La foule Émotive. Histoire d’un topos de l’Antiquité à l’époque contemporaine (EMMA7)


Raymond Mason, La Foule illuminée (1985), Montréal,

La foule émotive :

Histoire d’un topos de l’Antiquité à l’époque contemporaine

Aix-en-Provence, MMSH, 13 mars 2019

Salle Georges Duby

            Lors de cette deuxième journée d’études consacrée aux émotions collectives, nous proposons de réfléchir à la notion de foule émotive en histoire. À une époque où les questionnements sur la démocratie et les « populismes » sont plus que jamais d’actualité, une telle enquête historique et anthropologique sur le topos de la foule émotive appelle assurément une exigence particulière. Malgré le dynamisme récent de l’histoire des émotions, la question des usages historiques de la notion d’émotion collective et son lien avec la pensée et l’image de la foule a été jusqu’à présent peu abordée. La notion d’émotion de foule / de foule émotive émerge à un moment historique bien particulier, celui de la constitution d’une psychologie sociale entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle (Tarde, Le Bon, Durkheim, etc.), au temps où les « classes laborieuses » surgissent comme acteurs incontournables sur la scène politique. Depuis lors, l’émotion collective n’a jamais été un outil conceptuel anodin pour saisir le partage émotionnel à l’intérieur d’une collectivité de personnes : elle participe d’emblée d’un discours politique sur la foule, sur le peuple. Le plus souvent elle constitue la foule en sujet tout en l’amputant de tout projet critique, nourrissant une vision régressive des masses animalisées, par nature inaptes à se gouverner par elles-mêmes. Les masses sentent, elles ne pensent pas. À l’inverse, cette conception fusionnelle de l’émotion commune peut nourrir un discours apologétique : la foule devient le lieu d’affranchissement du peuple qui sait le vrai parce qu’il sent ensemble, où s’exprime sa capacité d’action.

            Notre regard se concentrera sur la foule, ce rassemblement humain en situation qui se définit avant tout par son ancrage ici et maintenant, dans une unité de temps et de lieu (même s’il peut être intéressant de mettre en série ces rassemblements) ; une foule donc que nous distinguerons de la notion plus large et abstraite de « peuple » mais aussi d’un simple rassemblement fortuit de personnes : il y a « foule » lorsqu’une multitude rassemblée est dotée, par une instance extérieure ou par les acteurs eux-mêmes, d’une intention, d’une motivation, d’un projet communs, saisis dans l’instant même de la présence physique.

            Cette journée d’études se donne donc pour objectif de faire l’archéologie de ce topos ambivalent de la foule émotive, profondément enraciné dans la vision contemporaine des mouvements de masse. Il s’agira d’interroger, dans des sources diverses de toutes périodes, le rôle de l’émotion dans la pensée et l’évaluation de la foule en mouvement. En somme, deux questions guideront notre réflexion : comment l’émotion permet-elle de faire d’une multitude rassemblée un corps singulier ? Comment la foule émotive est-elle perçue, jugée, évaluée par le regard qui la définit comme telle ? Il s’agira aussi de réfléchir aux transformations historiques de la notion, aux affrontements dans un même contexte entre plusieurs lectures de la foule émotive.

            Cette journée d’études s’inscrit dans une série de manifestations organisées par le groupe de recherche « Façons d’être » de l’UMR TELEMMe, dans le cadre du programme EMMA consacré à l’histoire des émotions, en lien avec le programme CRSH Faire événement. L’enthousiasme religieux des foules au Moyen Âge central conduit à l’UQÀM. Une première journée d’études s’est intéressée en novembre 2017 aux Conceptions et usages historiques des émotions collectives, du Moyen Âge à nos jours.

9h15 Accueil

9h30 Damien Boquet (AMU, UMR TELEMMe), Introduction

9h45-10h15 Sylvain Forichon (Université Bordeaux Montaigne, UMR 5607 Ausonius)

« L’émotivité des foules lors des spectacles dans le monde romain : analyse d’un topos dans la littérature ancienne »

            Les auteurs latins et grecs de la fin de la République romaine et de l’époque impériale ont eu recours dans leurs écrits à différents termes pour désigner les foules, notamment les masses urbaines de la capitale de l’Empire : multitudo, populus, plebs, uulgus, turba, πλῆθος ou encore δῆμος. Bien que ces expressions ne soient pas parfaitement synonymes, elles revêtent le plus souvent une connotation péjorative. D’une manière générale et quel que soit le lieu, la foule est souvent présentée dans la plupart des textes de la Rome antique comme ignorante (imperita), inconstante (incondita), agitée (tumultuosa), versatile (uentosa) ou encore inculte (indocta)…

            Elle est aussi facilement en proie à toutes sortes d’émotions. L’émotivité et la versatilité des masses urbaines se manifestent avec encore plus d’acuité dans les gradins des cirques, des théâtres et des amphithéâtres durant les spectacles. Les philosophes et les historiens païens, de même que les auteurs chrétiens, n’ont eu de cesse de dénigrer le comportement et l’émotivité des foules en ces occasions, que ce soit à Rome ou dans les autres grandes cités de l’Empire.

Nous nous interrogerons sur les raisons de cette perception dépréciative et nous essayerons aussi de voir dans quelle mesure le contexte des jeux et la forme spécifique des édifices de spectacles induisaient des réactions et des émotions collectives différentes de celles qui sont observées lors d’autres rassemblements humains dans d’autres types d’espace (forum, rues…). Notre propos se concentrera sur Rome, néanmoins nous évoquerons quelques exemples provinciaux.

10h15-10h45 Discussion

10h45-11h Pause

11h-11h30 Shane Bobrycki (Harvard University – Université de Vienne)

« La peur et la foule au haut Moyen Âge : le destin d’un topos délégitimant »

During the early Middle Ages (c. 500–1000), bad crowds were often depicted as fearful crowds. Fear, early medieval elites explained, motivated crowds of women to flail wildly in churches. Fear made gullible crowds assemble before pseudo-saints and pseudo-prophets. Fear inspired superstitious rabbles to put their faith in false rites and wicked beliefs. Fear (timor, pavor) was, for many early medieval critics of crowds, a proof of a crowd’s illegitimacy.

This should attract our attention. Early medieval elites were not, on the whole, opposed to crowds like their Roman and later medieval equivalents. In a deurbanized post-Roman political economy, the crowd was not, as it has been in so many other periods, a direct threat to elites. Crowds from c. 500 to c. 1000 therefore tended to evoke hierarchy and order. Words like turba and caterva — quintessential Latin words for an unruly crowd, with an ancient valence similar to “mob” or even “riot” — were regularly used to describe holy gatherings of saints and angels.

But unapproved religious gatherings could still pose dangers. Quasi-pagan processions, throngs who shouted to the moon, mobs who attacked “sky-people” fallen from heaven, and, most disturbingly, crowds who gave attention and donations to false relics and false prophets redirected charisma and resources. When attacking these collective behaviors, early medieval authors highlighted an emotion which proved a crowd’s illegitimacy: fear. This paper explores how fear came to be the quintessential delegitimizing emotion of the crowd during the early Middle Ages, and how this emotion came to be associated above all with two groups said to be particularly subject to it: rustics and women.

11h30-12h00 Piroska Nagy (UQÀM, UMR TELEMMe)

« L’émotion et la foule entre topos et récit d’événements, dans les premières sources narratives de la mobilisation patarine »

            Le mouvement patarin, révolte à la fois religieuse et politique s’inscrivant dans les débuts de la réforme grégorienne en Italie du Nord, a bouleversé la ville de Milan pendant près de 20 ans, de 1057 à 1075. Plusieurs sources narratives quasi-contemporaines en rendent compte, toutes bien sûr partisanes, deux chroniques milanaises opposées aux patarins, d’autres pro-patarines. En confrontant leur description de ce monde troublé, je tenterai de saisir comment chaque auteur utilise les termes et les motifs de la foule émue et quel lien ils établissent entre la parole des prédicateurs à l’origine des troubles et l’émotion des foules.  Je m’interrogerai sur ce que ces textes écrits sur le vif nous apprennent, au-delà des topoï, sur la vision de la mobilisation populaire et de l’émotion collective.

12h00-12h30 : Discussion

12h30-14h Pause déjeuner – Cafétéria de la MMSH

14h-14h30 Vincent Challet (Université Paul-Valéry Montpellier III)

« De quo…fuerunt dolentes & turbati : de la voix des dominés au discours des dominants (fin du Moyen âge) »

« Le propre d’une révolte, c’est d’avoir comme sujet une foule. Le propre du mouvement social, c’est d’avoir comme sujet une classe sociale ou un groupe organisé autour d’un projet » (P. Rosanvallon, Le Monde, 9/12/2018). En mettant en exergue cette citation de l’un des plus importants historiens du XIXe siècle, on voudrait tout d’abord montrer à quel point cette illusion d’une foule émotive dépourvue de tout projet organisationnel reste prégnante encore aujourd’hui dès lors qu’il s’agit de se pencher sur des mouvements de contestation dont la structure même paraît échapper à ces fameux « corps intermédiaires » qui structurent le système de représentation républicain.

            Or, une telle interprétation qui se contente de faire de la révolte l’expression des émotivités d’une foule inorganique, dépourvue, du moins en apparence, de chefs désignés et qui ne serait pas porteuse d’un véritable projet politique largement à l’œuvre par exemple dans l’opposition supposée entre la Grande Peur des paysans et la Révolution portée par des élites bourgeoises s’inscrit très nettement dans la filiation des jugements très négatifs portés tant par les chroniqueurs médiévaux que par les documents judicaires délivrés à l’issue des rébellions médiévales. Dès que la documentation le permet en effet, apparaît cet incontournable topos qui fait de toute rébellion la matérialisation d’une émotion née dans la foule et partagée par elle, à la manière, par exemple, dont les communes d’Île-de-France engagées dans la Jacquerie « s’esmeurent » ou dont les populaires des villes languedociennes n’agirent que sous le coup d’une fureur irraisonnée ou d’une indignation les visant à rejeter toute nouvelle imposition fiscale.

            Pointer toutefois l’apparition et le développement d’un tel topos ne saurait suffire à l’historien qui se doit de chercher à comprendre les raisons de l’utilisation récurrente d’une telle expression. Or, il paraît clair que lier rébellion et émotion demeure, dans le discours dominant, une arme de dé-légitimation politique qui vise à masquer le projet intrinsèque porté par les rebelles derrière une prétendue façade émotive, arme sémantique dont la redoutable efficacité explique la pérennité et la continuité jusqu’à aujourd’hui pour dénoncer encore tout récemment l’inanité politique du mouvement des « gilets jaunes ». Mais l’on notera aussi qu’un tel discours a, en outre, une fonction de déresponsabilisation de la part des élites puisqu’il vise également à rompre le lien politique entre les décisions prises au niveau politique – que ce soit au niveau de la royauté ou des magistrats urbains – et les réponses qu’elles suscitent au sein de la population pour le remplacer par une réaction purement émotive sur laquelle la rationalité des dirigeants ne saurait avoir de prise. En se refusant enfin à employer le terme même de peuple (populus) pour lui préférer celui de plebs ou de turba, le discours des élites médiévales permet aussi de constituer la chose politique – la res publica – en monopole d’une société politique restreinte, au sens où l’entendait Raymond Cazelles lorsqu’il définit ce concept.      

14h30-15h00 Jérémie Foa  (Aix-Marseille Université, TELEMMe, IUF)

« Faut-il être en foule pour tuer ? Réflexions sur la violence et la foule au cours du massacre de la Saint-Barthélemy (1572) »

Cette réflexion portera sur les violences collectives au cours du massacre de la Saint-Barthélemy et articulera deux questionnements étroitement liés : quels sont les mécanismes par lesquels, au cours d’une action violente destinée à tuer, émerge ce que les contemporains du massacre n’appellent pas encore une « foule » ? Quels sont les discours, contemporains puis historiographiques, qui ont contribué à forger cette vision du massacre comme imputable à « la foule » et quels sont leurs enjeux ? Autour de ces deux poles problématiques, le rôle des émotions sera interrogé prioritairement. Quelques questions peuvent ici rapidement être brossées :

  • Quelles émotions peuvent expliquer que des personnes s’assemblent en foule pour aller tuer leurs voisins ? Ainsi, quelle est la part de la peur, de la panique, de l’angoisse, du ressentiment, de la haine dans la détermination de l’action meurtrière ; peut-on imputer à ces groupes violents du désir, du plaisir, voire de la jouissance ? Il s’agira non seulement de s’interroger sur la capacité de ces émotions à « faire foule », c’est-à-dire à attirer, coordonner puis fusionner des individus, mais aussi à « faire violence » : est-ce que le fait d’être pris dans un groupe ou d’être submergé par l’émotion permet de s’affranchir plus aisément des interdits moraux ou d’éloigner le sentiment de culpabilité ?
  • La communication souhaiterait aussi analyser les vecteurs de l’émotion collective : si la haine des protestants peut constituer une motivation antérieure à l’existence de la foule, la foule en soi et par soi génère des émotions nouvelles, qui contribuent à leur tour à favoriser l’action meurtrière. Il s’agira ici de questionner le rôle des bruits, des chants, des slogans (tue ! tue !) mais plus largement de tous les stimuli sensoriels (écharpes blanches, mélange des couleurs, odeurs des corps, proximité des corps) dans le geste exterminateur : en quoi cette promiscuité sensorielle contribue-t-elle à entraîner les personnes dans la foule et l’action violente ? En quoi, pour le dire avec Simmel, la foule émotive accroît encore « l’intensification de la vie nerveuse » – typique de la grande ville – et peut ce faisant contribuer à l’action meurtrière ?
  • Immanquablement, ces interrogations emmèneront des questionnements lexicaux : quels sont les mots utilisés par les sources puis par les chroniqueurs pour désigner ces émotions ? Quels sont les enjeux pour les témoins puis pour les historiens d’attribuer à l’émotion collective la responsabilité de l’action meurtrière au détriment d’autres motifs plus rationnels (le pillage, le calcul politique, l’organisation bureaucratique) ? Surtout, la contribution entendra montrer comment ce discours sur la foule émotive a aussi contribué à occulter deux traits importants du massacre : quelques militants zélés, amis de longue date (l’inverse d’une foule) sont responsables d’une part non négligeable des violences ; leurs gestes meurtriers et spoliateurs sont rôdés, mécaniques, efficaces, pensés, stratégiques et calculés (l’inverse d’une émotion)[1]. On souhaiterait ce faisant montrer que le topos sur la violence du peuple, foule débridée et débraillée, a servi à détourner le regard sur l’écrasante responsabilité de bons bourgeois de Paris dans le massacre de la Saint-Barthélemy.

15h-15h30 : Discussion

15h30-15h45 : Pause

15h45-16h15 Jean-Jacques Courtine (Leverhulme Trust Visiting Professor, Queen Mary, University of London)

« La voix du peuple. Les émotions, le langage et la foule à l’aube de l’ère des masses »

            Une ère nouvelle s’ouvre dans les toutes dernières années du XIXème siècle, qui voit l’émergence de formes inédites d’observation et de réflexion sur les émotions humaines, et place celles-ci au centre de la vie individuelle, politique et sociale. En 1895, Gustave Le Bon publie La psychologie des foules, mais c’est bien de la puissance des émotions qu’il s’inquiète, de leur volatilité, de leur inquiétante contagion lorsqu’elles gagnent le champ politique. Le Bon, Tarde, ou Durkheim : ces ouvrages où s’inventent les sciences sociales font alors de la propagation des affects dans la vie publique une question essentielle.

            La question du langage y joue un rôle crucial : comment, de l’usage de la parole, surgissent les émotions qui s’emparent d’une masse humaine tout entière ?  Comment parle-t-on au peuple ? Et comment le peuple lui-même parle-t-il ? Comment endiguer et diriger la puissance aveugle des émotions « collectives » ? Et qu’entend-on au juste par-là ? A ces questions dont le siècle qui vient de s’achever a constitué la scène souvent tragique, on va tenter de lire la réponse qui fut apportée alors qu’il débutait, et qui allait engager son avenir.

16h15 Piroska Nagy (UQÀM, UMR TELEMMe), Conclusion

16h45 Discussion finale


[1] Le titre de cette contribution fait référence à l’article séminal de Nicolas Mariot, « Faut-il être motivé pour tuer ? Sur quelques explications aux violences de guerre », Genèses, 2003/4 (no53), p. 154-177.

Moyen Âge en Émoi

MOYEN ÂGE EN éMOI

Neuvièmes journées internationales d’études médiévales

des Jeunes Chercheurs Médiévistes de l’UNIGE & de la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Lundi 4 – mardi 5 mars 2019
UNIGE – Batelle A

Lundi 4 mars 2019

09h00     Accueil des participants

Session I : Introduction

09h30     Présentation des Journées par les organisatrices

09h45     Conférence inaugurale

Damien Boquet (Université d’Aix-Marseille)
& Piroska Nagy (Université du Québec à Montréal)
« L’émotion, du discours à l’histoire sociale »

11h30 Pause

Session II : Émotions rédemptrices

Modération par Floriane Goy

12h00     Claire Donnat-Aracil (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)
« Pour une lecture théologique des émotions. La joie et la regio dissimilitudinis dans les contes religieux du XIIIe siècle »

12h40     Sarah Gouin-Béduneau (Université de Poitiers)             

« L’émotion romane créatrice d’images : le développement des cycles de l’Enfance du Christ dans la sculpture monumentale en France aux XIe-XIIe siècles »

13h20 Repas de midi – sandwiches à la Bible

Session III : Cristallisations des émotions

Modération par Alessandra Costa

15h00     Cyriane Rohner-Ouvry (Université de Strasbourg)
« L’émotion et la dévotion dans le Lignum Vitae de Bonaventure et dans l’Albero della Vitae de Pacino di Bonaguida »

15h40     Cécile Maruéjouls (Université de Poitiers)

« La transformation par l’émotion : la componction au cœur de sainte Marie l’égyptienne (XIIe-XVe siècle) »

16h20     Léo-Paul Blaise (ENS Lyon)

« L’imagerie pieuse dans La Belle Hélène de Constantinople : nouveaux aspects de l’émotion épique »

Mardi 5 mars 2019

09h00     Accueil des participants

Session IV : Émotions performées

Modération par Pauline Quarroz

09h30     Alessandra Costa (Université de Genève)
« Traduire l’expérience émotionnelle de la prédication en peinture ? Quelques réflexions autour du Portement de croix de Saint-Antoine de Ranvers (Turin) »

10h10     Lucie Kaempfer (University of Oxford)
« Traduire l’émotion dans les Lais Bretons »

10h50     Marie-Emmanuelle Torres (Université Aix-Marseille)

« Exulter avec modération. Des émotions liturgiques au monastère byzantin ? »

11h30 Pause

Session V : Mécaniques des émotions

Modération par Aude Sartenar

12h00     Gavino Scala (Università degli studi di Siena – Universität Zürich)
« Princes et émotions : quelques remarques philologiques, linguistiques et interprétatives sur les movemenz de courage dans la première traduction française du De regimine principum »

12h40     Camille Carnaille et Vincent Deluz (Université de Genève)
« L’orloge amoureus de Jean Froissart : quand la mécanique se met au service de l’art d’aimer »

13h20 Repas de midi

Session VI : Émotions identitaires

Modération par Olivier Silberstein / Camille Carnaille

15h00     Anne-Gaëlle Weber (Université du Québec)
« « Le bon, la brute et le barbare » : les émotions au service de la disqualification du païen du païen, dans l’hagiographie missionnaire carolingienne »

15h40     Giuseppe Perta (Università per Stranieri Dante Alighieri di Reggio Calabria)
« Le choc, la colère et le mépris. Al-Hakim aux yeux des chrétiens du onzième siècle »

16h20 Conclusion et verrée de clôture

The Game of Love in Georgian England

Cover

Source : OUP

The Game of Love in Georgian England

Courtship, Emotions, and Material Culture

Sally Holloway

Courtship in Georgian England was a decisive moment in the life cycle, imagined as a tactical game, an invigorating sport, and a perilous journey across a turbulent sea. This volume brings to life the emotional experience of courtship using the words and objects selected by men and women to navigate this potentially fraught process. It provides new insights into the making and breaking of relationships, beginning with the formation of courtships using the language of love, the development of intimacy through the exchange of love letters, and sensory engagement with love tokens such as flowers, portrait miniatures, and locks of hair. It also charts the increasing modernization of romantic customs over the Georgian era – most notably with the arrival of the printed valentine’s card – revealing how love developed into a commercial industry. The book concludes with the rituals of disintegration when engagements went awry, and pursuit of damages for breach of promise in the civil courts.

The Game of Love in Georgian England brings together love letters, diaries, valentines, and proposals of marriage from sixty courtships sourced from thirty archives and museum collections, alongside an extensive range of sources including ballads, conduct literature, court cases, material objects, newspaper reports, novels, periodicals, philosophical discourses, plays, poems, and prints, to create a vivid social and cultural history of romantic emotions. The book demonstrates the importance of courtship to studies of marriage, relationships, and emotions in history, and how we write histories of emotions using objects. Love emerges as something that we do in practice, enacted by couples through particular socially and historically determined rituals


Emotions and Gender in Byzantine Culture


Source : Springer

This book examines the gendered dimensions of emotions and the emotional aspects of gender within Byzantine culture and suggests possible readings of such instances. In so doing, the volume celebrates the current breadth of Byzantine gender studies while at the same time contributing to the emerging field of Byzantine emotion studies. It offers the reader an array of perspectives encompassing various sources and media, including historiography, hagiography, theological writings, epistolography, erotic literature, art objects, and illuminated manuscripts. The ten chapters cover a time span ranging from the early to the late Byzantine periods. This diversity is secured by an expanded and enriched exploration of the collection’s unifying theme of gendered emotions. The scope and breadth of the chapters also reflect the ways in which Byzantine gender and emotion have been studied thus far, while at the same time offering novel approaches that challenge established opinions in Byzantine studies.

Une histoire du sensible : la perception des victimes de catastrophe du XIIe au XVIIIe siècle

Source : Brepols

T. Labbé, G. J. Schenk (eds.), Une histoire du sensible : la perception des victimes de catastrophe du XIIe au XVIIIe siècle,
Actes du colloque international tenu à Lors (Allemagne, Hesse) du 11 au 14 décembre 2014.

Cet ouvrage se propose de réfléchir à la construction historique de la condition de victime, en relation avec les événements traumatiques dans l’Europe médiévale et moderne. Dans le contexte contemporain, le discours et la gestion des situations de catastrophe ou de mort de masse s’organisent en priorité autour de la place des victimes dans la fabrique événementielle. Cette attitude de la société contemporaine face à la dévastation, qualifiée tantôt de « compassionnelle », tantôt « d’humanitaire », ou bien encore de « tragique », reflète une forme de sensibilité qui définit en premier lieu la réalité catastrophique comme un drame.

Une telle approche de la souffrance possède-t-elle cependant une histoire ou constitue-t-elle une constante anthropologique de la société occidentale ? Quel regard les sociétés médiévales et modernes ont-elles posé sur cet aspect autant éthique que social du réel ? Les essais réunis dans ce volume proposent d’offrir quelques pistes de réflexion. À la lecture ambiguë de la victime au Moyen Âge, entre souffrance et responsabilité, la Renaissance semble commencer à proposer une vision plus « tragique » des individus souffrants. Les victimes peuvent dès lors entrer progressivement dans une politique des émotions qui triomphe au XVIIIe siècle.

Thomas Labbé est chercheur associé à l’UMR CNRS 6298 ARTeHIS, Université de Bourgogne.

Gerrit J. Schenk est professeur d’histoire médiévale à l’université de Darmstadt. Table of Contents

Thomas Labbé, Gerrit Jasper Schenk, Introduction : une histoire de la perception des victimes de catastrophe

I Penser la souffrance au Moyen Âge : concept et dimension sociale des victimes

Jutta Eming, Exzellenz des Opfers in Hartmanns von Aue Der arme Heinrich. Mit Überlegungen zur Funktion von gelieben und weiteren Emotionswörtern

Thomas Labbé, Émotions et raison face à l’événement calamiteux au XIVe siècle : le De remediis utriusque fortunae de Pétrarque

Philine Helas, „… und sie bekundeten ihm ihre Teilnahme und trösteten ihn wegen all des Unglücks …” Die Hiobsgeschichte in der italienischen Malerei des 14. und 15. Jahrhunderts

Geneviève Dumas, Montpellier face aux mortalités à la fin du Moyen Âge: discours, prise en charge et matérialité des victimes

II La violence des autres : perception et signification des victimes de guerre (XIVe-XVIIe siècle)

Guilhem Ferrand, Victimes, psychopathologies et traumatismes de guerre en Rouergue (Aveyron, France, XIVe-XVe siècles)

David El Kenz, Les victimes des massacres des protestants dans les guerres de Religion (v. 1550-v. 1600) : du « tas de mort » à la « mort collective »

Oury Goldman, L’âge des victimes universelles ? Loys Le Roy et la vision globale de la catastrophe au XVIe siècle

Andreas Bähr, Commiseratione tactus: Vom ‚Mitleiden‘ mit den Opfern des Dreißigjährigen Krieges

III Une politique prémoderne des victimes ? L’usage des émotions comme levier social du XVIe au XVIIIe siècle

Mauricio Onetto Pavez, Catastrophes aux antipodes de l’Europe. Représentations, imaginaires et sensibilités d’un vieux monde au Nouveau Monde. Le cas du Chili aux XVIe et XVIIe siècles

Domenico Cecere, Chiara Di Caprio, Stratégies de communication et plans de reconstruction après le tremblement de terre de 1783 en Calabre

Conférence EMMA à l’université de Bordeaux (lundi 10 décembre, 17h30-19h30)

Conférence sur l’anthropologie des émotions, Damien Boquet, 10 décembre 2018
10/12 : 17h30 – 19h30Damien BOQUET (Université Ax-Marseille) présentera une conférence : 
lundi 10 décembre 2018 de 17h30 à 19h30, Amphi archéo (ACH005) de la Maison de l’archéologie – université Bordeaux Montaigne – 8, esplanade des Antilles, 33600 Pessac 
dans le cadre de la Master Class d’histoire médiévale
sur le sujet : “L’anthropologie des émotions à l’honneur”. 

Émotions et démocratie

Émotions et démocratie
 «Les moments où « l’Histoire sort de ses gonds » (Michelet)
Le Serment du Jeu de paume, 20 juin 1789


(Jacques-Louis David : 1791-1792 /Musée national du Château de Versailles)
Le rôle politique des émotions et leurs effets d’ébranlement dans la culture démocratique nous intéresseront tout au long du cycle conjoint de cette année académique 2018-19. Nous scruterons les moments décisifs quand les autorités en place prennent peur et qu’elles transforment cet effroi en le projetant vers leurs ennemis, intérieurs ou extérieurs. Ce qui implique tout autant le passage par les représentations que leur transcription en termes d’actions politiques, de revendications populaires, de luttes de groupes.
On se demandera comment ces phénomènes qui traversent l’Histoire et qui accompagnent les révolutions, de l’Antiquité à la Modernité, relèvent également des combats d’opinion, des rivalités de l’imaginaire, et aussi de leurs déclinaisons concrètes dans des émotions et autres passions, qu’elles soient canalisées par des rites, du décorum, des discours, des manifestations, des massacres, des exécutions ou des fêtes collectives de l’unité rêvée.
 Automne 2018 Jeudi 27 septembre : Jean-Claude Simard (Cegep de Rimouski), Typologie de la vie affective, émotions et politique. Avocat du diable : Luc Faucher (Philosophie-UQAM). Jeudi 11 octobre : Alexis Richard (Institut Grammata), Les émotions chez Démosthène : Le serment sur les morts dans le Discours sur la Couronne. Avocat du diable : Vanessa Molina (Institut Grammata). Jeudi 8 novembre : Ida Giugnatico (U de Calabre-UQAM), La circularité de l’expérience esthétique et extatique chez Simone Weil. Avocat du diable : Marie-Josée Lavallée (U. de Montréal).
Jeudi 6 décembre : Pascal Bastien (Histoire, UQAM), Les émeutes Réveillon, 27-28 avril 1789. Avocat du diable : Geneviève Lafrance (Études littéraires, UQAM)

Le genre des émotions

Source : Clio

Couverture Clio 47

Les émotions sont souvent considérées comme un puissant marqueur de genre, jouant un rôle central dans les délimitations culturelles et sociales du masculin et du féminin, les hommes étant considérés comme plus rationnels et maîtrisant mieux leurs émotions que les femmes. Ce stéréotype mérite d’être dépassé en le confrontant à des représentations et à des pratiques bien plus complexes, en refusant d’opposer raison et émotion, en dénaturalisant les émotions et en déconstruisant les stéréotypes de genre. Nous menant de l’Antiquité gréco-romaine au Soudan contemporain en passant par le Moyen Âge, la Révolution française ou la Grande Guerre, ce numéro de Clio se propose donc de revisiter l’articulation entre émotion et différence des sexes en historicisant ces concepts, en identifiant socialement les acteurs, en étant très attentif au contexte documentaire, en prenant en compte l’ensemble des émotions et en interrogeant simultanément le masculin et le féminin. Il permet finalement d’observer ce que le genre fait aux émotions et ce que les émotions font au genre.

Damien Boquet et Didier Lett Les émotions à l’épreuve du genre [Texte intégral]

Dossier

Regards complémentaires

Documents

Varia

Clio a lu « Le genre des émotions »

Boiardo innamorato. Passione e fantasia in versi

Source : Unimore

Modena e Scandiano ricordano il Boiardo venerdì 12 e sabato 13 ottobre

Il Dipartimento di Studi Linguistici e Culturali di Unimore, in collaborazione con il Centro Studi Matteo Maria Boiardo di Scandiano (RE), promuove due giornate di studio su Matteo Maria Boiardo, il famoso letterato italiano del Quattrocento, dal titolo “ Boiardo Innamorato. Passione e fantasia in versi ”. I lavori inizieranno venerdì 12 ottobre, alle ore 10.00, presso l’Aula Magna del Dipartimento di Studi Linguistici e Culturali (Largo Sant’Eufemia, 19) a Modena e proseguiranno sabato 13 ottobre, alle ore 11.00, presso la Rocca dei Boiardo (Viale della Rocca) a Scandiano (RE).

Il titolo del convegno “Boiardo innamorato” è un gioco di parole che ricorda non soltanto il poema più conosciuto del poeta nativo di Scandiano (Orlando innamorato), ma allude anche alla dimensione fantastica e meravigliosa delle passioni amorose.  L’iniziativa si inserisce nel progetto di ricerca “Narrare le passioni in Europa”, coordinato dalla dott.ssa Elisabetta Menetti, ricercatrice di Unimore, e vuole essere un’occasione per riflettere sulla funzione sociale della lettura dei classici italiani nella nostra contemporaneità.

Il programma dei lavori prevede il saluto di apertura del prof. Lorenzo Bertucelli, prossimo Direttore del Dipartimento di Studi Linguistici e Culturali di Unimore, cui seguirà la prima sessione di attività introdotta e presieduta dalla dott.ssa Elisabetta Menetti, che spiegherà le ragioni del convegno. Interverrà il libraio antiquario Fabrizio Govi, che presenterà per la prima volta al pubblico la pregiatissima edizione a stampa di Nicolò Zoppino del 1521 (Libri tre de Orlando inamorato del Conte de Scandiano Mattheo Maria Boiardo) con la prosecuzione di Nicolò Degli Agostini ( Incomincia il quarto libro de lo innamoramento de Orlando). Seguiranno gli interventi di Maria Cristina Cabani (Università di Pisa) su Scene d’amore nell’ Inamoramento; Alessio Decaria (Università di Siena) su «Non è nel mondo magior passïone». Appunti sulla gelosia nell’ Inamoramento de Orlando; Tiziano Zanato (Università di Venezia) su Antonia, o del pensier fole; Sara Belotti (Università di Modena e Reggio Emilia) su Raccontare il territorio attraverso le mappe. La cartografia ai tempi del Boiardo. La seconda sessione, che avrà inizio alle ore 14.00, sarà presieduta dalla prof.ssa Cristina Montagnani dell’Università di Ferrara. Seguiranno le comunicazioni di Elisa Curti (Università di Venezia) su Boiardo furioso: rabbia e ira nell’ Inamoramento de Orlando; Giuseppe Ledda (Università di Bologna) su Boiardo e il bestiario delle passioni; Tina Matarrese (Università di Ferrara) su «Non è in somma amor, se non insania»: dall’ira furiosa alla pazzia; Andrea Severi (Università di Bologna) su «Deliberarno la lor passïone / cantando l’uno a l’altro far palese»: la bucolica “fervida e passionata” di Matteo Maria Boiardo.

Chiuderà i lavori di questa prima giornata il concerto del Collegium “In Armonia Salus”: danze e musiche amorose tra il XV e il XVI (Clara Fanticini, violino; Michele Gaddi, clavicembalo; Francesco Gibellini, cornetto; Flavio Spotti, percussioni).

La seconda giornata di studi si terrà sabato 13 ottobre a Scandiano (RE), presso la Rocca dei Boiardo, avrà inizio alle ore 11.00, con i saluti del Sindaco di Scandiano, Alessio Mammi, e dell’Assessore ai Saperi, Alberto Pighini. In questa sessione conclusiva, presieduta dalla professoressa Tina Matarrese dell’Università di Ferrara, si inseriscono gli interventi di Davide Dalmas (Università di Torino) su Le passioni raccontate; Cristina Montagnani (Università di Ferrara) su La magia del potere: Boiardo e le politiche estensi.

Le due giornate di Modena e di Scandiano, rivolte a studiosi e appassionati del Boiardo, agli studenti universitari e delle scuole superiori, sono riconosciute come aggiornamento scientifico degli insegnanti di letteratura italiana.