Les émotions ont-elles une histoire ?

Source : Hypothèses, 2023/1 (24)

 

Les émotions ont-elles une histoire ?

Séminaire de l’École doctorale coordonné par Sahra Rausch

Page 101 à 111
Page 113 à 121
Page 123 à 131
Page 133 à 141
 
Page 143 à 153
 
Page 155 à 165
Page 167 à 174

Hommage à Laurent Smagghe

 

Nous apprenons avec une immense tristesse le décès de notre ami et compagnon de route d’EMMA, Laurent Smagghe, survenu le jeudi 13 juillet à son domicile, entouré de l’affection des siens. L’histoire des émotions perd l’un de ses plus fiers capitaines, explorateur, pionnier des émotions politiques à la fin du Moyen Âge, auteur d’une thèse majeure consacrée aux émotions du prince dans les chroniques bourguignonnes, soutenue en 2010, qui a ouvert la voie et montré le chemin à toute une génération d’historiennes et d’historiens. Piroska et moi perdons un collaborateur fidèle et surtout un ami, attentif et attentionné, dont l’acuité n’avait d’égal que sa générosité. Laurent Smagghe était un chercheur et un ami sans faux-semblant, d’une rigueur implacable, précis et élégant. J’ai eu la chance de travailler avec lui, à l’invitation d’Élodie Lecuppre-Desjardins, sur la mise en scène des émotions dans L’Automne du Moyen Âge de Johan Huizinga. J’ai follement aimé notre complicité lorsque nous avons présenté à deux voix les résultats de notre enquête à l’université de Lille. Je me suis nourri de sa science des textes, aussi bien médiévaux que contemporains. J’ai admiré l’immensité de sa culture littéraire. J’ai jalousé la finesse et la précision de son écriture. L’article né de cette complicité en 2019 s’intitule « L’émotion comme désir de vie », un titre dans le lequel je vois aujourd’hui le reflet de l’homme. Un homme posé et malicieux, intensément présent et inattendu. Nous pensons aujourd’hui avec affection à son époux François, à ses parents, à ses am.i.e.s, à toutes celles et tous ceux qui l’ont aimé et qu’il a aimé.e.s.

Damien Boquet et Piroska Nagy

 

Laurent Smagghe, Les émotions du prince. Émotions et discours politique dans l’espace bourguignon, Paris, Classiques Garnier, 2012 (Bibliothèque d’histoire médiévale, 6). 49 euros.

 

 

 

Le prince, cet “athlète émotionnel”

Compte rendu de lecture par Damien Boquet (1er octobre 2012)

Il y a peu, à l’échelle des études historiques, de l’émergence d’une « histoire des émotions », au début des années 2000, au récent livre de Laurent Smagghe tiré de sa thèse de doctorat soutenue en Sorbonne en 2010. Une douzaine d’années à peine. Et pourtant, quel chemin parcouru ! Y eut-il jamais objet d’histoire – et quel objet, rien moins que la vie émotionnelle ! – qui émergea si brutalement et fut non moins rapidement saisi par les jeunes chercheurs ? J’ai toujours pensé que l’histoire des émotions atteindrait son « âge de raison » le jour où des historiens en intégreraient les questionnements sans avoir besoin de légitimer leur objet auprès d’une communauté historienne dubitative. Il semblerait que ce moment soit arrivé. Laurent Smagghe offre la première thèse d’« histoire des émotions » portant sur l’historiographie de la fin du Moyen Âge et celle-ci trône déjà comme un monument classique. L’auteur y traite non pas de psychologie affective mais des « procédés discursifs » sur les émotions des princes dans les récits historiques des XIVe-XVe siècles. L’espace d’observation correspond aux Pays-Bas bourguignons, l’analyse faisant la part belle aux ducs Valois, notamment à Philippe le Bon et Charles le Téméraire. La rhétorique des émotions que construisent les chroniqueurs et les mémorialistes reflète les pratiques de pouvoir dans le même temps qu’elle les modélise, les intègre dans un ordre symbolique. Ce sont dès lors des « situations de pouvoir jugées typiques » que l’auteur isole par priorité (échec militaire, négociation de paix, alliance entravée, succession), propres à reconfigurer les rapports de force. L’émotion dite, exprimée, manifeste simultanément la rupture d’équilibre et le processus de reconfiguration qui est en cours. Elle est le moment de l’instable, le lieu de l’action par lesquels l’événement advient.

Le livre de Laurent Smagghe est bâti sur deux constats acquis au terme d’une lecture extrêmement méticuleuse des sources historiographiques : 1) l’émotion tire sa valeur politique du corps physique du prince, véritable interface avec le monde et l’entourage ; 2) les approches catégorielles ou systématiques des émotions sont vouées à l’échec. De ces deux enseignements découle le plan de l’ouvrage : une première partie est consacrée à l’anatomie princière des émotions, et les deux autres parties traitent de quelques émotions choisies : essentiellement le « courroux » (qui fait l’objet de la deuxième partie) et le couple douleur-souffrance qui, associé à la joie, est étudié dans la troisième partie. Même si la théorie des deux corps du roi ne concerne pas directement les princes bourguignons, l’emprise de la métaphore organiciste du « corps de policie » est telle dans la culture politique de la fin du Moyen Âge qu’il est impossible de ne pas associer étroitement le corps naturel du prince et le corps social. Anthropologie politique et histoire des passions sont ainsi embarquées dans un destin commun dont Laurent Smagghe tisse magistralement les fils de la tradition. L’auteur reconnaît qu’il livre là une « longue mise en contexte » (qui occupe près d’un tiers du développement de l’ouvrage) mais celle-ci est pleinement justifiée, ne serait-ce que parce qu’elle rétablit un équilibre dans le champ français de l’histoire médiévale des émotions qui, jusqu’à il y a peu, était davantage centrée sur les sources philosophiques et religieuses, privilégiant les conceptions spirituelles et morales des « passions de l’âme ». Or, Laurent Smagghe montre bien que le discours politique des émotions princières est surtout influencé par une vulgate médicale qui sollicite la théorie des humeurs et confère au prince la fonction de medicus rei publicae. Il en résulte tout un jeu d’analogies et de correspondances entre la complexion émotionnelle du prince – son tempérament –, ses aptitudes à gouverner et l’état du corps social. Certes, il arrive qu’on perde un peu de vue dans cette partie la mire émotionnelle pour des considérations plus vastes sur la morphologie idéale du prince, le rôle du visage et de ses orifices comme interfaces, mais c’est une façon pour l’auteur de refuser aussi bien le cloisonnement de son objet que la surinterprétation. L’émotion ne peut être séparée de sa réalisation physique d’un côté, laquelle passe essentiellement par l’expressivité du visage et la gestuelle, et de sa réalisation verbale de l’autre. On comprend dès lors qu’il est difficile d’établir des règles trop générales : si l’idéal de la juste mesure, dans la constitution physique comme dans l’expression des émotions, demeure la référence qui guide par exemple le portrait de Charles V par Christine de Pisan, Laurent Smagghe s’attache surtout à montrer la polysémie. Ainsi, Philippe le Bon et Charles le Téméraire sont dépeints par Chastellain et son continuateur Molinet tous deux comme des colériques (une caractéristique partagée par la lignée des ducs Valois). Mais chez le premier cette chaleur, qui marque son visage (des veines grosses et affleurant, des lèvres colorées), demeure sous contrôle et donc s’accorde avec l’autorité attendue d’un prince ; tandis que chez le second, incarnation de la mauvaise colère, l’excès qui n’est pas tempéré par une maîtrise suffisante sera la cause de sa perte.

De cette diversité interprétative d’une même disposition émotionnelle, l’auteur conclut que les émotions doivent être appréhendées non comme des catégories abstraites mais par l’intermédiaire du corps en mouvement qui tient le premier rôle dans ce qu’il appelle le « processus d’émotion ». D’où le choix de se concentrer sur un nombre réduit d’émotions, sélectionnées justement pour leur polysémie autant que pour leur aptitude à servir l’exercice du pouvoir. Les deux parties qui prennent à bras le corps la question de l’émotion (la colère et le diptyque joie-souffrance) sont elles aussi menées avec une grande finesse dans l’analyse, toujours en privilégiant l’étude fouillée de situations précises. Certains chapitres sont de véritables joyaux comme le chapitre 5, « l’errance sylvestre de Philippe le Bon », qui s’arrête sur une altercation entre le duc et son fils Charles le 17 janvier 1457. Depuis quelque temps le fils, excédé par l’influence grandissante de la famille des Croÿ sur le duc vieillissant, désobéit au père. Ce jour-là, Philippe convoque Charles dans sa chapelle et l’exhorte à se soumettre. Une fois de plus, il essuie un refus : la colère monte, explose, colorant de rouge un visage déformé. De nouveaux acteurs entrent dans la dramaturgie émotionnelle. Il y a d’abord la duchesse Isabelle, prenant fait et cause pour son fils. Elle est submergée à la fois par la peur, la douleur et la colère, offrant dans sa gesticulation exacerbée l’un des deux visages de l’émotivité féminine identifiée par Laurent Smagghe tout au long du livre (la femme amplificatrice et la femme modératrice de l’émotion). Puis c’est au tour du dauphin Louis, alors hébergé à la cour bourguignonne, d’intervenir, jouant avec abondance de larmes et de supplications humiliées la scène de soumission que le père n’a pu obtenir de son fils. Mais le duc demeure inflexible : « honteux de ses larmes », le dauphin quitte la scène en se cachant le visage dans sa manche. La suite du scénario sera lacrymale : tel un « Achille se retranchant de la communauté des hommes », le duc quitte sa cour de nuit et s’enfonce à demi nu dans la forêt humide pour y purger sa douleur. Pendant ce temps, le dialogue émotionnel se poursuit à distance sous la forme d’une « circulation liquide » : aux larmes de colère du duc errant répondent celles de douleur de la duchesse et de la jeune comtesse de Charolais. Au retour du duc, le conflit trouvera d’ailleurs une résolution temporaire dans une communion larmoyante des parties. Comme le conclut l’auteur, « gouverner, c’est cristalliser des liens implicites via les sentiments ». Dès lors, le surgissement de l’émotion, sa scénarisation, ne relèvent pas d’une description psychologique, encore moins d’un goût pour l’introspection de la part des chroniqueurs, mais déterminent, par l’action et l’enchaînement des réactions, les rapports de force et d’alliance en constante reconfiguration au sein de l’élite politique. La rhétorique des émotions participe de ce processus. Si le chapitre 5 offre la plus développée de ces études de micro-anthropologie historique, le livre abonde d’exemples traités avec la même profondeur et la même subtilité (je pense en particulier à la déploration de Marie de Bourgogne sur la place du marché de Gand en avril 1477 ou encore au « travail de deuil » chez Philippe le Bon après l’attentat de Montereau).

Dans son enquête sur la colère ou la souffrance du prince, Laurent Smagghe est guidé par une conviction qu’il réitère avec constance : aucune approche systématique des émotions, qu’elle se fasse par la lexicologie ou l’analyse catégorielle, n’est possible tant la polysémie du vocabulaire est forte, bien plus vaste qu’aujourd’hui. Il fait le même constat pour les motifs ou les manifestations associées : ils sont trop nombreux pour se soumettre à une approche sérielle. C’est ainsi que l’auteur montre que le courroux princier ne correspond pas, dans son contenu psychologique, à notre appréhension habituelle de la colère mais fluctue entre une « ire-douleur » et une « ire-colère », à quoi on pourrait ajouter une « ire-indignation » comme mise en acte préméditée de la colère princière. Au fil des exemples étudiés, Laurent Smagghe étoffe la palette des courroux politiques : les émotions associées (amour, tristesse, haine, etc.), les variations d’intensité, les évaluations changeantes, etc. La dernière partie sur la joie et surtout la souffrance fait preuve du même souci de singularisation. Ainsi l’étude des fonctions politiques des larmes est particulièrement aboutie. Laurent Smagghe souligne essentiellement la fonction d’homéostasie des larmes qui rétablissent un équilibre en tissant un espace imaginaire commun, entre deux individus mais aussi entre le prince et les corps constitués (ville rebelle, parlement). En prenant l’exemple du discours de Charles de Charolais devant les États de Flandre en octobre 1463, il décrypte parfaitement comment la communication lacrymale participe de la rhétorique princière. Alors que son père lui a coupé les subsides, Charles n’a d’autre choix que d’apitoyer l’assemblée en l’assurant de son amour : celle-ci émue verse des larmes et s’engage à aider le prince qui, en retour, pleure de reconnaissance. Les auteurs médiévaux maîtrisent parfaitement les ressorts de cette rhétorique de l’humide : ainsi, l’efficacité des larmes est-elle redoublée lorsqu’elles se mêlent à la pluie manifestant la perméabilité entre microcosme et macrocosme, dans un jeu de correspondances où le paysage devient visage.

Si l’on ne peut que suivre l’auteur dans son refus des lectures manichéennes et normatives de la rhétorique émotionnelle, on est parfois un peu frustré des limitations qu’il s’impose. Laurent Smagghe prend soin dès l’introduction de régler la question lancinante de l’authenticité et de la vérité de l’émotion. Ce n’est pas de cela qu’il s’agit dans les écrits mais de « procédés discursifs » : peu importe dès lors que le courroux ou la peine soient véritables, l’essentiel étant que le chroniqueur juge bon d’invoquer et de mettre en scène cette construction. En outre, il sait bien que l’historien lui-même ne peut aborder l’émotion comme objet d’histoire sans être lucide sur sa propre conception de l’émotion. Pour Laurent Smagghe, les émotions sont des dispositions affectives saillantes, communes au genre humain mais dont les modalités d’expression relèvent de la construction sociale et culturelle. Dans son approche de l’objet, l’auteur dit ne jamais perdre de vue les acquis des neurosciences. Universalité et interaction sont donc les deux principes qu’on retrouve dans sa définition de l’émotion, une définition assez longue et technique que l’auteur donne en conclusion. J’essaie d’en exprimer l’essentiel : les émotions répondent à des stimuli reçus par le corps qui se trouve en position d’interface avec le monde ; elles transmuent l’altération en signes, reconnus par le plus grand nombre, qui peuvent en retour introduire une perturbation dans l’entourage du sujet ému. Ainsi le dialogue symbolique qui résulte de ce processus d’interaction repose sur une double dialectique : entre un environnement culturellement construit et un donné corporel universel, et entre un intime subjectif et un extérieur (les manifestations physiques de l’émotion). On le comprend, ce « postulat du corps fondateur » conduit à admettre des « caractères a-historiques pour l’expressivité émotionnelle » qui sont cependant profondément modelés par l’interaction sociale dans toutes ses modalités construites et héritées. Cette conception, qu’on pourrait qualifier de culturalisme relatif, est donc parfaitement compatible avec l’historicité des émotions mais conduit à un paradoxe auquel le livre n’échappe pas toujours lorsqu’il met en garde d’un côté contre l’aporie d’une « vérité des émotions » (p. 411) et dénonce l’impasse d’une « vaine recherche de la pseudo-sincérité » (p. 25) tout en admettant d’un autre côté qu’il y aurait une réalité psychologique de l’émotion à débusquer derrière les mots (cf par ex. p. 232 et 414). De cette façon, le constat en forme de regret que l’auteur fait de façon récurrente comme quoi la labilité du vocabulaire est telle que l’objet semble se dérober me paraît résulter pour partie des conditions mêmes de l’enquête. De quelque façon qu’on retourne le problème, si l’on fait de l’émotion non pas une catégorie culturelle mais une disposition de la nature humaine (quand bien même cette disposition universelle est profondément acculturée), on ne peut échapper à la question de la « vérité » et de l’« authenticité » de l’émotion. D’où le cercle dans lequel l’historien s’installe, puisque par ailleurs l’étrangeté même des anthropologies du passé lui confirme qu’il n’y a aucune universalité dans l’émotion, qu’elle n’est qu’un objet d’aujourd’hui que nous exportons vers le passé, non pour construire une linéarité et des continuités forcées mais pour nous confronter avec l’altérité, comme un outil transitoire mais indispensable (parce qu’il n’y a pire illusion que de croire qu’on pourrait aborder les sources en faisant table rase de nos propres représentations) qui est appelé à être refaçonné, voire redéfini au fur et à mesure de l’exploration. Nul ne nie que le corps humain obéisse à des lois physiques communes à l’espèce, mais où est l’émotion dans le corps ? L’émotion n’est ni dans la contraction musculaire, ni dans la décharge hormonale. Elle n’est pas plus sur le visage qu’elle n’est dans la coloration ou le frissonnement de la peau : aucun stimulus n’est univoque, aucune réponse n’est obligatoire, aucune séquence n’est figée, ni dans son déroulement ni même dans son découpage comme séquence. Toute cette mécanique corporelle, universellement constituée des mêmes rouages au sein de l’espèce, et que l’espèce humaine partage avec une partie du monde animal, est pourtant entièrement orchestrée par la singularité de l’interaction, l’inertie des traditionnels acquis. L’émotion est comme un paysage, elle n’existe que comme composition, non en soi. Sans regard, sans intention, sans relation, elle n’est que la coïncidence d’éléments indistincts dans le monde plein du réel. Inutile donc de chercher l’émotion là où elle n’est pas mise en discours. Il n’y a pas de réalité émotionnelle qu’il conviendrait de débusquer derrière les mots mais un seul dispositif insécable où ressenti et signes manifestes du ressenti sont proprement indissociables, au risque d’être et l’un et l’autre anéantis. Si l’historien a raison de remplacer la question de la vérité par celle de l’efficacité de l’émotion, ce n’est pas la conséquence d’une contrainte méthodologique, due à la nature médiée de son terrain d’observation (les textes, les images), c’est tout simplement parce que c’est la seule question qui compte. Ainsi les pages que Laurent Smagghe consacre aux « embarras du lexique » de la colère (p. 230-235) sont très intéressantes justement parce qu’est abordée toute la plasticité portée par le vocabulaire mais on se demande s’il n’était pas possible d’aller plus avant dans cette tentative de reconstitution de la sémantique du courroux. Pourquoi supposer que ce foisonnement lexical du courroux constitue une forme d’imprécision ? Pourquoi déduire de cette « imprécision » qu’elle « reflète la gêne des auteurs à en décrire le cheminement psychologique » sinon une fois encore en gardant comme référant une chimérique « réalité psychologique de la colère » dont on pensait pourtant s’être débarrassé ? Avant d’être une colère hybride et polymorphe, le « courroux » des chroniqueurs n’est-il pas simplement un dispositif singulier, autre mais bien cohérent et stable à sa façon ? En ce sens, une approche franchement nominaliste, émancipée du carcan de l’universalité supposée de l’émotion, ne permettrait-elle pas de lever certaines barrières, donnant alors toute sa valeur aux analyses lexicales et sémantiques ? Il reste que dans le cadre d’une anthropologie où l’émotion est définie comme disposition universelle acculturée, Laurent Smagghe, par sa maîtrise remarquable de ses sources et une ouverture impressionnante aux différents savoirs de l’émotion (convoquant avec la même aisance les neurosciences, la psychanalyse ou la psychologie sociale), pousse l’analyse de la rhétorique émotive des princes aussi loin qu’il est possible et ainsi participe, aux côtés des grands pionniers que sont Gerd Altoff, Barbara Rosenwein ou William Reddy, à la refondation d’une histoire politique qui a longtemps snobé la part affective de l’humanité. Un temps désormais révolu.

 

 

Au plaisir des dieux

Expériences du sensible dans les rituels en Grèce ancienne

Source : Anacharsis

Adeline Grand-Clément, Au plaisir des dieux. Expériences du sensible dans les rituel en Grèce ancienne, Paris, Anacharsis, 2023

En Grèce ancienne les dieux étaient omniprésents, depuis les nuages jusqu’au moindre brin de romarin. Les rituels fleurissaient. Solliciter les divinités était à la fois fréquent et extraordinaire – et toujours possiblement dangereux.

On connaît les procédures mobilisées en ces instants fragiles de la « cuisine du sacrifice » ; on est moins renseignés sur l’éventail des sens qu’il fallait éveiller au moment crucial de la rencontre avec les dieux.
Adeline Grand-Clément se lance ici dans une enquête au plus près du ressenti des participants, cherche avec minutie à saisir la façon dont pénombre ou lumière, couleurs, odeurs, toucher, sons ou paysages modelaient des espaces sensoriels spécifiques, considérés comme efficaces parce que propres à satisfaire le plaisir des dieux. C’est tout un univers incarné qui se dévoile alors en feuilletage, des gestes et des paroles, des objets, des plantes et des animaux, des aliments et des liquides ingurgités. Le témoignage d’un rapport au monde et ses infinies composantes : une esthétique, dont il reste possible de faire son miel.

Colloque CIERA “Emotions politiques XIXe, XXe, XXIe siècles” – 8 & 9 juin 2023 – Sorbonne Université (Paris, Maison de la Recherche)

Source : Ciera

Ce colloque souhaite interroger le rôle, les significations et conséquences des émotions politiques sur la formation de groupes sociaux et dans l’établissement, par des groupes existants, de règles et valeurs aux fondements de leur vie commune aux XIXe, XXe et XXIe siècles. Il s’agit de mesurer comment différents degrés d’appropriation des émotions produites font l’histoire sociale du Politique. Si les émotions forment un axe fructueux et déjà institué de la recherche germanophone en histoire contemporaine, en France, l’attention portée aux sensibilités ou, moins souvent, aux émotions collectives, semble surtout enrichir les différentes approches d’histoire médiévale et moderne, moins celle des périodes les plus récentes. En sciences politiques, sociologie, ethnologie et anthropologie, cet objet a pourtant suscité de nombreux travaux français sur l’époque contemporaine. Ce colloque souhaite donc se consacrer à ce champ historique propre en établissant des passerelles entre les recherches francophone et germanophone portant sur l’histoire contemporaine, notamment en comparant – grâce aux différentes interventions – les divergences de traitement observables dans ces deux pays.

Programme

Jeudi 8 juin 2023 (Salle D223)

10:00 – 11:00: Conférence inaugurale: Alain Faure (Sciences Po Grenoble).

11:10 – 12:30 Émotions et cultures politiques
Modération : Charlotte Soria.

Haris Mrkaljevic (doctorant, ENS de Lyon) : « Heiterkeit und Gelächter : les réactions amusées au Reichstag entre 1871 et 1879. »
Bryan Muller (docteur et ATER en Histoire, UPJV) : « Haine, mépris et peur de l’Autre. La place des émotions dans le discours du gaullisme d’ordre (1968-1981). »

Discussion : Pierre-Marie Delpu (Université Libre de Bruxelles), Alain Faure (Sciences Po Grenoble).

12:30 – 14:00 Pause déjeuner

14:00 – 15:20 Émotions et mobilisation politique
Modération : Julien Corbel.

Thomas Caubet (masterant, Université Paris Cité) : « Quand la Commune exhume les crimes de l’église. Susciter l’émoi pour recharger l’engagement révolutionnaire. »
Charlotte Soria (docteure en histoire, SIRICE, Sorbonne Université) : « Émotions politiques et fêtes du 1er mai sous le Troisième Reich. »
Léa Silberzahn (doctorante, Sciences Po Paris) : « L’émergence d’une communauté de peur émancipatrice : retour sur la naissance de l’écoféminisme étasunien. »
Arthur Delacquis (doctorant contractuel, SIRICE, Sorbonne Université) : « Répandre une morale de l’environnement : émotion des politiques et politique par l’émotion dans les débuts de l’action publique environnementale française. »

Discussion : Quentin Deluermoz (Université Paris Cité), Alain Faure (Sciences Po Grenoble).

17 :15 – 18 :15    Table ronde : Alain Faure (Sciences Po Grenoble), Pierre-Marie Delpu (Université Libre de Bruxelles), Quentin Deluermoz (Université Paris Cité).

Vendredi 9 juin 2023 (Salle D040)

09:00 – 11:00 La musique, mobilisatrice d’émotions politiques
Modération: Charlotte Soria.

Julien Corbel (doctorant contractuel, CEREG, ED MAGIIE, Sorbonne Nouvelle) : « Jubilation ou souffrance ? Les émotions du Horst-Wessel-Lied. »
Maria Teresa Betancor Abbud (doctorante contractuelle, EHESS) : « Un répertoire à soi : la construction identitaire du mouvement féministe italien dans les années 70 à travers la pratique musicale. »
Clara Lucas (doctorante, Sciences Po Bordeaux) : « « Nou tyembo nou larg pa »/ « On lache rien » : analyser la discographie des Gilets Jaunes pour appréhender leurs registres émotionnels. »

Discussion: Esteban Buch (EHESS).

11 :20 – 12:00 Émotions politiques et changement social
Modération : Julien Corbel, Charlotte Soria.

Daniel Benedikt Stienen (docteur en histoire, Bayerische Akademie der Wissenschaften): « Der ‚Vaterlandsverräter‘ als emotionale Integrationsfigur. Die Fiktion ethnischer und normativer Homogenität in diskursiven Nationsbildungsprozessen. »

12 :00 – 13:30 Pause déjeuner

13:30 – 14:50 Weronika Adamska (doctorante contractuelle, EHESS/ Centre Marc Bloch) : « Les affects de l’état d’urgence. Une étude croisée Allemagne (1958-1968)/ France (2015-2022). »
Laura Moisi (post-doctorante, Technische Universität Dresden) : « Gefühlsstrukturen und gesellschaftlicher Wandel : Eine Fallstudie anhand von Diskursen zu Macht und Intimität in der Gegenwart. »

Discussion: Axel Dröber (IHA/ DHIP).

16:00 – 17:00        Conclusion.

Organisation

Julien Corbel (doctorant contractuel, CEREG – EA 4223, ED 625 MAGIIE, Université Sorbonne
Nouvelle), Charlotte Soria (docteure en histoire, UMR Sirice, Sorbonne Université)

Comité scientifique

Pierre-Marie DELPU, chargé de recherche FNRS, Université Libre de Bruxelles.
Alain FAURE, directeur de recherche CNRS en sciences politiques, Sciences Po Grenoble.
Sven Oliver MÜLLER, professeur en histoire contemporaine.
Armin OWZAR, professeur d’histoire moderne et contemporaine des pays de langue allemande, Université Sorbonne Nouvelle, Paris.

L’Expression des émotions et des sentiments en français

Sources : Classiques Garnier

Denis Le Pesant, L’Expression des émotions et des sentiments en français, Paris, Classiques Garnier, 2023

 

Le lexique du français comprend quelque 3 000 mots d’affect. Cet ouvrage présente une classification sémantique fondée sur des critères morphosyntaxiques, dans le cadre théorique des grammaires distributionnelles et transformationnelles.

Colloque – Online Conference on Histories of Disability and Emotions

Source : RMBLF

The history of disability and the history of emotions are now two well established fields. Historians of disabilities have often referred to and included emotions in their historical narratives. Examples of these are the existing histories related to the instrumental place occupied by pity in telethons, the tangible presence of rage and anger in histories of disability activism or the reference to (un)happiness in histories dealing with the emergence of special education. Despite the seemingly overall presence of emotions in disabilities histories, however, a more detailed examination of the role played by emotions in the history of disability is lacking. On the basis of a wide range of historical case studies the organizers of the conference Histories of Disability and Emotions aim at moving forward our knowledge and insights with regard to the methodological and theoretical approaches towards emotional histories of disabilities. 

Programme :

Tuesday, 13 June 2023

All time indications are CET. Paper presentations are limited to 15 minutes.

9.30 AM: Welcoming remarks and introduction by Sara Scalenghe (Loyola University Maryland), Ninon Dubourg (University of Liège) & Pieter Verstraete (KU Leuven)

10 AM: PANEL 1 – Emotional normativities through time (Chair: Pieter Verstraete)

  • Corinne Doria (Chinese University of Hong Kong): From Pride to Embarrassment: Perception of Myopia in the 19th Century and Early 20th Century
  • Beck Chamberlain Heslop (University of Manchester): Feeling the Way: Emotional entanglements of white canes in Britain, c. 1960-1980
  • Simonetta Polenghi & Anna Debè (Catholic University of the Sacred Heart): From Christian commiseration to patriotic pride. Eliciting emotions in readers of Italian children’s literature, magazines and school textbooks (1870-1930)

11.15 AM: Coffee break

11.30 AM: PANEL 2 – Biographical and archeological approaches to emotions (Chair: TBD)

  • Gregory Carrier (University of Toronto): Sorrowful Parents and Joyful Brothers: Emotions in Two Biographies of Hermannus Contractus
  • Mari Eyice (Stockholm University): Feeling dis/ability in 17th century Sweden
  • June-Ann Greeley (Sacred Heart University): Reading “The Lament of the Old Woman of Beare”: Gendered Old Age as Disability

12.45 PM: Lunch break 

2 PM: PANEL 3 – Disability, emotions and experience (Chair: Ninon Dubourg)

  • Michael Rembis (University at Buffalo): Madness, Affect, and Asylums in the 19th-century United States
  • Wendy Turner (Augusta University): Emotion, Mental Health, and Intellectual Disabilities in the Legal and Administrative Records of Medieval England
  • Silvia Carraro (University of Padua): Odi et amo? Daily Emotions towards Disabled People in Medieval Venice (14th-15th century)
  • Maja Bondestam (Uppsala University): Disability and hot nature: How emotional, not physical, traits disqualified people from work and good manners according to late 18th century Swedish medicine

3.30 PM: Coffee break

4 PM: Keynote 1 by David Turner

Wednesday, 14 June 2023

10 AM: PANEL 4 – Emotional approaches to illness and disability (Chair: TBD)

  • Saghar Bozorgi (University of Texas at Austin): Be Fearful and/but Heal Yourself : Analyzing Emotions about Disability and Healing in mid-20th Century Iran
  • Emanuele Piazza (Università degli Studi di Catania): Healing Disabilities in the Diaologi of Gregory the Great
  • Mia Edwards (University of Warwick): Physical Disability, Physicality, and Masculinity within the Plantation Labour System, 1800-1861
  • Nicole Reibe (Loyola University Maryland): Silent Solidarity: Deafness, Anger, and Action in the Work of Teresa de Cartagena

11.30 AM: Coffee break

11.45 AM: PANEL 5 – The body and emotional politics (Chair: TBD)

  • Bianca Frohne (Kiel University): Disability, Emotions, and Pain in Medieval and Early Modern Miracle Accounts
  • Jack Litchfield (Independent scholar): Maimed, Wounded, Febled, and Debrused: Feeling Hurts in Late Medieval English Martial Culture
  • Wei Yu Wayne Tan (Hope College): Disability and Illness in Quarantine: Hōjō Tamio and the Experience of Leprosy (Hansen’s Disease) in Modern Japan 

1 PM: Lunch break

2 PM: PANEL 6 – Disability, narrativity and emotional prosthesis (Chair: TBD)

  • Marla Carlson (University of Georgia): Blindness and Disgust in Medieval French Farce
  • Magdalena Matczak (Nicolaus Copernicus University): Osteobiographies of Disability and Emotions in Medieval Culmen, Poland
  • Marit Ronen (Independent scholar): Disgust and Disability, Gatekeeping in Early Medieval England
  • Abigail Greaves (University of Nottingham): Impairment, Sadness, and Hagiography in Early Medieval England 

3.30 PM: Coffee break

3.45 PM: Panel 7 – Agency, the disabled self and emotions (Chair: TBD)

  • Chayyim Holtkamp (The Citadel): Resistance in a Mental Institution: The South Carolina Lunatic Asylum as a Site of Patient Agency
  • Paul Van Trigt (Leiden University): Disabling suffering. Dutch self-advocates and pain (relief) during the 1990s
  • Timo Houtekamer (European University Institute): Symptoms or Self-Expressions? The Role of Emotions in Patient Files of People Diagnosed with Schizophrenia in Zurich, 1908-1950

5 PM: Coffee break

5.15 PM: Keynote 2 by Barbara Rosenwein

Thursday, 15 June 2023

10 AM: PANEL 8 – Performing emotions and disability (Chair: TBD)

  • Kalina Hadzhikova (Johns Hopkins University): Folly, Performance, and Emotional Regulation in Medieval England.”
  • Kirstie Stage (Christ’s College, University of Cambridge): ‘Piss on Pity’: Disabled Activists Challenging Narratives
  • Flora Amann (University of Jean Monnet): A Language of Emotions in the Age of Reason. Sign Language, Rationalism and Sensualism in Eighteenth-Century France
  • Esme Cleall (University of Sheffield): Dancing for Joy’: Disability and the Affective Connection in British Missionary Writing

11.30 AM: Coffee break

11.45 AM: PANEL 9 – Educational regimes of emotions and disability (Chair: TBD)

  • Shilpaa Anand (BITS Pilani, Hyderabad Campus): Being Sentimental, Being Enraged: Historicizing the Symbolism of Ekalavya’s Amputation
  • Gábor Bradács (Independent scholar): Claudi quoque et muti, surdique et paralitici a suis sunt infirmitatibus liberati. The perception of the disability in the medieval Hungarian hagiography between abhorrence and compassion
  • Léo Delaune (University of Strasbourg): Fear of humiliation, desire for humility: shame and physical disability in medieval exempla

1 PM: Lunch break

2 PM: PANEL 10 – Emotional knowledge and disablement (Chair: Sara Scalenghe)

  • Hilary Buxton (Kenyon College): Pride and Pity: Performing Emotion in Interwar South Asian Disability Petitions
  • Marco Di Giulio (Franklin & Marshall College): Contesting the Politics of British Prosthetic Care: Pain, Nativeness, and the Plight of Palestinian Jewish Amputees in WWII
  • Nathanje Dijkstra (Utrecht University): Navigating pain, fatique and misery. A practice-focused analysis of emotional expressions in workers’ disability benefit claims in the Netherlands (1901-1967)
  • Elif Küskü (Istanbul Technical University): Feelings of the Orthopedically Disabled: Arm and Leg Prosthesis Petitions in the Ottoman Empire 

3.30 PM: Concluding remarks 

Informations pratiques :

13 Jun 2023 09:30 AM to 15 Jun 2023 04:00 PM
Online via Zoom (Register below to get the Zoom-link)

Colloque – Amusement, Joy, and Having a Good Time in Mystical Texts

source : RMBLF

Mystics who suffered, through illness, asceticism, the withdrawal of divine grace, the ruthlessness of their critics, or just from the harshness of life, often dominate our readings of the texts of and about mystics. While these are crucial aspects of their experience, what is often overlooked are the moments of happiness and contentment that also exist in these works. The M&LEN 2023 Annual Conference will answer Amy Hollywood’s call to not only speak of suffering and pain in relation to female mystical lives, but also of joy. We will be exploring the “lighter” moments, looking at how mystical texts discuss happiness, joy, amusement, playfulness, and the enjoyment of life, as well as how pain and suffering are transformed into joy in some works.

Inscription : ici

Programme :

Wednesday, June 14th , 16:00-17:15 BST

Einat Klafter & AJ Langley – Welcome and Opening Remarks

Keynote Speaker: Peter Jones (Complutense University of Madrid): “When and When Not to Laugh: A Cistercian Guide “

Thursday, June 15th, 14:00-15:30 BST

Lauren Cole (Northwestern University): The Acoustics of Joy: Hildegard of Bingen’s Chants for St Rupert

Tatiana Barkovskiy (University of Warsaw): “Marguerite Porete’s Metaphysics of Love and Epistemology of Joy”

Hannah Victoria (Sorbonne Université): Be Gay: Theorising the Joyous Queer in Mystical Texts

Friday, June 16th, 14:00-15:00 BST

Lieke Smits (University of Antwerp): Who wants to play? The infant Jesus having a good time in mystical and devotional Practice

Philip Liston-Kraft (Harvard University): Hide and Seek: Christina von Hane and the Infant Jesus at Play

Friday, June 16th, 16:30-17:30 BST

Ngo Hin Cheng (KU Leuven): The Joy of the Bride and the Maidens in Bernard of Clairvaux’s Sermones super Cantica canticorum

Erin Risch Zoutendam (Duke University): Readers and Lovers: The Song of Songs as Hermeneutic in Hugh of Balma’s The Roads to Zion Mourn

“Il n’y a pas de cerveau des émotions” (Louis Quéré)

Source : PUF

Résumé

Les émotions humaines sont non seulement des phénomènes organiques, dotés d’un « avantage adaptatif », mais aussi des phénomènes biologiques transformés par un environnement social et culturel. Les recherches actuelles en neurosciences des émotions expliquent bien la composante biologique, mais prennent peu en considération la façon dont un milieu socio-culturel peut l’imprégner. Elles s’inspirent de la théorie de Darwin, tout en prêtant peu d’attention à l’un des principes auxquels celui-ci rapportait l’expression des émotions chez l’homme et les animaux : « l’association d’habitudes utiles ».

Cet ouvrage présente et discute les principales approches actuelles en neurosciences des émotions. Il tente de définir précisément les limites de ce qu’elles peuvent nous apprendre. Il pointe le caractère problématique de certains de leurs présupposés, en particulier leur propension à amalgamer le vocabulaire psychologique ordinaire, dont relève la notion d’émotion, et celui des sciences naturelles. Il s’applique enfin à penser à nouveaux frais l’« avantage adaptatif » des émotions humaines, et à expliquer, à l’aide d’une théorie des habitudes émotionnelles, la capacité d’un environnement culturel à pénétrer la dimension organique de ces émotions.

Critique dans “Non fiction” : https://www.nonfiction.fr/article-11713-non-le-cerveau-na-pas-demotion.htm

 

[16 mai 2023] Journée d’études : Dévotion et émotions. Pour une approche croisée des images et des textes

Source : CESCM

• Mardi 16 mai 2023 – 9h / 17h

• En présentiel à Poitiers et en visioconférence (voir fin du billet)

Hôtel Berthelot – salle Crozet – 24 rue de la chaîne – Bât. E13

Ouvert à toutes et tous

Programme :

9h / 12h20 – Session du matin

Présidence : Damien Boquet (Université d’Aix-en-Provence)

9h – Accueil
9h10 – Marcello ANGHEBEN (Université de Poitiers, CESCM) : Présentation de la journée.
10h – Nicolas BALZAMO (Université de Neuchâtel) : Condamner, justifier ou expliquer : les théologiens et la question des émotions suscitées par les images cultuelles.

10h40 – Pause

11h – Marielle LAMY (Sorbonne Université Lettres) : La dimension émotive et imaginative dans les méditations d’Étienne de Salwey, O. Cist. (début XIIIe siècle).
11h40 – Mathieu BEAUD (Université de Lille) : Impression visuelle et émotions : remarques sur l’enluminure de psautiers du XIIe siècle.

14h / 17h – Session de l’après-midi

14h – Catherine NICOLAS (Université Paul-Valéry Montpellier III) :
Compassion, componction, conversion : thématisation de la réception des semblances graaliennes par le texte et par l’image dans le Lancelot-Graal.
14h40 – Julia Maria GARCIA MORALES (Universidad de Murcia) : La Compassio Mariae dans la Péninsule ibérique.

15h20 – Pause

15h30 – Bertrand COSNET (Université de Lille, IRHiS) : L’iconographie de la tristesse aux XIIIe et XIVe siècles : entre acédie et componction.
16h10 – Anne-Laure IMBERT (Université Paris I Panthéon-Sorbonne) : Dévotion et émotion dans la peinture siennoise (Trecento, Quattrocento)
16h10 – Conclusion

Informations complémentaires

Contact :   marcello.angheben@univ-poitiers.fr

Visioconférence

• Inscription préalable requise, par mail auprès de : marcello.angheben@univ-poitiers.fr

• Lien de connexion : https://univ-poitiers.webex.com/meet/marcello.angheben

Sensibilità moderne

Storie di affetti, passioni e sensi (secoli XV-XVIII)
A cura di Alessandro Arcangeli, Tiziana Plebani
et voici une belle et récente recension : sole24ore16.04.23.arcangeli-plebani
In breve

Sensi ed emozioni contribuiscono da anni ad arricchire la ricerca storica consentendo di rivisitare, con uno sguardo rivolto anche all’antropologia, l’esperienza di vita di donne e uomini del passato; un universo percettivo e affettivo che, in una molteplicità di contesti, apre a diversi paesaggi sonori o olfattivi, così come a […]

EMMA alla Sapienza, le 19 avril 2023

J’ai eu la chance de pouvoir parler d’émotions collectives et de la Pataria milanaise à la Sapienza, sur l’invitation du prof. Umberto Longo. C’est la première fois que je parlais à une salle pleine d’étudiants italiens… Je crois que notre travail intéresse ici…  GRAND MERCI Umberto pour l’invitation, et à Antonio Musarra pour les photos !!!

De plus, j’ai eu un grand plaisir d’exposer où je suis arrivée au bout de 3 mois et un peu plus, avec mon projet de livre : si  à mon arrivée à Rome, j’avais la pâte qui me collait encore aux mains, là j’ai un pain bien formé à mettre au four !!! La cuisson sera encore un bon bout de temps…  mais quelle joie ! Gratitude pour ces mois extraordinaires à l’EFR.

Ho avuto la fortuna di parlare delle emozioni collettive e della Pataria milanese alla Sapienza, invitata per Umberto Longo. È la prima volta che parlavo in italiano a una sala piena di studenti ! Mi sembrava che nostro lavora gli ha interessati. GRAZIE, Umberto per l’invito, Antonio Musarra per le foto !!!

Di più, ho avuto il piacere immenso di esponere dove sono arrivata dopo 3 mesi a Roma col mio progetto di libro. Se quando sono arrivata a Roma l’impasto mi si appiccicava ancora alle mani, ora ho una pagnotta ben formata da mettere in forno! Ci vorrà molto tempo per la cottura… ma che gioia! Tutta la mia gratitudine per questi mesi straordinari all’EFR.

 

Émotion, expérience et histoire. Entretien avec la médiéviste Piroska Nagy

 

Un entretien avec Piroska Nagy, actuellement en résidence à l’École française de Rome, conduit par Chloé Tardivel, où elle relate son parcours, depuis l’histoire des émotions jusqu’à l’histoire des expériences collectives qu’elle explore dans un livre en préparation sur la pataria milanaise. A lire ici.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search