Archives de catégorie : Vient de paraître

P. Maddern, J. McEwan, A. M. Scott (eds.), Performing Emotions in Early Europe

Source : Brepols

P. Maddern, J. McEwan, A. M. Scott (eds.), Performing Emotions in Early Europe, Brepols, 2018.

Drawing on a range of interdisciplinary approaches and innovative methodologies, this collection contributes ground-breaking new scholarship in the burgeoning field of emotions studies by examining how medieval and early modern Europeans communicated and ‘performed’ their emotions. Rejecting the notion that emotions are ‘essential’ or ‘natural’, this volume seeks to pay particular attention to cultural understandings of emotion by examining how they were expressed and conveyed in a wide range of historical situations. The contributors investigate the performance and reception of pre-modern emotions in a variety of contexts — in literature, art, and music, as well as through various social and religious performances — and in a variety of time periods ranging from the twelfth to the eighteenth centuries. These studies provide both case-studies of particular emotions and emotional negotiations, and examinations of how their categorisation, interpretation, and meaning has changed over time.

The contributors provide new insights into the expression and performance of pre-modern emotions from a wide range of disciplinary fields, including historical studies, literature, art history, musicology, gender studies, religious studies, and philosophy. Collectively, they theorise the performativity of medieval and early modern emotions and outline a new approach that takes fuller account of the historical specificity and cultural meanings of emotions at particular points in time.

This volume forms a companion to Understanding Emotions in Early Europe, edited by Michael Champion and Andrew Lynch (2015); http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503552644-1

Table of Contents

Introduction: Performing Emotions in Medieval and Early Modern Worlds — PHILIPPA MADDERN, JOANNE MCEWAN and ANNE M. SCOTT

Part I: Emotional Performativity in Music, Literature and the Visual Arts

Emotion, Time and Music at Cambrai Cathedral — MATTHEW CHAMPION

‘Affecting glory from vices’: Negotiating Shame in Prostitution Texts, 1660–1750 — EMILY COCK

Pageant, Spectacle, Dread and Love in Piers Plowman, Brueghel’s Triumph of Death and the Good Samaritan Window of Bourges Cathedral — ANNE M. SCOTT

Affected Bodies and Bodily Affect: Visualizing Emotion in Renaissance Plague Images — LOUISE MARSHALL

Part II: Social Performance

The ‘Slime of Vice’ and the ‘Passions of the Mind’: Emotional Histories in the Anglo-Norman World — LINDSAY DIGGELMANN

Courting Nassau Affections: Performing Love in Orange-Nassau Marriage Negotiations — SUSAN BROOMHALL and JACQUELINE VAN GENT

‘[D]id ringe at oure parish churche… for joye that the Queene of Skotts … was beheaded’: Public Performances of Early Modern English Emotions — DOLLY MACKINNON

Part III: Religious Performance

Emotion, Place and Memory at the Royal Abbey of St Denis — MEGAN CASSIDY-WELCH

Boosting the Emotional Power of New Liturgy: The Hidden Sides of Things in Giotto’s Crib at Greccio — RICHARD READ

Discursive Affect and Emotional Prescriptiveness: On the ‘Man of Sorrows’ in Fourteenth-Century Italian Painting — LACHLAN TURNBULL

Martin Luther’s Heart — SUSAN C. KARANT-NUNN

Part IV: Recreating Emotional Performance

‘Laughing at Death’: Emotional Excess in The Duchess of Malfi in Performance — STEVE CHINNA

Index

B. Grigoriu, Talent / maltalent. La culture des émotions au seuil de la littérature française

Source : Brepols

B. Grigoriu
Talent / maltalent. La culture des émotions au seuil de la littérature française, Brepols, 2018

Face au manuscrit roman médiéval, face à l’œuvre francophone qui s’en dégage en quittant sa peau latine, il est loisible de rendre son droit de cité à l’émotion : même si les humains qui ont façonné les premiers émotifs français sont morts depuis des siècles, même si les sciences humaines s’entraînent à les enterrer scientifiquement, il reste une place pour le vécu fictionnel, et ce vécu est riche en vies possibles ; il suffit d’interroger le mode d’emploi des affects, tel qu’il se dégage de chacun de ces récits fondateurs.

S’inscrivant dans l’histoire des affects, le livre propose une relecture des premiers récits français sous le signe des polarités émotionnelles médiévales du « talent » et du « maltalent ».

À l’époque de leur première réception, la Cantilène de sainte Eulalie, la Vie de saint Alexis, la Chanson de Roland et le Roman de Thèbes étaient des œuvres fermées, des textes de plaisir. Pour le lecteur du XXIe siècle, ils deviennent un beau défi jouissif. Ainsi, les détails qui débordent le cadre théologique se révèlent nombreux et savoureux : Maximien réussit son coup d’épée contre Eulalie, la « pucelle » d’Alexis parvient à consommer son mariage céleste, Charlemagne boude Gabriel, Jocaste frôle le rôle d’entremetteuse pour faire la paix par l’amour… et les mondes s’entrechoquent, ambigument possibles.

L’étude aborde les styles émotionnels, les actes émotifs, les normes affectives et les communautés responsables des « émotionologies » de ces textes liminaires de la littérature française, où les personnages font de Dieu un acte émotif de plus en plus dépouillé. Du nom à l’interjection, de la foi à l’émotion, c’est l’histoire d’une véritable émancipation qui s’écrit, en initiant, à fleur de texte, une désacralisation progressive des affects.

Brindusa Grigoriu est docteure en langues et littératures anciennes à l’Université de Poitiers, et maître de conférences à l’Université Alexandru Ioan Cuza de Iași, Roumanie.  Elle est l’auteure de plusieurs articles et ouvrages consacrés au corpus narratif médiéval : Actes d’émotion, pactes d’initiation: le spectre des fabliaux, Craiova, Universitaria, 2015 ; Amor sans desonor. Une pragmatique pour Tristan et Yseut, Craiova, Universitaria, 2013 ; co-édition et introduction au Lai du Conseil, University of Liverpool, Liverpool Online Series, 2013.

Table of Contents

Introduction au talent

I. Sous le signe du talent. Émotions historiques

1. Talent d’écriture

2. Talent de vérité

3. Talent de littérature

II. L’homme devant Dieu. Émotions hagiographiques

1. Une émotionologie virginale : Eulalie

2. Une émotionologie nuptiale : Alexis

3. Maltalent : l’émotionologie de Roland

III. Le couple devant Dieu. Les premières émotions romanesques

Du roman au romanesque : une nouvelle culture émotionnelle

1. Œdipe et Jocaste : amours familiales

2. Les fils de l’inceste et les ratages de l’amour

3. Les filles de l’inceste. Couples de par Dieu ?

En guise de conclusion : L’émotion Dieu au seuil de la littérature française

Bibliographie

La Démocratie des émotions

Source : Presses  de Sciences Po

La Démocratie des émotions

Loïc Blondiaux, Christophe Traïni, Presses de Sciences Po, 2018

Introduction – Les émotions, angle mort et dimension essentielle de la participation politique 
Loïc Blondiaux et Christophe Traïni
L’étude de la démocratie participative et la mise à distance des émotions

Première partie – DÉMOCRATIE ÉMOTIVE, DÉMOCRATIE INCLUSIVE ?

Chapitre 1 – Modulation des émotions et médiation en faveur des exclus : une audience publique à Delhi
Stéphanie Tawa Lama-Rewal
Le jan sunwai : contexte, enjeux, déroulement
Pratique chorale et coordination affective
Témoignage des victimes et contention des émotions
Moduler plutôt que modérer : le travail émotionnel du jury
Bibliographie

Chapitre 2 – Le Parlons-en comme espace de circulation
Laure Brayer et Anthony Pecqueux
Le Parlons-en, un espace de parole au style expressiviste
Exprimer des émotions et faire surgir des solutions collectives
L’épaisseur sensible et temporelle de la participation
Présence débordante et réactions
Bibliographie

Chapitre 3 – Émotions, délibération et pouvoir d’agir
Les assemblées des Indignés à Madrid
Héloïse Nez
Une mobilisation traversée par les émotions
Les émotions dans les assemblées
Un processus de montée en singularité
Un pouvoir d’agir par la délibération et l’action collective
Bibliographie

Deuxième partie – LE FAÇONNAGE INSTITUTIONNEL DES SENSIBILITÉS CITOYENNES

Chapitre 4 – L’instruction des émotions
Le jury populaire dans l’institution judiciaire
Célia Gissinger-Bosse
Des émotions prescrites et circonscrites
Des émotions proscrites pour bien maîtriser les corps
Les émotions dans la balance de la Justice
Bibliographie

Chapitre 5 – L’institutionnalisation de la sensibilité indigène
La participation des autochtones au Chili
Matilde Spoerer
Une Table de consensus visant à défaire les ressentiments du passé
Des représentants indigènes professionnels et compétents
Judiciarisation des débats et mise à distance des passions
Une indignation immémoriale comme outil tactique
Bibliographie

Troisième partie – INGÉNIERIE PARTICIPATIVE ET MAÎTRISE DES ÉMOTIONS

Chapitre 6 – Composer avec les affects en enquête publique
Le travail émotionnel dans les conflits autour de projets éoliens terrestres en France
Stéphanie Dechézelles
Le travail émotionnel des commissaires-enquêteurs : une injonction institutionnelle floue
Observer in situ l’application des règles de sentiments en vigueur
La colère des opposants à l’épreuve du formalisme de l’enquête publique
La rédaction à distance des avis et la retranscription sélective des états affectifs
Bibliographie

Chapitre 7 – Gérer les émotions en amont des dispositifs participatifs
Surfrider Foundation Europe et ses Gardiens de la côte
Julien Weisbein
Les élans contestataires des Gardiens de la côte
Tempérer les émotions, s’apprêter à la concertation
Un travail de sélection et de contrôle à distance
Des experts du surf prêts à surmonter les vagues du débat public
Bibliographie

Chapitre 8 – L’expression et la gestion des émotions dans les projets urbains
Les dispositifs participatifs à l’épreuve des affects
Benoît Feildel et Jérôme Le Jeloux
Projet d’urbanisme, dispositions affectives et participation des habitants
Un projet d’aménagement confronté aux émotions des riverains
Des dispositifs visant à mobiliser les sensibilités spatiales des citoyens
Bibliographie

La Connaissance par sentiment au XVIIIe siècle

Source: Honoré Champion

Laetitia Simonetta, La Connaissance par sentiment au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2018.

Le XVIIIe siècle n’est pas seulement le siècle de la raison, il est aussi celui où le sentiment s’impose dans l’esprit de certains philosophes pour rendre compte de la façon dont certains objets sont connus. Le moi ainsi que les valeurs morales et esthétiques sont, par excellence, des objets qui échappent à une analyse rationnelle ainsi qu’aux perceptions issues des sens externes. Ils se donnent dans cette expérience intérieure qu’est le sentiment. La particularité de celui-ci est que, alors qu’il est une impression d’ordre affectif, constituée de perceptions de plaisir et de douleur, il est amené à représenter autre chose que l’état purement subjectif de l’âme. Tout le problème est de déterminer à quel point le sentiment constitue un mode de connaissance irréductible : est-il un principe de connaissance à part entière, à côté de la sensation et de la réflexion, ou simplement la manière de connaître de celui qui, ayant développé des habitudes de penser et de sentir, a l’impression de juger de façon immédiate ? Reconnu comme fait mais n’ayant pas de fondement clairement assignable, il est sujet aux interprétations les plus contradictoires. Placé au croisement d’un courant métaphysique et d’un courant empiriste radical, il incarne une des notions qui manifestent le plus fortement la diversité des écoles qui perdurent au siècle des Lumières.

Ancienne élève de l’ENS de Lyon, Laetitia Simonetta est agrégée et docteur en philosophie. Elle est affiliée à l’Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (UMR 5317) et enseigne dans le secondaire (Académie de Versailles).

(Vient de paraître) Die Politik der Demütigung (Ute Frevert)

Source : S. Fischer Verlage

Ute Frevert, Die Politik der Demütigung. Schauplätze von Macht und Ohnmacht, S. Fischer Verlage, 2017.

Présentation de l’éditeur:

In einem brillanten Gang durch 250 Jahre Geschichte schildert die bekannte Historikerin Ute Frevert, welche Rolle die öffentliche Beschämung in der modernen Gesellschaft spielt. In den unterschiedlichsten Bereichen werden die Demütigung und das damit einhergehende Gefühl der Scham zum Mittel der Macht – ob in der Erziehung von Kindern, im Strafrecht oder in Diplomatie und Politik.
So wurden nach 1944 in Frankreich Frauen, die sich mit deutschen Besatzern eingelassen hatten, die Haare geschoren. Richter in den USA bestrafen Bürger neuerdings damit, dass diese an belebten Straßen auf einem Schild ihr Vergehen kundtun müssen. Nicht zuletzt der Medienpranger – wie im Fall von Jan Böhmermanns Schmähgedicht auf den türkischen Präsidenten Erdogan – und das Internet haben die öffentliche Beschämung allgegenwärtig gemacht.
Ute Frevert zeigt nicht nur an zahlreichen Beispielen aus der Geschichte, wie Demütigungen in Szene gesetzt wurden und werden (wobei sich die Bilder über Epochen und Kulturen hinweg erstaunlich gleichen). Sie macht auch klar, dass die Moderne den Pranger keineswegs abgeschafft, sondern im Gegenteil neu erfunden hat. Nicht mehr der Staat beschämt und demütigt, sondern die Gesellschaft.

(Vient de paraître) Emotional Cities (Joseph Ben Prestel)

Source : OUP

Joseph Ben Prestel, Emotional Cities. Debates on Urban Change in Berlin and Cairo, 1860-1910, OUP, 2017

Présentation de l’éditeur:

Emotional Cities offers an innovative account of the history of cities in the second half of the nineteenth century. Analyzing debates about emotions and urban change, it questions the assumed dissimilarity of the history of European and Middle Eastern cities during this period. The author shows that between 1860 and 1910, contemporaries in both Berlin and Cairo began to negotiate the transformation of the urban realm in terms of emotions. Looking at the ways in which a variety of urban dwellers, from psychologists to bar maids, framed recent changes in terms of their effect on love, honor, or disgust, the book reveals striking parallels between the histories of the two cities. By combining urban history and the history of emotions, Prestel proposes a new perspective on the emergence of different, yet comparable cities at the end of the nineteenth century.

Sommaire :

Introduction
1: What is Love? Morality and « French Stimulation » in Berlin
2: Who is Rational? Feelings between Hearts and Hymens in Cairo
3: Streets of Excitement: Emotions on Friedrichstraße
4: Neighborhood of Passion: Losing Rationality in Azbakiyya
5: Precarious Calm: Berlin’s Emotional Reform
6: Haunted Happiness: Cairo’s Suburbs and Sports
Conclusion: Towards a Global History of Urban Change in the Nineteenth Century
Bibliography

(Vient de paraître) What is the History of Emotions? (B. H. Rosenwein and R. Cristiani)

Source : Polity Press

What is the History of Emotions?

B. H. Rosenwein and R. Cristiani, What is the History of Emotions?, Polity Press, 2018

Présentation de l’éditeur :

What is the History of Emotions?  offers an accessible path through the thicket of approaches, debates, and past and current trends in the history of emotions. Although historians have always talked about how people felt in the past, it is only in the last two decades that they have found systematic and well-grounded ways to treat the topic.

Rosenwein and Cristiani begin with the science of emotion, explaining what contemporary psychologists and neuropsychologists think emotions are. They continue with the major early, foundational approaches to the history of emotions, and they treat in depth new work that emphasizes the role of the body and its gestures. Along the way, they discuss how ideas about emotions and their history have been incorporated into modern literature and technology, from children’s books to videogames.

Students, teachers, and anyone else interested in emotions and how to think about them historically will find this book to be an indispensable and fascinating guide not only to the past but to what may lie ahead.

Sommaire:

Introduction
Chapter 1: Science
Chapter 2: Approaches
Chapter 3: Bodies
Chapter 4: Futures
Conclusion
Notes
Selected Reading
Index

(Vient de paraître) The Power of Laughter and Satire in Early Modern Britain

Source :  The Boydell Press

Mark Knights, Adam Morton éd., The Power of Laughter and Satire in Early Modern Britain. Political and Religious Culture, 1500-1820, Woodbridge, The Boydell Press, 2017.

Présentation de l’éditeur :

This interdisciplinary collection considers the related topics of satire and laughter in early modern Britain through a series of case studies ranging from the anti-monastic polemics of the early Reformation to the satirical invasion prints of the Napoleonic wars. Moving beyond the traditional literary canon to investigate printed material of all kinds, both textual and visual, it considers satire as a mode or attitude rather than a literary genre and is distinctive in its combination of broad historial range and thick description of individual instances.
Within an over-arching investigation of the dual role of laughter and satire as a defence of communal values and as a challenge to political, religious and social constructions of authority, the individual chapters by leading scholars provide richly contextualised studies of the uses of laughter and satire in various settings – religious, political, theatrical and literary. Drawing on some unfamiliar and intriguing source material and on recent work on the history of the emotions, the contributors consider not just the texts themselves but their effect on their audiences, and chart both the changing use of humour and satire across the whole early modern period and, importantly, the less often noticed strands of continuity, for instance in the persistence of religious tropes throughout the period.

Vient de paraître : Genealogies of Emotions, Intimacies, and Desire (Ann Brooks)

Source : Routledge

Présentation de l’éditeur:

Ann Brooks, Genealogies of Emotions, Intimacies, and Desire. Theories of Changes in Emotional Regimes from Medieval Society to Late Modernity, Routledge, 2017

 

Genealogies of Emotions, Intimacies and Desire excavates epistemologies which attempt to explain changes in emotional regimes from medieval society to late modernity. Key in this debate is the concept of intimacy. The book shows that different historical periods are characterized by emotional regimes where intimacy in the form of desire, sex, passion, and sex largely exist outside marriage, and that marriage and traditional normative values and structures are fundamentally incompatible with the expression of intimacy in the history of emotional regimes.

The book draws on the work of a number of theorists who assess change in emotional regimes by drawing on intimacy including Michel Foucault, Eva Illouz, Lauren Berlant, Anthony Giddens, Laura Ann Stoler, Anne McClintock, Niklas Luhmann and David Shumway. Some of the areas covered by the book include: Foucault, sex and sexuality; romantic and courtly love; intimacy in late modernity; Imperial power, gender and intimacy, intimacy and feminist interventions; and the commercialization of intimacy.

Sommaire:

Foreword. Foucault’s History of Sexuality – the Production of Sexual Discourses in Classical Antiquity and Beyond. David Konstan

Introduction – What’s Love Got to do with it?

1. Genealogies of Emotions, Intimacy and Desire: Theories of Changes in Emotional Regimes from Medieval Society to Late Modernity.

2. Foucault’s Genealogy of Sexuality –Foucault, Sex and Power.

3. Narratives of Romantic Love – The History of Courtly Love.

4. « Mapping Intimacy Through Sex in Twentieth Century Colonial Cultures » – Laura Ann Stoler and Anne McClintock.

5. Love and Intimacy in Late Modernity –The Transformation of Intimacy.

6. « The Intelligence of Emotions »: Intimacy, Emotions and the « Turn to Affect » – Feminist Interventions.

7. Intimacy, Emotions and the Public Sphere: From Sentimental Ideology to « The Queen of America »- the Public and the Private in the Work of Lauren Berlant.

8. Conclusion

Compte rendu accessible en ligne ici

Vient de paraître : Emotions, Medicine and Penance in the Late Medieval Mediterranean

Source : Brill

Naama Cohen-Hanegbi, Caring for the Living Soul. Emotions, Medicine and Penance in the Late Medieval Mediterranean, Brill, Leiden, 2017

Naama Cohen-Hanegbi, Tel Aviv University

Vient de paraître : M. de Saint-Chéron, Réflexions sur la honte. De Rousseau à Levinas

Source : Fabula

M. de Saint-Chéron, Réflexions sur la honte. De Rousseau à Levinas, Hermann, 2017

Depuis la Bible hébraïque, qui lui donna un relief particulier, la honte fut pensée d’abord par Platon et Aristote comme concept, puis traversa la littérature mondiale. Relisant Rousseau à la lumière de Levinas, Kafka à celle de Benjamin ou George Steiner, Celan à celle de Blanchot, ou le génocide khmer à l’aune de Rithy Panh et Paul Ricoeur, Michaël de Saint-Cheron propose une réflexion sur l’histoire universelle de la honte.

Si dans la mémoire de la Shoah, l’auréole du martyre s’est substituée à celle de la honte vécue par 6 millions de victimes et par tant de survivants, ce n’est pas le cas dans le génocide khmer. Dans sa conclusion, l’auteur évoque Geneviève de Gaulle Anthonioz, qui a combattu la honte.

Vient de paraître : R. Borderie, Fiction et diction de la peur dans les récits du XIXème siècle

Source : Fabula

Régine Borderie, Fiction et diction de la peur dans les récits du XIXème siècle, Editions La Baconnière, 2017

 

Dans les récits du XIXème siècle, on a peur de la nature et du surnaturel, mais aussi de la guerre, du peuple, du criminel, de soi-même… Passion du récit, présente dans les divers genres romanesques ainsi que dans les contes et nouvelles, la peur émerge sur fond de Terreur, de conflits militaires et politiques, de transformations sociales et artistiques profondes. Elle se dresse également sur un arrière-plan scientifique en partie renouvelé.

Quelles formes prend-elle selon les personnages mis en scène ? Quelle représentation de l’espace induit-elle ? Comment nourrit-elle la composition et la matière dramatique du récit ? Quel regard les écrivains portent-ils et nous amènent-ils à porter sur ceux qui l’éprouvent ?

L’ouvrage s’interroge sur la fécondité de la peur pour la fiction narrative, y compris dans le détail de son style ; il déplace donc l’intérêt de l’action à la passion. Il met de plus en perspective sa configuration littéraire en mobilisant les représentations non littéraires de ce temps ou du nôtre. Ce faisant, il cherche comment fiction et diction contribuent à modeler la pensée de la peur, autrement nommée crainte, angoisse, panique collective.

 

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure, agrégée des lettres classiques, maître de conférences, Régine Borderie enseigne la littérature française du XIXème siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Principaux ouvrages : Balzac, peintre de corps. La Comédie humaine ou le sens des détails (Paris, SEDES, 2002) et « Bizarre », « Bizarrerie », de Constant à Proust (Grenoble, ELLUG, 2011).