Archives de catégorie : Vient de paraître

Before Emotion: The Language of Feeling, 400-1800

Source : Routledge

Before Emotion: The Language of Feeling, 400-1800, edited by Juanita Feros Ruys, Michael W. Champion, Kirk Essary

Description

Before Emotion: The Language of Feeling, 400-1800 advances current interdisciplinary research in the history of emotions through in-depth studies of the European language of emotion from late antiquity to the modern period. Focusing specifically on the premodern cognates of ‘affect’ or ‘affection’ (such as affectus, affectio, affeccioun, etc.), an international team of scholars explores the cultural and intellectual contexts in which emotion was discussed before the term ‘emotion’ itself came into widespread use. By tracing the history of key terms and concepts associated with what we identify as ‘emotions’ today, the volume offers a first-time critical foundation for understanding pre- and early modern emotions discourse, charts continuities and changes across cultures, time periods, genres, and languages, and helps contextualize modern shifts in the understanding of emotions.

Table of Contents

Preface: Thomas Dixon

Introduction: Michael W. Champion, Kirk Essary, and Juanita Feros Ruys

Ch. 1: Jonathan D. Teubner, ‘The Failure of affectus: Affectiones and constantiae in Augustine of Hippo’

Ch. 2: Mark Amsler, ‘Affectus in Medieval Grammar’

Ch. 3: Rita Copeland, ‘Affectio-affectus in Latin Rhetoric up to c. 1200’

Ch. 4: Antonina Harbus, ‘The Old English Vocabulary of Emotions: Glossing affectus

Ch. 5: Juanita Feros Ruys, ‘Before the Affective Turn: Affectus in Heloise, Abelard, and the Woman Writer of the Epistolae duorum amantium

Ch. 6: Michael D. Barbezat, ‘Desire to Enjoy Something Thoroughly: The Use of the Latin affectus in Hugh of St Victor’s De archa Noe

Ch. 7: Constant J. Mews, ‘Affectus in the De spiritu et anima of Alcher of Clairvaux and Cistercian Writings of the Twelfth Century’

Ch. 8: Barbara Newman, ‘Affectus from Hildegard to Helfta’

Ch. 9: Tomas Zahora, ‘Affect, Affections, and Spiritual Capital in the Thirteenth Century’

Ch. 10: Robert C. Miner, ‘Affectus and passio in the Summa theologiae of Thomas Aquinas’

Ch. 11: Naama Cohen-Hanegbi, ‘Accidentia anime in Late Medieval Medicine’

Ch. 12: Paul Megna, ‘Affeccioun in Middle English Devotional Writing’

Ch. 13: Kirk Essary, ‘The Renaissance of affectus? Biblical Humanism and Latin Style’

Ch. 14: Elena Carrera, ‘Augustinian, Aristotelian, and Humanist Shaping of Medieval and Early Modern Emotion: Affectus, affectio,and « affection »as Travelling Concepts’

Ch. 15. R.S. White, ‘Meta-, Mega- and Multiple Emotions in Early Modern English Terminology’

Ch. 16: Anik Waldow, ‘Reconceptualizing Affect: Descartes on the Passions’

Ch. 17: Daniel Canaris and Francesco Borghesi, ‘Defining the Emotions in the Post-Cartesian Humanism of Giambattista Vico’

Ch. 18: Margaret Watkins, ‘Unprincipled by Principle: On Hume’s Use of « Affection »’

Epilogue: Michael W. Champion, ‘From Affectus to Affect Theory and Back Again’

A Cultural History of the Emotions

Source : Bloomsbury

Across six volumes, A Cultural History of the Emotions explores how emotions have changed over the course of human history, but also how emotions have themselves created and changed history. Emotions underpin our everyday lives and shape our mental, physical and social well-being. This collection shows how emotions can offer a unique insight into the historical thought and function of different societies.

Each volume in the series encompasses interdisciplinary work on the emotions, covering the medical, scientific, religious and intellectual history, how they have been performed and represented and how they were enacted in social practices on both a personal and public level. The same eight themes are addressed in all six volumes:

1. Medical and Scientific Understandings
2. Religion and Spirituality
3. Music and Dance
4. Drama
5. The Visual Arts
6. Literature
7. In Private: The Individual and the Domestic Community
8. In Public: Collectivities and Polities

A Cultural History of the Emotions is the first comprehensive, period by period overview of this fascinating topic, from antiquity to the present day. It will be essential reading for anyone researching or studying the emotions.

Table of contents

Volume 1: A Cultural History of the Emotions in Antiquity
Edited by Douglas Cairns, University of Edinburgh, UK

Volume 2: A Cultural History of the Emotions in the Medieval Age (350-1300)
Edited by Juanita Ruys, University of Sydney, Australia and Clare Monagle, Macquarie University, Australia

Volume 3: A Cultural History of the Emotions in the Late-medieval, Reformation and Renaissance Age (1300-1600)
Edited by Susan Broomhall and Andrew Lynch, both of University of Western Australia, Australia

Volume 4: A Cultural History of the Emotions in the Baroque and Enlightenment Age (1600-1780)
Edited by David Lemmings, Claire Walker and Katie Barclay, all of University of Adelaide, Australia

Volume 5: A Cultural History of the Emotions in the Age of Romanticism, Revolution and Empire (1780-1920)
Edited by Susan Matt, Weber State University, USA

Volume 6: A Cultural History of the Emotions in the Modern and Post-Modern Age (1920-2000+)
Edited by Jane Davidson and Joy Damousi, both of University of Melbourne, Australia

The Game of Love in Georgian England

Cover

Source : OUP

The Game of Love in Georgian England

Courtship, Emotions, and Material Culture

Sally Holloway

Courtship in Georgian England was a decisive moment in the life cycle, imagined as a tactical game, an invigorating sport, and a perilous journey across a turbulent sea. This volume brings to life the emotional experience of courtship using the words and objects selected by men and women to navigate this potentially fraught process. It provides new insights into the making and breaking of relationships, beginning with the formation of courtships using the language of love, the development of intimacy through the exchange of love letters, and sensory engagement with love tokens such as flowers, portrait miniatures, and locks of hair. It also charts the increasing modernization of romantic customs over the Georgian era – most notably with the arrival of the printed valentine’s card – revealing how love developed into a commercial industry. The book concludes with the rituals of disintegration when engagements went awry, and pursuit of damages for breach of promise in the civil courts.

The Game of Love in Georgian England brings together love letters, diaries, valentines, and proposals of marriage from sixty courtships sourced from thirty archives and museum collections, alongside an extensive range of sources including ballads, conduct literature, court cases, material objects, newspaper reports, novels, periodicals, philosophical discourses, plays, poems, and prints, to create a vivid social and cultural history of romantic emotions. The book demonstrates the importance of courtship to studies of marriage, relationships, and emotions in history, and how we write histories of emotions using objects. Love emerges as something that we do in practice, enacted by couples through particular socially and historically determined rituals


Emotions and Gender in Byzantine Culture


Source : Springer

This book examines the gendered dimensions of emotions and the emotional aspects of gender within Byzantine culture and suggests possible readings of such instances. In so doing, the volume celebrates the current breadth of Byzantine gender studies while at the same time contributing to the emerging field of Byzantine emotion studies. It offers the reader an array of perspectives encompassing various sources and media, including historiography, hagiography, theological writings, epistolography, erotic literature, art objects, and illuminated manuscripts. The ten chapters cover a time span ranging from the early to the late Byzantine periods. This diversity is secured by an expanded and enriched exploration of the collection’s unifying theme of gendered emotions. The scope and breadth of the chapters also reflect the ways in which Byzantine gender and emotion have been studied thus far, while at the same time offering novel approaches that challenge established opinions in Byzantine studies.

Une histoire du sensible : la perception des victimes de catastrophe du XIIe au XVIIIe siècle

Source : Brepols

T. Labbé, G. J. Schenk (eds.), Une histoire du sensible : la perception des victimes de catastrophe du XIIe au XVIIIe siècle,
Actes du colloque international tenu à Lors (Allemagne, Hesse) du 11 au 14 décembre 2014.

Cet ouvrage se propose de réfléchir à la construction historique de la condition de victime, en relation avec les événements traumatiques dans l’Europe médiévale et moderne. Dans le contexte contemporain, le discours et la gestion des situations de catastrophe ou de mort de masse s’organisent en priorité autour de la place des victimes dans la fabrique événementielle. Cette attitude de la société contemporaine face à la dévastation, qualifiée tantôt de « compassionnelle », tantôt « d’humanitaire », ou bien encore de « tragique », reflète une forme de sensibilité qui définit en premier lieu la réalité catastrophique comme un drame.

Une telle approche de la souffrance possède-t-elle cependant une histoire ou constitue-t-elle une constante anthropologique de la société occidentale ? Quel regard les sociétés médiévales et modernes ont-elles posé sur cet aspect autant éthique que social du réel ? Les essais réunis dans ce volume proposent d’offrir quelques pistes de réflexion. À la lecture ambiguë de la victime au Moyen Âge, entre souffrance et responsabilité, la Renaissance semble commencer à proposer une vision plus « tragique » des individus souffrants. Les victimes peuvent dès lors entrer progressivement dans une politique des émotions qui triomphe au XVIIIe siècle.

Thomas Labbé est chercheur associé à l’UMR CNRS 6298 ARTeHIS, Université de Bourgogne.

Gerrit J. Schenk est professeur d’histoire médiévale à l’université de Darmstadt. Table of Contents

Thomas Labbé, Gerrit Jasper Schenk, Introduction : une histoire de la perception des victimes de catastrophe

I Penser la souffrance au Moyen Âge : concept et dimension sociale des victimes

Jutta Eming, Exzellenz des Opfers in Hartmanns von Aue Der arme Heinrich. Mit Überlegungen zur Funktion von gelieben und weiteren Emotionswörtern

Thomas Labbé, Émotions et raison face à l’événement calamiteux au XIVe siècle : le De remediis utriusque fortunae de Pétrarque

Philine Helas, „… und sie bekundeten ihm ihre Teilnahme und trösteten ihn wegen all des Unglücks … » Die Hiobsgeschichte in der italienischen Malerei des 14. und 15. Jahrhunderts

Geneviève Dumas, Montpellier face aux mortalités à la fin du Moyen Âge: discours, prise en charge et matérialité des victimes

II La violence des autres : perception et signification des victimes de guerre (XIVe-XVIIe siècle)

Guilhem Ferrand, Victimes, psychopathologies et traumatismes de guerre en Rouergue (Aveyron, France, XIVe-XVe siècles)

David El Kenz, Les victimes des massacres des protestants dans les guerres de Religion (v. 1550-v. 1600) : du « tas de mort » à la « mort collective »

Oury Goldman, L’âge des victimes universelles ? Loys Le Roy et la vision globale de la catastrophe au XVIe siècle

Andreas Bähr, Commiseratione tactus: Vom ‚Mitleiden‘ mit den Opfern des Dreißigjährigen Krieges

III Une politique prémoderne des victimes ? L’usage des émotions comme levier social du XVIe au XVIIIe siècle

Mauricio Onetto Pavez, Catastrophes aux antipodes de l’Europe. Représentations, imaginaires et sensibilités d’un vieux monde au Nouveau Monde. Le cas du Chili aux XVIe et XVIIe siècles

Domenico Cecere, Chiara Di Caprio, Stratégies de communication et plans de reconstruction après le tremblement de terre de 1783 en Calabre

Le genre des émotions

Source : Clio

Couverture Clio 47

Les émotions sont souvent considérées comme un puissant marqueur de genre, jouant un rôle central dans les délimitations culturelles et sociales du masculin et du féminin, les hommes étant considérés comme plus rationnels et maîtrisant mieux leurs émotions que les femmes. Ce stéréotype mérite d’être dépassé en le confrontant à des représentations et à des pratiques bien plus complexes, en refusant d’opposer raison et émotion, en dénaturalisant les émotions et en déconstruisant les stéréotypes de genre. Nous menant de l’Antiquité gréco-romaine au Soudan contemporain en passant par le Moyen Âge, la Révolution française ou la Grande Guerre, ce numéro de Clio se propose donc de revisiter l’articulation entre émotion et différence des sexes en historicisant ces concepts, en identifiant socialement les acteurs, en étant très attentif au contexte documentaire, en prenant en compte l’ensemble des émotions et en interrogeant simultanément le masculin et le féminin. Il permet finalement d’observer ce que le genre fait aux émotions et ce que les émotions font au genre.

Damien Boquet et Didier Lett Les émotions à l’épreuve du genre [Texte intégral]

Dossier

Regards complémentaires

Documents

Varia

Clio a lu « Le genre des émotions »

LA STRATÉGIE DE L’ÉMOTION

Anne-Cécile Robert

La stratégie de l’émotion

 

Collection : Lettres libres

176 pages

Parution en Amérique du Nord : 24 septembre 2018

Parution en Europe : 20 septembre 2018

Les émotions dévorent l’espace social et politique au détriment des autres modes de connaissance du monde, notamment la raison. Certes, comme le disait Hegel, «rien de grand ne se fait sans passion», mais l’empire des affects met la démocratie en péril. Il fait régresser la société sous nos yeux en transformant des humains broyés par les inégalités en bourreaux d’eux-mêmes, les incitant à pleurer plutôt qu’à agir.

À la «stratégie du choc» qui, comme l’a montré Naomi Klein, permet au capitalisme d’utiliser les catastrophes pour croître, Anne-Cécile Robert ajoute le contrôle social par l’émotion, dont elle analyse les manifestations les plus délétères : narcissisme compassionnel des réseaux sociaux, discours politiques réduits à des prêches, omniprésence médiatique des faits divers, mise en scène des marches blanches, etc. Une réflexion salutaire sur l’abrutissante extension du domaine de la larme et un plaidoyer civique pour un retour à la raison.

Table des matières

  1. Avant-propos9
  2. Introduction11
  3. 1. EXTENSION DU DOMAINE DE LA LARME23
  4. Marches blanches26
  5. Psychologie de secours32
  6. Sensitivity readers36
  7. Devoir de mémoire40
  8. 2. DES MÉDIAS ULTRA-SENSIBLES47
  9. Invasion des faits divers50
  10. Contrôle social54
  11. Mécanique de l’empathie64
  12. 3. QUAND LA VICTIME SUPPLANTE LE HÉROS69
  13. Le Panthéon revisité71
  14. La justice déboussolée79
  15. Surenchère victimaire88
  16. 4. LES RESPONSABLES POLITIQUES ET LA MISE EN SCÈNE DE L’IMPUISSANCE93
  17. Des discours conçus comme des prêches97
  18. Fatalisme105
  19. Lutte des classes ou défense des minorités109
  20. Communication narrative115
  21. 5. CHIMÈRE DE L’AUTHENTICITÉ121
  22. «Il est authentique»123
  23. Engouement pour l’humanitaire127
  24. Philanthrocapitalisme134
  25. Figure de l’opprimé137
  26. 6. ÉMOTION CONTRE RAISON141
  27. Déclassement de la raison144
  28. Impossible dialogue civique153
  29. Un défi politique158
  30. Conclusion161

Vient de paraître : Christine Orobitg, Le Sang en Espagne

Source : PUP

Christine Orobitg, Le sang en Espagne. Trésor de vie, vecteur de l’être Ve-XVIIIe siècles, Aix-en-Provence, PUP, 2018.

Le sang fascine. Encore aujourd’hui, il renferme une charge d’émotion et de mystère, qui trouve ses racines dans les anciens systèmes de représentation, de la fin du Moyen Age au XVIIIe siècle. L’ancienne médecine inscrit le sang dans le système des quatre humeurs et en fait un véritable «trésor de vie». Elle l’associe aux «esprits» -qui constituent l’interface entre l’âme et le corps-, au cœur, aux émotions. Le sang est également relié aux questions de genre et d’identité sexuelle. Le sang féminin ne vaut pas le sang masculin. Le sang menstruel, objet d’une véritable mythologie, est associé la souillure, au déchet et au poison. Mais le sang est aussi à la base d’un aliment aussi essentiel que symbolique, le lait, évoqué dans les discours dédiés à l’allaitement et au choix des nourrices. Le sang ne relève pas uniquement du domaine sanitaire : sa représentation convoque des notions-clés comme l’articulation entre le corps et l’âme, la définition et la transmission de l’identité. Il intervient dans la construction d’un véritable « déterminisme hématologique » -dans lequel les caractéristiques physiques et morales se transmettent par le sang-, dans des pratiques d’exclusion, mais aussi dans des discours de tolérance et de la solidarité. Cette rapide évocation des perceptions et des enjeux du sang révèle la densité et la complexité des représentations qui y sont associées. C’est cet héritage ancien, mais jamais oublié, que cet ouvrage se propose d’explorer.

P. Maddern, J. McEwan, A. M. Scott (eds.), Performing Emotions in Early Europe

Source : Brepols

P. Maddern, J. McEwan, A. M. Scott (eds.), Performing Emotions in Early Europe, Brepols, 2018.

Drawing on a range of interdisciplinary approaches and innovative methodologies, this collection contributes ground-breaking new scholarship in the burgeoning field of emotions studies by examining how medieval and early modern Europeans communicated and ‘performed’ their emotions. Rejecting the notion that emotions are ‘essential’ or ‘natural’, this volume seeks to pay particular attention to cultural understandings of emotion by examining how they were expressed and conveyed in a wide range of historical situations. The contributors investigate the performance and reception of pre-modern emotions in a variety of contexts — in literature, art, and music, as well as through various social and religious performances — and in a variety of time periods ranging from the twelfth to the eighteenth centuries. These studies provide both case-studies of particular emotions and emotional negotiations, and examinations of how their categorisation, interpretation, and meaning has changed over time.

The contributors provide new insights into the expression and performance of pre-modern emotions from a wide range of disciplinary fields, including historical studies, literature, art history, musicology, gender studies, religious studies, and philosophy. Collectively, they theorise the performativity of medieval and early modern emotions and outline a new approach that takes fuller account of the historical specificity and cultural meanings of emotions at particular points in time.

This volume forms a companion to Understanding Emotions in Early Europe, edited by Michael Champion and Andrew Lynch (2015); http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503552644-1

Table of Contents

Introduction: Performing Emotions in Medieval and Early Modern Worlds — PHILIPPA MADDERN, JOANNE MCEWAN and ANNE M. SCOTT

Part I: Emotional Performativity in Music, Literature and the Visual Arts

Emotion, Time and Music at Cambrai Cathedral — MATTHEW CHAMPION

‘Affecting glory from vices’: Negotiating Shame in Prostitution Texts, 1660–1750 — EMILY COCK

Pageant, Spectacle, Dread and Love in Piers Plowman, Brueghel’s Triumph of Death and the Good Samaritan Window of Bourges Cathedral — ANNE M. SCOTT

Affected Bodies and Bodily Affect: Visualizing Emotion in Renaissance Plague Images — LOUISE MARSHALL

Part II: Social Performance

The ‘Slime of Vice’ and the ‘Passions of the Mind’: Emotional Histories in the Anglo-Norman World — LINDSAY DIGGELMANN

Courting Nassau Affections: Performing Love in Orange-Nassau Marriage Negotiations — SUSAN BROOMHALL and JACQUELINE VAN GENT

‘[D]id ringe at oure parish churche… for joye that the Queene of Skotts … was beheaded’: Public Performances of Early Modern English Emotions — DOLLY MACKINNON

Part III: Religious Performance

Emotion, Place and Memory at the Royal Abbey of St Denis — MEGAN CASSIDY-WELCH

Boosting the Emotional Power of New Liturgy: The Hidden Sides of Things in Giotto’s Crib at Greccio — RICHARD READ

Discursive Affect and Emotional Prescriptiveness: On the ‘Man of Sorrows’ in Fourteenth-Century Italian Painting — LACHLAN TURNBULL

Martin Luther’s Heart — SUSAN C. KARANT-NUNN

Part IV: Recreating Emotional Performance

‘Laughing at Death’: Emotional Excess in The Duchess of Malfi in Performance — STEVE CHINNA

Index

B. Grigoriu, Talent / maltalent. La culture des émotions au seuil de la littérature française

Source : Brepols

B. Grigoriu
Talent / maltalent. La culture des émotions au seuil de la littérature française, Brepols, 2018

Face au manuscrit roman médiéval, face à l’œuvre francophone qui s’en dégage en quittant sa peau latine, il est loisible de rendre son droit de cité à l’émotion : même si les humains qui ont façonné les premiers émotifs français sont morts depuis des siècles, même si les sciences humaines s’entraînent à les enterrer scientifiquement, il reste une place pour le vécu fictionnel, et ce vécu est riche en vies possibles ; il suffit d’interroger le mode d’emploi des affects, tel qu’il se dégage de chacun de ces récits fondateurs.

S’inscrivant dans l’histoire des affects, le livre propose une relecture des premiers récits français sous le signe des polarités émotionnelles médiévales du « talent » et du « maltalent ».

À l’époque de leur première réception, la Cantilène de sainte Eulalie, la Vie de saint Alexis, la Chanson de Roland et le Roman de Thèbes étaient des œuvres fermées, des textes de plaisir. Pour le lecteur du XXIe siècle, ils deviennent un beau défi jouissif. Ainsi, les détails qui débordent le cadre théologique se révèlent nombreux et savoureux : Maximien réussit son coup d’épée contre Eulalie, la « pucelle » d’Alexis parvient à consommer son mariage céleste, Charlemagne boude Gabriel, Jocaste frôle le rôle d’entremetteuse pour faire la paix par l’amour… et les mondes s’entrechoquent, ambigument possibles.

L’étude aborde les styles émotionnels, les actes émotifs, les normes affectives et les communautés responsables des « émotionologies » de ces textes liminaires de la littérature française, où les personnages font de Dieu un acte émotif de plus en plus dépouillé. Du nom à l’interjection, de la foi à l’émotion, c’est l’histoire d’une véritable émancipation qui s’écrit, en initiant, à fleur de texte, une désacralisation progressive des affects.

Brindusa Grigoriu est docteure en langues et littératures anciennes à l’Université de Poitiers, et maître de conférences à l’Université Alexandru Ioan Cuza de Iași, Roumanie.  Elle est l’auteure de plusieurs articles et ouvrages consacrés au corpus narratif médiéval : Actes d’émotion, pactes d’initiation: le spectre des fabliaux, Craiova, Universitaria, 2015 ; Amor sans desonor. Une pragmatique pour Tristan et Yseut, Craiova, Universitaria, 2013 ; co-édition et introduction au Lai du Conseil, University of Liverpool, Liverpool Online Series, 2013.

Table of Contents

Introduction au talent

I. Sous le signe du talent. Émotions historiques

1. Talent d’écriture

2. Talent de vérité

3. Talent de littérature

II. L’homme devant Dieu. Émotions hagiographiques

1. Une émotionologie virginale : Eulalie

2. Une émotionologie nuptiale : Alexis

3. Maltalent : l’émotionologie de Roland

III. Le couple devant Dieu. Les premières émotions romanesques

Du roman au romanesque : une nouvelle culture émotionnelle

1. Œdipe et Jocaste : amours familiales

2. Les fils de l’inceste et les ratages de l’amour

3. Les filles de l’inceste. Couples de par Dieu ?

En guise de conclusion : L’émotion Dieu au seuil de la littérature française

Bibliographie

La Démocratie des émotions

Source : Presses  de Sciences Po

La Démocratie des émotions

Loïc Blondiaux, Christophe Traïni, Presses de Sciences Po, 2018

Introduction – Les émotions, angle mort et dimension essentielle de la participation politique 
Loïc Blondiaux et Christophe Traïni
L’étude de la démocratie participative et la mise à distance des émotions

Première partie – DÉMOCRATIE ÉMOTIVE, DÉMOCRATIE INCLUSIVE ?

Chapitre 1 – Modulation des émotions et médiation en faveur des exclus : une audience publique à Delhi
Stéphanie Tawa Lama-Rewal
Le jan sunwai : contexte, enjeux, déroulement
Pratique chorale et coordination affective
Témoignage des victimes et contention des émotions
Moduler plutôt que modérer : le travail émotionnel du jury
Bibliographie

Chapitre 2 – Le Parlons-en comme espace de circulation
Laure Brayer et Anthony Pecqueux
Le Parlons-en, un espace de parole au style expressiviste
Exprimer des émotions et faire surgir des solutions collectives
L’épaisseur sensible et temporelle de la participation
Présence débordante et réactions
Bibliographie

Chapitre 3 – Émotions, délibération et pouvoir d’agir
Les assemblées des Indignés à Madrid
Héloïse Nez
Une mobilisation traversée par les émotions
Les émotions dans les assemblées
Un processus de montée en singularité
Un pouvoir d’agir par la délibération et l’action collective
Bibliographie

Deuxième partie – LE FAÇONNAGE INSTITUTIONNEL DES SENSIBILITÉS CITOYENNES

Chapitre 4 – L’instruction des émotions
Le jury populaire dans l’institution judiciaire
Célia Gissinger-Bosse
Des émotions prescrites et circonscrites
Des émotions proscrites pour bien maîtriser les corps
Les émotions dans la balance de la Justice
Bibliographie

Chapitre 5 – L’institutionnalisation de la sensibilité indigène
La participation des autochtones au Chili
Matilde Spoerer
Une Table de consensus visant à défaire les ressentiments du passé
Des représentants indigènes professionnels et compétents
Judiciarisation des débats et mise à distance des passions
Une indignation immémoriale comme outil tactique
Bibliographie

Troisième partie – INGÉNIERIE PARTICIPATIVE ET MAÎTRISE DES ÉMOTIONS

Chapitre 6 – Composer avec les affects en enquête publique
Le travail émotionnel dans les conflits autour de projets éoliens terrestres en France
Stéphanie Dechézelles
Le travail émotionnel des commissaires-enquêteurs : une injonction institutionnelle floue
Observer in situ l’application des règles de sentiments en vigueur
La colère des opposants à l’épreuve du formalisme de l’enquête publique
La rédaction à distance des avis et la retranscription sélective des états affectifs
Bibliographie

Chapitre 7 – Gérer les émotions en amont des dispositifs participatifs
Surfrider Foundation Europe et ses Gardiens de la côte
Julien Weisbein
Les élans contestataires des Gardiens de la côte
Tempérer les émotions, s’apprêter à la concertation
Un travail de sélection et de contrôle à distance
Des experts du surf prêts à surmonter les vagues du débat public
Bibliographie

Chapitre 8 – L’expression et la gestion des émotions dans les projets urbains
Les dispositifs participatifs à l’épreuve des affects
Benoît Feildel et Jérôme Le Jeloux
Projet d’urbanisme, dispositions affectives et participation des habitants
Un projet d’aménagement confronté aux émotions des riverains
Des dispositifs visant à mobiliser les sensibilités spatiales des citoyens
Bibliographie

La Connaissance par sentiment au XVIIIe siècle

Source: Honoré Champion

Laetitia Simonetta, La Connaissance par sentiment au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2018.

Le XVIIIe siècle n’est pas seulement le siècle de la raison, il est aussi celui où le sentiment s’impose dans l’esprit de certains philosophes pour rendre compte de la façon dont certains objets sont connus. Le moi ainsi que les valeurs morales et esthétiques sont, par excellence, des objets qui échappent à une analyse rationnelle ainsi qu’aux perceptions issues des sens externes. Ils se donnent dans cette expérience intérieure qu’est le sentiment. La particularité de celui-ci est que, alors qu’il est une impression d’ordre affectif, constituée de perceptions de plaisir et de douleur, il est amené à représenter autre chose que l’état purement subjectif de l’âme. Tout le problème est de déterminer à quel point le sentiment constitue un mode de connaissance irréductible : est-il un principe de connaissance à part entière, à côté de la sensation et de la réflexion, ou simplement la manière de connaître de celui qui, ayant développé des habitudes de penser et de sentir, a l’impression de juger de façon immédiate ? Reconnu comme fait mais n’ayant pas de fondement clairement assignable, il est sujet aux interprétations les plus contradictoires. Placé au croisement d’un courant métaphysique et d’un courant empiriste radical, il incarne une des notions qui manifestent le plus fortement la diversité des écoles qui perdurent au siècle des Lumières.

Ancienne élève de l’ENS de Lyon, Laetitia Simonetta est agrégée et docteur en philosophie. Elle est affiliée à l’Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (UMR 5317) et enseigne dans le secondaire (Académie de Versailles).