Accomplissement de l’amour, mort de l’amour ?

Source : Classiques Garnier

R. Schnell, Accomplissement de l’amour, mort de l’amour ? Le paradoxe amoureux et l’amour courtois, Paris, Classiques Garnier, 2021.

Résumé: Quelles conséquences la (première) union sexuelle a-t-elle sur la relation amoureuse ? Selon une thèse répandue, les troubadours auraient aspiré à l’union sexuelle, mais choisi d’y renoncer. Cette étude apporte un regard nouveau sur le phénomène littéraire de l’amour courtois.

 

L’ÉMOTION EST CE QUI NOUS RELIE

Source : L’Harmattan

Emmanuel Petit, L’Émotion est ce qui nous relie. Essai sur la société des émotions, Paris, L’Harmattan, 2021.

L’émotion est souvent perçue comme irrationnelle, éruptive et inefficace. L’intensité de la peur, de la tristesse et du désarroi propulsée par la crise sanitaire, économique et environnementale que traverse le monde aujourd’hui a renforcé ce sentiment. Partenaire (et non adversaire) de la raison, l’émotion est pourtant un outil de construction essentiel d’une société plus harmonieuse et apaisée. On ne le comprend toutefois que si l’on prend en compte que l’émotion est un révélateur de notre relation au monde autant qu’un co-constructeur de cette relation : l’émotion est ce qui nous relie à autrui et à notre environnement. Réhabiliter l’image souvent négative que l’on a de l’émotion implique ainsi de mieux saisir son rôle dans l’histoire humaine, dans la pratique même de la recherche ou encore au sein de l’économie de marché.

Emmanuel Petit est professeur en sciences économiques à l’Université de Bordeaux.

Emotion in Old Norse Literature

Source : Cambridge University Press

Une publication qui avait échappé à notre vigilance. Mieux vaut tard que jamais…

Sif Rikhardsdottir, Emotion in Old Norse Literature. Translations, Voices, Contexts, Boydell & Brewer, 2017.
 
 
 

Book description

 

Authors throughout history have relied on the emotional make-up of their readers and audiences to make sense of the behaviours and actions of fictive characters. But how can a narrative voice contained in a text evoke feelings that are ultimately never real or actual, but a figment of a text, a fictive reality created out of words? How does one reconcile interiority – a presumed modern conceptualisation – with medieval emotionality? The volume seeks to address these questions. It positions itself within the larger context of the history of emotion, offering a novel approach to the study of literary representations of emotionality and its staging through voice, performativity and narrative manipulation, probing how emotions are encoded in texts. The author argues that the deceptively laconic portrayal of emotion in the Icelandic sagas and other literature reveals an “emotive script” that favours reticence over expressivity and exposes a narrative convention of emotional subterfuge through narrative silences and the masking of emotion. Focusing on the ambivalent borders between prose and poetic language, she suggests that poetic vocalisation may provide a literary space within which emotive interiority can be expressed. The volume considers a wide range of Old Norse materials – from translated romances through Eddic poetry and Íslendingasögur (sagas of Icelanders) to indigenous romance.

Sif Rikhardsdottir is Professor of Comparative Literature at the University of Iceland and Vice-Chair of the Institute of Research in Literature and Visual Arts.

Le rire des femmes

Source : PUF

Sabine Melchior-Bonnet, Le Rire des femmes. Une histoire de pouvoir, Paris, PUF, 2021.

Résumé

Faire rire est une prérogative des hommes. Subversif et incontrôlable, le rire a longtemps été interdit aux femmes. Au nom de la bienséance, de la beauté et de la discrétion, il convenait d’opposer rire et féminité. 

Sabine Melchior-Bonnet s’attache à décrypter les raisons historiques de cet interdit et montre comment les femmes se sont peu à peu emparées du pouvoir de faire rire. 

Récit d’une conquête et analyse d’un tabou, ce livre part des règles de savoir-vivre dans l’Antiquité jusqu’aux one-women-show de nos jours, qui s’autorisent à être drôles, jolies, bêtes ou méchantes. Au risque, peut-être, de banaliser ce qui avait longtemps été défendu.

Géographies de la colère. Ronds-points et prés carrés

GEOGRAPHIE et CULTURE n°114, 2020.

Sous la direction de Dominique Chevalier et Mariette Sibertin-BlancCouverture du n° 114
Informations sur cette image

ISBN 978-2-343-22146-5

Commander ce numéro

Dans un contexte de crise économique, de catastrophe climatique, de luttes altermondialistes et démocratiques, la première décennie du XXIe siècle a été le théâtre de contestations sociales marquées par un ancrage spatial des revendications et des conflits. Printemps arabes, Gilets jaunes, Blacks Lives Matter, #MeToo, marches pour le climat… Les mobilisations et les mouvements sociaux visant à la défense de causes spécifiques s’enchaînent, et la colère semble un puissant dénominateur commun de ces manifestations disparates. Ce numéro de Géographie et cultures ambitionne de questionner les traductions spatiales de ces colères. À la faveur d’un mouvement inédit en France difficile à comprendre et à décrypter avec des grilles classiques des sciences humaines et sociales, les différents articles analysant les logiques spatiales des Gilets jaunes traduisent un besoin de renouvellement des cadres de compréhension : les ronds-points périphériques deviennent des pôles de luttes et parfois de violences policières, la cartographie devient participative en demeurant un outil de combat, le périurbain n’est (toujours) pas une périphérie homogène. Des échos sont clairement identifiables dans d’autres colères issues de l’injustice de traitement : l’accès aux services publics, la violence faite aux femmes, aux Noirs (aux États-Unis). Ce numéro s’inscrit à différentes échelles : très locale quand il s’agit du fonctionnement quotidien d’un rond-point occupé ou des luttes contre les projets éoliens à celle, internationale, des violences terroristes.

“Histoire des émotions collectives” : Le compte à rebours est lancé !

Pieter Brugel, La danse de la mariée, v. 1566, Detroit Institute of Arts

Chères amies et chers amis de l’histoire des émotions,

Vous qui suivez de longue date les aventures d’EMMA, nous avons le plaisir de vous annoncer que notre prochain “bébé” est fin prêt à être confié à l’éditeur, pour une parution prévue d’ici quelques mois. Ce livre collectif sera le premier livre d’historiens et d’historiennes entièrement consacré aux émotions collectives. Il est le fruit de 4 années de rencontres, de débats et de maturation, vécus alternativement dans le tumulte joyeux des colloques transatlantiques, à Aix-en-Provence et à Montréal, et dans la solitude monacale des confinements imposés par la crise sanitaire.

En avant première, nous vous en dévoilons la table des matières. Dans les bras d’EMMA, laissez-vous emporter par la foule…

Histoire des émotions collectives. Épistémologie, émergences, expériences

  

 Damien Boquet – Piroska Nagy – Lidia Zanetti Domingues (dir.),

avec la collaboration de Jean-Félix Aubé-Pronce

 

Table des matières

 

  1. Histoire intellectuelle de la notion d’émotion collective depuis le XIXe siècle
  • Piroska Nagy (UQAM, Telemme), Histoire des émotions collectives : éléments pour la trajectoire d’un phénomène et d’un concept
  • Damien Boquet (AMU, Telemme), Un désir de foule. Du collectif de l’émotion à l’émotion collective dans la psychologie scientifique (XIXe-début XXe s.)
  • Jean-Jacques Courtine, La voix du peuple. Les émotions, le langage et la foule à l’aube de l’ère des masses
  1. Fabrique de la foule émue
  • Sylvain Forichon (Univ. Bordeaux Montaigne), L’émotivité des foules lors des spectacles dans le monde romain : analyse d’un topos dans la littérature ancienne
  • Piroska Nagy, L’événement comme émotion : le mouvement flagellant de 1260
  • Gábor Klaniczay (CEU), Les moments du miracle comme émotions historiques autour des sanctuaires (Hongrie, XIIIe-XVe s.)
  • Vincent Challet (Univ. Montpellier III), De quo…fuerunt dolentes et turbati : de la voix des dominés au discours des dominants à la fin du Moyen Âge 
  • Sarah Brazil (Univ. de Genève), Cultivating Emotions in the Audiences of Early English Drama
  • Giulia Morosini (Univ. de Vérone), From Fearful to Brave: the Shaping of Collective Emotions through Bodily Practices by the Italian Renaissance Condottieri
  1. La foule animée par l’émotion
  • Nathan Murray (Univ. Laval), Les tumultes de la multitude: cris, images et mouvements de la foule émue chez Cicéron
  • Anne-Gaëlle Weber (UQAM), La colère de la foule au service de la construction de l’altérité entre chrétiens et païens : l’exemple de l’hagiographie missionnaire carolingienne
  • Lidia Zanetti Domingues (Univ. Londres – UQAM) Foules émues aux pieds de l’échafaud dans les chroniques italiennes des XIIIe et XIVe siècles
  • Nicolas Vidoni (AMU, Telemme), L’émotion collective au défi de la foule. Les débuts de la Révolution à Montpellier
  • Sophie Wahnich (EHESS), Les émotions collectives comme émotions souveraines et sacrées pendant la Révolution française
  • Ludivine Bantigny (Univ. Rouen), « Gilets jaunes, colère noire »: Affects politiques d’un mouvement historique

 

Viols d’enfants au Moyen Âge

Source : PUF
 
 

Résumé

À Bologne, dans les registres de la justice pénale, entre 1343 et 1474, quatre-vingt-onze hommes sont accusés d’avoir abusé sexuellement de plus de cent trente enfants, garçons et filles. Ce livre analyse ces cas de pédocriminalité dans une optique de genre. Il dresse une sociologie des victimes puis des inculpés en s’attardant sur les sodomites, catégorie de pédocriminels en voie d’affirmation, s’intéresse ensuite à l’acte lui-même en intégrant l’extrême violence qui prend place avant le viol lui-même et les lourdes conséquences qui en découlent sur la victime, ses proches, la communauté, la morale, voire l’ensemble de la chrétienté, et enfin étudie  les peines infligées aux coupables, de la difficile dénonciation du criminel à l’énonciation et à l’application de la sentence. En proposant une réflexion d’ensemble sur crimes, genre et châtiments, ce livre explore un sujet jamais traité auparavant par les médiévistes : le crime pédophile.

Sommaire:

Avant-Propos  – Introduction

Partie I : Victimes et inculpés

Chapitre 1 : Les victimes : des filles « honnêtes » et des garçons « dont il vaut mieux taire le nom »

Chapitre 2 : Les inculpés : des sodomites étrangers et des violeurs de filles de Bologne

Chapitre 3 : L’affirmation d’une identité sodomite 

 

Partie II : Violer un enfant

Chapitre IV : Les violences avant le viol 

Chapitre V : Le viol des enfants

Chapitre VI : Des victimes anéanties, des familles, la commune et Dieu bafoués

 

Partie III : De la dénonciation au châtiment

Chapitre VII : Les voies de la dénonciation

Chapitre VIII : Les sodomites brûlés et les violeurs de filles décapités

Chapitre IX : Du bannissement à la grâce 

Conclusion – Annexes -Sources et Bibliographie

 

 
 

Émotions, affects et institutions.Dialogue entre historiens et psychologues

Sous la direction de J. Martin et B. Prot. Octares éditions.
Disponible en version électronique gratuite
en décembre 2021 https://www.octares.com/

Plusieurs chapitres de cet ouvrage reviennent sur la manière dont les fondateurs, historiens et psychologues, mais aussi philosophes et sociologues ont abordé cette question difficile et rapidement polémique.
La vie en société est alors considérée à travers les liens que tissent les individus et les groupes entre eux, les affections et les aversions qu’ils éprouvent en eux et à l’égard d’autrui pouvant produire un renversement saisissant de l’enthousiasme en violence lorsque les personnes s’engagent dans l’invention d’institutions qui renouvellent les liens sociaux comme dans le cas de la Révolution française. Le travail mettant à l’épreuve aujourd’hui, de manière particulièrement intense, les liens tissés entre les femmes et les hommes dans les organisations et les rapports entre la vie au travail et dans les autres domaines de vie, plusieurs textes s’intéressent précisément à ces transformations d’un point de vue historique à partir de l’activité de professionnels.

Les auteurs :
Antoine Bonnemain, maître de conférences,
laboratoire ACTÉ, université Clermont Auvergne.
Yves Clot, professeur émérite en psychologie du
travail, CRTD, CNAM, Paris.
Caroline Fayolle, maîtresse de conférences à
l’Université de Montpellier, laboratoire LIRDEF,
université Paul Valéry, Montpellier III.
Jérôme Martin, chercheur associé au CRTD,
CNAM, Paris.
Régis Ouvrier-Bonnaz, coordinateur du
GRESHTO, CRTD, CNAM, Paris.
Bernard Prot, maître de conférences, CRTD,
CNAM, Paris.
Marco Saraceno, maître de conférences,
laboratoire PSMS, université Reims Champagne-
Ardennes.
Jean-Luc Tomás, maître de conférences, CRTD,
CNAM, Paris.
Sophie Wahnich, directrice de Recherche au
CNRS, laboratoire IIAC, EHESS, Paris.

Cet ouvrage est issu d’un séminaire organisé de
2017 à 2019 par Le Groupe de recherche et d’étude
sur l’histoire du travail et de l’orientation
(GRESHTO), groupe transversal aux différentes
équipes du Centre de recherche sur le travail et le
développement du Conservatoire national des arts et
métiers (CRTD – CNAM).