Archives de catégorie : Vient de paraître

Christine l’Admirable. Vie, chants et merveilles

Source : éditions Vues de l’esprit

Sylvain Piron, Christine l’Admirable. Vie, chants et merveilles, précédé de Thomas de Cantimpré, Vie de Christine l’Admirable — éditée et traduite du latin en collaboration avec Armelle Le Huërou, Vues de l’esprit, 2021.

 

Avant la persécution des sorcières, il a existé au Moyen Âge un mouvement par lequel des femmes ont revendiqué d’organiser elles-mêmes leur vie religieuse, hors de la tutelle du clergé masculin. Christine l’Admirable, active dans les années 1180-1220, est une pionnière parmi ces « saintes femmes » du diocèse de Liège. Revenue d’entre les morts, elle accomplit des prodiges stupéfiants et accompagne les mourants dans leur dernier voyage. Prédicatrice itinérante et mendiante, elle terrorise les bourgeois et réprimande les nobles, quand elle n’est pas ravie dans des danses et des chants extatiques. Le récit de sa vie se lit comme un roman d’aventures spirituelles. Il invite irrésistiblement à la comparaison avec différentes expériences, chamaniques ou autres. Ce n’est pas sans raison que Nick Cave a fait une chanson de cette femme libre et indomptable.

Table des matières

Présentation — 9
Traduction de la Vie de Christine l’Admirable de Thomas de Cantimpré — 15
I. Le travail de la mémoire — 41
II. Circonstances — 61
III. Au fil du texte — 83
IV. Un tissu de merveilles — 107
V. L’anomalie Christine — 131
Conclusion – Pour une pragmatique de l’extase — 145
Principes d’édition du texte — 149
Édition de la Vita Christinae Mirabilis, suivie de l’abréviation d’Henri Bate de Malines — 153
Notes — 181
Remerciements — 203

Confession and Criminal Justice in Late Medieval Italy

Source : OUP

Lidia Luisa Zanetti Domingues, Confession and Criminal Justice in Late Medieval Italy. Siena, 1260-1330, Oxford University Press, 2021.

In medieval Italy the practice of revenge as criminal justice was still popular amongst members of all social classes, yet crime also was increasingly perceived as a public matter that needed to be dealt with by the government rather than private citizens. Confession and Criminal Justice in Late Medieval Italy sheds light on this contradiction through an in-depth comparison of lay and religious sources produced in Siena between 1260 and 1330 on criminal justice, conflict, and violence.

Confession and Criminal Justice in Late Medieval Italy: argues that religious people were an effective pressure group with regards to criminal justice, thanks both to the literary works they produced and their direct intervention in political affairs, and that their contributions have not received the attention they deserve. It shows that the dichotomy between theories and practices of ‘private’ and of ‘public’ justice should be substituted by a framework in which three models, or discourses, of criminal justice are recognised as present in medieval Italian communes, with the addition of a specifically religious discourse based on penitential spirituality. Although the models of criminal justice were competing, they also influenced each other.

Introduction
1:Competing Models for Approaching Violence and Conflict and their Points of Contact
2:Emotions, Virtues and Vices in the Sienese Reflection on Violence and its Remedies
3:Models of Emotionality in Action in Religious and Lay Sources on Criminal Justice
4:Defining the Complex Relationship between Mercy, Justice and Revenge
5:Communal Legislation and the Pursuit of Divine Justice
6:The Development of Criminal Justice in Siena and the Influence of Religious Ideas
Conclusion

Regret. A Study in Ancient Moral Psychology

Source : OUP

James Warren, Regret. A Study in Ancient Moral Psychology, Oxford University Press, 2021.

This book provides a study of regret (metameleia) in the moral psychology of Plato, Aristotle, and the Stoics. It was important for all these philosophers to insist that regret is a characteristic of neither fully virtuous nor wholly irredeemable characters. Rather, they took regret to be something that affects people who retrospectively feel pain at realising an earlier mistaken action. Regret sets out in full the accounts of the nature of this emotion found in the works of these philosophers, viewing them in the context of their respective accounts of virtuous and non-virtuous agents, ethical progress, the role of knowledge in producing good actions, and compares it with modern philosophical notions of ‘agent regret’.

Introduction: Why Regret?
1:Virtue, Metameleia, Regret, and Remorse
2:Plato on Regret, Akrasia, and the Tyrannical Soul
3:Aristotle on Regret and Counter-Voluntary Actions
4:Aristotle on Regret and Akrasia
5:Metameleia and Ignorance
6:Stoic Regret
7:Gellius and Gallus on the Limits of Regret
8:Epilogue

 

Emotion and the History of Rhetoric in the Middle Ages

Source : OUP

Rita Copeland, Emotion and the History of Rhetoric in the Middle Ages, Oxford University Press, 2021.

 

Rhetoric is an engine of social discourse and the art charged with generating and swaying emotion. The history of rhetoric provides a continuous structure by which we can measure how emotions were understood, articulated, and mobilized under various historical circumstances and social contracts. This book is about how rhetoric in the West, from Late Antiquity to the later Middle Ages, represented the role of emotion in shaping persuasions. It is the first book-length study of medieval rhetoric and the emotions, coloring that rhetorical history between about 600 CE and the cusp of early modernity. Rhetoric in the Middle Ages, as in other periods, constituted the gateway training for anyone engaged in emotionally persuasive writing. Medieval rhetorical thought on emotion has multiple strands of influence and sedimentations of practice. The earliest and most persistent tradition treated emotional persuasion as a property of surface stylistic effect, which can be seen in the medieval rhetorics of poetry and prose, and in literary production. But the impact of Aristotelian rhetoric, which reached the Latin West in the thirteenth century, gave emotional persuasion a core role in reasoning, incorporating it into the key device of proof, the enthymeme. In Aristotle, medieval teachers and writers found a new rhetorical language to explain the social and psychological factors that affect an audience. With Aristotelian rhetoric, the emotions became political. The impact of Aristotle’s rhetorical approach to emotions was to be felt in medieval political treatises, in poetry, and in preaching.

Introduction
1:Before the Middle Ages: Emotion from Invention to Style
2:Christian and Literary Rhetorics of the Early Middle Ages: Emotion as the Property of Style
3:Emotion in the Rhetorical Arts and Literary Culture c. 1070-c.1400
4:Aristotle’s Rhetoric in the Latin West: The Fortunes of the Path?
5:De regimine principum: Emotion, Persuasion, and Political Thought
6:Political Poetics and the Aristotelian Turn: Dante, Chaucer, and Hoccleve
7:Preaching, Emotion, and the Aristotelian Turn
Epilogue: Mixed Rhetorics

Accomplissement de l’amour, mort de l’amour ?

Source : Classiques Garnier

R. Schnell, Accomplissement de l’amour, mort de l’amour ? Le paradoxe amoureux et l’amour courtois, Paris, Classiques Garnier, 2021.

Résumé: Quelles conséquences la (première) union sexuelle a-t-elle sur la relation amoureuse ? Selon une thèse répandue, les troubadours auraient aspiré à l’union sexuelle, mais choisi d’y renoncer. Cette étude apporte un regard nouveau sur le phénomène littéraire de l’amour courtois.

 

L’ÉMOTION EST CE QUI NOUS RELIE

Source : L’Harmattan

Emmanuel Petit, L’Émotion est ce qui nous relie. Essai sur la société des émotions, Paris, L’Harmattan, 2021.

L’émotion est souvent perçue comme irrationnelle, éruptive et inefficace. L’intensité de la peur, de la tristesse et du désarroi propulsée par la crise sanitaire, économique et environnementale que traverse le monde aujourd’hui a renforcé ce sentiment. Partenaire (et non adversaire) de la raison, l’émotion est pourtant un outil de construction essentiel d’une société plus harmonieuse et apaisée. On ne le comprend toutefois que si l’on prend en compte que l’émotion est un révélateur de notre relation au monde autant qu’un co-constructeur de cette relation : l’émotion est ce qui nous relie à autrui et à notre environnement. Réhabiliter l’image souvent négative que l’on a de l’émotion implique ainsi de mieux saisir son rôle dans l’histoire humaine, dans la pratique même de la recherche ou encore au sein de l’économie de marché.

Emmanuel Petit est professeur en sciences économiques à l’Université de Bordeaux.

Le rire des femmes

Source : PUF

Sabine Melchior-Bonnet, Le Rire des femmes. Une histoire de pouvoir, Paris, PUF, 2021.

Résumé

Faire rire est une prérogative des hommes. Subversif et incontrôlable, le rire a longtemps été interdit aux femmes. Au nom de la bienséance, de la beauté et de la discrétion, il convenait d’opposer rire et féminité. 

Sabine Melchior-Bonnet s’attache à décrypter les raisons historiques de cet interdit et montre comment les femmes se sont peu à peu emparées du pouvoir de faire rire. 

Récit d’une conquête et analyse d’un tabou, ce livre part des règles de savoir-vivre dans l’Antiquité jusqu’aux one-women-show de nos jours, qui s’autorisent à être drôles, jolies, bêtes ou méchantes. Au risque, peut-être, de banaliser ce qui avait longtemps été défendu.

Géographies de la colère. Ronds-points et prés carrés

GEOGRAPHIE et CULTURE n°114, 2020.

Sous la direction de Dominique Chevalier et Mariette Sibertin-BlancCouverture du n° 114
Informations sur cette image

ISBN 978-2-343-22146-5

Commander ce numéro

Dans un contexte de crise économique, de catastrophe climatique, de luttes altermondialistes et démocratiques, la première décennie du XXIe siècle a été le théâtre de contestations sociales marquées par un ancrage spatial des revendications et des conflits. Printemps arabes, Gilets jaunes, Blacks Lives Matter, #MeToo, marches pour le climat… Les mobilisations et les mouvements sociaux visant à la défense de causes spécifiques s’enchaînent, et la colère semble un puissant dénominateur commun de ces manifestations disparates. Ce numéro de Géographie et cultures ambitionne de questionner les traductions spatiales de ces colères. À la faveur d’un mouvement inédit en France difficile à comprendre et à décrypter avec des grilles classiques des sciences humaines et sociales, les différents articles analysant les logiques spatiales des Gilets jaunes traduisent un besoin de renouvellement des cadres de compréhension : les ronds-points périphériques deviennent des pôles de luttes et parfois de violences policières, la cartographie devient participative en demeurant un outil de combat, le périurbain n’est (toujours) pas une périphérie homogène. Des échos sont clairement identifiables dans d’autres colères issues de l’injustice de traitement : l’accès aux services publics, la violence faite aux femmes, aux Noirs (aux États-Unis). Ce numéro s’inscrit à différentes échelles : très locale quand il s’agit du fonctionnement quotidien d’un rond-point occupé ou des luttes contre les projets éoliens à celle, internationale, des violences terroristes.

Viols d’enfants au Moyen Âge

Source : PUF
 
 

Résumé

À Bologne, dans les registres de la justice pénale, entre 1343 et 1474, quatre-vingt-onze hommes sont accusés d’avoir abusé sexuellement de plus de cent trente enfants, garçons et filles. Ce livre analyse ces cas de pédocriminalité dans une optique de genre. Il dresse une sociologie des victimes puis des inculpés en s’attardant sur les sodomites, catégorie de pédocriminels en voie d’affirmation, s’intéresse ensuite à l’acte lui-même en intégrant l’extrême violence qui prend place avant le viol lui-même et les lourdes conséquences qui en découlent sur la victime, ses proches, la communauté, la morale, voire l’ensemble de la chrétienté, et enfin étudie  les peines infligées aux coupables, de la difficile dénonciation du criminel à l’énonciation et à l’application de la sentence. En proposant une réflexion d’ensemble sur crimes, genre et châtiments, ce livre explore un sujet jamais traité auparavant par les médiévistes : le crime pédophile.

Sommaire:

Avant-Propos  – Introduction

Partie I : Victimes et inculpés

Chapitre 1 : Les victimes : des filles « honnêtes » et des garçons « dont il vaut mieux taire le nom »

Chapitre 2 : Les inculpés : des sodomites étrangers et des violeurs de filles de Bologne

Chapitre 3 : L’affirmation d’une identité sodomite 

 

Partie II : Violer un enfant

Chapitre IV : Les violences avant le viol 

Chapitre V : Le viol des enfants

Chapitre VI : Des victimes anéanties, des familles, la commune et Dieu bafoués

 

Partie III : De la dénonciation au châtiment

Chapitre VII : Les voies de la dénonciation

Chapitre VIII : Les sodomites brûlés et les violeurs de filles décapités

Chapitre IX : Du bannissement à la grâce 

Conclusion – Annexes -Sources et Bibliographie

 

 
 

Émotions, affects et institutions.Dialogue entre historiens et psychologues

Sous la direction de J. Martin et B. Prot. Octares éditions.
Disponible en version électronique gratuite
en décembre 2021 https://www.octares.com/

Plusieurs chapitres de cet ouvrage reviennent sur la manière dont les fondateurs, historiens et psychologues, mais aussi philosophes et sociologues ont abordé cette question difficile et rapidement polémique.
La vie en société est alors considérée à travers les liens que tissent les individus et les groupes entre eux, les affections et les aversions qu’ils éprouvent en eux et à l’égard d’autrui pouvant produire un renversement saisissant de l’enthousiasme en violence lorsque les personnes s’engagent dans l’invention d’institutions qui renouvellent les liens sociaux comme dans le cas de la Révolution française. Le travail mettant à l’épreuve aujourd’hui, de manière particulièrement intense, les liens tissés entre les femmes et les hommes dans les organisations et les rapports entre la vie au travail et dans les autres domaines de vie, plusieurs textes s’intéressent précisément à ces transformations d’un point de vue historique à partir de l’activité de professionnels.

Les auteurs :
Antoine Bonnemain, maître de conférences,
laboratoire ACTÉ, université Clermont Auvergne.
Yves Clot, professeur émérite en psychologie du
travail, CRTD, CNAM, Paris.
Caroline Fayolle, maîtresse de conférences à
l’Université de Montpellier, laboratoire LIRDEF,
université Paul Valéry, Montpellier III.
Jérôme Martin, chercheur associé au CRTD,
CNAM, Paris.
Régis Ouvrier-Bonnaz, coordinateur du
GRESHTO, CRTD, CNAM, Paris.
Bernard Prot, maître de conférences, CRTD,
CNAM, Paris.
Marco Saraceno, maître de conférences,
laboratoire PSMS, université Reims Champagne-
Ardennes.
Jean-Luc Tomás, maître de conférences, CRTD,
CNAM, Paris.
Sophie Wahnich, directrice de Recherche au
CNRS, laboratoire IIAC, EHESS, Paris.

Cet ouvrage est issu d’un séminaire organisé de
2017 à 2019 par Le Groupe de recherche et d’étude
sur l’histoire du travail et de l’orientation
(GRESHTO), groupe transversal aux différentes
équipes du Centre de recherche sur le travail et le
développement du Conservatoire national des arts et
métiers (CRTD – CNAM).

Hervé Mazurel ,

L’inconscient ou l’oubli de l’histoire
Profondeurs, métamorphoses et révolutions de la vie affective

pour l’acheter, cliquez ici !

Et si l’inconscient lui-même n’échappait pas à l’histoire ? En le situant au-delà du social, au-delà de l’histoire, Freud a laissé la psychanalyse prisonnière d’un postulat encombrant. Il a fait comme si la structure de la personnalité qu’il observait chez ses patients viennois à la fin du XIXe siècle touchait à l’homme éternel et non aux représentants d’une époque, d’une culture, d’un univers social particuliers.
Nourri d’histoire des sensibilités, de sociologie psychologique et d’anthropologie critique, ce livre voudrait montrer en quoi notre vie psychique profonde est tout imprimée d’histoire. Pour s’en convaincre, il n’est qu’à scruter, sur la longue durée, les lentes transformations du refoulement pulsionnel et du contrôle des émotions. Elles sont étroitement corrélées aux révolutions silencieuses de nos moeurs, aux altérations souterraines de notre vie affective, aux déplacements discrets des désirs et des interdits, des seuils de pudeur et des frontières de l’intime. De là il faut conclure à l’existence de troubles d’époque et de névroses de classe. Et puis songer aussi au perpétuel renouvellement des fantasmes à partir desquels se meuvent les êtres intérieurs, aux variations du symbolisme des rêves, calquées sur les évolutions de l’imaginaire social et non sur des archétypes universels, ou encore aux mutations sourdes des complexes psycho-affectifs (dont l’OEdipe) au gré des métamorphoses de la famille, de la parenté et des rapports de genre.
Cet ouvrage invite ainsi la psychanalyse et toutes les sciences psychologiques à considérer qu’il a sans doute fallu des siècles d’histoire pour façonner les inconscients qui sont les nôtres. Une chose paraît d’ailleurs certaine : à trop séparer la psyché du social-historique, nous avons longtemps ignoré jusqu’à quel point notre vie affective et psychique demeure, dans ses strates les plus enfouies et obscures, pétrie de social et d’histoire.

 

Version papier : 25 €
Version numérique : 15,99 €

 

Nostalgie. Conceptualisation d’une émotion

Source: Le comptoir des presses d’universités

Patrizia Gasparini et Estelle Zunino (dir.), Nostalgie. Conceptualisation d’une émotion, PUN – éditions universitaires de Lorraine, 2021.

Ce volume a pour objectif premier non seulement de s’intéresser à l’histoire, longue, mouvementée et très évolutive de la nostalgie, qui, depuis quelques années, semble ressurgir et s’afficher avec une intensité remarquable, mais aussi d’intégrer, à sa manière, le champ épistémologique, vaste et novateur, de l’étude historique des émotions, informée par la philosophie cognitiviste et l’anthropologie affective, en apportant une réflexion de nature plus littéraire.

D’affection individuelle commune, partagée et éprouvée, décrite depuis l’Antiquité, mais non précisément nommée, la nostalgie est devenue, au XVIIe siècle, une maladie, dé-pathologisée ensuite pour s’esthétiser dans une expression qui s’est privatisée en même temps qu’elle s’est publicisée, et a fini par intégrer pleinement la sphère sociale dans tous ses aspects, constituant un prisme à partir duquel les sociétés postmodernes et leurs citoyens évaluent et vivent non seulement le rapport au passé mais aussi la projection dans le futur, ainsi que la construction de celui-ci.

En entrant ainsi en résonance avec les débats épistémologiques et herméneutiques actuels qui ont fixé et imposé les émotions en tant que dispositions cognitives et composantes centrales de la vie sociale, l’ouvrage propose d’embrasser au mieux la perméabilité et la plasticité de l’ontologie nostalgique, de la repérer dans ses multiples aspects – des appropriations nostalgiques d’un ailleurs temporel et spatial à ses déclinaisons créatives et positives –, et d’appréhender son historicité et les normes changeantes de son expression en traçant de nouveaux contours – lexicographiques, esthétiques et herméneutiques.

SOMMAIRE

Introduction

TOME I : LES FORMES DE LA NOSTALGIE

Aux « sources » de la nostalgie

Natascia TONELLI – Avant le mot. « L’andar che mi sgradìa » entre médecine et littérature

Véronique MONTÉMONT – L’autobiographie, fabrique à nostalgie ?

Maddalena BONELLI – « Nostalgie » dans la philosophie grecque : regard sur une étude étymologique

Catriona Seth FBA – Nostalgie et « signe mémoratif ». Autour du Ranz des vaches

Olivier MOSER – La mémoire de l’inachevé : étude sur la réception du nostos d’Ulysse dans la phénoménologie de Vladimir Jankélévitch

À la recherche d’une esthétique nostalgique

Jacopo MASI – L’ellipse de la nostalgie : une étude sur la structure du sentiment nostalgique

Alessandro MARIGNANI – L’hypotypose, langue de la nostalgie

Elena PAROLI – La nostalgie matérielle. La valeur épistémologique de l’absence dans les Delocazioni de Claudio Parmiggiani

Damien de CARNÉ – Le regard vers l’arrière : un schème nostalgique du Conte du Graal et de ses successeurs

Matthieu FREYHEIT – Gros sur le cœur, ou la nostalgie du dinosaure

Les « temps » de la nostalgie

Alberto RUSSO – La raison de la nostalgie. Pasolini témoin de la Grande accélération

Emmanuelle FANTIN – La marchandisation de la nostalgie. Quelques réflexions théoriques autour de l’absence, du capitalisme et de l’utopie du passé 

Stefano ADAMO – Repenser à une époque pas si belle que ça. À propos d’une tendance de la littérature italienne d’aujourd’hui

Evagrina DÎRTU – Nostalgie et résistance à la nostalgie dans la fictionnalisation du communisme

TOME II : LES COULEURS DE LA NOSTALGIE

Le jadis et l’ailleurs de la nostalgie

1. Présent/passé : une affaire de regard(s)

Marina GAGLIANO – Rhétorique de la nostalgie : laudatio temporis acti et satire des temps présents dans Il Libro delle Rime de Franco Sacchetti

Laurent BAGGIONI – Les humanistes contre la nostalgie : tourner le passé vers le présent dans les dialogues du premier Quattrocento

Stefano SIMIZ – Nostalgie et réformes religieuses au tournant des xvie et xviie siècles. Les écrits affrontés des Troyens Pithou (réformé) et Desguerrois (catholique)

2. Un imaginaire nostalgique

 Floriana CALITTI – Nostalgies d’écrivains : construction de l’exil

Matteo PALUMBO – Nostalgie des mythes : Foscolo, Leopardi et le monde perdu

Konrad HARRER – La nostalgie du voyageur face à l’ethos du néo-stoïcisme : le poète baroque Paul Fleming en route vers la Perse

Daniela VITAGLIANO – La physiologie de la nostalgie dans les Dialogues avec Leucò de Cesare Pavese

Elsa CHAARANI LESOURD – O membranza sì cara e fatal ! Nostalgie et mémoire dans les opéras de Verdi

Blanche EL GAMMAL – Une nostalgie d’enfants gâtés ? Les voyageurs de l’Orient-Express

Nostalgies subjectives

1. Les mondes phantasmés : subjectivité et temporalité

Anne STRASSER – Simone de Beauvoir, Annie Ernaux : l’autobiographe ou la nostalgie de l’avenir 

Yannick HOFFERT – Ionesco, un théâtre de la conscience nostalgique

Eleonora CONTI, Germano PALLINI – Les voix de la Nostalgie chez Antonio Tabucchi

Julien DAILLÈRE – La nostalgie du camp de concentration comme acte de résistance

2. Nostalgie et exil : une catharsis possible ?

Aude PRÉTA DE BEAUFORT – Claude Vigée : l’exil et le retour

Laurence DENOOZ – Nostalgie du passé, nostalgie du futur. Ma?mud Darwiš, le nostalgique de Soi

Reynald LAHANQUE – Il n’y a pas d’exil heureux ? Une lecture croisée du récit de Maya Ombasic, Mostarghia (2017) et du film d’Andreï Tarkovski, Nostalghia (1983)

Laura TOPPAN – La nostalgie du pays et de la languechez les poètes italophones du xxie siècle. Deux exemples : Hasan Atiya al-Nassar et Božidar Stanišic

Re-construction de la mémoire

1. Post-mémoire et postmodernité

Henri DESBOIS – William Gibson et l’anticipation nostalgique

Giorgia BONGIORNO – L’effet Zeigarnik ou comment le roman italien contemporain se mesure à la nostalgie : le cas exemplaire de Michele Mari

Chiara RUFFINENGO – Fragments d’objets, instants, une double flèche.  Sur les traces des nostalgies dans l’écriture de  Daniele Del Giudice

Sara BÉDARD-GOULET – Déconstruire la nostalgie contemporaine avec Jean Echenoz

2. La nostalgie en témoignages

Jérôme SEGAL – Judaïté et nostalgie : un couple antinomique ?

Oreste SACCHELLI – Sidérurgie m’était contée

Emotions and Mediaeval Monasticism

Pakistan Journal of Historical Studies, vol. 5/1-2 (2020)

 

Emotions and Mediaeval Monasticism

 

Articles

 

Barbara H. Rosenwein and Ricardo Cristiani, “Emotions and Mediaeval Monasticism: Introduction”

 

Albrecht Diem, “Regulating Passions: Emotional Discipline in Early Mediaeval Monastic Rules”

 

Lauren Mancia, “Tools for Monastic Emotion: Confessio and Conversio in Augustine, John of Fécamp and The cloisters Cross”

 

Christina Lutter, “Emotional Patterns and Spiritual Practice in Twelfth-Century Reform communities: Admont and the Hirsau Reform”

 

Damien Boquet, “The Nun, the Monk, and the Lay Brother: Emotional Anthropology and Affective Community in the Hagiography of Goswin of Bossut (1230s)”