Archives de catégorie : Vient de paraître

L’envie, une passion tourmentée

Source : Champ Vallon

André Rauch, L’Envie, une passion tourmentée, Champ Vallon, 2021.

Ce livre explore une passion tourmentée : l’envie. Quelle est son histoire ?
Selon les Écritures, cette passion du Diable est dévastatrice. Elle attaque l’ordre divin, mais sème aussi le schisme et la discorde entre les hommes, mine les relations sociales, pervertit l’exercice de la justice et corrompt la quête de la vérité.
Au XIXe siècle, romanciers et poètes s’en servent pour illustrer les désirs qui animent le ressentiment et sont à la source de toutes sortes de haines, raciales ou antisémites. Aujourd’hui arbitre de la société de consommation, la jalouse envie explose sur les plates-formes d’Internet qui « hébergent » le cyber-harcèlement, semant la terreur chez les adolescents et l’indignation des pédagogues.
C’est un éclairage inédit qui est ici jeté sur une passion tourmentée.

Sommaire, ici.

Colères politiques

Source : Les éditions de la maison des sciences de l’homme

Thierry Devars (dir.), Colères politiques, Quaderni, 104 (2021)

Émotion omniprésente dans le champ politico-médiatique, la colère constitue une force vive du débat public contemporain. Des colères codifiées et ritualisées des professionnels de la vie politique aux mouvements collectifs contestataires, elle recouvre une mosaïque de formes expressives intimement imbriquées à leur environnement médiatique. Inscrit dans le cadre d’une réflexion interdisciplinaire sur le caractère politique des émotions, ce numéro de la revue Quaderni se propose d’interroger le rôle des médias d’information classiques et numériques dans la fabrique sociale des colères politiques exprimées individuellement ou collectivement dans la sphère publique.

DOSSIER : COLÈRES POLITIQUES

Thierry DEVARS : Avant-propos : Colères politiques

Marion BALLET : La colère dans les discours de campagne présidentielle en France : une émotion sous contrainte

Thierry DEVARS : Les foudres de Jupiter : une médiatique  de la colère présidentielle

Arnaud MERCIER : Les modalités de la colère citoyenne sur Twitter

Lucie RAYMOND : De la colère à la haine dans les discours « antisystème » : la rhétorique du ressentiment chez Alain Soral

Rym GERWIG-KIRECHE et Philippe MARION : Des ronds-points au Capitole : corps et décors d’une colère politique

ALAIN DE LIBERA, Le sujet de la passion. Cours du collège de France 2015-2016

Vrin – Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie
536 pages – 13,5 × 21,5 × 3,2 cm
ISBN 978-2-7116-2962-6 – octobre 2021, 28 euros

le livre peut être commandé ici

 
Après L’invention du sujet moderne (2014), et La Volonté et l’action (2015), le cours du semestre d’hiver 2016 abordait la question du sujet de la passion pour tester sur la « durée longue », la thèse principale de l’archéologie du sujet, faisant de la christologie le laboratoire ontologique et éthique de l’anthropologie occidentale. En suivant des dossiers aussi différents que la querelle du monothélisme dans l’Antiquité tardive ou celle de l’Eucharistie dans la « prémodernité », on poursuivait un double objectif : arracher la théologie et son histoire à l’enfer des « études subalternes », rapatrier la théologie « grecque » dite « orientale » dans l’histoire de la pensée « européenne » – autrement dit : remettre l’Église au milieu du village, et la Grèce en Europe. La question du sujet de la souffrance du Christ sur la Croix, celle du statut de la douleur dans la stigmatisation de François d’Assise ou les pratiques ascétiques du « mystique » rhénan Henri Suso, ont été l’occasion d’examiner sur une base nouvelle la genèse des notions de contagion et de compassion, censées rendre compte de la possibilité d’un « partage de la souffrance » entre l’homme, les hommes et Dieu, ainsi que les complexes de problèmes déployés depuis les Problemata du Pseudo-Aristote jusqu’à la théorie luthérienne de la communication des idiomes et les controverses christologiques du XVIe siècle (comme le « colloque » de Montbéliard de 1586 opposant luthériens et calvinistes), pour penser ensemble, à partir du couple passion-Passion, dans l’horizon d’une métaphysique de l’Incarnation, l’élaboration croisée – ce qu’on appelle ici le « chiasme » – de la souffrance humaine et de la souffrance de Dieu.

Alain de Libera est professeur émérite au Collège de France où il a occupé la chaire d’histoire de la philosophie médiévale de 2013 à 2019.

 

Katie Barclay, Academic EMOtions. Feeling the Institution, Cambridge UP, elements, 2021

Le livre peut être téléchargé gratuitement jusqu’au 1e décembre ! 

Summary

The University is an institution that disciplines the academic self. As such it produces both a particular emotional culture and, at times, the emotional suffering of those who find such disciplinary practices discomforting. Drawing on a rich array of writing about the modern academy by contemporary academics, this Element explores the emotional dynamics of the academy as a disciplining institution, the production of the academic self, and the role of emotion in negotiating power in the ivory tower. Using methodologies from the History of Emotion, it seeks to further our understanding of the relationship between the institution, emotion and the self.
 

Contents

Ce petit livre semble toutefois totalement ignorer le beau livre de Françoise Waquet,  Une histoire émotionnelle des savoirs, XVIIe-XXI siècles, CNRS éditions, 2019, 352 p., 25,00 (Disponible en numérique)

Plaisir et ennui, peur et espérance, enthousiasme et désespoir, bonheur et souffrance, toute la gamme des émotions dans leurs nuances et leurs combinaisons fait l’ordinaire du quotidien des chercheurs. Hier, dans les lointains XVIIe-XVIIIe siècles, comme aujourd’hui, et quelles que soient les disciplines.
Les chercheurs apparaissent alors non plus comme des machines à penser ou des personnes-idées, mais comme des êtres de chair et de sang opérant dans un univers saturé d’affects. Ils ne sont plus ces « neutres » (Nietzsche) qu’a instaurés cette règle de métier qu’est l’objectivité, et leur voix n’est plus celle impersonnelle, inhumaine qui ressort de leurs publications.
Prendre en compte les émotions, c’est restaurer une dimension de la science telle qu’elle se fait, en rappelant l’incidence qu’elles ont dans les rythmes de travail, dans l’engagement à la tâche, dans la convivance au sein de communautés, dans le devenir de collaborations et, bien sûr, dans la genèse, la production et la publication des oeuvres.
C’est aussi, dans un monde professionnel qui s’est placé sous la bannière de la raison, donner à voir l’auteur, plus que dans sa subjectivité, dans sa profonde humanité.

Prix Madeleine Laurain-Portemer 2020 de l’Académie des sciences morales et politiques

et il faut mentionner le livre jumeau de cet ouvrage :

F. Waquet, L’ordre matériel du savoir. Comment les savants travaillent, XVI-XXIe s., CNRS éd., 2015.

Christine l’Admirable. Vie, chants et merveilles

Source : éditions Vues de l’esprit

Sylvain Piron, Christine l’Admirable. Vie, chants et merveilles, précédé de Thomas de Cantimpré, Vie de Christine l’Admirable — éditée et traduite du latin en collaboration avec Armelle Le Huërou, Vues de l’esprit, 2021.

 

Avant la persécution des sorcières, il a existé au Moyen Âge un mouvement par lequel des femmes ont revendiqué d’organiser elles-mêmes leur vie religieuse, hors de la tutelle du clergé masculin. Christine l’Admirable, active dans les années 1180-1220, est une pionnière parmi ces « saintes femmes » du diocèse de Liège. Revenue d’entre les morts, elle accomplit des prodiges stupéfiants et accompagne les mourants dans leur dernier voyage. Prédicatrice itinérante et mendiante, elle terrorise les bourgeois et réprimande les nobles, quand elle n’est pas ravie dans des danses et des chants extatiques. Le récit de sa vie se lit comme un roman d’aventures spirituelles. Il invite irrésistiblement à la comparaison avec différentes expériences, chamaniques ou autres. Ce n’est pas sans raison que Nick Cave a fait une chanson de cette femme libre et indomptable.

Table des matières

Présentation — 9
Traduction de la Vie de Christine l’Admirable de Thomas de Cantimpré — 15
I. Le travail de la mémoire — 41
II. Circonstances — 61
III. Au fil du texte — 83
IV. Un tissu de merveilles — 107
V. L’anomalie Christine — 131
Conclusion – Pour une pragmatique de l’extase — 145
Principes d’édition du texte — 149
Édition de la Vita Christinae Mirabilis, suivie de l’abréviation d’Henri Bate de Malines — 153
Notes — 181
Remerciements — 203

Confession and Criminal Justice in Late Medieval Italy

Source : OUP

Lidia Luisa Zanetti Domingues, Confession and Criminal Justice in Late Medieval Italy. Siena, 1260-1330, Oxford University Press, 2021.

In medieval Italy the practice of revenge as criminal justice was still popular amongst members of all social classes, yet crime also was increasingly perceived as a public matter that needed to be dealt with by the government rather than private citizens. Confession and Criminal Justice in Late Medieval Italy sheds light on this contradiction through an in-depth comparison of lay and religious sources produced in Siena between 1260 and 1330 on criminal justice, conflict, and violence.

Confession and Criminal Justice in Late Medieval Italy: argues that religious people were an effective pressure group with regards to criminal justice, thanks both to the literary works they produced and their direct intervention in political affairs, and that their contributions have not received the attention they deserve. It shows that the dichotomy between theories and practices of ‘private’ and of ‘public’ justice should be substituted by a framework in which three models, or discourses, of criminal justice are recognised as present in medieval Italian communes, with the addition of a specifically religious discourse based on penitential spirituality. Although the models of criminal justice were competing, they also influenced each other.

Introduction
1:Competing Models for Approaching Violence and Conflict and their Points of Contact
2:Emotions, Virtues and Vices in the Sienese Reflection on Violence and its Remedies
3:Models of Emotionality in Action in Religious and Lay Sources on Criminal Justice
4:Defining the Complex Relationship between Mercy, Justice and Revenge
5:Communal Legislation and the Pursuit of Divine Justice
6:The Development of Criminal Justice in Siena and the Influence of Religious Ideas
Conclusion

Regret. A Study in Ancient Moral Psychology

Source : OUP

James Warren, Regret. A Study in Ancient Moral Psychology, Oxford University Press, 2021.

This book provides a study of regret (metameleia) in the moral psychology of Plato, Aristotle, and the Stoics. It was important for all these philosophers to insist that regret is a characteristic of neither fully virtuous nor wholly irredeemable characters. Rather, they took regret to be something that affects people who retrospectively feel pain at realising an earlier mistaken action. Regret sets out in full the accounts of the nature of this emotion found in the works of these philosophers, viewing them in the context of their respective accounts of virtuous and non-virtuous agents, ethical progress, the role of knowledge in producing good actions, and compares it with modern philosophical notions of ‘agent regret’.

Introduction: Why Regret?
1:Virtue, Metameleia, Regret, and Remorse
2:Plato on Regret, Akrasia, and the Tyrannical Soul
3:Aristotle on Regret and Counter-Voluntary Actions
4:Aristotle on Regret and Akrasia
5:Metameleia and Ignorance
6:Stoic Regret
7:Gellius and Gallus on the Limits of Regret
8:Epilogue

 

Emotion and the History of Rhetoric in the Middle Ages

Source : OUP

Rita Copeland, Emotion and the History of Rhetoric in the Middle Ages, Oxford University Press, 2021.

 

Rhetoric is an engine of social discourse and the art charged with generating and swaying emotion. The history of rhetoric provides a continuous structure by which we can measure how emotions were understood, articulated, and mobilized under various historical circumstances and social contracts. This book is about how rhetoric in the West, from Late Antiquity to the later Middle Ages, represented the role of emotion in shaping persuasions. It is the first book-length study of medieval rhetoric and the emotions, coloring that rhetorical history between about 600 CE and the cusp of early modernity. Rhetoric in the Middle Ages, as in other periods, constituted the gateway training for anyone engaged in emotionally persuasive writing. Medieval rhetorical thought on emotion has multiple strands of influence and sedimentations of practice. The earliest and most persistent tradition treated emotional persuasion as a property of surface stylistic effect, which can be seen in the medieval rhetorics of poetry and prose, and in literary production. But the impact of Aristotelian rhetoric, which reached the Latin West in the thirteenth century, gave emotional persuasion a core role in reasoning, incorporating it into the key device of proof, the enthymeme. In Aristotle, medieval teachers and writers found a new rhetorical language to explain the social and psychological factors that affect an audience. With Aristotelian rhetoric, the emotions became political. The impact of Aristotle’s rhetorical approach to emotions was to be felt in medieval political treatises, in poetry, and in preaching.

Introduction
1:Before the Middle Ages: Emotion from Invention to Style
2:Christian and Literary Rhetorics of the Early Middle Ages: Emotion as the Property of Style
3:Emotion in the Rhetorical Arts and Literary Culture c. 1070-c.1400
4:Aristotle’s Rhetoric in the Latin West: The Fortunes of the Path?
5:De regimine principum: Emotion, Persuasion, and Political Thought
6:Political Poetics and the Aristotelian Turn: Dante, Chaucer, and Hoccleve
7:Preaching, Emotion, and the Aristotelian Turn
Epilogue: Mixed Rhetorics

Accomplissement de l’amour, mort de l’amour ?

Source : Classiques Garnier

R. Schnell, Accomplissement de l’amour, mort de l’amour ? Le paradoxe amoureux et l’amour courtois, Paris, Classiques Garnier, 2021.

Résumé: Quelles conséquences la (première) union sexuelle a-t-elle sur la relation amoureuse ? Selon une thèse répandue, les troubadours auraient aspiré à l’union sexuelle, mais choisi d’y renoncer. Cette étude apporte un regard nouveau sur le phénomène littéraire de l’amour courtois.

 

L’ÉMOTION EST CE QUI NOUS RELIE

Source : L’Harmattan

Emmanuel Petit, L’Émotion est ce qui nous relie. Essai sur la société des émotions, Paris, L’Harmattan, 2021.

L’émotion est souvent perçue comme irrationnelle, éruptive et inefficace. L’intensité de la peur, de la tristesse et du désarroi propulsée par la crise sanitaire, économique et environnementale que traverse le monde aujourd’hui a renforcé ce sentiment. Partenaire (et non adversaire) de la raison, l’émotion est pourtant un outil de construction essentiel d’une société plus harmonieuse et apaisée. On ne le comprend toutefois que si l’on prend en compte que l’émotion est un révélateur de notre relation au monde autant qu’un co-constructeur de cette relation : l’émotion est ce qui nous relie à autrui et à notre environnement. Réhabiliter l’image souvent négative que l’on a de l’émotion implique ainsi de mieux saisir son rôle dans l’histoire humaine, dans la pratique même de la recherche ou encore au sein de l’économie de marché.

Emmanuel Petit est professeur en sciences économiques à l’Université de Bordeaux.

Le rire des femmes

Source : PUF

Sabine Melchior-Bonnet, Le Rire des femmes. Une histoire de pouvoir, Paris, PUF, 2021.

Résumé

Faire rire est une prérogative des hommes. Subversif et incontrôlable, le rire a longtemps été interdit aux femmes. Au nom de la bienséance, de la beauté et de la discrétion, il convenait d’opposer rire et féminité. 

Sabine Melchior-Bonnet s’attache à décrypter les raisons historiques de cet interdit et montre comment les femmes se sont peu à peu emparées du pouvoir de faire rire. 

Récit d’une conquête et analyse d’un tabou, ce livre part des règles de savoir-vivre dans l’Antiquité jusqu’aux one-women-show de nos jours, qui s’autorisent à être drôles, jolies, bêtes ou méchantes. Au risque, peut-être, de banaliser ce qui avait longtemps été défendu.

Géographies de la colère. Ronds-points et prés carrés

GEOGRAPHIE et CULTURE n°114, 2020.

Sous la direction de Dominique Chevalier et Mariette Sibertin-BlancCouverture du n° 114
Informations sur cette image

ISBN 978-2-343-22146-5

Commander ce numéro

Dans un contexte de crise économique, de catastrophe climatique, de luttes altermondialistes et démocratiques, la première décennie du XXIe siècle a été le théâtre de contestations sociales marquées par un ancrage spatial des revendications et des conflits. Printemps arabes, Gilets jaunes, Blacks Lives Matter, #MeToo, marches pour le climat… Les mobilisations et les mouvements sociaux visant à la défense de causes spécifiques s’enchaînent, et la colère semble un puissant dénominateur commun de ces manifestations disparates. Ce numéro de Géographie et cultures ambitionne de questionner les traductions spatiales de ces colères. À la faveur d’un mouvement inédit en France difficile à comprendre et à décrypter avec des grilles classiques des sciences humaines et sociales, les différents articles analysant les logiques spatiales des Gilets jaunes traduisent un besoin de renouvellement des cadres de compréhension : les ronds-points périphériques deviennent des pôles de luttes et parfois de violences policières, la cartographie devient participative en demeurant un outil de combat, le périurbain n’est (toujours) pas une périphérie homogène. Des échos sont clairement identifiables dans d’autres colères issues de l’injustice de traitement : l’accès aux services publics, la violence faite aux femmes, aux Noirs (aux États-Unis). Ce numéro s’inscrit à différentes échelles : très locale quand il s’agit du fonctionnement quotidien d’un rond-point occupé ou des luttes contre les projets éoliens à celle, internationale, des violences terroristes.

Viols d’enfants au Moyen Âge

Source : PUF
 
 

Résumé

À Bologne, dans les registres de la justice pénale, entre 1343 et 1474, quatre-vingt-onze hommes sont accusés d’avoir abusé sexuellement de plus de cent trente enfants, garçons et filles. Ce livre analyse ces cas de pédocriminalité dans une optique de genre. Il dresse une sociologie des victimes puis des inculpés en s’attardant sur les sodomites, catégorie de pédocriminels en voie d’affirmation, s’intéresse ensuite à l’acte lui-même en intégrant l’extrême violence qui prend place avant le viol lui-même et les lourdes conséquences qui en découlent sur la victime, ses proches, la communauté, la morale, voire l’ensemble de la chrétienté, et enfin étudie  les peines infligées aux coupables, de la difficile dénonciation du criminel à l’énonciation et à l’application de la sentence. En proposant une réflexion d’ensemble sur crimes, genre et châtiments, ce livre explore un sujet jamais traité auparavant par les médiévistes : le crime pédophile.

Sommaire:

Avant-Propos  – Introduction

Partie I : Victimes et inculpés

Chapitre 1 : Les victimes : des filles « honnêtes » et des garçons « dont il vaut mieux taire le nom »

Chapitre 2 : Les inculpés : des sodomites étrangers et des violeurs de filles de Bologne

Chapitre 3 : L’affirmation d’une identité sodomite 

 

Partie II : Violer un enfant

Chapitre IV : Les violences avant le viol 

Chapitre V : Le viol des enfants

Chapitre VI : Des victimes anéanties, des familles, la commune et Dieu bafoués

 

Partie III : De la dénonciation au châtiment

Chapitre VII : Les voies de la dénonciation

Chapitre VIII : Les sodomites brûlés et les violeurs de filles décapités

Chapitre IX : Du bannissement à la grâce 

Conclusion – Annexes -Sources et Bibliographie