Émotions collectives – COREM

Voici le dernier volet du projet EMMA: un projet sur l’enthousiasme religieux au Moyen Age central, d’où son  acronyme COREM, pour COllective REligious EMotions.

Financé par une Subvention Savoir du CRSH au Canada (2016-2022), il vise  à saisir l’enthousiasme ou ferveur religieux au cœur des dynamiques sociales médiévales sous l’angle du peuple émotif au Moyen Âge central: « L’observation d’une concomitance chronologique entre l’émergence du peuple chrétien (populus christianus) dans l’historiographie de l’Occident médiéval en tant qu’acteur de l’histoire, et la multiplication, dans les écrits de l’époque, des événements et mouvements de nature religieuse convoquant des scènes de partage d’émotions mène à une interrogation triple, sur 1) la construction textuelle des enthousiasmes religieux, 2) le fonctionnement et les fonctions de l’émotion partagée lors des épisodes étudiés, 3) l’élaboration historiographique du peuple chrétien acteur de l’histoire. » (Pour une version longue du projet conçu en 2015, cliquez ici.)

Comme tout projet de recherche, COREM a muté depuis sa naissance, notamment parce qu’il est vite devenu évident que l’adjectif « religieux », nécessaire pour circonscrire le projet au départ, apporte un angle d’analyse qui est intellectuellement, et en pratique, insoutenable. D’abord, comme bien d’historiens l’ont remarqué avant nous, le « religieux », omniprésent dans une société-Église, imbibe le langage comme la vision du monde d’une grande partie des auteurs et des sources, et donc ne peut pas qualifier seulement certaines d’entre elles. Ainsi, sans surprise, la recherche a rapidement révélé que les mouvements ou événements paraissant au premier regard intrinsèquement religieux – comme, en Italie, le mouvement patarin au XIe siècle très lié à la réforme grégorienne; ou l’apparition des Flagellants sur la scène publique au XIIIe, un mouvement de dévotion à l’arrière-plan eschatologique; ou encore en France, le mouvement des caputiati, ou encapuchonnés du Puy à la fin du XIIe siècle, un mouvement de paix par exemple –  ont des mobiles et des objectifs où ce que nous qualifions de religieux dans la modernité, est inextricablement mêlé à des questions et des enjeux sociaux et politiques. Toutes ces raisons militent pour un décloisonnement des cases de l’histoire médiévale, afin de faire disparaitre ce qui a jadis été appelée « histoire religieuse » en France, et qui aujourd’hui fait partie de la culture commune des médiévaux, voire de l’anthropologie du christianisme médiéval (le terme anthropologie étant entendue ici comme vision de l’homme, étroitement liée à la vision du monde).

S’intéresser aux émotions collectives du Moyen Âge central pose  une série de questions historiographiques, méthodologiques et épistémologiques  Dans quelle mesure peut-on parler d’émotion collective pour une époque, une société qui ne connait pas le terme ? Du moment où les documents révèlent l’existence d’un concept – ou d’une conception – comparable, ceci est bien possible, ainsi va la réponse d’anthropologue. Elle se fonde sur les usages de commotio, commo*  dans ce sens dans le corpus utilisé, mais aussi sur les descriptions détaillées de ce que nous qualifions d’émotions collectives, livrées par les sources: de l’indignation collective par exemple à l’origine de la Pataria, de la joie collective lors d’une entrée royale en ville ou au contraire des pleurs et des cris expérimentés en commun lors du mouvement flagellant, l’émerveillement et sentiment de dévotion éprouvée par les témoins d’un miracle, la colère d’un peuple qui se soulève, etc. Si l’on s’entend bien sur le fait que chaque cas ne peut être compris qu’à partir d’une étude contextualisée et fine, il convient  de s’interroger sur la manière dont  nos médiévaux décrivaient, conceptualisaient et catégorisaient les phénomènes dont on parle, d’une part; d’autre part, sur ce que nous entendons au sens par « émotion collective ». Sur cette base, la recherche projetée avait au moins deux inconnus, auxquels, au fait, s’en ajoutent d’autres  : que signifie, et qu’est-ce qui est présupposé par, l’idée d’une émotion partagée, éprouvée en commun ? Cette question n’est pas des moindres…

Histoire des émotions collectives : épistémologie, émergences, expériences

Car, last but not least, depuis la fin du XIXe siècle où l’idée a fait son apparition, en lien avec la « psychologie des foules » qui apparait en même temps que s’imposent les foules  sur la scène publique et politique, l’émotion collective — un terme apparaissant légèrement plus tard — et la psychologie collective ou sociale ont fait couler beaucoup d’encre en sciences humaines. Une masse importante de publications, en sciences humaines mais aussi en histoire, s’est ainsi accumulée entre la fin du XIXe siècle et nos jours, dans laquelle il est nécessaire de mettre de l’ordre. Quelle est la conception de l’émotion, du peuple ou de la foule (sujet de l’émotion collective le plus souvent), sur laquelle repos telle ou telle étude ? Est-ce que le cadre de validité d’une idée, d’un concept, d’une théorie sur les émotions collectives est lié à une conception spécifique ? À travers tout cela, qu’est-ce qui peut rester dans notre tamis comme éventuellement utile, c’est-à-dire, quels sont les outils, concepts, conceptions, qui peuvent être inspirants pour l’historien.ne du Moyen Age ?  On le sait, Gustave Le Bon a  pesé fort  dans la considération du sujet; preuve en est la reprise, certes partiellement critique, de ses idées par Sigmund Freud, en 1921. Or pour Le Bon, les émotions collectives, sauvages et irrationnelles selon la conception hydraulique des émotions, appartiennent aux foules ou masses, qu’il s’agissait à ses yeux de de mettre à distance, voire d’exclure des limites de l’humanité: son  discours prétendument scientifique était un discours politique élitaire, qui visait la délégitimation de l’action populaire.  À cette approche traditionnelle des émotions collectives et de leur sujet, qu’on retrouve dans les sources écrites de l’Antiquité romaine à nos jours, les approches marxistes ont rapidement proposé une manière alternative de lire l’émotion collective, en tant qu’une  dimension de l’action des classes subalternes étroitement liée à leur raisonnement, à leurs motifs conscients, et qui possédait une  construction sociale (par ex., G. Lefebvre, 1932, 1934). À  partir des dernières décennies du XXe siècle, les approches anthropologiques, de sciences politiques, de psychologie ou de sociologie qui ont apporté des alternatives à cette dichotomie, sont nombreuses; elles proposent des regards et des outils intéressants à l’historien.ne intéressé.e par l’émotion collective — comme le répertoire d’action (Ch. Tilly), le protagonisme (H. Burstin), les rétributions affectives, les rituels coûteux ou le flow collectif, la performativité des gestes publiques, parmi bien d’autres concepts-outils d’analyse.Une discussion bien plus ample de cette question pourra se lire bientôt dans notre ouvrage collectif sur l’Histoire des émotions collectives : épistémologie, émergences, expériences, à voir plus bas, notamment dans l’introduction à quatre mains avec Damien Boquet.

Or les publications du début du millénaire montrent que le débat des historiens et des scientifiques du social est loin d’être clos sur une série de problèmes. Une première série de questions se formule autour de l’objet même, et concerne peut-être avant tout, mais pas exclusivement, les psychologues. Ainsi: l’émotion peut-elle être collectivement ressentie, et que signifie alors ce partage ? L’émotion collective, si elle existe, est-elle autre chose que la somme des émotions individuelles, et comment savoir ? La division individuelle / collective des émotions n’est-elle pas une projection a-historique et présentiste ? Une deuxième série de questions se pose avant tout aux historiens, mais encore sans exclusivité car les mêmes problèmes se posent pour les anthropologues, sociologues, etc:   La rhétorique, souvent péjorative, des auteurs d’élites assignant l’émotion collective aux classes subalternes repose-t-elle sur quelque chose de réel, d’éprouvé en commun par les concernés ? Comment expliquer la longue durée de ce topos dont Le Bon a fait la fortune, et quelles en sont les limites géographiques et historiques ? Quel accès avons-nous aux conceptions émiques des émotions collectives pour les périodes du passé dont les sources sont presque exclusivement les produits  des élites lettrées ?  Comment déjouer les attraits de la notion de ‘contagion émotionnelle’, lestée d’un lourd passé en sciences humaines, mais aussi dans l’histoire ? etc…

Si certaines de ces questions ont été abordées, certaines de ces approches ont pu être mises à l’épreuve dans des publications partielles sur la Pataria (2018, dans la jeune revue Emotions: History, Culture, Society puis en 2020 dans la revue Sensibilités, enfin dans un volume à paraitre de Raisons pratiques),  elles ont aussi été collectivement discutées dans une perspective historique plus large  lors de trois journées d’étude (les rencontres EMMA 6 à 8,  de COREM 1 à 3). La première, intitulé Conceptions et usages historiques des émotions collectives de l’Antiquité à nos jours, en novembre 2017, à la MMSH à l’AMU, qui s’est intéressée à établir la longue durée de la notion. La deuxième, au même endroit, eut  pour titre La Foule émotive. Histoire d’un topos de l’Antiquité à l’époque contemporaine, en mars 2019 et réfléchissait précisément sur la question du topos assigné, des émotions contagieuses et irrationnelles. Enfin la dernière, Emporté par la foule. Histoire des émotions collectives : épistémologie, émergences, expériences eut lieu à l’UQAM en février 2020 et avait pour but de systématiser les réflexions; un résumé de la dernière journée peut être lu ici, sur ce site. Un recueil collectif — le premier ouvrage sur l’histoire et l’historiographie des émotions collective — sera issu des trois rencontres, à paraitre chez Garnier Classiques (espérons, en 2021), sous la direction conjointe, au-delà de notre duo habituel de Damien-Piroska, de Lidia Zanetti Domingues, nouvelle collaboratrice d’EMMA. Cet ouvrage, dont voici la table des matières provisoire, sera le premier volume de réflexions sur l’histoire des émotions collectives comme telle, alliant, comme c’est notre habitude, travail et considérations historiographiques et épistémologiques avec des études de cas  sur la longue durée. 

Ferveurs et émotions, religieuses et populaires : chantiers et réflexions

Quant au grand chantier des ferveurs ou enthousiasmes religieux et collectifs — de ces émotions collectives qui, avec les mots du XIIIe siècle auraient été décrites comme « grande dévotion » — la difficulté majeure est leur omniprésence lors des trois siècles embrassés par le projet. On a dû opérer des choix : écarter par exemple, au moins provisoirement, les mouvements monastiques, ou qui ont conduit à des fondations religieuses  pour ne se concentrer que sur les moments où les sources nous permettent de saisir une foule, une masse debout et en acte. (…)

Au cours des dernières années, des étudiant-e-s ont pu collaborer au projet et faire avancer les divers chantiers impliqués, soit dans le cas de contrats de recherche, soit lors de cours-ateliers de fin de bac. Bien que ces enquêtes ont permis d’avancer la réflexion d’ensemble ainsi que plusieurs questionnaires partiels, malheureusement, aucune de ces recherches n’a été menée jusqu’à un travail publiable ici. Il convient toutefois de noter les beaux travaux menés sur la croisade des enfants au XIIIe s. (Yannick Roy, 2018) ; les encapuchonnés du Puy au XIIe s. (Pierre-Olivier Parent, 2018); enfin sur l’implication populaire sur la paix de Dieu dans le Sud de la France (Florian Sanchez, 2020). Par ailleurs, c’est en lien avec ce projet de recherche que nous avons tenu en 2018 à l’UQAM, en coopération avec l’IRHT de Paris, une école d’été d’initiation aux manuscrits et aux premiers imprimés; l’expérience qui devait se répéter en 2020, a été ajournée à cause de la crise sanitaire – on peut espérer, à 2021.

Des résultats et réflexions provisoires ont pu être publiés dans une série d’articles. La question cruciale de la manière dont le partage, l’expérience sensible de l’émotion collective peut être à l’origine d’une communauté affective éphémère  a été approchée une première fois dans un article portant sur la célébration de Noël par François d’Assise à Greccio, paru dans le bel ouvrage Emotional Bodies en 2019; dans l’expérience constitutive du partage du sensible se pose aussi la question entre événement et émotion collective, cruciale à l’historien, qui sera abordée également ailleurs. Une étude autour de la mort d’Arialdo, premier chef de la Pataria milanaise, dans le premier texte hagiographique qui nous en est parvenu, réfléchit sur la manière dont la présence du miracle et son spectacle, ainsi que l’émotion collective qu’ils provoquent, unissent la foule dans un texte hagiographique, tout en en présentant un double visage: elle a été publiée dans ce beau volume sur le miracle, l’émotion, le spectacle et le pouvoir au Moyen Âge (2019).

Une belle collaboration avec Xavier Biron-Ouellet (post-doctorant actuellement à l’Univ. Ca’Foscari, Venise) a donné naissance à un article important sur le mouvement flagellant de 1260 envisagé comme émotion collective, paru dans l’Emotion Review en 2020. Une autre collaboration, Lidia Zanetti Domingues, se dessine autour de la question de l’émotion collective dans la formation et la manipulation de l’opinion publique dans les communes italiennes au Moyen Age.

Non sans lien avec la question de l’opinion publique, un travail de grande envergure sur la désignation des humbles et leur action ou agentivité, voire pauper agency,  est actuellement menée par Anne-Gaëlle Weber et l’auteure de ces lignes, à partir de la base de données du Corpus Corporum, entre 950 et 1100.  Ce travail s’inscrit dans un des volets du projet qui  prendra de l’envergure dans les années à venir avec une orientation bien plus précise vers la notion de peuple, son vocabulaire et ses usages, au Moyen Age central – en gros, entre la fin du Xe siècle et le XII/XIIIe.

Sur ce sujet, une journée de réflexions informelle a été tenue à l’UQAM en septembre 2018, avec le titre de Penser, dire, agir le peuple dont le projet et la synthèse peuvent être lues ici, avec la participation de collègues québécois et français médiévistes et modernistes : Michel Hébert, Pascal Bastien, John Drendel et votre servante du côté de l’UQAM; Didier Lett, Univ. Paris 8 ; Vincent Challet, Univ. Montpellier ; Paolo Grillo, Univ. Statale de Milan; Dominique Godineau, Univ. de Rennes II. C’est en collaboration avec Vincent Challet, spécialiste des mouvements populaires de la fin du Moyen Âge, que cet axe de recherche continuera son existence lors d’une journée d’études à partir du programme dessiné ici est en cours d’organisation pour mars 2021 à Montpellier, si la situation sanitaire le permet.

Enfin, chère lectrice, cher lecteur qui a lu jusqu’ici, voici une première approche  du projet de monographie sur la Pataria dont vous aurez bientôt d’autres nouvelles.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search