Archives de catégorie : Chroniques et conférences

Cette rubrique présente des textes de conférences, de séminaires ou encore des réflexions ponctuelles sur l’histoire des émotions. En marge des contraintes inhérentes à la publication scientifique, ils montrent la recherche telle qu’elle se fait, dans l’échange et l’expérimentation. Nous invitons également les chercheurs qui explorent ces questions et souhaitent éprouver plus largement leurs idées à nous proposer leurs textes de travail, nous les diffuserons volontiers.

La honte : une “condition émotionnelle” féminine ? regard sur le Moyen Âge chrétien

Texte d’une conférence prononcée à l’université de Lyon 2 le 20 janvier 2022.

En septembre dernier, le philosophe et romancier Frédéric Gros, par ailleurs spécialiste de Michel Foucault, a publié un essai très intéressant : La Honte est un sentiment révolutionnaire[1]. Il y traite aussi bien d’histoire, de philosophie, de sociologie que de psychologie de la honte ; preuve d’un réel décloisonnement dans la pensée de la honte qui est assez nouveau. Il y a quelques années encore, un tel titre aurait été impensable pour un livre qui vise un large public. A quelques rares exceptions près, le sujet de la honte était alors traité essentiellement dans des livres de psychologie, sous l’angle de la puissance destructrice de cette émotion, qui conduirait au dégoût voire à l’anéantissement de soi. « La honte est un sentiment révolutionnaire ». Ce n’est pas un slogan récent mais une référence à Marx qui voyait dans l’humiliation sociale vécue par les masses populaires un moteur de colère et donc de révolte. Pour Marx, la honte est une émotion politique et il me semble que c’est cette puissance politique de la honte que nous sommes en train de redécouvrir.

Quand je parle d’un renouveau de la pensée émancipatrice de la honte, je pense d’abord à l’ampleur que cette question a prise dans l’espace public depuis une dizaine d’années, depuis les slutwalks initiés au Canada en 2011, en réaction contre le slutshaming, jusqu’au mouvement « metoo ». Sans oublier que la révolution de la honte que porte « metoo » est possible aussi parce que cette politisation de la honte a été engagée dès les années 1980-1990 autour de la question de l’infériorisation des minorités. Mais de fait, avec « metoo », on change d’échelle, c’est l’ensemble de la société qui est concernée, tous les milieux, toutes les classes sociales.

Dans le champ des sciences humaines et sociales, cela fait plusieurs décennies que la réflexion est engagée sur la question de la stigmatisation et de son pouvoir d’émancipation, que ce soit avec Goffman, Bourdieu ou encore, plus récemment Eve Kosofsky Sedgwik et Didier Eribon. La sociologie notamment offre des outils très utiles, y compris pour l’historien, pour comprendre ces mécanismes par lesquels la honte comme émotion fige l’individu stigmatisé dans sa condition d’inférieur et finit par façonner la perception de soi. En revanche, la sociologie me semble moins assurée dans ses propositions quand il s’agit d’envisager les mécanismes de sortie de la honte. C’est très net par exemple chez Eribon qui propose ce qu’il appelle une « morale du minoritaire »[2] et parle de la possibilité d’une « réinvention de soi » dans la prise de conscience de l’identité assignée. La honte devient alors un levier de « sortie de la honte », dit-il, voire de ce qu’il appelle une « politique de l’orgueil ». Si ce n’est que les mécanismes de sortie de la honte ne relèvent plus de la sociologie mais de la philosophie, de ce qu’il appelle un « travail de soi sur soi », une « ascèse de soi ». Il y a donc une dissymétrie qui à mon sens pose problème en termes pratiques, entre l’analyse des mécanismes d’assignation de la honte, qui relèvent de déterminations sociales, et les mécanismes de sortie de la honte, qui dépendent de la capacité individuelle du sujet à s’émanciper lui-même malgré la honte. Cette difficulté de la sociologie à penser la sortie de la honte est perceptible dans les références que convoque Eribon, qui sont de nature littéraire, que ce soit Marcel Jouhandeau ou Jean Genet. Eribon est bien entendu conscient du référentiel chrétien dans lequel s’inscrivent ces auteurs. Aussi conseille-t-il, si l’on en croit un mail cité par Édouard Louis dans son dernier livre, de « laisser de côté [le] côté chrétien » pour « penser l’invention de soi à travers l’injure » [3]. Si ce n’est que, pour Genet ou Jouhandeau, cette transformation de soi par la honte implique une phase de complaisance dans la honte, au sens chrétien d’une jouissance dans la honte, ainsi qu’en témoigne ce superbe passage du Journal du voleur que cite Eribon :

“À l’intérieur de sa honte, dans sa propre bave, il s’enveloppe, il tisse une soie qui est son orgueil. Ce vêtement n’est pas naturel. Le coupable l’a tissé pour se protéger, et pourpre pour s’embellir. Pas d’orgueil sans culpabilité. Si l’orgueil est la plus audacieuse liberté – Lucifer ferraillant avec Dieu – si l’orgueil est le manteau merveilleux où se dresse ma culpabilité, tissé d’elle, je veux être coupable.”[4]

         Mais on comprend par là-même qu’il est impossible pour Genet de faire l’économie de la jouissance chrétienne de l’humiliation. Genet ne « laisse pas de côté le côté chrétien », au contraire il l’investit de façon radicale afin de le subvertir. Sans cette immersion totale, il n’est pas d’émancipation possible.

         Eve Kosofsky Sedgwick, dont Eribon s’inspire également, propose une autre solution. En s’appuyant sur les théories du psychologue américain Silvan Tomkins, elle défend le principe d’une « énergie transformatrice de la honte »[5]. Là encore, difficile de ne pas penser à l’anthropologie chrétienne de la honte. Si ce n’est qu’ici, le hiatus me semble encore plus important puisque Tomkins est un néo-darwinien, adepte de la cybernétique, pour qui les émotions sont des réponses corporelles déclenchées par des procédures automatiques qu’il enracine dans la physiologie du cerveau. Pour lui, toutes les émotions fonctionnent par paires, opposant un affect positif et un affect négatif. Dès lors, la honte est un « affect auxiliaire inné » qui agit comme inhibiteur partiel du contentement. S’il y a honte, c’est qu’il y a désir – une affirmation que n’aurait pas reniée Freud – et donc que, selon la dynamique des affects contraires, il y a une possibilité de conquérir une liberté en projetant la honte hors d’elle-même. Outre le fait qu’il me semble très bizarre d’ancrer une politique de l’émancipation dans une théorie psychologique innéiste, je constate que ces discours demeurent paradoxalement habités, si ce n’est hantés, par la dynamique chrétienne de la honte, qui ne peut cependant conduire qu’à une impasse dans une société déchristianisée où la complaisance dans la honte est perçue comme pathologique.

A l’opposé de ces approches centrées sur l’individu, il me semble que le mouvement « metoo » offre une alternative véritablement politique, en expérimentant une stratégie collective de transformation de la honte, qui n’est pas seulement un transfert de la honte depuis le sujet agressé vers l’agresseur, mais bien une transformation collective de la honte assignée individuellement pour en faire une force politique, à la fois de justice, de reconstruction de soi et de refondation des rapports sociaux.

Loin, très loin de moi l’idée de présenter le Moyen Âge chrétien comme une source d’inspiration pour aujourd’hui mais il me semble intéressant, comme historien, de mettre en lumière des anthropologies sociales de la honte qui ont fonctionné, tout autant dans leur volet stigmatisant que dans leur voleur émancipateur. En tout cas, dans le contexte du christianisme médiéval, l’anthropologie de la honte a produit, par sa dynamique propre, une « théorie sociale du sujet », pour reprendre la formule de D. Eribon, qui était particulièrement cohérente, et même émancipatrice à sa façon.

C’est  ce détour historique que j’ai expérimenté dans Sainte vergogne[6], à partir de l’étude d’un corpus de 17 textes hagiographiques (récits ou mises en situation de la vie des saints) féminins, écrits au XIIIe siècle, dans deux espaces principaux : le diocèse de Liège, qui couvre alors un vaste territoire, presque le tiers oriental de la Belgique actuelle, et l’Ombrie en Italie centrale ; parce que ce sont deux régions où la production hagiographique a été particulièrement riche et qui sont comparables en raison de leur forte urbanisation.  Les femmes en question sont de diverses conditions sociales ; elles sont issues pour la plupart de la petite et de la moyenne bourgeoisie ou de la petite noblesse. Certaines sont des religieuses mais la majorité a fait le choix de ne pas prononcer de vœux monastiques. On y trouve ainsi des recluses, des béguines mais aussi des femmes mariées.  En outre, tous ces récits ont en commun d’avoir été écrits peu de temps après la mort de leur héroïne, voire commencés de leur vivant et ils ont été rédigés par des clercs qui, pour la plupart, ont connu ces femmes ou alors ont enquêté auprès de leurs proches. On aura compris que tous les auteurs sont des hommes, et donc que je n’ai jamais accès directement à la parole féminine. Par ailleurs, il faut tenir compte évidemment de la nature du genre hagiographique dont la fonction même est de produire des récits exemplaires. Il reste que le genre hagiographique évolue fortement à cette époque où se mettent en place les procès de canonisation, au sens où la recherche de la vérité par l’enquête devient un aspect essentiel de l’exemplarité. Cela ne signifie pas que ces récits ne sont pas reconstruits selon les intentions des clercs, mais il y a un vrai effort de crédibilité qu’il faut prendre au sérieux. En outre, si l’hagiographie féminine s’inscrit dans une perspective de contrôle et de normalisation de la vie religieuse des femmes, on voit que de nombreux clercs les soutiennent, collaborent avec elles et les admirent dans leur volonté de vivre autrement leur piété, notamment pour ce qui concerne les béguines. Donc, on n’est pas dans un schéma monolithique qui opposerait la force contraignante des clercs d’un côté et la résistance féminine de l’autre mais dans une construction plus complexe qui nécessite de nuancer chaque situation particulière.

J’ai donc essayé de proposer une étude de ce qu’on pourrait appeler un « régime d’émotion » (par référence aux « régimes de genre » de Lorena Parini[7] et que D. Lett définit comme « un agencement particulier et unique des rapports de sexe dans un contexte historique, documentaire et relationnel spécifique »[8]). Pour cela, je me suis appuyé sur la proposition de l’anthropologue J. Pitt-Rivers qui consiste à percevoir la honte comme une « condition émotionnelle » des femmes[9], c’est-à-dire que je ne vois pas la honte comme la conséquence psychologique d’un rapport social mais comme l’expression même de l’interaction. Une approche qui renvoie également à celle d’Erving Goffman, qu’il développe notamment dans la notion de face, ou encore aux travaux d’ethnologie de Bourdieu sur l’honneur. Également, les derniers cours de Michel Foucault au Collège de France, consacrés à la parrhésia, sont intéressants puisqu’il y esquisse une spécificité de la parrhésia chrétienne dont il distingue une forme négative – au sens où elle va à l’encontre de la parrhésia philosophique – celle de l’aveu dans la confession, où le chrétien dans le dire vrai de l’aveu et l’exposition à la honte devient un dirigé qui se soumet à l’autorité – et une parrhésia positive, celle du martyre ou de l’ami de Dieu, qui manifeste, notamment en transgressant les attendus de la pudeur, sa confiance et son amour en Dieu et acquiert par là une forme d’autorité[10].

Enquêter sur la honte suppose évidemment de la définir au préalable, quitte ensuite à la requalifier au contact des sources. Si l’on s’appuie sur les dictionnaires contemporains, on peut identifier deux sens surplombants :

1) un sens objectif où la honte signifie une situation de déshonneur, d’humiliation qui résulte de la transgression d’une norme produite par un groupe social. La honte ici se traduit par une déflation sociale ou morale de la qualité de la personne qui est imposée par la communauté qui énonce la norme.

2) La seconde acception, que l’on peut qualifier de subjective, renvoie à l’émotion qui résulte de la prise de conscience de la transgression. Cette émotion est identifiée comme douloureuse et s’accompagne de la perception d’une infériorité ou d’un abaissement de soi.

         Je me suis donc appuyé sur ces deux sens, tout en ayant conscience qu’ils supposaient une distinction qui méritait d’être questionnée entre la honte assignée et la honte ressentie, tout comme doit l’être l’idée que la honte est nécessairement une émotion négative. Méfiance également face à l’idée que la honte constitue une catégorie générique dont la pudeur, la gêne, l’embarras, etc seraient des formes dérivées. Là aussi il y a une hiérarchie qu’il ne faut pas prendre pour argent comptant, ne serait-ce que parce que dans le latin ecclésiastique, il n’existe pas de terme surplombant pour nommer la catégorie comme avec le mot honte en français.

         Sans séparer donc ces deux sens principaux, je me suis intéressé en priorité aux termes qui qualifiaient le second, à savoir la honte comme émotion, ou plus exactement, rapportée aux catégories médiévales d’affectus, de passio, de motus animi. C’est ainsi que je retiens 5 termes principaux : pudor, rubor, erubescentia, confusio et verecundia. Il faudrait commenter chacun de ces termes qui occupent un champ sémantique spécifique (et notamment la notion d’erubescentia – littéralement « devenir rouge de honte » – qui est forgée dans le contexte de la théologie de la pénitence aux XI-XIIe siècles). Faute de temps, je dirais seulement que tous ces termes sauf confusio (qui est toujours négatif) peuvent qualifier aussi bien les formes honorables que les formes infamantes de la honte, dans une ambivalence parfaite.

         Je m’attarde uniquement sur la verecundia qui a le champ sémantique le plus étendu au XIIIe siècle. Pour retracer très rapidement l’évolution de verecundia depuis l’Antiquité, il faut dire que c’est le seul terme pour dire la honte dont le sens est très tôt infléchi par le christianisme, dès les Pères de l’Église, en lien direct avec la doctrine du péché originel. A Rome, la verecundia désigne la réserve, la modestie, la pudeur, donc un comportement de retrait, attendu en priorité des femmes et des jeunes gens, qui suscite le respect de l’individu et participe au bon ordre dans la cité. Ce sens de « bonne honte », que j’appelle vergogne – une réserve qui préserve du déshonneur –, demeure dominant tout au long du Moyen Âge mais très tôt la verecundia chrétienne peut qualifier des formes évaluées négativement de la honte. Je passe sur les ramifications de cette construction (qui vient notamment de la Vulgate) mais elle est liée au fait que dans le christianisme la honte sociale n’est pas toujours à fuir, ou encore que la retenue pudique est perçue aussi comme une séquelle de la faute. A partir du XIIe s., la distinction entre la bona et la mala verecundia (la « bonne » et la « mauvaise honte ») donne lieu à une littérature très abondante dans le cadre de la codification de la pénitence. Désormais, la bonne et la mauvaise honte ne sont plus seulement des qualifications mais des catégories du discours.

         Cette richesse se retrouve dans l’hagiographie des saintes femmes. Conformément à l’évolution sémantique du terme au cours du Moyen Âge, la verecundia dans le corpus hagiographique est articulée selon deux axes à partir de la polarisation de la faute : crainte du déshonneur / exposition au déshonneur ; bonnes hontes / mauvaises hontes. Pour autant, ces deux axes ne se superposent pas : ainsi, une honte par anticipation (qui relève donc de la vergogne, de la pudeur ou de la réserve) peut être ou positive ou négative. De même  pour la verecundia d’exposition au déshonneur : il est des humiliations louables parce que spirituelles et des humiliations condamnables.

         Pour conclure sur ce point, on comprend que l’ambivalence des termes qui disent la honte installe une tension au cœur même de la notion ; une tension qui n’est pas fortuite mais qui est un principe de transformation – de conversion et de spiritualisation. On n’a pas seulement un partage entre les hontes à fuir et les hontes louables, mais toutes les hontes sont traversées par cette double polarisation. Chacune d’elle peut se transformer en son contraire et, pour ce qui est de la pénitence, le travail même réside dans le processus de transformation des mauvaises hontes en bonnes hontes, de la crainte honteuse de l’aveu jusqu’à la recherche de la souffrance de la honte dans l’aveu. L’ambivalence sémantique a donc une fonction, pour ne pas dire une finalité axiologique.  En ce sens, on voit déjà comment la honte n’est pas seulement la conséquence d’un jugement ou d’une prise de conscience de la faute mais qu’elle est l’élément dynamique de la transformation et de l’interaction. Et donc qu’elle constitue bien une « condition émotionnelle ».

         Sur cette base, on peut poser maintenant la question de savoir comment fonctionne au plan émotionnel ce dispositif qui juxtapose honneur social et honneur spirituel, et construit l’honneur spirituel selon un principe d’anéantissement de l’honneur social. Il se manifeste par un tiraillement dans la honte, un conflit entre une honte de déchoir socialement, qualifiée de mauvaise honte, et une honte qui élève spirituellement, qualifiée de bonne honte. Le problème, c’est que si ces deux hontes sont aisées à distinguer intellectuellement, elles ne constituent, au niveau du sujet, qu’une seule et même émotion mêlant désir et répulsion. Les clercs en sont parfaitement conscients et les manuels de confession, à partir du XIIIe siècle, évoquent presque tous cette question, et la difficulté pour le confesseur de faire en sorte que le pénitent surmonte sa mauvaise honte pour laisser s’exprimer la bonne honte, gage de l’efficacité du sacrement.

         Je prends un seul exemple qui va me conduire rapidement à la question féminine. Il s’agit de celui de la mendicité volontaire revendiquée notamment par les premiers franciscains au début du XIIIe siècle.

         Pendant des siècles, la figure du mendiant réel, je veux parler de celui qui subit sa condition, n’a guère été valorisée par l’Église. Dans le discours, les clercs valorisent la figure idéale du pauvre, qui représente le Christ, mais pas la pauvreté économique qui suscite le soupçon. Surtout, la mendicité est très clairement considérée comme un acte humiliant. C’est la raison pour laquelle l’Église a pendant longtemps interdit aux clercs de mendier. Ce regard soupçonneux sur la pauvreté et la mendicité évolue cependant à partir du XIe siècle. Si la pauvreté subie est toujours l’objet d’un jugement ambivalent, la pauvreté choisie mais vécue de façon réelle, à l’image des pauvres mendiants, est revendiquée par certains courants religieux qui y voient une façon de suivre l’exemple du Christ qui vécut d’aumônes et dans la pauvreté. C’est le cas notamment de François d’Assise et de ses premiers compagnons. Si les nouveaux frères au tournant du XIIIe siècle revendiquent la mendicité, ce n’est pas seulement pour pratiquer une pauvreté réelle mais aussi pour épouser la condition humiliante du mendiant. François aborde cette question dans plusieurs textes qui portent son empreinte. Ainsi, lorsqu’il traite de l’aumône dans la Regula non bullata (en 1221, la première version de la règle franciscaine qui n’a pas été validée par le pape), François place la question de la honte au cœur de l’efficacité spirituelle de la mendicité :

“Et quand ce sera nécessaire, qu’ils aillent à l’aumône. Et qu’ils n’aient point honte et qu’ils se rappellent plutôt que notre Seigneur Jésus Christ, le Fils du Dieu vivant tout puissant, rendit sa face comme une pierre très dure (Is. 50, 7) et n’a pas eu honte. Et il fut un pauvre et un hôte et il vécut d’aumônes, lui et la bienheureuse Vierge et ses disciples. Et quand les hommes leur feraient honte et refuseraient de leur donner des aumônes, qu’ils en rendent grâces à Dieu : car pour ces hontes, ils recevront grand honneur devant le tribunal de notre Seigneur Jésus Christ. Et qu’ils sachent que la honte est imputée non à ceux qui la souffrent, mais à ceux qui l’infligent.”[11]

         La répétition des mots de la famille de verecundia dans ce passage fonde sans équivoque le lien entre mendicité et honte, ou plus exactement le rôle de la honte dans le bénéfice spirituel de la mendicité. Pour autant, ce rôle n’est pas évident à définir.  Ici, l’implication émotionnelle de verecundia semble confirmée par la référence au Christ dont le visage ne marquait aucun stigmate de la honte, et l’on pense alors au rougissement. Pour autant, la verecundia n’est pas seulement l’émotion mais aussi la situation objective de l’humiliation, du déshonneur. Il y a donc d’un côté « avoir honte », qui implique une émotion (patientibus) et « faire honte » (facerent verecundiam) comme humiliation. Néanmoins, au premier abord, il n’est pas question ici du bénéfice d’avoir honte en mendiant mais de l’inverse, à savoir l’appel de François aux frères à n’éprouver aucune honte. Il reste que nous n’avons pas affaire à un schéma binaire, avec ou sans honte, mais plutôt, à lire la dernière phrase, à un « ne pas avoir honte de souffrir la honte ». Dit autrement, les frères ne doivent pas avoir honte de se sentir en situation humiliante. Telle est bien, au plan émotionnel, la nature originale de la verecundia chrétienne. La perfection – celle du Christ – signifie ne ressentir aucune honte, mais le chemin vers la perfection, qui est l’état des frères, suppose plutôt de souffrir la honte, de la traverser. Il y a donc bien l’idée d’une « honte honorable » dans la mendicité comme instrument de progrès spirituel. Deux formes de hontes s’interpellent : la honte mondaine qui doit être dépassée (celle qui vient de soi) ; la honte sanctifiante qui doit être accueillie (celle qui est imposée par le regard d’autrui). Ces deux formes de honte dialoguent et c’est dans ce rapport qu’agit l’exemplarité de la mendicité : en se laissant exposer à une situation humiliante qui est signifiée par le regard des autres, ce sont ces mêmes autres qui se voient renvoyés à leur propre honte.

         La mécanique religieuse de la honte apparaît ici dans toute son efficacité. Tout se passe à l’intérieur de la honte : il y a la bonne honte de la vergogne qui préserve la vertu ; la mauvaise honte du regard social qu’il convient de dépasser ; la bonne honte du repentir dans la pénitence et l’exemplarité de l’humiliation choisie qui édifie l’entourage.

         Si ce n’est que cette belle mécanique a été conçue par des hommes pour des hommes. Les clercs en effet qui font la promotion de cette économie vertueuse de la honte ont bien du mal à l’appliquer dans son intégralité aux femmes. Ainsi, l’Église s’est toujours montrée très réticente, voire hostile, envers la mendicité volontaire féminine, parce qu’elle contrevient au principe de la vergogne et que pour elle, une telle transgression est extrêmement problématique. En retour, on a de nombreux exemples de femmes dévotes qui désirent pratiquer la mendicité, pas seulement l’aumône mais qui demandent à vivre l’humiliation que subit le pauvre mendiant. D’une certaine façon, l’économie spirituelle de la honte chrétienne, pour être parfaite, doit être vécue dans son intégralité, depuis la vergogne jusqu’à l’humiliation publique. C’est du moins le message qui est diffusé par les clercs. Sauf que les femmes n’y ont pas accès dans son intégralité. Pour les clercs, les femmes sont les dépositaires naturelles de la honte préventive de la vergogne, et si elles ont accès à la honte pénitentielle, c’est dans le cadre contrôlé de la confession, ou dans des espaces confinés (la maison, le monastère, l’église), non sur la place publique. Le problème, c’est que les femmes ne sont pas d’accord, du moins certaines d’entre elles, non parce qu’elles cherchent à s’émanciper du pouvoir masculin mais seulement parce qu’elles désirent appliquer le programme de perfection que leur présentent les clercs eux-mêmes. C’est le cas par exemple d’Angèle de Foligno, une pénitente italienne qui vécut à la fin du XIIIe s., qui se désespère ne pas pouvoir imiter en tous points son modèle François d’Assise :

“Je désirais avec force devenir pauvre et la pensée de mourir avant de devenir pauvre me causait bien du souci. Par ailleurs, j’étais assaillie de maintes tentations : j’étais jeune, mendier pouvait donc être pour moi un danger et une honte ; il me faudrait mourir de faim, de froid, de nudité, et tout le monde cherchait à m’en dissuader. Alors, un jour, la miséricorde de Dieu envoya dans mon cœur une grande illumination. Avec cette illumination me vint une telle fermeté qu’alors je crus et maintenant crois ne pas la perdre pour l’éternité. De fait, dans cette illumination je me disposai et pris la décision que, s’il me fallait mourir de faim, de nudité ou de honte, […] je ne renoncerais en aucune manière, même si j’étais certaine que tous les maux m’arriveraient ainsi.”[12]

         Dans l’emploi du mot verecundia consigné par le secrétaire d’Angèle qui reçoit son enseignement – lequel renvoie au mot vergogna qu’Angèle utilisait dans son dialecte ombrien –, on perçoit une nouvelle fois très bien ce télescopage entre la vergogne et la honte. Ici, Angèle veut imiter François d’Assise – et à travers lui le Christ – qui marqua sa condition de pauvre mendiant par plusieurs actes très fameux de dénudation. Angèle comme François aussi veut suivre « nue le Christ nu » mais pour elle, comme pour toutes les femmes, la subversion de la verecundia est hautement problématique. On ne sait pas si Angèle a pu effectivement mendier. D’autres y parviennent. C’est le notamment cas pour une de ses contemporaines, Claire de Montefalco. Son biographe, Bérenger de Saint-Affrique, raconte qu’elle et ses compagnes, qui vivaient dans un petit ermitage aux abords de la cité de Montefalco en Ombrie, étaient toutes joyeuses à l’idée de partir mendier, précisément parce qu’elles allaient subir l’humiliation du regard public. Mais alors, Bérenger explique qu’elles le faisaient dans la décence. Il décrit une drôle de scène où l’on voit Claire tendre son panier ostensiblement, demander l’aumône en parlant fort, mais en même temps elle baisse les yeux et se recouvre le visage et les mains de son voile pour ne pas paraître impudique. Voilà ce que demandent les clercs aux pénitentes, qu’elles s’humilient pudiquement.

         On le comprend, la question du genre est donc primordiale. On observe alors un schéma tout à fait intéressant, à savoir que ces femmes s’appuient sur la forme de honte qui leur est assignée par les clercs, à savoir la honte de vergogne, pour accéder à la honte pénitentielle, celle de l’abjection admirable qui leur permet, si ce n’est de sortir de leur condition émotionnelle, du moins de l’infléchir.

         Ces jeux dans la honte prennent de nombreux visages ou degrés. Le premier consiste en une forme de radicalisation de la vergogne elle-même. On le perçoit très bien dans les vies de saintes. Puisqu’on leur demande de s’effacer et de parler peu, certaines femmes s’habillent en haillons, masquent l’intégralité de leur visage sous leur voile si bien, disent les textes, qu’elles étaient comme des fantômes dans la ville. D’autres choisissent de se taire tout à fait, au point que leur confesseur est obligé de leur demander au moins d’adresser la parole à leur famille quelques minutes par jour. Ces pratiques peuvent sembler une aggravation encore de la condition féminine – et c’est bien le cas – mais il ne faut pas être dupe : si les textes hagiographiques en parlent, c’est bien parce que, par ce comportement, elles sont encore plus remarquées, admirées, et donc qu’elles exercent une forme d’autorité sur leur entourage par leur exemplarité. La vergogne qu’elles pratiquent alors n’est pas une discrétion au sens classique, ou le but précisément est de ne pas se faire remarquer. Ici, elles font en sorte d’être vues en train de disparaître, ce qui est très différent.

         Un degré supplémentaire est franchi lorsque ces femmes renversent les attendus de la pudeur en impudeurs admirables. C’est le cas par exemple pour une femme originaire de Tongres dans le diocèse de Liège. Il s’agit de Lutgarde d’Aywières dont la vie est racontée par le dominicain Thomas de Cantimpré au milieu du XIIIe s. Thomas transcrit un épisode qui lui a été raconté par Lutgarde elle-même et qui renvoie à sa jeunesse, avant qu’elle n’entre au monastère. Lutgarde alors habite la ville de Saint-Trond où elle vit dans l’entourage d’une communauté de béguines. Elle est courtisée par un jeune chevalier qui se fait de plus en plus insistant, si bien qu’elle finit par l’éconduire sans ménagement. Celui-ci vit très mal la chose et tente de l’enlever. Il la fait monter de force sur son cheval, mais Lutgarde parvient à s’échapper. On est le soir et Lutgarde s’enfuit dans la forêt à pied, dans la nuit noire, pour rejoindre la maison de sa sœur à Tongres qui est située à une vingtaine de kilomètres de là. Le lendemain, le chevalier se présente avec une petite troupe mais il est mis en déroute par les domestiques de la maison. Lutgarde n’est pas quitte pour autant. Il lui faut désormais retourner dans sa communauté à Saint-Trond sachant que la rumeur court déjà : l’homme a-t-il attenté à sa vertu ? Le viol d’une vierge est un acte extrêmement grave au Moyen Âge, passible de la peine capitale mais c’est aussi un préjudice indélébile à l’encontre de l’honneur de la femme agressée, une « infamia perpertua », une « infamie perpétuelle », qui rejaillit sur tout le groupe. Et de fait, lorsque Lutgarde rentre à Saint-Trond, elle n’est pas accueillie par les habitants comme une victime. Même si le texte n’en parle pas, on peut retracer l’itinéraire de Lutgarde : de retour de Tongres, elle doit traverser la ville d’est en ouest pour rejoindre son ermitage, et donc passer à proximité de la place du marché. Preuve de l’importance de l’événement, toute la ville semble déjà au courant :

“Pressée donc par le concours du peuple trop curieux, là elle commença d’être accablée sous le poids immense de la honte (erubescentia), mais aussitôt elle se rappela le Christ à son esprit. Et dominant son âme avec force, rapidement d’un geste de la main, elle retira le voile de sa tête en parlant au Christ de la sorte : « Pour nous, Seigneur, vous fûtes lié à une colonne et revêtu d’un manteau de pourpre par la dérision du peuple en fureur ; et couronné d’épines entrelacées, vous fûtes suspendu au gibet dans la nudité. Ne trouvant donc rien à vous donner en retour, je vous offre cette honte (pudorem) qu’on méprise pour vous. » Ô merveille ! A peine avait-elle achevé de parler que, voyant son visage, la foule confuse du peuple (confusa populi multitudo) se dispersa.”[13]

         Le lexique employé par Thomas de Cantimpré pour dire la honte (erubescentia, pudor, confusio) établit une gradation dans l’intensité de l’émotion et en exécute le transfert : le premier sursaut de honte, celui de l’erubescentia, traduit à la fois la stigmatisation du jugement public et le sentiment de culpabilité de Lutgarde qui intériorise le verdict populaire, précisément parce qu’elle est une femme de vergogne. Quant à la honte du pudor, elle qualifie déjà le renversement : c’est l’honneur de sa vergogne bafouée que Lutgarde offre en sacrifice à la foule. Par son geste de dévoilement, elle convertit la honte infamante que lui renvoie la foule en honte admirable, offrant sa pudeur comme le Christ avait offert sa nudité aux humiliations publiques. La foule est renvoyée d’un coup à sa cruauté et prend conscience de l’injustice dont elle se rend coupable. Non seulement la honte a changé de camp mais c’est la plus dure des hontes qui saisit en retour les accusateurs, celle de la confusio.

         Cet événement montre, malgré son caractère extrême, que les femmes vergogneuses disposent malgré tout d’une certaine latitude dans le maniement de la honte. C’est parce qu’elle est une femme admirée pour sa vergogne que Lutgarde peut d’une certaine façon la renverser en impudeur admirable, geste qui non seulement restaure son honneur mais assoie définitivement sa réputation auprès des habitants de Saint-Trond. Mais, comme nous l’avons vu à propos de la mendicité volontaire, cette subversion de l’humiliation n’est pas toujours le fruit d’une agression, elle peut être désirée, pour des raisons religieuses mais aussi comme une stratégie de conquête de l’espace public.

         On retrouve ce travail de débordement dans la vita de Marguerite de Cortone, écrite au début du XIV e siècle. Le profil de Marguerite est singulier puisqu’elle est pour la société de son temps au sens propre une femme dévergondée. Elle a vécu en concubinage pendant une dizaine d’années avec un petit noble qui lui a donné un fils. Lorsque son compagnon meurt prématurément, elle se retrouve rejetée de tous, à commencer par sa famille. Elle se met alors sous la protection des franciscains de Cortone, dans le sud de la Toscane. Marguerite devient ainsi une pénitente au sens fort du terme, une « nouvelle Madeleine » dit le franciscain qui écrit sa vie. Elle passe tout le reste de sa vie dans l’angoisse du péché de fornication qu’elle a commis. Pour cela, elle n’a qu’une obsession : s’humilier publiquement encore et encore. Mais les franciscains ne l’entendent pas de cette oreille. Ils la placent alors dans une position pour elle intenable. D’un côté, ils attendent qu’elle se comporte selon les attendus de la vergogne, comme gage de sa vertu restaurée ; d’un autre côté, ils veulent qu’elle reste visible comme pénitente dans la cité tout en lui interdisant de s’exposer sur la voie publique. En clair, elle peut s’humilier publiquement mais à l’intérieur de l’église des frères, donc dans un espace clos où ils peuvent garder le contrôle. Marguerite remplit parfaitement la première partie du contrat : elle s’habille modestement, fuit le regard des hommes et refuse de parler à quiconque sans l’autorisation des frères. Mais on comprend qu’elle réclame en contrepartie l’autre versant, à savoir subir publiquement toutes sortes d’humiliations. C’est ainsi par exemple qu’elle échappe un vendredi saint à la surveillance de ses protecteurs et se met à déambuler dans les rues de Cortone, une corde au cou comme une criminelle, en hurlant ses péchés. Les frères sont obligés de la rattraper pour la mettre à l’abri, non sans la sermonner vertement au passage. Ici, on comprend que l’enjeu ultime n’est pas celui de la décence féminine, donc de la pudeur, mais la présence active de la femme dans l’espace public. Là est la vraie transgression, inacceptable pour les frères. Ce qui est remarquable, c’est que les femmes tentent d’y parvenir, non dans la confrontation directe, mais en subvertissant les instruments de leur propre confinement. Elles investissent pleinement le jeu possible entre la verecundia-vergogne et la verecundia-humiliation et, par cette dynamique interne à l’émotion, elles affirment leur position de sujet agissant, au sens où elles se forgent une identité unifiée mais aussi une position d’autorité.

Bien sûr, il ne s’agit pas pour moi de généraliser ces comportements extrêmes à toutes les femmes, mais ceux-ci laissent entrevoir un jeu possible dans la vergogne accessible au plus grand nombre. En tout cas, si on n’entre pas dans la finesse de l’anthropologie émotionnelle de la honte chrétienne, on ne comprend pas comment ce double aspect de la condition émotionnelle des femmes trouve une cohérence, voire possède une certaine force émancipatrice à l’intérieur même du cadre de la domination masculine, même si le coût en est élevé.

En outre, en termes de genre, il faut comprendre que la vergogne n’est pas seulement à cette époque l’honneur des femmes, c’est aussi un honneur au féminin ou, si l’on veut, la part féminine de l’honneur, accessible donc aux hommes aussi. Au Moyen Âge central, cette féminité de l’honneur a encore droit de cité, et un personnage comme François d’Assise, qui n’hésite pas à jouer sur les registres féminins des émotions, en est un bon exemple.

         Pour autant, il semble bien que le XIIIe siècle signe l’apogée de l’efficacité sociale de la vergogne. La fin du Moyen Âge est en effet marquée par une série de replis. C’est le cas d’abord de l’honneur qui se rabat de plus en plus sur la condition sociale, la valeur du lignage. Même l’expression « femme d’honneur » qui se rencontre à partir du XIVe siècle désigne une femme honorable moins par sa vertu que par son rang. L’honneur est de moins en moins un capital acquis qu’un capital hérité. D’une certaine façon, on peut dire que la part virile de l’honneur gagne du terrain. Certes, certaines femmes en bénéficient, notamment celles qui appartiennent à l’élite sociale mais, en retour, la part proprement féminine de l’honneur tend à se contracter de plus en plus sur la pudeur corporelle. En fait, plus la vergogne se féminise, plus elle devient pudeur, si bien qu’en français le mot même de vergogne entendu dans son sens médiéval régresse, phagocyté d’un côté par la honte, de l’autre par la pudeur. Et déjà au XVIIe s., le grammairien Vaugelas considère le terme « vergogne » comme désuet, appartenant, dit-il, au « bas stile » qui prête à rire, et l’on imagine qu’il pense alors à l’un des sens anciens de la vergogne qui désigne les parties génitales de la femme. Désormais la pudeur suffit bien aux femmes, une pudeur dont le contrôle ne cesse de s’intensifier jusqu’à ce qu’il soit pris en charge à la fin du XVIIIe siècle par la puissance publique, ce que l’on voit dans la qualification du délit d’outrage public à la pudeur en 1791, qui est défini comme un délit « d’outrage à la pudeur des femmes ». En fait, dès la fin du Moyen Âge, le principe de la vergogne comme « féminité de l’honneur » s’épuise. Le concept de vergogne se scinde en eux : d’un côté, l’idée de vergogne comme vertu non seulement décline mais elle perd sa connotation féminine ; et d’un autre côté, lorsqu’elle continue à être entendue au féminin, elle n’est plus que passion et se rabat presque exclusivement sur la pudeur. Ou pire encore elle n’existe que dans l’absence coupable (« sans vergogne »), comme s’il fallait précisément évincer la vergogne féminine du champ de l’honneur. La vergogne honorable de la femme médiévale, qui lui permettait de jouer dans certaines circonstances avec des formes admirables de la honte, ne se perçoit plus désormais qu’en négatif dans la caricature de la « femme dévergondée » qui enferme son être dans l’image figée d’un corps sexualisé.

Nulle échappatoire désormais, que les femmes soient vergogneuses ou dévergondées, la honte n’est plus qu’un outil de leur infériorisation, jusqu’à ce qu’elles décident elles-mêmes d’en faire un sentiment révolutionnaire.

Damien Boquet

[1] F. Gros, La Honte est un sentiment révolutionnaire, Paris, Albin Michel, 2021.

[2] D. Eribon, Une morale du minoritaire, Paris, Flammarion, 2001.

[3] E. Louis, Changer : méthode, Paris, Seuil, 2021, p. 215.

[4] J. Genet, Journal du voleur, Paris, Folio Gallimard, 1982, p. 276, cité dans D. Éribon, Une morale du minoritaire, op. cit., p. 102.

[5] E. Kosofsky Sedgwick et A. Frank (éd.), Shame and Its Sisters. A Silvan Tomkins Reader, with a Biographical Sketch by I. E. Alexander, Durham, Duke University Press, 1995.

[6] D. Boquet, Sainte vergogne. Les privilèges de la honte dans l’hagiographie féminine au XIIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2020.

[7] L. Parini, Les Systèmes de genre. Introduction aux concepts et théories, Zurich, Seismo, 2006.

[8] D. Lett, « Les régimes de genre dans les sociétés occidentales de l’Antiquité au XVIIe siècle », Annales HSS, 3 (2012), p. 565-566.

[9] J. Pitt-Rivers, Anthropologie de l’honneur. La mésaventure de Sichem, Paris, Hachette, 1997.

[10] M. Foucault, Le Courage de la vérité. Le gouvernement de soi et des autresII. Cours au collège de France, 1984, Paris, Gallimard-Seuil, 2009, p. 307.

[11] François d’Assise, Regula non bullata, IX-7, dans J. Dalarun (dir.), François d’Assise, Ecrits, Vies, témoignanges, vol. 1, Paris, Cerf – Editions franciscaines, 2010, p. 201-202.

[12] Angèle de Foligno, Livre, Grenoble, Jérôme Millon, 1995, p. 57-58.

[13] Vie de sainte Lutgarde par Thomas de Cantimpré, traduction et préface par A. Wankenne, Namur, Presses universitaires de Namur, 1991, p . 6-7.

Faut-il en finir avec l’amour courtois ?

Faut-il en finir avec l’amour courtois ?

Aimer au Moyen Âge (et aujourd’hui)

Texte d’une conférence donnée le 11 décembre 2021 à la Cité des Sciences et de l’Industrie dans le cadre d’une rencontre avec des étudiants de classes préparatoires sur le thème “Aimer”.

Lancelot et Guenièvre
Crédit : BNF, ms Fr. 343 (v. 1380)

Faut-il en finir avec l’amour courtois ? Voilà sans doute une question qui a de quoi étonner, surtout lorsqu’on est invité, comme c’est mon cas, à parler justement de l’amour courtois. Y aurait-il une erreur de casting ? Ce n’est pas à exclure car je dois préciser que si je suis bien historien du Moyen âge, je ne suis pas un spécialiste des littératures médiévales. Mais je n’ai pas l’intention de me défiler. Au contraire, je souhaiterais dans cette courte présentation essayer de donner à entrevoir, derrière l’arbre chevelu de l’amour courtois, la forêt bigarrée des façons d’aimer au Moyen Âge qui sont aussi, me semble-t-il, une source de réflexion pour aujourd’hui.

Qu’est-ce que l’amour courtois ?  Au sens strict, l’expression elle-même n’est pas médiévale, elle a été proposée pour la première fois en 1883 par un philologue et professeur au collège de France, Gaston Paris. En soi, un tel anachronisme n’est pas un problème. Les historiennes et les historiens ont l’habitude de nommer leurs champs d’études avec les mots d’aujourd’hui, pourvu que les uns et les autres se rejoignent. Gaston Paris appelait « amour courtois » une forme littéraire qui s’est développée dans l’environnement des cours seigneuriales et princières à partir de la fin du XIe siècle, d’abord dans le Midi de l’actuel territoire de la France, entre Aquitaine et Provence, ces régions où l’on parlait la langue d’oc ; avant de se diffuser plus au nord, dans les pays de langue d’oïl, mais également en Allemagne. Cette littérature, c’est celle des troubadours et des troubadouresses, des hommes et des femmes qui ont inventé – d’où leur nom, qui vient du verbe trobar : trouver, inventer – une poésie amoureuse d’un genre nouveau, celle de la fin’amor, de l’amour pur, pour employer un mot qui leur appartient.

Selon le schéma assez restrictif que retient Gaston Paris, l’amour courtois met en présence une femme mariée issue de la haute noblesse (la dame) et un chevalier d’un rang social plus modeste qui n’est pas son époux. La relation est donc adultère et socialement inégalitaire. Le désir est au cœur du lien amoureux, un désir cependant qui repousse ou met à distance le moment de l’étreinte charnelle. Comme l’écrit Danièle Régnier-Bohler, il s’agit d’une « érotique de la maîtrise du désir » qui s’accorde avec le motif troubadouresque de la fin’amor, ou avec ce que le troubadour Jaufré Rudel appelle « l’amour de loin », ou encore qui renvoie au couple d’amants chastes que forment Lancelot et Guenièvre dans le roman de Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la charrette. Dans la poésie occitane, la fin’amor conjugue deux valeurs, la mezura et le joy. La mezura, la mesure, renvoie précisément à l’idéal de contrôle et de raffinement. Quant au joy, il exprime le contentement amoureux, moins celui de l’union charnelle, que le plaisir même inhérent à l’attente, au désir, même si c’est un plaisir douloureux. C’est une notion que les théologiens du temps connaissent bien aussi et qu’ils appellent delectatio, la délectation, autrement dit une forme de plaisir dans l’anticipation de l’accomplissement d’un désir. Ce plaisir est tel qu’il peut conduire à repousser toujours plus le moment de la jouissance, aussi par crainte que la possession de l’objet de ce désir ne mette fin au plaisir. On voit que cette esthétique amoureuse, si elle repose sur une frustration assumée et la mise à distance, n’est absolument pas une éthique de la froideur et du refoulement des émotions. Elle est au contraire particulièrement émotionnelle et démonstrative: les amants courtois brûlent de désir, pleurent abondamment, les hommes comme les femmes, sont dévorés d’angoisse au point de sombrer dans la folie.

Il reste que les historiens et les historiennes de la littérature médiévale ont depuis longtemps souligné que ce schéma de l’amour courtois (virtuellement adultère, sexuellement inassouvi, socialement dissymétrique) ne correspondait qu’à une petite partie de la très riche production lyrique et romanesque amoureuse de cette époque. Cette production en langue vernaculaire se caractérise en effet par une grande diversité de formes et de genres. Diversité des langues, romanes et germaniques, qui possèdent elles-mêmes de nombreuses variations régionales. Diversité des formes littéraires : de la canso, la chanson d’amour occitane, aux romans – c’est-à-dire au sens propre des récits mis en langue romane. Diversité des scénarios amoureux. Ainsi en est-il par exemple de la consommation charnelle. Nombreux sont les textes, y compris dans la lyrique occitane, où les joies de l’étreinte sexuelle font partie de la loi de l’amour, comme ici sous la plume de Béatrice de Die :

Je voudrais bien tenir nu mon chevalier / Un soir entre mes bras (…) / Bel ami, agréable et charmant, / quand vous tiendrai-je en mon pouvoir ? / Quel soir coucherai-je avec vous / Et vous donnerai-je un baiser d’amour? / Sachez-le, j’aurais grand désir / De vous tenir à la place du mari, / pourvu que j’obtienne de vous la promesse / De faire tout ce que je voudrais. (dans D. Régnier-Bohler (dir.), Voix de femmes au Moyen Âge, Robert Laffont, 2006, p. 28-29)

Il en va de même pour la dimension adultère et clandestine de l’amour courtois. Là encore, les exemples sont nombreux, à commencer par les romans de Chrétien de Troyes Erec et Enide ou Yvain ou le chevalier au lion, où la célébration courtoise de l’amour prend place à l’intérieur du mariage. Enfin, l’idée selon laquelle l’amour courtois serait foncièrement inégalitaire ne va pas non plus de soi, comme le montre par exemple le cas de Tristan et Iseut. Aussi, pour coller davantage à la diversité littéraire, Alain Corbellari propose-t-il de distinguer au moins trois types d’amour courtois : la fine amor, l’amour idéaliste des troubadours qui met « le raffinement, la patience et l’ascèse » au cœur de la relation ; la bone amor, plus apaisée et stable qui se confond largement avec l’amour conjugal et la fol amor, celle de la passion dévorante qui s’incarne dans le couple Tristan et Iseut. Mais on le comprend, on pourrait multiplier les modèles. C’est pourquoi, certains spécialistes proposent de qualifier d’amour courtois tout discours sur l’amour présent dans la littérature de cour au Moyen Âge.

Que reste-t-il dès lors des amours courtoises ainsi fragmentées ? Il reste l’idée d’une culture amoureuse raffinée, dont la maîtrise des codes serait réservée à une élite, une élite sociale certes, mais plus encore une élite culturelle seule capable d’accéder à un tel degré de raffinement. « Qui n’est pas courtois est vilain » résume ainsi Michel Zink, le « vilain » étant le paysan, mais aussi par extension le rustre, le grossier, celui qui n’a pas de manière. Le noble est courtois ; le vilain est grivois. Dès lors, on arrive vite à la question sociale. Aimer courtoisement, ou du moins chanter l’amour au Moyen Âge, serait un acte politique autant qu’un signe de distinction sociale. D’où la question, cruciale : qu’en est-il de la réalité de la pratique de l’amour courtois dans la société médiévale ? les hommes et les femmes du XIIe s. s’aimaient-ils d’amour courtois ?

Si l’on remonte, si ce n’est aux origines, du moins au moment où cette poésie amoureuse devient visible dans les sources, elle apparaît à la fin du XIe s. à la cour du duc d’Aquitaine et comte de Poitiers Guillaume IX, premier troubadour qui ait laissé une œuvre écrite. Guillaume était alors l’un des princes les plus puissants d’Occident. Un temps, la thèse défendue par les historiens a été celle d’une appropriation de la poésie courtoise par des auteurs issus de la petite noblesse dans le courant du XIIe siècle, qui faisaient valoir ainsi leur désir d’ascension sociale en mettant en scène eux-mêmes des chevaliers partant à l’assaut de l’épouse d’un puissant seigneur. En réalité, les troubadours et autres trouvères, pour peu qu’on ait des informations fiables les concernant, étaient issus de tous les milieux, des plus illustres aux plus obscurs, même si tous par définition appartenaient aux milieux lettrés. On parle d’amour courtois parce que cette littérature s’épanouit, du moins dans un premier temps, dans les cours aristocratiques dominées par la classe guerrière, celle que régit alors les règles de la féodalité. En outre, il faut avoir à l’esprit que la lyrique courtoise à l’origine est d’abord une performance publique : elle est chantée par des professionnels du divertissement, les jongleurs, parfois accompagnés par une musique instrumentale. L’amour courtois est donc un spectacle, joué lors des fêtes et des banquets, une mise en scène au sens propre qui dit la richesse du maître des lieux. Ce n’est que dans un second temps, avec la diffusion du genre romanesque, que l’amour courtois peut être rêvé dans le secret des cœurs des lectrices et des lecteurs. Musique, chant, geste, le discours courtois est autant entendu que vu et c’est collectivement que les hommes et les femmes de la bonne société en reçoivent les codes. En ce sens, l’amour courtois est avant tout une projection de valeurs idéalisées qui composent un bagage commun à une catégorie sociale. Sa fonction première n’est sans doute pas de forger des façons d’aimer mais de consolider voire de créer un sentiment d’appartenance à une même communauté sociale.

En outre, depuis la fin du XIXe s. au moins, chaque génération s’est appropriée l’amour courtois en y projetant ses propres désirs, pour ne pas dire ses phantasmes. Gaston Paris lui-même en était bien conscient et même le revendiquait. L’historienne de la littérature Ji-Hyun Philippa Kim a ainsi perçu dans le concept d’amour courtois que Gaston Paris forge à partir de l’histoire de Lancelot et de Guenièvre une influence du mouvement artistique du décadentisme à la fin du XIXe siècle, marqué par une fascination pour l’irrationnel, la décrépitude et la mort. L’histoire de Lancelot et Guenièvre serait ainsi une version décadente du mythe fondateur de la passion brute, animale, de l’amour de Tristan et Iseut. Dans les années 1930, Denis de Rougemont dans un livre foisonnant intitulé L’Amour et l’Occident a défendu l’idée cette fois d’une invention de l’amour-passion au XIIe siècle en réaction à l’emprise de l’Église sur le mariage. Plus récemment, dans les années 1970-1980, c’est la question de la place de la sexualité et de la femme dans le schéma courtois qui a retenu l’attention des historiens et des historiennes, en dialogue parfois avec la psychanalyse.  Georges Duby a ainsi souligné la relation trouble qu’instaurait le triangle amoureux entre le mari, la dame et l’amant. L’objet réel de l’amour du chevalier, dans son désir de conquête sociale, n’était peut-être pas la dame mais le seigneur lui-même. Parallèlement, on s’intéresse à la valorisation de la femme. La figure de l’amante suzeraine, le service vassalique du chevalier ne seraient-ils pas des indices d’une promotion de la femme dans la société féodale ? Si l’hypothèse méritait d’être envisagée, elle a été d’emblée considérée avec une grande réserve, non seulement parce qu’il serait hasardeux de confondre littérature et réalité sociale, mais aussi en raison des structures mêmes de la courtoisie amoureuse. En effet, si le chevalier se soumet, il s’agit de sa part d’une soumission volontaire qui n’a rien à voir avec la subordination imposée de la femme dans la société. Et comme l’a remarqué G. Duby, la femme dans l’amour courtois, même si elle est séduite selon un art consommé du raffinement, demeure le plus souvent un trophée, un objet de conquête dans une compétition entre mâles. Plus récemment encore, c’est la question du genre qui est posée. Or, là aussi, l’amour courtois, même compris dans son sens élargi, masque une grande diversité des cultures amoureuses au Moyen âge central, qui accordent encore une large place aux relations affectives entre personnes de même sexe, et plus particulièrement entre hommes. Je pense par exemple à la poésie homoérotique en langue latine qui fleurit au début du XIIe s. sous la plume d’auteurs ecclésiastiques qui occupent par ailleurs des positions éminentes dans l’Église de leur temps, tels Baudri de Bourgueil ou Marbode de Rennes. Je pense également à l’amour spirituel entre moines qui est loué à grands renforts d’effusions sentimentales comme ici dans cette lettre qu’Anselme de Cantorbéry adresse au jeune moine Gondulphe :

« … Tout ce que je ressens à ton sujet est doux et agréable à mon cœur : tout ce que je désire pour toi est ce que mon esprit peut concevoir de mieux. En effet, je t’ai vu tel que je t’ai aimé, comme tu le sais ; j’entends que tu es tel que je t’ai désiré, comme Dieu le sait. Par suite, où que tu ailles, mon amour t’accompagne, et où que je demeure, mon désir t’embrasse. »

Anselme de Cantorbéry, « Epître 4 », traduction J.-F. Cottier, “Saint Anselme et la conversion des émotions. L’épisode de la mort d’Osberne”, dans D. Boquet et P. Nagy (dir.), Le Sujet des émotions au Moyen Âge, Beauchesne, 2008, p. 292.

Je pense encore à la fascination du XIIe siècle pour le Cantique des cantiques, ce grand poème amoureux de l’Ancien Testament, qui donne lieu à une masse de commentaires qui jouent sans retenue des fluidités de genre, où hommes et femmes peuvent tour à tour endosser le rôle de l’époux et de l’épouse du poème. Et s’il faut en revenir à l’amour courtois lui-même, ses codes se diffusent au cœur de cette profusion de discours sur l’amour, donnant naissance notamment à ce que les historiens appellent la mystique courtoise, particulièrement explorée par des femmes autrices, qui n’hésitent pas à voir dans le Christ un amant courtois.

Et encore, je suis resté jusqu’à présent dans les limites de l’écrit littéraire. En réalité, les invasions amoureuses au XIIe s. transpercent toutes les frontières. Elles atteignent la théorie du mariage qui se constitue alors en sacrement, un sacrement qui repose sur la notion juridique d’affectio conjugalis, l’affection conjugale, qui vient elle-même du droit romain, si ce n’est que les intellectuels chrétiens « sentimentalisent » une notion qui à l’origine qualifiait avant tout le respect de la condition d’épouse et de sa dignité. Il n’est sans doute pas faux de voir dans l’amour courtois une forme de réponse des milieux aristocratiques au pouvoir grandissant de l’Église à partir du XIe siècle, une Église qui s’appuie sur une idéologie de l’amour spirituel pour penser et encadrer la société chrétienne. Il reste que les imbrications entre ces deux mondes sont profondes, culturellement et socialement, ne serait-ce que parce que leurs élites appartiennent aux mêmes lignages. Le lien politique lui-même dans le cadre de la féodalité est pensé comme un foedus amicitiae, un pacte d’amitié qui doit être constamment réactivé, par des paroles et des gestes d’amour, qui construisent une fidélité ressemblant parfois aux liens du mariage, comme le suggère cette tombe double de deux chevaliers du XIVe s. :

Tombe partagée de William Neville et John Clanvowe (Istanbul)

« C’est également le 17 octobre que dans un village près de Constantinople en Grèce, la vie de Sir John Clanvowe, un noble chevalier, s’est achevée, causant à son compagnon de route, Sir William Neville, pour qui son amour n’était pas moindre que pour lui-même, un chagrin si inconsolable qu’il n’a plus jamais pris de nourriture et que deux jours plus tard, il a rendu le dernier soupir, dans un deuil douloureux, dans le même village. » Chronique de l’abbaye de Westminster, 1391 (cité dans A. Bray, The Friend, The Un. of Chicago Press, 2003, p. 18-19).

En politique aussi l’amour exige des preuves, ainsi que se les échangent le duc d’Aquitaine Richard cœur de Lion, fils du roi d’Angleterre Henri II, et le jeune roi de France Philippe [Auguste] selon le récit de plusieurs chroniqueurs  :

« Richard, alors duc d’Aquitaine, fils du roi d’Angleterre, est resté auprès de Philippe, le roi de France, qui l’a tant honoré, et si longtemps, qu’ils prenaient chaque jour leurs repas à la même table et se servait de la même assiette, et la nuit des lits différents ne les séparaient pas. Et le roi de France l’aima comme sa propre âme ; et ils se chérissaient tant l’un l’autre que le roi d’Angleterre, stupéfait de l’attachement passionné qui existait entre eux, se demandait quelle en était la nature. » Gesta regis Henricis Secundi Benedicti abbatis, édité par W. Stubbs, Londres, 1867, 2, 7 (cité dans J. Boswell, Christianisme, tolérance sociale et homosexualité, op. cit., p. 295-296).

Il est difficile pour le lecteur d’aujourd’hui de ne pas projeter sur les intériorités vécues ces fictions amoureuses et ces ritualisations. Richard a-t-il réellement aimé d’amour Philippe, ne serait-ce que le temps de la célébration de leur alliance ? A l’opposé, la tentation n’est pas moindre de ne voir dans cette culture amoureuse qu’un simulacre masquant mal la rugosité des rapports de force. Mais cette vision binaire de l’amour, qui oppose la ritualisation sociale et l’intériorité du sentiment, le calcul politique et l’affect, renvoie assurément avant tout à nos propres représentations qui ne valident l’amour que comme un sentiment privé et intérieur, et par conséquent le perçoivent comme une motivation faible de la causalité historique. Cette conception clivée ne rejoue-t-elle dans le champ des sciences sociales les stéréotypes du féminin et du masculin, la mollesse des émotions contre la virilité de la raison ? Ce que nous donne à voir la société médiévale, c’est au contraire un usage plein de l’amour, lequel signifie par excellence le lien : lien anthropologique entre le corps et l’âme, lien social entre les individus, lien politique entre les communautés, lien religieux également entre le monde d’ici-bas et l’au-delà.

 La frontière ne se situe pas entre le privé et le public, le sensible et le rationnel, l’intime et le social mais entre l’intus et le foris, à savoir l’intérieur et l’extérieur, le charnel et le spirituel, le noble et le vulgaire, le même et l’autre. C’est aussi pourquoi l’amour entre les hommes et les femmes, l’amour entre le vassal et son seigneur, l’amour entre chrétiens, n’existe qu’au prix de la détestation des amours contre nature, au prix de la haine de l’hérétique et du païen. Point d’amour sans haine, c’est aussi une réalité vive du Moyen Âge.

Il est donc essentiel de considérer cette période non avec les yeux de Chimène mais avec le regard lucide de l’anthropologue ; de ne pas s’illusionner dans une fausse familiarité, mais de s’ouvrir à l’étrangeté. Quoi de plus troublant en effet que de voir ainsi se diffuser, dans une société hétéronormée et patriarcale, comme l’était la société médiévale, des modèles amoureux qui se jouent des rapports de genre, et qui semblent parfois forger les outils de leur propre subversion ?

J’en reviens alors à ma question de départ : faut-il en finir avec l’amour courtois ? Malgré les critiques que la notion a suscité dès sa formalisation par Gaston Paris, malgré les tentatives de dépassement entreprises par les spécialistes, il faut bien reconnaître que l’amour courtois a la vie dure. Faut-il y voir la persistance jusqu’à aujourd’hui d’une conception patriarcale de l’amour qui continuerait de coloniser nos imaginaires ? Est-ce le symptôme d’un besoin de civiliser la violence des pulsions en les inscrivant dans un passé rêvé et dans des histoires qui nous rassurent ? A titre personnel, je ne suis pas sûr que l’amour courtois tel qu’il fut scénarisé par Gaston Paris soit aujourd’hui extrêmement désirable. En revanche, il y a une caractéristique de la poésie amoureuse médiévale qui me semble entrer en résonance avec les enjeux actuels : sa capacité à façonner le désir par la langue, comme le chante avec malice le troubadour Bernart Marti :

C’aissi vauc entrebescant / los mots e.l so afinant / lengu’entrebescada / es en la baizada

Ainsi je vais enlaçant / les mots et rendant purs les sons / comme la langue s’entoure à la langue / dans le baiser.

Bernart Marti, cité dans J.-Ch. Huchet, L’Amour discourtois, Privat, 1987, p. 17

La lyrique de l’amour courtois constitue pour ainsi dire l’acte de naissance littéraire des langues vernaculaires, en particulier romanes. C’est cette puissance d’invention de la langue dans une poétique amoureuse qui me semble particulièrement désirable. Quoi de plus désirable en effet qu’une langue où le mot « amour » peut être genré indifféremment au masculin ou au féminin ? Au-delà des schémas sociaux et idéologiques qui sous-tendent l’amour courtois, il y a la puissance d’invention du « trobar » ; le troubadour ou la troubadouresse s’affirme avant tout comme celui ou celle qui invente. Invention littéraire d’une langue, invention d’une culture amoureuse ; les deux se confondent.

Et si « aimer » n’était pas ce qui nous oblige et nous possède mais ce qui nous permet de nous inventer ? de nous inventer individuellement comme sujet de désir et de plaisir ? de nous inventer collectivement comme communauté politique ? Voilà à mon sens une liberté toute actuelle à laquelle nous invitent les amours médiévales.

Damien Boquet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Piroska Nagy : “Que le virus de l’émotion nous aide maintenant à rompre nos chaînes !”

https://www.franceculture.fr/societe/piroska-nagy-que-le-virus-de-lemotion-nous-aide-maintenant-a-rompre-nos-chaines

Coronavirus, une conversation mondiale | Depuis Montréal où elle est professeure d’Histoire du Moyen Âge à l’université du Québec (UQÀM), la franco-hongroise Piroska Nagy nous invite à laisser muter le virus de la peur. Colère, indignation et espoir peuvent nous aider à changer le monde : si rien ne va plus, tout est possible !

Le pont Jacques-Cartier illuminé aux couleurs de l'arc-en-ciel en signe d'espoir , Montréal, le 11 avril 2020
Le pont Jacques-Cartier illuminé aux couleurs de l’arc-en-ciel en signe d’espoir , Montréal, le 11 avril 2020 Crédits : Eric Thomas AFP

Face à la pandémie de coronavirus, Le Temps du Débat avait prévu une série d’émissions spéciales « Coronavirus : une conversation  mondiale » pour réfléchir aux enjeux de cette épidémie, en convoquant les savoirs et les créations des intellectuels, artistes et écrivains du monde entier. Cette série a dû prendre fin malheureusement après le premier épisode : « Qu’est-ce-que nous fait l’enfermement ? ».  Nous avons donc décidé de continuer cette conversation mondiale en ligne en vous proposant chaque jour sur le site de France Culture le regard inédit d’un intellectuel étranger sur la crise que nous traversons.

Aujourd’hui, l’historienne Piroska Nagy, spécialiste du sensible au Moyen Âge nous propose une lecture de la contagion des émotions en temps de pandémie. 

Décidément, le temps est aux émotions. Cette pandémie – tout aussi attendue qu’inattendue – n’est pas arrivée seule à Montréal, comme dans d’autres villes du monde. Avant même de débarquer, le  Covid-19 dont on parlait déjà d’abondance, avait déclenché un autre virus, largement aussi contagieux : celui de la peur. La peur est une émotion, et les émotions émergent, se déploient et se transmettent dans un cadre social, dont elles demeurent indissociables. Les émotions qui nous touchent, qui nous éveillent, nous incommodent et nous font bouger, font partie de la communication. Elles peuvent s’intensifier ou s’apaiser, voire, comme les virus, muter.   

Ainsi, le virus émotif accompagnant la pandémie a d’abord saisi chacune et chacun par un petit fond d’anxiété, dont témoignait le regard se dérobant au lieu de s’arrêter sur le passant … Liée aux voyages, aux transports, aux grands magasins et autres situations de foule, la peur s’est rapidement installée. En état sévère, elle est devenue une angoisse paralysante, touchant la couleur même du jour. Avec le Covid, le temps est sorti de ses gonds pour devenir un temps hors du temps, où tous les jours se ressemblent. Car l’arrêt soudain des activités –  grande relaxation, ce n’est pas qu’un dimanche ! – a ébranlé toutes les bases de la vie sociale. Plus de café du coin, de discussion au marché, de flânage au parc ou de soirée entre amis. Les routines, trajets et gestes quotidiens qui nous ancrent dans la société ont peu à peu perdu leur terreau solide.  

Le Temps de l’Inconnu étend alors son empire comme le brouillard tombant sur la campagne, le contour des choses s’estompe en même temps qu’on perd la visibilité. Dans un monde sans axe ni horizon, blanc et flou, ne restent que les angoisses, les projections et les rêves fous. 

Alors que présent et avenir se conjuguent à l’aveugle, le passé n’est plus : travail et revenus sont mis à l’arrêt pour une partie importante de la population. L’angoisse se transforme en indignation lorsqu’on découvre que la carte de crédit, elle, ne connaît pas de pause : des frais d’intérêts de 20% s’ajoutent aux impayés ! Voici l’une des vérités crues de ce monde, où tout un chacun est esclave des banques qui encaissent même nos salaires. Nous reviennent alors en mémoire ces prédicateurs médiévaux qui dénonçaient le gain contre-nature : plus que jamais, les banquiers font de l’argent avec le temps qui appartient à Dieu, comme aimait le rappeler Jacques Le Goff.  Les banques s’enrichissent pendant que le commun s’appauvrit et craint de tout perdre. « À l’impossible nul n’est tenu », voici ce qui devrait être la devise des banques en temps de pandémie. D’où le mouvement  montréalais, lancé à la fin du mois de mars :  Grève des loyers ! 

Monte alors la colère sociale … cette colère du juste, qui repose sur l’idée ancestrale de la possibilité, de l’existence immanente d’un ordre moral du monde qui ne se tient, on le sait, que parce qu’on se soucie les uns  des autres. Nul horizon social sans bien et utilité communs. Or le monde du début du XXIe siècle ne connaît pas le commun ; pire, il le combat de toutes ses forces. Pourtant c’est la seule réponse possible à cette pandémie, qui révèle les inégalités en les accroissant. Le scandale planétaire éclate comme le virus, le scandale qui frappe aussi bien le pays le plus puissant de la Terre que l’Inde ou le Brésil, autrement plus désolants et pourtant si ressemblants dans leur délestage du commun et du pauvre. Un système mondial radicalement fou, fou dès la racine, se dévoile ainsi plus clairement que jamais dans l’atmosphère enfin non polluée. Ici, au Québec, son absurdité nous explose au visage, semblablement à la France : pour une province suffisamment agricole, l’absurde d’une absence de souveraineté alimentaire à 33% des besoins, pendant qu’on produit à l’exportation ! Mon fermier de voisin  n’a pas le droit de me vendre du lait. Nous dépendons, ici comme ailleurs, en médicaments et en produits manufacturés, de l’autre bout du monde. Ce système fou et immoral, en ce temps de crise, fait des grands États des pirates … 

À l’origine de la crise actuelle, on le sait maintenant, la mondialisation et ce qu’elle a créé  d’inégalités sociales insoutenables et planétaires, étroitement liées à la destruction des écosystèmes et du monde : car pourquoi diable, sinon par misère, mangerait-on en Asie des pangolins ?! Le virus qui a envahi le monde par le chemin des voyages des choses et des gens –  autant de marchandises, si l’on regarde bien ! – révèle la folie du monde. Cette folie qui, partiellement du moins, s’est enfin arrêtée ; à laquelle nous avons, nous aussi, contribué de mille façons, à laquelle  nous sommes tous enchaînés. Regardons-nous bien en face, et nous aussi…  arrêtons.  

La médiéviste en moi se souvient alors de la Grande Peste, qu’on aime regarder encore de loin comme un des phénomènes générant la Renaissance. Après la Peste – comme après la Covid – le monde ne sera plus jamais comme avant. 

Suspendons donc notre souffle, puisqu’ enfin, même en ville, on entend les oiseaux. L’impensable est advenu : le monde, dans sa course folle, s’est arrêté –  et ceci, miracle : par volonté politique. On peut donc trouver des manières collectives et solidaires de réagir aux grands fléaux. La volonté politique, pour changer de direction, est possible, et la direction est claire. Avec le désespoir que cet arrêt fait surgir, affleure ainsi l’espoir, un espoir impérieux, violent, sauvage. Que le virus de l’émotion nous aide maintenant à rompre nos chaînes ! Face à la réalité insoutenable de l’horizon sans avenir, de l’autophagie de notre civilisation : nous autres humains, soyons enfin capables de penser et faire  ensemble le changement de direction ! Que cet arrêt nous serve à le penser et à le faire. Si rien ne va plus, tout est possible !   

Laissons donc muter le virus de la peur ! Colère, indignation et espoir peuvent nous être collectivement bénéfiques, pour modeler le monde qui vient.

Puisqu’ils appellent tout à coup à se soucier de nos aînés à cause du virus,  dont ils sont les premières victimes, nos politiciens -– et les magnats  qui les gouvernent -– appelleront-ils à se soucier de nos enfants – de leurs enfants, petits-enfants aussi ?!? Saisiront-ils enfin que c’est là, le sens des responsabilités , le courage politique : il faut maintenant faire face, à la faveur de l’urgence sanitaire, à l’urgence planétaire, un danger encore plus grand pour les humains. Saisiront-ils que l’on ne peut se sauver que tous ensemble – en pensant la justice sociale aussi sur le plan planétaire ?   

Par amour pour celles et ceux à qui nous léguerons cette planète, que nos émotions les plus fortes, justes et impérieuses, nourries par la raison et l’amour du monde, s’éveillent ! Œuvrons à cette véritable Résurrection

Emmanuel Laurentin avec l’équipe du « Temps du débat »

Retrouvez ici toutes les chroniques de notre série Coronavirus, une conversation mondiale.

Conférence : Sainte Vergogne. Les privilèges de la honte dans l’hagiographie féminine au XIIIe siècle

En ces temps de confinement, vivons la diffusion de la recherche autrement. Voici l’enregistrement d’une conférence que j’ai donnée le 12 mars 2020 au séminaire GeFeM (Genre, Femmes, Méditerranée) à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence : ICI

D. Boquet : Penser l’histoire des émotions et de la vie affective

Je livre ici un extrait du “mémoire de synthèse” qui accompagnait le dossier de mon” Habilitation à diriger des recherches”, soutenue en juin 2019. J’y reviens sur ma façon de concevoir l’histoire des émotions et comment elle a pu évoluer ces dernières années. Bien entendu, les propos qui suivent n’engagent que moi et en rien les nombreux.ses collaborateurs.trices passé.e.s ou à venir du programme EMMA.

La réflexion sur l’épistémologie et l’historiographie de l’histoire des émotions, que Piroska Nagy et moi  avons menée  dans le cadre des différentes étapes d’EMMA, a représenté une part importante de mon investissement dans la recherche ces douze dernières années. Je voudrais ici tenter de dégager, avec le recul, les évolutions dans ma façon d’en concevoir les fondements et les modalités.

 

  1. L’histoire des émotions, une alternative à l’histoire des sensibilités

 

            La démarche que j’avais suivie pour conduire mon doctorat, qui relevait d’une histoire intellectuelle et religieuse des pratiques discursives, me semblait en mesure de mettre au jour un système de pensée, voire des formes originales de sociabilité affective. Pour cela, je n’avais eu nul besoin de m’appuyer sur une quelconque théorie contemporaine de l’affectivité, mais de partir d’une définition large et empirique de l’objet pour ensuite dégager ces réseaux d’énoncés singuliers qui constituaient l’anthropologie affective des cisterciens. Néanmoins, les résultats auxquels j’étais parvenu ne s’inscrivaient pas dans le récit que proposait alors l’histoire des sensibilités, fille de l’histoire des mentalités et de l’histoire des représentations. Et cependant, c’était bien ce même héritage historiographique qui avait marqué ma formation et était à l’origine même de mon intérêt pour l’histoire des « façons de sentir et de penser », celui de l’école des Annales. Mon goût pour l’histoire du Moyen Âge avait été aiguisé, durant mes années de classes préparatoires, par la lecture des livres de Georges Duby. J’étais tout disposé à aimer la littérature cistercienne depuis que j’avais lu, en 1989, son Saint Bernard. L’art cistercien[1] qui donnait à voir l’épaisseur d’une expérience collective dans un style épuré, superbe de dépouillement, aussi avare de verbes que de notes érudites. Plus encore que la démonstration historique, laquelle défendait l’idée que l’extrême rigueur de l’expérience spirituelle des cisterciens témoignait moins de leur fuite du monde que d’un enracinement profond dans les valeurs christianisées de la société féodale, c’était la puissance d’évocation du récit qui me fascinait. La lecture de G. Duby m’avait initié à l’histoire des mentalités et tout naturellement j’avais peu à peu remonté le chemin : R. Mandrou, G. Lefebvre, L. Febvre, M. Bloch, J. Huizinga, J. Michelet.

      Même si j’ai commencé mon parcours de chercheur au moment où l’histoire des mentalités était en crise, puisant l’essentiel des réponses à mes interrogations dans la lecture de Michel Foucault, je trouvai en parallèle une justification à mes centres d’intérêt chez les historiens des Annales. À commencer par le célèbre article de Lucien Febvre appelant à « reconstituer la vie affective d’autrefois »[2]. Or, tout aussi fondateur que fût ce texte, il s’appuyait sur une lecture psychologique des émotions – inspirée notamment d’Henri Wallon – qui étaient pour Febvre les souterrains de la conscience individuelle et, à ce titre, la meilleure voie d’accès à la « mentalité primitive », cet état d’enfance des sociétés. March Bloch lui-même, aussi bien dans Les Rois thaumaturges que dans La Société féodale, par des voies plus proches de l’anthropologie de Mauss et de la sociologie de Durkheim, voyait progresser à partir du second âge féodal « l’instrument d’analyse mental »[3], installant à son tour la notion de mentalité dans un schéma évolutionniste qui serait constitutif de son histoire. Il existait donc en France une généalogie propre qui préparait à l’émergence d’une histoire du fait affectif, mais elle était, par l’usage même de la notion de mentalité, placée sur des rails qui inéluctablement faisaient de l’émotion un principe d’inertie de la mentalité, comme la mentalité était elle-même l’inertie des sociétés, appelée à progresser au rythme de l’amélioration des « système(s) d’équipement intellectuel » [4].

      Le détour par les pratiques discursives théorisées par Foucault, ou les aménagements à l’histoire des mentalités proposées par A. Boureau, m’avaient permis, dans mon travail de doctorat, de contourner cette aporie de l’histoire des sensibilités dans la tradition des Annales. En même temps, je savais qu’il serait indispensable de refonder une épistémologie et une méthodologie de l’histoire des phénomènes affectifs. C’est alors que la découverte, au travers des écrits de B. H. Rosenwein, du courant de l’history of emotions qui émergeait aux États-Unis, m’apporta un début de réponse dans la façon de construire autrement l’histoire des faits affectifs. Qu’avions-nous en commun ? D’abord le refus du modèle du « processus de civilisation » théorisé par Norbert Elias qui avait jusqu’alors profondément marqué l’histoire des phénomènes affectifs sur le temps long, dans la mesure où il se confondait également avec un « processus de rationalisation » des comportements et des sensibilités, modelé par les principes de l’auto-contrainte et d’une maîtrise de la pulsion émotionnelle[5]. Cette lecture, qui abordait le Moyen Âge comme un point de départ d’une histoire englobante et linéaire de la civilisation des mœurs, se fondait sur le présupposé d’un hiatus dans la nature humaine entre la raison et l’émotion, la seconde étant du côté du biologique et des motivations non conscientes. Ce schéma me posait problème parce que j’en percevais la dimension construite, pensant alors qu’il s’enracinait dans la philosophie post-cartésienne et des Lumières alors que je compris plus tard qu’il était le fruit essentiellement d’une élaboration tardive, liée à l’émergence d’une psychologie scientifique dans la seconde moitié du xixe siècle. Surtout, je constatai qu’il produisait une vision certes flamboyante et attachante des sensibilités médiévales mais erronée. Ce n’est pas tant que je ne supportais pas que l’on fît des médiévaux, comme l’avait fait J. Huizinga dans son magistral ouvrage L’Automne du Moyen Âge[6], de grands enfants incapables de maîtriser leurs émotions, mais cette belle histoire allait à l’encontre à la fois de ce que les intellectuels médiévaux disaient eux-mêmes des affects, qu’ils jugeaient souvent déraisonnables mais non irrationnels, et des usages sociaux des émotions, dans les cloîtres, dans les cours, dans les rues, qui étaient codifiés, insérés dans une rationalité des fins tout à fait cohérente et socialement efficace. De tous côtés, j’identifiais des signes indiquant que la culture affective des médiévaux – la façon dont ils concevaient les mouvements de l’âme et du corps en lien avec l’émotion, comment ils en usaient pour eux-mêmes et en société – n’était en rien le fruit d’une faible codification sociale. Au Moyen Âge comme aujourd’hui, les émotions ressenties et exprimées répondaient à une éducation, une culture acquise, quand bien même leur surgissement était perçu comme spontané.

            En outre, en s’appuyant sur les sciences cognitives, l’histoire des émotions mettait en lumière une théorie alternative qui par son existence même dénaturalisait les théories de l’émotion irrationnelle et pulsionnelle. C’est dans cet état d’esprit qu’en lançant le programme EMMA, nous nous appuyâmes à notre tour sur le paradigme cognitif, non dans la perspective de substituer un modèle scientifique à un autre comme postulat de la démarche historique, mais d’abord pour débusquer la contingence du schéma de l’émotion irrationnelle et, partant, du processus de civilisation.

 

2.  Champ des possibles, chant des sirènes ?

 

            Telles sont les bases sur lesquelles reposait l’article « Pour une histoire des émotions », co-écrit en 2006-2007 avec P. Nagy et paru en 2009 dans Le Sujet des émotions[7], dans lequel nous proposions une nouvelle orientation pour l’histoire de l’affectivité à partir des apports de l’histoire des émotions. Cet article, assez ambitieux dans ses intentions, poursuivait plusieurs objectifs. Le premier et le plus essentiel était de montrer la contingence du paradigme de l’irrationalité des émotions en retraçant son emprise à la fois dans les discours savants de l’émotion aux xixe et xxe siècles et dans l’historiographie. Pour ce faire, nous montrions que d’autres discours savants sur l’émotion existaient que ceux sur lesquels l’histoire des sensibilités inspirée de l’école des Annales s’appuyait traditionnellement. En ce sens, nous dressions un panorama des champs qui avaient exploré la dimension cognitive et morale des émotions, leur immersion dans une rationalité des fins, de l’anthropologie culturelle aux neurosciences en passant par la psychologie cognitive et la philosophie de l’esprit. Enfin, il s’agissait pour nous également de faire des propositions. Sur quelles bases construire la nouvelle histoire de l’affectivité que nous appelions de nos vœux ? Il nous apparaissait à l’époque que plusieurs approches étaient compatibles avec le constructivisme socio-culturel qui constitue le fondement même de la démarche historique. Certaines étaient d’emblée à écarter, celles qui faisaient des émotions des invariants et/ou des universaux biologiques, qu’elles relèvent des neurosciences ou des biopsychologies évolutionnistes[8]. En revanche, devions-nous déclarer incompatibles avec la démarche historique les approches psychologiques qui faisaient de l’émotion une expérience socialement construite, sensible aux variations culturelles et historiques, tout en sachant que la plupart des sociologues et des anthropologues qui proposaient une lecture constructiviste de l’émotion puisaient eux-mêmes dans la psychologie ce qu’E. Goffman appelait un « modèle minimal du sujet »[9]? Certains d’entre nous considéraient cette synthèse entre la psychologie cognitive et le constructivisme social possible, et même souhaitable pour bâtir l’assise épistémologique de l’histoire des émotions. J’étais pour ma part plus réservé : ne risquions-nous pas de reproduire la même « erreur » que nous identifiions chez Lucien Febvre, c’est-à-dire ancrer la recherche historique dans un état de la science qui serait nécessairement amené à évoluer ?  À cette époque, il me paraissait néanmoins que la pratique historique pouvait s’accommoder de l’idée que l’émotion était aussi autre chose qu’une construction culturelle, à partir du moment où il était acquis que cette matérialité elle-même était reconfigurée par les cadres mentaux des cultures, et que c’était à l’aune de ces anthropologies historiquement situées que l’objet d’étude devait être considéré. En outre, nous nous rejoignions pour voir dans les théories cognitives de l’émotion un intérêt heuristique pour enrichir le questionnaire de l’historien.

            En somme, si nous voulions construire collectivement ce nouveau champ de l’histoire des émotions, il était nécessaire de nous accorder sur la marge de divergence acceptable. Il me semblait alors que le constructivisme strict, que je défendais, et la possibilité d’une synthèse entre le constructivisme social et le cognitivisme, qu’envisageaient B. H. Rosenwein et P. Nagy, pouvaient se rejoindre en pratique. Il faut dire aussi que face au double danger de la téléologie du processus de civilisation et de l’emprise des neurosciences, la psychologie cognitive apparaissait comme un partenaire privilégié, avec qui il était possible de concevoir l’émotion comme un dispositif de culture et d’interaction. Je serais peu à peu amené à réviser ma position, moins d’ailleurs parce que je changeai d’avis sur la compatibilité pratique entre ces deux approches, qu’en prenant conscience que j’avais sous-estimé la force du processus de naturalisation, d’autant plus efficace qu’il intégrait davantage la « variable » de la culture sans remettre en cause ses fondements, qui était à l’œuvre alors dans « les sciences de l’émotion ».

3. D’une naturalisation l’autre

 

            Dès les premiers temps du projet EMMA, nous avions constaté que les « neurosciences affectives » prenaient un ascendant toujours plus grand dans le champ des sciences humaines, ce qui n’était pas sans nous préoccuper. Pour ne citer qu’un exemple, en 2008, Daniel L. Smail, auteur notamment d’une étude sur l’usage des émotions dans les pratiques judiciaires à Marseille à la fin du Moyen Âge[10], publia un essai-manifeste en faveur d’une « neurohistoire » : On Deep History and the Brain[11]. Dans cet essai, il militait pour une histoire qui prît véritablement en compte le temps long, par-delà les césures traditionnelles entre les temps historiques et les temps préhistoriques. Pour cela, la biologie du cerveau pouvait servir selon lui de terrain d’exploration, non seulement parce que la neurophysiologie constituait un « substrat biologique universel » mais aussi parce que la chimie du cerveau elle-même était sensible aux pratiques culturelles et sociales, notamment à travers ce qu’il qualifiait de « mécanismes psychotropiques », à savoir les activités ou les consommations qui induisaient des effets neurochimiques, de la consommation de café ou de sucre au sport ou à la pornographie. Ainsi, le champ des pratiques sociales et culturelles était déterminé selon D. L. Smail par un « écosystème neurophysiologique » dont la plasticité délimitait la possibilité de penser les changements historiques.

            Même si de telles perspectives réductionnistes ne concernaient alors qu’une faible part de la production historique, le numéro de la Revue d’histoire des sciences humaines consacré en 2011 aux « Sciences de l’homme à l’âge du neurone », coordonné par Wolf Feuerhahn et Rafael Mandressi, interrogeait l’impressionnant essor des « neurosciences sociales » depuis la fin des années 1990, mais également, dans son sillage, le succès du cognitive turn dans les sciences humaines. Dans le champ historique, comme le souligne l’article dans ce volume de R. Mandressi, l’histoire des émotions était en pointe[12].

            C’est en effet à partir de 2010-2011 que nos premiers textes ont commencé à toucher le monde académique au-delà du cercle des historiens investis dans l’histoire des émotions. L’article de R. Mandressi, dont le titre sonnait comme un avertissement, eut sur moi un effet de révélateur. Exposant notre position qui déclarait compatible avec la démarche historique une approche conciliant les apports de la psychologie cognitive et le constructivisme social, il laissait cependant entendre, en citant abondamment notre essai introductif au Sujet des émotions, que nous étendions cette collaboration aux sciences du cerveau. Tout en étant attachés au constructivisme social, nous – « Boquet et Nagy » – étions les promoteurs d’une vaste synthèse entre les approches culturelles et les approches biopsychologiques. C’était confondre l’intérêt heuristique que nous voyions dans le déroulé de ces discours savants qui contrevenaient à la vulgate de l’émotion irrationnelle et pulsionnelle et notre positionnement épistémologique. Lorsque nous écrivions : « le débat entre culturalistes et naturalistes, ou entre les deux réductionnismes, semble à peu près clos : tous partagent ce qu’on peut appeler le cognitive turn survenu dans les trente dernières années »[13], nous n’exprimions pas nos positions, mais le consensus qui semblait se dégager alors des différents courants des sciences de l’émotion. En aucune façon, nous ne revendiquions pour nous-mêmes un cognitive turn qui érigerait l’émotion cognitive en catégorie d’analyse de référence.

            Il reste qu’en opérant un retour sur nos premiers textes – antérieurs donc à 2011 –, mais aussi en prenant la mesure de leur réception, je pris conscience que nous étions sans doute à l’origine de cette confusion. Lorsque nous avons lancé le programme EMMA, l’enjeu prioritaire était de donner corps à un objet largement négligé par la recherche mais aussi de déloger les présupposés de l’irrationalité naturelle des émotions, parce qu’ils étaient à l’origine des impasses du processus de civilisation, voire motivaient un désintérêt de l’histoire pour l’émotion, cantonnée à l’anecdote et à la coloration psychologique. Sans doute avons-nous péché par excès d’optimisme, omettant de délimiter avec suffisamment de fermeté le périmètre d’une interdisciplinarité compatible avec les attendus de la démarche historique. Tenant une position complexe, nous en avons fait une présentation ambiguë. Bientôt, d’autres signes allaient nous confirmer qu’il devenait impératif de clarifier les choses.

            En 2012, en effet, Jan Plamper publiait la première synthèse d’épistémologie de l’histoire des émotions : Geschichte und Gefühl. Grundlagen der Emotiongeschichte[14]. Dans ce livre, à la composition assez particulière puisque les deux parties consacrées respectivement à l’histoire de l’histoire des émotions et aux perspectives actuelles encadrent deux autres parties qui dressent un panorama des théories constructivistes et universalistes de l’émotion, J. Plamper ne manquait pas à son tour de mettre en garde les historiens contre les dérives naturalisantes qui gagnaient les sciences humaines de l’émotion, les privant de ce qui faisait le fondement même de leur projet, à savoir dégager l’infinie diversité des constructions culturelles et sociales, leurs logiques d’organisation et de transformation, ici et ailleurs, maintenant et dans le passé. Pour autant, J. Plamper réfutait la possibilité de conduire une histoire des émotions sur des bases strictement constructivistes : si l’historien voulait mettre en lumière les anthropologies historiques de l’émotion, en percevoir les singularités et les changements, il lui fallait nécessairement aborder l’émotion comme un méta-concept : « L’impossibilité d’utiliser des méta-concepts – le nominalisme – signifierait la fin de tout savoir scientifique, du moins tel que nous l’avons connu jusqu’à présent »[15]. On retrouvait ici un argument similaire à celui développé par Pierre Livet, ou encore par W. M. Reddy : si l’on déniait au concept d’émotion la capacité à qualifier un registre universel de l’expérience humaine, il n’était pas de « science » possible. J. Plamper en appelait en conclusion à dépasser la dichotomie entre constructivisme social et universalisme dans une synthèse des formes modérées de l’une et l’autre conceptions : ainsi les historiens étaient invités à prendre acte du fait que l’expérience émotionnelle, tout en étant fondamentalement informée par la culture et l’interaction sociale, possédait une réalité pré-culturelle. De leur côté, les neuroscientifiques, en charge de dégager cette part universelle, devaient intégrer le champ immense et protéiforme de la construction socio-culturelle. Dans la recherche anglo-saxonne, cette voie collaborative devenait majoritaire[16]. Pourquoi pas, si ce n’est qu’il ne s’agissait en rien d’un dépassement mais d’un compromis, qui selon ce positionnement posait franchement problème dans la mesure où il était fondé sur une délégitimation du constructivisme social, ramené aujourd’hui aux modalités de la « plasticité du cerveau », cet avatar de la culture dans les neurosciences[17]. Le seul fait que J. Plamper qualifiât les lectures culturelles de l’émotion de « radicales »[18] était déjà une façon de les marginaliser, et donc de leur dénier une pertinence scientifique. Défendre le constructivisme socio-culturel de l’émotion n’était plus alors seulement à mes yeux la meilleure voie, parmi d’autres, pour conduire l’histoire des émotions, elle devenait la seule en mesure de lutter contre la (re)naturalisation de la vie affective.

            Même si P. Nagy et moi n’étions pas tout à fait sur les mêmes positions – mon constructivisme foucaldien lui apparaissant quelque peu exclusif –, nous partagions le même diagnostic face à cette évolution qui, sous couvert des bénéfices de l’interdisciplinarité, ne faisait qu’accroître la subordination de l’histoire à des discours naturalisants : il était temps de réaffirmer la dimension foncièrement construite du fait affectif et l’exigence d’historicisation des savoirs de l’émotion.

4. Une autre histoire des émotions

 

            Si nous avions engagé cette mise au clair dès 2010-2011[19], c’est dans les articles « Pour une histoire intellectuelle des émotions » et « Una storia diversa delle emozioni », tous deux parus en 2016[20], que nous avons défini au mieux la conception propre de l’histoire des émotions à laquelle le projet EMMA nous avait conduits. « Una storia diversa delle emozioni », dont nous avons mis en ligne la version française sur notre carnet de recherche[21], était à l’origine un chapitre préliminaire qui ouvrait Sensible Moyen Âge. Pour des raisons bien compréhensibles d’un point de vue éditorial, Séverine Nikel, alors responsable de la collection L’évolution de l’humanité aux éditions du Seuil, nous conseilla d’alléger le livre de cette mise au point théorique qui n’intéresserait guère le public non spécialiste. Écrit dans sa première version en 2013-2014, nous reprîmes donc le texte en 2015 pour lui donner une orientation plus programmatique. D’une certaine façon, cet article, comme notre introduction au volume collectif Histoire intellectuelle des émotions, font pendant à notre premier essai de 2009, ils l’actualisent tout en clarifiant nos positions au regard des évolutions de l’histoire des émotions dans la dernière décennie. Invité en 2016 et 2017 à prononcer la conférence d’ouverture de deux colloques consacrés aux émotions dans la littérature médiévale, j’ai poursuivi cette réflexion, dans une perspective également de renforcement des échanges entre historiens et littéraires médiévistes qui me paraissent plus que jamais indispensables[22].

 

A. Pour une histoire des histoires de l’affectivité

 

            Certaines insatisfactions à l’égard de l’histoire des sensibilités avaient été l’un des points de départ de l’aventure EMMA. Insatisfactions parce que l’émotion était souvent trop peu visible sous le large manteau du sensible ; insatisfactions surtout quant au prisme au travers duquel elle était évaluée. P. Nagy et moi avons eu l’occasion de participer à un débat très fructueux en avril 2015 à l’EHESS avec Hervé Mazurel et Quentin Deluermoz sur les orientations respectives de l’histoire des sensibilités et de l’histoire des émotions[23]. Cette situation est en effet une spécificité française : avant l’essor de l’histoire des émotions, seule l’histoire des sensibilités (sous ses différentes approches par l’histoire culturelle, l’anthropologie historique, la microhistoire, etc.) proposait une approche de ce champ qui pouvait se rattacher à une école comptant déjà plusieurs générations d’historiens. Ailleurs, en Allemagne, au Royaume-Uni, aux États-Unis, les historiographies étaient plus éclatées, comme l’a bien montré J. Plamper, et l’histoire des émotions s’était d’autant plus facilement imposée dans ces pays qu’elle proposait une approche structurée de l’ensemble de ce champ. En France, le terrain était partiellement balisé, même si l’émotion était rarement au cœur de l’enquête. Cependant, l’histoire des émotions que nous portions n’était pas seulement une spécialisation de l’histoire des sensibilités, elle est arrivée aussi comme une contre-proposition, voire une remise en cause. De fait, cette perception n’était pas erronée et expliquait certaines résistances : pourquoi avions-nous besoin d’« importer » une façon de voir et de faire anglo-saxonne alors que l’école des Annales avait ouvert la voie ? Issus nous-mêmes de cette tradition, n’avions-nous pas commis un crime de lèse historiographie ? Boutade mise à part, je constate qu’il est difficile encore aujourd’hui de convaincre que la perspective évolutionniste dans laquelle se place l’histoire des phénomènes affectifs issue des Annales pose un problème fondamental. Si les médiévistes sont de fait plus réceptifs à cet argument, parce que l’histoire médiévale est celle qui a eu le plus à pâtir du schéma du processus de civilisation, c’est encore un paradigme solidement ancré dans l’histoire moderne et contemporaine[24].

            Il reste que si nous voulions convaincre, il était impératif d’approfondir l’enquête historiographique. Dans « Una storia diversa delle emozione », nous n’avions fait qu’amorcer ce travail. Je le poursuivis dans mon article « L’histoire des émotions comme récit », à paraître, en m’intéressant aux approches respectives de Marc Bloch et de Lucien Febvre, mais il serait utile d’engager une vaste enquête à partir de la trame que nous avons esquissée, et de la prolonger jusqu’aux développements les plus récents de la neurohistoire.

            Il serait intéressant de reprendre de façon minutieuse et approfondie l’historiographie française de l’histoire de l’affectivité et des sensibilités au xxe siècle dans cette perspective. Il en ressortirait sans doute un paysage plus complexe et nuancé que celui qui nous avons brossé jusqu’à présent dans nos synthèses. D’une certaine façon, nous sommes encore aujourd’hui dans la phase de défense de notre démarche critique, laquelle conduit à souligner les éléments contradictoires du débat. Une approche plus distanciée – mais sommes-nous les mieux placés pour l’entreprendre ? – permettrait de mieux faire la part des ruptures, des infléchissements et des continuités. Nul doute alors que l’histoire des émotions elle-même y gagnerait en légitimité.

B. La voie étroite

 

            Disons-le simplement : l’expérience de conciliation entre les sciences cognitives et le constructivisme socio-culturel comme voie de refondation d’une nouvelle histoire des émotions et des phénomènes affectifs ne fut pas entièrement convaincante, du moins est-ce le constat auquel P. Nagy et moi sommes parvenus au tournant des années 2010. Il n’empêche que les échanges que nous avons pu avoir avec les chercheurs en psychologie des émotions ont été non seulement fructueux mais déterminants. Ils nous ont apporté la certitude qu’une autre histoire des émotions était possible. Il est donc indispensable que le dialogue se poursuive. Les théories cognitives de l’émotion nous ont permis non seulement de voir autrement mais apportent aussi de nombreux outils qui enrichissent l’équipement intellectuel de l’historien. En revanche, nos positions ont évolué quant à la pertinence qu’il pouvait y avoir à construire une base épistémologique commune. Personnellement, cette perspective ne m’a jamais convaincu, étant foncièrement méfiant envers tout discours qui présuppose ou érige des invariants dans les sciences humaines et sociales. J’ai néanmoins pensé un temps qu’une certaine diversité était compatible avec la démarche historique, pour peu qu’elle se fonde sur une exigence partagée d’historicisation des discours scientifiques qui servaient de points d’appui. Cependant, il nous a bien fallu constater que l’environnement intellectuel et académique des « sciences de l’émotion » était marqué par la force des processus de naturalisation et d’essentialisation, qui commencent d’ailleurs par le fait d’ériger l’émotion en catégorie hégémonique pour désigner un champ en réalité ouvert, complexe, sans frontière définie. Mais si le contexte fut un élément déclencheur de cette remise en question, il nous permit surtout de comprendre que le constructivisme social ne pouvait s’enraciner dans une ontologie du psychisme, quelle qu’elle soit, sans s’entraver lui-même. Aurions-nous pu faire l’économie de cette erreur d’aiguillage ? Il m’arrive de le penser. Néanmoins, ce serait oublier qu’en 2006, l’histoire des émotions était une promesse, et qu’il nous fallut ouvrir la voie, éclairant le chemin à mesure que nous avancions. Surtout, ce serait oublier qu’EMMA est une entreprise collective, une aventure intellectuelle et humaine qui évolue dans un environnement mouvant.

            Sans doute peut-on parler d’une forme d’émancipation d’EMMA, ou d’âge de la maturité, à partir des années 2010-2011, qui débouche sur une conception spécifique de l’histoire des émotions. Cette troisième voie que nous revendiquons se tient à distance aussi bien de l’émotion irrationnelle que de l’émotion rationnelle, du processus de civilisation que des sciences cognitives, du cognitive turn que de l’affect theory[30]. C’est tout simplement un appel à une histoire pleinement historienne des émotions, de l’affectivité, de la sensibilité. En ce sens, le véritable dépassement ne réside pas dans une synthèse entre l’universalisme et le constructivisme mais dans les conditions mêmes du travail d’historicisation, qui consiste à opérer la rencontre entre les représentations ou les concepts contemporains et les représentations ou les concepts des sociétés étudiées, afin de comprendre comment les uns et les autres constituent ce que Michel Foucault appelle des « régimes de véridiction ».

            Il n’est donc nul besoin d’ériger l’émotion en méta-concept pour en faire un outil de questionnement opératoire dans les sciences humaines. Quant à la quête vaine d’un « siège » de l’émotion, hier le cœur ou bien l’âme, aujourd’hui le cerveau, comment ne pas en percevoir les ramifications profondes dans les savoirs philosophiques et médicaux depuis l’Antiquité ? Récemment, le principe de la « plasticité du cerveau » est devenu le nouveau sésame des neurosciences pour acclimater à leur paradigme les sciences humaines, conduisant certains historiens à se revendiquer d’une approche « bioculturelle » des émotions, fondée sur un neuro turn dans les années 2010[31]. Il reste que dans cette version assouplie de la neurohistoire, tout est soumis à la critique constructiviste sauf la « science du cerveau » elle-même et sa légitimité à dire le vrai de l’émotion. En ce sens, le paradigme essentialiste me paraît agir de façon plus pernicieuse encore qu’il y a dix ans dans la mesure où il se fonde sur une trompeuse « reconnaissance » de la part construite de l’émotion. Quant à l’argument qui consiste à prédire une marginalisation aux sciences humaines et sociales qui n’emprunteraient pas cette voie de la convergence, il ne saurait avoir de pertinence épistémologique. Au contraire, il me semble que l’évolution même des neurosciences vers une plus grande intégration du facteur culturel est à mettre au crédit des critiques que lui portent les sciences sociales. Plus qu’une défaite annoncée, je préfère y voir un encouragement à poursuivre le débat et les efforts engagés. L’historien a moins besoin de méta-concepts que de comprendre comment la croyance s’est imposée qu’il n’y aurait de « science » du fait affectif qu’à la condition qu’une catégorie surplombante, issue des sciences du vivant et de la psychologie scientifique du xixe siècle, subsume la diversité du sensible. Si je pars du concept occidental contemporain d’émotion, c’est précisément dans l’idée de le déconstruire pour mettre au jour les concepts et les pratiques « autochtones ». En somme, suivant une démarche familière aux sciences sociales, et notamment aux anthropologues, je m’appuie sur une base étique pour mettre en lumière dans leurs singularités les conceptions émiques des « autochtones » médiévaux, la rencontre entre ces deux points de vue, irréductibles l’un à l’autre, étant la condition même de toute herméneutique historique[32]. Si je rejette aussi bien les présupposés conceptualistes que réalistes, psychologiques que neuroscientifiques, il ne s’agit donc pas de revendiquer une approche nominaliste où la continuité comme la discontinuité ne seraient que de purs effets de dénomination, mais simplement de soumettre les outils de l’enquête eux-mêmes au principe d’historicité. L’historien n’a pas à coloniser sa documentation avec ses propres cadres de pensée, pas plus qu’il ne saurait avoir la naïveté de croire qu’il peut sortir de lui-même et de son siècle pour devenir un indigène du passé.

Ce que je nomme émotion est d’abord un questionnaire, aux frontières nécessairement floues et mouvantes, à partir duquel j’interroge des cultures et des pratiques sociales spécifiques. Je conçois volontiers qu’il puisse y avoir une part d’insatisfaction, voire de frustration, dans cet usage sobre du concept. Néanmoins, c’est bien cette ascèse intellectuelle, laquelle met en relation sans appropriation, qui autorise la rencontre et permet de rendre compte de l’enquête auprès d’une audience que l’on peut espérer la plus large possible.

 

 

 

[1] G. Duby, Saint Bernard. L’art cistercien, Paris, Champs Flammarion, 1979 (1976).

[2] Voir L. Febvre, « La sensibilité et l’histoire. Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ? », Annales d’histoire économique et sociale, 3 (1941), p. 5-20.

[3] M. Bloch, La Société féodale, Paris, Albin Michel, 1973 (1939), p. 164.

[4] Voir J. Le Goff, « Les mentalités. Une histoire ambiguë », dans J. Le Goff et P. Nora (dir.), Faire de l’histoire. III Nouveaux objets, Paris, Gallimard, 1974, p. 106-129 (ici p. 123).

[5] Voir N. Elias, La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973 (1939).

[6] J. Huizinga, L’Automne du Moyen Âge, Paris, Payot, 2002 (1919).

[7] Voir D. Boquet et P. Nagy « Pour une histoire des émotions. L’historien face aux questions contemporaines », dans D. Boquet et P. Nagy (dir.), Le Sujet des émotions au Moyen Âge, op. cit., p. 15-51. [vol. 3, n° 1]

[8] Pour une présentation de ces courants, voir J. Plamper, The History of Emotions. An Introduction, Oxford, Oxford University Press, 2015 (2012), p. 147-250.

[9] E. Goffman, Les Rites d’interaction, Paris, Les éditions de Minuit, 1974 (1967), p. 8.

[10] Voir D. L. Smail, The Consumption of Justice. Emotions, Publicity, and Legal Culture in Marseille, 1264-1423, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 2003.

[11] Voir D. L. Smail, On Deep History and the Brain, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 2008.

[12] Voir R. Mandressi, « Le temps profond et le temps perdu. Usages des neurosciences et des sciences cognitives en histoire », Revue d’histoire des sciences humaines, 25 (2011), p. 165-202 et Idem, « L’historien, le cerveau et l’ivresse des profondeurs », Tracés. Revue de Sciences humaines, 14 (2014), p. 113-126.

[13] D. Boquet et P. Nagy, « Pour une histoire des émotions », art. cité, p. 31. [vol. 3, n° 1]

[14] Voir J. Plamper, Geschichte und Gefühl. Grundlagen der Emotiongeschichte, Munich, Siedler, 2012. Traduction anglaise par K. Tribe, The History of Emotions, op. cit.

[15] J. Plamper, The History of Emotions, op. cit., p. 299.

[16] Voir dans le même sens D. M. Gross, Uncomfortable Situations : Emotion Between Science and the Humanities, Chicago, Chicago University Press, 2017 ou R. Boddice, The History of Emotions, Manchester, Manchester University Press, 2018. Même Aelred de Rievaulx n’y échappe pas, voir J. Bourke, « An Experiment in “ Neurohistory ” : Reading Emotions in Aelred’s De Institutione Inclusarum (Rule for a Recluse) », Journal of Medieval Religious Cultures, 42 (2016), p. 124-142.

[17] Voir R. Boddice, The History of Emotions, op. cit.

[18] Voir J. Plamper, The History of Emotions, op. cit., p. 299.

[19] Voir en ce sens, D. Boquet et P. Nagy, « Une histoire des émotions incarnées », Médiévales, 61 (2011), p. 5-24. [vol. 3, n° 4]

[20] Voir D. Boquet et P. Nagy, « Una storia diversa delle emozioni » (traduction R. Cristiani), Rivista Storica Italiana, 128/2 (2016), p. 481-520. [vol. 3, n° 6]

[21] Voir D. Boquet et P. Nagy, « Plaidoyer pour une autre histoire des émotions », en ligne : https://emma.hypotheses.org/3007 [vol. 3, n° 6]

[22] Voir D. Boquet, « L’aventure épique. Pour une histoire culturelle des émotions au Moyen Âge », dans B. Langenbruch et P. Justel (dir.), Épopée sensible. Les émotions de l’Europe médiévale et le discours épique, Actes du colloque, ENS Lyon, 17-18 mars 2016 (à paraître) [vol. 3, n° 7] et « L’histoire des émotions comme récit », dans M. Guéret-Laferté, D. Lechat et L. Mathey-Maille (dir.), Les Émotions au Moyen Âge : un objet littéraire, Actes du colloque de la Société de Langues et de Littératures Médiévales d’Oc et d’Oil (SLLMOO), Rouen, 12-13 janvier 2017 (à paraître) [vol. 3, n° 8].

[23] Pour aborder les éléments du débat, voir H. Mazurel, « De la psychologie des profondeurs à l’histoire des sensibilités. Une généalogie intellectuelle », Vingtième siècle, revue d’histoire, 123 (2014), p. 22-38 et Q. Deluermoz, E. Fureix, H. Mazurel, M’hamed Oualdi, « Écrire l’histoire des émotions : de l’objet à la catégorie d’analyse », Revue d’Histoire du xixe siècle 47 (2013), p.155-189.

[24] Voir en ce sens la réflexion de Susan Broomhall dans son compte rendu des deux premiers volumes de l’Histoire des émotions, dirigés par G. Vigarello (vol. 1 : De l’Antiquité au Lumières, Paris, Seuil, 2015) et A. Corbin (vol. 2 : Des Lumières à la fin du xixe siècle, Paris, Seuil, 2016) : « There is a certain indebtedness for many authors in this volume to the civilizing theses of Elias and Huizinga, including its editor. This places a tension at the heart of the volume, for a number of authors strongly argue against a notion of an irrational Middle Ages driven by unregulated emotions, including Rosenwein, Boquet, and perhaps especially, Nagy, whose chapter title, “ L’émotion au Moyen Âge : un âge de raison ”, flags a critique of such ideas. Moreover, Vigarello’s insistence on a thesis of change across these chronological divisions elides evident similarities and continuities in emotional practice and experience. » H-France Review, 17 (2017), en ligne : https://www.h-france.net/vol17reviews/vol17no223Broomhall.pdf

[30] Voir R. Leys, « The Turn to Affect : A Critique », Critical Inquiry, 37/3 (2011), p. 434-472.

[31] Voir en ce sens R. Boddice, « The History of Emotions : Past, Present, Future », Rivista de Estudios Sociales, 62 (2017), p. 10-15 et Idem, The History of Emotions, op. cit.

[32] Les notions d’étique et d’émique ont été inventées par le linguiste K. Pike, « Emic and Etic Standpoints for the Description of the Behavior », dans D. C. Hildum, Language and Thought : An Enduring Problem in Psychology, Londres, Van Nostrand, 1967, p. 32-39, avant d’être reprises par les ethnologues et les anthropologues. Voir J.-P. Olivier de Sardan, « Émique », L’Homme, 147 (1998), p. 151-166.

Communications de Jean-Jacques Courtine et de Vincent Challet lors de la journée d’étude « La foule émotive. Histoire d’un topos de l’Antiquité à l’époque contemporaine » (13 mars 2019)

Source : Façons d’être

Si vous n’avez pas été présent lors de la journée d’étude, ou si vous souhaitez réécouter les interventions des différents chercheurs, nous vous proposons de les écouter via cette vidéo Youtube. Bonne écoute ! Ici

Sur les traces de la nostalgie au Moyen Âge

C’est avec le titre de Nostalgie au bas Moyen Âge  (Nostalgia in the later Middle Ages) que s’est tenu à Oxford, ces 21 et 22 juin, un workshop très stimulant, réfléchissant sur la notion de manière aussi approfondie que libre. Organisée par Hannah Skoda (St. John’s College) et Fabrizio Titone (Universidad del País Vasco), il a visé avant tout à mettre en discussion la possibilité de, et les éléments nécessaires pour, penser cette notion – voire émotion – à l’époque médiévale. En effet la tâche de penser une nostalgie médiévale est doublement compliquée : si le mot « émotion » n’apparaît qu’à partir de la fin du Moyen Âge et ne gagne sa signification actuelle qu’à partir du XVIIIe siècle, la nostalgie quant à elle est  une notion  encore plus récente. Inventée à la fin du XVIIe siècle par un médecin suisse, Jean Hofer, pour désigner une forme maladive du Heimweh, le mal du pays, apparue d’abord chez des militaires, elle n’a dès lors en principe qu’une existence moderne. Qui plus est, une bonne partie de l’historiographie considère qu’elle est, de fait, un sentiment lié à la modernité, à l’insécurité propre aux temps modernes, de sorte que le questionnement même sur son existence médiévale peut paraître, pour certains, absurde. Et cependant, si nous pouvons et devons d’un côté affirmer qu’une émotion – le nom ; la signification culturellement déterminée, composée autant des signes et gestes corporels que d’un faisceau de références lié à ce nom ; la place de cette émotion dans une constellation émotionnelle spécifique à une culture à un moment donné, dans un réseau de sens – est un phénomène culturel, d’un autre côté, il n’est guère inutile de s’interroger sur la généalogie et les parallèles historiques des émotions propres à une époque donnée. Hannah Skoda travaille ainsi actuellement sur un livre sur le développement de la nostalgie au cours du long XIVe siècle en Occident, ce siècle de toutes les instabilités, où la rapidité des changements de tous genres entraîne une idéalisation multiforme du monde révolu, à l’ordre social fixe, semblant plus stable.

Le chantier de la nostalgie a d’abord été approchée à travers trois exposés concernant le monde contemporain, par une anthropologue (Monika Palmberger), un psychologue (Tim Wildschut) et un historien du monde contemporain (Tobias Becker). L’étude anthropologique de la nostalgie pour la période communiste de la Yougoslavie des habitants de Mostar, en Bosnie-Herzégovine – une ville aujourd’hui divisée entre une partie bosniaque et musulmane à l’Est et une partie croate et catholique à l’Ouest – a permis de souligner l’existence d’un sentiment nostalgique personnel chez plusieurs générations d’habitants de la ville, sans qu’il soit un vecteur politique. Ce sentiment possède toutefois une tonalité différente selon les générations, et ne suffit pas pour réunifier chrétiens et musulmans. L’examen psychologique de la nostalgie à travers une enquête étendue sur de nombreux pays a apporté des éclairages intéressants sur ce sentiment qui a aujourd’hui une teneur plutôt positive. Ainsi si la nostalgie concerne des périodes agréables et révolues de la vie, elle est souvent suscitée par des événements qui troublent le sentiment de continuité du sujet (divorce, perte d’un être cher, départ du foyer parental, déménagement ou exil, etc), et a une fonction homéostasique. En effet elle sert à rétablir ce sentiment de continuité et d’unité du sujet, fondamental pour la santé et le bien-être ; en outre elle active l’empathie et la communication, aide contre la solitude. Pour les auteurs de l’enquête, la nostalgie s’est avérée pan-culturelle, ce qui suscite une série de questions chez l’historien, tout en conférant un surplus de légitimité à l’étude historique sur une époque où le terme contemporain n’existe pas.

L’étude historique du terme même de nostalgie a commencé par nous rappeler que les travaux historiques sont relativement peu nombreux et surtout tardifs sur le sujet, car les historiens ont longtemps considéré la notion comme « le péché des péchés » (D. Chakrabarty) de l’historien, avant la vague récente de l’histoire des émotions. Le terme – à peine utilisé avant 1920, dont l’usage n’a cessé de croître depuis lors – a surtout changé de sens à partir de 1950, date avant laquelle il signifiait uniquement le mal de pays, pour devenir ce que nous y entendons aujourd’hui à partir du début des années 1970, où une vague de nostalgie pour les années 1950 a traversé l’Occident. Nostalgie ou plutôt engouement, qu’on appellerait aujourd’hui une mode du « rétro » ? Cette vague a eu pour conséquence de parachever la dissociation de la nostalgie d’avec son sens originel, spatial – le mal du pays – pour l’associer au désir-souvenir doux-amer d’un temps meilleur. Ce regret d’un passé irrémédiablement révolu s’est développé en lien avec la modernisation rapide. Tobias Becker a distingué quatre époques et façons d’utiliser le terme, qui devient surtout fréquent à partir des dernières décennies du XXe siècle : d’abord, le mal du pays, à partir de l’invention de la notion par le médecin suisse Johan Hofer en 1688 jusqu’à la fin du XIXe siècle ; un désir d’ordre sentimental, utilisé surtout en psychologie et en anthropologie à partir de 1900 ; un usage critique, lié à la fois au pessimisme concernant son époque propre et au mythe d’un âge d’or projeté dans le passé, qui domine encore jusqu’aux années 1960 ; puis un recours nostalgique au passé soit dans une perspective d’engouement « rétro », soit dans un esprit de mythification et de glorification du passé national. L’appropriation politique de la nostalgie est ainsi bien différente du désir-souvenir individuel et sentimental d’un passé révolu à tout jamais, bien que le second nourrisse souvent le premier, et bien que les deux se caractérisent par une idéalisation du passé. Le premier aurait un rôle de réflexion, orientée vers le futur, alors que le deuxième, une fonction plutôt réparatrice, affective.

Si la nostalgie apparaît comme un phénomène à deux faces, l’on peut opposer la pathologie évoquée ci-dessus à une pratique réparatrice qui est déjà recommandée par “l’intellectuel” des Pères du Désert, Évagre le Pontique, comme remède à l’acédie: la pensée de la mort – et tout spécialement, celle du Christ. Il n’est pas difficile de la concevoir comme une pratique religieuse de la nostalgie laquelle remplit, quant à elle, une fonction de remède au sens où elle rappelle le sens plus large de la vie choisi : le lien entre la vie individuelle et celle du Christ. En effet on peut comprendre ainsi les pratiques dévotionnelles qui se développent surtout à partir de la fin du XIe et au XIIe siècles dans les milieux monastiques pour se diffuser peu à peu au monde laïque à partir du XIIIe siècle, avec l’éclosion de la dévotion privée : la commémoration et remémoration de la vie et de la mort du Christ, voire de toute l’histoire sainte, véritables « lieux de mémoire » évoquant à la fois l’âme pure et le chemin chrétien, visités de façon traditionnelle par la liturgie, qui deviennent de plus en plus développés et de plus en plus appropriés, individualisés, au fil des derniers siècles du Moyen Âge.

Le deuxième grand axe des communications et des discussions du workshop a tourné autour des usages politiques des réflexions nostalgiques sur le passé ; il a permis de rassembler la plupart des autres problématiques évoquées. En effet, qu’il s’agisse de la mémoire civique des trois burgers exécutés en 1408 à Vienne ou du vol de la couronne hongroise pour éviter qu’un roi polonais soit élu en attendant que le fils à naître du roi décédé grandisse (Elisabeth Gruber), de la contribution de la nostalgie à la construction de l’identité nationale dans la littérature de langue anglaise (Larissa Tracy), de la nostalgie de, et l’identification avec l’Empire romain dans la construction de l’identité de l’Empire germanique (Len Scales), ou encore du rappel d’un âge d’or – par exemple celui d’Adam et Ève où la différence entre nobles et vilains n’existait pas ; ou des temps du haut Moyen Âge – par les révoltes tardo-médiévales (Hannah Skoda, Vincent Challet, Sam Cohn et Malcolm Vale), se pose la question de la manière de comprendre ces évocations d’un passé révolu, réel ou mythique mais toujours glorifié, dans un discours idéologique ou politique. Peut-on parler alors de nostalgie au même titre que dans le cas des yougonostalgiques, des exilés médiévaux ou du moine du désert souffrant d’acédie ? Comment comprendre le lien entre un discours, une rhétorique de la nostalgie – et le ressenti qu’il vise à provoquer ? Dans certains cas, la référence claire à un passé national servant d’assise à la construction d’une nouvelle identité – comme dans l’Angleterre de la fin du Moyen Âge, « nostalgique » des temps anglo-saxons, pré-normands – permet de voir affleurer un sentiment de regret d’un passé bien identifié dépassant la rhétorique, qui a pour fonction d’établir un sentiment de continuité historique entre l’en-deçà et l’au-delà de la conquête normande. Mais ailleurs, bien souvent, chercher le « ressenti » de la nostalgie parmi les motifs d’une révolte uniquement parce que le discours les convoque – comme dans plusieurs cas des révoltes populaires – amène le chercheur directement à l’aporie. Dans ce cas comme dans d’autres, le lien entre rhétorique et sentiment est bien ténu, nous rappelant plutôt le fait que la rhétorique médiévale, matière étudiée lors du trivium et faisant ainsi partie de l’apprentissage de base des litterati, avait parmi ses visées explicites de fléchir l’âme (flectere), d’émouvoir (aux côtés de l’enseignement, et de plaire : docere et delectare). Les artes predicandi ont tout particulièrement souligné l’inflammatio affectus, aux côtés de l’illuminatio intellectus[1], comme buts principaux de la prédication. La rhétorique de la nostalgie peut ainsi servir à mouvoir et à émouvoir, sans que ceux qui s’émeuvent et se meuvent éprouvent nécessairement le sentiment invoqué par la rhétorique.

Pour conclure, il peut être utile d’évaluer le chemin parcouru. Un des intérêts majeurs de l’enquête menée est certainement le fait de travailler à partir d’une notion contemporaine qui n’a pas d’équivalent médiéval : la méthode la plus rodée de l’histoire des émotions devenant alors inapplicable, il a fallu réfléchir sur d’autres manières de procéder, sur d’autres façons d’interroger les textes. Sans avoir un terme médiéval équivalent, la recherche d’une nostalgie médiévale passe nécessairement par l’étude contemporaine et la recherche des analogies, des équivalences. De fait, tant l’évocation édulcorée du passé que des parallèles à la pathologie décrite par Hofer se retrouvent bien au Moyen Âge, dans des contextes fort différents. On peut aussi bien rencontrer les deux versions majeures de notre notion contemporaine de nostalgie – le sentiment individuel et somatique, le sentiment collectif et vecteur d’identité – ainsi que ses différentes dimensions : réflexive ou réparatrice, homéostasique ; pathologique ou pratique. Reste que, pour bien comprendre la fonction et la signification du sentiment médiéval évoqué dans un texte, il est toujours nécessaire de le contextualiser, de le saisir au sein du réseau de significations dont il est au centre.

 

 

[1] cf. Thomas de Chobham

Penser et vivre les émotions au Moyen Âge

Penser et vivre les émotions au Moyen Âge

Damien Boquet

Texte de la conférence donnée à la Cité des Sciences et de l’Industrie (Paris, La Villette), le 25 avril 2017

Quand nous parlons d’émotions, voire quand nous les vivons, il est très tentant de les considérer comme des réalités universelles : qui douterait en effet que les femmes et les hommes de la Chine ancienne, de la Grèce au temps de Périclès ou de l’Occident médiéval ressentaient, comme nous, de la peur devant le danger, de la tristesse face au malheur ou de la joie lorsque arrive un événement heureux ?

Mais alors, si les émotions sont universelles, si elles sont identiques en tout temps et en tout lieu, il faut bien admettre qu’elles n’ont pas d’histoire, ou alors qu’elles relèvent de l’histoire naturelle comme le pensait Darwin, de l’histoire de l’espèce et très peu finalement de l’histoire culturelle et sociale qui ne serait que le décor changeant dans lequel s’animent des émotions qui, elles, ne changent pas.

Et pourtant, les textes ou les images qui nous sont parvenus du Moyen Âge nomment et montrent des émotions qui semblent avoir été primordiales pour les femmes et les hommes de cette époque et qui résonnent étrangement à nos oreilles : qui pourrait témoigner avoir déjà ressenti de l’acédie, de la componction ou de la dilection ? Et pourtant, ces émotions ne sont pas seulement des mots étranges pour dire des émotions banales auxquelles nous donnerions un autre nom. Elles qualifient bien des ressentis spécifiques qui échappent largement aux sensibilités modernes. Ainsi la componction n’est pas seulement la douleur du remords, elle renvoie à une forme très précise de repentir qui mêle la tristesse face au péché et la consolation dans l’espérance du pardon. Aussi, la componction peut être délicieuse à celui ou celle qui la ressent et rendre douces les larmes qu’il ou elle verse.

Un autre exemple d’émotion qui s’est perdue dans les couloirs du temps, et qui ne touche pas seulement la vie religieuse : la vergogne. La vergogne est l’une des émotions principales associées à l’honneur, une valeur centrale au Moyen âge, dans toutes les couches de la société. Elle donne même naissance à une catégorie sociale protégée par l’Eglise, les « pauvres vergogneux », nobles ou bourgeois qui sont tombés dans la pauvreté et à qui l’Eglise essaie d’épargner la honte de la mendicité. Que savons-nous aujourd’hui de la vergogne ? Nous savons reconnaître ceux qui n’en ont pas, qui sont « sans vergogne ». Mais n’est-ce pas étrange que nous ne disions jamais d’une personne : « elle a de la vergogne ! ». La raison en est peut-être que si nous avons conservé dans le langage des traces de cette émotion propre aux « sociétés à honneur », comme disent les anthropologues, nous ne vivons plus selon ces mêmes valeurs, du moins pas avec la même intensité. Au Moyen Âge, la vergogne, verecundia dans les sources latines, désigne une forme très particulière de honte, à savoir une honte par crainte de l’infamie. La vergogne peut être une expression du remords mais le plus souvent, c’est une honte par anticipation. C’est le fait de se sentir honteux à l’idée de subir le déshonneur. A ce titre, la vergogne est une émotion de régulation sociale très importante parce que c’est une émotion morale qui nous avertit que nous sommes sur le point de déchoir au regard de la société.

Le suicide de Lucrèce, Lucas Cranach l’Ancien, 1538, Neue Residenz, Bamberg

 

 

 

 

 

Comme l’illustre l’exemple antique de Lucrèce, celui ou celle qui a de la vergogne préfère la mort au déshonneur.

Cette rapide revue de quelques fossiles d’émotions peut nous convaincre que les émotions ne sont pas seulement dans l’histoire, mais qu’elles ont une histoire, étroitement déterminée par les contextes culturels et sociaux. Comme tout ce qui est culturellement construit, les émotions naissent, vivent et parfois disparaissent du corps social et, partant, des corps individuels.

Mais alors, si l’historien reconnaît que l’émotion est un objet digne d’histoire, pourquoi cela fait-il 20 ans à peine qu’on parle et qu’on tente de faire une « histoire des émotions » ? Cette impression est en partie faussée par la nouveauté du vocabulaire. En réalité, cela fait bien longtemps que les historiens reconnaissent une place aux passions, voire aux sensibilités. On pourrait remonter pour le démontrer jusqu’à l’Antiquité, jusqu’à Thucydide ou Tite Live. Mais je n’irai pas si loin et me contenterai de convoquer le génie de Michelet qui, dans son Histoire de France, accorde une place centrale aux émotions. Non seulement pour Michelet les passions motivent les actions des puissants mais c’est par la passion que les peuples entrent dans l’histoire. Qu’est-ce qu’un peuple en acte sinon une somme disparate d’individus qui sont mus par une même joie, une même colère, un même désir ? C’est si vrai pour Michelet qu’il confère à chaque période de l’histoire de France une personnalité émotionnelle, un tempérament. Ainsi voit-il le Moyen Âge comme un âge d’angoisses et de souffrances, qui finit par s’épuiser avant qu’adviennent « les joies et les grandeurs » des Temps modernes:

« Triste enfant, arraché des entrailles mêmes du christianisme, qui naquit dans les larmes, qui grandit dans la prière et la rêverie, dans les angoisses du cœur, qui mourut sans achever rien ; mais il nous a laissé de lui un si poignant souvenir, que de toutes les joies, toutes les grandeurs des âges modernes ne suffiront pas à nous consoler ».

Jules Michelet, Histoire de France. Le Moyen Âge, Paris, Robert Laffont, 1981 (coll. Bouquins), p. 227.

Mais cette citation nous apprend également que la fascination de l’historien pour l’émotion est peut-être avant tout une fascination du conteur pour la rhétorique !

« Le don que Saint louis demande et n’obtient pas, je l’eus : le don des larmes. Don puissant, très fécond. Tous ceux que j’ai pleurés, peuples et dieux, revivaient. »

Jules Michelet, Histoire de France. Le Moyen Âge, Paris, Robert Laffont, 1981 (coll. Bouquins), p. 22.

Michelet ne parle jamais mieux du rôle des émotions dans l’histoire qu’en mettant en scène les siennes propres afin de susciter l’adhésion émotionnelle de son lecteur. Les historiens de toute époque se sont adressés aux émotions de leur auditoire, car, en bons lecteurs d’Aristote et de Cicéron, ils savent que l’émotion est un puissant instrument pour convaincre.

Mais Michelet parlant du Moyen Âge émotif nous apprend aussi autre chose qui va profondément influencer la façon de prendre en compte les émotions : pour lui, les femmes et les hommes du Moyen Âge sont émotifs parce que ce sont de grands enfants, des êtres attachants quelque peu immatures, incapables de réfréner leurs pulsions, toujours dans la spontanéité émotionnelle. C’est cette même perception de l’émotion qui fera dire au grand savant néerlandais Johan Huizinga, au début du XXe s. dans l’Automne du Moyen Âge, que les médiévaux sont des « géants à tête d’enfant, (qui) oscillent entre la peur de l’enfer et des plaisirs naïfs, entre la cruauté et la tendresse ». Et lorsque Lucien Febvre, à la fin des années 1930, lance le premier appel à écrire une « histoire de la vie affective du passé », il partage les mêmes convictions : les émotions renvoient aux profondeurs de l’humanité, aux pulsions primitives et inconscientes. Cela implique que plus on remonte le cours du temps vers les origines du monde moderne, et donc vers la civilisation du christianisme médiéval, plus le chemin de l’histoire sera parsemé d’émotions. Tout au long du XXe siècle, les historiens, encore peu nombreux à s’intéresser aux émotions, reprendront ce schéma qui compare l’histoire des sociétés à l’évolution psychologique des individus et associe le processus de civilisation à un processus de rationalisation.

C’est cette vision biaisée qui a été remise en cause récemment. Là se trouve la nouveauté de l’histoire des émotions qui est née du dialogue avec les sciences humaines – la psychologie cognitive, l’anthropologie sociale – qui, depuis une trentaine d’années, contestent l’idée selon laquelle les émotions seraient par nature irrationnelles, primitives, agissant comme des forces effervescentes qui renverraient à notre nature animale, et qui attendraient d’être domptées, civilisées par la raison. Aujourd’hui, certains historiens pensent qu’il faut reconsidérer la place des émotions dans l’histoire en s’appuyant sur l’état actuel de la science des émotions, laquelle souligne au contraire leur rationalité, montre le rôle plein qu’elles jouent dans l’apprentissage des connaissances et des valeurs, comment elles constituent finalement une autre rationalité. D’autres historiens, parmi lesquels je me compte, pensent qu’il serait maladroit d’écrire l’histoire à partir d’un état contemporain de la science, parce que c’est s’exposer d’être toujours en décalage avec les cultures du passé. N’est-il pas plus prudent, plus simple aussi, de comprendre et d’expliquer la façon dont les femmes et les hommes du Moyen Âge pensaient et vivaient les émotions en se fondant sur leurs propres conceptions ?

Et là, si on abandonne notre position en surplomb, on s’aperçoit que les médiévaux pensaient et usaient des émotions de façon très cohérente, pour peu qu’on les replace dans leurs contextes. On s’aperçoit également que certaines « découvertes » récentes concernant la rationalité des émotions étaient des évidences pour les gens du Moyen Âge. En réalité, les conceptions médiévales des émotions sont très diverses, et parfois contradictoires, selon les époques, les milieux, les types de discours. Les prêtres n’ont pas le même regard que les médecins, qui considèrent d’abord les émotions comme des phénomènes physiques, un bouillonnement des humeurs qui caractérise le tempérament de chacun, alors que les hommes d’Eglise voient les émotions comme des mouvements de l’âme qui trahissent nos penchants vers le vice ou la vertu. Il reste que dans des sociétés où le christianisme joue un rôle croissant, l’emprise de la parole des gens d’Eglise est déterminante.

La lecture de saint Augustin par exemple va exercer une grande influence sur toute la période. Or, pour Augustin, les émotions (la joie, la tristesse, la colère, etc.) sont des mouvements de la volonté. Même si nous avons l’impression que nos émotions nous échappent, que la plupart du temps nous les subissons, en réalité nous voulons ces ressentis. Pour Augustin, ce qui est brouillé depuis le péché originel, ce n’est pas notre sensibilité mais notre raison. C’est pourquoi nos ressentis nous informent en vérité sur nos motivations profondes, nos valeurs morales. Les émotions sont à la fois une force et une fragilité de la nature humaine dans la mesure où elles aiguillonnent aussi bien vers la vertu que vers le vice. Cela signifie aussi pour Augustin que les émotions ne sont en rien provoquées par le corps : le corps reçoit des sensations, mais seule l’âme réagit sous la forme d’un élan émotionnel, sans aucun caractère obligatoire. C’est la raison pour laquelle nous sommes responsables de nos émotions et devons en rendre compte.

A partir du XIIe siècle, cette conception est en partie remise en cause, notamment sous l’influence de la redécouverte d’une partie de l’œuvre d’Aristote, et des commentaires arabes, ou de l’influence croissante de la médecine dans les milieux savants. En clair, la question de la spontanéité des émotions est repensée. On conçoit par exemple qu’il y a plusieurs phases dans la survenue de l’émotion : une première phase totalement involontaire, et donc difficile à contrôler, du choc émotionnel que les contemporains appellent « mouvement premier », et une seconde phase où la volonté rationnelle accompagne le mouvement. Si quelqu’un lève un bâton sur moi, je vais être saisi par un sursaut de peur, de façon irrépressible. Ce sursaut n’est qu’un réflexe, même s’il contient une dimension cognitive au sens où j’ai appris par l’expérience que lorsque quelqu’un brandissait un bâton au-dessus de ma tête, il y avait des chances que l’instant d’après le bâton s’abatte sur moi. Si donc le sursaut de peur est automatique, je peux en revanche soit céder à ce premier mouvement, qui devient dès lors véritablement une émotion de peur, soit, si ma volonté est assez forte et entraînée, surmonter ce premier mouvement et ne pas laisser la peur s’installer. Cette approche plus complexe va dans le sens d’une naturalisation accrue des émotions, sans que cela ne remette en cause leur dimension morale et donc la responsabilité individuelle. Abélard par exemple affirme qu’être doté d’un tempérament colérique n’est pas un péché. C’est juste un défaut de notre nature, un défaut de complexion diraient les médecins du temps, qu’il compare au fait de boiter. En revanche, si le colérique se laisse aller au-delà de la mesure à la colère, alors il doit rendre des comptes de ses actes. Dans le même sens, à partir du XIIIe siècle, la place dévolue au corps dans la compréhension de l’émotion s’accroît et la plupart des auteurs finissent par considérer que les émotions sont une combinaison d’états physiologiques et de mouvements de l’âme.

Mais, au-delà des théories, qu’en est-il des pratiques émotionnelles ? Quelles évolutions connaissent-elles ?

Je prendrais un premier exemple dans le domaine religieux. Tout le haut Moyen Âge est marqué par une certaine méfiance et de constants appels à la mesure des émotions. C’est le cas notamment dans le monde monastique. Les moines se vivent un peu comme des athlètes de haut niveau en matière d’émotions. Il en pratiquent certaines avec assiduité : je parlais en ouverture de la componction, cette forme de repentir qui mêle tristesse et espoir. Selon saint Jérôme, l’auteur de la traduction latine de la Bible, le moine est par définition « celui qui pleure » : il pleure en priorité ses péchés, puis ceux de l’humanité mais, par les larmes, il entre aussi en contact avec Dieu à tel point que certains auteurs font de la capacité de pleurer une forme de don divin, presque un signe de sainteté (ce don des larmes que Saint Louis regrettait de ne pas avoir et que Michelet revendique). Dans le même temps, le monde monastique du haut Moyen Âge se méfie terriblement des émotions qui conduisent trop souvent à l’excès. Tout cela débouche sur des comportements extrêmement codifiés et soumis au principe de mesure. Cette exigence et cette méfiance ne disparaîtront pas, mais un véritable tournant affectif est pris dans le courant du XIe siècle sous l’effet de ce que les historiens appellent le « christocentrisme » de la seconde moitié du Moyen Âge. L’Eglise place plus que jamais la personne du Christ au centre du dogme et de la foi, faisant de la vie terrestre de Jésus le modèle de vie pour tout chrétien. A la même époque, entre le XIe et le XIIIe siècle, le dogme de la présence réelle du corps du Christ dans l’eucharistie s’impose définitivement. Tout chrétien, qui est sauvé par le sacrifice du Dieu qui a pris chair et a souffert sur la croix, est invité à conformer sa vie aux souffrances du Christ. Un puissant modèle de piété se dessine qui place la Passion du Christ en miroir des passions humaines ; le salut de tout un chacun passe par une conversion, une conformation de ses émotions afin de vivre celles du Christ. Dès lors, s’agissant des passions qui sauvent, il n’est plus question de mesure ; ou plutôt comme l’écrit Bernard de Clairvaux :  la mesure de l’amour de Dieu, c’est de l’aimer sans mesure.

Les derniers siècles du Moyen Âge sont peuplés de ces figures de mystiques, souvent des femmes, qui s’épuisent dans une dévotion passionnée au Christ souffrant, n’hésitant pas à mettre leur corps à contribution. On est bien loin alors de la gravité monastique. Plus largement, c’est l’Eglise tout entière qui part à la conquête des cœurs en incitant les prêtres à pratiquer une « prédication affective ». Les effets de cette pastorale des émotions ont été magistralement mis en lumière par Jean Delumeau dans son livre sur le péché et la peur. Mais ce sont en réalité toutes les émotions qui sont disséquées, éduquées.

Masaccio, Adam et Eve chassés du paradis, Florence, Santa Maria del Carmine, chapelle Brancacci, v. 1425

 

 

 

 

 

Plus encore que la peur, les prêtres apprennent à leurs ouailles les bienfaits de la honte. Il faut imaginer l’ampleur du défi. Dans des sociétés où l’honneur est la valeur suprême, la promotion de la honte représente un véritable affront aux valeurs et aux sensibilités. La célèbre fresque de Masaccio en illustre merveilleusement les enjeux, en mettant en scène le double visage de la honte, entre honte corporelle – incarnée ici par Eve, la part charnelle de l’humanité -, et la honte morale, assumée par Adam. Pour l’Eglise, la honte du péché est bien plus qu’une prise de conscience, elle est le début de la conversion. Avoir honte de ses fautes passées, c’est déjà craindre le déshonneur des péchés à venir. L’Eglise, en demandant à tout un chacun de transgresser l’une des normes les plus impérieuses de la vie sociale, fonde ainsi un nouveau régime de l’honneur.

Cet enjeu montre bien par ailleurs un autre aspect des pratiques émotionnelles au Moyen Âge : leur diversité selon les milieux. Une universitaire américaine, pionnière de l’histoire des émotions, Barbara Rosenwein, parle de « communautés émotionnelles » pour qualifier des groupes sociaux (un ordre monastique, une cour princière, une élite urbaine) qui fondent une partie de leur identité sociale sur la codification des émotions. Elle montre par exemple comment les écrits produits dans l’entourage des rois mérovingiens Clotaire II et Dagobert au VIIe siècle dévalorisent la légitimité politique de la colère et même déclasse la figure maternelle afin de mieux s’inscrire en opposition avec la période de la fin du règne de la reine Brunehaut.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Groupe d’hommes (haut) et groupe de femmes (bas) en deuil. Tombeau de Sancho Saiz de Carrillo, tempera sur bois. Barcelone, Museu Nacional d’Art de Catalunya, Barcelone, v. 1300.

Un autre exemple éloquent du principe de la « communauté émotionnelle » est évoqué dans cette peinture anonyme du tout début du XIVe siècle, qui décorait le tombeau d’un noble espagnol, Sancho Saiz de Carrillo. Le tombeau se trouvait à l’origine dans un petit ermitage de la région de Burgos. Il s’agit d’une fresque peinte sur parchemin collé ensuite sur des panneaux de bois. On voit ici deux groupes de personnages qui manifestent ostensiblement leur deuil. Concernant l’expression de l’émotion, on observe que si les hommes et les femmes ne se mélangent pas, ils expriment leur douleur de la même façon. On constate même la présence d’un enfant dans le groupe des hommes. Il y a bien une volonté de montrer que le groupe fait corps autour du mort. Surtout, l’expression du deuil ici est donc très codifiée : les participants se tirent les cheveux ou se masquent le visage. Ces gestes renvoient à la culture des romans de chevalerie plutôt qu’à la culture ecclésiastique. Dans la littérature épique, qui se veut souvent un miroir des valeurs de l’aristocratie laïque, la mort du chevalier donne lieu à des manifestations très démonstratives du deuil, que l’on songe par exemple au désespoir de Charlemagne dans la Chanson de Roland au moment où il découvre le cadavre de son neveu Roland :

« Pris de pitié, (l’empereur) ne peut se retenir de pleurer. (…) Sur l’herbe verte, il voit, gisant, son neveu : rien d’étonnant que Charles soit affligé. Il met pied à terre, il y va en courant. Entre ses deux mains il le prend et sur lui s’évanouit, tant l’étreint l’angoisse. (…) Il s’arrache les cheveux à pleines mains. »

La Chanson de Roland, trad. J. Dufournet, GF-Flammarion, 1993, v. 2872-2906.

A l’inverse, l’Eglise voit d’un mauvais œil ces manifestations qu’elles jugent excessives, préférant une attitude de recueillement et d’espoir dans la résurrection.

Ces démonstrations publiques du deuil étaient un moyen pour la noblesse de manifester son unité et son pouvoir. On le voit également dans certaines cités italiennes à la même époque, comme dans la ville d’Orvieto où les statuts communaux interdisent les expressions trop ostentatoires lors des funérailles. Ce genre d’interdiction avait une motivation politique. A la fin du XIIIe siècle, La nouvelle classe dirigeante, en partie issue de l’élite bourgeoise, veut contenir les vieux clans aristocratiques. Pour cela, elle en interdit les exhibitions ostentatoires, que ce soit les démonstrations de richesse à l’occasion des mariages ou encore les manifestations collectives du deuil sur la voie publique. En réponse, les factions se servent de ces moments de démonstration émotionnelle ritualisée pour affirmer leur puissance. Ainsi, en 1288, 129 hommes sont verbalisés pour avoir participé à des lamentations publiques dans les rues d’Orvieto à l’occasion de la mort d’un jeune noble, Lotto Morichelli. On leur reproche de gémir bruyamment, de se tirer les cheveux ou de s’arracher des poils de barbe. En se livrant à ces actes, ils se sont comportés comme des femmes, comme ces pleureuses publiques qui accompagnent parfois les cortèges funéraires. On voit bien dans cet exemple que l’émotion manifestée n’est pas une sorte de débordement incontrôlé mais tout le contraire. Le plus intéressant est sans doute d’admettre que cette ritualisation n’empêche pas que l’émotion soit sincèrement ressentie, voire que pour les contemporains, qui n’ont pas une perception seulement psychologique de l’émotion, c’est précisément parce qu’elle exprime l’unité du groupe et sa solidarité, que l’émotion est authentique, au sens où elle dit le vrai des valeurs qui sont ainsi manifestées.

On pourrait citer de nombreuses autres situations où l’expression de l’émotion répond à une logique sociale parfaitement rationnelle, et où la sincérité du ressenti est même exigée comme preuve de la légitimité des valeurs revendiquées. Ainsi, les rois pleurent souvent à en croire les chroniqueurs : ils pleurent de rage quand l’autorité souveraine est bafouée ; ils pleurent de joie quand la paix est rétablie ; ils pleurent de tristesse quand les caisses du trésor sont vides. Ils pleurent car, pour les contemporains, les larmes sont une marque de sincérité et une preuve de l’amour que le prince porte à son peuple.

De la même façon, la honte est une émotion fréquemment convoquée dans les pratiques judiciaires, car elle participe de la réparation de l’offense ; parfois même, elle est un moyen d’exercer la justice sans verser le sang, comme c’est le cas dans la pratique de l’amende honorable. On le voit par exemple dans le célèbre épisode des bourgeois de Calais en 1347 : c’est bien parce que les 6 bourgeois acceptent de subir l’humiliation, se présentant en habit de pénitent la corde au cou, que le roi d’Angleterre Edouard III finit par ravaler sa colère.

 

Chroniques de Froissart, 1er quart du XVe s., Paris, BnF, ms. Fr. 2663, fol. 164r

 

 

 

Certains chroniqueurs, notamment Froissart, offre un récit particulièrement émotif de l’épisode : tout le monde pleure : les habitants de Calais, les hommes d’armes, la reine Philippa qui implore d’épargner les bourgeois et la cité ; même les chevaliers anglais demandent grâce. A l’opposé, le roi fulmine, veut faire exécuter les 6 hommes et ne cède que lorsque sa femme le supplie. Or, nous savons que le récit de Froissart réécrit le texte d’un chroniqueur contemporain des événements, Jean le Bel, qui est plus sobre. Car en réalité, tout ce qui se passe répond à une ritualisation bien connue de la reddition d’une ville vaincue. Ce qui est mis en scène, c’est la fin d’un siège où l’acte de soumission manifesté par l’humiliation publique des représentants de la cité est la garantie que les habitants seront épargnés. Froissart sait tout cela ; il sait que l’émotion de la honte est ritualisée dans un spectacle politique, mais il sait également que l’efficacité du rite exige une performance publique de l’émotion, que tous les signes de sa sincérité soient manifestés. C’est pourquoi il en rajoute, de façon aussi à mettre en défaut le roi d’Angleterre qui confond sa mauvaise colère d’homme avec la juste colère du prince qui doit faire place à la mansuétude devant l’amende honorable des Calaisiens. On a donc une fois de plus dans ce récit toute la complexité de l’usage des émotions, qui mêle ritualisation et gage d’authenticité, tout cela étant de surcroît codifié par la rhétorique des auteurs qui en rendent compte.

En disant cela, je pose aussi une limite à l’enquête de l’historien. Ses sources, textes et images, ne lui laissent voir le plus souvent que les croyances et pratiques de l’élite. Par définition, les masses illettrées n’écrivent pas, et donc nous n’avons aucun accès direct à leur témoignage. C’est là tout particulièrement que le dialogue entre l’histoire et l’archéologie est précieux.

Quelques fenêtres s’entrouvrent malgré tout. C’est le cas par exemple dans les sources judiciaires où sont retranscrites parfois les paroles des gens du commun. On constate alors que le recours à l’émotion chez les artisans ou les ouvriers répond aux mêmes critères que parmi l’élite : la valeur de l’honneur y est tout aussi centrale. Défendre son honneur exige qu’on se mette en colère et qu’on déclare sa haine contre son accusateur. A l’inverse, l’émotion non prévue peut être un argument pour obtenir la mansuétude des juges. Ainsi, les lettres de rémission évoquent comme circonstance atténuante le fait que l’accusé a agi sous l’emprise de la « chaude cole », une colère irrépressible qui est censée atténuer la responsabilité.

Mais le plus souvent dans les sources, les émotions des « simples gens » apparaissent incarnées par la foule : la liesse à l’occasion de l’entrée d’un prince dans une ville ; l’enthousiasme religieux lors des prédications ; la peur quand arrive l’armée ennemie ou une épidémie. Qu’elles expriment un moment de communion entre le peuple et ses dirigeants ou au contraire qu’elles portent la révolte, les émotions du peuple sont le plus souvent rendues par l’élite comme des manifestations spontanées, infantiles voire animales lorsqu’il s’agit de révolte. Il y aurait beaucoup à dire sur cette façon de concevoir la foule comme un organisme en transe. On y retrouve alors plus que jamais le stéréotype de l’émotion irrationnelle, ce qui est une façon encore de construire la distinction sociale entre l’élite, qui s’arroge le droit d’user publiquement des émotions parce qu’elle en maîtrise les codes, et la populace qui est l’esclave de ses passions.

Parfois, les sources se trahissent cependant : voulant montrer la foule en furie, elles laissent voir combien la colère du peuple pouvait elle aussi être maîtrisée, ritualisée. L’historien Vincent Challet s’est intéressé par exemple aux révoltes urbaines en Languedoc à la fin du XIVe s. à travers les sources judiciaires. Il montre bien que ces accès de colère contre le seigneur ou les magistrats de la cité, malgré leur apparente spontanéité, suivent un protocole bien précis. Il y a une forme de ritualisation de l’émeute qui procède par inversion des cérémonies de liesse, tout aussi codifiées, lors des entrées royales où l’on sonne les cloches et où le peuple acclame le prince au cri de « Vive le roi » ou « Miséricorde ». Quand la révolte éclate, les maîtres des guildes font sonner le tocsin afin d’appeler les habitants à se rassembler en armes devant les demeures des consuls. Et, d’une ville à l’autre, ce sont les mêmes slogans, les mêmes cris qui sont proférés, à Toulouse en 1357, à Clermont-L’Hérault en 1379, à Béziers en 1381 : « Mueyron, Mueyron, los traidors ! » (« A mort, à mort les traîtres ») – avec parfois cette petite variante : « A mort les voleurs ! ». Ici aussi, le cri de colère, la clameur, le mouvement de la foule ne sont pas des débordements émotionnels incontrôlés mais une forme de ritualisation de la contestation adaptée à l’espace urbain et aux milieux des corporations de métiers, qui, en inversant les codes des scènes de liesse, signifie à la fois la rupture d’unité entre le peuple et ses dirigeants et cherche à fonder une nouvelle unité des contestataires. Il s’agit ni plus ni moins d’une démonstration de force politique.

 

On le voit, Michelet et Huizinga avaient bien raison d’insister sur la force des émotions au Moyen Âge. On est frappé par leur omniprésence dans la vie quotidienne. Peut-être est-ce cela qui est le plus déroutant pour nous aujourd’hui. On perçoit des lignes de force dans la façon dont elles sont codifiées, quelles valeurs on leur attribue, ce qu’elles signifient et comment elles agissent, mais on constate aussi la grande diversité de sens et d’usages, et donc les possibles malentendus dans la communication émotionnelle. On peut comprendre que cette présence envahissante ait pu dérouter les historiens du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle, qui vivaient dans une société plutôt répressive sur le plan émotionnel, où les émotions n’avaient guère de légitimité dans l’espace public, ou bien à l’inverse servaient à galvaniser les masses jusqu’au fanatisme. Aujourd’hui, le détour par le Moyen Âge, l’effort de compréhension pour rendre plus familiers les affects au premier abord si étranges des femmes et des hommes des siècles passés, est peut-être aussi une invitation à questionner la place que nous réservons dans nos sociétés à cette part de notre humanité, faite d’ombre et de lumière, qui nous fascine autant qu’elle semble nous effrayer.

 

 

 

 

 

 

Conférence : L’expression des émotions au Moyen Âge (Cité des Sciences, mardi 25 avril à 19h)

Mardi 25 avril 2017 à 19h, Cité des Sciences et de l’Industrie

Les émotions des femmes et des hommes au Moyen Âge, vécues et exprimées de façon intense, possédaient leur rationalité propre, entre usages sociaux quotidiens et manifestations extraordinaires. Pour soulager leur chagrin, les parents éprouvés par la perte d’un enfant s’adonnaient à la pratique du répit.

Avec Damien Boquet, historien, maître de conférences à l’université d’Aix- Marseille ; Valérie Delattre, archéo-anthropologue, Inrap.

Le Moyen Âge des émotions : conférence à la Médiathèque de Poitiers (24 mai à 18h30)

Conférences du Moyen Âge

Localisation : Médiathèque François-Mitterrand
Catégorie : Conférences
Adresse : Médiathèque François-Mitterrand 4 rue de l’Université
Conditions : Tél. 05 49 52 31 51 Fax 05 49 52 31 60 mediatheque@mairie-poitiers.fr

  • – Le 24/05/2016

Mardi 24 mai

Découverte

Conférences du Moyen Âge

Le Moyen Âge : que d’émotions !

Par Damien Boquet, maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille.

Que peut-on savoir de la vie émotionnelle des femmes et des hommes du Moyen Âge ? Sur ce sujet longtemps négligé, les sources sont pourtant nombreuses : la littérature, l’iconographie, les chroniques, mais aussi la théologie et la médecine nous livrent mille indices de la place des émotions dans la vie intime et sociale. L’émotion au Moyen Âge irrigue la société, dans une diversité d’interprétations et une vitalité qui impressionnent.

Médiathèque François-Mitterrand, salle Jean-Richard-Bloch, à 18h30. 

Deux conférences de B. H. Rosenwein (enregistrement)

Barbara H. Rosenwein a prononcé deux conférences à l’université d’Oxford en qualité de professeur invité au mois de mai dernier :

“How Can There Be A History of Emotions?” (11 mai 2015)

“Generations of Feeling:  An Overview and A Case Study” (13 mai 2015)

Enregistrement en accès libre

En attendant la parution de son nouveau livre, annoncé pour la fin de l’année : Generations of Feeling:  A History of Emotions, 600-1700. Cambridge, Cambridge University Press