Moyen Âge en Émoi

MOYEN ÂGE EN éMOI

Neuvièmes journées internationales d’études médiévales

des Jeunes Chercheurs Médiévistes de l’UNIGE & de la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Lundi 4 – mardi 5 mars 2019
UNIGE – Batelle A

Lundi 4 mars 2019

09h00     Accueil des participants

Session I : Introduction

09h30     Présentation des Journées par les organisatrices

09h45     Conférence inaugurale

Damien Boquet (Université d’Aix-Marseille)
& Piroska Nagy (Université du Québec à Montréal)
« L’émotion, du discours à l’histoire sociale »

11h30 Pause

Session II : Émotions rédemptrices

Modération par Floriane Goy

12h00     Claire Donnat-Aracil (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)
« Pour une lecture théologique des émotions. La joie et la regio dissimilitudinis dans les contes religieux du XIIIe siècle »

12h40     Sarah Gouin-Béduneau (Université de Poitiers)             

« L’émotion romane créatrice d’images : le développement des cycles de l’Enfance du Christ dans la sculpture monumentale en France aux XIe-XIIe siècles »

13h20 Repas de midi – sandwiches à la Bible

Session III : Cristallisations des émotions

Modération par Alessandra Costa

15h00     Cyriane Rohner-Ouvry (Université de Strasbourg)
« L’émotion et la dévotion dans le Lignum Vitae de Bonaventure et dans l’Albero della Vitae de Pacino di Bonaguida »

15h40     Cécile Maruéjouls (Université de Poitiers)

« La transformation par l’émotion : la componction au cœur de sainte Marie l’égyptienne (XIIe-XVe siècle) »

16h20     Léo-Paul Blaise (ENS Lyon)

« L’imagerie pieuse dans La Belle Hélène de Constantinople : nouveaux aspects de l’émotion épique »

Mardi 5 mars 2019

09h00     Accueil des participants

Session IV : Émotions performées

Modération par Pauline Quarroz

09h30     Alessandra Costa (Université de Genève)
« Traduire l’expérience émotionnelle de la prédication en peinture ? Quelques réflexions autour du Portement de croix de Saint-Antoine de Ranvers (Turin) »

10h10     Lucie Kaempfer (University of Oxford)
« Traduire l’émotion dans les Lais Bretons »

10h50     Marie-Emmanuelle Torres (Université Aix-Marseille)

« Exulter avec modération. Des émotions liturgiques au monastère byzantin ? »

11h30 Pause

Session V : Mécaniques des émotions

Modération par Aude Sartenar

12h00     Gavino Scala (Università degli studi di Siena – Universität Zürich)
« Princes et émotions : quelques remarques philologiques, linguistiques et interprétatives sur les movemenz de courage dans la première traduction française du De regimine principum »

12h40     Camille Carnaille et Vincent Deluz (Université de Genève)
« L’orloge amoureus de Jean Froissart : quand la mécanique se met au service de l’art d’aimer »

13h20 Repas de midi

Session VI : Émotions identitaires

Modération par Olivier Silberstein / Camille Carnaille

15h00     Anne-Gaëlle Weber (Université du Québec)
« « Le bon, la brute et le barbare » : les émotions au service de la disqualification du païen du païen, dans l’hagiographie missionnaire carolingienne »

15h40     Giuseppe Perta (Università per Stranieri Dante Alighieri di Reggio Calabria)
« Le choc, la colère et le mépris. Al-Hakim aux yeux des chrétiens du onzième siècle »

16h20 Conclusion et verrée de clôture

The Game of Love in Georgian England

Cover

Source : OUP

The Game of Love in Georgian England

Courtship, Emotions, and Material Culture

Sally Holloway

Courtship in Georgian England was a decisive moment in the life cycle, imagined as a tactical game, an invigorating sport, and a perilous journey across a turbulent sea. This volume brings to life the emotional experience of courtship using the words and objects selected by men and women to navigate this potentially fraught process. It provides new insights into the making and breaking of relationships, beginning with the formation of courtships using the language of love, the development of intimacy through the exchange of love letters, and sensory engagement with love tokens such as flowers, portrait miniatures, and locks of hair. It also charts the increasing modernization of romantic customs over the Georgian era – most notably with the arrival of the printed valentine’s card – revealing how love developed into a commercial industry. The book concludes with the rituals of disintegration when engagements went awry, and pursuit of damages for breach of promise in the civil courts.

The Game of Love in Georgian England brings together love letters, diaries, valentines, and proposals of marriage from sixty courtships sourced from thirty archives and museum collections, alongside an extensive range of sources including ballads, conduct literature, court cases, material objects, newspaper reports, novels, periodicals, philosophical discourses, plays, poems, and prints, to create a vivid social and cultural history of romantic emotions. The book demonstrates the importance of courtship to studies of marriage, relationships, and emotions in history, and how we write histories of emotions using objects. Love emerges as something that we do in practice, enacted by couples through particular socially and historically determined rituals


Emotions and Gender in Byzantine Culture


Source : Springer

This book examines the gendered dimensions of emotions and the emotional aspects of gender within Byzantine culture and suggests possible readings of such instances. In so doing, the volume celebrates the current breadth of Byzantine gender studies while at the same time contributing to the emerging field of Byzantine emotion studies. It offers the reader an array of perspectives encompassing various sources and media, including historiography, hagiography, theological writings, epistolography, erotic literature, art objects, and illuminated manuscripts. The ten chapters cover a time span ranging from the early to the late Byzantine periods. This diversity is secured by an expanded and enriched exploration of the collection’s unifying theme of gendered emotions. The scope and breadth of the chapters also reflect the ways in which Byzantine gender and emotion have been studied thus far, while at the same time offering novel approaches that challenge established opinions in Byzantine studies.

Une histoire du sensible : la perception des victimes de catastrophe du XIIe au XVIIIe siècle

Source : Brepols

T. Labbé, G. J. Schenk (eds.), Une histoire du sensible : la perception des victimes de catastrophe du XIIe au XVIIIe siècle,
Actes du colloque international tenu à Lors (Allemagne, Hesse) du 11 au 14 décembre 2014.

Cet ouvrage se propose de réfléchir à la construction historique de la condition de victime, en relation avec les événements traumatiques dans l’Europe médiévale et moderne. Dans le contexte contemporain, le discours et la gestion des situations de catastrophe ou de mort de masse s’organisent en priorité autour de la place des victimes dans la fabrique événementielle. Cette attitude de la société contemporaine face à la dévastation, qualifiée tantôt de « compassionnelle », tantôt « d’humanitaire », ou bien encore de « tragique », reflète une forme de sensibilité qui définit en premier lieu la réalité catastrophique comme un drame.

Une telle approche de la souffrance possède-t-elle cependant une histoire ou constitue-t-elle une constante anthropologique de la société occidentale ? Quel regard les sociétés médiévales et modernes ont-elles posé sur cet aspect autant éthique que social du réel ? Les essais réunis dans ce volume proposent d’offrir quelques pistes de réflexion. À la lecture ambiguë de la victime au Moyen Âge, entre souffrance et responsabilité, la Renaissance semble commencer à proposer une vision plus « tragique » des individus souffrants. Les victimes peuvent dès lors entrer progressivement dans une politique des émotions qui triomphe au XVIIIe siècle.

Thomas Labbé est chercheur associé à l’UMR CNRS 6298 ARTeHIS, Université de Bourgogne.

Gerrit J. Schenk est professeur d’histoire médiévale à l’université de Darmstadt. Table of Contents

Thomas Labbé, Gerrit Jasper Schenk, Introduction : une histoire de la perception des victimes de catastrophe

I Penser la souffrance au Moyen Âge : concept et dimension sociale des victimes

Jutta Eming, Exzellenz des Opfers in Hartmanns von Aue Der arme Heinrich. Mit Überlegungen zur Funktion von gelieben und weiteren Emotionswörtern

Thomas Labbé, Émotions et raison face à l’événement calamiteux au XIVe siècle : le De remediis utriusque fortunae de Pétrarque

Philine Helas, „… und sie bekundeten ihm ihre Teilnahme und trösteten ihn wegen all des Unglücks …” Die Hiobsgeschichte in der italienischen Malerei des 14. und 15. Jahrhunderts

Geneviève Dumas, Montpellier face aux mortalités à la fin du Moyen Âge: discours, prise en charge et matérialité des victimes

II La violence des autres : perception et signification des victimes de guerre (XIVe-XVIIe siècle)

Guilhem Ferrand, Victimes, psychopathologies et traumatismes de guerre en Rouergue (Aveyron, France, XIVe-XVe siècles)

David El Kenz, Les victimes des massacres des protestants dans les guerres de Religion (v. 1550-v. 1600) : du « tas de mort » à la « mort collective »

Oury Goldman, L’âge des victimes universelles ? Loys Le Roy et la vision globale de la catastrophe au XVIe siècle

Andreas Bähr, Commiseratione tactus: Vom ‚Mitleiden‘ mit den Opfern des Dreißigjährigen Krieges

III Une politique prémoderne des victimes ? L’usage des émotions comme levier social du XVIe au XVIIIe siècle

Mauricio Onetto Pavez, Catastrophes aux antipodes de l’Europe. Représentations, imaginaires et sensibilités d’un vieux monde au Nouveau Monde. Le cas du Chili aux XVIe et XVIIe siècles

Domenico Cecere, Chiara Di Caprio, Stratégies de communication et plans de reconstruction après le tremblement de terre de 1783 en Calabre

Conférence EMMA à l’université de Bordeaux (lundi 10 décembre, 17h30-19h30)

Conférence sur l’anthropologie des émotions, Damien Boquet, 10 décembre 2018
10/12 : 17h30 – 19h30Damien BOQUET (Université Ax-Marseille) présentera une conférence : 
lundi 10 décembre 2018 de 17h30 à 19h30, Amphi archéo (ACH005) de la Maison de l’archéologie – université Bordeaux Montaigne – 8, esplanade des Antilles, 33600 Pessac 
dans le cadre de la Master Class d’histoire médiévale
sur le sujet : “L’anthropologie des émotions à l’honneur”. 

Émotions et démocratie

Émotions et démocratie
 «Les moments où « l’Histoire sort de ses gonds » (Michelet)
Le Serment du Jeu de paume, 20 juin 1789


(Jacques-Louis David : 1791-1792 /Musée national du Château de Versailles)
Le rôle politique des émotions et leurs effets d’ébranlement dans la culture démocratique nous intéresseront tout au long du cycle conjoint de cette année académique 2018-19. Nous scruterons les moments décisifs quand les autorités en place prennent peur et qu’elles transforment cet effroi en le projetant vers leurs ennemis, intérieurs ou extérieurs. Ce qui implique tout autant le passage par les représentations que leur transcription en termes d’actions politiques, de revendications populaires, de luttes de groupes.
On se demandera comment ces phénomènes qui traversent l’Histoire et qui accompagnent les révolutions, de l’Antiquité à la Modernité, relèvent également des combats d’opinion, des rivalités de l’imaginaire, et aussi de leurs déclinaisons concrètes dans des émotions et autres passions, qu’elles soient canalisées par des rites, du décorum, des discours, des manifestations, des massacres, des exécutions ou des fêtes collectives de l’unité rêvée.
 Automne 2018 Jeudi 27 septembre : Jean-Claude Simard (Cegep de Rimouski), Typologie de la vie affective, émotions et politique. Avocat du diable : Luc Faucher (Philosophie-UQAM). Jeudi 11 octobre : Alexis Richard (Institut Grammata), Les émotions chez Démosthène : Le serment sur les morts dans le Discours sur la Couronne. Avocat du diable : Vanessa Molina (Institut Grammata). Jeudi 8 novembre : Ida Giugnatico (U de Calabre-UQAM), La circularité de l’expérience esthétique et extatique chez Simone Weil. Avocat du diable : Marie-Josée Lavallée (U. de Montréal).
Jeudi 6 décembre : Pascal Bastien (Histoire, UQAM), Les émeutes Réveillon, 27-28 avril 1789. Avocat du diable : Geneviève Lafrance (Études littéraires, UQAM)

Le genre des émotions

Source : Clio

Couverture Clio 47

Les émotions sont souvent considérées comme un puissant marqueur de genre, jouant un rôle central dans les délimitations culturelles et sociales du masculin et du féminin, les hommes étant considérés comme plus rationnels et maîtrisant mieux leurs émotions que les femmes. Ce stéréotype mérite d’être dépassé en le confrontant à des représentations et à des pratiques bien plus complexes, en refusant d’opposer raison et émotion, en dénaturalisant les émotions et en déconstruisant les stéréotypes de genre. Nous menant de l’Antiquité gréco-romaine au Soudan contemporain en passant par le Moyen Âge, la Révolution française ou la Grande Guerre, ce numéro de Clio se propose donc de revisiter l’articulation entre émotion et différence des sexes en historicisant ces concepts, en identifiant socialement les acteurs, en étant très attentif au contexte documentaire, en prenant en compte l’ensemble des émotions et en interrogeant simultanément le masculin et le féminin. Il permet finalement d’observer ce que le genre fait aux émotions et ce que les émotions font au genre.

Damien Boquet et Didier Lett Les émotions à l’épreuve du genre [Texte intégral]

Dossier

Regards complémentaires

Documents

Varia

Clio a lu « Le genre des émotions »

Boiardo innamorato. Passione e fantasia in versi

Source : Unimore

Modena e Scandiano ricordano il Boiardo venerdì 12 e sabato 13 ottobre

Il Dipartimento di Studi Linguistici e Culturali di Unimore, in collaborazione con il Centro Studi Matteo Maria Boiardo di Scandiano (RE), promuove due giornate di studio su Matteo Maria Boiardo, il famoso letterato italiano del Quattrocento, dal titolo “ Boiardo Innamorato. Passione e fantasia in versi ”. I lavori inizieranno venerdì 12 ottobre, alle ore 10.00, presso l’Aula Magna del Dipartimento di Studi Linguistici e Culturali (Largo Sant’Eufemia, 19) a Modena e proseguiranno sabato 13 ottobre, alle ore 11.00, presso la Rocca dei Boiardo (Viale della Rocca) a Scandiano (RE).

Il titolo del convegno “Boiardo innamorato” è un gioco di parole che ricorda non soltanto il poema più conosciuto del poeta nativo di Scandiano (Orlando innamorato), ma allude anche alla dimensione fantastica e meravigliosa delle passioni amorose.  L’iniziativa si inserisce nel progetto di ricerca “Narrare le passioni in Europa”, coordinato dalla dott.ssa Elisabetta Menetti, ricercatrice di Unimore, e vuole essere un’occasione per riflettere sulla funzione sociale della lettura dei classici italiani nella nostra contemporaneità.

Il programma dei lavori prevede il saluto di apertura del prof. Lorenzo Bertucelli, prossimo Direttore del Dipartimento di Studi Linguistici e Culturali di Unimore, cui seguirà la prima sessione di attività introdotta e presieduta dalla dott.ssa Elisabetta Menetti, che spiegherà le ragioni del convegno. Interverrà il libraio antiquario Fabrizio Govi, che presenterà per la prima volta al pubblico la pregiatissima edizione a stampa di Nicolò Zoppino del 1521 (Libri tre de Orlando inamorato del Conte de Scandiano Mattheo Maria Boiardo) con la prosecuzione di Nicolò Degli Agostini ( Incomincia il quarto libro de lo innamoramento de Orlando). Seguiranno gli interventi di Maria Cristina Cabani (Università di Pisa) su Scene d’amore nell’ Inamoramento; Alessio Decaria (Università di Siena) su «Non è nel mondo magior passïone». Appunti sulla gelosia nell’ Inamoramento de Orlando; Tiziano Zanato (Università di Venezia) su Antonia, o del pensier fole; Sara Belotti (Università di Modena e Reggio Emilia) su Raccontare il territorio attraverso le mappe. La cartografia ai tempi del Boiardo. La seconda sessione, che avrà inizio alle ore 14.00, sarà presieduta dalla prof.ssa Cristina Montagnani dell’Università di Ferrara. Seguiranno le comunicazioni di Elisa Curti (Università di Venezia) su Boiardo furioso: rabbia e ira nell’ Inamoramento de Orlando; Giuseppe Ledda (Università di Bologna) su Boiardo e il bestiario delle passioni; Tina Matarrese (Università di Ferrara) su «Non è in somma amor, se non insania»: dall’ira furiosa alla pazzia; Andrea Severi (Università di Bologna) su «Deliberarno la lor passïone / cantando l’uno a l’altro far palese»: la bucolica “fervida e passionata” di Matteo Maria Boiardo.

Chiuderà i lavori di questa prima giornata il concerto del Collegium “In Armonia Salus”: danze e musiche amorose tra il XV e il XVI (Clara Fanticini, violino; Michele Gaddi, clavicembalo; Francesco Gibellini, cornetto; Flavio Spotti, percussioni).

La seconda giornata di studi si terrà sabato 13 ottobre a Scandiano (RE), presso la Rocca dei Boiardo, avrà inizio alle ore 11.00, con i saluti del Sindaco di Scandiano, Alessio Mammi, e dell’Assessore ai Saperi, Alberto Pighini. In questa sessione conclusiva, presieduta dalla professoressa Tina Matarrese dell’Università di Ferrara, si inseriscono gli interventi di Davide Dalmas (Università di Torino) su Le passioni raccontate; Cristina Montagnani (Università di Ferrara) su La magia del potere: Boiardo e le politiche estensi.

Le due giornate di Modena e di Scandiano, rivolte a studiosi e appassionati del Boiardo, agli studenti universitari e delle scuole superiori, sono riconosciute come aggiornamento scientifico degli insegnanti di letteratura italiana.

Stories of Psychology – The History of Emotions

Source : eventbrite

Description

The annual Stories of Psychology public event on aspects of the history of psychology takes its theme this year as ‘The History of Emotions’.

The event is aimed at a general audience so will be of interest not only to psychologists and historians but also to anyone with an interest in emotions.

Speakers include:

  • Dr. Paul Sullivan (Bradford University)
  • Prof. Fraser Watts (University of Lincoln)
  • Dr. Sally Holloway (Oxford Brookes University)
  • Dr. Sarah Chaney (Centre for the History of the Emotions, Queen Mary)
  • Dr. Richard Firth-Godbehere (Centre for the History of the Emotions, Queen Mary)
  • Dr. Tiffany Watt-Smith (Centre for the History of the Emotions, Queen Mary)
  • Prof. Thomas Dixon (Centre for the History of the Emotions, Queen Mary)

Following the speakers there will also be a panel discussion

The registration fee includes welcome refreshments and a light buffet lunch.

Event webpage: www.bps.org.uk/stories