Rita Copeland, Emotion and the History of Rhetoric in the Middle Ages

Oxford University Press, December 2021, 115$

https://global.oup.com/academic/product/emotion-and-the-history-of-rhetoric-in-the-middle-ages-9780192845122?cc=br&lang=en&#

  • The first book-length study on medieval rhetoric and the emotions
  • Features long historical coverage from late antiquity to the cusp of early modernity
  • A fresh approach to the history of rhetoric
  • A new systematic framework for the history of emotions
  • Brings the history of ideas, literary history, the history of pedagogy, and political and philosophical thought into conversation

Rhetoric is an engine of social discourse and the art charged with generating and swaying emotion. The history of rhetoric provides a continuous structure by which we can measure how emotions were understood, articulated, and mobilized under various historical circumstances and social contracts. This book is about how rhetoric in the West, from Late Antiquity to the later Middle Ages, represented the role of emotion in shaping persuasions. It is the first book-length study of medieval rhetoric and the emotions, coloring that rhetorical history between about 600 CE and the cusp of early modernity. Rhetoric in the Middle Ages, as in other periods, constituted the gateway training for anyone engaged in emotionally persuasive writing. Medieval rhetorical thought on emotion has multiple strands of influence and sedimentations of practice. The earliest and most persistent tradition treated emotional persuasion as a property of surface stylistic effect, which can be seen in the medieval rhetorics of poetry and prose, and in literary production. But the impact of Aristotelian rhetoric, which reached the Latin West in the thirteenth century, gave emotional persuasion a core role in reasoning, incorporating it into the key device of proof, the enthymeme. In Aristotle, medieval teachers and writers found a new rhetorical language to explain the social and psychological factors that affect an audience. With Aristotelian rhetoric, the emotions became political. The impact of Aristotle’s rhetorical approach to emotions was to be felt in medieval political treatises, in poetry, and in preaching.

TABLE OF CONTENTS

Introduction
1. Before the Middle Ages: Emotion from Invention to Style
2. Christian and Literary Rhetorics of the Early Middle Ages: Emotion as the Property of Style
3. Emotion in the Rhetorical Arts and Literary Culture c. 1070-c.1400
4. Aristotle’s Rhetoric in the Latin West: The Fortunes of the Path?
5. De regimine principum: Emotion, Persuasion, and Political Thought
6. Political Poetics and the Aristotelian Turn: Dante, Chaucer, and Hoccleve
7. Preaching, Emotion, and the Aristotelian Turn
Epilogue: Mixed Rhetorics

Pauline Valade, Le goût de la joie. Réjouissances monarchiques et joie publique à Paris au XVIIIe siècle

Paris, Champ Vallon, 2021
15,5 x 24 cm, 424 pages
ISBN 979-10-267-0978-7
26 €

Au XVIIIe siècle, Paris célébrait chaque événement heureux pour la Couronne. La Maison du Roi, le Bureau de la Ville et le Châtelet de Paris organisaient les réjouissances. Les manifestations de joie étaient donc contrôlées par les autorités qui y voyaient les signes tangibles d’une communion avec les sentiments du souverain. Pour autant, l’expérience de la joie publique n’était pas celle d’une obéissance passive. Les Parisiens s’appropriaient les réjouissances aussi bien en participant qu’en détournant certaines normes de réjouissances. Ils fabriquaient leur propre culture de l’approbation, empreinte d’une critique à peine voilée. Dès 1770, les gestes traditionnels des réjouissances furent progressivement détournés pour faire valoir un droit de se réjouir indépendamment de la Couronne.

Sommaire

Accès au site de l’éditeur ici

 

Megan Moore, The erotics of Grief. Emotions and the Construction of Privilege in the Medieval Mediterranean

Cornell University Press, 2021

The Erotics of Grief considers how emotions propagate power by exploring whose lives are grieved and what kinds of grief are valuable within and eroticized by medieval narratives. Megan Moore argues that grief is not only routinely eroticized in medieval literature but that it is a foundational emotion of medieval elite culture.

Focusing on the concept of grief as desire, Moore builds on the history of the emotions and Georges Bataille’s theory of the erotic as the conflict between desire and death, one that perversely builds a sense of community organized around a desire for death. The link between desire and death serves as an affirmation of living communities. Moore incorporates literary, visual, and codicological evidence in sources from across the Mediterranean—from Old French chansons de geste, such as the Song of Roland and La mort le roi Artu and romances such as Erec et Enide, Philomena, and Floire et Blancheflor; to Byzantine and ancient Greek novels; to Middle English travel narratives such as Mandeville’s Travels.

In her reading of the performance of grief as one of community and remembrance, Moore assesses why some lives are imagined as mattering more than others and explores how a language of grief becomes a common language of status among the medieval Mediterranean elite.

Contents
Accessible

vii
Acknowledgments
Accessible
ix
Introduction: Desire and Death in Elite Medieval Emotional Communities
Requires Authentication
1
Chapter 1. Philomena and the Erotics of Privilege in the Middle Ages
Requires Authentication
24
Chapter 2. Widows and the Romance of Grief
Requires Authentication
59
Chapter 3. Masculinity, Mourning, and Epic Sacrifice
Requires Authentication
90
Chapter 4. Toward a Mediterranean Erotics of Grief
Requires Authentication
119
Conclusion: The Erotics of Grief and the Stakes of Community
Requires Authentication
156
Appendix 1: Selected Illuminations of Knights Being Grieved
Requires Authentication
165
Appendix 2. Selected Illuminations of Lovers in Death
Requires Authentication
167
Bibliography
Requires Authentication
169
Index

Aimer

Source : Cité des Sciences et de l’Industrie

Le Collège international de philosophie et la Cité des sciences et de l’industrie invitent les classes préparatoires scientifiques et aux grandes écoles de commerce et d’économie, à deux séances spécialement conçues sur les thématiques au programme. C’est l’occasion de croiser différents regards sur ces notions. Ces séances sont néanmoins ouvertes à toutes et tous.

Aimer

samedi 11 décembre 2021 à 14h30

Sur un tel thème, la tradition philosophique hellénique nous propose de distinguer l’éros (l’amour passionnel), l’agapè (l’amour spirituel) et la philia (l’amour amical).
Cependant le verbe « aimer » nous invite à explorer l’acte d’aimer. À la manière des troubadours, nous pouvons opposer « aimer » comme amar, amour bestial « qui
affole le sot », à « aimer » comme amor, « amour pur », ou fin’amor, « amour courtois », inséparable de l’exercice inquiet de la poésie.
C’est donc d’une pratique, ou, pour citer le philosophe Michel Foucault, « d’un souci qu’aimer se doit méditer » : souci de soi qui est aussi souci de l’autre, et en appelle
à l’effort conjoint d’un « faire » et d’un « dire », en vue d’une intensité lucide.

Avec

Marie Bergström, sociologue à l’Institut national d’études démographiques (INED) ; Damien Boquet, historien, professeur d’histoire médiévale à l’université d’Aix- Marseille ; Pierre Zaoui, philosophe, professeur à l’université de Paris.

Rencontre animée par Victorine de Oliveira, journaliste à Philosophie Magazine

XINE yao, Disaffected: The Cultural Politics of Unfeeling in Nineteenth-Century America

Duke University Press, November 2021, $ 27,95

le voici

In Disaffected Xine Yao explores the racial and sexual politics of unfeeling—affects that are not recognized as feeling—as a means of survival and refusal in nineteenth-century America. She positions unfeeling beyond sentimentalism’s paradigm of universal feeling. Yao traces how works by Herman Melville, Martin R. Delany, Elizabeth Stuart Phelps, Frances Ellen Watkins Harper, and Sui Sin Far engaged major sociopolitical issues in ways that resisted the weaponization of white sentimentalism against the lives of people of color. Exploring variously pathologized, racialized, queer, and gendered affective modes like unsympathetic Blackness, queer female frigidity, and Oriental inscrutability, these authors departed from the values that undergird the politics of recognition and the liberal project of inclusion. By theorizing feeling otherwise as an antisocial affect, form of dissent, and mode of care, Yao suggests that unfeeling can serve as a contemporary political strategy for people of color to survive in the face of continuing racism and white fragility.
 
 
Author/Editor Bios Back to Top

Xine Yao is Lecturer in American Literature to 1900 at University College London.

Table of Contents
Acknowledgments  vii
Introduction. Disaffected from the Culture of Sentiment  1
1. The Babo Problem: White Sentimentalism and Unsympathetic Blackness in Herman Melville’s Benito Cereno  29
2. Feeling Otherwise: Martin R. Delany, Black-Indigenous Counterintimacies, and the Possibility of a New World  70
3. The Queer Frigidity of Professionalism: White Women Doctors, the Struggle for Rights, and the Marriage Plot  107
4. Objective Passionless: Black Women Doctors and Dispassionate Strategies of Uplifting Love  138
5. Oriental Inscrutability: Sui Sin Far, Chinese Faces, and the Modern Apparatuses of U.S. Immigration  171
Coda. Notes toward a Disaffected Manifesto beyond Survival  208
Notes  211
Bibliography  243
Index
Sales/Territorial Rights: World

Rights and licensing
Additional InformationBack to Top
Related links
Paper ISBN: 978-1-4780-1483-6 / Cloth ISBN: 978-1-4780-1389-1

L’envie, une passion tourmentée

Source : Champ Vallon

André Rauch, L’Envie, une passion tourmentée, Champ Vallon, 2021.

Ce livre explore une passion tourmentée : l’envie. Quelle est son histoire ?
Selon les Écritures, cette passion du Diable est dévastatrice. Elle attaque l’ordre divin, mais sème aussi le schisme et la discorde entre les hommes, mine les relations sociales, pervertit l’exercice de la justice et corrompt la quête de la vérité.
Au XIXe siècle, romanciers et poètes s’en servent pour illustrer les désirs qui animent le ressentiment et sont à la source de toutes sortes de haines, raciales ou antisémites. Aujourd’hui arbitre de la société de consommation, la jalouse envie explose sur les plates-formes d’Internet qui « hébergent » le cyber-harcèlement, semant la terreur chez les adolescents et l’indignation des pédagogues.
C’est un éclairage inédit qui est ici jeté sur une passion tourmentée.

Sommaire, ici.

Colères politiques

Source : Les éditions de la maison des sciences de l’homme

Thierry Devars (dir.), Colères politiques, Quaderni, 104 (2021)

Émotion omniprésente dans le champ politico-médiatique, la colère constitue une force vive du débat public contemporain. Des colères codifiées et ritualisées des professionnels de la vie politique aux mouvements collectifs contestataires, elle recouvre une mosaïque de formes expressives intimement imbriquées à leur environnement médiatique. Inscrit dans le cadre d’une réflexion interdisciplinaire sur le caractère politique des émotions, ce numéro de la revue Quaderni se propose d’interroger le rôle des médias d’information classiques et numériques dans la fabrique sociale des colères politiques exprimées individuellement ou collectivement dans la sphère publique.

DOSSIER : COLÈRES POLITIQUES

Thierry DEVARS : Avant-propos : Colères politiques

Marion BALLET : La colère dans les discours de campagne présidentielle en France : une émotion sous contrainte

Thierry DEVARS : Les foudres de Jupiter : une médiatique  de la colère présidentielle

Arnaud MERCIER : Les modalités de la colère citoyenne sur Twitter

Lucie RAYMOND : De la colère à la haine dans les discours « antisystème » : la rhétorique du ressentiment chez Alain Soral

Rym GERWIG-KIRECHE et Philippe MARION : Des ronds-points au Capitole : corps et décors d’une colère politique

ALAIN DE LIBERA, Le sujet de la passion. Cours du collège de France 2015-2016

Vrin – Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie
536 pages – 13,5 × 21,5 × 3,2 cm
ISBN 978-2-7116-2962-6 – octobre 2021, 28 euros

le livre peut être commandé ici

 
Après L’invention du sujet moderne (2014), et La Volonté et l’action (2015), le cours du semestre d’hiver 2016 abordait la question du sujet de la passion pour tester sur la « durée longue », la thèse principale de l’archéologie du sujet, faisant de la christologie le laboratoire ontologique et éthique de l’anthropologie occidentale. En suivant des dossiers aussi différents que la querelle du monothélisme dans l’Antiquité tardive ou celle de l’Eucharistie dans la « prémodernité », on poursuivait un double objectif : arracher la théologie et son histoire à l’enfer des « études subalternes », rapatrier la théologie « grecque » dite « orientale » dans l’histoire de la pensée « européenne » – autrement dit : remettre l’Église au milieu du village, et la Grèce en Europe. La question du sujet de la souffrance du Christ sur la Croix, celle du statut de la douleur dans la stigmatisation de François d’Assise ou les pratiques ascétiques du « mystique » rhénan Henri Suso, ont été l’occasion d’examiner sur une base nouvelle la genèse des notions de contagion et de compassion, censées rendre compte de la possibilité d’un « partage de la souffrance » entre l’homme, les hommes et Dieu, ainsi que les complexes de problèmes déployés depuis les Problemata du Pseudo-Aristote jusqu’à la théorie luthérienne de la communication des idiomes et les controverses christologiques du XVIe siècle (comme le « colloque » de Montbéliard de 1586 opposant luthériens et calvinistes), pour penser ensemble, à partir du couple passion-Passion, dans l’horizon d’une métaphysique de l’Incarnation, l’élaboration croisée – ce qu’on appelle ici le « chiasme » – de la souffrance humaine et de la souffrance de Dieu.

Alain de Libera est professeur émérite au Collège de France où il a occupé la chaire d’histoire de la philosophie médiévale de 2013 à 2019.

 

Katie Barclay, Academic EMOtions. Feeling the Institution, Cambridge UP, elements, 2021

Le livre peut être téléchargé gratuitement jusqu’au 1e décembre ! 

Summary

The University is an institution that disciplines the academic self. As such it produces both a particular emotional culture and, at times, the emotional suffering of those who find such disciplinary practices discomforting. Drawing on a rich array of writing about the modern academy by contemporary academics, this Element explores the emotional dynamics of the academy as a disciplining institution, the production of the academic self, and the role of emotion in negotiating power in the ivory tower. Using methodologies from the History of Emotion, it seeks to further our understanding of the relationship between the institution, emotion and the self.
 

Contents

Ce petit livre semble toutefois totalement ignorer le beau livre de Françoise Waquet,  Une histoire émotionnelle des savoirs, XVIIe-XXI siècles, CNRS éditions, 2019, 352 p., 25,00 (Disponible en numérique)

Plaisir et ennui, peur et espérance, enthousiasme et désespoir, bonheur et souffrance, toute la gamme des émotions dans leurs nuances et leurs combinaisons fait l’ordinaire du quotidien des chercheurs. Hier, dans les lointains XVIIe-XVIIIe siècles, comme aujourd’hui, et quelles que soient les disciplines.
Les chercheurs apparaissent alors non plus comme des machines à penser ou des personnes-idées, mais comme des êtres de chair et de sang opérant dans un univers saturé d’affects. Ils ne sont plus ces « neutres » (Nietzsche) qu’a instaurés cette règle de métier qu’est l’objectivité, et leur voix n’est plus celle impersonnelle, inhumaine qui ressort de leurs publications.
Prendre en compte les émotions, c’est restaurer une dimension de la science telle qu’elle se fait, en rappelant l’incidence qu’elles ont dans les rythmes de travail, dans l’engagement à la tâche, dans la convivance au sein de communautés, dans le devenir de collaborations et, bien sûr, dans la genèse, la production et la publication des oeuvres.
C’est aussi, dans un monde professionnel qui s’est placé sous la bannière de la raison, donner à voir l’auteur, plus que dans sa subjectivité, dans sa profonde humanité.

Prix Madeleine Laurain-Portemer 2020 de l’Académie des sciences morales et politiques

et il faut mentionner le livre jumeau de cet ouvrage :

F. Waquet, L’ordre matériel du savoir. Comment les savants travaillent, XVI-XXIe s., CNRS éd., 2015.

SEXUALITÉ « DÉVIANTE », SEXUALITÉ VIOLENTE AU MOYEN ÂGE

Sexualité « déviante », sexualité violente au Moyen Âge

Mercredi 10 novembre 2021 de 9h30 à 12h00

Salle PAF, MMSH – Aix-en-Provence

Organisée par le groupe
Façons d’être : corps, émotions, récits de soi –
TELEMMe (AMU-CNRS)

Gustave Courbet, Autoportrait, vers 1840,
The Metropolitan Museum, Domaine public.

 

Cette séance, centrée sur l’actualité éditoriale, aborde la question de la sexualité « déviante » ou violente au Moyen Âge dans deux contextes bien différents qui mettent à l’index la figure du « sodomite » : celui de la dénonciation des pratiques « contre nature » dans l’Église au XIe siècle et celui de la répression du crime pédophile par la justice pénale à Bologne à la fin du Moyen Âge

Programme

Introduction Damien Boquet (AMU – TELEMMe)

Église et sexualité au XIe siècle. Le Livre de Gomorrhe de Pierre Damien – Jean-François Cottier (Université de Paris)

Viols d’enfants au Moyen Âge. Genre et pédocriminalité à Bologne (XIVe-XVe siècle) – Didier Lett (Université de Paris)

Fluidités de genre au Moyen âge

Séances Médiévales d’Aix-Marseille

Aix-en-Provence

MMSH – vendredi 5 novembre 2021

salle 101 (Temime)

14h-17h

 

Sébastien Douchet (AMU, CIELAM)

Initier les jeunes chercheurs aux questions de genre dans les littératures «anciennes» : un retour d’expérience

Clovis Maillet (ESAD’Angers)

Les genres fluides au Moyen Âge

 

Séance animée par Damien Boquet (AMU, TELEMMe)

Christine l’Admirable. Vie, chants et merveilles

Source : éditions Vues de l’esprit

Sylvain Piron, Christine l’Admirable. Vie, chants et merveilles, précédé de Thomas de Cantimpré, Vie de Christine l’Admirable — éditée et traduite du latin en collaboration avec Armelle Le Huërou, Vues de l’esprit, 2021.

 

Avant la persécution des sorcières, il a existé au Moyen Âge un mouvement par lequel des femmes ont revendiqué d’organiser elles-mêmes leur vie religieuse, hors de la tutelle du clergé masculin. Christine l’Admirable, active dans les années 1180-1220, est une pionnière parmi ces « saintes femmes » du diocèse de Liège. Revenue d’entre les morts, elle accomplit des prodiges stupéfiants et accompagne les mourants dans leur dernier voyage. Prédicatrice itinérante et mendiante, elle terrorise les bourgeois et réprimande les nobles, quand elle n’est pas ravie dans des danses et des chants extatiques. Le récit de sa vie se lit comme un roman d’aventures spirituelles. Il invite irrésistiblement à la comparaison avec différentes expériences, chamaniques ou autres. Ce n’est pas sans raison que Nick Cave a fait une chanson de cette femme libre et indomptable.

Table des matières

Présentation — 9
Traduction de la Vie de Christine l’Admirable de Thomas de Cantimpré — 15
I. Le travail de la mémoire — 41
II. Circonstances — 61
III. Au fil du texte — 83
IV. Un tissu de merveilles — 107
V. L’anomalie Christine — 131
Conclusion – Pour une pragmatique de l’extase — 145
Principes d’édition du texte — 149
Édition de la Vita Christinae Mirabilis, suivie de l’abréviation d’Henri Bate de Malines — 153
Notes — 181
Remerciements — 203

Colloque international “Honte et vertu dans l’Antiquité” / “Shame and virtue in Antiquity”

Source : TDMAM – Centre Paul-Albert Février

8, 9 et 10 novembre 2021, Aix-en-Provence
Salle de colloque 2, Bâtiment multimédia T1, Campus Schuman, 29 Av. Robert Schuman, 13100 Aix-en-Provence.


Colloque co-organisé par le Centre Gilles Gaston Granger et le laboratoire TDMAM, Aix-Marseille Université, CNRS.
Pass sanitaire requis

Contact :
Anne Balansard / anne.balansard@univ-amu.fr
Isabelle Koch / isabelle.koch@univ-amu.fr


PROGRAMME
**********************************************************
LUNDI 8 NOVEMBRE | APRÈS-MIDI
>>> SESSION PLÉNIÈRE


13h30 | Accueil, vérification des pass sanitaires

14h | Allocutions d’ouverture

14h30 | Charlotte Murgier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
L’aidôs, entre courage et tempérance, chez Platon

15h15 | Discussion

15h30 | Olivier Renaut (Université Paris Ouest Nanterre)
Honte au regard de la convention, honte au regard de la vérité : Aristote, Rhét. II 4-6

16h15 | Discussion

16h30 | Pause café

17h | Marta Jimenez (Emory University, Atlanta)
Shame as the Proto-Virtue of the Learner in Aristotle’s Ethics

17h45 | Discussion



**********************************************************


MARDI 9 NOVEMBRE | MATIN
>>> SESSION PLÉNIÈRE


9h | Accueil, vérification des pass sanitaires

9h15 | Christopher Gill (University of Exeter, GB)
Shame and Virtue – how does Stoicism fit in ?

10h | Discussion

10h15 | Pause café

10h30 | Antje Junghanß (Technische Universität Dresden, Deutschland)
“…adeo illi ex alto suffusus est rubor ” (epist. 11. 1) : la honte chez Sénèque

11h15 | Discussion

11h30 | Carlos Lévy (Université Paris 4 Paris-Sorbonne)
Immanence et transcendance chez Philon d’Alexandrie : le problème de la honte

12h15 | Discussion

12h30 | Déjeuner



**********************************************************



MARDI 9 NOVEMBRE | APRÈS-MIDI
>>> 2 SESSIONS PARALLÈLES



Salles 1 et 2 du bâtiment T1


14h15 | Accueil, vérification des pass sanitaires


>>>>>Salle de colloque 1


14h30 | Rodrigo Illarraga (University of Buenos Aires & CONICET, Argentina)
Xenophon’s Psychology of Shamelessness and Shame

14h55 | Bernhard Kaiser (Technische Universität Dresden, Deutschland)
The function of shame in Plato’s Gorgias

15h20 | Discussion

15h45 | Pause-café

16h | Julia Pfefferkorn (Universität Tübingen/ Universität Mainz, Deutschland)
Shame, moderation, and moral education in Plato’s Laws

16h25 | Giulio Di Basilio (Irish Research Council, Trinity College Dublin, GB)
Aristotle on Shame and Natural Virtue in the Eudemian Ethics

16h50-17h15 | Discussion

**************


>>>>>Salle de colloque 2


14h30 | Julien Decker (Université de Rouen, laboratoire SPH, Bordeaux)
Ἀναίδεια et ἀναισχυντία dans le Cynisme antique : la vertu naît-elle de l’absence de honte ?

14h55 | Tomohiko Kondo (Hokkaido University, Japan)
Why Do We Have Sex in Secret ? Sexual Shame in Later Stoics

15h20 | Discussion

15h45 | Pause-café

16h | Francesca Scrofani (professeure certifiée, Aix-en-Provence)
Mauvaise honte et entraînement à la vertu dans le Περὶ δυσωπίας de Plutarque

16h25 | Joachim Haddad (Aix-Marseille Université)
Devant qui avoir honte ? La place de la honte chez saint Augustin

16h50-17h15 | Discussion


**********************************************************


MERCREDI 10 NOVEMBRE | MATINÉE
>>>SESSION PLÉNIÈRE


9h15 | Accueil, vérification des pass sanitaires

9h30 | Alexandrine Schniewind (Université de Lausane, CH)
Vertu et honte dans les Ennéades de Plotin

10h15 | Discussion

10h30 | Louis-André Dorion (Université de Montréal, Canada)
Faire honte au péché : l’elenchos chez Clément d’Alexandrie

11h15 | Discussion

11h30 | Pause café

12h | Jérôme Lagouanère (Université Paul-Valéry – Montpellier 3)
“Non sit honestior philosophia Gentium, quam nostra Christiana” (c. Iul. , IV, 14, 71). Quand Augustin discute avec Cicéron des notions de pudor et de concupiscentia au livre IV du Contra Iulianum

12h45 | Discussion

13h | Conclusions et clôture du colloque

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search