Archives de catégorie : Vient de paraître

Poétiques de l’amour

Source : Passés/Composés

Joël Blanchard, Poétiques de l’amour. Sexualité, genre, pouvoir, XIe-XVe siècle, Paris, Passés/Composés, 2022.

 

Depuis les premiers écrits chrétiens jusqu’aux expressions les plus abouties de l’amour dit courtois au XVe siècle, Joël Blanchard interroge l’histoire du discours amoureux, ses formes de pensée et d’écriture qui se sont forgées depuis un millénaire. Avec force d’exemples, l’auteur retrace les débats, théologiques et rhétoriques, les controverses, morales et philosophiques, convoque les acteurs, troubadours, clercs, chevaliers et dames, et révèle que si la fin’amor est d’abord l’affirmation de l’amour le plus délicat et passionné, elle s’avère bientôt être l’expression d’une tradition misogyne. Les échos de ces temps où la voix des femmes peine à se faire entendre parviennent jusqu’à nous. Sexualités, virginité, chasteté et désir, ou encore conjugalité, mariage et célibat sont autant de sujets qui animent l’espace public, et montrent que l’expression de l’amour est avant tout une question de pouvoir.

ISBN 978-2-3793-3251-7
Parution 20/04/2022
Pagination 336 pages
Format 14 x 20
Prix 22 €

Plaisirs féminins dans la littérature française de la Renaissance

Source : Classiques Garnier

Audrey Gilles, Plaisirs féminins dans la littérature française de la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, 2022.

 

 

 

 

Table des matières

Note sur la transcription des textes     9

Introduction    11

PREMIÈRE PARTIE

PLAISIR FÉMININ ET ESPACE CONJUGAL

La volupté féminine dans le mariage    39

La volupté féminine et la génération de lhomme    39

Perspectives médicales : voix masculines    39

Perspectives littéraires : voix féminines    54

« Jouïssance par mariage ».
Une revendication féminine ?    63

Quels discours féminins pour le plaisir de lépouse ?    63

Lépouse non honorée par son mari    81

Vers une redéfinition de lhonneur ?    96

La volupté féminine en dehors du mariage   113

Plaisirs féminins de ladultère   113

Plaisirs adultères dans LHeptaméron :
ruses féminines, ruses du texte   114

Hélisenne de Crenne
et la voix donnée au plaisir féminin adultère   152

Plaisirs déviants.

Homosexualité et godemichés   179

624

Normaliser la déviance :
entre condamnation et perplexité   180

Normaliser la déviance ? Une poétique de lécart   188

DEUXIÈME PARTIE

PLAISIR FÉMININ ET ESPACE SOCIAL

Plaisirs damour   209

1540-1550. Lhéritage courtois
à la lumière néoplatonicienne   212

Plaisir dêtre servie   213

Jouir du plaisir de lamant   237

1550-1599. Relectures sensuelles du schéma
courtois par le pétrarquisme   255

Linvitation érotique : une poétique du hic et nunc   257

Variétés de la volupté : renouveler la poésie amoureuse   285

Plaisirs de Cour   301

Plaisirs du corps   301

Plaisirs de la coquetterie   301

Plaisirs de la danse   330

Les dames de Cour de Papillon de Lasphrise   349

Plaisirs de la parole, plaisirs de léchange   365

Corps, paroles et silences dans les Nouvelles Récréations   368

Rieuses et conteuses dans LHeptaméron   380

Du plaisir de léchange
au plaisir de savoir chez Taillemont   394

625

TROISIÈME PARTIE

PLAISIR FÉMININ ET ESPACE DE SOI

La voluptas

Plaisirs de laccomplissement hors de soi   409

Plaisirs de la maternité.

Injonctions, ambiguïtés, silences   409

De la femme entière à la mère entière :
les voix masculines du plaisir maternel
comme garant de laccomplissement de soi   410

Le plaisir maternel dans LHeptaméron :
aveuglements et substitutions   429

Figures de lectrices voluptueuses.

Réflexion didactique et représentation fantasmatique   444

Lire cest jouir : quel plaisir du savoir ?   446

Lire cest jouir : une érotique du texte offert   455

Voluptas ou gaudium ?
Les ambivalences poétiques de Tyard   464

Le gaudium

Plaisirs de la connaissance de soi   473

Plaisirs de létude, « honneste passetemps »
et « plaisir sage »   473

Louise Labé : émulation, transgression, provocation    473

Les dames Des Roches :
émulation, transmission, conciliation   477

Plaisirs mystiques.

Connaissance de soi par la connaissance de Dieu   498

Marguerite de Navarre : la joie et le je   498

Gabrielle de Coignard :
les angoisses qui procèdent de la joie divine   523

La volupté-joie du saisissement de soi.

Plaisir de la « saillie »   537

626

Plaisir et bonheur chez Louise Labé
et Pernette Du Guillet : pour une érotique nouvelle   539

Hélisenne de Crenne ou le plaisir du roman imaginaire   563

Conclusion   585

Bibliographie   595

Index nominum   619

The Routledge Companion to Literature and Emotion

Source : Routledge

Patrick Colm Hogan, Bradley J. Irish, Lalita Pandit Hogan (ed.), The Routledge Companion to Literature and Emotion, Routledge, 2022

 

 

Book Description

 

The Routledge Companion to Literature and Emotion shows how the “affective turn” in the humanities applies to literary studies. Deftly combining the scientific elements with the literary, the book provides a theoretical and topical introduction to reading literature and emotion.

Looking at a variety of formats, including novels, drama, film, graphic fiction, and lyric poetry, the book also includes focus on specific authors such as Shakespeare, Chaucer, Jane Austen, Virginia Woolf, and Viet Thanh Nguyen. The volume introduces the theoretical groundwork, covering such categories as affect theory, affective neuroscience, cognitive science, evolution, and history of emotions. It examines the range of emotions that play a special role in literature, including happiness, fear, aesthetic delight, empathy, and sympathy, as well as aspects of literature (style, narrative voice, and others) that bear on emotional response. Finally, it explores ethical and political concerns that are often intertwined with emotional response, including racism, colonialism, disability, ecology, gender, sexuality, and trauma.

This is a crucial guide to the ways in which new, interdisciplinary understandings of emotion and affect—in fields from neuroscience to social theory—are changing the study of literature and of the ways those new understandings are impacted by work on literature also.

 

Table of Contents

 

Introduction. Literary Feelings: Understanding Emotions

Patrick Colm Hogan and Bradley J. Irish

 

Part 1

Theoretical Perspectives

 

1. Affective Neuroscience: The Symbiosis of Scientific and Literary Knowledge

Laura Otis

2. Affect Theory

Wendy J. Truran

3. Cognitive Linguistics: A Perspective on Emotion in Literature

Zoltán Kövecses

4. Cognitive Science: Literary Emotions from Appraisal to Embodiment

Marco Caracciolo

5. Embodiment: Embodied Simulation and Emotional Engagement with Literary Characters

Hannah Chapelle Wojciehowski and Vittorio Gallese

6. Empirical Approaches to Studying Emotion in Literature: The Case of Gender

Chantelle Ivanski, Marta M. Maslej, and Raymond A. Mar

7. Evolution: How Evolved Emotions Work in Literary Meaning

Joseph Carroll

8. The History of Emotions and Literature

Andrew Lynch

9. Philosophy, Literature, and Emotion

Noël Carroll

 

Part 2

Emotions of Literature

 

10. Aesthetic Emotions

Sibylle Baumbach

11. Paradoxes of Literary Emotion: Simulation and The Zhào Orphan

Patrick Colm Hogan

12. Sympathy and Empathy

Derek Matravers

13. Tragedy and Comedy: Emotional Tears and Trust in King Lear and Cymbeline

Lalita Pandit Hogan

 

Part 3

Literature and Emotion in the World

 

14. Colonialism and Postcolonialism

Suzanne Keen

15. Disability, “Enslavement,” and Slavery: Affective Historicism and

Fletcher and Masssinger’s A Very Woman

David Houston Wood

16. Ecology and Emotion: Feeling Narrative Environments

Alexa Weik von Mossner

17. Morals: The Ethical Gangster

Blakey Vermeule

18. Gender, Emotion, Literature: “No Woman’s Heart” in Shakespeare’s Twelfth Night

Cora Fox

19. Race and Ethnicity

Christopher González

20. Sexuality

Tiffany Diana Ball

21. Trauma and Its Future: Re-Visiting Aesthetic Form Debates

E. Ann Kaplan

 

Part 4

Elements of Literary Structure and Experience

 

22. Authors: Cognitive Patterns and Individual Creativity

Cristóbal Pagán Cánovas

23. Character and Emotion in Fiction

Keith Oatley

24. Language, Style, and Texture

Peter Stockwell

25. Narrative and Plot: Unreliable Feelings and the Risks of Surprise

Vera Tobin

26. Readers

Richard J. Gerrig

27. Social Reception

Bradley J. Irish

28. Stories: Particular Causes and Universal Genres

Patrick Colm Hogan

 

Part 5

Modes of Literature

 

29. Drama: Feeling Out Loud in Shakespearean Apostrophe and the History of Emotions

Gail Kern Paster

30. Film: The Affective Specificity of Audiovisual Media

Jens Eder

31. Graphic Fiction: BIPOC Teen Comics

Frederick Luis Aldama

32. Lyric

John Brenkman

33. Prose Fiction

Bartosz Stopel

 

Part 6

Literary Examples

 

34. Geoffrey Chaucer

Stephanie Downes

35. William Shakespeare: Anxieties About Trust in The Tempest

Lalita Pandit Hogan

36. Jane Austen and the Emotion of Love

Keith Oatley

37. Virginia Woolf’s Development of a Sociology of Emotion

in the Composition of The Years (1937)

Emily Ridge

38. Helon Habila: Structural Helplessness and the Quest for Hope in Oil on Water

Donald R. Wehrs

39. Viet Thanh Nguyen: Navigating Anger and Empathy in The Sympathizer

Sue J. Kim

La fabrique des emotions

Source : PUF

Louis Quéré, La Fabrique des émotions, Paris, PUF, 2021.

Résumé

Nos émotions gouvernent au côté de la raison notre manière de percevoir le monde qui nous entoure, de nous y situer et d’agir. Si la modernité les localise dans l’intériorité psychologique du sujet, les recherches récentes, participant aussi bien des neurosciences que des sciences humaines et sociales, tendent à voir dans les émotions le moteur de nos actions, les orientant vers l’environnement qui les conditionne comme elles le modifient. Cet ouvrage se propose d’explorer les avancées de la science des émotions, faisant la part belle au pragmatisme, sans négliger les approches phénoménologiques. À rebours des thèses de la neurobiologie risquant de les réduire à leur substrat biologique, l’auteur s’intéresse aux dimensions socioculturelle et expressive des émotions défendues par Dewey et Wittgenstein. Le phénomène des émotions collectives est également abordé sous un angle sociologique et anthropologique à partir des travaux de Durkheim et Mauss, pour faire valoir le rôle du groupe dans la genèse d’émotions parfois destructrices, mais aussi créatrices. L’analyse de ce phénomène est cruciale pour comprendre les événements politiques et les passions sociales qu’ils soulèvent, de même que les pratiques rituelles et artistiques.

Émotions en bataille XVIe-XVIIIe siècle

Source : Hermann

P. Bastien, B. Deruelle, L. Roy (dir.), Emotions en bataille XVIe-XVIIIe siècle. Sentiments, sensibilités et communautés d’émotions de la première modernité, Hermann, 2021.

Présentation

Puissante, constructive et active, l’émotion est un lien social et un facteur de solidarité. Elle est à la source de nombreuses nouveautés associées à la première modernité et constitue le moteur d’importants basculements de l’ordre ancien. Alors que les expériences émotionnelles des acteurs et des observateurs peuvent différer radicalement, elles peuvent aussi être étroitement liées par l’interaction sociale, les représentations culturelles et visuelles et la médiatisation. C’est cet univers extraordinairement riche que nous proposons de traverser dans ce livre. Réunissant dix-huit contributions d’histoire, d’histoire de l’art et de littérature, ce volume propose des ouvertures théoriques et heuristiques inédites sur une époque bouillonnante, vive, dangereuse – et résolument moderne.

Rita Copeland, Emotion and the History of Rhetoric in the Middle Ages

Oxford University Press, December 2021, 115$

https://global.oup.com/academic/product/emotion-and-the-history-of-rhetoric-in-the-middle-ages-9780192845122?cc=br&lang=en&#

  • The first book-length study on medieval rhetoric and the emotions
  • Features long historical coverage from late antiquity to the cusp of early modernity
  • A fresh approach to the history of rhetoric
  • A new systematic framework for the history of emotions
  • Brings the history of ideas, literary history, the history of pedagogy, and political and philosophical thought into conversation

Rhetoric is an engine of social discourse and the art charged with generating and swaying emotion. The history of rhetoric provides a continuous structure by which we can measure how emotions were understood, articulated, and mobilized under various historical circumstances and social contracts. This book is about how rhetoric in the West, from Late Antiquity to the later Middle Ages, represented the role of emotion in shaping persuasions. It is the first book-length study of medieval rhetoric and the emotions, coloring that rhetorical history between about 600 CE and the cusp of early modernity. Rhetoric in the Middle Ages, as in other periods, constituted the gateway training for anyone engaged in emotionally persuasive writing. Medieval rhetorical thought on emotion has multiple strands of influence and sedimentations of practice. The earliest and most persistent tradition treated emotional persuasion as a property of surface stylistic effect, which can be seen in the medieval rhetorics of poetry and prose, and in literary production. But the impact of Aristotelian rhetoric, which reached the Latin West in the thirteenth century, gave emotional persuasion a core role in reasoning, incorporating it into the key device of proof, the enthymeme. In Aristotle, medieval teachers and writers found a new rhetorical language to explain the social and psychological factors that affect an audience. With Aristotelian rhetoric, the emotions became political. The impact of Aristotle’s rhetorical approach to emotions was to be felt in medieval political treatises, in poetry, and in preaching.

TABLE OF CONTENTS

Introduction
1. Before the Middle Ages: Emotion from Invention to Style
2. Christian and Literary Rhetorics of the Early Middle Ages: Emotion as the Property of Style
3. Emotion in the Rhetorical Arts and Literary Culture c. 1070-c.1400
4. Aristotle’s Rhetoric in the Latin West: The Fortunes of the Path?
5. De regimine principum: Emotion, Persuasion, and Political Thought
6. Political Poetics and the Aristotelian Turn: Dante, Chaucer, and Hoccleve
7. Preaching, Emotion, and the Aristotelian Turn
Epilogue: Mixed Rhetorics

Pauline Valade, Le goût de la joie. Réjouissances monarchiques et joie publique à Paris au XVIIIe siècle

Paris, Champ Vallon, 2021
15,5 x 24 cm, 424 pages
ISBN 979-10-267-0978-7
26 €

Au XVIIIe siècle, Paris célébrait chaque événement heureux pour la Couronne. La Maison du Roi, le Bureau de la Ville et le Châtelet de Paris organisaient les réjouissances. Les manifestations de joie étaient donc contrôlées par les autorités qui y voyaient les signes tangibles d’une communion avec les sentiments du souverain. Pour autant, l’expérience de la joie publique n’était pas celle d’une obéissance passive. Les Parisiens s’appropriaient les réjouissances aussi bien en participant qu’en détournant certaines normes de réjouissances. Ils fabriquaient leur propre culture de l’approbation, empreinte d’une critique à peine voilée. Dès 1770, les gestes traditionnels des réjouissances furent progressivement détournés pour faire valoir un droit de se réjouir indépendamment de la Couronne.

Sommaire

Accès au site de l’éditeur ici

 

Megan Moore, The erotics of Grief. Emotions and the Construction of Privilege in the Medieval Mediterranean

Cornell University Press, 2021

The Erotics of Grief considers how emotions propagate power by exploring whose lives are grieved and what kinds of grief are valuable within and eroticized by medieval narratives. Megan Moore argues that grief is not only routinely eroticized in medieval literature but that it is a foundational emotion of medieval elite culture.

Focusing on the concept of grief as desire, Moore builds on the history of the emotions and Georges Bataille’s theory of the erotic as the conflict between desire and death, one that perversely builds a sense of community organized around a desire for death. The link between desire and death serves as an affirmation of living communities. Moore incorporates literary, visual, and codicological evidence in sources from across the Mediterranean—from Old French chansons de geste, such as the Song of Roland and La mort le roi Artu and romances such as Erec et Enide, Philomena, and Floire et Blancheflor; to Byzantine and ancient Greek novels; to Middle English travel narratives such as Mandeville’s Travels.

In her reading of the performance of grief as one of community and remembrance, Moore assesses why some lives are imagined as mattering more than others and explores how a language of grief becomes a common language of status among the medieval Mediterranean elite.

Contents
Accessible

vii
Acknowledgments
Accessible
ix
Introduction: Desire and Death in Elite Medieval Emotional Communities
Requires Authentication
1
Chapter 1. Philomena and the Erotics of Privilege in the Middle Ages
Requires Authentication
24
Chapter 2. Widows and the Romance of Grief
Requires Authentication
59
Chapter 3. Masculinity, Mourning, and Epic Sacrifice
Requires Authentication
90
Chapter 4. Toward a Mediterranean Erotics of Grief
Requires Authentication
119
Conclusion: The Erotics of Grief and the Stakes of Community
Requires Authentication
156
Appendix 1: Selected Illuminations of Knights Being Grieved
Requires Authentication
165
Appendix 2. Selected Illuminations of Lovers in Death
Requires Authentication
167
Bibliography
Requires Authentication
169
Index

XINE yao, Disaffected: The Cultural Politics of Unfeeling in Nineteenth-Century America

Duke University Press, November 2021, $ 27,95

le voici

In Disaffected Xine Yao explores the racial and sexual politics of unfeeling—affects that are not recognized as feeling—as a means of survival and refusal in nineteenth-century America. She positions unfeeling beyond sentimentalism’s paradigm of universal feeling. Yao traces how works by Herman Melville, Martin R. Delany, Elizabeth Stuart Phelps, Frances Ellen Watkins Harper, and Sui Sin Far engaged major sociopolitical issues in ways that resisted the weaponization of white sentimentalism against the lives of people of color. Exploring variously pathologized, racialized, queer, and gendered affective modes like unsympathetic Blackness, queer female frigidity, and Oriental inscrutability, these authors departed from the values that undergird the politics of recognition and the liberal project of inclusion. By theorizing feeling otherwise as an antisocial affect, form of dissent, and mode of care, Yao suggests that unfeeling can serve as a contemporary political strategy for people of color to survive in the face of continuing racism and white fragility.
 
 
Author/Editor Bios Back to Top

Xine Yao is Lecturer in American Literature to 1900 at University College London.

Table of Contents
Acknowledgments  vii
Introduction. Disaffected from the Culture of Sentiment  1
1. The Babo Problem: White Sentimentalism and Unsympathetic Blackness in Herman Melville’s Benito Cereno  29
2. Feeling Otherwise: Martin R. Delany, Black-Indigenous Counterintimacies, and the Possibility of a New World  70
3. The Queer Frigidity of Professionalism: White Women Doctors, the Struggle for Rights, and the Marriage Plot  107
4. Objective Passionless: Black Women Doctors and Dispassionate Strategies of Uplifting Love  138
5. Oriental Inscrutability: Sui Sin Far, Chinese Faces, and the Modern Apparatuses of U.S. Immigration  171
Coda. Notes toward a Disaffected Manifesto beyond Survival  208
Notes  211
Bibliography  243
Index
Sales/Territorial Rights: World

Rights and licensing
Additional InformationBack to Top
Related links
Paper ISBN: 978-1-4780-1483-6 / Cloth ISBN: 978-1-4780-1389-1

L’envie, une passion tourmentée

Source : Champ Vallon

André Rauch, L’Envie, une passion tourmentée, Champ Vallon, 2021.

Ce livre explore une passion tourmentée : l’envie. Quelle est son histoire ?
Selon les Écritures, cette passion du Diable est dévastatrice. Elle attaque l’ordre divin, mais sème aussi le schisme et la discorde entre les hommes, mine les relations sociales, pervertit l’exercice de la justice et corrompt la quête de la vérité.
Au XIXe siècle, romanciers et poètes s’en servent pour illustrer les désirs qui animent le ressentiment et sont à la source de toutes sortes de haines, raciales ou antisémites. Aujourd’hui arbitre de la société de consommation, la jalouse envie explose sur les plates-formes d’Internet qui « hébergent » le cyber-harcèlement, semant la terreur chez les adolescents et l’indignation des pédagogues.
C’est un éclairage inédit qui est ici jeté sur une passion tourmentée.

Sommaire, ici.

Colères politiques

Source : Les éditions de la maison des sciences de l’homme

Thierry Devars (dir.), Colères politiques, Quaderni, 104 (2021)

Émotion omniprésente dans le champ politico-médiatique, la colère constitue une force vive du débat public contemporain. Des colères codifiées et ritualisées des professionnels de la vie politique aux mouvements collectifs contestataires, elle recouvre une mosaïque de formes expressives intimement imbriquées à leur environnement médiatique. Inscrit dans le cadre d’une réflexion interdisciplinaire sur le caractère politique des émotions, ce numéro de la revue Quaderni se propose d’interroger le rôle des médias d’information classiques et numériques dans la fabrique sociale des colères politiques exprimées individuellement ou collectivement dans la sphère publique.

DOSSIER : COLÈRES POLITIQUES

Thierry DEVARS : Avant-propos : Colères politiques

Marion BALLET : La colère dans les discours de campagne présidentielle en France : une émotion sous contrainte

Thierry DEVARS : Les foudres de Jupiter : une médiatique  de la colère présidentielle

Arnaud MERCIER : Les modalités de la colère citoyenne sur Twitter

Lucie RAYMOND : De la colère à la haine dans les discours « antisystème » : la rhétorique du ressentiment chez Alain Soral

Rym GERWIG-KIRECHE et Philippe MARION : Des ronds-points au Capitole : corps et décors d’une colère politique

ALAIN DE LIBERA, Le sujet de la passion. Cours du collège de France 2015-2016

Vrin – Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie
536 pages – 13,5 × 21,5 × 3,2 cm
ISBN 978-2-7116-2962-6 – octobre 2021, 28 euros

le livre peut être commandé ici

 
Après L’invention du sujet moderne (2014), et La Volonté et l’action (2015), le cours du semestre d’hiver 2016 abordait la question du sujet de la passion pour tester sur la « durée longue », la thèse principale de l’archéologie du sujet, faisant de la christologie le laboratoire ontologique et éthique de l’anthropologie occidentale. En suivant des dossiers aussi différents que la querelle du monothélisme dans l’Antiquité tardive ou celle de l’Eucharistie dans la « prémodernité », on poursuivait un double objectif : arracher la théologie et son histoire à l’enfer des « études subalternes », rapatrier la théologie « grecque » dite « orientale » dans l’histoire de la pensée « européenne » – autrement dit : remettre l’Église au milieu du village, et la Grèce en Europe. La question du sujet de la souffrance du Christ sur la Croix, celle du statut de la douleur dans la stigmatisation de François d’Assise ou les pratiques ascétiques du « mystique » rhénan Henri Suso, ont été l’occasion d’examiner sur une base nouvelle la genèse des notions de contagion et de compassion, censées rendre compte de la possibilité d’un « partage de la souffrance » entre l’homme, les hommes et Dieu, ainsi que les complexes de problèmes déployés depuis les Problemata du Pseudo-Aristote jusqu’à la théorie luthérienne de la communication des idiomes et les controverses christologiques du XVIe siècle (comme le « colloque » de Montbéliard de 1586 opposant luthériens et calvinistes), pour penser ensemble, à partir du couple passion-Passion, dans l’horizon d’une métaphysique de l’Incarnation, l’élaboration croisée – ce qu’on appelle ici le « chiasme » – de la souffrance humaine et de la souffrance de Dieu.

Alain de Libera est professeur émérite au Collège de France où il a occupé la chaire d’histoire de la philosophie médiévale de 2013 à 2019.

 

Katie Barclay, Academic EMOtions. Feeling the Institution, Cambridge UP, elements, 2021

Le livre peut être téléchargé gratuitement jusqu’au 1e décembre ! 

Summary

The University is an institution that disciplines the academic self. As such it produces both a particular emotional culture and, at times, the emotional suffering of those who find such disciplinary practices discomforting. Drawing on a rich array of writing about the modern academy by contemporary academics, this Element explores the emotional dynamics of the academy as a disciplining institution, the production of the academic self, and the role of emotion in negotiating power in the ivory tower. Using methodologies from the History of Emotion, it seeks to further our understanding of the relationship between the institution, emotion and the self.
 

Contents

Ce petit livre semble toutefois totalement ignorer le beau livre de Françoise Waquet,  Une histoire émotionnelle des savoirs, XVIIe-XXI siècles, CNRS éditions, 2019, 352 p., 25,00 (Disponible en numérique)

Plaisir et ennui, peur et espérance, enthousiasme et désespoir, bonheur et souffrance, toute la gamme des émotions dans leurs nuances et leurs combinaisons fait l’ordinaire du quotidien des chercheurs. Hier, dans les lointains XVIIe-XVIIIe siècles, comme aujourd’hui, et quelles que soient les disciplines.
Les chercheurs apparaissent alors non plus comme des machines à penser ou des personnes-idées, mais comme des êtres de chair et de sang opérant dans un univers saturé d’affects. Ils ne sont plus ces « neutres » (Nietzsche) qu’a instaurés cette règle de métier qu’est l’objectivité, et leur voix n’est plus celle impersonnelle, inhumaine qui ressort de leurs publications.
Prendre en compte les émotions, c’est restaurer une dimension de la science telle qu’elle se fait, en rappelant l’incidence qu’elles ont dans les rythmes de travail, dans l’engagement à la tâche, dans la convivance au sein de communautés, dans le devenir de collaborations et, bien sûr, dans la genèse, la production et la publication des oeuvres.
C’est aussi, dans un monde professionnel qui s’est placé sous la bannière de la raison, donner à voir l’auteur, plus que dans sa subjectivité, dans sa profonde humanité.

Prix Madeleine Laurain-Portemer 2020 de l’Académie des sciences morales et politiques

et il faut mentionner le livre jumeau de cet ouvrage :

F. Waquet, L’ordre matériel du savoir. Comment les savants travaillent, XVI-XXIe s., CNRS éd., 2015.