Archives de catégorie : Non classé

Penser les affects, des scolastiques aux neurosciences

Source : ENS Lyon

TR Affects2Table ronde
Dans le cadre du colloque international « Theorica 3 : La théorisation de l’amour dans la péninsule ibérique au Moyen Âge et à la Renaissance »
le 26 novembre 2014
18-20 h

Lieu(x) :

Site René Descartes – 15 parvis René Descartes Amphithéâtre Descartes

Table ronde organisée dans le cadre du colloque international « Theorica 3 : La théorisation de l’amour dans la péninsule ibérique au Moyen Âge et à la Renaissance », organisé par Carlos Heusch (ENS de Lyon, UMR 5648 – CIHAM), avec la collaboration de Jimena Gamba (U. Salamanca), Mélanie Juste (ENS de Lyon – CIHAM) et Irene Salvo García (CNRS – CIHAM).Pour beaucoup, au Moyen Âge, l’amour était une question « scientifique ». Qu’en est-il aujourd’hui ? Que dit la science au sujet des affects ? C’est ainsi qu’est née l’idée de réunir autour d’une table des neuroscientifiques dont les recherches concernent l’activité cérébrale liée aux affects (émotions, regard, plaisir, amour…) et des médiévistes fins connaisseurs des écrits théoriques médiévaux sur ces mêmes questions.

Le but de la rencontre n’est pas tant celui d’une mise en regard de la « fable scientifique » médiévale avec la « vérité scientifique » de l’ère de l’électrode, mais celui, certes intellectuellement plus risqué, de la recherche de convergences dans la démarche intellectuelle, dans les conceptions de l’homme que sous-tendent les questions que les chercheurs d’avant et ceux d’aujourd’hui se posent dès lors qu’ils se mettent à « penser » les affects. Au-delà des déterminations épistémologiques de chaque période historique, que nous apprend sur l’être humain le questionnement sur la façon dont son corps et son esprit réagissent face au monde qui l’entoure ?

Table ronde modérée par Carlos Heusch, avec la participation de :

  • Nathalie George, neuroscientifique (CNRS, UPR640 Cogimage)
  • Stéphanie Dubal, neuroscientifique (CNRS, USR3246 Centre Émotion)
  • Damien Boquet, médiéviste (U. d’Aix-Marseille, UMR TELEMME)
  • et Jesús Rodríguez Velasco, médiéviste (Columbia U., New York).

EMMA en Australie, premier pas : Perth

Pendant que Damien se promène sur les ondes parisiennes, Piroska est (je suis!) aux antipodes, pour visiter le Centre d’Excellence pour l’Histoire des Émotions, en y donnant une série de conférences et séminaires, dont la première eut lieu ce soir,   à l’Université de Western Australia, avec un titre et résumé légèrement “électoraliste”, comme dirait Rafael Mandressi, il s’y est agi essentiellement de s’interroger sur le pouvoir des émotions vécues collectivement, créant un événement, un “corps émotionnel” — dans la continuité de ce qui a pu se discuter au colloque Emotional Bodies à Genève. Est-ce qu’une communauté émotionnelle, telle que l’a définie Barbara Rosenwein, peut être éphémère?

La prochaine, mercredi à 11h, présentera les idées de notre livre à venir, avec Damien…

Histoire de l’amitié au Moyen Âge (“La Fabrique de l’histoire”)

Aujourd’hui, je suis intervenu avec Bénédicte Sère pour parler de l’amitié au Moyen Âge à “La Fabrique de l’histoire”, émission animée par Emmanuel Laurentin et Perrine Kervran sur France culture. A écouter en podcast.

Un grand merci à l’équipe de La Fabrique, tout particulièrement à E. Laurentin qui a eu la délicatesse de mettre à l’honneur “l’histoire des émotions”.

L’Unique change de scène. Écritures spirituelles et discours amoureux (XIIe-XVIIe siècle)

Affiche colloque Cracovie (9-10 oct.14)

Le colloque “L’Unique change de scène”. Écritures spirituelles et discours amoureux (XIIe-XVIIe siècle) est organisé par les Universités de Cracovie, de Bordeaux Montaigne et de Paris Ouest Nanterre. Il se tiendra à Cracovie les 9 et 10 octobre. Voici le programme   : Programme colloque Cracovie (9-10 oct.14)

 

Conférence de Jacques Berlioz, “L’Église fut-elle vraiment l’ennemie de l’amour charnel ?”

Conférence – Jacques Berlioz, “L’Église fut-elle vraiment l’ennemie de l’amour charnel ?”

Posted: 28 Sep 2014 01:00 AM PDT

L’Église fut-elle vraiment l’ennemie de l’amour charnel ?

Conférence donnée par Jacques Berlioz, historien (GAHOM-CRH), dans le cadre de l’exposition « L’amour au Moyen Âge » (Tour Jean sans Peur). Réservation conseillée : tjsp@wanadoo.fr

Date : le mercredi 1er octobre 2014 à 19h
Contact : Tour Jean sans Peur (tjsp@wanadoo.fr)

War: An Emotional History

Source: British Academy for Humanities and Social Sciences

War: An Emotional History

Thursday 10 & Friday 11 July 2014, 9.30am–5pm
The British Academy, 10-11 Carlton House Terrace, London SW1Y 5AH

Please click here for a copy of the current conference programme.

Convenors:
Dr Claudia Siebrecht, University of Sussex; Dr Claire Langhamer, University of Sussex; Dr Lucy Noakes, University of Brighton

Love, grief, hate and fear are among the emotions most immediately associated with the rhetoric, experience and memory of war. War is often lived through and remembered as a time of heightened emotional intensity during which patriotic fervour, the break-up of families, encounters with the enemy, loss of life, and extraordinary levels of violence engender a range of complex emotional responses.

This two-day conference seeks to explore the degree to which war impacted upon the emotional world of those who lived through times of conflict, and to consider how individuals in a range of different national contexts have responded to war from the medieval to the modern period.

 

Le colloque Manipulus Florum commence demain et sera diffusé en ligne!

Le colloque dont nous avons déjà fait la pub il y a quelques semaines peut être suivi en ligne, y compris pour poser des questions, commentaires, etc.

Voici la page pour le programme, les résumés, et l’inscription pour le suivre en ligne :

http://web.wlu.ca/history/cnighman/page16.html

EMMA y sera présente avec une communication de Xavier BIRON-OUELLET (Université du Québec à Montréal): « Entre affectus, passio et perturbatio, quels mots pour exprimer l’émotion médiévale? L’exemple du Manipulus Florum », et d’autres communications touchent à l’affectivité dans le corpus : aux termes d’amor / caritas, à la notion de patience…

 

Tears, Sighs and Laughter – Medieval Studies. Conference at the Royal Swedish Academy of Letters, History and Antiquities, 6-7 March 2014

Cette très belle conférence,  nous ne l’avons pas annoncée à l’avance parce qu’elle était entièrement secrète : elle est offerte, en surprise, au Professeur Olle Ferm, à l’occasion de sa retraite.

The purpose of this international and interdisciplinary symposium is to shed light  on   various  interpretational  problems  concerning  affections and emotions as  expressed in medieval literature and art. The  theme of the symposium – Tears, Sighs and Laughter – thus connects with the vigorous research on emotions and affectivity in the humanities and the social sciences visible in the last decades. With  this letter we would like to invite you to participate in the symposium by giving a paper on this theme, based on your own research.
Of the three expressions mentioned in the theme, laughter seems to have attracted most attention. In studies on medieval laughter it has often been connected with humour   but  has  also  been  shown  to  function  on  many  levels and  be  a manifestation of a range of emotions besides joy and happiness: fear, superiority, relief or embarrassment to name but a few. Only more recently, corresponding studies begin to appear on other forms of emotional expression such as tears, which likewise represent various emotional states as for instance bliss and longing for the heavenly kingdom. Sighs and wailing, to  mention  other  examples, can express dejection, desire or longing. Research could also take the actual affection as  its starting point, as does a recent project in Sweden, which focuses on desire and its configurations. Desire, as all emotions, can take many forms and during the Middle Ages, depending on  its object – the world or God  – it should be checked or encouraged.”
Through this symposium we wish to obtain a wide perspective on various forms of emotional expression, their interpretation, function and meaning. Questions that could be addressed are for instance:
How are emotions  such as despair, desire, apathy, sorrow and joy expressed in medieval art and literature?
What kind of influence does medieval culture exert on emotional expressions?
How  are emotional expressions transferred from one cultural sphere to another? Can they be transferred?
Is there a difference in attitude as regards for example  laughter  and tears between different socio-cultural strata in the Middle  Ages? Does gender come into play here?
What place do emotional expressions have in medieval rituals?

Voici le programme :  TSL Program + abstracts

Romanticism and the Emotions

9781107052390

Source : Cambridge University Press

Romanticism and the Emotions

  • Editors

    Joel Faflak, University of Western Ontario
    Joel Faflak is Professor of English and Theory, and Director of the School for Advanced Studies in the Arts and Humanities at Western University. He is author of Romantic Psychoanalysis: The Burden of the Mystery (2008) and co-editor of A Handbook to Romanticism Studies (2012).

    Richard C. Sha, American University, Washington DC
    Richard C. Sha is Professor of Literature and Affiliate Professor of Philosophy at American University in Washington, DC. He is author of Perverse Romanticism: Aesthetics and Sexuality in Britain, 1750–1832 (2009) and editor of Historicizing Romantic Sexuality (2006).

    Contributors

    Joel Faflak, Richard C. Sha, Thomas Pfau, Julie Carlson, Mary A. Favret, Tilottama Rajan, David Collings, Jacques Khalip, Rei Terada

here has recently been a resurgence of interest in the importance of the emotions in Romantic literature and thought. This collection, the first to stress the centrality of the emotions to Romanticism, addresses a complex range of issues including the relation of affect to figuration and knowing, emotions and the discipline of knowledge, the motivational powers of emotion, and emotions as a shared ground of meaning. Contributors offer significant new insights on the ways in which a wide range of Romantic writers, including Jane Austen, William Wordsworth, Immanuel Kant, Lord Byron, Mary and Percy Bysshe Shelley, Thomas De Quincey and Adam Smith, worried about the emotions as a register of human experience. Though varied in scope, the essays are united by the argument that the current affective and emotional turn in the humanities benefits from a Romantic scepticism about the relations between language, emotion and agency.

  • Table of Contents

    Introduction: feeling Romanticism Joel Faflak and Richard C. Sha
    1. The motion behind Romantic emotion: towards a chemistry and physics of feeling Richard C. Sha
    2. ‘A certain mediocrity’: Adam Smith’s moral behaviourism Thomas Pfau
    3. Like love: the feel of Shelley’s similes Julie Carlson
    4. Jane Austen and the persuasion of happiness Joel Faflak
    5. The general fast and humiliation: tracking feeling in wartime Mary A. Favret
    6. A peculiar community: Mary Shelley, Godwin, and the abyss of emotion Tilottama Rajan
    7. Emotion without content: primary affect and pure potentiality in Wordsworth David Collings
    8. Kant’s peace, Wordsworth’s slumber Jacques Khalip
    9. Living a ruined life: De Quincey’s damage Rei Terada.

Le régime des passions par Raphaël Enthoven au Théâtre de l’Odéon

Source : France Culture

Samedi 25 janvier à 15h à l’Odéon =-Théâtre de l’Europe
Le Régime des Passions
En partenariat avec l’Odéon-Théâtre de l’Europe.

Rencontres philosophiques préparées et animées par Raphaël Enthoven, assisté de Julien Tricard.

Épicure
le plaisir

avec Jean Salem, textes lus par Julie-Marie Parmentier et Georges Claisse

« Jamais il n’est trop tôt ou trop tard pour travailler à la santé de l’âme. »

C’est de ne pas méditer sur les causes de leur malheur que toi, l’homme, tu peux souffrir. Tes extravagances provoquent chez toi les plus grandes douleurs. La peur de la mort place l’angoisse et le malheur à l’intérieur même de ta vie. Comment guérir les maux de ton l’âme? Le plaisir épicurien est tout le contraire d’un libre débordement des passions. Il est le résultat d’un exercice de mesure par lequel tu décideras quoi t’autoriser, et quoi t’interdire. Vivre bien est un art qu’il te faut pratiquer pour comprendre ce que ta vie a d’impérissable. Alors seulement, « tu vivras comme un dieu parmi les hommes » (Lettre à Ménécée).

Informations pratiques
Grande salle, le samedi à 15h.
Plein tarif 10€, Tarif réduit 6€
Renseignement les.bibliotheques@theatre-odeon.fr

Raphaël Enthoven poursuit le cycle de rencontres philosophiques qu’il anime à l’Odéon depuis plusieurs années.

 

Peut-on reprocher au philosophe d’être un homme ? De connaître le bien et de l’approuver, tout en suivant le mal ? D’avoir, sur le papier, remède à tout et, en pratique, mal au monde entier ? Autant reprocher à l’esprit d’avoir un corps. Si toute philosophie est un peu la confession du philosophe (dans la mesure où le système qu’il se donne sert également de paravent à ses passions), alors évoquer le «régime des passions», c’est en venir à la racine des idées.

Mark Amsler, Affective Literacies: Writing and multilingualism in the later Middle Ages. Turnhout, Brepols, 2012.

Compte rendu de Xavier Biron-Ouellet

Récemment, les historiens de l’émotion ont pu remarquer la parution d’un nouvel ouvrage au titre attractif : Affective literacies : Writing and multilingualism in the later Middle Ages. L’auteur, Mark Amsler, est senior lecturer au département d’Anglais de l’université d’Auckland en Nouvelle-Zélande. Dans ce livre, il adopte les concepts et approches des New Literacy Studies et de la sociolinguistique historique afin d’analyser la manière dont l’écriture et la lecture « créent » des sujets littéraires et des cultures textuelles dans les écrits multilingues. L’auteur cherche à analyser comment les différents modes d’accès aux textes et de construction d’identité sociale fonctionnent selon des stratégies métacognitives et des pratiques linguistiques, afin de comprendre comment les luttes discursives, les différentes communautés linguistiques et les pratiques littéraires changeantes informent les cultures textuelles et les formations sociales dans le nord de l’Europe entre 1150-1510.

Malgré ce programme stimulant, l’historien des émotions ne peut qu’être déçu de constater que le concept de littéracie affective n’est qu’une notion secondaire dont il n’est question que dans un seul chapitre du livre. Dans le cadre de cet unique chapitre, le terme est utilisé pour décrire comment le sujet développe des relations physiques et somatiques avec les textes dans le cadre de ses expériences de lecture. La notion de littéracie affective sert donc à dénoter un champ de réponses émotionnelles, spirituelles, physiologiques et somatiques qu’un lecteur peut produire pendant l’acte de lecture. De fait, ce concept doit être compris en fonction de ce que les médiévistes, surtout anglo-saxons, nomment la piété affective du bas Moyen Âge. La lecture affective liée à la dévotion – soit le fait de baiser les images, pleurer, s’évanouir en lisant, etc. – transgresse la frontière entre le lecteur et le divin et construit un type personnel d’expérience et d’expression religieuses. Toutefois, M. Amsler veut élargir la sphère d’application de ce concept en affirmant que la lecture affective n’était pas entièrement délimitée par l’expérience dévotionnelle ou religieuse et qu’elle est à l’œuvre dans l’acte de lecture laïc. L’auteur argumente alors que la lecture affective chez les laïcs défie les idéologies traditionnelles de lecture. L’attitude affective face à un texte rend la relation texte-lecteur dynamique et confère un « literate power » à ces lecteurs laïcs, leur permettant de transgresser et de déranger les cadres traditionnels et orthodoxes de la littéracie, organisés autour de l’exégèse cléricale et de l’autorité ecclésiale.

Malheureusement pour l’historien de l’émotion, Amsler ne reprend pas ce concept pour analyser les textes de Chaucer, Christine de Pizan, Dante, Margery Kempe, Érasme et le Juif converti Hermann de Scheda; il préfère plutôt la notion de « retexting ». Inspiré du vocable latin retexere, Amsler définit ce terme clé en tant que geste d’écriture et de lecture against the grain, hétérodoxe aux usages traditionnels. Ainsi, l’attitude affective du sujet face à son objet textuel n’est qu’une facette potentiellement subversive parmi d’autres et elle n’est jamais clairement définie et/ou analysée pour elle-même. L’auteur reconnaît d’ailleurs cette situation dans sa conclusion et affirme explicitement que, sans la préférence éditoriale, il aurait nommé son livre Retext plutôt que Affective literacies. Ce qui exprime bien mieux le contenu de l’ouvrage.