenir centrales dans la théorie économique moderne comme celles de valeur, de juste prix ou de capital. Il souligne cependant le caractère foncièrement pragmatique du traité qui s’adresse à des clercs qui eux-mêmes prêchent et confessent auprès de la bourgeoisie urbaine du Bas-Languedoc. Son objectif n’est pas de condamner a priori l’appât du gain (qui est la condition commune des hommes après le péché originel) mais de définir des cadres moralement acceptables des rapports contractuels en tant que tels, comment la circulation des richesses peut être régulée le plus justement possible par la collectivité, et donc comment faire coïncider au mieux la sphère morale avec le droit civil. Sur cette base, le fondement théologique du travail d’élaboration proposé par Olivi repose sur le principe que le contrat est un lien établi entre des individus dotés d’une volonté libre. C’est par cette implication du libre arbitre, de la libre volonté, que la théologie est au cœur de la pensée économique. Et l’on comprend comment la pensée scolastique peut être à la racine du mal d’une économie politique lorsqu’elle se déconnecte de la perspective morale qui était la sienne à l’origine pour n’être qu’une science de la mise en valeur de la richesse. En retour, une prise de conscience de la dimension morale qui la motivait peut être un début de solution, non pas pour en revenir à la morale des scolastiques eux-mêmes, mais pour s’en servir comme instrument afin de démythifier une pensée économique devenue autonome, hors substrat.

Before Emotion: The Language of Feeling, 400-1800

Source : Routledge

Before Emotion: The Language of Feeling, 400-1800, edited by Juanita Feros Ruys, Michael W. Champion, Kirk Essary

Description

Before Emotion: The Language of Feeling, 400-1800 advances current interdisciplinary research in the history of emotions through in-depth studies of the European language of emotion from late antiquity to the modern period. Focusing specifically on the premodern cognates of ‘affect’ or ‘affection’ (such as affectus, affectio, affeccioun, etc.), an international team of scholars explores the cultural and intellectual contexts in which emotion was discussed before the term ‘emotion’ itself came into widespread use. By tracing the history of key terms and concepts associated with what we identify as ‘emotions’ today, the volume offers a first-time critical foundation for understanding pre- and early modern emotions discourse, charts continuities and changes across cultures, time periods, genres, and languages, and helps contextualize modern shifts in the understanding of emotions.

Table of Contents

Preface: Thomas Dixon

Introduction: Michael W. Champion, Kirk Essary, and Juanita Feros Ruys

Ch. 1: Jonathan D. Teubner, ‘The Failure of affectus: Affectiones and constantiae in Augustine of Hippo’

Ch. 2: Mark Amsler, ‘Affectus in Medieval Grammar’

Ch. 3: Rita Copeland, ‘Affectio-affectus in Latin Rhetoric up to c. 1200’

Ch. 4: Antonina Harbus, ‘The Old English Vocabulary of Emotions: Glossing affectus

Ch. 5: Juanita Feros Ruys, ‘Before the Affective Turn: Affectus in Heloise, Abelard, and the Woman Writer of the Epistolae duorum amantium

Ch. 6: Michael D. Barbezat, ‘Desire to Enjoy Something Thoroughly: The Use of the Latin affectus in Hugh of St Victor’s De archa Noe

Ch. 7: Constant J. Mews, ‘Affectus in the De spiritu et anima of Alcher of Clairvaux and Cistercian Writings of the Twelfth Century’

Ch. 8: Barbara Newman, ‘Affectus from Hildegard to Helfta’

Ch. 9: Tomas Zahora, ‘Affect, Affections, and Spiritual Capital in the Thirteenth Century’

Ch. 10: Robert C. Miner, ‘Affectus and passio in the Summa theologiae of Thomas Aquinas’

Ch. 11: Naama Cohen-Hanegbi, ‘Accidentia anime in Late Medieval Medicine’

Ch. 12: Paul Megna, ‘Affeccioun in Middle English Devotional Writing’

Ch. 13: Kirk Essary, ‘The Renaissance of affectus? Biblical Humanism and Latin Style’

Ch. 14: Elena Carrera, ‘Augustinian, Aristotelian, and Humanist Shaping of Medieval and Early Modern Emotion: Affectus, affectio,and “affection”as Travelling Concepts’

Ch. 15. R.S. White, ‘Meta-, Mega- and Multiple Emotions in Early Modern English Terminology’

Ch. 16: Anik Waldow, ‘Reconceptualizing Affect: Descartes on the Passions’

Ch. 17: Daniel Canaris and Francesco Borghesi, ‘Defining the Emotions in the Post-Cartesian Humanism of Giambattista Vico’

Ch. 18: Margaret Watkins, ‘Unprincipled by Principle: On Hume’s Use of “Affection”’

Epilogue: Michael W. Champion, ‘From Affectus to Affect Theory and Back Again’

A Cultural History of the Emotions

Source : Bloomsbury

Across six volumes, A Cultural History of the Emotions explores how emotions have changed over the course of human history, but also how emotions have themselves created and changed history. Emotions underpin our everyday lives and shape our mental, physical and social well-being. This collection shows how emotions can offer a unique insight into the historical thought and function of different societies.

Each volume in the series encompasses interdisciplinary work on the emotions, covering the medical, scientific, religious and intellectual history, how they have been performed and represented and how they were enacted in social practices on both a personal and public level. The same eight themes are addressed in all six volumes:

1. Medical and Scientific Understandings
2. Religion and Spirituality
3. Music and Dance
4. Drama
5. The Visual Arts
6. Literature
7. In Private: The Individual and the Domestic Community
8. In Public: Collectivities and Polities

A Cultural History of the Emotions is the first comprehensive, period by period overview of this fascinating topic, from antiquity to the present day. It will be essential reading for anyone researching or studying the emotions.

Table of contents

Volume 1: A Cultural History of the Emotions in Antiquity
Edited by Douglas Cairns, University of Edinburgh, UK

Volume 2: A Cultural History of the Emotions in the Medieval Age (350-1300)
Edited by Juanita Ruys, University of Sydney, Australia and Clare Monagle, Macquarie University, Australia

Volume 3: A Cultural History of the Emotions in the Late-medieval, Reformation and Renaissance Age (1300-1600)
Edited by Susan Broomhall and Andrew Lynch, both of University of Western Australia, Australia

Volume 4: A Cultural History of the Emotions in the Baroque and Enlightenment Age (1600-1780)
Edited by David Lemmings, Claire Walker and Katie Barclay, all of University of Adelaide, Australia

Volume 5: A Cultural History of the Emotions in the Age of Romanticism, Revolution and Empire (1780-1920)
Edited by Susan Matt, Weber State University, USA

Volume 6: A Cultural History of the Emotions in the Modern and Post-Modern Age (1920-2000+)
Edited by Jane Davidson and Joy Damousi, both of University of Melbourne, Australia

Moyen Âge en Émoi

MOYEN ÂGE EN éMOI

Neuvièmes journées internationales d’études médiévales

des Jeunes Chercheurs Médiévistes de l’UNIGE & de la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Lundi 4 – mardi 5 mars 2019
UNIGE – Batelle A

Lundi 4 mars 2019

09h00     Accueil des participants

Session I : Introduction

09h30     Présentation des Journées par les organisatrices

09h45     Conférence inaugurale

Damien Boquet (Université d’Aix-Marseille)
& Piroska Nagy (Université du Québec à Montréal)
« L’émotion, du discours à l’histoire sociale »

11h30 Pause

Session II : Émotions rédemptrices

Modération par Floriane Goy

12h00     Claire Donnat-Aracil (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)
« Pour une lecture théologique des émotions. La joie et la regio dissimilitudinis dans les contes religieux du XIIIe siècle »

12h40     Sarah Gouin-Béduneau (Université de Poitiers)             

« L’émotion romane créatrice d’images : le développement des cycles de l’Enfance du Christ dans la sculpture monumentale en France aux XIe-XIIe siècles »

13h20 Repas de midi – sandwiches à la Bible

Session III : Cristallisations des émotions

Modération par Alessandra Costa

15h00     Cyriane Rohner-Ouvry (Université de Strasbourg)
« L’émotion et la dévotion dans le Lignum Vitae de Bonaventure et dans l’Albero della Vitae de Pacino di Bonaguida »

15h40     Cécile Maruéjouls (Université de Poitiers)

« La transformation par l’émotion : la componction au cœur de sainte Marie l’égyptienne (XIIe-XVe siècle) »

16h20     Léo-Paul Blaise (ENS Lyon)

« L’imagerie pieuse dans La Belle Hélène de Constantinople : nouveaux aspects de l’émotion épique »

Mardi 5 mars 2019

09h00     Accueil des participants

Session IV : Émotions performées

Modération par Pauline Quarroz

09h30     Alessandra Costa (Université de Genève)
« Traduire l’expérience émotionnelle de la prédication en peinture ? Quelques réflexions autour du Portement de croix de Saint-Antoine de Ranvers (Turin) »

10h10     Lucie Kaempfer (University of Oxford)
« Traduire l’émotion dans les Lais Bretons »

10h50     Marie-Emmanuelle Torres (Université Aix-Marseille)

« Exulter avec modération. Des émotions liturgiques au monastère byzantin ? »

11h30 Pause

Session V : Mécaniques des émotions

Modération par Aude Sartenar

12h00     Gavino Scala (Università degli studi di Siena – Universität Zürich)
« Princes et émotions : quelques remarques philologiques, linguistiques et interprétatives sur les movemenz de courage dans la première traduction française du De regimine principum »

12h40     Camille Carnaille et Vincent Deluz (Université de Genève)
« L’orloge amoureus de Jean Froissart : quand la mécanique se met au service de l’art d’aimer »

13h20 Repas de midi

Session VI : Émotions identitaires

Modération par Olivier Silberstein / Camille Carnaille

15h00     Anne-Gaëlle Weber (Université du Québec)
« « Le bon, la brute et le barbare » : les émotions au service de la disqualification du païen du païen, dans l’hagiographie missionnaire carolingienne »

15h40     Giuseppe Perta (Università per Stranieri Dante Alighieri di Reggio Calabria)
« Le choc, la colère et le mépris. Al-Hakim aux yeux des chrétiens du onzième siècle »

16h20 Conclusion et verrée de clôture

Emotions and Gender in Byzantine Culture


Source : Springer

This book examines the gendered dimensions of emotions and the emotional aspects of gender within Byzantine culture and suggests possible readings of such instances. In so doing, the volume celebrates the current breadth of Byzantine gender studies while at the same time contributing to the emerging field of Byzantine emotion studies. It offers the reader an array of perspectives encompassing various sources and media, including historiography, hagiography, theological writings, epistolography, erotic literature, art objects, and illuminated manuscripts. The ten chapters cover a time span ranging from the early to the late Byzantine periods. This diversity is secured by an expanded and enriched exploration of the collection’s unifying theme of gendered emotions. The scope and breadth of the chapters also reflect the ways in which Byzantine gender and emotion have been studied thus far, while at the same time offering novel approaches that challenge established opinions in Byzantine studies.

Conférence EMMA à l’université de Bordeaux (lundi 10 décembre, 17h30-19h30)

Conférence sur l’anthropologie des émotions, Damien Boquet, 10 décembre 2018
10/12 : 17h30 – 19h30Damien BOQUET (Université Ax-Marseille) présentera une conférence : 
lundi 10 décembre 2018 de 17h30 à 19h30, Amphi archéo (ACH005) de la Maison de l’archéologie – université Bordeaux Montaigne – 8, esplanade des Antilles, 33600 Pessac 
dans le cadre de la Master Class d’histoire médiévale
sur le sujet : “L’anthropologie des émotions à l’honneur”. 

Boiardo innamorato. Passione e fantasia in versi

Source : Unimore

Modena e Scandiano ricordano il Boiardo venerdì 12 e sabato 13 ottobre

Il Dipartimento di Studi Linguistici e Culturali di Unimore, in collaborazione con il Centro Studi Matteo Maria Boiardo di Scandiano (RE), promuove due giornate di studio su Matteo Maria Boiardo, il famoso letterato italiano del Quattrocento, dal titolo “ Boiardo Innamorato. Passione e fantasia in versi ”. I lavori inizieranno venerdì 12 ottobre, alle ore 10.00, presso l’Aula Magna del Dipartimento di Studi Linguistici e Culturali (Largo Sant’Eufemia, 19) a Modena e proseguiranno sabato 13 ottobre, alle ore 11.00, presso la Rocca dei Boiardo (Viale della Rocca) a Scandiano (RE).

Il titolo del convegno “Boiardo innamorato” è un gioco di parole che ricorda non soltanto il poema più conosciuto del poeta nativo di Scandiano (Orlando innamorato), ma allude anche alla dimensione fantastica e meravigliosa delle passioni amorose.  L’iniziativa si inserisce nel progetto di ricerca “Narrare le passioni in Europa”, coordinato dalla dott.ssa Elisabetta Menetti, ricercatrice di Unimore, e vuole essere un’occasione per riflettere sulla funzione sociale della lettura dei classici italiani nella nostra contemporaneità.

Il programma dei lavori prevede il saluto di apertura del prof. Lorenzo Bertucelli, prossimo Direttore del Dipartimento di Studi Linguistici e Culturali di Unimore, cui seguirà la prima sessione di attività introdotta e presieduta dalla dott.ssa Elisabetta Menetti, che spiegherà le ragioni del convegno. Interverrà il libraio antiquario Fabrizio Govi, che presenterà per la prima volta al pubblico la pregiatissima edizione a stampa di Nicolò Zoppino del 1521 (Libri tre de Orlando inamorato del Conte de Scandiano Mattheo Maria Boiardo) con la prosecuzione di Nicolò Degli Agostini ( Incomincia il quarto libro de lo innamoramento de Orlando). Seguiranno gli interventi di Maria Cristina Cabani (Università di Pisa) su Scene d’amore nell’ Inamoramento; Alessio Decaria (Università di Siena) su «Non è nel mondo magior passïone». Appunti sulla gelosia nell’ Inamoramento de Orlando; Tiziano Zanato (Università di Venezia) su Antonia, o del pensier fole; Sara Belotti (Università di Modena e Reggio Emilia) su Raccontare il territorio attraverso le mappe. La cartografia ai tempi del Boiardo. La seconda sessione, che avrà inizio alle ore 14.00, sarà presieduta dalla prof.ssa Cristina Montagnani dell’Università di Ferrara. Seguiranno le comunicazioni di Elisa Curti (Università di Venezia) su Boiardo furioso: rabbia e ira nell’ Inamoramento de Orlando; Giuseppe Ledda (Università di Bologna) su Boiardo e il bestiario delle passioni; Tina Matarrese (Università di Ferrara) su «Non è in somma amor, se non insania»: dall’ira furiosa alla pazzia; Andrea Severi (Università di Bologna) su «Deliberarno la lor passïone / cantando l’uno a l’altro far palese»: la bucolica “fervida e passionata” di Matteo Maria Boiardo.

Chiuderà i lavori di questa prima giornata il concerto del Collegium “In Armonia Salus”: danze e musiche amorose tra il XV e il XVI (Clara Fanticini, violino; Michele Gaddi, clavicembalo; Francesco Gibellini, cornetto; Flavio Spotti, percussioni).

La seconda giornata di studi si terrà sabato 13 ottobre a Scandiano (RE), presso la Rocca dei Boiardo, avrà inizio alle ore 11.00, con i saluti del Sindaco di Scandiano, Alessio Mammi, e dell’Assessore ai Saperi, Alberto Pighini. In questa sessione conclusiva, presieduta dalla professoressa Tina Matarrese dell’Università di Ferrara, si inseriscono gli interventi di Davide Dalmas (Università di Torino) su Le passioni raccontate; Cristina Montagnani (Università di Ferrara) su La magia del potere: Boiardo e le politiche estensi.

Le due giornate di Modena e di Scandiano, rivolte a studiosi e appassionati del Boiardo, agli studenti universitari e delle scuole superiori, sono riconosciute come aggiornamento scientifico degli insegnanti di letteratura italiana.

Call for papers: Atmospheres of Shared Emotion

Social Ontology and Philosophy of Social Sciences

Research Group at the Department of Philosophy – University of Wien

Call for papers: Atmospheres of Shared Emotion

Workshop 25 – 26 April 2019

Over the last twenty years or so, the concept of atmosphere has flourished within phenomenological research. Inspired by the works of Hermann Schmitz, Gernot Böhme, and Tonino Griffero, the concept of atmosphere has played an influential role in contributing to debates in phenomenological psychopathology, philosophy of mind, and aesthetics. Despite this surge of interest, the role that atmospheres play in contributing to cases of shared emotions remains neglected. This oversight is all the more surprising given the potentially powerful explanatory role atmosphere can play in helping clarify the complex structure of shared emotion. The aim of this workshop is to explore the intersection between shared emotion and atmospheres by bringing together leading and emerging scholars in the field. Possible topics include:

  • Defining and conceptualizing atmospheres.
  • The methodology of studying atmospheres.
  • The relation between atmosphere, mood, and aura.
  • The role atmospheres play in the politics of emotion.
  • The spatial and embodied aspects of atmospheres.
  • The function of contagious emotions in atmospheres.
  • The relation between atmospheres and the “staging” of shared emotions.


Confirmed invited speakers:

  • Tonino Griffero (University of Rome)
  • Gernot Böhme (Technical University of Darmstadt)
  • Andreas Philippopoulos-Mihalopoulos (University of Westminster)
  • Joel Kruger (University of Exeter)
  • Thomas Szanto ( University of Jyväskylä)
  • Jan Slaby (Freie Universität Berlin)
  • Ingrid Vendrell Ferran (Friedrich-Schiller-University Jena)

Abstracts of 300 words should be sent by November 1st, 2018 to dylan.trigg@univie.ac.at. Notification of acceptance will be given by December 1st, 2018.

Organised by Dylan Trigg and Hans Bernhard Schmid as part of the FWF project “A Phenomenological Investigation Into Shared Anxiety” (M2300). Department of Philosophy, University of Vienna.

Contact: dylan.trigg@univie.ac.at

Le genre des émotions

Séminaire de présentation du dernier numéro de la revue Clio. Femmes, Genre, Histoire (47, 2018) consacré au Genre des émotions, le mercredi 10 octobre à la MMSH d’Aix-en-Provence, 10h-12h, salle Paul-Albert Février. Cette présentation sera suivie d’une communication d’Emmanuel Bain (AMU, CNRS TELEMMe) : “Le féminin, le voile et la honte dans le discours ecclésiastique (XIIe-XIIIe siècle)”.

Affection in ancient Greece and Rome

Source : IEA Paris

Table ronde autour de l’ouvrage de David Konstan (résident 2016-2017 de l’IEA de Paris), In the Orbit of Love. Affection in Ancient Greece and Rome (Oxford University Press, 2018), en présence de l’auteur et avec la participation de Pia Campeggiani (résidente 2018-2019 de l’IEA de Paris)  et Olivier Renaut (Université Paris Nanterre).

Présentation de l’ouvrage

This book is about love in the classical world – not erotic passion but the kind of love that binds together intimate members of a family and very close friends, but which may also be extended to include a wider range of individuals for whom we care deeply. The book begins with a discussion of friendship, focusing particularly on the Greek notion that in friendship the identities of two friends all but merge into one. The book then turns to the question of loyalty, and why loyalty seems not to have achieved the status of a virtue in classical thought. The next chapter considers love in relation to generosity, favors, and gratitude. There follows a discussion of grief, which is a symptom of the loss of a loved one. The final chapter treats love as the basis of civic solidarity. In each case, love is at the basis of the relations under examination. In this, the book departs from the more usual analysis of these affective ties in terms of reciprocity, which in one way or another involves an expectation of return. Seen this way, such relationships seem to have a selfish or at least self-centered dimension, as distinct from truly other-regarding attitudes. While it is true that the ancient sources sometimes describe these relations, including friendship, as forms of mutual obligation, there is also a counter strand that emphasizes genuine altruism, and it is this aspect that the book seeks to bring out. A close look at how love drew into its orbit the various relations examined in this book may shed light on some central features not only of ancient habits of thought but also, it is to be hoped, our own.

LA STRATÉGIE DE L’ÉMOTION

Anne-Cécile Robert

La stratégie de l’émotion

 

Collection : Lettres libres

176 pages

Parution en Amérique du Nord : 24 septembre 2018

Parution en Europe : 20 septembre 2018

Les émotions dévorent l’espace social et politique au détriment des autres modes de connaissance du monde, notamment la raison. Certes, comme le disait Hegel, «rien de grand ne se fait sans passion», mais l’empire des affects met la démocratie en péril. Il fait régresser la société sous nos yeux en transformant des humains broyés par les inégalités en bourreaux d’eux-mêmes, les incitant à pleurer plutôt qu’à agir.

À la «stratégie du choc» qui, comme l’a montré Naomi Klein, permet au capitalisme d’utiliser les catastrophes pour croître, Anne-Cécile Robert ajoute le contrôle social par l’émotion, dont elle analyse les manifestations les plus délétères : narcissisme compassionnel des réseaux sociaux, discours politiques réduits à des prêches, omniprésence médiatique des faits divers, mise en scène des marches blanches, etc. Une réflexion salutaire sur l’abrutissante extension du domaine de la larme et un plaidoyer civique pour un retour à la raison.

Table des matières

  1. Avant-propos9
  2. Introduction11
  3. 1. EXTENSION DU DOMAINE DE LA LARME23
  4. Marches blanches26
  5. Psychologie de secours32
  6. Sensitivity readers36
  7. Devoir de mémoire40
  8. 2. DES MÉDIAS ULTRA-SENSIBLES47
  9. Invasion des faits divers50
  10. Contrôle social54
  11. Mécanique de l’empathie64
  12. 3. QUAND LA VICTIME SUPPLANTE LE HÉROS69
  13. Le Panthéon revisité71
  14. La justice déboussolée79
  15. Surenchère victimaire88
  16. 4. LES RESPONSABLES POLITIQUES ET LA MISE EN SCÈNE DE L’IMPUISSANCE93
  17. Des discours conçus comme des prêches97
  18. Fatalisme105
  19. Lutte des classes ou défense des minorités109
  20. Communication narrative115
  21. 5. CHIMÈRE DE L’AUTHENTICITÉ121
  22. «Il est authentique»123
  23. Engouement pour l’humanitaire127
  24. Philanthrocapitalisme134
  25. Figure de l’opprimé137
  26. 6. ÉMOTION CONTRE RAISON141
  27. Déclassement de la raison144
  28. Impossible dialogue civique153
  29. Un défi politique158
  30. Conclusion161